Revue toxicologie maroc

Click here to load reader

Embed Size (px)

description

Revue toxicologie maroc

Transcript of Revue toxicologie maroc

  • 1. Toxicologie Maroc - N 8 - 1er trimestre 2011 - 1 Maroc Dossier spcial Lintoxication par les drogues au Maroc N 8 - 1er trimestre 2011 Publication officielle du Centre Anti Poison du Maroc Ministre de la sant

2. 2 - Toxicologie Maroc - N 8 - 1er trimestre 2011 Edito Directrice de Publication Pr Rachida Soulaymani Bencheikh Comit de Rdaction Rdactrice en Chef Dr Naima Rhalem Secrtaire de rdaction Mme Rachida Aghandous Rubrique Institutionnelle Dr Hanane Chaoui Rubrique Rapports et Rsultats Dr Asmae Khattabi Articles originaux Mr Lahcen Ouammi Clinique Dr Sanae Achour Alertes du CAPM Dr Houda Sefiani Infos et revues de presse Dr Ghyslaine Jalal Responsable diffusion Mme Hind Jerhalef Relecture Dr Jean Marc David EDITION Directrice de lEdition Dr Siham Benchekroun Directeur artistique Chafik Aaziz Socit dEdition Socit Empreintes Edition Rs. Alia, 8, rue Essanaani. Appt 4. Bourgogne. Casablanca Tel: 0522 260 184. Fax: 0522 367 035 Empreintes_edition@yahoo.fr IMPRESSION Imprimerie Maarif El Jadida. Rabat Dossier de presse : 14 /2009 Dpt lgal: 2009 PE 0052 Tous les numros sont disponibles sur le site : www.capm.ma Ledifficileetlurgentcombat contrelatoxicomanie Choisir le sujet des drogues pour dmarrer la 3me anne de publication de la revue Toxicologie Maroc nest pas le fruit du hasard. Il reflte lintrt de la Rdaction pour le sujet pineux que constitue la consom- mation de drogues et leurs consquences en usage aigu abusif. En Afrique, la consommation de drogues prend des dimensions inqui- tantes. Plusieurs pays africains sont confronts au trafic et labus des produits tels que le cannabis, les amphtamines, les plantes halluci- nognes et autres. La mondialisation de loffre a galement permis des substances comme la cocane et lhrone dy faire dsormais leur apparition. Tous les Etats sont conscients de la gravit de la situation et beaucoup de mesures ont t prises pour arrter le flau. Mais les checs se mul- tiplient devant les grands rseaux de trafic. Au Maroc, lusage de certaines drogues est trs ancien, notamment le cannabis, mais lutilisation actuelle est bien loign de lusage tra- ditionnel qui en tait fait. Les formes de prsentation et les modalits dutilisation dfient limagination et les concentrations sont de plus en plus importantes lors dun seul usage. Des drogues nouvelles ont ga- lement trouv preneurs. Or labus de substances toxicomanognes a des rpercussions familia- les, sociales voir lgales et judiciaires. Les consquences cliniques sont physiques et psychiques, immdiates ou retardes. Leur usage peut ga- lement tre la cause directe daccidents de la voie publique et en milieu de travail, de suicides, de crimes, dlinquance diverse, de dpendance, de contamination par le virus du Sida et/ou de lhpatite, etc. Lintoxication aige par ces produits est loin dtre ngligeable chez le consommateur ou chez son entourage. Elle peut entrainer des tableaux cliniques graves avec dtresses vitales voire dcs. A travers ce numro, nous esprons participer la dynamique de lutte contre les effets nfastes de la toxicomanie et lancer un dbat sur les causes et les consquences de ce flau. Nous profitons de cette oppor- tunit pour attirer lattention sur le laxisme qui permet laccessibilit aux produits toxicomanognes aussi bien chez les herboristes, quen pharmacie ou dans les marchs parallles. A ct des mesures salutaires de rduction de loffre, il importe de dvelopper une stratgie cohrente de rduction de la demande, no- tamment travers le renforcement de lducation pour la sant et la prvention dans les coles et les centres de soins. Dans ce sens, il serait important dintgrer un module sur la toxicomanie et lusage des dro- gues dans les programmes denseignements scolaire et universitaire et dans les centres de formation professionnelle. Les professionnels de la sant devraient tre vigilants face lapparition de nouvelles substances et de nouvelles tendances de consommation chez des jeunes en qute dexpriences et de sensations diffrentes. Pr Rachida Soulaymani-Bencheikh Directrice de Publication 3. Toxicologie Maroc - N 8 - 1er trimestre 2011 - 3 Clinique Dfinition La drogue est un produit psychoactif naturel ou synthtique, utilis par une personne en vue de modifier son tat de conscience ou damliorer ses performances, ayant un potentiel dusage nocif, dabus ou de dpendance et dont lusage peut tre lgal ou non [1]. Modalits de consommation Les modalits de consommation sont dfinies par lusage, labus et la dpendance. Lusage Lusage est caractris par la consom- mation de substances nentranant ni complication ni dommage. Cette dfinition, qui peut prter controverse, sous-entend quil peut exister une consommation sans risques, socialement rgle, dont la place est lie lacceptation, voire la valorisation dune substance par une socit donne un moment donn, pour un plaisir personnel ou un usage convivial. Les limites de cette dfinition sont cependant floues. Il nest en effet pas toujours facile de dfinir les frontires entre lusage simple et certains usages risques comme la consommation dans certainessituations(conduiteautomobile, grossesse...), certaines consommations festives socialement intgres mais abusives (ftes, rave-party...), ou certaines consommations (tabac, alcool...) dont les seuilsdequantitetdedureaugmentent terme les risques de mortalit et de morbidit somatiques [2]. Labus Il sagit dun mode de consommation dune substance psychoactive qui est prjudiciablelasant.Lescomplications peuvent tre physiques (par exemple hpatite conscutive des injections de substances psycho-actives par le sujet lui-mme) ou psychiques (par exemple pisodes dpressifs secondaires une forte consommation dalcool). LESDrogues: Dfinition,classification Chaoui Hanane1,2 , Rhalem Naima1,2 , Ouammi Lahcen1,2 , Badrane Narjis1 , Semlali Ilham1 , Soulaymani-Bencheikh Rachida1,3 1- Centre Anti Poison du Maroc 2- Laboratoire de gntique et de biomtrie. Facult des Sciences, Universit Ibn Tofail de Knitra 3- Facult de Mdecine et de Pharmacie de Rabat TableauI : Classifications des substances utilises en toxicomanie [5,6,7,8] TYPE DE SUBSTANCE STIMULANTS DU SNC OU PSYCHO- ANALEPTIQUES SDATIFS DU SNC OU PSYCHOLEPTIQUES PERTURBATEURS DU SNC OU PSYCHODYSLEPTIQUES PRODUITS LOCAUX (AU MAROC) PRODUITS NON TOXICOMANOGNES MAIS UTILISS EN TOXICOMANIE Dfinition Ce sont les substances qui excitent le systme nerveux central, stimulent la vigilance et lattention Ce sont des substances qui modrent lactivit crbrale. Elles calment la douleur et lanxit et luttent contre linsomnie Ce sont des substances qui provoquent des hallucinations et des dlires Mixture de substances toxicomanognes Substances psychotropes nayant pas deffets toxicomanognes Substances - Cocane - Amphtamines et drivs: Ephdrine, MDMA (mthylnedioxy mtamphtamine ou Ecstasy) - Divers: Khat, tabac - Opiacs : naturels : opium, codine, morphine, pholcodine de synthse : Pthidine, fentanyl, buprnorphine, hrone - Anxiolytiques: benzodiazpines et autres - Alcool - Champignons hallucinognes: Psilocybe, amanita muscaria - Plantes hallucinognes : Cannabis Atropine et substances anti cholinergiques naturelles de la famille des solanaces : Belladone, Datura, Jusquiame, Mandragore Iboga (Ibogane), Peyotl (Mescaline), Noix de muscade, Ayahuasca (Harmine), LSD (Lysergamide driv de lergot de seigle), DET (Dithyltriptamine), DMT (Dimthyltryptamine) - Produits de synthse: Ktamine, PCP (Phencyclidine) GHB (Acide gamma hydro butyrique), GBL (Gamma butyl lactone), Solvants, Colles Majoune: Cannabis datura, belladone, jusquiame, mandragore, cantharide, noix de muscade, cardamone, maniguette, et inconstamment des graines de pavot et des mdicaments psychotropes - Antidpresseurs - Neuroleptiques - Autres 4. 4 - Toxicologie Maroc - N 8 - 1er trimestre 2011 La Classification Internationale des Maladies, Dixime rvision (CIM- 10), insiste sur les risques physiques ou psychiques [3], le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM IV) plutt sur les risques sociaux[4]. La dpendance La dpendance est un ensemble de phnomnes comportementaux, cogni- tifs et physiologiques survenant la suite dune consommation rpte dune substance psychoactive, et typiquement associs : - un dsir puissant de prendre la drogue; - une difficult contrler la consommation ; - une poursuite de la consommation malgr des consquences nocives ; - un dsinvestissement progressif des autres activits et obligations au profit de la consommation de cette drogue ; - une tolrance accrue ; - un syndrome de sevrage physique. La dpendance peut concerner une substance psycho-active spcifique (tabac, alcool, benzodiazpines), unecatgoriedesubstances(substances opiaces), ou un ensemble plus vaste de substances psycho-actives pharmacologiquement diffrentes [3]. Classification des drogues Les drogues ont fait lobjet de nombreusesdmarchesdeclassification, principalement selon : - leffet (classification pharmacologique) - la nature du danger quelles prsentent (classification de lOMS, 1971) - la convention internationale dans la- quelle elles sont incluses (classification juridique : convention de 1961 des stupfiants, convention de 1971 des psychotropes mdicamenteux). La classification que le CAPM propose est une classification selon les effets pharmacologiques et qui a t adapte au contexte marocain. Rfrences 1- Favre JD. Alcool et conduites polyaddictives. Gastroentrologie clinique et biologique. 2002 Mai ; 26, 5:174-183. 2- Phan O, Corcos M, Girardon N, Nezelof S, Jeammet P. Abus et dpendance au cannabis ladolescence. EMC Psychiatrie/Pdopsychiatrie 2005;3. 3- Organisation Mondiale de la Sant. Classification Internationale des maladies. 10. Paris: Masson ;1993. 4- American Psychiatric Association. Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux.4. Paris: Masson ;1996. 5-GalliotGM.Droguesdesynthseconsommes dans les raves parties . Ann Pharm Fr. 2004; 62:158-164. 6- Nortier E. Drogues anciennes, drogues nouvelles, pratiques actuelles (1er partie). Psychiatr