Rodinson Maxime - Mahomet

download Rodinson Maxime - Mahomet

of 429

  • date post

    02-Jan-2016
  • Category

    Documents

  • view

    93
  • download

    4

Embed Size (px)

Transcript of Rodinson Maxime - Mahomet

  • 2

    Maxime Rodinson

    MMMAAAHHHOOOMMMEEETTT

    ditions du Seuil

  • 3

    Du mme auteur

    AUX MEMES EDITIONS

    La Lune chez les Arabes et dans lIslam in La lune, mythes et rites, Collectif

    Sources orientales , 1962

    Islam et Capitalisme, 1966

    prix Isaac Deutscher

    Isral et le Refus arabe

    LHistoire immdiate , 1968

    Marxisme et Monde musulman

    1972

    CHEZ DAUTRES EDITEURS Tilka athroun

    Dr al-makshof, Beyrouth, 1943

    LArabie avant lIslam in Encyclopdie de La Pliade

    Histoire universelle, tome 2

    Gallimard, 1957

    Les Smites et lAlphabet Les Ecritures sud-arabiques et thiopiennes

    Le Monde islamique et lExtension de lcriture arabe in LEcriture et la Psychologie des peuples

    Armand Colin, 1963

  • 4

    Magie, mdecine et possession Gondar

    Mouton, 1967

    Le Monde musulman

    et ses enclaves de 1940 1972

    in Le monde depuis 1945

    PUF, 1973

    Isral, a colonial-Settler State ?

    Monrad Press, New York, 1973

    The Western Image and Western Studies of Islam

    in The Legacy of Islam

    Clarendon Press, Oxford, 1974

    Sobre la cuestion nacional

    Anagrama, Barcelone, 1975

    Les Arabes

    PUF, 1979, et 2002

    prix Iglesias Espagne

    La Fascination de lIslam Maspero/La Dcouverte 1980

    et La Dcouverte/Poche , 2003

    Peuple juif ou problme juif ?

    Maspero/La Dcouverte, 1981

    et La Dcouverte/Poche , 1997

    Culp, Ghetto and State

    Londres, Al Saqi books, 1983

  • 5

    LArabie du Sud chez les auteurs classiques

    in LArabie du Sud, histoire et civilisation tome 1 (J. Chelhod et R. de Bayle d.)

    Maisonneuve et Larose, 1984

    Rationalisme et Religion

    (avec Jean Boussinesq)

    Nouvelles ditions rationalistes,

    Raison Prsente, n 72, 1984

    La Nation, ralit et fantasmes

    (avec Maurice Caveing et Claire Mouradian)

    Nouvelles ditions rationalistes,

    Raison Prsente, n 72, 1988

    LIslam : politique et croyance Fayard, 1993

    De Pythagore Lnine

    Des activismes idologiques

    Fayard, 1993

    et Pocket, 2000

    Entre Islam et Occident

    Entretiens avec Grard Khoury

    Les Belles Lettres, 1998

    Souvenirs dun marginal (prface de Pierre Vidal-Naquet)

    Fayard, 200

  • 6

    La premire dition de cet ouvrage a paru

    dans la collection Politique en 1968.

    ISBN 978-2-75-783074-1

    (ISBN 2-02-000321-X, 1re

    publication)

    ditions du Seuil, fvrier 1968, mai 1994

  • 7

    Et ce nest point quun homme ne soit triste, mais se levant avec le jour et se tenant avec prudence dans le commerce dun

    vieil arbre, appuy du menton la dernire toile, il voit au

    fond du ciel jeun de grandes choses pures qui tournent au

    plaisir.

    SAINT-JOHN PERSE

  • 8

    Table des matires

    Avant-propos 9

    Avertissements 18

    CHAPITRE I - Prsentation dun monde 21

    CHAPITRE II - Prsentation dune terre 32

    CHAPITRE III - Naissance dun prophte 64

    CHAPITRE IV - Naissance dune secte 100

    CHAPITRE V - Le prophte arm 191

    CHAPITRE VI - Naissance dun Etat 267

    CHAPITRE VII - Victoire sur la mort 355

    Rpertoire des mots et noms arabes 380

    Notes et rfrences 399

    Bibliographie sommaire 421

    Carte 428

  • 9

    Avant-propos

    Un livre comme celui-ci requiert une justification. Il a

    t crit un trs grand nombre de biographies du prophte de

    lIslam, plusieurs dans les toutes dernires annes. Parmi ces ouvrages, il en est dhonntes, il en est mme dexcellents. A quoi bon alors raconter une fois de plus la mme histoire ?

    Je napporte certes aucun fait nouveau. Il serait difficile dailleurs de le faire, aucune source nouvelle nayant t dcouverte et il est peu vraisemblable quon en dcouvre. Les sources principales sont bien connues depuis longtemps,

    elles ont t recueillies, dites, analyses, confrontes. Ce

    travail a t bien fait. On ne peut lui apporter que des

    amliorations de dtail.

    Mais, sur la base des mmes faits, chaque gnration

    refait lhistoire. A la lumire de ses proccupations dominantes, elle comprend autrement le droulement des

    vnements, les heurts des hommes et le jeu des forces en

    prsence. Depuis Caetani, Becker, Lammens, de nouvelles

    perspectives ont t dgages sur lIslam naissant. On a commenc prendre en considration lvolution sociale de lArabie cette poque, point de vue dont les gnrations prcdentes navaient pour ainsi dire pas tenu compte. Dans la mme ligne, W. Montgomery Watt a bti une uvre

  • 10

    remarquable dont jai dit ailleurs les mrites. Jai rdig cette biographie dans la mme optique avec toutefois un

    inflchissement. Les vnements de ces dernires annes et des

    circonstances personnelles mont amen rflchir sur les constantes des idologies et des mouvements base

    idologique. Jai eu tout naturellement lattention attire sur ces constantes, telles quelles se manifestent dans les vnements que je relate. De mme, jai suivi attentivement les controverses actuelles sur lexplication dune vie par lhistoire personnelle du hros dans sa jeunesse et par son micro-milieu,

    explication quon cherche rconcilier avec le point de vue marxiste sur la causalit sociale des biographies individuelles.

    Jai essay de montrer comment, dans le cas du prophte, ces deux sries de causes convergeaient et nous permettaient de

    comprendre les faits. Peut-tre cet essai a-t-il quelque valeur

    mthodologique.

    En somme, jai essay dtre la fois narratif et explicatif. De ce dernier point de vue, jai voulu moins apporter de nouvelles explications que mefforcer dajuster les interprtations partielles dj avances, de les mettre chacune

    leur place, de dterminer leurs domaines respectifs de

    validit, leurs parts de vrit de faon penser leur

    agencement rciproque et obtenir une image totale

    cohrente. Cela revient rflchir partir dun exemple concret sur les problmes quon essaye si souvent de rsoudre dans lair rarfi du monde des concepts. Je crois quon y a tout avantage.

    Mais jai voulu aussi donner un ouvrage lisible, cest--dire en grande partie narratif. Cela implique des risques.

    Une biographie de Mohammad, qui ne mentionnerait que des

    faits indubitables, dune certitude mathmatique, serait rduite quelques pages et dune affreuse scheresse. Il est pourtant

  • 11

    possible de donner de cette vie une image vraisemblable,

    parfois trs vraisemblable. Mais il faut, pour cela, utiliser des

    donnes tires de sources sur lesquelles nous navons que peu de garanties de vracit.

    Ces sources, je my suis report constamment. Si je me suis, je pense, tenu srieusement inform des travaux de mes

    devanciers, cela ne signifie pas que jaie seulement compil les donnes de leurs ouvrages. Je me suis de faon permanente

    rfr aux sources principales. Jai eu constamment sur ma table au cours de la rdaction Ibn Ishq, Tabar, Wqid, Ibn Sad et jai fait souvent des plonges dans locan de la tradition . Les spcialistes sen apercevront. Cela dit, il faut avertir que ces sources sont peu sres,

    quelles sont bien loin des faits. Les plus anciens textes que nous possdions sur la vie du prophte remontent cent vingt-

    cinq ans aprs sa mort environ, un peu moins que le temps qui

    nous spare de la mort de Napolon. Assurment, ils citent des

    sources (orales pour la plupart) plus anciennes, ils prtendent

    remonter des tmoins oculaires des vnements. Mais

    I. Goldziher et J. Schacht en particulier ont montr le peu de

    confiance quon devait avoir envers ces traditions . Beaucoup, les auteurs musulmans le savaient dj, ont t

    forges ou au moins arranges pour servir les intrts dun parti, dune cause, dune famille, dune thse. Comment faire le partage entre ce qui est authentique la base et ce qui ne

    lest pas, distinguer le vrai du faux ? Aucun critre qui soit incontestable. Les forgeurs de traditions avaient un don

    littraire certain. Ils donnaient leurs inventions ce caractre

    vivant, ais, familier qui fait leur charme. Ces dialogues

    anims, ces dtails qui ont toute lapparence du vcu, ces expressions de la conversation, ces traits dhumour sont plus souvent la marque du talent littraire que de lauthenticit

  • 12

    historique. Les auteurs ont saupoudr le tout de mots

    archaques pchs dans les dictionnaires ou au cours des

    vritables enqutes ethnographiques que ces gens du VIIIe et

    du IXe sicle firent au dsert. Rien ne nous permet de dire

    jamais : cela remonte incontestablement au temps du prophte.

    Faut-il donc abandonner une tche dsespre,

    renoncer crire cette biographie, voire comme certain auteur

    sovitique parler dun mythe de Mohammad ? Je ne le crois pas. Il nous reste le texte du Coran, trs difficile utiliser, le

    plus souvent nigmatique, demandant un long et incertain

    travail pour tre ordonn chronologiquement. Mais cest une base ferme, certainement authentique. Il nous reste les faits sur

    lesquels toutes les traditions saccordent. Les premiers compilateurs arabes diffrent (en partie) quant aux noms de

    ceux qui participrent la bataille de Badr, quant aux

    circonstances de la bataille et ses prliminaires, ses

    consquences. Ils discutent entre eux sur ces points, refltant

    les luttes des partis de leur temps. Mais de telles discussions ne

    purent avoir lieu que parce que tout le monde tait