QUELQUES DEFINITIONS VIEILLISSEMENT VIEILLESSE GERIATRIE GERONTOLOGIE SUJET AGE FRAGILE

download QUELQUES DEFINITIONS VIEILLISSEMENT VIEILLESSE GERIATRIE GERONTOLOGIE SUJET AGE FRAGILE

of 48

  • date post

    03-Apr-2015
  • Category

    Documents

  • view

    115
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of QUELQUES DEFINITIONS VIEILLISSEMENT VIEILLESSE GERIATRIE GERONTOLOGIE SUJET AGE FRAGILE

  • Page 1
  • Page 2
  • QUELQUES DEFINITIONS VIEILLISSEMENT VIEILLESSE GERIATRIE GERONTOLOGIE SUJET AGE FRAGILE
  • Page 3
  • VIEILLISSEMENT Cest lensemble des processus physiologiques et psychologiques qui modifient la structure et les fonctions de lorganisme Leffet du vieillissement sur lorganisme: il saccompagne d1 diminution des capacits fonctionnelles de lorganisme diminution des capacits dadaptation. La population ge est trs htrogne
  • Page 4
  • VIEILLESSE ? OMS : 65 ans et + Dfinition sociale: ge de cessation dactivit Pour les institutions: 75 ans et + Troisime ge ? 65..89 ans Grand ge: 90 ans.
  • Page 5
  • AGISME Discrimination ngative vis vis des vieux
  • Page 6
  • GERIATRIE/GERONTOLOGIE Griatrie: discipline mdicale prenant en charge la personne ge Grontologie: tude du vieillissement
  • Page 7
  • MALTRAITANCE AUX PERSONNES AGEES Comportement destructeur qui vise un sujet g dans le contexte de nimporte quelle relation dont on sattend ce quil ait des effets nfastes dans les domaines physique, psychologique social et / ou financier
  • Page 8
  • "une chute en trois temps" Seuil de dfaillance Performances d'organe / de fonction ge Centre de Mdecine Griatrique - CHRO
  • Page 9
  • LES 5 PILIERS D UN VIEILLISSEMENT HARMONIEUX LA SANTE LE LOGEMENT LA VIE AFFECTIVE LA VIE SOCIALE LES RESSOURCES
  • Page 10
  • Le sujet g fragile La fragilit est un tat instable qui rsulte de la rduction des capacits d adaptation des systmes physiologiques. Cette rduction d adaptation survient avec l avance en ge Cette tat de fragilit conduit une augmentation du risque de dcs ou de dpendance lourde suite des vnements ou agressions minimes
  • Page 11
  • Le sujet g en forme Stress
  • Page 12
  • Le sujet g fragile Stress
  • Page 13
  • Intrt de la dfinition de la personne ge fragile
  • Page 14
  • Diffrence fragilit/incapacit
  • Page 15
  • La personne ge fragile
  • Page 16
  • Proposition de Campbell Il propose 4 grandes fonctionset les tests La fonction musculosquelettique Force musculaire de la main La capacit arobieTest de Guyatt Les fonctions cognitivesMMS Ltat nutritionnelBMI
  • Page 17
  • Hogan (1990) Screening selon 4 critres: ADL MMS Dplacement Continence Dfinit 7 niveaux de fragilit Indication d Evaluation Griatrique Standardise pour les groupes 2,3,4 et 5.
  • Page 18
  • Hogan (1990) Groupe 1 : Sujets en bonne sant, sans difficults pour la marche, les ADL, sans incontinence, sans trouble des fonctions cognitives. Groupe 2 : Une ou plus des caractristiques suivantes : Mobilit rduite 100 mtres ou moins Problme pour monter ou descendre les escaliers Incontinence occasionnelle (au plus 1 /j) Mental status score 7/10
  • Page 19
  • Hogan (1990) Groupe 3 : Une ou plus des caractristiques suivantes : Utilisation d'une aide technique la marche Aide technique pour les ADL Incontinence au plus 1/j Mental status score 5 ou 6/10 Groupe 4 : Une ou plus des caractristiques suivantes : Aide ncessaire pour les transferts Aide en personnel pour les ADL Incontinence plus d'un pisode/j ou sonde urinaire demeure Mental status score entre 1 et 4/10
  • Page 20
  • Hogan (1990) Groupe 5 : Une ou 2 des caractristiques suivantes : Grabataire Totalement dpendant pour les ADL Totalement incontinent Mental status score 0/10 Groupe 6 : 3 ou 4 des caractristiques suivantes : Grabataire Totalement dpendant pour les ADL Totalement incontinent Mental status score 0/10 Groupe 7 : Dcs prvisible dans les 30 jours
  • Page 21
  • Hogan (1990)
  • Page 22
  • Conclusion Concept largement reconnu Pas de dfinition consensuelle Objet de recherche Intrt d une telle dfinition afin d optimiser la prise en charge des personnes ges
  • Page 23
  • Conclusion Le sujet g fragile : Il a plus de 70 ans Il est atteint de polypathologie dont certaines sont responsables dune rduction des rserves fonctionnelles. Il est expos, en cas dvnement pathologique nouveau des dcompensations somatiques, rgression physique et mentale et des modifications de son mode de vie en raison de laggravation de sa dpendance.
  • Page 24
  • Conclusion Il ncessite ds le stade initial de sa prise en charge : L identification prcise des pathologies le menaant et menaant son autonomie L identification prcoce des risques daggravation de son tat de dpendance La mise en place de mesures de prvention, institues en mme temps que la dmarche diagnostique et thrapeutique que ncessitent sont tat.
  • Page 25
  • ICEBERGde fragilit fragilit Partie visible Partie rvle loccasion dun vnement prcipitant
  • Page 26
  • Page 27
  • UN RESEAU GERONTOLOGIQUE : OUI, mais pourquoi ?
  • Page 28
  • DEMOGRAPHIE DANS LE LOIRET La population dans le Loiret devrait augmenter de 21% dici 2029 617000..747000 habitants 1999 : 13 jeunes pour 10 seniors dans le Loiret 2029: 7 jeunes pour 10 seniors dans le Loiret
  • Page 29
  • HAD Foyers logement Mde Retraite EHPAD SSR Clinique CH court-sjour SAU - Pompiers CMP Clin. Psy Autres rseaux JALMALV Ministres culte AssBnvoles Croix rouge Alma UDAH-PACT (rfection SDB etc) Portage repas Restaurateur, Traiteur Tlalarme SSIAD IDE Librales Psy. libral Aide-mnagres Employs de maison Grant de tutelle ADMR Pompes funbres Pdicure Dittique Coiffeur Audio-prothsiste Pharmacie Labo bio. Dentistes Facteurs Boulanger picier ambulant CCAS - Mairies Office HLM UDAF tutelle CRAM MSA DRASS Conseil Gnral Fondation de France Rotary Caisses de retraite Mutuelles Ecole Kin Ecole IDE Ecole AS France-Alzheimer France-Parkinson FMC MT Universit 3e Age CODERPA Ordre des Md.
  • Page 30
  • SANTE SOINS FILIERE : regroupement de trajectoires typiques et / ou frquentes, donc susceptibles d une certaine forme de modlisation. RESEAUX de SOINS COORDONNES: un des moyens possibles organisationnel des filires. Il existe des possibilits de TRANSVERSALITE, de BOUCLES.
  • Page 31
  • SAF E Hogan (1987) CMAJ, 136, 713-717
  • Page 32
  • Compression de la morbidit (Fries 1980) La compression de la morbidit : Lge moyen dapparition des maladies est retard, alors que lesprance de vie est relativement constante la morbidit est donc compresse dans une courte priode de temps. La courbe de survie se rectangularise.
  • Page 33
  • COORDINATION GERONTO.: volution / enjeux BASES DE LACTION SOCIALE VIEILLESSE: annes 1960 Texte fondateur= rapport LAROQUE = mise disposition des PA un ensemble coordonn de moyens et de services adapts leurs besoins avec une coordination * administrative au plan dpartemental recensement des besoins, investissements * sociale (orientation vers le service adquat) Logique de maillage: jusqu en 1970, avec innovations priphriques concurrentes de * missions prioritaires famille et enfance* dbut de crise et tentative de matrise des cots sociaux
  • Page 34
  • RELANCE POLITIQUE VIEILLESSE: 1981-1982 Circulaire sept. 81: cre 500 emplois de coordonnateur (liaison entre les services et les tablissements pour PA) rapprocher les partenaires, amliorer les circuits d information (lus, CCAS, associations, tablissements regroups ou non) Circulaire Franceschi 7 avril 82: Retraits et PA sappuie s/ les 500 coordonnateurs : passage dune logique administrative une logique partenariale prenant en compte la multiplicit des acteurs grontologiques.
  • Page 35
  • VOLONTES POLITIQUES Organiser une prise en charge continue des personnes ges fragiles entre la ville (domicile, tablissement dhbergement) et lhpital en structurant un partenariat entre les diffrents acteurs et au sein / ou au centre des tablissements de sant .
  • Page 36
  • SI RESEAU = GERONTOLOGIQUE : Coordonner, * cela signifie. * partir de quel picentre ? * avec QUI ?
  • Page 37
  • Page 38
  • LA FONCTION DE COORDINATION = de proximit... INFORMATION ORIENTATION SUIVI RESPECT du CHOIX de la PA MISE EN UVRE du PLAN D AIDE ELABORATION du PLAN D AIDE EVALUATION MULTIDIMENSIONNELLE
  • Page 39
  • Instituts Universitaires de Genve - Janvier 1992 Notre mission: - Offrir les meilleurs soins aux personnes ges malades. - Aider les patients gs sur le plan social. - Enseigner, mener des recherches en grontologie et griatrie. Notre stratgie: - Considrer la personne ge comme un tout et amliorer son bien-tre physique, psychique et social par des soins interdisciplinaires. - Porter une attention particulire au cadre de vie des malades gs, par: * L'amlioration de la vie quotidienne l'hpital; * Le rtablissement de la personne dans son autonomie; * la prparation du retour au domicile adquat. - Dvelopper la recherche, la formation et les mtiers de la griatrie. Nos valeurs: - Le patient g est au centre de nos proccupations. - Les patients, les collaborateurs et les partenaires sont traits avec respect et estime. - Nos ralisations sont le fruit de la coopration de tous les collaborateurs. Notre faon d'agir: - Le comportement individuel et d'quipe reflte nos valeurs. - Chacun s'engage dans son travail, assume des responsabilits et prend des dcisions. - chaque collaborateur participe la dfinition des object