Revue presse Worldwide Festival Leysin 2013

of 32 /32
REVUE DE PRESSE LEYSIN 1 ère EDITION du 20 au 24 MARS 2013

Embed Size (px)

description

Gilles Peterson's Worldwide Festival in Leysin, first edition (march 20th-24th)

Transcript of Revue presse Worldwide Festival Leysin 2013

  • REVUE DE PRESSE LEYSIN

    1re EDITION du 20 au 24 MARS 2013

  • SOMMAIRE

    PRESSE ECRITE

    WEB RADIO / TV

    p 1 - 9 p 10 - 14 p 15 - 28

  • PRESSE

  • Titre : Metro Pays : Uk Tirage : 1 359 044 ex. Langue : Anglais

    PRESSE

  • Titre : Neue Zrcher Zeitung Pays : Suisse Tirage : 132 660 ex. Langue : Allemand

    PRESSE

  • Titre : Le Dauphin Pays : France Tirage : 259 000 ex. Langue : Franais

    ! l I'r 'Llbr Samedi 2 mars 2Ol3 page 13

    F0stfigt*ffi\#3Y-[E-VIEUXiltlon de MyriamItrrntemporain, rye, t1.) 63 43 75 site web.r//www.fondation-lon.com.rclassigue gyptienlorts espaces desns, rue de la Frassel l le de danse), ledi 2 mars de 14h 45 5, organis parciation Les Trfles.t ignements au) 81 65 95.rommaries, tous les'edis. Marchntaire et produi ts;. tl. 04 50 23 86 00reb.//www'mairie--r,-a^-. , :^ . . . , - f '

    Zumides" pour fa i redcouvr i r les zoneshumides de la Haute-Savoie, t|. 06 26 0314 32site web.Http ://www.asters.asso.f r

    Opratlon de sauvetage desamphiblens.Rserve naturel le du Boutdu Lac, opration desauvetage des crapaudsqui t tant la fort pour al lerse reproduire dans leszones humides de larserve naturelle, t|.

    ' 0626 0314 32 si te web.Http ://www.asters.asso.f rSalon de la cratlonartlsanaleJusqubu dimanche3 mars, salle Polyvalente,de nombreux art isans etcrateurs seront runis la sal le polyvalente deDoussard, pour prsenterleurs oeuvres et crations.Ouverture des portessamedi de 14 h 18 h etdimanchede9h18h.Entre l ibre.Collecte de sang moblleA la maison des

    AlIlIEGY.[E.j

    r+, La promotion de laversion hivernaledu Worldwide Festival est passe aux Glaisins

    I e bar restaurant The Mar-L cel, install aux Glaisins,recevait poru une soire ex-ceptionnelle le DJ Gilles Pe-terson.

    Cette soire s'inscrit dansrme toume gui amnera en-suite Gilles Peterson Beme,Genve et Zurich pour la pro-motion de la version hiverna-fe du Worldwide Festivalgu'ilorganise Lepin en Suissedtu 20 au24 mrs. Ce festival$riste Ste depuis plusieurspnnes attirant une foule&glo -saxonne trs importan-t. Dans cette nouvelle ver-sin, le public porura asso-cil'r, s'ille souhaite, skietmu-sfoue avec des forfai tsspciaux. Le prognamme est

    trs riche avec notammentHudson Mohawke, Goldie,Mc GQ Rocket Numberline,Neneh Cherry, Machi-nedrum, LV Coreless, KarimaNze, Benji B Lefto, Anush-ka, DJ Rashad, Deetron Sim-bad, Food For Ya Soul, Thris-tian bPm, Flako, Chief, Tiou-maca, Sassy J KalabreseRumpelsoundsystem, Ga-rfid,Fred Bemard, Romare, NgocLan, Blague & Dkair, Horasse& Lemonick... et Gilles Peter-son. Ce dernier s'est fait con-natre en lanant le label AcidJazz avec Eddie Piller. Ce la-bel a permis l'mergence denoms connus conrme BrandNew Heavies, Jamiroquai,Corduroy, le James Taylor

    Quartet ou encore Snowboy.Gilles Peterson esi appr-

    ci des inities pouravoirportles couleurs de la Black Musicen remixant du jazz et de lasoul. Il est rlevenu une'lgen-de dans lc monde musical etest actucllement propritairede labels Londres et propo-se r(rgulirenrent des compi-lations de ses ceuwes.

    De trs nombreux adeptesde cette musique se sont ren-dus au Marccl pour une soi-re unique ou Gilles Petersonproposait des mix de son cnraccompagn des Super-fr iends. Un moment restinoubliable pourde ses fans.

    aa

    beaucoup

    n.f,.Gilles Pebnon, aooompagn de Maud Couturier; se prpare pour cettesoie exceptionnelle. phoro DUM.K

    ,!r \

    PRESSE

  • Titre : 20 minutes Pays : Suisse Tirage : 210 000 ex. Langue : Franais

    PRESSE

  • PRESSE

  • PRESSE

    L es statistiques impressionnent :71 tablissements, 3,5 millionsdentres annuelles, 400 cra-tions coproduites chaque saison.Les Scnes nationales profitent deleur festival LEffet Scnes (du 18 au24 mars) pour se livrer une dmons-tration de force, mettre en valeur leurrle et leur rseau qui quadrille toutela France (excepte la Corse).Le label Scne nationale a t cr en1991 par le ministre de la Culturepour pousser plus loin la dcentralisa-tion opre par les centres dramati-ques ou chorgraphiques nationaux(CDN) cantonns dans les capitales r-gionales. Cette deuxime gnrationde thtres sest, elle, installe dansdes villes moyennes avec une missionde diffusion sur les zones rurales envi-ronnantes. Quatre Scnes nationalesse sont successivement implantes enLanguedoc-Roussillon : Als (en1991), Ste et Narbonne (en 1993),et rcemment Perpignan (en 2012).Lirrigation du territoire qui com-pltera luvre de dcentralisation sefera sur notre rseau, affirme YvonTranchant. Directeur Ste, il plaidepour une programmation inscritedans la dure, produisant du sens,stimulant la curiosit grce desspectacles aboutis et, surtout, en vi-tant de faire des coups sans lende-main.

    La danse au pays du rugby

    La direction dune scne nationale estmoins prestigieuse que celle, plusconvoite, dun CDN. Mais elle garan-tit davantage de stabilit. La dureest une chance pour installer une pro-grammation et crer une relation deconfiance avec le public. A Als, leCratre est devenu une rfrence aufil des ans, commente Denis Lafau-rie. Ce vtran, en poste depuis la nais-sance des Scnes nationales, se flici-te aussi de la prise de conscience descollectivits de tutelle : Les lus se

    sont rendu compte que la culture pou-vait constituer un axe essentiel pourle dveloppement des villes, un vrita-ble investissement qui ne procdaitplus dune gestion la bonne fran-quette.A Narbonne, Dominique Massadau ra-conte comment une population sanstradition thtrale sest appropri un quipement construit non loin dustade de rugby. La danse sest alorsinstalle au pays de lOvalie.Jean-Claude Gallot, Maguy Marin, R-gine Chopinot : les grands chorgra-phes sont venus Narbonne. ChaqueScne nationale possde une spcifici-t. Mais toutes sont pluridisciplinai-res : art dramatique, musique, cirque,danse...Patron de lArchipel de Perpignan, letrs Catalan Domnec Reixac dvelop-

    pe, lui, une vocation transfrontali-re avec lEspagne, privilgiant liden-tit mditerranenne, accueillant descompagnies rgionales. Par le biais dersidences, les Scnes nationales ac-compagnent de nombreux artistes.Les coproductions permettent ausside rentabiliser les spectacles. La bais-se des subventions rend imprativecette mutualisation. Cest une spciali-t de Ste qui possde une unit deproduction. Pour la saison 2014/2015,les quatre Scnes nationales de la r-gion envisagent un beau partenariatavec le Thtre national de lOdon Paris pour monter Les Fausses confi-dences avec Isabelle Huppert.Les scnes de province peuvent aussijouer les premiers rles.

    JEAN-MARIE [email protected]

    FESTIVALLEffet ScnesDu 18 au 24 mars, LEffet Scnesdonne un coup de projecteur surla diversit de programmationdes Scnes nationales. Als montrede la danse, Por un Fio. Narbonneprogramme une Semaine audoisedu jeune public mais aussi un ouvragelyrique, Tosca, prsent par LOpraNomade. Ste affiche LActeurnuclaire de Claude Buchwald, artisteassoci en rsidence pour cettesaison. Perpignan accueille le festivallectro Tilt ainsi quune pice inspirede La Chvre de Monsieur Seguin,adapte par Jean-Lambert Wild : Com-ment ai-je pu tenir l-dedans?

    ! www.scnes-nationales.fr

    THTRE Le festival LEffet Scnes (18 au 24 mars) runit 69 tablissements

    Quand les Scnes nationalesjouent les premiers rlesLes quatre thtres labelliss de la rgion unissent leurs forces. Gros plan sur ce rseau.

    On vous savait fan de sport,pas de chanson. Commentest n ce livre?Les Editions du Rocher montpropos des biographies desportifs mais jai prfr criresur la chanson franaise, monautre passion. Dabord un Fer-rat, un choix de cur, puis na-turellement Trenet. Pour lecentime anniversaire de sanaissance, je voulais lui rendrehommage et le remettre aucur de nos vies. Je minsurgeque lon ne lentende plus surles ondes, alors que sa cote estencore immense auprs du pu-blic.

    Do vous vient cet amourpour Charles Trenet?De son passage lOlympia en1975. Jai t captiv par sesmlodies, sa manire si cour-toise dintroduire chaque chan-son, son immense respect de

    la langue franaise. Malheureu-sement, je ne lai jamais ren-contr. Je le regrette. Jauraistellement aim tre une petitesouris et assister ses djeu-ners au Fouquets qui dmar-raient 13 h et sachevaient 18 h. Ctaient, parat-il, desinstants merveilleux, ptillantsdintelligence et de drleries.

    Quest-ce qui vous sduitautant chez Trenet?Il y a deux Trenet, lun mlan-colique qui na pas t trs heu-reux dans sa vie et lautre gaiet joyeux. Le premier se ca-chait dans ses chansons. Jenai pas voulu faire une biogra-phie mais une dclarationdamour, un portrait en chan-sons, car elles expliquentmieux que tout quel homme iltait. Sa ponctualit lgendai-re, son ct maniaque Fid-le par exemple est sans doute

    lune des plus autobiographi-ques. Mais plus quun chan-teur, Trenet tait un pote etun grand musicien. Un cra-teur. Pour ce livre, je me suisreplong avec dlectationdans son uvre. Et puis Tre-net, cest lhomme dun pays,dune rgion. Je pense tou-jours en coutant La Mer com-ment il a crit ce texte dans untrain qui longeait la Mditerra-ne et les tangs

    Votre chanson prfre?Fidle car cest celle qui illus-tre le plus son amour des pr-noms et des paysages. Maisjaime aussi des moinsconnues : Mon cur senvole,Marie tu dors ou Gilles, jetachte une automobile. Cesont des merveilles. La vie deTrenet aprs 1971 me touchebeaucoup.

    Recueilli par LAURE JOANIN

    Cette nuit, aux Angles, Elisado Brasil tait aux platinespour la dernire tape de Ga-rosnow. Mercredi prochain, Leysin, en Suisse, le festivalStoisWorldwide de Gilles Pe-terson lance son pendant hi-vernal. la fin du mois, en An-dorre, Electrosnow proposeaussi sa premire dition avecune plthore de DJs. Cest latendance: les stations de ski,soucieuses de diversification,souvrent aux festivals.Cela permet de renouveler lafrquentation touristique. Laconcurrence fait rage et cer-taines ont une baisse impor-tante de clientle, analyseBoris Picq de SnapShot, struc-ture montpelliraine qui orga-nise le Worldwide.Pour nous, lide cest de sedonner rendez-vous sur lespentes enneiges avec une d-marche artistique atypique,comme Ste, rsume lorga-nisateur. Avec trois rendez-vous : laprs-midi en haut despistes sur la terrasse dunresto-tournant, en dbut desoire en bas des pistes et lanuit dans un club de tenniscouvert customis en salle despectacle. Pour Leyzin, cestlquipe montpelliraine qui admarch la commune.Gilles Pterson est franco-suisse et connat bien le sec-teur. Quand on est arrivs,ils se sont dits : Cest qui cescow-boys?, rigole Boris Picq.On leur a montr ce que lonfait Ste et le projet a t va-lid par les habitants.Pour SnapShot aussi, cestune faon de se diversifier et,en temps de crise, dembau-cher. Le succs commercialde ldition de Ste nous per-met de lancer Leysin et de re-cruter, nous sommes dsor-mais dix personnes.

    Y. P.

    PratiqueWorldwide de Leysin sedroule du 20 au 24 mars.Fidle sa philosophiedclectisme musical,le festival alterne ttesdaffiche (Neneh Cherry,Nze, Goldie...) etdernires trouvailles deGilles Peterson (Troumaca,Karizma, etc.), le maestrotant bien videmment l.Infos et tarifs :www.worldwidefestival.comElectroSnow, stationGandvalira en Andorre,les 30, 31 mars et 1er avril,table plus sur les grossespointures techno (MissKittin, Michael Mayer,Carl Craig...). Site :www.electrosnow.com

    Les clubbersfont du ski

    LIVRE Il publie Le Roman de Charles Trenet aux Editions du Rocher

    TENDANCE

    " Le Worldwide lance sa versionhivernale en Suisse, Leysin. DR

    "Monfort : Je minsurge quon nentende plus Trenet la radio. R.d.H

    !"#$%& '()*+,% #% -.%/&0/1%- '

    ()*+,% #% ,%.,2-%3&0&4)3- '()*+,% #% ,%.,2-%3&0&4)3- '()*+,% #% -.%/&0&%",- '

    ! "!#$!!%&' !$#

    !"#$%& '()*+,% #% -.%/&0/1%- '

    ()*+,% #% ,%.,2-%3&0&4)3- '()*+,% #% ,%.,2-%3&0&4)3- '()*+,% #% -.%/&0&%",- '

    %() "!)'*)+$# #%,

    !"#$%& '()*+,% #% -.%/&0/1%- '

    ()*+,% #% ,%.,2-%3&0&4)3- '()*+,% #% ,%.,2-%3&0&4)3- '()*+,% #% -.%/&0&%",- '

    #($ "!*%!*#$&% '''

    !"#$%& '()*+,% #% -.%/&0/1%- '

    ()*+,% #% ,%.,2-%3&0&4)3- '()*+,% #% ,%.,2-%3&0&4)3- '()*+,% #% -.%/&0&%",- '

    !(+) "!!#%!*$' %,% -./

    5604-)3 7899:7897;5604-)3 7899:7897;

    5604-)3 7899:7897;5604-)3 7899:7897;

    5604-)3 7899:7897;5604-)3 7899:7897; 5

  • Titre : Eco des Pays de Savoie Pays : France Tirage : 12 000 ex. Langue : Franais

    PRESSE

  • Titre : LEssor Savoyard Pays : France Tirage : 6 400 ex. Langue : Franais

    Titre :Sonomag Pays : France Tirage : non communiqu Langue : Franais

    PRESSE

  • TV-RADIO

  • RADIO - TV

  • RADIO - TV

  • RADIO - TV

  • RADIO - TV

  • PASSAGES EN RADIO

  • WEB

  • WEB

  • WEB

  • WEB

  • WEB

  • 1Du 27 mars au 3 avril 2013 - N 653 - www.leregional.ch

    AUTO-MOTO 28 30 Culture 27Sports 26Rgions 5 25 Agenda 38 et 39

    PULLY Chamblandes 27 APPARTEMENTS DE PRESTIGE DANS QUARTIER PRIVILGI

    3.5 pices Fr. 950000.-4.5 pices Fr. 2400000.-5.5 pices Fr. 2800000.-

    Agence de Lutry021 796 35 35

    Rf. 207419

    OUVERTURE DU CHANTIER

    Lausanne, Lavaux, Oron, Riviera, Chablais

    L A C C E N T D E V O T R E R G I O N

    Vevey est champion romandEmmen par son attaquant vedette Fabien Favre, Vevey a cras Lancy-Chnois 33 19 dimanche 24 mars. En gagnant son ultime rencontre de la saison, le club de la Riviera devient champion romand de 2e ligue et obtient sa promotion en 1re ligue Suisse. Face ce nouveau dfi, le club devra se doter des moyens financiers ncessaires renforcer lquipe sil veut affronter ses futurs adversaires armes gales. Le point avec son prsident. page 26

    S.Trolliet

    Du 28 mars au 3 avril 2013 - N 653- www.leregional.ch

    a draille aux CFF

    A chaque augmentation de leurs tarifs, les CFF expliquent avoir de hautes exigences pour la scurit des voya-geurs. Mais, au vu des der-niers vnements, nous comprenons enfin pourquoi les trains suisses sont si chers. Il suffit de reprendre le faux syllogisme des CFF: Drailler cote cher! Les bons trains ne draillent pas. Donc les bons trains ne cotent pas cher... Ah! ...mais alors, ils sont o ceux-l?Mais lon peut adopter une autre logique. Les bons trains cotent cher! Les bons trains qui draillent cotent encore plus cher. Donc, plus on draille aux CFF ...mieux a vaut.. car a rapporte.Allons-nous vers un bonus au draillement?Les CFF travaillent sur une puce permettant le paiement automatique de chaque ticket. Prvoient-ils dans ce dve-loppement que les voyageurs ne soient dbits que lorsque les trains sont lheure, sans drailler ni collision, aussi minime soit-elle? A moins que la logique continue et quils soient dbits deux fois au moindre incident? Affaire suivre sur la bonne voie sans trop drailler! Nina Brissot

    OPINION

    DR

    Bex clbre la gym et lamourDu 11 au 13 avril, le gala annuel de la socit de Gym de Bex rassemblera 1000 personnes pour un spectacle alliant gym rythmique et ballets chorgraphiques, sur fond dhistoire damour. page 26

    Pully a mal ses trainsLe Conseil communal octroie 4.3 mil-lions au ramnagement de la gare. Mais des critiques slvent contre la desserte de la ville: Deux trains par heure, cest peu!. page 7

    Collombey sinquiteLa faillite de Magro menace 60 emplois Collombey. Selon le syndicat Unia, un espoir sub-siste: la direction serait en qute dun ventuel repreneur. page 21

    WEB

  • WEB

  • WEB

  • WEB

  • WEB

  • WEB

  • WEB

  • WEB

  • WEB

  • Beverly Rais : [email protected] Franck Alfier : [email protected]

    Contact presse