Rapport annuel Terrena 2012

download Rapport annuel Terrena 2012

of 56

  • date post

    09-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    227
  • download

    2

Embed Size (px)

description

Rapport annuel 2012 du groupe Terrena

Transcript of Rapport annuel Terrena 2012

  • Rapport annuel 2012

    Ensemble, pour une Nouvelle Agriculture

  • La Nouvelle Agriculture,cest trois diffrences :

    1 Nos agriculteurs organiss en cooprative, vritables Sentinelles de la terre ;

    2 LAgriculture cologiquement Intensive comme socle technologique ;

    3 La Nutrition Sant comme bnfice pour les consommateurs.

    Sommaire

    p. 01 Prol

    p. 02 Message du Prsident et du Directeur gnral

    La comptitivit de la Nouvelle Agriculture

    p. 04 Gouvernance Une vision moderne de la coopration

    p. 06 Chiffres cls 2012 Cooprative et groupe Terrena

    p. 08 Faits marquants 2012

    p. 12 TERRENA, VISION 2015 Ensemble, pour une Nouvelle Agriculture

    p. 14 La Nouvelle Agriculture au servicede lagriculteur

    p. 20 La Nouvelle Agriculture au servicedu consommateur

    p. 22 TERRENA, 3 PLES DACTIVITS

    p. 24 PLE PRODUCTIONS ANIMALES ET GRANDES CULTURES (PAGC)Productions vgtales Distribution agricole et logistique Nutrition animale Ruminants Monogastriques Agriculture biologique Semences Terrena Viticulture Pommes jus Protines vgtales

    p. 36 PLE FILIRES VGTALES ET DISTRIBUTIONS SPCIALISES (FVDS)Nutrition et sant vgtale Distributions spcialises Distribution grand public Machinisme Horticulture

    p. 42 PLE AGROALIMENTAIRE (AA)Gastronome Multilap - ALPM Elivia Evlia Lata

    p. 48 Scientique et Environnement

    p. 50 Rapport nancier 2012

  • Rendre accessible au plus grand nombre de consommateurs des produits de proximit issus de nos exploitations : cest lobjectif de la Nouvelle Agriculture.

    Les agriculteurs de Terrena sont convaincus que les pratiques agricoles doivent voluer profondment pour relever le nouveau dfi de ce sicle, produire plus et mieux avec moins. Plus pour nourrir une population toujours plus nombreuse un prix accessible au plus grand nombre. Mieux pour amliorer les qualits nutritionnelles des produits et contribuer par lalimentation la prservation du capital sant de chacun dentre nous. Et avec moins en rduisant le recours aux pesticides, antibiotiques et autres engrais chimiques : en dautres mots avec moins dintrants artificiels.

    Pour cela, il sagit dinnover pour mieux utiliser le potentiel naturel des sols, pour replacer lanimal et son confort au cur de nos pratiques dlevage. En dautres termes, il sagit de pratiquer une Agriculture cologiquement Intensive (AEI), cest--dire qui voit lenvironnement comme un levier dinnovation plutt quune contrainte.

    Prol

    La Nouvelle Agriculture, pour crer une grande proximit entre lagriculteur et le consommateur

    01RAPPORT ANNUEL 2012PROFILTERRENA

  • Terrena02

    HUBERTGARAUDETALAINGUILLEMIN,qUELBILANfAITEs-voUsDELExERcIcE2012poURTERRENA?HubertGaraud: 2012 a constitu un vritable test pour la capacit dadaptation de nos modles conomiques. La situation de crise que nous connaissons nest pas conjoncturelle. Elle est le signe dune profonde mutation de nos conomies. Malgr ce contexte trs difficile, surtout sur le second semestre, nous nous sommes donn comme priorit de maintenir la qualit de laccompagnement aux agriculteurs et la rmunration de nos adhrents. Cest un choix stratgique pour sortir plus fort de cette crise. Mais ce choix a une contrepartie, ladaptation de nos fonctionnements que ce soit le dploiement de la Nouvelle Agriculture ou la rnovation de la contractualisation.AlainGuillemin : Dans un contexte o nous sommes convaincus que nous ne traversons pas une crise mais que nous vivons un changement profond et durable, nous avons choisi de ne pas cder la facilit et de donner la priorit la sauvegarde des comptences et de lemploi. Cest un gage pour pouvoir rebondir. Par contre, limage des agriculteurs, cest un contrat bilatral. La contrepartie, cest lacclration du changement, la mutation des mtiers et laugmentation de la flexibilit et de la productivit.

    ETENTERMEsDEpERfoRMANcEcoNoMIqUE?AG: Si le rsultat net a t divis par deux pour atteindre 10 millions deuros, la capacit dautofinancement slve 62,4 millions deuros, suprieure celle de lanne 2010. Nous avons sauvegard les rsultats dans la tempte. Cela nous permet de conserver notre capacit raliser nos projets dinvestissements.HG: Deux actualits ont marqu lanne 2012 du point de vue conomique. Dune part, la fragilit de lconomie et de la consommation franaise dans un contexte mondial en profonde mutation et limpact draisonnable des fluctuations du prix des matires premires sur les productions animales. Pour ce qui est du premier, il nous confirme que lconomie de notre Groupe est aujourdhui trop dpendante de lconomie hexagonale. Nous devons absolument et rapidement ouvrir nos activits sur le march europen et sans doute dans un second temps au niveau mondial. Il est symptomatique de voir que les activits de notre Groupe, qui sont dj pour une part significative linternational, sont celles qui rsistent le mieux. Pour le second point, la situation est plus dlicate. La rapidit des fluctuations sur les marchs des matires premires ne nous laisse pas le temps de les rpercuter tout au long de la filire. Quand en quelques semaines le prix du bl augmente de + 40 %, il est impossible de faire varier les prix aux consommateurs en proportion dans le mme dlai.AG: Cette volatilit est dautant plus impactante que les produits alimentaires bruts sont peu markets. Il est donc fondamental de travailler le marketing de loffre et de redonner de la valeur aux productions les plus concernes comme les viandes. Cest ce que font trs bien les produits laitiers de grande consommation ou les biscuits.

    MessageduPrsidentetduDirecteurgnral

    La comptitivit de la Nouvelle Agriculture

    Hubert Garaud,Prsident du Groupe Terrena

    rapport annuel 2012MESSAGE Du PrSIDENt Et Du DIrECtEur GNrAL

  • Terrena 03

    qUELLEssoNTLEssoLUTIoNspossIBLEsfAcEcEcoNsTAT?AG: Il ny a pas de surprise. Nous savons depuis plus de cinq ans que la dynamique des marchs irait dans ce sens et saccentuerait. Cest dailleurs cette analyse qui a donn naissance notre projet stratgique terrena Vision 2015 . Aussi, la solution, cest davancer mthodiquement et avec persvrance dans sa mise en uvre. En fvrier, un accord a t finalis avec les familles Lul et Piriot pour constituer ALPM (Alliance Lul et Piriot et Multilap). Cette dernire a dailleurs repris Bretagne Lapins en ce dbut 2013. Cette alliance permet la filire lapin de disposer dun leader dont la mission est de relancer cette production notamment par linnovation produit et de dvelopper son activit linternational. En juillet, Davodeau-Ligonnire a repris la socit Valois pour constituer le leader europen du plan de pommiers et lun des tout premiers acteurs mondiaux. En production agricole, la premire anne de fonctionnement dAgrihub a t russie et a permis chacun des partenaires de gagner en comptitivit. HG: Nous sommes galement trs satisfaits des investissements que nous avons raliss dans la filire semences, notamment sur le site de Beaufort en Valle. Cela se traduit trs concrtement par des augmentations de surface en multiplication. Nous engageons le mme plan sur lactivit crales pour tre mme de grer les cahiers des charges, dadapter nos productions aux marchs, et nos infrastructures la mutation des exploitations agricoles et aux exigences de nos clients.

    DANsqUELLEDIREcTIoNLETRAvAILvA-T-ILsEpoURsUIvREEN2013?HG : Les entreprises qui gagnent et qui seront l demain sont celles qui se sont donn les moyens daller chercher, hors de leur primtre, les ressources humaines et financires ncessaires leur croissance et latteinte de la taille critique par mtier. Pour accueillir des investisseurs extrieurs, il faut une organisation et une gouvernance adaptes, qui leur donnent confiance. Cest ltape que nous allons franchir en 2013 avec lvolution de notre gouvernance. Cette modernisation vise acclrer le dploiement de vision 2015. Le conseil dadministration de la cooprative terrena simpliquera plus dans la dimension agricole avec lobjectif de suivre plus prcisment les productions. Les commissions de productions actuelles deviendront des commissions productions et marchs pour, dune part crer les produits NA La Nouvelle Agriculture et dautre part, mieux se connecter aux marchs et ses volutions. En parallle, nous crerons un conseil des filiales et participation dont la mission sera de suivre spcifiquement les filiales en productions vgtales et agroalimentaires ainsi que les participations

    rapport annuel 2012MESSAGE Du PrSIDENt Et Du DIrECtEur GNrAL

    minoritaires. Ce conseil accueillera en septembre deux administrateurs indpendants. AG: Cette adaptation est ncessaire car la volatilit des prix a un impact trs concret sur notre structure financire. Si le Groupe terrena a su constituer des fonds propres consquents au fil des annes, ces derniers sont fortement sollicits pour garantir le fonctionnement au quotidien. Aussi, la capacit conclure les bons partenariats, faire appel des investisseurs ou partenariats est une condition sine qua non la prennit de nos mtiers et leur inscription dans le march europen.

    ETpoURLEsAGRIcULTEURs?AG: Linvestissement que nous avons choisi de faire dans lAgriculture cologiquement Intensive paye. Ceux qui nous prdisaient daller dans le mur se rallient notre analyse. Le march du biocontrle, par exemple, explose travers le monde, notamment aux uSA. Cest important de pouvoir proposer nos adhrents les solutions les plus adaptes aux enjeux. En 2013, nous poursuivrons le dveloppement de Solutions-NA pour les agriculteurs et nous dploierons sur le maximum de productions les produits NA La Nouvelle Agriculture vers les consommateurs. Le dploiement du projet Sentinelles de la terre avec la mise en place du fond de partage du risque innovation constituera une innovation unique en Europe. HG: Dans un monde conomique aussi mouvant la cl, cest loffre. Cest en cran