Rapport Edater Lot B-pour-Internet (1) Enquأھte EDATER – Kurt Salmon menأ©e en aoأ»t et...

download Rapport Edater Lot B-pour-Internet (1) Enquأھte EDATER – Kurt Salmon menأ©e en aoأ»t et septembre

of 155

  • date post

    02-Feb-2021
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Rapport Edater Lot B-pour-Internet (1) Enquأھte EDATER – Kurt Salmon menأ©e en aoأ»t et...

  • ÉTUDE

    FAITE

    À LA DEMANDE DU COMITÉ D’ÉVALUATION ET DE CONTRÔLE DES POLITIQUES PUBLIQUES

    sur l’évaluation nationale des différentes modalités de gouvernance locale des politiques publiques menées en matière d’aménagement

    du territoire en milieu rural (lot B)

    - décembre 2011 -

    EDATER / Kurt Salmon avec la contribution de Jean-Claude Bontron (SEGESA)

    Le présent document est constitué du rapport d’évaluation et de quatre annexes.

    Remerciements Les auteurs expriment leur gratitude envers

    les personnes qui ont contribué à cette évaluation

  • — 2 —

    Accord cadre 2010ANJ-12 Cette étude a été réalisée par le consortium EDATER / Kurt Salmon en application de l’accord cadre 2010ANJ-12 portant sur la réalisation d’études visant à l’évaluation de politiques publiques pour le compte du Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques de l’Assemblée nationale. Elle constitue le lot B du marché subséquent. Dans le même cadre, une première étude a été réalisée sur l’évaluation de l’impact de l’ensemble des outils des politiques publiques menées en matière d’aménagement du territoire en milieu rural dans une sélection de quatre zones rurales (lot A). Les auteurs du rapport prennent l’entière responsabilité du contenu de ce rapport qui ne reflète pas nécessairement les vues des commanditaires.

  • — 3 —

    SOMMAIRE

    SYNTHÈSE ...................................................................................................................... 7

    LISTE DES RECOMMANDATIONS .............................................................................. 19

    INTRODUCTION.............................................................................................................. 25

    I. CONTEXTE DE L’ÉVALUATION DEMANDÉE ............................................................... 25

    A. RAPPEL DU CONTEXTE GÉNÉRAL DE L’ÉVALUATION......................................... 25

    B. LE PÉRIMÈTRE DE L’ÉVALUATION......................................................................... 25

    II. LES PRINCIPAUX OUTILS MOBILISÉS........................................................................ 26

    III. GUIDE DE LECTURE DU DOCUMENT ........................................................................ 27

    PREMIÈRE PARTIE : LES CADRES DE LA GOUVERNANCE DES TERRITOIRES RURAUX................................................................................................ 29

    I. LES GROUPEMENTS INTERCOMMUNAUX .................................................................. 30

    A. LES COMMUNAUTÉS DE COMMUNES ................................................................... 30

    B. LES PAYS ................................................................................................................. 32

    C. LES PARCS NATURELS RÉGIONAUX (PNR).......................................................... 33

    II. LES FORMES TEMPORAIRES SPÉCIALES ................................................................. 34

    A. L’APPEL À PROJETS : PÔLE D’EXCELLENCE RURALE......................................... 34

    B. L’APPEL À PROJETS « LEADER »........................................................................... 35

    III. LES RÉFÉRENTIELS SUPRA-LOCAUX....................................................................... 36

    A. L’IMPLICATION DES DÉPARTEMENTS ................................................................... 36

    B. L’IMPLICATION DES RÉGIONS................................................................................ 36

    C. LA POLITIQUE DE MASSIFS.................................................................................... 37

    IV. LES SCHÉMAS DE COHÉRENCE TERRITORIALE (SCOT) ....................................... 38

    DEUXIÈME PARTIE : RÉPONSE AUX QUESTIONS ÉVALUATIVES ..................... 41

    I. RAPPEL DES QUESTIONS ÉVALUATIVES ET MÉTHODE........................................... 41

    A. LES QUESTIONS...................................................................................................... 41

    B. ÉLÉMENTS DE MÉTHODE....................................................................................... 41

  • — 4 —

    1. L’enquête nationale en ligne auprès de 193 acteurs ...................................... 41

    2. Les territoires des six études de cas ................................................................ 43

    II. Y-A-T-IL DES TYPES D'ORGANISATION LOCALE QUI PERMETTENT D’OBTENIR DE MEILLEURS RÉSULTATS ?........................................................................................ 45

    A. LES PRINCIPAUX FACTEURS QUI FACILITENT OU FREINENT LA DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT RURAL................................................................................ 45

    B. L’ANALYSE DÉTAILLÉE DES FACTEURS CLEFS ................................................... 47

    1. La nécessité d’un portage politique et collégial ............................................... 47

    2. L’ancienneté de la coopération intercommunale a son importance .............. 49

    3. La qualité de la stratégie territoriale est un socle de référence ..................... 50

    4. Les compétences de l’équipe technique et des partenaires jouent un rôle moteur ................................................................................................................. 51

    5. La « culture commune » de la population et des acteurs locaux, un levier difficile à décréter puis à mobiliser ................................................................... 54

    6. La participation de la société civile, un maillon essentiel pour la pérennisation de la dynamique du projet mais fragilisé ................................. 55

    7. Synthèse des facteurs clefs de succès des territoires de projet.................... 56

    C. QUELS TYPES DE GROUPEMENTS DE COMMUNES PERMETTENT LES MEILLEURS RÉSULTATS ? ..................................................................................... 57

    III. LES GOUVERNANCES ACTUELLES PERMETTENT-ELLES DES TERRITOIRES DE PROJETS SOUPLES ? ................................................................................................ 61

    A. LA COOPÉRATION ET LA MUTUALISATION ENTRE ORGANISMES INTERCOMMUNAUX................................................................................................ 61

    1. Une coopération de voisinage très répandue .................................................. 61

    2. De réelles plus values mais des limites à dépasser ....................................... 63

    B. LES AUTRES FORMES D’INNOVATION .................................................................. 65

    IV. LA MISE EN ŒUVRE DE L’OUTIL SCOT EST-ELLE UTILE AU PROJET DE TERRITOIRES RURAUX ? ................................................................................................ 66

    V. COMMENT LA RÉFORME TERRITORIALE INSTITUÉE PAR LA LOI DE DÉCEMBRE 2010 INFLUENCE-T-ELLE DÉJÀ ET POURRAIT-ELLE INFLUENCER LA GOUVERNANCE DES TERRITOIRES RURAUX ?............................................................ 68

    A. UNE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DES TERRITOIRES RURAUX TRÈS PRÉSENTE EN FRANCE ......................................................................................... 68

    B. LES PAYS JOUENT UN RÔLE IMPORTANT DANS LA DYNAMIQUE DE PROJETS ET LA PARTICIPATION DES ACTEURS ................................................. 69

    C. LES EPCI SONT PERÇUS COMME UN ÉCHELON ADMINISTRATIF...................... 70

    D. UNE INTÉGRATION PLUS FORTE ENTRE EPCI ET PAYS, SOUS CONDITIONS .. 72

    E. UN SCÉNARIO DE MAINTIEN DES PAYS................................................................ 72

  • — 5 —

    F. L’AGRANDISSEMENT DE LA TAILLE DE LA GÉOGRAPHIE COMMUNAUTAIRE ... 73

    VI. QUEL EST LE RÔLE DES ACTEURS AUX ÉCHELONS GÉOGRAPHIQUES « SUPÉRIEURS » ? ........................................................................................................... 74

    A. L’APPORT DES CONSEILS RÉGIONAUX ................................................................ 74

    B. L’APPORT DES CONSEILS GÉNÉRAUX ................................................................. 76

    C. LE RÔLE DE L’ÉTAT ................................................................................................ 78

    1. Le cas particulier des dispositifs et politiques de massifs .............................. 78

    2. Les autres impulsions de l’État ......................................................................... 79

    VII. QUELS SONT LES PRINCIPAUX DYSFONCTIONNEMENTS ET BONNES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DE PROJET DE TERRITOIRE............. 83

    A. LES DYSFONCTIONNEMENTS OU RISQUES ......................................................... 83

    B. LES BONNES PRATIQUES QUI PERMETTENT D’ÉLABORER ET METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS DE TERRITOIRE DE QUALITÉ ......................................... 84

    ANNEXES ................