Réseaux sociaux et éthique - maisons-pour-la .Atelier 1 : Réseaux sociaux et éthique Adultes,

download Réseaux sociaux et éthique - maisons-pour-la .Atelier 1 : Réseaux sociaux et éthique Adultes,

of 28

  • date post

    10-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Réseaux sociaux et éthique - maisons-pour-la .Atelier 1 : Réseaux sociaux et éthique Adultes,

  • Rseaux

    sociaux et

    thique

    Pierre Morelli universit de Lorraine pierre.morelli@univ-lorraine.fr

  • Atelier 1 : Rseaux sociaux et thique

    Adultes, enfants et adolescents partagent, des degrs divers, un

    engouement certain pour lusage de rseaux sociaux quils mobilisent pour

    publier, changer, discuter et sinterconnecter.

    Chaque dispositif socionumrique (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat,

    Youtube, Pinterest) propose une panoplie doutils faciles utiliser, mais

    dont il est difficile de mesurer les consquences tant les productions

    affiches et changes sur linternet chappent aux auteurs et peuvent dtre

    reprises, dtournes, dcontextualises commentes et rutilises de manire

    malintentionne ou frauduleuse des fins de harclement ou de lynchage,

    dont la consquence est parfois tragique pour les victimes.

    Face la banalisation de la publication et de lchange dinformation et de

    commentaires, cet atelier permettra de sinterroger sur les mcanismes

    communicationnels qui se dveloppent sur linternet, damener les lves

    prendre conscience de la porte des actions, et dlaborer avec eux des

    stratgies de prvention et de rponse, afin de juguler la spirale infernale

    dans laquelle chacun peut se retrouver un jour son corps dfendant

  • thique

    A. PHILOS. Science qui traite des principes rgulateurs de l'action et de la conduite morale.

    B. P. ext. Manire d'envisager la ralit en tirant d'elle des valeurs normatives lies l'esthtique.

    Ici il sera avant tout question de rflchir ltablissement de principes rgulateurs face aux possibilits offertes par les rseaux sociaux sur linternet et donc de penser le rapport linformation en termes de prvention et de responsabilisation.

  • Internet lieu et outil conversationnel

    Web 2.0 : mergence dun nouveau mode communicationnel

    - Remise en cause de la position en surplomb jadis occupe par les mdias

    traditionnels changes transversaux , conversations de pair pair ;

    - les sujets (les objets) de conversation fondent les groupes et les

    communauts dintrt sur le web . Le mode conversationnel saisit limage :

    non plus seulement montre ou change, elle est dsormais discute voire

    constitue les termes de la discussion.

    Prsence(s) et action(s) sur le web (existence numrique) : -Prsentation de soi : exposition / mise en scne de soi

    -Prsence, affirmation de soi par rapport aux autres : construction et mise lpreuve

    dune identit relationnelle

    Valeurs portes par linternet : - libert,

    - convivialit,

    - don / changes,

    - ractivit,

    - exhaustivit.

  • Lidentit et le numrique

  • Lidentit comme processus

    Dimension relationnelle de lidentit

    Identit = Processus dynamique et ouvert qui rsulte d'une

    ngociation permanente avec autrui (Cf. les sociologues de

    lcole de Chicago comme notamment Goffmann);

    Dimension comparative de lidentit

    Lidentit procde par comparaison (mmet : caractre de ce

    qui est identique) cf. Paul Ricur.

    Dimension temporelle de lidentit

    La construction de lidentit opre ncessairement dans le temps

    et avec un double rapport au temps :

    * perception de lidentit long terme,

    * laboration progressive et continue de lidentit.

  • IDENTIT NARRATIVE / IDENTIT VIRTUELLE

    Productions personnelles (crits personnels, photographies et vidos personnelles),

    avatars.

    TRIPLE DIMENSION DE LIDENTIT NUMRIQUE (cf. Fanny

    Georges)

    - IDENTIT DCLARATIVE : directement renseigne par lutilisateur

    (reprsentation de soi, donnes saisies par lutilisateur).

    - IDENTIT AGISSANTE : indirectement renseigne par les activits de

    lutilisateur (trace dactivits, messages rpertoriant les activits de

    lutilisateur).

    - IDENTIT CALCULE : produite par le traitement de lidentit agissante via

    le systme (rsultante de lactivit, variables quantitatives et de variables

    qualitatives produites par le systme).

    De lidentit narrative lidentit numrique

  • Georges F.,

    Reprsentation de soi et

    identit numrique. Une

    approche smiotique et

    quantitative de lemprise culturelle du web 2.0 ,

    Rseaux, 2009/2, N 154, p. 165-193.

    Et aussi

    Lidentit numrique

    dans le web 2.0

    http://urlz.fr/1Ote

  • mergence dun nouveau

    mode communicationnel :

    conversations

    numriques

  • Conversations numriques

    propagation virale de linformation travers les rseaux sociaux

    - mise en ligne de commentaires, de commentaires sur les commentaires,

    Retweets et like qui accentuent la visibilit de certains messages

    - rapidit de la mise en ligne dinformations (et des ractions) au risque daltrer

    la vridicit et la sincrit des propos tenus, voire cration / propagation de

    rumeur(s),

    - notion dchappement, de perte de contrle sur la port des propos tenus,

    - registre de langue : sur les rseaux sociaux = parl crit qui gnre des effets

    perlocutoires (asynchronie des propos, trace crite ou iconographique des

    changes).

    La reconnaissance par le rseau et au sein du rseau au service de la

    socialisation des adolescents

    - Thorie de la reconnaissance (Axel Honneth)

    Transparence et opacit(s)

    - nouveaux rapports au secret?

  • Thorie de la reconnaissance (Axel Honneth) : - acte performatif qui se traduit intentionnellement par des gestes ayant un impact sur le statut de lindividu (reconnu / non reconnu)

    - Processus de formation du rapport pratique soi travers des attentes de

    reconnaissance formules lgard dun autrui approbateur. (wikipedia)

    Reconnaissance intersubjective = moyen de sassurer de la valeur sociale

    de son identit, condition dune relation russie soi, dune estime et dun

    respect de soi.

    Les attentes de reconnaissance sont intimement lies au processus de

    socialisation.

    Reconnaissance et capital social (Cf. Bourdieu) - Potentiel relationnel de lindividu.

    - Intrts lis lappartenance un groupe : ensemble de ressources lies la

    possession dun rseau durable de relations plus ou moins institutionnalises

    dinterconnaissance et dinterreconnaissance

    .

  • Le capital social est lensemble des ressources actuelles ou

    potentielles qui sont lies la possession dun rseau

    durable de relations plus ou moins institutionnalises

    dinterconnaissance et dinterreconnaissance ; ou, en

    dautres termes, lappartenance un groupe, comme

    ensemble dagents qui ne sont pas seulement dots de

    proprits communes (susceptibles dtre perues par

    lobservateur, par les autres ou par eux-mmes) mais sont

    aussi unis par des liaisons permanentes et utiles Bourdieu,

    1980, p. 31.

  • Selon Axel Honneth, la socit est organise autour de trois sphres de reconnaissance :

    - sphre de lamour (vie prive) ;

    - sphre du respect lgal (se reconnatre mutuellement comme personne autonome) ;

    - sphre du march (se reconnatre pour les capacits respectives)

    Besoin/attente de confirmation

    Formes de reconnaissance

    Relations primaires

    (amour, amiti)

    Relations juridiques

    Communaut de valeurs (solidarit)

    Rapport Confiance en soi Respect de soi Estime de soi

    Composante vulnrable de la personnalit

    Intgrit physique (ou

    psychophysique)

    Intgrit sociale Honneur, dignit

  • Reconnaissance et identit

    Adolescents :besoin dtre reconnus au sein de

    groupes auxquels ils appartiennent.

    - Tribu postmoderne au sens de Michel Mafesoli,

    - ralisation de son identit dans le miroir de lautre

  • Internet - mythes et

    ralits

  • Paradoxe (coexistence de transparences et dopacits)

    Internet = idal de transparence (impression de passer de lautre ct du

    miroir, idal dabsolu : monde totalement ouvert).

    Undernet : Web cach, lieu dagrgation et de partage

    dinformation, zones de non-visibilit o sabritent des secrets

    qui ne peuvent pas tre affichs dans la vie relle.

    Michel Moatti, 2004 : http://questionsdecommunication.revues.org/6159

    Intimit vs Extimit : discrtion contre ostentation

    Extimit : dsir de rendre visibles certains aspects de soi jusque l

    considrs comme relevant de lintimit , cf. Lacan, wikipdia.

    Mise en scne de soi dans les rseaux sociaux (Norman, Rmi

    Gaillard) ou se faire connatre travers des polmiques (Troll-

    trolling).

    Voyeurisme assum ou institutionnalis (magazines people, missions

    de tlralit , journalisme citoyen).

    http://questionsdecommunication.revues.org/6159

  • Porosit entre sphres prives/professionnelles/publique

    Au risque de faire dvelopper un non usage des TIC (Kellner,

    Massou, Morelli)

    http://questionsdecommunication.revues.org/281

    Dimension invasive et intrusive des TIC :

    injonction rpondre en temps rel,

    e-mails rdigs, rponses envoyes toute heure,

    Consquences :

    Abandonnistes : personnes qui abandonnent un usage et /

    ou les TIC

    Usages faibles / non usages des TIC (Kellner, Massou,

    Morelli)

    http://questionsdecommunication.revues.org/281

  • TIC ET RAPPORT AU SECREt

  • SECRET : LART DE LA DISSIMULATION

    Secrtaire : celui ou celle qui connat les secrets et qui est charg les dvoiler en partie, en temps et heure.

    Dissimulation : moins men