Rapport du Geipan / Magazine Nexus n° 94

download Rapport du Geipan / Magazine Nexus n° 94

of 8

  • date post

    06-Apr-2016
  • Category

    Documents

  • view

    224
  • download

    2

Embed Size (px)

description

Rapport du Geipan / Dossier Ovnis - Le CNES face à l’ultime secret d’Etat Magazine Nexus n° 94 (Septembre-octobre 2014)

Transcript of Rapport du Geipan / Magazine Nexus n° 94

  • L A U N E / E X O L O G I E

    NEXUS 9438 septembre-octobre 2014 39NEXUS 94septembre-octobre 2014

    En 2010, le comit de pilotage du Geipan dcide de rdiger un rapport de situation sur les phnomnes arospatiaux non identifis. Ce rapport est remis au prsident du Cnes pour

    transmission ventuelle aux autorits politiques concernes .

    Contre toute attente, compte tenu de la volont de transparence

    affiche par le Cnes, ce rapport ne sera jamais autoris tre diffus

    sur le site du Geipan et, bien que tout fait officiel, demeurera

    indit jusqu ce jour. Que contient-il de si drangeant ?

    38-45-PAN-Sillard2-NX94.indd 38 24/08/2014 16:53

  • E X O L O G I E / L A U N E

    NEXUS 9438 septembre-octobre 2014 39NEXUS 94septembre-octobre 2014

    E n 2010, le comit de pilotage du Geipan (Cogeipan) a cinq ans. Il est prsid par Yves Sillard, grande figure de larospatiale franaise et europenne, lun des pres de la fuse Ariane et ancien directeur gnral du Cnes. Aprs ces cinq premires annes dexercice, le comit, compos de quatorze per-sonnes issues de divers organismes officiels, de la gendarmerie nationale au CNRS en passant, bien entendu, par le Cnes, estime opportun de rdiger un rapport de situation. Il estime en effet que les multiples observations de phnomnes inexpliqus ce jour en France et dans le monde entier sont suffisamment srieuses et dignes de foi pour prendre les mesures susceptibles dencourager les futurs tmoins se manifester sans apprhension et les chercheurs intresss les tudier sans risque pour le droulement de leur carrire .Ce rapport comporte treize pages et se divise en deux parties : la premire dve-loppe les missions, mthodes et rsultats obtenus par le Geipan. La seconde, celle que nous publions ici, se concentre sur les cas de PAN de type D, cest--dire sem-blant rsister toute tentative dexplication. Les auteurs examinent galement dans cette partie les observations ariennes dans le monde et les oprations de dclassification de documents officiels menes par diffrents pays. cet gard, les auteurs tentent danalyser lvolution de la politique de communication des tats-Unis, trangement contre-courant des autres pays. Est dveloppe ensuite lhy-pothse de vhicules en provenance de civilisations trs avances , laquelle succdent des recommandations [] relatives au fonctionnement du Geipan, la sensibilisation de

    lopinion publique et limplication de certains organismes extrieurs . noter que le rapport, initiale-ment approuv par lensemble du comit, a t empch de diffusion sur demande du prsident du Cnes de lpoque (Yannick dEscatha). Les trois membres du Cnes se sont abstenus de valider cette deu-xime partie, parce quelle dbor-dait du strict cadre de la mission du Geipan.

    Cachez cerapport

    propos dYves SillardIngnieur et aviateur n en 1936, Yves Sillard a jou un rle majeur dans le dveloppement de la base spatiale de Kourou, en Guyane, et du lanceur Ariane. Il a occup, entre autres hautes fonctions, celle de directeur gnral du Centre national dtudes spatiales (Cnes), et celle de prsident-directeur gnral de lInstitut franais de recherche pour lexploitation de la mer (Ifremer), avant dexercer diverses responsabilits nationales ou internationales dans larmement et la dfense. Fondateur du Gepan (Groupe dtude des phnomnes arospatiaux non identifis), il fut, de 2005 2013, le prsident du comit de pilotage du Geipan (Groupe dtudes et dinformations sur les phnomnes arospatiaux non identifis).Il est lauteur de Phnomnes arospatiaux non identifis, un dfi la science, Le Cherche Midi, coll. Documents , Paris, 2007.

    38-45-PAN-Sillard2-NX94.indd 39 24/08/2014 16:53

  • L A U N E / E X O L O G I E

    NEXUS 9440 septembre-octobre 2014 41NEXUS 94septembre-octobre 2014

    Seuls les PAN de catgorie D mritent in fine le qua-lificatif de phnomnes arospatiaux non identifis , puisque, aprs lintervention du Geipan, les PAN A et B ont t identifis ou ont reu une explication trs probable et les PAN C, bass sur des donnes ou des tmoignages inexploitables, ne peuvent tre pris en considration et doivent tre retirs de ltude. Cest donc sur les PAN de ca-tgorie D que se concentrera la rflexion.Les PAN D se manifestent sous des formes assez dif-frentes et rien ne permet daffirmer quils relvent tous dune origine commune.Dans un nombre de cas important, il semble diffi-cile de ne pas admettre que les phnomnes rapports mettent en jeu des objets

    matriels, tout particulire-ment lorsquil sagit dobser-vations visuelles effectues en vol par un pilote et corro-bores par des chos enregis-trs sur le radar de bord de lavion ou sur des radars de surveillance au sol.Il en va de mme des obser-vations trs rapproches, dans lesquelles le tmoin se retrouve une distance de quelques mtres ou dizaines de mtres du phnomne. Ces dernires sont trs peu nombreuses en France, lap-proche rigoureuse du Geipan conduisant ne retenir que les tmoignages incontes-tables, mais particulirement significatifs. Des observa-tions similaires ont t rap-portes ltranger, notam-ment aux tats-Unis.Des phnomnes secondaires surprenants accompagnent

    parfois lobservation princi-pale : la mise hors service de la radio, des instruments de bord ou des systmes darmes pendant des obser-vations en vol notamment lors de tentatives de rappro-chement du phnomne, la dtrioration durable de la vgtation, limmobilisation provisoire des tmoins ou la coupure soudaine des mo-teurs de voitures lors dob-servations trs rapproches.Dans de nombreux cas, quil sagisse dobservations grande distance de phno-mnes lumineux ou dappa-rence mtallique, dvolu-tions dobjets autour ou une certaine distance dun avion ou du dcollage et de la fuite vers lhorizon dobjets situs proximit du sol lors dune observation trs rapproche, les donnes fournies par les tmoins conduisent attri-buer aux divers phnomnes observs des performances dynamiques exceptionnelles sans aucune commune me-sure avec celles des vhi-cules arospatiaux, avions et fuses, existant ou encore ltat de projet. Les accl-rations sont fulgurantes aux dires de tous les tmoins, les vitesses restitues par modlisation dune observa-tion ou par comparaison des instants successifs dobser-vation du mme phnomne des points gographiques diffrents semblent large-ment hypersoniques, enfin, et il sagit sans doute de la caractristique la plus sid-rante, les changements de direction quasi instantans frquemment observs cor-respondent des facteurs de

    charge totalement incompa-tibles avec les mthodes de propulsion que nous connais-sons et avec lintgrit de structures bases sur lutili-sation des matriaux actuels.Ces caractristiques ne facilitent pas la restitution par des moyens classiques, en particulier par des ra-dars, qui rpondent des exigences de dtection de mobiles connus aux perfor-mances dynamiques beau-coup plus limites.

    2) Les observations ariennes dans le mondeLes observations effectues par des pilotes et quipages daronefs en vol prsentent un trs grand intrt en rai-son de la fiabilit des tmoins et de leur entranement ra-gir des situations inhabi-tuelles. Dominique Weinstein, membre du comit dexperts du Geipan pour les cas aro-nautiques, sest intress de-puis de nombreuses annes ces observations au niveau mondial en liaison avec le NARPAC (National Aviation Reporting Center on Anoma-lous Phenomena) aux tats-Unis. Partant dun catalogue de 1 400 cas, il a rcem-ment slectionn 300 cas en prenant prioritairement en compte le critre dauthenti-cit de lmetteur du rapport (tmoignage direct du pilote ou rapport des services offi-ciels). Ce catalogue limit ac-compagn dune analyse sta-tistique a t transmis pour information aux membres du comit de pilotage du Geipan et interpelle invitablement le lecteur par le caractre

    Les phnomnes arospatiaux non identifis r apport de situation du Comit de piLotage du geipan

    toulouse, le 15 fvrier 2010

    Des phnomnes secondaires surprenants accompagnent parfois lobservation principale : la mise hors service de la radio, des instruments de bord ou des systmes darmes pendant des observations en vol.R

    AP

    PO

    RT C

    OG

    EIP

    AN

    /RA

    PP

    OR

    T C

    OG

    EIP

    AN

    /RA

    PP

    OR

    T C

    OG

    EIP

    AN

    38-45-PAN-Sillard2-NX94.indd 40 24/08/2014 16:53

  • E X O L O G I E / L A U N E

    41NEXUS 94septembre-octobre 2014

    trs trange de nombreux tmoignages.La totalit des observations rapportes na pas fait lobjet denqutes approfondies et il est probable quun nombre limit dentre elles pourrait se rattacher des phno-mnes connus. La simple lecture du catalogue suffit toutefois pour se convaincre quune majorit serait vrai-semblablement classe en catgorie D aprs enqute par le Geipan.Le rapport danalyse statis-tique accompagnant le cata-logue mrite une attention particulire et sintresse aux diffrents paramtres de lobservation :- type de PAN : objet ou ph-nomne lumineux,- comportement du PAN : sta-tionnaire, vitesse constante ou en volution,- interaction avec lavion : manuvres, prise en chasse, fuite,- interactions lectromagn-tiques avec les quipements de bord ou systmes darmes de lavion,- confirmation de lobserva-tion visuelle par des radars au sol ou bord de lavion,- impact sur la scurit a-rienne. titre dillustration, les chiffres concernant limpact sur la scurit arienne ap-paraissent dans le tableau ci-dessous.

    1-3 Les informations rcemment diffuses dans diffrents paysLa diffusion des donnes du Geipan sur Internet semble avoir eu valeur dexemple et, au cours des deux dernires

    annes, un nombre signifi-catif de pays a procd la publication sous diffrentes formes de documents jusque-l confidentiels relatifs aux observations de phnomnes arospatiaux non identifis. Les moyens limits du Gei-pan ne lui ont pas permis jusqu prsent de dvelop-per des relations avec des o