REVUE TRIMESTRIELLE DE LA SECTION .REVUE TRIMESTRIELLE DE LA SECTION ROMANDE DE L’ASSOCIATION...

download REVUE TRIMESTRIELLE DE LA SECTION .REVUE TRIMESTRIELLE DE LA SECTION ROMANDE DE L’ASSOCIATION SUISSE

of 32

  • date post

    12-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of REVUE TRIMESTRIELLE DE LA SECTION .REVUE TRIMESTRIELLE DE LA SECTION ROMANDE DE L’ASSOCIATION...

  • REVUE TRIMESTRIELLE DE LA SECTION ROMANDE DE LASSOCIATION SUISSE POUR LHABITAT

    Solinvest, un nouvel outil de solidarit financire pour lASHVers un meilleur partenariat entre coopratives et communesLes Estudiantines, une nouvelle cooprative au service des tudiants

    81e ANNE No 2 JUIN 2009

  • Gris PANTONE 430U Noir PANTONE 432U Vert PANTONE 354U Bleu PANTONE 2728U

    Faade Serrurerie

    Construction mtallique

    Ch. du Pr-Fleuri 21 1228 Plan-les-Ouates

    Tl 022 884 55 55 www.aav.ch

    Hypothque? Autant construire mieux si cest plus avantageux.

    Banque alternative BAS Reprsentation romande Rue du Petit-Chne 38 1001 Lausanne

    La Banque alternative BAS encourage les constructions cologiques et les habitats sociaux par des taux dintrt attrayants. Sans limitation dans le temps et sur toute lhypothque.

    Pour une vritable alternative: 021 319 91 00, bas-info@abs.ch, www.bas.ch

    Bureaux Olten, Lausanne, Zurich, Genve et Bellinzone

    www.bas.ch

  • D

    ITO

    RIA

    L

    Les matres douvrage dutilit publique le savent bien: lune des principales difficults pour construire de nouveaux loge-ments rside dans la pnurie de terrains btir. Et lorsque la perle rare se prsente, coopratives et autres fondations doi-vent trop souvent renoncer lachat du terrain cause de son prix, quune concurrence froce entre acteurs du march immobilier pousse vers des hauteurs inaccessibles pour qui veut construire des logements loyer modr.

    Les matres douvrage dutilit publique ont toutefois en main un certain nombre datouts pour contrer un tantinet le jeu malsain de la surenchre et de la spculation immobilire, et pour combler les lacunes du march. En particulier au niveau des potentiels de terrain btir des communes. Cest la rai-son pour laquelle lOffice fdral du logement a mandat la socit Metron pour mener une vaste tude auprs des com-munes afin de dterminer au plus prs leurs rserves de ter-rain btir, ainsi que leur disponibilit collaborer avec les matres douvrage dutilit publique. Les premiers rsultats de cette tude sont connus depuis le mois de mars 2009, avec une mauvaise et une bonne nouvelle la cl.

    La mauvaise nouvelle: il manque effectivement des loge-ments, surtout dans les grands centres urbains et dans les communes touristiques, et surtout dans le segment des appartements destins aux familles et aux personnes ges. La bonne nouvelle: plus de la moiti des 507 communes inter-roges se montrent plutt favorables une collaboration avec les matres douvrage dutilit publique, principalement par le biais de loctroi de terrain btir ou de droit de superficie, aux prix du march ou des conditions plus avantageuses.

    Nous avons donc rserv une bonne place cette question dans ce numro dans notre rubrique POLITIQUE (pp. 12-17) afin que les matres douvrage dutilit publique osent se lan-cer sans complexes dans leur travail de lobbying auprs des communes en les incitant pratiquer une politique du sol plus active.

    Trs bonne lecture, et bientt, pour suivre les actualits sur www.habitation.ch

    Patrick Clmenon

    HABITATION JUIN 2009

    Catherine Demierre, sans titre, 110 x 130 cm, 2007.

  • G E N E V EN Y O NL A U S A N N EN E U C H A T E LF R A N C E

    www.naef.ch

    Naef Immobilier une dimension rgionale la mesure de vos projets

  • 4-7 FONDATIONS. Scheron, nouveau dpart pour la FVGLS 8-10 INTERVIEW. Peter Schmid, prsident de la fondation Solinvest 12-15 POLITIQUE. Potentiels de terrain btir des communes une chance pour la construction de logements dutilit publique? 15 POLITIQUE. Un guide pour laction foncire des communes neuchteloises 16-17 POLITIQUE. Lexemple de la commune de Gy 18-22 COOPRATIVES. Une cooprative au service des tudiants 23-24 ASH ROMANDE. Reflets 2008 25-27 ASH SUISSE. Aperu des activits du Fonds de Solidarit 2008 27 AGENDA. Forum des matres douvrage dutilit publique Lucerne 28 CHRONIQUE VAGABONDE. Une station de ski jurassienne sauve par les femmes 29 ABONNEMENTS. Pour pouvoir sabonner si vous navez pas daccs www.habitation.ch

    SO

    MM

    AIR

    E

    Scheron, nouveau dpart pour la FVGLSLa Fondation de la Ville de Genve pour le logement social construit deux immeubles (91 logements) et participe la cration dun nouveau petit quartier arboris.

    Interview avec Peter SchmidUne nouvelle forme daide aux socits coopratives dhabitation est ne lautomne pass au sein de lASH: la fondation Solinvest. Dote en fonds par lASH et les grandes coopratives affilies, Solinvest complte et diversifie loffre du Fonds de roulement et du Fonds de Solidarit.

    Partenariat coopratives-communesMandate par lOffice fdral du logement, lentreprise Metron SA (Brugg) a ralis lhiver dernier une enqute auprs de 507 communes en vue de rpertorier leurs rserves de terrain btir et dexaminer les meilleures formes de partenariat envisageables entre communes et matres douvrage dutilit publique.

    Une cooprative au service des tudiantsEmanation de la socit lausannoise Cit Derrire, Les Estudiantines est en train de raliser sur le campus de lEcole polytechnique fdrale un complexe immobilier qui proposera ds le semestre dt 2010 quelque 300 logements pour tudiants.

    HABITATION JUIN 2009

    12-15

    8-10

    4-7

    18-22

  • FO

    ND

    AT

    ION

    S

    La Fondation de la Ville de Genve pour le logement social construit deux immeubles (91 logements) et participe la cration dun nouveau petit quartier arboris.

    Scheron, nouveau dpart pour la FVGLS

    4

    5

  • HABITATION JUIN 2009FONDAT IONS

    A Genve, un nouvel ensemble a commenc, ce prin-temps, sortir de terre. Les usagers du train peuvent sui-vre quotidiennement lavance des travaux, peu avant len-tre en gare, ct lac. Un tage, deux tages Neuf niveaux doivent tre btis un rez infrieur semi enterr, un rez suprieur, six tages et un attique Au total, cinq btiments seront construits sur le pourtour de cette par-celle trapzodale de 13 700 m2, la partie centrale tant rserve un parc arboris conditionn par la prserva-tion de trois arbres majeurs. Les habitants et les usagers de ce Foyer de Scheron nont pas fini de voir la vie en vert (voir encadr).

    La parcelle est dlimite lest par les voies de chemin de fer, au nord par lavenue de France (qui mne la place des Nations), louest par lavenue Blanc, deux pas du dbut de la rue de Lausanne. Lactuel chantier concerne deux immeubles dhabitation pour 91 logements (HBM) situs aux extrmits nord-ouest du terrain. Un EMS (80 places environ), une maison de quartier comportant notamment un restaurant scolaire pour lcole voisine et une crche (92 places) et un immeuble vou au logement coopratif (20 23 logements) complteront lensemble. Lencouragement la mixit sociale et au dialogue inter-gnrationnel est patent!

    M

    PH

    AR

    CH

    ITE

    CTE

    S

    Un concours darchitecture, remport en juin 2004 aprs deux tours par le bureau MPH Architectes Lau-sanne, consacre un systme dimmeubles en biseaux qui assure une protection optimum contre les bruits ext-rieurs, et une ouverture de vue maximum, du centre vers lextrieur. MPH se voit confier le mandat darchitecture pour les deux premiers immeubles. Trois bureaux prims lors du concours, Luscher Architectes Lausanne, Tho-mas Seiler Zurich, Berset & Kaufmann Fribourg se par-tagent les trois autres btiments, partir des gabarits du laurat.

    Dans sa globalit, ce projet est emblmatique de la mutation de lancien quartier industriel de Scheron. La ville de Genve avait rachet cette parcelle dite du Foyer de Scheron en 2003, avec pour objectif de constituer un ple de quartier. Ds le dbut, il a t prvu doc-troyer un droit de superficie la Fondation de la Ville de Genve pour le logement social (FVGLS) pour la construc-tion de deux immeubles dhabitation, ce qui fut fait en fvrier 2006.

    Dans son projet, la ville entendait rapidement quiper la parcelle pour permettre la FVGLS de se lancer, et de pouvoir proposer aux autres partenaires des terrains dj dots dinfrastructures. Dans la mme logique, la ville a

    A gauche, Miltos Thomaides, membre du comit de la FVGLS et prsident du comit de construction. A droite, Olivier Bolay, directeur des travaux.

    V

    B

  • 6

    7

    Les deux immeubles de la FVGLS proposeront 91 logements.Pour larchitecte, construire bon march nempche pas quelques folies.Sur le site, le regard du visiteur accroche sur les lments de bton verticaux de couleur verte, dont la surface se caractrise par de lgres ondulations. Larchitecte Alexandre Wagnires de MPH Architectes apprcie la qualit lourde, massive, minrale de ces lments prfabriqus. Leur teinte entrera bientt en relation avec la verdure et les feuillages du parc, carte de visite de la qualit de vie du Foyer de Scheron. Les ondulations perceptibles la surface du bton, des vaguelettes de quelque 2 ou 3 centimtres damplitude, confreront un ct rideau ces immeubles, cette toffe se singularisera dans un environnement dur voies de chemins de fer, btiments industriels ou de services.Alexandre Wagnires prcise les particularits dune architecture domestique qui, avec ses balcons et ses lments de faade rptitifs, ne cherche pas cacher le nombre de ses tages ou mme les sparations entre les apparte-ments. Sur les plans, la ncessit de construire bon march se lit dans la grande simplicit, avec des salles deau strictement surperposes. Ct jardin, une grande baie vitre sur toute la longueur donne sur le balcon. Pour profiter au maximum de la lumire, larchitecte prconise labsence de cloisons entre living, cuisine et entre. Mais un certain nombre dappartements devraient tre dots dune cuisine spare. Dans tous les cas, cette option permet de faire un peu oublier la norme des 25 m2 (bru