Renforcer les capacits des leaders religieux pour ... sont celle des Qadiriya et celle des...

download Renforcer les capacits des leaders religieux pour ...  sont celle des Qadiriya et celle des Tijaniya. • Les imams, qui prononcent la prire duvendredi.

of 20

  • date post

    09-Feb-2018
  • Category

    Documents

  • view

    215
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Renforcer les capacits des leaders religieux pour ... sont celle des Qadiriya et celle des...

  • Renforcer les capacits des leaders religieux pour promouvoir labandon des mutilations gnitales fminines en Mauritanie

    Capitalisation des expriencesRapport pour le projet suprargional Abandon des mutilations gnitales fminines , GIZ, Eschborn

    Realis par:

  • Abrviations

    FLM Fdration Luthrienne Mondiale

    FNUAP Fond des Nations Unies pour la population

    FPIDC Forum de la Pense Islamique et du Dialogue des Cultures

    GIZ Agence Internationale de la Coopration Allemande (Gesellschaft fuer Internationale

    Zusammenarbeit (GIZ) GmbH

    MAIEO Ministre des Affaires Islamiques et de lEnseignement Originel

    MASEF Ministre des Affaires Sociales, de lEnfance et de la Famille

    MGF Mutilations Gnitales Fminines

    PBG Programme Bonne Gouvernance

    UNFPA United Nations Fund for Population / Fonds des Nations Unies pour la population

    UNICEF United Nations Children's Fund

    VIH/SIDA Virus de limmunodficience humaine / Syndrome immunodficitaire acquis

  • 1

    Contenu1. Introduction 3

    2. Le contexte 4

    LIslam en Mauritanie 4

    Les MGF en Mauritanie 5

    3. Le processus 6

    4. Les rsultats 9

    Les outils et leur utilisation 9

    Les comptences acquises 10

    La diffusion du message 11

    Limpact et la contribution au changement de comportement 12

    5. Les leons apprises 13

    Les lments cls et les facteurs de russite 13

    Les dfis et risques 14

    Conclusion 15

    6. Sources dinformation et bibliographie 16

  • 2

  • 3

    Le projet suprargional de la GIZ Abandon des

    mutilations gnitales fminines (MGF) mne depuis 1999

    des actions de promotion dabandon des MGF dans

    plusieurs pays de lAfrique. Le projet se termine en 2014.

    Lobjectif de sa phase actuelle est le renforcement des

    capacits des acteurs de lEtat et de la socit civile

    promouvoir labandon des MGF. Un axe essentiel de la

    dernire phase est de dvelopper, capitaliser et diffuser les

    approches couronnes de succs auprs des acteurs

    impliqus, au sein de la coopration allemande et dans les

    rseaux rgionaux et internationaux.

    Depuis 2005 le Programme Bonne Gouvernance (PBG) de

    la GIZ soutient le gouvernement mauritanien ainsi que la

    socit civile pour promouvoir lapproche genre et les

    droits de la femme. Le projet suprargional a choisi dagir

    au sein de la composante genre du PBG et dutiliser ses

    structures pour promouvoir labandon des MGF en

    Mauritanie. Le projet suprargional a donc appuy le PBG

    et ses partenaires au niveau national et dans les deux

    rgions du Hodh El-Gharbi et du Guidimakha, o

    lexcision est encore trs frquemment pratique. LIslam

    et ses reprsentants jouent un rle primordial dans la

    socit mauritanienne et par l mme dans toute optique

    de dveloppement. Ainsi, une des approches principales a

    t la coopration avec les leaders religieux et le renforce-

    ment de leurs capacits promouvoir labandon des MGF.

    Ce document prsente les rsultats de la capitalisation des

    expriences faites par les acteurs impliqus dans cette

    approche. Pour la GIZ il sagit donc, au-del de la promo-

    tion de labandon des MGF, de documenter comment un

    partenariat fructueux a pu se dvelopper avec les leaders

    religieux, qui sont une composante essentielle de la socit

    civile mauritanienne. Quels sont les facteurs cls prendre

    en considration dans le dialogue et la coopration ? Quels

    sont les dfis prendre en considration ? Comment

    a-t-on renforc les capacits de ces acteurs, pour

    queux-mmes puissent initier et appuyer une dynamique

    positive de changement dans leur socit.

    Pour les leaders religieux il sagit de documenter le

    processus qui les a amen promouvoir labandon de

    pratiques prjudiciables la femme et lenfant et par

    l-mme contribuer au dveloppement de leur socit.

    Quel rle ont-ils jou ? Comment ont-ils pu simpliquer ?

    Quelles rticences ont-ils surmont? Quels outils les ont

    aids ? Quelles comptences ont-ils acquises ?

    Cette capitalisation est principalement base sur une

    mission conduite par une consultante internationale et un

    consultant national en Janvier 2013. Les objectifs de cette

    mission taient de faciliter une analyse commune des

    expriences des acteurs et de

    Reconstituerleprocessusetlestapesmajeuresde

    lapproche

    Analyserlessuccsetlesdfisrencontrs

    Rflchirsurlescomptencesacquisesetles

    changements intervenus par lapproche

    Faireressortirlesleonsapprises

    Permettreuneplusgrandediffusiondelapproche.

    Un atelier de capitalisation eut lieu avec 19 participants,

    pour la plupart des leaders religieux venus de Nouakchott

    et des rgions du Hodh El-Gharbi, Guidimakha, de

    lAssaba, du Gorgol et de Trarza. Cet atelier fut complt

    par des discussions en groupe par rgion ainsi que par des

    interviews individuelles. Des entretiens ont aussi ts

    conduits avec les reprsentants de la GIZ, du Ministre des

    Affaires Sociales, de lEnfance et de la Famille (MASEF), du

    Ministre des Affaires Islamiques et de lEnseignement

    Originel (MAIEO), dorganisations de la socit civile et

    dautres partenaires techniques et financiers (UNICEF,

    UNFPA, FLM). Un atelier de restitution eut lieu la fin de

    la mission. La mission a t complte par une analyse des

    produits de lapproche ainsi que dautres documents sur la

    promotion de labandon des MGF en Mauritanie.

    1. Introduction

    3

  • 4

    LaMauritanieestuneRpubliqueIslamique.Selonsa

    constitution, lIslam est religion dEtat. Toute rforme

    sociale et juridique se doit dtre lgitime par lIslam, cest

    dire de recevoir lappui des leaders religieux et

    institutions islamiques. LIslam joue un rle trs important

    dans la vie quotidienne des femmes et hommes maurita-

    niens. Les leaders religieux sont reconnus dans leur

    communaut comme rfrence religieuse et sociale. La

    majorit des Mauritaniens sont musulmans sunnites de

    rite malkite. Toutefois, lIslam, tel quil est vcu en

    Mauritanie,estaussiinfluencparleshirarchiessociales,

    lappartenance ethnique ainsi que les coutumes et

    traditions locales.

    Le terme leader religieux recouvre les acteurs suivants:

    Lesoulmas,ruditsenthologieetendroitislamique,

    quideparlaformationquilsontreuepeuvent

    interprter le Coran et les hadiths (paroles du Prophte).

    Lescheikhsquidirigentunecoledenseignement

    religieux traditionnel (mahadra). Il existe plusieurs

    milliers de mahadra en Mauritanie, allant de petites

    coles coraniques dans les villages aux grandes coles de

    thologie et droit islamique.

    Lescheikhsdesconfrriessoufiesquiguidentleurs

    disciples dans leur cheminement spirituel. En Mauritanie

    il existe plusieurs confrries soufies, dont les plus

    importantes sont celle des Qadiriya et celle des Tijaniya.

    Lesimams,quiprononcentlaprireduvendredi.

    Beaucoup dimams de quartier et de village jouent un rle

    socialimportant,mmesilsnontpasforcmentreu

    une formation thologique. Dans certaines rgions de

    Mauritanie, lon deveint imam non par formation mais

    par descendance.

    En Mauritanie il nexiste donc pas une autorit religieuse

    reconnue par tous les musulmans, mais plusieurs

    rfrences. Les thmes clefs de dveloppement tels que les

    droits de la femme et de lenfant, la protection de

    lenvironnement ou la lutte contre la pauvret sont donc

    toujours sujets des dbats entre les acteurs religieux.

    En simplifiant, lon constate au sein de lIslam mauritanien

    les tendances suivantes vis--vis du dbat sur le

    dveloppement et le progrs social :

    Uncourantrformateur,pourquilIslamestporteurde

    modernit. Ce courant prne une interprtation des

    sources religieuses et du droit islamique adapte aux

    ralits contemporaines.

    Uncourantconservateur,quisedclaregardiendes

    traditions et nest pas, de prime abord, ouvert remettre

    en question certaines pratiques ou convictions ancres

    depuis des gnrations dans la socit mauritanienne.

    Uncourantintgriste,quiaprisdelampleurpendantles

    deux dernires dcennies. Ce courant sinspire du rite

    wahhabite pratiqu en Arabie Saoudite, qui finance

    dailleurs un nombre important de mosques et de

    mahadras en Mauritanie. Bien que ce courant ne soit de

    loin pas hostile tous les aspects relevant de la moder-

    nit, il associe souvent dans ses discours les projets de

    rformesocialeuneinfluencenfasteetcolonisatricede

    lOccident. Les courants extrmistes tels que Al-Qada

    2. Le contexteLIslam en Mauritanie

    Chez nous, ce que dit limam est trs cout par la

    communaut. Mais la hirarchie sociale est aussi trs

    importante. Pour tre imam il faut souvent appartenir

    une certaine famille.

    Discussion en Groupe / Guidhimaka

    Limam est une rfrence sociale. Il rencontre tous

    les membres de la socit, soit au foyer, la mosque,

    au march ou toute autre occasion. Les populations

    toutes catgories confondues sadressent aux imams.

    Discussion en groupe /

    Rgions du Centre de la Mauritanie

  • 4 5

    au Maghreb Islamique , prnant la violence, nont pas

    encore pu prendre racine dans la socit civile. Une des

    stratgies de lEtat est de miser sur les oulmas et imams

    comme porteurs dides pour la tolrance et contre le

    terrorisme.

    La