Revue de presse Festival 2012

of 35 /35
Publié le 18/09/2012 à 06h00 Par Philippe andréoulis 0 Auch Ciné 32 bat des records, et veut continuer Avec 138 000 spectateurs en 2011, les salles obscures auscitaines ont crevé le plafond. En 2011, la fréquentation des cinémas a encore progressé. Les nouvelles salles devraient aider à maintenir le rythme. (PHOTO ARCHIVES philippe bataille/« SUD OUEST ») C'est la troisième année consécutive que cela se passe. À Auch, les salles de Ciné 32 ont encore battu des records de fréquentation. Et encore s'agit-il là des chiffres de l'année 2011, c'est-à-dire réalisés dans les anciens locaux de l'association, rue Lafayette et rue Alsace. Durant toute l'année passée donc, 138 000 spectateurs sont venus au cinéma à Auch. En 2009, ils étaient 128 000. « Cela fait trois ans qu'on bat chaque année le record », souligne avec satisfaction la directrice de Ciné 32, Sylvie Buscail. Les salles du département sont elles aussi dans de bonnes dispositions. Avec une fréquentation en hausse de 15 % par rapport à l'année passée, ce sont 184 000 cinéphiles qui les ont fréquentées. Plus 20 % rien que pour l'été Pour Ciné 32, qui tient ce soir son assemblée générale dans ses nouveaux locaux, sous la présidence d'Alain Bouffartigue, ce seront des motifs de satisfaction certains. « 2011 a été une année très riche, confirme Sylvie Buscail. Il y a eu la construction des nouvelles salles, le passage au tout numérique des salles du département, l'ouverture d'une nouvelle salle à Gimont. » Une année riche et une année bien pleine. Si le passage de deux sites à un autre, magnifique, à Auch, s'est passé sans heurt, cela n'a pas été sans quelques moments de stress et de fatigue. Les nouvelles salles de Ciné 32 ont ouvert leurs portes le 13 juin dernier. Mais c'est vraiment à compter du début du mois de juillet, lors de leur inauguration, que l'affluence du public a été ressentie. Et sans baisse de régime. Ce qui fait que ce premier été avec les nouvelles salles enregistre déjà une hausse de la fréquentation de 20 % par rapport à l'été 2011. Un rythme qui, une fois l'effet de découverte passé, va peut-être être plus compliqué à tenir. 2011, faut-il le rappeler, a été l'année d'« Intouchables » et de « The Artist ». Mais Ciné 32 compte bien profiter de cet élan. D'ailleurs, pour la première fois en Midi-Pyrénées, les Rencontres nationales jeune public art et essai se tiendront à Auch, mi-octobre. 250 professionnels se retrouveront dans les salles flambant neuves. Trois jours après, le 11 octobre, débutera le festival Indépendance (s) et création, avec notamment la présence annoncée de Sandrine Bonnaire avec son dernier film « J'enrage de son absence », le prix Goncourt Atiq Rahimi, l'actrice réalisatrice Hélène Fillières… Aujourd'hui à 18 h 30, assemblée générale de Ciné 32 suivie à 20 h 30 de la projection en avant-première du dernier film de François Ozon « Dans la maison », offerte aux adhérents, ouverte au public.

Embed Size (px)

description

Revue de presse Festival 2012

Transcript of Revue de presse Festival 2012

  • Publi le 18/09/2012 06h00Par Philippe androulis

    0Auch

    Cin 32 bat des records, et veut continuerAvec 138 000 spectateurs en 2011, les salles obscures auscitaines ont crev le plafond.

    En 2011, la frquentation des cinmas a encore progress. Les nouvelles salles devraient aider maintenir le rythme. (PHOTOARCHIVES philippe bataille/ SUD OUEST )C'est la troisime anne conscutive que cela se passe. Auch, les salles de Cin 32 ont encore battu desrecords de frquentation. Et encore s'agit-il l des chiffres de l'anne 2011, c'est--dire raliss dans les ancienslocaux de l'association, rue Lafayette et rue Alsace. Durant toute l'anne passe donc, 138 000 spectateurs sontvenus au cinma Auch. En 2009, ils taient 128 000. Cela fait trois ans qu'on bat chaque anne le record ,souligne avec satisfaction la directrice de Cin 32, Sylvie Buscail.Les salles du dpartement sont elles aussi dans de bonnes dispositions. Avec une frquentation en hausse de 15% par rapport l'anne passe, ce sont 184 000 cinphiles qui les ont frquentes.Plus 20 % rien que pour l'tPour Cin 32, qui tient ce soir son assemble gnrale dans ses nouveaux locaux, sous la prsidence d'AlainBouffartigue, ce seront des motifs de satisfaction certains. 2011 a t une anne trs riche, confirme SylvieBuscail. Il y a eu la construction des nouvelles salles, le passage au tout numrique des salles du dpartement,l'ouverture d'une nouvelle salle Gimont. Une anne riche et une anne bien pleine.Si le passage de deux sites un autre, magnifique, Auch, s'est pass sans heurt, cela n'a pas t sans quelquesmoments de stress et de fatigue.Les nouvelles salles de Cin 32 ont ouvert leurs portes le 13 juin dernier. Mais c'est vraiment compter du dbutdu mois de juillet, lors de leur inauguration, que l'affluence du public a t ressentie. Et sans baisse de rgime. Cequi fait que ce premier t avec les nouvelles salles enregistre dj une hausse de la frquentation de 20 % parrapport l't 2011.Un rythme qui, une fois l'effet de dcouverte pass, va peut-tre tre plus compliqu tenir. 2011, faut-il lerappeler, a t l'anne d' Intouchables et de The Artist .Mais Cin 32 compte bien profiter de cet lan. D'ailleurs, pour la premire fois en Midi-Pyrnes, les Rencontresnationales jeune public art et essai se tiendront Auch, mi-octobre. 250 professionnels se retrouveront dans lessalles flambant neuves.Trois jours aprs, le 11 octobre, dbutera le festival Indpendance (s) et cration, avec notamment la prsenceannonce de Sandrine Bonnaire avec son dernier film J'enrage de son absence , le prix Goncourt Atiq Rahimi,l'actrice ralisatrice Hlne FilliresAujourd'hui 18 h 30, assemble gnrale de Cin 32 suivie 20 h 30 de la projection en avant-premire dudernier film de Franois Ozon Dans la maison , offerte aux adhrents, ouverte au public.

  • Publi le 07/10/2012 17h21 | Mise jour : 07/10/2012 17h55Par GALIACY Jean-Charles

    0

    Sandrine Bonnaire et Jean-Pierre Darroussin AuchLa ralisatrice Sandrine Bonnaire sera samedi prochain Auch. Elle prsentera son deuxime film,"J'enrage de son absence", dans le cadre du festival Indpendance(s) et cration.

    La ralisatrice sera prsente samedi soir au festival. (Kluba Tadeusz)

    La ralisatrice Sandrine Bonnaire viendra prsenter son deuxime film, samedi soir prochain dansla capitale gasconne, l'occasion de la quinzime dition du festival Indpendance(s) et cration. Ils'agit de "J'enrage de son absence" avec William Hurt, Alexandra Lamy et Augustin Legrand.

    Le festival auscitain, qui dbute jeudi, accueillera galement Hlne Fillires, qui a mis en scne"Une histoire d'amour" avec Benot Poelvoorde et Latitia Casta.

    48 films, dont le dernier Costa Gavras, seront projets au cours de ce festival. Et c'est Jean-PierreDarroussin qui assurera le final. Il accompagnera la projection de "Rendez-vous Kiruna".

  • PUBLIE LE 08/10/2012 07:54

    Du 11/10/2012 au 14/10/2012

    La folle semaine de Cin 32CULTURE

    Pour la premire anne, le cinma se consacrera uniquement

    au festival, sans projeter les sances habituelles./ Photo DDM

    N.D.

    Cin 32 accueille cette semaine trois vnementsanniversaires : les 15e rencontres Art et Essai jeunepublic, les 10es Journes de lancement et deformation pour les lycens et jeunes en Midi-Pyrnes et, surtout la 15e dition du festivalIndpendance(s) et cration.

    Bnvoles et quipe de Cin 32 sont dans lesstarting-blocks : cette semaine va devenir un vritablemarathon. Les nouveaux locaux de l'alle des Artsaccueillent trois manifestations : la rencontre annuelleArt et Essai jeune public pour les professionnels del'audiovisuel ; les Journes de lancement et deformation pour lycens et jeunes en Midi-Pyrneset, bien sr, le festival Indpendance(s) et cration

    qui inaugurera sa 15e dition.

    Durant quatre jours, du 11 au 14 octobre, le cinma de l'alle des Arts tournera plein rgime pour accueillir pasmoins de 48 films venus du monde entier. Choisis par l'quipe ddie au festival, ces films doivent sortir du mouledu prt--porter industriel, selon l'expression consacre du prsident de Cin 32, Alain Bouffartigue.

    Les 48 films sont en avant-premire. La nouveaut, c'est, bien sr, les locaux. L'ensemble du festival se drouleraalle des Arts. Il y aura 34 films qui passeront deux fois, souligne Sylvie Buscail.81 sances seront organisesen tout, et douze films seront proposs dans d'autres salles du Gers dans le cadre des sances en toile.

    Autre moment cl du festival : les rencontres avec les ralisateurs, les acteurs et tout autre professionnel qui ontfait le dplacement. Seront ainsi prsents : Jacques Doillon, Jean-Pierre Darroussin, Sandrine Bonnaire, Costa-Gravas, Jean-Pierre Amris et mme l'Afghan Atik Rahimi.

    Cette semaine, c'est aussi les 15 ans des rencontres Art et Essai jeune public. Propose par l'AFCAE(l'Association franaise des cinmas d'Art & d'Essai) dont Alain Bouffartigue est le vice-prsident, cette rencontreannuelle convie des professionnels de l'industrie cinmatographique de toute la France voir diffrents films jeunepublic soutenus par l'association. Il y aura des tables rondes, des ateliers de rflexion, rsume Alain Bouffartigue.C'est la premire fois que cette rencontre est accueillie en Midi-Pyrnes, d'habitude c'est plutt dans des grandesvilles.

    Organise du 9 au 11 octobre, la manifestation commencera par la projection d'un cin-concert : Koko le clown. Unclin d'il aux voisins de l'alle des Arts.

    Les profs aussi

    Dans le cadre de la 10e Journe de lancement et de formation pour les lycens et jeunes en Midi-Pyrnes, troisfilms seront prsents 200 professeurs de toute la rgion.

    Le but du jeu : apprendre aux professionnels de l'enseignement dbattre autour d'un film. Les jeunes de l'optioncinma du lyce du Garros, qui prparent ces films pour le bac, seront galement prsents.

    Theodora Navarro

  • Publi le 08/10/2012 06h00 | Mise jour : 08/10/2012 11h36Par Claire Burckel

    1

    Indpendance(s) et cration Auch : Alain Bouffartigue faitson cinma quelques jours du festival Indpendance(s) et cration, le prsident livre sa programmation.

    Alain Bouffartigue, dans les nouveaux locaux de Cin32, est un peu le Monsieur cinma du Gers. Il acr le festival en 1998 avec Daniel Toscan duPlantier. (Photo Philippe Bataille/ Sud Ouest )

    La 15e dition du festival Indpendance(s) etcration, qui s'ouvre jeudi, est celle duchangement. Le plus remarquable, c'est lechangement de lieu. Pour la premire fois, lefestival se droulera dans le nouveaucinma, situ sur l'alle des Arts, ct deCirca. Et durant les quatre jours, laprogrammation hebdomadaire serasuspendue, pour que toutes les sallesaccueillent cette allchante programmationd'avant-premires. Tour d'horizon avecl'infatigable prsident du festival.

    Sud Ouest . C'est votre premier festival dans ces locaux, qu'est-ce qui va changer cette anne ?Alain Bouffartigue. C'est une dition nouvelle et, en mme temps, on entretient des relations anciennes avecCirca. Les dners ne se passeront plus aux Cordeliers, mais sous le chapiteau et on ne dmarrera pas le jeudi soirmais le jeudi midi, juste aprs les rencontres art et essai jeune public (lire par ailleurs).Cette anne je voulais prendre plus de films, aller jusqu' 50 mais il n'y en aura finalement que 48. J'assumetotalement la responsabilit de cette programmation. Contrairement aux autres annes, certains films (34, NDLR)passeront deux fois durant le festival.Qu'est-ce que ces films ont de particulier ?Ce sont tous les films qui sortent du prt--penser industriel. Cela ne veut pas dire que je considre chacun d'euxcomme un chef-d'uvre, mais ils mritent tous d'tre montrs. C'est a le rle des salles d'art et d'essai, c'est dedonner leur chance des films qui sans nous n'auraient pas t vus. La plupart des titres ne disent rien personne, puisqu'ils ne sont pas encore sortis. Parmi eux, il y a 18 premiers longs-mtrages et une quinzaine defilms qui sont les deuximes ou troisimes de leurs ralisateurs. Cela montre que c'est un festival tourn vers lajeunesse et la cration, vers ce qui est en train de se faire. On n'est pas un festival de patrimoine.Ce n'est pas un crve-cur pour vous de choisir seulement certains films ?Oh, j'ai le cur dur, tout le monde le sait (rires). Tous ces films, je trouve vraiment un intrt les montrer. Onn'est pas l pour regarder mes gots, l'important c'est d'avoir conscience de la diversit et des diversits deperception des films. J'ai compos une programmation avec des films qui peuvent se complter, ces films sonttous diffrents dans leur sujet et leur sensibilit s'adresse diffrentes personnes. D'o le soulagement cetteanne de pouvoir projeter certains films deux reprises.Plusieurs ralisateurs et comdiens seront l cette anne, est-ce difficile de les faire venir ?Ce n'est pas vident, il faut qu'on ait envie de venir ! Cela prend au moins deux jours pour tre prsent sur lefestival. Mais il y a un bon buzz sur le festival dans le milieu du cinma indpendant, tout cela facilite les choses.C'est aussi qu'il y a d'autres festivals en mme temps dans le monde et que les personnes doivent tre libres. On arcupr Atiq Rahimi au dernier moment, Olivier Assayas voulait venir mais il est en ItalieOn est un petit festival, dans le budget aussi, alors payer l'hbergement et les dplacements C'est un festivalsans strass ni paillettes, ni comptition. Les invits apprcient de se retrouver entre eux car ils apprcient de sevoir ailleurs qu' Paris.Avez-vous une ide du nombre de spectateurs qui seront prsents ?Pas du tout. Ce qui est certain, c'est que beaucoup de jeunes des coles de cinma se sont inscrits. On vacertainement faire le plein vendredi, samedi et dimanche, du coup il y aura plus de possibilits de voir des films lejeudi. En plus, la premire soire se fera avec Pierre de patience , en prsence de son ralisateur, Atiq Rahimi.

  • PUBLIE LE 10/10/2012 09:41

    Du 11/10/2012 au 14/10/2012

    Auch fte le cinmaFESTIVAL INDEPENDANCE(S) ET CREATION

    Le nouveau cinma de l'alle des arts accueillera pour la

    premire fois cette anne le festival Indpendance(s) et

    cration qui fte ses 15 ans d'existence./ Photo DDM archives

    Le festival Indpendance(s) et cration commencedemain. Durant quatre jours, 48 films serontprsents et 32 ralisateurs, acteurs et autresmonteurs seront prsents.

    Le bal commence. Ds demain, l'alle des Arts seraprise d'assaut par les ralisateurs, les acteurs, lesprofessionnels de l'industrie cinmatographique etbien sr le public. Le 15e festival Indpendance(s)

    et cration entre en scne.

    Durant quatre jours, un de plus que les annes prcdentes, 48 films en avant-premire seront projets. Parmieux, 18 sont des premiers longs-mtrages et 15 des deuximes ou troisimes longs-mtrages. C'est un festivaltourn vers la jeunesse, vers des ralisateurs trs clbres comme Doillon mais aussi des moins connus,rappelle Alain Bouffartigue, prsident de Cin 32.

    Parmi les 48 films prsents, cinq sont des documentaires. A noter la prsence de Clara Bouffartigue, fille duprsident de Cin 32, qui viendra prsenter son documentaire Tempte sous un crne jeudi soir ( lire soninterview dans le journal de jeudi). Six mois de la vie d'une classe de quatrime d'un collge de Saint-Ouen. Serontgalement projets: Les Invisibles, Louyre notre vie tranquille, Traviata et nous, et Etre l, un long-mtrage tournau centre pnitentiaire des Baumettes, Marseille.

    Le ralisateur afghan Atik Rahimi est galement de la fte. Il a repouss son dpart pour Abu Dhabi pour venir aufestival, avoue Sylvie Buscail, la directrice de Cin 32. Son film Terres et Cendres avait dj t prsent Auchdurant une prcdente dition du festival Le ralisateur sera prsent jeudi pour prsenter son dernierdocumentaire Pierre de patience.

    Vendredi, le dfil des invits devient encore plus complet: Laurent Cantet pour son 5e long-mtrage Foxfire sera Auch, tout comme Jean-Pierre Amris, ralisateur de L'homme qui rit, un film inspir de Victor Hugo. En salle3 sera prsent le premier long-mtrage d'Hlne Fillires Une histoire d'amour, souligne Alain Bouffartigue. Lefilm met en scne deux acteurs connus: Benot Poelvoorde et Laetitia Casta dans des rles contre-emploi.

    Samedi, Sandrine Bonnaire, comme ralisatrice, et Jean-Pierre Darroussin, comme acteur, seront de la fte. Toutcomme Jacques Doillon, le pre de Lou.

    Dimanche Brigitte Roan, pour Tu honoreras ta mre et ta mre et Philippe Martin pour Traviata et nousferment la marche.

    repres

    Le chiffre : 48

    films> Projets en 4 jours. L'quipe de Cin 32 avait tabl sur 50 films l'origine. Douze sances sont organisesen toiles savoir dans diffrents cinmas du Gers comme Fleurance, Masseube, Nogaro et Marciac demainsoir. Treize films ont t raliss par des femmes. Deux films sont prvus pour les enfants: Jean de la Lune, deStephan Schesch et Ernest et Clestine, de Benjamin Renner.

    7> Le prix d'une place. Billets la sance tarif plein : 7; billets la sance tarif rduit : 5,50; carte 6 projections(non nominative) : 37; carte 6 projections rduit (non nominative) : 27; accrditation groupe scolaires : 15; carteJourne (avant 18h) groupe scolaires : 8. Des pass sont galement disponibles.

    T.N.

  • Publi le 10/10/2012 06h00

    0

    Clara Bouffartigue prsente son film

    Clara Bouffartigue prsente pour le dbat aprs la projection du film. (Photo DR.)

    L'office de tourisme de Vic-Fezensac et Cin Vic, partenaires du festival de Cin 32, Indpendance etcration (s), organisent vendredi 12 octobre 19 heures, une soire dbat sur le film Tempte sous uncrne de Clara Bouffartigue.

    La ralisatrice sera prsente lors de cette projection et animera le dbat qui suivra.

    Un cocktail viendra mettre un terme cette soire.

    Entre gratuite. Confirmer votre prsence en tlphonant au 05 62 06 34 90.

    Publi le 11/10/2012 06h00

    0

    Tango libre projet en avant-premireL'association du cinma Grand Angle propose, ce soir 19 heures, la projection en avant-premire dufilm Tango libre , en prsence de son ralisateur, Frdric Fonteyne.

    C'est une comdie romance franco-belge avec Franois Damien, Sergi Lpez et Jan Hammenecker,dont la sortie en salle est prvue le 28 novembre.

    J.-C., gardien de prison, est un homme sans histoires. Sa seule fantaisie consiste suivre un cours detango un soir par semaine. Un jour, il y rencontre une nouvelle venue, Alice. Le lendemain, il la retrouveavec surprise au parloir de la prison, elle rend visite deux dtenus : l'un est son mari, l'autre sonamant trangement attir par cette femme libre qui ne vit selon aucune rgle, J.-C. finit partransgresser tous les principes qui gouvernaient sa vie jusqu'alors.

    L'entre est gratuite.

  • Publi le 11/10/2012 06h00Par claire burckel

    1

    Les dessous du festival avec le chef des bnvolesEn coulisse, 90 bnvoles s'chinent pour que tout soit parfait. Jean-Luc Tovar dirige cette petite troupe.

    Jean-Luc Tovar ( gauche) pilote les 90 bnvoles qui s'activent durant le festival. Selon lui, ce travail ne peut se raliser qu'en quipe.(Photo C. B.)Un sourire indfectible balaie son visage. Jean-Luc Tovar est pourtant au cinma depuis 8 h 30. Il doit rgler lesderniers dtails du festival Indpendance(s) et cration qui dmarre en trombe aujourd'hui. L'homme apprhendeun peu cette nouvelle dition dans des locaux flambant neufs, car c'est le mme festival tout en en tant unnouveau , explique le chef des bnvoles. Depuis quinze jours il vit, respire et dort - quand il le peut - ensongeant au festival. La nuit dernire, je me suis encore rveill pour recompter quatre fois si l'on n'avait pasoubli de places pour le public, ou s'il n'y avait pas une affiche qui manquait Ds la fin du mois de juin, Jean-Luc Tovar commence rassembler les troupes en envoyant chaque bnvoleune grille de disponibilit remplir. Ensuite, partir du 1er septembre, je relance la canne pche vers eux et, le1er octobre, on se runit pour tablir la grille de prsence , dtaille le chef d'orchestre. Les bnvoles sontrpartis en diffrentes quipes : la vente/billetterie, les chauffeurs qui escortent les invits depuis l'aroport ou lagare, mais aussi la dcoration, l'quipe de salle qui reprsente entre 15 et 25 personnes et celle qui fait le lien avecles scolaires.Jean-Luc Tovar s'est engag comme bnvole au festival en 2006, lorsqu'il a pris sa retraite d'agent EDF. Lapremire anne, j'tais chauffeur , tmoigne-t-il, puis il a continu participer, apporter ses ides.Un verre avec Grard Meylan On peut rencontrer beaucoup de personnes du cinma. Les gens qui viennent sont accessibles, et ils ont tousenvie de parler de leur mtier, d'changer sur le cinma. Pour eux, c'est comme si moi je leur parlais de laconstruction de lignes lectriques , rit-il.Des moments de partage, il en a plein la tte. Comme l'an dernier, lorsqu'il s'est trouv seul avec Grard Meylandurant la projection du film qu'il tait venu prsenter, Les neiges du Kilimandjaro . Je lui ai propos d'allerboire un verre. Du coup, on a pass tout le temps de la projection parler de sa vie quand il tait infirmier, de sontravail de comdien, de sa rencontre avec le ralisateur. Boire une bire au Daroles avec lui, a a t un momenttrs trs fort , se remmore-t-il.Derrire la camraOu encore ce festival durant lequel il devait chercher la compagne du ralisateur Stphane Briz ( MademoiselleChambon , NDLR). Celui-ci voulait lui faire une surprise, il s'est cach derrire la voiture de Jean-Luc Tovar. C'tait sympa, ce sont des choses toutes simples ! , raconte le chef des bnvoles des toiles plein les yeux.Durant le festival, Jean-Luc Tovar ne voit finalement que deux ou trois films. Mais si vous l'apercevez, il auracertainement l'il viss derrire sa camra. Chaque anne, durant le festival, il ralise un petit film, en allantpartout, pour recueillir les images du festival. Aprs, je le monte et on le diffuse durant l'assemble gnrale del'association. Certains bnvoles voient le festival diffremment, parce que finalement ils ne le peroivent queparce qu'ils en vivent , assure le patron des bnvoles dont la seule satisfaction est que tout a tourne bien .

  • PUBLIE LE 11/10/2012 03:50

    Lectoure. Sance en toileCINEMA

    Vincent Lindon incarne le professeur Charcot dans le film Augustine

    ./DDM, arch. Ysabel.

    Samedi 13 octobre, 19 heures, dans le cadre du 15e FestivalIndpendance(s) et cration de Cin 32 Auch, il y aura unesance en toile Lectoure, gratuite pour tous. La ralisatriceAlice Winocour viendra prsenter son film Augustine, danslequel jouent Vincent Lindon, Stphanie Sokolinski, ChiaraMastroianni. Paris, hiver 1885. A l'hpital de la Piti-Salptrire, leprofesseur Charcot tudie une maladie mystrieuse : l'hystrie.Augustine, 19 ans, devient son cobaye favori, la vedette de sesdmonstrations d'hypnose. D'objet d'tude, elle deviendra peu peu objet de dsir Film prsent en sance spciale la 51eSemaine de la critique de Cannes 2012, en comptition pour laCamra d'or.

    La Dpche du Midi

    PUBLIE LE 11/10/2012 03:50

    L'Isle-Jourdain. Rendez-vous demain au cinma OlympiaCULTURE

    Le cinma Olympia./Photo DDM.

    Pour la quinzaine venir, le cinma Olympia fixe un grandrendez-vous demain, 19 heures, pour la projection, enavant-premire, du film Foxfire. Ce long-mtrage d'unedure de 2 h 23, qui sera programm en version originale,anglais sous-titre en franais, a t ralis par LaurentCantet. Ce dernier sera prsent dans la salle et proposeraune discussion l'issue de la projection. Cette soires'inscrit dans le cadre du festival Indpendance(s) etcrations de Cin 32. Le thme : en 1955, aux Etats-Unis,une bande d'adolescentes cre une socit secrte, Foxfire,pour survivre et se venger de toutes les humiliations qu'elles

    subissent. La sance est offerte et la rservation est conseille en envoyant un mail [email protected] La sance du rpertoire proposera L'Impratrice rouge, film de 1934, avecMarlne Dietrich. Pour les films voir en famille, on notera le dernier Astrix et Oblix : au service de samajest, avec Grard Depardieu, ainsi que de nombreux films d'animation tels que Le Petit Gruffalo, L'Age deglace 4, Rebelle, Les Enfants loups, ainsi que Kirikou : des hommes et des femmes. Il est noter quesamedi, 16 heures, Astrix et Oblix sera projet en 3D ; mme chose pour la sance de dimanche, 14heures avec Kirikou.

    La Dpche du Midi

  • PUBLIE LE 11/10/2012 09:21

    Auch. Clara Bouffartigue revient dans le GersFESTIVAL INDEPENDANCE(S) ET CREATION

    Clara Bouffartigue sera ce soir Cin 32 pour prsenter son

    documentaire./ Photo DRClara Bouffartigue, ralisatrice, vient ce soir Auchprsenter Tempte sous un crne, son dernierdocumentaire. Rencontre avec celle qui a grandi avecCin32.La ralisatrice auscitaine Clara Bouffartigue sera cet aprs-midi Cin 32 pour prsenter Tempte sous un crne,un documentaire autour de l'acte d'enseigner, tourn aucollge Josphine Baker, Saint-Ouen.Votre documentaire suit une classe de 4me et ses deuxenseignantes, vous avez une sensibilit particulirepour ce milieu ?En fait, je voulais travailler la question de la transmission.J'ai choisi ce collge parce que l'une des deux profs que je

    suis, Alice Henry, est une amie de jeunesse. Mais c'est vrai que je viens d'une famille d'enseignants depuis troisgnrations, ma mre, mon pre, mes grands-parents taient enseignants, mes frres et surs le sont galement.Comment ont ragi les jeunes ce projet ? Quand je leur ai expliqu en dbut d'anne, certains taient trsfiers, d'autres plutt intimids. On a hsit choisir une classe de 4e plutt qu'un autre niveau, mais ce quim'intressait c'est qu'en 4me, les jeunes changent vraiment d'ge en cours d'anne. Ils sont encore enfants audbut, et avant de passer en 3me, ce sont de vrais ados.Vous tiez dj venue prsenter votre prcdent long-mtrage au festival ? Oui absolument ! Et outre le faitque je suis Gersoise, je trouve qu'il y a une rception particulire Auch, j'apprcie beaucoup ce public et l'intrtqu'il porte au cinma.Est-ce que votre got pour le cinma vous vient d'ici ? Oui en partie bien sr. Je suis partie du Gers quandj'avais cinq ans, mais je revenais passer les vacances avec mon pre Auch (ndlr: le prsident de Cin32 AlainBouffartigue). Il m'a transmis un rapport trs affectif au cinma et j'y passais des heures... J'ai hte de dcouvrir lesnouveaux locaux, mme si j'ai eu l'occasion de voir les plans.Avez-vous des projets en route ? Oui, un. Il est dans mon ventre... (elle clate de rire). Sinon je vais continuer raliser des documentaires. J'aime l'urgence, l'exigence, la rigueur qu'impose le documentaire. Je viendraissrement la fiction, mais pour le moment je ne suis pas alle au bout de a.

    AFCAE: le grand rendez-vous art et essaiJusqu' ce midi, Cin 32 reoit les professionnels de l'hexagone du cinma art et essai jeune public pour leur 15erencontre annuelle. L'vnement, organis par l'AFCAE (l'Association franaise des cinmas d'art et d'essai)apermis au groupe de visionner plusieurs courts et longs-mtrages.L'AFCAE regroupe un millier de cinmas dans toute la France et prs de 2000 salles en tout. Chaque anne, leurrencontre annuelle a lieu dans un endroit diffrent et c'est Auch qui a t choisi pour cette 15e dition. L'occasionpour le vice-prsident de l'AFCAE Alain Bouffartigue de montrer aux autres professionnels les tous nouveauxlocaux.Ds mardi, la rencontre a dbut sous un signe festif avec la projection en cin-concert de Koko le clown ducollectif Arfi sur les films des frres Fleischer, suivi de la projection de 3D relief de Frankenweenie de Tim Burton.Ma maman est en Amrique...Hier, place aux ateliers et aux tables rondes. Toute la matine, les professionnels sont redevenus de studieuxlves pour plancher sur diffrents thmes comme accueillir les enfants en situation de handicap dans la salle decinma ou encore l'heure de la numrisation, quelle perspective pour le catalogue des films art et essai jeunepublic ? La fin de matine a t consacre la prsentation d'un film en cours de production intitul Ma mamanest en Amrique elle a rencontr Buffalo Bill de Marc Boral et Thibaut Chtel. Diffrentes projections ont eu lieul'aprs-midi ainsi qu'une table ronde.Cette 15e rencontre se termine ce matin. Le film Little Bird, de Boudewijn Koole sera projet en prsence dudistributeur, tout comme Rose et Violette, un programme de court-mtrages. Les participants dresseront ensuite unbilan de ces journes. L'aprs-midi et les jours suivants seront rservs au festival Indpendance(s) et cration quifte lui aussi sa 15e dition cette anne.

    Le chiffre : 11 heures > Samedi. Confrence Cin 32 de l'architecte qui a ralis les nouveaux locaux.Recueillis par Theodora Navarro

  • Publi le 12/10/2012 06h00Par propos recueilli par Claire Burckel

    Nous aussi on a ri tout au long de la cration Sarah Clara Weber a co-ralis le film d'animation Jean de la Lune , inspir de l'album pour

    enfants de Tomi Ungerer. Il sortira en sallespour les ftes de Nol.

    Sarah Clara Weber porte le film dans les salles et s'blouittoujours des ractions des enfants. (Photo C.b.)

    Dans la salle hier matin, il y avait surtout desenfants, quoi de plus normal pour ce filmd'animation ? Mais attention, tout comme lesdessins de l'Alsacien Tomi Ungerer, Sarah ClaraWever dfend que Jean de la Lune est faitautant pour les petits que pour les grands. Lamonteuse et co-ralisatrice allemande a collaborchaque jour avec Stephan Schesch, le ralisateur,et ils ont pris toutes les dcisions concernant le filmensemble. Stephan Schesch est le seul avoirrussi convaincre Tomi Ungerer de porter ses

    albums l'cran. Dj Les Trois Brigands avait fait forte impression, le dernier-n a des chances de se glisserdans les pas de ses ans. l'cran, apparat le travail de fourmi ralis par les quipes depuis 2009. La musique,les couleurs et les voix entranent les spectateurs dans un autre univers le temps de la sance, et ce quel que soitleur ge. Sud Ouest . Durant les changes la fin de la sance, un petit garon vous a demand pourquoi le film taitdiffrent du livre. Une question pige ?Sarah Clara Weber. (Rires) Non, le film est diffrent du livre parce que le livre tait trop court pour faire un film.Alors, il a fallu inventer des personnages et d'autres histoires en parallle.Quand vous concevez un film d'animation, ciblez-vous une tranche d'ge ?Pour moi, celui-ci devrait tre vu partir de 6 ans parce que c'est un film vraiment trs fort, voire 5 ans. Mais entout cas pas 3 ans ; de toute faon, pour moi, les enfants ne devraient pas voir de film avant 3 ans. Je suiscontente de la manire dont nous l'avons fait, comme cela les 5-6 ans peuvent le voir et les plus gs prouventgalement du plaisir le regarder. Tout au long de la cration nous avons fait des tests avec des enfants, avec lesanimatrices, alors que tout tait encore en noir et blanc a marchait bien, et ils riaient. Et quand on a montr lamouture finale du film Munich, a a galement bien plu aux petits et aux adultes. Et nous on a ri tout long de lacration du film !Comment avez-vous travaill la fois avec Stephan Schesch et Tomi Ungerer ?Stephan et moi avons pris toutes les dcisions ensemble. Nous avons surtout travaill avec Tomi Ungerer pour lapremire partie, ce qui concerne le script. Il est venu nous voir en studio Berlin, et a dcid du design avec nous.tait-ce une dcision prise l'avance que la voix du narrateur soit celle de Tomi Ungerer ?Oui, a a t une dcision prcoce. Tomi Ungerer est Alsacien, il a un petit accent qui n'est pas tout fait allemandet qui est charmant.On a trs vite t certains que a devait tre lui. Et surtout, dans sa voix, on se rend compte qu'il comprendl'univers des enfants. Dans les trois langues (anglais, franais, allemand, NDLR) c'est lui qui fait la voix dunarrateur.Vous travaillez sur le projet depuis 2009, ce n'est pas trop dur d'arriver la fin du film ?Oh non ! C'est un travail tellement puisant ! On s'est battus pour tout faire en Europe, les couleurs, l'animation...Et a a t trs dur. Il y a d'abord eu tout le script faire, car dans le livre il n'y a aucun dialogue. Ensuite, on a dchercher des fonds, et seulement aprs, on a pu passer la production.Les couleurs sont trs travailles, avec des nuances d'ombre et de lumire trs varies, une volont de votre part ?Tout fait, le film se passe beaucoup la nuit, puisque c'est Jean de la Lune, mais le film est trs lumineux. Dansl'album les couleurs sont trs importantes. Stephan montrait souvent une image du livre aux dessinateurs et disait je veux des couleurs lumineuses sur un fond noir ! C'tait trs important.La musique choisie n'est pas enfantine, il y a de grands standards...Chaque univers de personnage correspond un genre musical. On a voulu de la musique de qualit, et on ainvesti une bonne partie du budget pour obtenir exactement celles qu'on voulait. Moon River en particulier estle choix de Tomi Ungerer.Le film ne sera pas rediffus durant le festival, mais il sortira sur les crans le 19 dcembre en France.

  • Publi le 12/10/2012 20h16 | Mise jour : 12/10/2012 21h46Par Claire Burckel

    0

    Auch : rencontre avec Atiq RahimiJeudi soir le laurat du prix Goncourt en 2008 est venu prsenter son film qu'il a lui-mme adaptde son roman "Syngu sabour" ("Pierre de patience")

    Atiq Rahimi est venu la rencontre des Gersois. (C.B.)

    Pour son premier film Auch lui avait port bonheur, selon ses mots. Cette fois Atiq Rahimi estrevenu dans la capitale gasconne pour prsenter "Pierre de patience" pour la premire fois devantle public en France.Sa voix est aussi douce et pose que les mouvements de sa camra sur ses acteurs. La pierre depatience est une pierre laquelle on raconte ses malheurs, et qui lorsqu'elle clate nous dlivre.Dans ce long mtrage une femme veille son mari, paralys depuis qu'il a reu une balle dans lanuque. Elle prie, le soigne et lui parle, parvenant mme se confier alors que les dangers de laguerre rdent dehors.

    "En Occident la question c'est "to be or not to be" alors que chez nous, c'est plutt "dire ou ne pasdire", on ne peut pas tout dire et on ne peut pas tout entendre. Pour nous, la parole est chre. Pourun mot on pouvait aller en prison ou perdre la vie", explique Atiq Rahimi pour expliquer sa proprevision de son film.

    Il n'a d'ailleurs pu tourner presque que les scnes extrieures en Afghanistan, tout le reste l'a t Casablanca dans une ancienne cimenterie. La comdienne principale est Iranienne et vit dsormaisen France. Dans cette adaptation de son livre Atiq Rahimi offre une oeuvre sensible la lumiretrs travaille et aux paroles rares.

  • PUBLIE LE 12/10/2012

    Auch. Ce festival est mon porte-bonheurAUJOURD'HUI

    Atiq Rahimi a prsent son long-mtrage hier soir devant une

    salle comble./Photo DDM N.D

    Reprsentant de la culture afghane en Europe, AtiqRahimi est crivain et ralisateur. l'occasion dufestival Indpendance(s) et cration, il prsentel'adaptation de son livre Syngu sabour Pierre depatience prix Goncourt, l'histoire d'une femme quiveille sur son mari paralys en pleine guerre. Sesprires se transforment vite en confessions.Interview.

    En quoi est-ce important de prsenter votre film Auch ?

    Indpendance(s) et cration est devenu un porte-bonheur pour moi. J'y ai prsent Terre et cendres juste aprsCannes en 2004, et le film a reu un succs critique.

    Quel est le thme abord dans ce premier long-mtrage ?

    J'ai film la parole. On a besoin de tout dire et de tout entendre. Dans des pays comme l'Afghanistan, on risque laprison pour un mot. Le mari de mon hrone, une femme musulmane, est alors un exutoire, lui permettant de sedlivrer de ses secrets et de ses malheurs.

    D'o vient cette histoire ?

    En 2005, j'tais invit une runion littraire en Afghanistan. Elle a t annule une semaine avant, la potessequi l'organisait venait de se faire assassiner par son mari. Je m'y suis alors rendu pour rencontrer sa famille maispersonne ne m'a ouvert. Quant son mari, il tait dans le coma. Si j'avais t une femme, je serais rest auprs delui pour lui raconter tous mes secrets. Ce drame a inspir mon film.

    O ont t tournes les scnes ?

    La majorit a t tourne en France, il est trs difficile techniquement de faire un film Kaboul. Sans compter quej'aurais cr une meute ! Seules quelques scnes y ont t tournes, mais rapidement les gens m'ont demandune autorisation du mollah (rudit musulman). Je n'ai pas voulu le faire ! Du coup, on a d faire a vite !

    Quels sont vos projets ?

    Je suis un boulimique de travail. En ce moment, je suis sur trois livres et deux projets de film avec Jean-ClaudeCarrire. L'un d'entre eux pourrait d'ailleurs tre tourn en France.

    Des stars Cin 32

    La journe d'aujourd'hui s'annonce charge sur les marches de Cin32. Deux personnalits seront au rendez-vous: Sandrine Bonnaire et Jean-Pierre Darroussin.

    A 20h30, Sandrine Bonnaire prsentera au public gersois J'enrage de son absence, son deuxime long-mtragecomme ralisatrice.William Hurt, Alexandra Lamy et Augustin Legrand interptent l'histoire de Jacques, uncinquantenaire, qui ressurgit dans la vie de son ex-compagne Mado, dsormais remarie et mre d'un enfant desept ans.

    Jean-Pierre Darroussin arrive ce soir Auch pour la prsentation dimanche de son film Rendez-vous Kiruna,ralis par Anna Novion. L'histoire d'Ernest, un architecte franais, appel par la police sudoise pour venir enLaponie reconnatre le corps d'un fils... qu'il n'a jamais vu. Demain 19h30.

    L'actrice Hafsia Herzi et le ralisateur Jacques Doillon sont galement invits aujourd'hui.

    Propos recueillis par Sandra Cazenave Dans les salles en fvrier 2 013.

  • PUBLIE LE 12/10/2012 09:10

    Condom. Tapis rouge au GascogneCINEMA

    Jean-Pierre Darroussin sera accueilli demain au cinma

    condomois./Photo DDM.

    Inscrit parmi les salle art et essais dudpartement, le cinma Le Gascogne est convi relayer le festival Indpendance(s) et crationde Cin 32. Dans le cadre des sances en toileauquel celui-ci donne lieu, avec des projections enavant-premire, l'quipe des Lumires de la villeaccueillera, demain, 19 heures, Jean-PierreDarroussin et la ralisatrice Anna Novion quiviendront prsenter Rendez-vous Kiruna, filmqui sortira en janvier. Aprs cette soire gratuite(dans la limite des places disponibles), leGascogne va reprendre ses horaires d'hiver, avecdes sances programmes 20 h 30, partir du18 octobre, et des sances complmentaires, lessamedis et dimanches. Cin rtro va galementfaire sa rentre, jeudi 18, pour un premier cycle

    autour du thme de Visages de stars. De leur ct, les crans enchants pour le jeune public reviendrontle 21 octobre, 17 heures, avec la projection du dernier Kirikou.

    La Dpche du Midi

    PUBLIE LE 13/10/2012

    Les bnvoles de Cin 32, rouages du festivalIls sont 90, 95 peut-tre. Certains vendent les billets, d'autres organisent les files de spectateurs quand unautre groupe beurre des sandwichs. Polyvalents, quasiment infatigables et ultra-volontaires, les bnvoles deCin32 sont les rouages indispensables au bon fonctionnement d'Indpendance(s) et cration.

    On a la mme organisation dans les nouveaux locaux qu'on avait lors des prcdentes ditions, assureJean-Luc Tovar, bnvole coordonateur. Mais l'enjeu, c'est de grer toutes ces salles au mme endroit, lesdiffrents parcours choisis par les spectateurs et le flot de personnes. Quand il y en a 500 en mme temps, ilfaut tre ractif! Seize nouveaux bnvoles ont rejoint les rangs des quipes. D'autres sont prsents sur lefestival depuis sa cration, l'image de Jeanne Palu-Esparbes, Monique Muoz, qui avec Martine Artigautgrent la billetterie. On occupe souvent les mmes postes, mais l c'est diffrent, plus grand mais aussi plusconvivial, souligne Jeanne Palu-Esparbes. On est vraiment tous ensemble. Elles vendent principalementdes pass et grent avec sang-froid les choix de parcours et le remplissage des salles. Mais c'est un vraicasse-tte, reconnaissent-elles avec le sourire. Rares sont ceux qui voient un film durant le festival. Maiscertains spectateurs viennent nous raconter comment ils ont trouv les films, remarque Martine Artigaut. ame pousse aller les voir lors de leur sortie nationale.

  • Publi le 12/10/2012 06h00commentaire(s)

    0Lectoure

    Augustine en sance gratuiteDans le cadre du festival Indpendance et cration (s) de Cin 32, le film Augustine , d'AliceWinocour, sera projet demain soir 19 heures (1) au cinma Le Snchal. La ralisatrice seraprsente pour rpondre toutes les questions.

    Dans ce film, Vincent Lindon incarne le professeur Charcot qui, en 1885, tudie une maladiemystrieuse l'hpital de la Piti Salptrire : l'hystrie. Augustine, 19 ans, devient son cobayefavori, la vedette de ses dmonstrations d'hypnose. D'objet d'tude, elle deviendra peu peu objetde dsir.

    Le professeur Charcot fut un trs grand clinicien et neurologue qui a jet les bases d'un concept,nouveau pour l'poque, selon lequel le cerveau n'est pas homogne mais est plutt une associationde territoires divers ayant des fonctions distinctes. Ses recherches sur les localisations crbrales,ainsi que sa mise en vidence du rapport entre les lsions de certaines parties du cerveau et lesatteintes motrices, font de lui le pre de la neurologie moderne.

    (1) Sance gratuite

  • PUBLIE LE 12/10/2012 09:05

    L'Isle-Jourdain. Cinma : un film de Laurent Cantet enavant-premire

    L'Isle-Jourdain. Cinma : un film de Laurent Cantet en avant-

    premire

    Le cinma Olympia propose, aujourd'hui, 19heures, en avant-premire, le nouveau film deLaurent Cantet, Foxfire : confessions d'un gangde filles, adapt d'un roman de Joyce CarolOates, dont la sortie est prvue en France dbutjanvier 2013. Dans le cadre du festivalIndpendance(s) et cration, Laurent Cantet,auteur du film Entre les murs, palme d'or auFestival de Cannes 2008, viendra la rencontre dupublic lislois pour changer l'issue de laprojection de son nouveau film. Le film est enanglais et est sous-titr en franais. Cinq

    adolescentes d'une petite ville de l'Etat de New York, dans les annes 1950, fondent la socit secrteFoxfire afin de se venger des humiliations brutales des hommes. Aprs un sjour en maison de correction,Legs, leur chef adule, reviendra avec un rve : pouvoir habiter, toutes ensemble, dans une ferme et vivreselon leurs propres lois. Mais, leur sulfureuse rputation leur crera plus d'un ennemi Les personnesintresses peuvent ds prsent rserver leur place en envoyant un mail [email protected] ouen retirant des invitations en caisse au cinma. La sance est gratuite./Photo DDM Sylvie Bizard.

    La Dpche du Midi

    PUBLIE LE 12/10/2012 08:57

    Auch. Laurent Cantet prsente Foxfire 16 h 15

    Le film est projet cet aprs-midi 16h15./Photo DR

    Le dernier film de Laurent Cantet Foxfire seraprsent cet aprs-midi au festival.

    Ce drame franco-britanno-canadien est ladeuxime adaptation du roman de Joyce CarolOates Confessions d'un gang de filles.

    L'histoire?

    Dans un quartier populaire d'une ville amricaine,un groupe d'adolescentes cr une socit secrtepour se venger des humiliations qu'elles subissent.

    Laurent Cantet sera prsent cet aprs-midi pour dbattre avec le public.

    Projection 16h15 en salle 2, et 14heures samedi en salle 3.

    La Dpche du Midi

  • PUBLIE LE 12/10/2012 08:06

    Auch. Hafsia Herzi bientt face au public gersoisFESTIVAL INDEPENDANCE(S) ET CREATION

    Hafsia Herzi sera samedi Auch pour prsenter son dernier film Hritage./Photos DR

    Elle avait 18 ans au moment de son premier prix, elle en aura 26 en janvier. Quelques annes de plus qui ontaffin son jeu de scne.

    Hafsia Herzi sera demain Auch pour prsenter son dernier film Hritage, de Hiam Abbass. Elle joue Ajar,la cadette un peu rebelle d'une grande famille palestinienne. Un mariage doit tre clbr mais le pre defamille tombe dans le coma. Avec en arrire plan le conflit isralo-palestinien, la ralisatrice croque le portraitd'une famille cartele.

    Le long-mtrage a t tourn Hafa, Isral, l'automne 2011.

    Csar du meilleur espoir fminin en 2005 pour son rle dans la Graine et le Mulet, la Marseillaise HafsiaHerzi a dsormais plusieurs films accrochs son palmars. Dans L'Apollonide (souvenirs de la maisonclose), elle joue sans complexe le rle d'une prostitue l'aube du XXe sicle. L'anne suivante, en 2011,elle devient la dame de compagnie d'Emmanuelle Bart dans Ma compagne de nuit. Celle qui avouait,aprs La Graine et le Mulet, n'avoir jamais appris jouer la comdie, a dsormais choisi le cinma commecarrire.

    A ct d'elle, dans la salle contigu, Sandrine Bonnaire rpondra aux questions pour son film J'enrage deson absence, son deuxime opus aprs Elle s'appelait Sabine, ralis en 2006.

    Dans les grands noms, on notera galement la prsence du ralisateur Jacques Doillon, invit prsenterson film Un enfant de toi dans lequel sa fille Lou Doillon tient le premier rle, aux cts de SamuelBenchetrit.

    Cet aprs-midi, place Laurent Cantet (voir ci-dessous), Jean-Pierre Amris, Matthieu Tarot ou encoreAllouache Merzak pour Le repenti.

    La Dpche du Midi

  • Publi le 13/10/2012 12h14 | Mise jour : 13/10/2012 15h53Par Claire Burckel

    0

    Cinma : Jacques Doillon et Sandrine Bonnaire Auch cetaprs-midiLe festival indpendance(s) et cration se poursuit jusqu' demain soir. Aujourd'hui encore desfigures du cinma son attendues

    Sandrine Bonnaire (Philippe Taris)

    C'est Jacques Doillon en personne qui prsentera 17 heures son dernier film "Un enfant de toi",o sa fille Lou Doillon tient le premier rle. Il raconte comment, travers plusieurs rendez-vous unhomme et une femme qui se sont spars et ont refait leur vie vont se retrouver.

    Ce soir ce sera au tour de Sandrine Bonnaire de venir prsenter le deuxime long-mtrage dont elleest elle-mme la ralisatrice, "J'enrage de son absence".Celle que l'on connat plus comme actrice revient derrire la camra, mais pour une fiction cettefois. En 2008 elle avait tourn un documentaire sur sa soeur autiste, intitul "Elle s'appelle Sabine".

    Dans ce deuxime film elle retrace l'histoire de Mado, marie et mre de Paul, sept ans. Jacques,revient dans sa vie aprs dix ans d'absence, et a un choc lorsqu'il rencontre Paul. Un complicit quidrange Mado commence natre entre Jacques et Paul.

  • Publi le 13/10/2012 06h00 | Mise jour : 13/10/2012 12h22Par Claire Burckel

    0

    Auch : Je voulais faire un film sur l'acte d'enseignerClara Bouffartigue est prsente tout au long du festival pour accompagner son documentaire

    Clara Bouffartigue a dcouvert les nouveaux locaux deCin 32 durant le festival. (Photo ph. bataille/ so )

    Clara Bouffartigue est un peu une enfant de laballe, Auscitaine, cinphile, mais aussi filled'Alain, le prsident du festivalIndpendance(s) et cration qui se droulejusqu' demain. En prsentant sondocumentaire Tempte sous un crne , elleespre expliquer son travail, car elle a suividurant une anne scolaire la classe dequatrime C, du collge Josphine Baker Saint-Ouen, class en ZEP. Sud Ouest . Pourquoi avez-vous choiside raliser un documentaire sur ce thme ?Clara Bouffartigue. En fait, je m'intresse

    beaucoup la question de la transmission. Venant d'une famille d'enseignants, j'ai baign dedans. Alice, leprofesseur de franais du film, est une amie de jeunesse, j'ai tout de suite pens elle. Mais je trouvais plus richede travailler aussi avec une autre enseignante, de montrer plusieurs formes de pdagogie.Comment avez-vous travaill pour tre accepte dans cette classe ?J'ai pass toute l'anne scolaire avec elle. Je me suis prsente tout le personnel de l'tablissement et je suisalle rencontrer toutes les classes. Pendant les quinze premiers jours, je suis venue assister aux cours de toutesles matires suivies par la quatrime C. Aprs je ne suis plus venue que le jeudi pour deux cours : franais et artsplastiques. Au fur et mesure, j'ai apport un petit appareil photo pour tester des cadrages. Et puis je me suisdplace avec dans la classe. Avant Nol, j'ai annonc aux lves qu'en janvier, je viendrais avec une camra etdes micros et que nous allions commencer tourner.Peut-tre que a a t un peu particulier les deux premires fois, mais aprs ils se sont habitus. J'ai bien fait desuivre les conseils du chef d'tablissement qui m'a dit de venir ds le dbut de l'anne, car c'est avant lesvacances de Toussaint que se scinde le groupe-classe. Ensuite, tout lment extrieur reste un corps tranger.A-t-il t facile de monter ce projet ?C'est une belle histoire ce film, d'tre dans les salles aujourd'hui... Parce qu'au dpart, personne n'en voulait. Onnous disait que l'cole tait un sujet dj vu. Et juste avec le projet crit du film, c'tait difficile de convaincre,difficile financer. J'ai fait la proposition au producteur de tourner quand mme, sans financement, au moins audpart. On a commenc le tournage et deux mois aprs, il a voulu voir les rushes, et il m'a dit : a, c'est ducinma ! Avec ce documentaire, on se dit que ce n'est pas facile quand mme d'tre profLe mtier d'enseignant a beaucoup volu et il est mal compris, mal dlimit. un moment, on oublie pourquoi onest l, la raison d'tre de l'cole et l'essence du mtier. Le documentaire a cette grande force, je crois, d'agircomme un miroir au travers du regard de quelqu'un d'autre et de permettre que s'panouisse quelque chose quiest l, l'intrieur des personnes filmes, mais qu'eux ne voient plus. Leur quotidien, ce sont des moments dedcouragement ponctus par des instants de grce qu'on leur renvoie. L'adolescence est un ge difficile aveclequel il est la fois difficile et passionnant de travailler mme quand c'est votre mtier. Parfois les adolescentssont des murs, alors ce ne doit pas tre simple quand on a l'impression de se retrouver face 22 murs. Dans leurquotidien, il y a ces petits moments rares o elles se disent : 0ui, c'est pass . Mais il y a aussi ces momentstunnels, il faut avoir une certaine foi (sans connotation religieuse) pour tenir au long cours.Comment avez-vous vcu ce retour au collge ?Cela m'a permis de boucler quelque chose, d'y tre retourne en tant qu'adulte. J'avais gard mon regardd'adolescente, et n'tant pas prof moi-mme, j'ai pu avoir un regard plus distanci.Vous avez beaucoup film, a n'a pas t trop dur de faire le choix des squences garder au montage ?J'avais 80 heures de rushes ! Ce qui nous a demand une grande rigueur a t d'tablir la structure du film. Je nevoulais pas faire un portrait d'enseignants, mais je voulais axer le film sur l'acte d'enseigner, et ce n'est pas sisimple. Il fallait aussi doser tout ce qui se passe dans une salle de cours : l'humour, les moments de grce et toutle reste Et veillez renvoyer de ces jeunes une image complexe de l'adolescence, tout lves de ZEP soient-ils.Prochaine sance du film aujourd'hui 11 h 45, salle 1.

  • Publi le 14/10/2012 17h10Par Claire Burckel

    0

    Auch : Jean-Pierre Darroussin pour clore le festivalLa dernire sance d'Indpendance(s) et cration a lieu ce dimanche soir en prsence de Jean-Pierre Darroussin et de son pouse Anna Novion, qui a ralis "Rendez-vous Kiruna".

    Anna Novion et Jean-Pierre Darroussin sont Auch ce dimanche soir. (Bernard Courts)

    Le festival Indpendance(s) et cration touche sa fin. Tout au long de ces quatre journes defestival 48 films ont t prsents, totalisant 84 projections.

    Pour terminer cette quinzime dition en beaut, la ralisatrice Anna Novion et Jean-PierreDarroussin prsenteront leur film "Rendez-vous Kiruna" et changeront avec le public suite laprojection.

    Le film raconte l'histoire d'Ernest, un architecte renomm, qui ne vit que pour son travail. Un jour, ilreoit un appel de la police sudoise qui le dcide entreprendre un long voyage jusqu Kiruna, enLaponie. Il doit y reconnatre le corps dun parfait tranger, son fils quil na jamais connu, ni dsir.

    La rencontre avec Magnus, un jeune homme sensible et perdu que tout oppose Ernest, vabranler les certitudes de cet homme autoritaire et mfiant. Et ce voyage en compagnie dun filspossible va rvler Ernest une part inconnue de lui-mme et laider mieux comprendre cerendez-vous Kiruna.

  • Publi le 14/10/2012 17h01 | Mise jour : 14/10/2012 17h41Par Claire Burckel

    0

    Sandrine Bonnaire Auch : "Ce sont des amoureux ducinma"A l'occasion du festival de cinma d'art et d'essai de Auch, l'actrice Sandrine Bonnaire est venueprsenter samedi soir son premier long-mtrage de fiction en tant que ralisatrice.

    Sandrine Bonnaire, entoure du maire d'Auch Franck Montaug ( gauche) et du prsident du festival, Alain Bouffartigue ( droite).(Claire Burckel)

    C'est accompagne de Dominique Besnehard, son ami de toujours et producteur, que Sandrine Bonnaire estarrive Auch samedi. Ils venaient directement du festival de Saint-Jean-de-Luz, o l'acteur principal de"J'enrage de son absence", l'amricain William Hurt, a obtenu le prix d'interprtation masculine.

    Avant sa venue dans la capitale gasconne, Sandrine Bonnaire ne connaissait pas du tout le festival de cinma d'artet d'essai, mais elle l'apprcie dj : "Ce qui me plat ici cest quil y a une nergie incomparable. La salle taitcomble, on a mme d refuser une vingtaine de personnes. Il y a une nergie des gens qui sortent des sancespour aller voir dautres films quils ne veulent pas manquer. Je buvais un verre dehors, et ctait trs calme. Duncoup il y a eu un flot de gens Je sens que ce sont des amoureux du cinma, ils sont l pour le cinma."

    Mme le maire Franck Montaug tait sous le charme de l'actrice. "C'est une femme trs simple et trsaccessible", a-t-il dclar.

  • PUBLIE LE 14/10/2012 08:55

    Jean-Pierre Darroussin retrouve Auch 12 ans aprsFESTIVAL INDEPENDANCE(S) ET CREATION

    Jean-Pierre Darroussin et son pouse, ralisatrice de Rendez-

    vous Kiruna, hier. /Photo DDM, N.DebbicheAnna Novion et Jean-Pierre Darroussin ont atterri l'aroport Toulouse Blagnac avec pas grand-chosedans l'estomac, hier 15 heures. Alors, la premirechose que la ralisatrice et l'acteur principal deRendez-vous Kiruna - en l'occurrence son poux -ont faite en arrivant l'Htel de France, vers 16 h 45,c'est de demander o ils pouvaient aller manger unmorceau. Seulement voil, cette heure-l, il n'y a pas36 solutions Auch. Le Daroles ne servant pas manger, ils se sont rabattus sur la terrasse d'El Sol, del'autre ct de la place de la Libration. L'occasion

    d'changer quelques mots avec Jean-Pierre Darroussin, un comdien trs ouvert et accessible, le temps que safemme rponde un appel sur le portable.Est-ce que la pression est la mme Auch qu' Cannes, Berlin ou ailleurs ?Auch n'est pas un festival international. Donc, bien sr, c'est diffrent. Pour le cinma d'auteur, s'il n'y avait pas desfestivals comme celui-l, il y aurait une moins grande visibilit. C'est une occasion de prsenter au public, lapresse, des films qui ne sont pas mdiatiss sur les festivals traditionnels commerciaux. A chaque fois qu'on fait unfilm qui ne s'inscrit pas dans l'vidence, c'est tout fait ncessaire qu'il y ait ce genre de festival pour le prsenter.C'est ncessaire pour l'activit d'une ville, pour son ambiance, mais aussi pour la dfense de la diversit ducinma.Vous tiez venu Indpendance(s) et crationOui, il y a douze ans, pour Qui plume la lune, de Christine Carrire. l'poque, a a d faire 300 000 entres.C'est un film qui n'a pas eu de chance. Il est sorti le jour de la tempte de 1999 qui a fait fermer beaucoup decinmas. Mais a reste un film culte pour les gens qui l'ont vu.Comment aviez-vous trouv l'accueil ?Il avait t trs important. C'est partir de l que les distributeurs avaient pris conscience de la capacit du film sduire le public. Et puis, Auch, c'est un des festivals les plus importants dans sa catgorie. C'est important de bieny figurer.Qu'est qui vous a fait accepter le rle dans Rendez-vous Kiruna ?Dj, il est ralis par ma femme. On avait fait ensemble son premier film, Les grandes personnes en 2007. Lencore, je suis forcment trs proche du projet. Les choses se construisent devant moi. partir de l, lepersonnage s'est impos. .(Question Anna Novion qui vient de raccrocher) Vous lui avez donn le rle d'un personnage peusympathique, en rupture avec son image...Il a un physique plus doux que d'autres comdiens. Je trouvais intressant d'explorer ce mlange entre la bont duvisage et la duret du regard.Rachida arrive avec la commande. Nous nous clipsons poliment, heureux de ce moment magique avec deuxgrands du cinma franais. Ils ont peu de temps pour manger. Dj, les premiers spectateurs gersois les attendent Condom pour la projection du film en avant-premire. Les Auscitains auront droit ce cadeau eux aussi, ce soir 19 h 30, Cin 32.

    Rsum du film par Jean-Pierre DarroussinLe pitch: C'est l'histoire d'un architecte renomm, pas forcment sympathique au dbut. Un grand architecte quiconsidre que son temps est prcieux. C'est un homme press, qui a beaucoup de certitudes et qui n'a jamais eule temps d'avoir des problmes affectifs. Jusqu'au jour o on lui demande d'aller reconnatre le corps de son fils,qu'il n'a jamais connu, en Laponie.Le thme: Quel impact peut avoir la mort de quelqu'un sur la vie des gens! C'est a le sujet. Ce fils qu'il n'a pasconnu, c'est le prolongement de lui-mme. Et il est mort. Quelle est la rsonnance de cette mort sur lepersonnage? son volution...

    Batrice Dillies

  • PUBLIE LE 14/10/2012 08:56

    Sandrine Bonnaire rvle son clatant talent de ralisatrice

    Aprs la projection hier soir, Sandrine Bonnaire et Dominique Besnhard

    ont pos avec Alain Bouffartigue, le maire Franck Montaug et son adjoint la culture

    Hier, 22 h 10, dans la salle 2 de Cin 32. Sandrine Bonnaire apparat dans une magnifique robe noire auxcts de Dominique Besnhard, son producteur. Le public est sous le charme, encore touch par l'motionqui se dgage de J'enrage de son absence, le deuxime film de Sandrine Bonnaire en tant queralisatrice. Alain Bouffartigues pose les questions que le public n'ose pas poser.

    Ce film est parti d'une histoire ma mre, propos d'un homme qu'elle a connu, qu'elle a aim avant derencontrer mon pre. Un homme qu'on a connu, qu'elle aurait d pouser. Et puis 20 ans, je suis alleposter une lettre la Poste du Louvre, et j'ai retrouv cet homme allong. Il tait devenu SDF. Il m'a dit qu'ilne s'tait pas remis de son amour pour ma mre. J'ai voulu lui rendre hommage en me demandant ce quiferait que mon destin bascule. C'tait la perte d'un enfant. Je me suis projete dans l'histoire de cet homme.

    L'criture du film lui a pris deux ans, entrecoups par des films tourns comme comdienne. Rsultat, un filmbouleversant, empruntant tantt Claude Sautet, tantt Maurice Pialat, mais avec une force et unesensibilit propres la jeune ralisatrice qui signe l un deuxime film aprs le documentaire tout aussibouleversant ralis sur sa sur handicape.

    Aux tlspectateurs, Sandrine Bonnaire explique qu'elle n'avait pas du tout envie de jouer le rle de Mado,cette mre qui a perdu son premier amour (William Hurt, le pre de sa fille Jeanne) cause de la mort d'unenfant, et qui retrouve des annes aprs avoir refait sa vie avec un autre ce pre dchir jamais emmurdans sa tristesse. Et pour cause, en coulisses, elle explique qu'elle avait envie de tourner depuis trslongtemps avec Alexandra Lamy, une actrice incroyable qui est venue au plus prs de mon regard sur cefilm. Elle est venue dans mon univers au point de me ressembler. Je me sentais en harmonie avec cette fillejuste, belle et gnreuse. Ce n'est peut-tre pas un hasard, d'ailleurs, si la fin de la projection Angoulme, le pre d'Alexandra a pleur dans les bras de Sandrine Bonnaire et si la mre de la ralisatrice adit qu'elle n'avait pas 11 enfants mais 12. Oui, dans ce film, Sandrine Bonnaire a trouv une sur decur.

    Elle a trouv aussi une continuit de son amour pour William Hurt dont elle est pourtant spare. On a faitdeux films ensemble, o j'tais comdienne. J'enrage de son absence est une manire de poursuivre unamour, un lien. Il n'a rien d'un ex pour moi. D'ailleurs, une amie m'a envoy un texto. Il disait : Bonne chancepour le petit frre de Jeanne. Je trouve a trs juste.

    J'enrage de son absence sort le 31 octobre 2012.

    Batrice Dillies

  • Publi le 14/10/2012 06h00 | Mise jour : 14/10/2012 09h38Par claire burckel

    0

    Le pays a vcu une amnsie gnrale Le festival de cinma d'art et d'essai s'achve ce soir en prsence de ralisateurs et d'acteursvenus accompagner leurs films en avant-premire.

    Merzak Allouache, qui est connu pour avoir ralis la comdie Chouchou , est venu prsenter son dernier film Le Repenti, undrame saisissant. (Photo philippe bataille/ sud ouest)

    Dans les couloirs du nouveau cinma de l'association Cin 32 les gens de cinma se croisent, se saluent etprennent le temps de bavarder avec les spectateurs. Pas d'entre des artistes, en arrivant pile l'heure pour le filmque l'on veut voir on croise actrice ou ralisateur dans l'antichambre de la salle.Comme Merzak Allouache venu la rencontre du public pour dfendre son film, ils sont une vingtaine accompagner leurs uvres Auch. Le ralisateur algrien a chang durant prs d'une demie heure avec lepublic, curieux de connatre le contexte d'criture de son dur film. Le Repenti relate l'histoire d'un jeunejihadiste qui quitte la montagne et regagne son village. Selon la loi de pardon et de concorde nationale , il peutrentrer chez lui, bnficiant d'une amnistie. Il doit se rendre la gendarmerie pour dposer ses armes. partir d'un fait diversL'ide de ce film est partie d'un fait divers je lisais le journal en Algrie en 1999, et un pre avait crit une lettreouverte car un repenti lui demandait de l'argent pour lui montrer la tombe de son fils , explique Merzak Allouacheau public, encore sous le choc du film. On a atteint le sommet de l'horreur, et brusquement on dcide que tout a est termin. On dcrte que ces gensqui ont pris le maquis n'ont pas de sang sur les mains, ils sont amnistis et pourront vivre normalement. En Algrieon a dcid de ne plus parler de cette priode, le pays a vcu une amnsie gnrale , dtaille Merzak Allouache.Mais les derniers bouleversements qui ont eu lieu en Tunisie notamment ont forc les Algriens voquer nouveau cette priode. Pour tourner son film le ralisateur n'a obtenu aucune subvention de l'Algrie, il s'est lancdans un projet audacieux et autofinanc, boucl avec une camra et en 20 jours de tournage. Aujourd'hui onveut montrer des images positives d'un pays serein, mais plus de dix ans aprs on remarque que les choses nesont pas encore apaises , explique-t-il.Pour l'instant en Algrie peu de spectateurs ont vu ce film, la majorit de ceux qui l'ont regard est issue du milieuprofessionnel li au cinma. Il y a un problme de salles de cinma en Algrie, et une dsertion des sallesobscures. Dans une grande ville comme Constantine, il n'y a pas de cinma. Les gens regardent plus la tlvisionet surtout des DVD pirats , relate Merzak Allouache.Il n'est pas le seul ambassadeur de son film, les trois comdiens principaux, tous de jeunes Algriens sont trsinvestis dans le projet et n'hsitent pas courir les festivals pour dfendre cet uvre qui leur tient cur.

  • Publi le 15/10/2012 06h00Par B. C.

    0Condom

    Agrable change avec Jean-Pierre DarroussinLes Condomois ont eu la primeur des dtails du film Rendez-vous Kiruna .

    Jean-Pierre Darroussin a conquis les cinphiles condomois. (Photo Bernard Courts)

    Dans le cadre du festival Indpendance(s) et Cration de Cin 32, le cinma de la ville accueillait Jean-PierreDarroussin et Anna Novion, acteur principal et ralisatrice du film Rendez-Vous Kiruna .

    la fin de la projection, celui qui reut le Csar du meilleur acteur dans un second rle en 1997, pour Un Air defamille , a descendu les marches sous le regard des spectateurs et pris la parole avant que les applaudissementsdu public ne cessent.

    Le film raconte l'histoire d'Ernest, un architecte renomm, qui ne vit que pour son travail. Un jour, il reoit un appelde la police sudoise qui le dcide entreprendre un long voyage jusqu' Kiruna, en Laponie. Il doit y reconnatrele corps d'un parfait tranger, son fils qu'il n'a jamais connu, ni dsir.

    C'est tout en douceur et dlicatesse que Jean-Pierre Darroussin a voqu ce film, aux cts de la ralisatrice. Unjeu question-rponse s'est install avec le public. De nombreuses interrogations ont port sur la Laponie et seshabitants qui restent toujours un peu mystrieux pour les Franais, mais qui, l'entendre, ont envot l'acteur etson cur.

    Quelques anecdotes sur le tournage sont venues agrmenter la discussion qui a port sur le jeu des acteurs, lescnario, ainsi que sur la fin que certains auraient voulu changer, ce quoi la ralisatrice rpondait : Je faisconfiance au spectateur pour continuer de faire vivre les personnages.

    Sortie le 30 janvier 2013Quelques minutes plus tt, Claudine Decremps, la prsidente des Lumires de la ville, avait accueilli l'acteur avantde le conduire au pied du grand cran, dans une salle qui affichait complet pour l'occasion.

    Avant de quitter la sous-prfecture, toute l'quipe du film a reu un cadeau souvenir dguster, remis par ClaudineDecremps. Devant le cinma aprs la rencontre, le public attendait l'acteur, la ralisatrice et les reprsentants dePyramide Distribution pour poursuivre la discussion autour d'un verre. Ceux qui n'ont pas vu le film devrontattendre janvier 2013 pour le dcouvrir sur les crans.

  • Publi le 15/10/2012 11h32 | Mise jour : 15/10/2012 12h15Par Claire Burckel

    0

    Auch : plus de 10 000 cinphiles au festivalHier soir deux des salles du nouveau cinma taient combles pour accueillir les spectateurs venus voir le film"rendez-vous Kiruna" prsent par Jean-Pierre Darroussin et la ralisatrice Anna Novion.

    De gauche a droite, Anna Novion,Jean Pierre Darroussin Alain Bouffatigue. (Amat Michel)Cette quinzime dition d'Indpendance(s) et cration s'est termine hier soir avec des salles pleines, l'imagedes quatre jours de festival.

    Mme Jean-Pierre Darroussin s'est montr logieux quant son ressenti sur le festival : "Bien sr que j'aime leGers ! J'tais dj venu il y a douze ans, en 1999. Je vois que le festival a grandi, qu'il s'est dplac et qu'il a cetoutil formidable. Cela cre une envie de cinma dans tout le dpartement. Cin 32 n'existe pas ailleurs, je vois quel'lan perdure. Et surtout j'ai trouv le public formidable (applaudissements), vraiment, que ce soit samedi soir Condom ou ici. Je suis aussi all voir deux films durant le festival et on sent dans les discussions aprs une envie.J'ai le sentiment que le travail sur le cinma se fait bien ici."

    Un sentiment partag par l'quipe de Cin 32 et la presque centaine de bnvoles qui a travaill d'arrache-pieddurant le festival. Alain Bouffartigue ne se dpartit pas de son sourire "nous n'avons pas les chiffres exacts, livrait-ilhier soir, mais vue de nez c'est une trs belle dition, nous avons eu plus de 10 000 spectateurs sur lesquatre jours, alors qu'auparavant il y en avait au maximum 7 500".

    Dans les couloirs les festivaliers se flicitaient de la programmation, de quoi flatter le prsident " il y avait dumonde, mais surtout du monde qui tait content. Il y a eu des spectateurs d'Auch, de tout le Gers mais aussi denombreux exploitants et professionnels qui viennent voir les films pour les diffuser chez eux aprs", se flicite AlainBouffartigue. Sa fiert rside galement dans le fait que de nombreux invits de prestige se sont dplacs et onpris le temps de discuter avec le public et de parcourir le dpartement pour les sances en toile qui ont eu lieudans toutes les salles de cinma gersoises. Jacques Doillon a du annuler sa venue au dernier moment mais AtiqRahimi ("Pierre de Patience"), Laurent Cantet ("Foxfire"), Sandrine Bonnaire et Dominique Besnehard ("J'enragede son absence"), sont notamment venus dans la cit prfecture pour partager leur vision du cinma.

    Le cinma auscitain ferme ses portes aujourd'hui et demain pour tout remettre dans l'ordre, les sancesreprennent mercredi pour les nouvelles sorties.

  • Publi le 15/10/2012 06h00Par claire burckel

    0

    Pour l'amour de l'artSandrine Bonnaire tait Auch, samedi soir, pour prsenter sa premire fictionElle est venue en toute simplicit avec son ami et producteur Dominique Besnehard, enchanant le festivalIndpendance(s) et Cration de Cin 32 avec celui de Saint-Jean-de-Luz. Sandrine Bonnaire, deux Csar et desnominations la pelle, est venue prsenter son premier long-mtrage de fiction en tant que ralisatrice, J'enragede ton absence . Le public qui a pu le dcouvrir en avant-premire, samedi soir, a longuement applaudi la fin dela projection.

    Elle a pris le temps de rpondre quelques questions, aprs avoir pass un coup de fil Jalil, interprte du petitgaron dans le film. Ce dernier venait de recevoir le prix d'interprtation au nom de l'acteur principal du film,William Hurt, qui ne pouvait tre Saint-Jean-de-Luz pour le recevoir lui-mme.

    Sud Ouest . Que pensez-vous de ce festival d'art et d'essai gersois ?

    Sandrine Bonnaire. Ce qui me plat ici, c'est qu'il y a une nergie incomparable. La salle tait comble, on a mmed refuser une vingtaine de personnes. Il y a une nergie des gens qui sortent des sances pour aller voir d'autresfilms qu'ils ne veulent pas manquer. Je buvais un verre dehors, et c'tait trs calme. D'un coup, il y a eu un flot degens Je sens que ce sont des amoureux du cinma, ils sont l pour le cinma.

    Quelle impression les nouvelles installations de Cin 32 vous ont-elles faite ?

    C'est trs beau, trs agrable, et techniquement c'est trs pointu. En gnral, je guette souvent, et je demande monter le son, mais ici je n'ai rien eu changer.

    Comment vous est venue l'ide de ce film ?

    Ce film est ddi ma mre. Tout est parti d'un homme qu'elle a connu avant mon pre, et que nous avonsrencontr plein de fois avec mes frres et surs et qu'on aimait beaucoup. Un jour, alors que j'avais 20 ans, j'allaisposter une lettre la poste du Louvre. Je l'ai reconnu, il tait allong l par terre, et tait devenu SDF. On est allsboire un caf, et il m'a racont qu'il n'avait jamais fait le deuil de cet amour pour ma mre. Je me suis alors ditqu'un jour, je lui rendrais hommage, et c'est ce que je voulais faire avec ce film. Je me suis mise sa place et jeme suis demand ce qui pourrait faire basculer ma vie. Pour moi, ce serait la perte d'un enfant, alors j'ai transposcela en fiction.

    Vous tes vous-mme actrice, alors comment dirigez-vous vos comdiens sur un plateau ?

    Je fais beaucoup de prises, le minimum c'est trois ou quatre. Souvent je me dis que je n'aimerais pas tre dirigepar moi, je me trouve trs, trs chiante. Et moi, les metteurs en scne comme a, a m'nerve !

    Je leur demande des choses trs, trs prcises, plein de petits dtails. Je leur dis quel moment lever les yeux,baisser la tte. Quand je suis arrive pour le tournage j'avais dessin tous mes cadres, je savais ce que je voulais.

    Avez-vous dj d'autres projets en tant que ralisatrice ?

    Oui, mais tout ce que je peux vous dire c'est qu'il s'agira du destin de trois femmes d'une mme famille : la grand-mre, la mre et la fille.

    J'enrage de ton absence , ralis par Sandrine Bonnaire, sortira dans les salles le 31 octobre.

  • Publi le 15/10/2012 06h00commentaire(s)

    0Marciac

    Jean de la Lune a captiv l'auditoire

    L'quipe de prsentation du film avec Sarah Wber, co-ralisarice du film, Marie Gaysard de Cin 32 et Isabelle Brat. (Photo JeanPfau)

    Quelques privilgis ont pass une agrable soire, jeudi dernier, en assistant la projection dufilm d'animation Jean de la Lune dans le cadre du festival Indpendance (s) et cration de Cin32. Ce film, ralis d'aprs le conte de Tomi Ungerer, a sduit petits et grands, par la diversit et laluxuriance de ses couleurs et l'ingniosit de l'histoire. La narration s'tend durant les diffrentesphases de la lune : de la pleine la nouvelle.

    L'image de ce Jean de la Lune, tout blanc, seul, mourant d'ennui dans cet astre qui souvent nousintrigue est mouvante. Son arrive sur la terre, accroch une comte, et les surprises qu'ildcouvre sur un univers qui lui est compltement tranger interpellent.

    Message politiqueEn plus de rencontres mouvantes avec les enfants qui lui apprennent marcher et parler, lesympathique docteur Ekla des Ombres lui permet de retourner sur la Lune, en lui construisant unvaisseau spatial.

    La rencontre avec celui qui se proclame chef de la Terre et qui fait emprisonner Jean de la Lune,est galement parlante : ce dernier considre qu'il s'agit l d'un envahisseur, il le pourchasse et n'aqu'un projet : ajouter la Lune ses conqutes pour accrotre un peu plus sa puissance. C'est laconnotation politique de l'histoire : ce prsident ambitieux et cruel ayant ses ordres une armepuissante et sa merci le chef de la police, est pouss par une volont aveugle de domination desautres. Un film voir.

  • PUBLIE LE 15/10/2012 08:56

    Condom. Un triomphe pour Rendez-vous KirunaCINEMA

    Jean-Pierre Darroussin, Anna Novion la ralisatrice, et Roxanne Arnold

    la distributrice se sont volontiers mls aux bnvoles. /Photo DDM, J. Q.

    C'est sous un tonnerre d'applaudissements des 130 cinphiles qui taient prsents l'avant-premire deRendez-vous Kiruna, samedi soir, que la ralisatrice Anna Novion et le comdien Jean-Pierre Darroussinsont arrivs, dcontracts, l'issue de la projection. Cette 15e dition du festival Indpendance(s) et Crationcin 32 s'est avre d'un millsime exceptionnel tant par le poignant film prsent que par la qualit et lafranchise du dbat qui a suivi. Cette belle histoire d'amour entre Jean-Pierre et son fils qu'il n'a jamais connureflte la solitude d'un pre. Les regards, les gestes ouvrent aussi la curiosit. Jean-Pierre Darrousin avouene pas aimer les effets de la camra, il faut laisser vivre le spectateur.

    Roxanne Arnold, distributrice du film pour Pyramide, confirme aussi sa satisfaction de montrer ce beau filmavec un comdien connu. Elle est heureuse de l'excellent accueil qui a t rserv par un public trs l'coute qui a ragi trs positivement.

    La Dpche du Midi

  • PUBLIE LE 16/10/2012 08:52

    Auch. A.Bouffartigue : Cette dition tait un trs bon cruFESTIVAL INDEPENDANCE(S) ET CREATION

    Alain Bouffartigue a cltur dimanche la 15e dition du festival

    Indpendance(s) et cration./ Photo DDM N.D.

    Le festival Indpendance(s) et cration de Cin32 a ferm ses portes dimanche. L'occasion, pourle prsident, de dresser le bilan de cette 15edition.Dimanche soir, le festival Indpendance(s) etcration fermait ses portes. Alain Bouffartigue, leprsident de Cin 32, dresse le bilan.

    Nouveau lieu, dure du festival rallonge, quelbilan cela donne en chiffres ?Sur quatre jours, on a projet 48 films, pour 86sances et environ 10 000 entres. C'est 3000entres de plus que les annes prcdentes. Ds

    vendredi matin, on a rajout la 5e salle en prvision des sances trop pleines. C'est une hausse autantquantitative que qualitative et c'est un vrai plus d'avoir tout sur place. Cette dition tait un trs bon cru.

    Avez-vous eu de bons retours du public ?Oui, trs bons dans l'ensemble. Quelques personnes se sont plaintes de ne pas avoir pu avoir de places pourune sance o toutes les places taient dj vendues, mais ce n'est pas une fatalit. Ds leur sortie, ce sonttous des films que nous reprojetterons. Mais beaucoup de spectateurs que j'ai croiss m'ont dit : C'taitformidable, merci beaucoup. L'ambiance tait trs dtendue, trs conviviale.

    Est-ce que le lieu a chang quelque chose au droulement du festival ?Oui, absolument ! Dj, on accueillait beaucoup plus du monde. Mais surtout, le fait d'avoir tout regroup aumme endroit facilite l'organisation tout en permettant aux gens de se croiser entre deux films, de discuter. Laproximit de Circa et la rsidence qu'ils nous ont prte nous ont galement permis de diner tous ensemble,avec les invits, c'tait parfait !

    Il y a eu de belles rencontres ?Oui, notamment la jeune Hafsia Herzi, qui avait remport un Csar en 2006. Et puis Sandrine Bonnaire etJean-Pierre Darroussin, trs accessibles et proches du public. Il y a aussi ceux qui connaissent dj bien lefestival, comme les ralisateurs Laurent Cantet et Jean-Pierre Amris. Le cinaste afghan Atiq Rahimi a ttrs applaudi galement.

    Et des invits mus ?Brigitte Roan, qui a ralis Tu honoreras ta mre et ta mre, tait un peu inquite et speede. Quand elleest arrive, elle a dcouvert une salle pleine, qui a salu son film par trois salves d'applaudissements. Ducoup, elle a eu un super change ensuite avec le public. C'tait un formidable moment de festival car notrerle, c'est aussi d'aider les films qui ont du mal se faire une place. Brigitte Roan est repartie confiante etravie !

    Anticipez-vous dj le prochain festival ?On s'y met six mois l'avance environ. Je visionne les DVD des films potentiels, j'en passe mon quipepour avoir leur avis. On commence vraiment la slection partir du festival de Cannes. On va rester sur unecinquantaine de films et sur quatre jours a priori, pas moins a c'est sr. Il y a plein de choses qu'on peutamliorer mais dans l'ensemble, je pense que le scnario est bon !

    represLe chiffre : 10 000Entres > Festival. 10000 c'est environ le nombre d'entres pour le festival.

    Recueilli par Theodora Navarro

  • Publi le 17/10/2012 06h00commentaire(s)

    0

    Une avant-premire en prsence du ralisateur

    Lilane Peyroulan, vice-prsidente de Grand Angle, a prsent le film en attendant l'arrive de Frdric Fonteyne. (Photo F. Carly)

    Dans le cadre du 15e festival Indpendance(s) et cration qui a eu lieu du 11 au 14 octobre au Cin32 Auch, l'association Grand Angle Fleurance a projet le trs beau film Tango Libre jeudidernier, en prsence du ralisateur Frdric Fonteyne et de la directrice de Cin 32.

    C'tait un beau cadeau offert aux Fleurantins pour trois raisons : la sance tait gratuite, le film taitprsent en avant-premire (sa sortie est prvue le 28 novembre), c'tait un film magnifique entre letango et la prison, la prison et le tango, unis par la grce du ralisateur qui accorde et dsaccordeles personnages comme un morceau de musique o les diffrentes nergies se rencontrent.

    Une cinquantaine de spectateurs ont profit de ce moment exceptionnel et ont particip ensuite ladiscussion trs anime. Le ralisateur Frdric Fonteyne et la directrice de Cin 32 se sont prtsau jeu des questions et des rponses avec beaucoup de disponibilit.

    La soire s'est acheve autour d'un verre partag amicalement.

  • PUBLIE LE 17/10/2012 09:10

    Plaisance. Le public sous le charme de Par amourCINEMA

    Laurent Firode et Irne Ismailoff, trs dtendus avant leur rencontre avec le public./Photo DDM.

    Ils taient un peu plus d'une cinquantaine venir dcouvrir en avant-premire le nouveau film de LaurentFirode : Par amour, diffus dans le cadre du Festival Cin 32, Indpendance(s) et cration. Un public quia pris beaucoup de plaisir au fil de la projection et qui a exprim tout de suite son plaisir auprs de LaurentFirode, ralisateur, et Irne Ismailoff, actrice, venue rencontrer le public plaisantin.

    Laurent Firode a prsent la salle son nouveau film : Le film choral est la mode. On parle mme souventd'effet de mode. J'entends souvent dire aussi que le film choral est un genre comme le western ou la comdiemusicale. J'ai toujours t trs sensible cette forme du rcit. La notion qui me sduit dans le principe du filmchoral : c'est affirmer qu'il n'y a pas de personnages plus intressants que d'autres. Tous sont dignesd'intrt. Tous les personnages et, par extension, tous les individus mritent qu'on raconte leur histoire. Il n'ya pas de hirarchie.

    Laurent Firode parle du plaisir qu'il a eu raliser ce film avec cette pliade d'acteurs de qualit. Il se metaussi l'coute du public plaisantin qui lui fait part de son enchantement d'avoir dcouvert ses histoires, de latendresse et de l'humour prsent tout au long du long-mtrage.

    Un samedi soir, la salle de cinma Europe, plein de complicit entre un public souriant et un ralisateuraccompagn de son actrice. Une soire rendue joyeuse par un film Par amour dont la sortie nationale estprvue le 26 dcembre. On ne peut que vous conseiller de le voir, il embellira vos ftes de fin d'anne.

    La Dpche du Midi

  • PUBLIE LE 18/10/2012 03:51

    Fleurance. Une belle avant-premireCINEMA

    Les responsables du Grand-Angle lors de la prsentation de Tango libre ./Photo DDM, Ch. B.

    Le 11 octobre, Tango libre a t prsent en avant-premire aux Fleurantins. Dans le cadre du 15e festivalIndpendance(s) et Cration qui a eu lieu du 11 au 14 octobre au Cin 32 Auch, l'association Grand-Angle Fleurance a projet ce trs beau film, 19 heures, en prsence du ralisateur Frdric Fonteyne et de ladirectrice de Cin 32. C'tait un beau cadeau offert aux Fleurantins pour trois raisons : la sance taitgratuite, le film tait prsent en avant-premire, sa sortie est prvue le 28 novembre et ce fut un filmmagnifique entre le tango et la prison, la prison et le tango, unis par la grce du ralisateur qui accorde etdsaccorde les personnages comme un morceau de musique o les diffrentes nergies se rencontrent. Unecinquantaine de spectateurs a profit de ce moment exceptionnel et a particip ensuite la discussion trsanime qui a suivi la projection. Le ralisateur Frdric Fonteyne et la directrice de Cin 32 se sont prts aujeu des questions et des rponses avec beaucoup de disponibilit. La soire s'est acheve autour d'un verrepartag amicalement. Gageons que les Fleurantins attendront avec impatience la prochaine avant-premire !

    La Dpche du Midi

  • PUBLIE LE 19/10/2012 03:49

    Nogaro. Merzak Allouache se livreCINEMA

    Le ralisateur Merzak Allouache./Photo DDM, Jean-Luc Galvan.

    Dans le cadre du festival de Cin 32 Indpendance et cration, le cinma de Nogaro prsentait devant unpublic peu nombreux, jeudi 11 octobre, l'excellent dernier film de Merzak Allouache : Le Repenti. Un dbatavec le ralisateur a suivi la projection. Le film se droule en Algrie. Alors que des groupes d'islamistescontinuent semer la terreur, Rachid, un jeune jihadiste, quitte la montagne et regagne son village. Selon laloi de pardon et de concorde nationale, il se rend la police. Il bnficie alors d'une amnistie et devientrepenti. Rencontre avec Merzak Allouache.

    C'est la loi qui les a dsigns comme repenti mais pas eux. Aprs la loi de 1999 suite aux ngociationsentre eux et l'Etat, o il n'y a ni vainqueur ni vaincu, l'amnsie s'installe. On ne doit pas en parler, ni raconter,ni faire de films : on doit passer cette histoire sous silence. Pourtant, il y a eu plus de 200 000 morts. Il existedes associations qui recherchent les disparus. J'essaie d'imaginer l'avenir suite ce pacte et aprs tant dehaine.

    Le personnage ?

    On a tendance de classer ces gens avec des clichs. J'ai voulu montrer ce jeune qui descend du maquispresque comme un enfant qui redcouvre la vie, les filles qui passent, la tlvision Un jeune perdu qui veutpartir. Il ne dit jamais qu'il est repenti.

    La ralisation ?

    Je ne voulais pas que cela soit un mlodrame mais un drame. Je n'explique pas. Le film est tournrapidement, en une vingtaine de jours, avec peu de moyens, une petite quipe de jeunes, trs mobile. C'estla premire fois que je tourne ainsi. La camra n'est jamais fixe : la mort rode. Tous les personnages sontambigus. Les acteurs avaient dj travaill sur mon film prcdent. Attention c'est une fiction.

    La Dpche du Midi

  • PUBLIE LE 21/10/2012 03:48

    L'Isle-Jourdain. Une palme d'or au cinma OlympiaDECOUVERTE

    Laurent Cantet est venu prsenter sonfilm Foxfire l'Olympia./Photo DDM, S. B.

    Vendredi, le cinma Olympia accueillait le ralisateur, Laurent Cantet qui prsentait son dernier film Foxfireen avant-premire. C'est la premire fois qu' L'Isle-Jourdain, le cinma recevait un ralisateur avec une tellefilmographie, dj 5 longs-mtrages son actif, dont le fameux Entre les murs qui a reu la Palme d'or auFestival de Cannes en 2008. A la fin du film, sous les applaudissements des lislois, Laurent Cantet a rponduaux nombreuses questions des spectateurs. Ce dernier confiait : N d'un coup de cur pour le roman deJoyce Carol Oates Confession d'un gang de filles ; j'ai entrevu ce que je pouvais faire et Foxfire m'ademand quatre ans de travail. Je trouve que le cinma amricain a mythifi les annes 50 et j'avais envie detraiter les laisss pour compte du rve amricain. J'ai fait le choix de deux camras pour donner un rythme,une intimit. J'aime tourner avec des acteurs, actrices non professionnels ; ils vont souvent chercher en euxleur manire propre. J'aime filmer les groupes, les rgles, la place de chacun dans le groupe unereprsentation chelle rduite d'un groupe plus grand qui pourrait tre la socit. Filmer l'adolescence estintressant, l'on prend conscience de l'nergie, du bouillonnement de cette priode de la vie. Il y a des pointscommuns avec la socit actuelle, le machisme, l'argent, les jeunes en devenir. Laurent Cantet ajoute qu'ilpense avoir acquis grce la palme d'or, plus de libert dans la faon de dpenser et pouvoir s'autoriser nepas prendre d'acteurs connus. C'est une de mes victoires dit-il.

    Ceux qui n'taient pas dans la salle de l'Olympia ce soir l devront patienter jusqu'au dbut de l'anne 2013.Foxfire, un film voir, magnifiquement riche, touchant, mouvant sur un sujet si sensible qu'est l'adolescenceavec des comdiennes bouleversantes. Un film de rflexion, un film profond. Laurent Cantet, ralisateurlibre

    La Dpche du Midi

  • PUBLIE LE 22/10/2012 03:50

    Vic-Fezensac. Tempte sous un crneCINEMA

    Lors des changes avec le public./Photo DDM, Mara De Sario.

    Dans le cadre du festival Indpendance et cration, Cin 32 et Cin Vic projetaient, vendredi dernier,Tempte sous un crne. Dans la salle, Raphalle de Cacqueray a men les dbats aprs la projection.

    Clara Bouffartigue, la ralisatrice, a expliqu son travail et rpondu aux questions d'un public comptant unesoixantaine de personnes. Intresses, elles ont particip activement la discussion, oriente vers desrflexions utiles sur l'ducation et la complexit de ses mtiers.

    Loin des prjugs et des visions ngatives et pjoratives, le film donne une image fidle de la ralit del'enseignement, dans un collge en zone d'ducation prioritaire. Le regard que Clara pose sur le mtierd'enseignant rappelle que la construction des apprentissages en classe, ncessite en mme temps un hautniveau de qualification disciplinaire, et un vrai travail de construction pdagogique et une certaine foi. Alice etIsabelle, les deux professeures du film l'ont ! Parmi les spectateurs, les parents d'Alice, qui dcouvraient leurfille devant sa classe, confirmrent, ajoutant une touche d'motion, sa conviction et sa gaiet, perues tout lefilm. Enseignants, parents, et cinphiles prolongrent les changes autour du traditionnel verre de l'amiti.

    La Dpche du Midi