Que vont faire les marchés ces prochains jours / semaines ? 20 mars 2017

Click here to load reader

Embed Size (px)

Transcript of Que vont faire les marchés ces prochains jours / semaines ? 20 mars 2017

  • La lettre dEleaur Family Office

    Le 20 mars 2017

    1

  • Synthse

    Economie : Aprs une semaine riche en vnements macroconomiques, entre banques centrales et G20, l'actualit est un peu plus calme pour le dmarrage du printemps.

    Lattention des investisseurs va se dtacher des banques centrales pour se focaliser sur les enjeux politiques quelques heures du dbat qui verra les cinq principaux candidats llection prsidentielle franaise exposer leurs programmes respectifs

    Les ministres des Finances et responsables de banques centrales du G20 ont soigneusement vit dinclure leur communiqu final le moindre engagement lutter contre leprotectionnisme. Ils sont parvenus un accord a minima sur leur refus des dvaluations comptitives.

    Dans sa dernire note de conjoncture, lInsee prvoit une croissance de 0,3 % au premier trimestre et 0,5 % au deuxime. La consommation devrait progresser malgr le regain dinflation.

    Il sera nouveau question de politique montaire en gnral et de Janet Yellen en particulier vendredi, puisque la prsidente de la Fed doit donner confrence Washington, accompagne du prsident de la Fed de Minneapolis, Neel Kashkari, le seul avoir vot contre la hausse des taux du 15 mars et qui sera sans nul doute interrog ce propos.

    Changes : 1 euro schange 1,075 $ 1 euro schange 0,867 L'euro schange 1,073 CHF

    Actions : Le CAC40 dbute la saison sur un plus haut depuis aot 2015, au-dessus des 5.000 points L'indice parisien gagne 3,4% depuis le dbut de l'anne.

    2Le 20 mars 2017

  • Synthse

    Obligations :

    Le Kowet a rejoint le club des emprunteurs en dollars, en levant 8 milliards d'obligations

    Les obligations d'Etat franaises sont les plus vulnrables. Le taux 2 ans allemand plonge en territoire ngatif

    Matires premires :

    Le baril de Brent se ngocie 51,43$ et le WTI 48,93$ pour l'chance de mai. L'once d'or se traite 1.234$ (+0,41%).

    3Le 20 mars 2017

  • Risk aversion by assets

    Source: rapport hebdomadaire Riskelia du 20 mars 2017

    4

  • Tendances et risque de bulles

    5

    Source: rapport hebdomadaire Riskelia du 20 mars 2017 .

  • Top recommendations

    Source: rapport hebdomadaire Riskelia du 20 mars 2017.

  • Analyse hebdomadaire des marchs.

    7

    Deuxime semaine de hausse pour les marchs dactions, notamment en Europe et sur certains marchs mergents. Les deux vnements phares ont t les lections nerlandaises et le relvement des taux par la FED.

    Le rsultat nerlandais a rassur sur le risque de propagation du mouvement populiste aprs le Brexit et llection de Donald Trump. La FED a galement russi sa communication en relevant ses taux sans inquiter sur une acclration du processus de normalisation .Les marchs restent donc dans un environnement de taux favorables et bnficient de bonnes nouvelles conomiques et danticipations de rsultats des entreprises en hausse. Nous attendons aujourdhui une confirmation de la bonne tenue de lconomie amricaine avec lindice de confiance des consommateurs (Michigan) et la publication des indicateurs avancs du Conference Board.Les marchs restent cependant soumis au risque politique en France mais aussi aux Etats-Unis o la prsentation du budget par le nouveau Prsident prvoit des conomies partout sauf dans le secteur de la dfense. Sa mise en uvre sera probablement lobjet de dbats, sur la sant et la recherche notamment.

    Source: Flash marchs du 20 mars 2017

  • 8

    Actions europennes :

    Les indices europens sont la hausse avec une envole spectaculaire des valeurs minires, portes par la hausse des taux de la FED et le rebond des matires premires. AngloAmerican affiche la plus forte performance du secteur suite une prise de participation son capital dun activiste. Les tlcoms sont galement bien orients avec un accord nou sur le march de la fibre entre Telefonica et Vodafone.Les publications de rsultats arrivent presque leur terme, plus de 90% des entreprises les ayant annoncs. Pour les grandes valeurs europennes (sur lindice MSCI Europe), elles sont pour la plupart suprieures aux attentes en matire de chiffre daffaires ( hauteur de 66%), ce qui confirme lacclration de croissance top-line dans de nombreux secteurs, et galement bien orients ct rsultats (56% des publications suprieures aux attentes). Dans les chiffres publis cette semaine, Innogy annonce des rsultats en ligne mais des niveaux de dette et de dividende bien meilleurs quattendus. Lufthansa annonce des rsultats encourageants au titre du dernier trimestre 2016, avec un niveau dEBIT suprieur aux attentes et une guidance 2017 positive. Zodiac fait en revanche tat dun nime profit warning sur sa croissance organique du 2e trimestre qui ressort -2.5%, plombe par la division Siges qui souffrirait de problme de production au Royaume-Uni depuis la fin de lanne dernire. Du ct du M&A, Amundi lance une augmentation de capital pour 1.4 milliard (avec droit prfrentiel de souscription) afin de financer lacquisition de Pioneer. Crdit Agricole (qui dtient 75% dAmundi) souscrira partiellement afin de dtenir 70% du capital proforma.

    Actions amricaines :

    Semaine de lgre progression du S&P qui se stabilise au-dessus des 2,300 points. Les excellents chiffres de lemploi US la semaine dernire (cration demplois privs 227k), combins aux chiffres de linflation cette semaine (CPI 2.7% en YoY), auront donc confort la Rserve Fdrale dans le message quelle distillait depuis plusieurs semaines. Le taux directeur a donc t relev de 25bps, 1%, son plus haut niveau depuis dcembre 2008.Donald Trump a prsent le premier budget de son mandat. Comme annonc prcdemment, il vise une progression des dpenses militaires de 54 milliards $. Le budget de la recherche mdicale fdrale, vers via les centres nationaux de sant ("National Institutes of Health"), subirait une coupe de prs de 20%, soit 5,8 milliards $ pour tre ramen 26 milliards $. Sans surprise, Donald Trump vise une nette baisse des ressources alloues la diplomatie (-28% pour le dpartement d'Etat), l'aide internationale et au changement

    climatique.

    Source: Flash marchs du 20 mars 2017

    Analyse hebdomadaire des marchs (2)

  • 9

    . Actions japonaises :

    L'indice TOPIX a fini la semaine en hausse de 1,2%. Le march actions japonais a quelque peu souffert dans le sillage du relvement des taux directeurs aux tats-Unis et de la runion du comit de politique montaire de la BoJ. Il a nanmoins volu dans une fourchette troite car ces vnements taient attendus. La BoJ a annonc jeudi le maintien de son assouplissement montaire actuel en raison de la stabilisation du taux d'inflation, qui se situe encore loin de l'objectif de 2 % fix par la banque centrale. Cette dernire considre par ailleurs que l'conomie japonaise

    enregistre une reprise modre. Vendredi, le yen a rebondi 113 face au dollar amricain aprs le relvement des taux de la Fed. Le transport arien a t le secteur le plus performant (+3,5 %), tir par ANA Holdings. La principale compagnie arienne japonaise s'est adjuge 5%, le repli des cours du ptrole laissant entrevoir une baisse de ses cots d'approvisionnement en carburant. Mitsubishi Heavy Industries a bondi de 11,1 % aprs que la Chambre de commerce internationale a fix une indemnisation plus faible que prvue concernant la fermeture d'une centrale nuclaire aux tats-Unis. Un bmol tout de mme : le secteur de la sidrurgie a cd 3%.

    . Marchs mergents :

    Plusieurs marchs se sont dmarqus cette semaine au sein de lunivers mergent : les actions chinoises cotes Hong Kong, les actions polonaises et les actions chiliennes ont chacune progress de plus de 3 % lors des cinq dernires sances. Cette tendance a t renforce par l'apprciation des devises locales par rapport l'USD et par plusieurs volutions locales significatives. 35 000 emplois ont t crs au Brsil en fvrier aprs quasiment deux ans de destruction d'emplois. Alors que le taux de chmage s'lve actuellement 12,5%, on peut y voir le signe prcurseur d'une embellie sur le front de l'emploi et, plus gnralement, d'un retournement. Moody's a d'ailleurs relev la perspective associe la note souveraine du Brsil de ngative stable, considrant que l'orientation politique volue favorablement. En revanche, le gouvernement a essuy un revers avec le rejet par la Cour suprme des modalits de calcul de l'impt sur les socits. Ce rejet se traduira par une insuffisance des recettes fiscales de l'ordre de 6,5 milliards d'USD. Le gouvernement fera appel, probablement en vain. Il pourrait donc tre oblig d'augmenter les impts sur certains secteurs afin de compenser le manque gagner.

    Source: Flash marchs du 20 mars 2017

    Analyse hebdomadaire des marchs (3)

  • 10

    . Marchs mergents Suite

    Le march coren a bien ragi la destitution de la prsidente Park Geun-hye. Une lection prsidentielle anticipe se tiendra sous 60 jours. Le favori est le chef de l'opposition Moon Jae-in, qui est rput favorable une relation plus troite avec la Chine et une rforme des chaebols , ces grands conglomrats souvent dcris car ils s'apparentent un un tat dans l'tat. Les entreprises corennes cotes en bourse avec une prsence significative en Chine ont vu leurs cours grimper la faveur del'actualit politique de cette semaine.En Inde, le parti du Premier ministre a remport une nette victoire lectorale dans l'tat de l'Uttar Pradesh. Le BJP s'est adjug 312 des 403 siges de l'assemble, contre 47 lors de la prcdente lection en 2012. Ce rsultat est peru comme un plbiscite pour la politique du Premier ministre, qui prvoit notamment l'ouverture du pays aux investissements trangers et l'instauration d'une taxe sur les biens et services. Le march indien a enregistr une progression suprieure 2% cette semaine et la roupie s'est apprcie de 2%. L'assureur asiatique AIA a d se rsoudre laisser partir son talentueux directeur gnral, Mark Tucker, qui est devenu le prsident de HSBC. Le titre a souffert de cette annonce mais devrait rebondir car AIA a rapidement confirm que Ng Keng Hooi serait son prochain directeur gnral. Ce dernier travaillait depuis plus de 20 ans avec Mark Tucker, dont il tait en fait le bras droit, charg des marchs cls comme la Chine, la Thalande et l'Indonsie. Il supervisait par ailleurs le rseau d'agences.

    Source: Flash marchs du 20 mars 2017

    Analyse hebdomadaire des marchs (3)

  • A suivre de prs cette semaineet tat des lieux

    11

    Source: Newsletter du 20 mars 2017.

    "Aprs une semaine sous la houlette de la FED, qui a, sans surprise procd une nouvelle hausse des taux, les investisseurs vont pouvoir nouveau se tourner vers la politique entre Donald Trump, dont les interventions sont toujours scrutes avec autant dattention et les lections franaises. Donald Trump rencontre ses premires difficults autour du dmantlement de lObamacare. Certaines tensions apparaissent au sein mme des rpublicains.

    Stupeur hier Baden Baden au cours de la runion du G20. En effet, les banquiers centraux et les ministres des finances se runissaient en Allemagne ce weekend pour discuter du commerce mondial. Les Etats-Unis ont refus de signer laccord de lutte contre le protectionnisme comme effectu traditionnellement. Steven Mnuchin, Secrtaire amricain au Trsor, a mme dclar que les Etats-Unis pourraient rengocier les accords de lOMC. Labsence daccord et les futures dcisions de ladministration Trumppourraient ainsi avoir un impact non ngligeable pour les pays exportateurs comme lAllemagne.

    Dans le cadre de poursuites, la justice franaise demande 1,1 milliard deuros UBS pour fraude fiscale. UBS a dmarch illicitement des clients en France.

    En dpit de laccord trouv par lOPEP pour diminuer la production mondiale, le ptrole a du mal progresser depuis le dbut de lanne. La prochaine runion de lOPEP, Vienne, le 25 mai prochain sera trs attendue.

  • Focus : Actualits et Dynamique des marchs

    12

    Source: Lettre de Amboise Associs, le 20 mars 2017 .

    La nouvelle (rumeur) de ce matin est incontestablement, linformation, si elle est confirme, de la Lettre de l'Expansion selon laquelle Worldline, filiale d'Atos spcialise dans lessystmes de paiement, s'apprte faire une offre de rachat Ingenico. La publication, qui ne cite pas de sources, ajoute que cette proposition amicale, visant crer un leadereuropen du secteur, se situerait entre 7,5 et huit milliards d'euros. Aucun commentaire n'a pu tre obtenu auprs d'Atos, qui dtient 70,2% de Worldline, ou d'Ingenico. Mais pourrevenir sur le week-end Une rception glaciale dAngela Merkel par Donald Trump Washington Au moins, nous avons quelque chose en commun le fait davoir t coutpar ladministration Obama !, a lanc Donald Trump sous le regard mdus de la dirigeante allemande Et Baden Baden, ce fut le minimum syndical pour un G20 fragilis Lerappel dune opposition aux dvaluations comptitives Pour le reste, ces deux jours de ngociations ministrielles ont mis en vidence le dsaccord entre les Etats-Unis et lereste du G20 sur linvocation du libre-change. Le communiqu final se fend sur le sujet d'une phrase minimaliste: "nous travaillons renforcer la contribution du commerce nosconomies". Le nouveau secrtaire d'Etat amricain au Trsor Steven Mnuchin a dclar que les Etats-Unis n'excluaient pas de rengocier les accords multilatraux de l'OMC, et aaussi affirm que les plaidoyers passs du G20 en faveur du libre-change n'taient plus pertinents. LAccord de Paris sur le climat de 2015 a aussi disparu du communiqu deBaden-Baden. On notera que, ce matin, le gouvernement sud-coren annonce avoir port son nouveau diffrend conomique avec Pkin devant l'Organisation mondiale ducommerce (OMC). La Core du Sud accuse le gouvernement chinois d'avoir mis en place, sans l'avouer, de nombreuses sanctions conomiques contre ses entreprises pour punirSoul d'avoir accept le dploiement sur son territoire d'un systme antimissile amricain THAAD. La semaine dernire, l'indice MSCI World a atteint un nouveau plus hauthistorique et gagn prs de 1,5% sur la semaine. En Europe, l'indice Stoxx 600 affiche un gain hebdomadaire de 1,3% tandis qu'outre-Atlantique, le S&P 500 a progress de 0,7%.L'indice MSCI des pays mergents a pour sa part gagn 4,36% sur la semaine. Un dollar et des rendements des Bons du Trsor deux ans orients la baisse aprs la dcision duFOMC. De fait, le maintien d'un calendrier trs progressif sur les resserrements montaires venir a t interprt comme plus 'dovish' que les anticipations. En zone euro, le rsultatdes lections aux Pays-Bas a conduit une rduction de la prime de risque politique applique par les investisseurs internationaux. Suite au prochain pisode. Reste que dsormais,l'indice "Bull and Bear" de Bank of America Merrill Lynch, qui mesure le sentiment des investisseurs sur les marchs financiers, est actuellement 7,0, son plus haut niveaudepuis juillet 2014 et non loin du signal de "vente". Mais, vendredi, les analystes de la banque amricaine conseillaient de "rester acheteur sur les actifs risqus tant que lesentiment n'a pas atteint le territoire euphorique de 8,0" Le projet de budget qui envisage de trs importantes rductions de dpenses ainsi que l'abrogation et le remplacementd'Obamacare devraient passer sur le devant de la scne Wall Street o les investisseurs restent dans lattente de la mise en place des baisses d'impts et de hausses des dpensesinfrastructures.

  • Focus : Actualits et Dynamique des marchs

    13

    Source: Lettre de Amboise Associs, le 20 mars 2017 .

    Du ct des entreprises, encore quelque publications, comme Nike New York, BMW Francfort et le groupe de magasins de bricolage Kingfisher Londres. Deutsche Bank aannonc dimanche l'mission de 687,5 millions d'actions nouvelles dans le cadre de son augmentation de capital de huit milliards d'euros dont la priode de souscriptions'ouvrira mardi pour une dure de deux semaines. Le prix de souscription a t confirm 11,65 euros et les investisseurs auront droit une nouvelle action pour deux dtenues.Les actions nouvellement mises donneront droit un dividende au mme titre que celles existantes, a ajout la banque qui publiera lundi le prospectus de l'offre. Deutsche Bankavait dvoil le 5 mars son projet d'appel au march et d'autres initiatives stratgiques, comme l'introduction en Bourse de sa filiale de gestion d'actifs, afin de redresser ses fondspropres. Le prix propos de 11,65 euros reprsentait une dcote de 39% par rapport au dernier cours de clture, qui tait alors de 19,14 euros. Le titre de la premire banqueallemande a cltur vendredi 17,86 euros. L'augmentation de capital, la quatrime depuis 2010 pour Deutsche Bank, fait suite une perte nette de 1,4 milliard d'euros essuye l'andernier et vise tirer un trait sur une longue srie de scandales financiers qui lui ont cot au total 15 milliards d'euros de frais de litige depuis 2012. La banque avait ditprcdemment qu'elle attendrait la fin des ngociations en cours sur les nouvelles rgles prudentielles pour le secteur, dites de Ble III, avant de prsenter son plan de redressement.Faute d'avance des rgulateurs, elle a choisi de tourner la page ds prsent..

  • Rflexions des marchs

    14

    Source: Lettre de Amboise Associs, le 20 mars 2017 .

    Amundi La Fed veut voir (les mesures de stimulation budgtaire) pour y croire. La raction des marchs na pas correspondu celle dune hausse de fed funds classique . En ralit, il semble que les diffrents marchs ne formulent pas les mmes anticipations depuis llection de Donald Trump : les actifs risqus semblent anticiper une embellie en termes de croissance alors que le march des titres du Trsor reste beaucoup plus prudent. Tant quil ny aura pas davantage dclaircissements sur la politique budgtaire amricaine et cela peut prendre encore plusieurs mois les marchs resteront dans une situation btarde, avec des conditions de financement trs accommodantes (taux rels proches de zro car la Fed se refuse acclrer), des anticipations dacclration de croissance malgr des donnes relles plutt mitiges .

    Bruno Cavalier, chef conomiste & Fabien Bossy, conomiste (Oddo Securities) Une poursuite de la reprise de l'activit et des prix en zone euro, avec une remonte trs progressive des taux d'intrt long terme. La reflation continue dtre le thme conomique majeur de ce dbut danne. Il va de soi que les banques centrales ne vont pas ragir de la mme manire si linflation est tire ponctuellement par les prix de lnergie ou si elle reflte une surchauffe domestique venant des salaires ou du crdit. On est loin de ce deuxime cas. Pas de tapering donc de la BCE avant l'an prochain. En effet, si la BCE, on est bien oblig de convenir que lconomie europenne va mieux et que le risque de dflation a disparu, si tant est quil ait jamais exist ailleurs que dans lesprit de Mario Draghi. Pour autant, l non plus, on peine voir un dsir de se lancer prcipitamment dans la voie de la normalisation montaire. Le processus se fera par tapes, dont la premire, le tapering du programme de QE, ne commencera pas avant lan prochain. Des taux directeurs en territoire positif sont une ventualit encore plus loigne. Dans lensemble, les conditions conomiques un peu plus de croissance, un peu plus dinflation justifient certainement que les taux dintrt montent en tendance dans les pays dvelopps mais, sans drapage de linflation et vritable inquitude des banques centrales, cette correction devrait rester modeste .

    Denis Lehman, directeur des investissements (Aviva Investors France) Trs positifs sur les actions europennes. La croissance mondiale devrait acclrer cette anne et l'inflation devrait se redresser progressivement. Les thmatiques mises en avant sont la reflation qui triomphe de la dflation, le passage de laustrit aux stimuli budgtaires, des politiques montaires moins favorables, et des intrts nationaux qui passent devant les intrts collectifs. Nous sommes trs positifs sur les actions europennes et sur les actions mergentes. Nous sommes neutre sur les actions amricaines et japonaises, et ngatifs sur les autres bourses europennes hors zone euro (impact ngatif sur les socits britanniques). Les valeurs cycliques sont prfres aux valeurs dfensives, les secteurs de la banque, la technologie, lautomobile, les oprateurs tlcoms et le ptrole sont privilgis. Nous favorisons les obligations dentreprises de la zone euro, sans plus avant dgrader la qualit de notation des emprunts slectionns, et faisons preuve de slectivit sur la dette haut rendement. Nous privilgie galement les obligations indexes sur linflation. Nous sommes, en revanche, ngatifs sur les dettes publiques en zone euro .

  • Rflexions des marchs

    15

    Source: Lettre de Amboise Associs, le 20 mars 2017 .

    Natixis Benot Valleaux, analyste Les rsultats 2016 des grands assureurs europens ont t de (trs) bonne facture malgr les taux bas. Les assureurs europens se sont concentrs sur leurs marges, affichant des performances oprationnelles solides, malgr un manque de croissance des chiffres d'affaires. Malgr les taux bas, les assureurs ont russi maintenir leurs marges de solvabilit des niveaux levs. Elles ont, de plus, bnfici de la remonte des taux au quatrime trimestre. A limage des rassureurs, les grands groupes dassurance vont rendre du capital leurs actionnaires (rachat d'actions, dividende exceptionnel). Outre les ratios de solvabilit levs, cela la reflte le manque de croissance organique, et donc le faible besoin de mobiliser du capital pour le dveloppement. Autre intrt, les programmes de rachat d'action sont un moyen d'augmenter le rsultat par action, alors qu'il y a peu d'opportunits de croissance externe. La tendance semble de toutes faons plutt aux acquisitions de complment qu'aux oprations transformantes .

    Gilles Bazy-Sire et Julien Vannier (Equity GPS) Des valeurs japonaises et des mines parmi les plus attractives . La note d'attractivit boursire est la moyenne des deux scores : celui de la valorisation du titre par rapport ses ratios de valorisation historiques et celui de la dynamique bnficiaire de la socit calcule partir du consensus des prvisions chiffres ralises par les analystes, compare ensuite son niveau historique et la dynamique bnficiaire du march. Plus le score est proche de 10, plus la valeur est juge attrayante. Les meilleurs ratings dans le monde sont obtenus par le spcialiste nippon des paiements lectroniques GMO Payment Gateway (9,8 sur 10), le groupe minier japonais Sumitomo Metal Mining (9,8 sur 10), l'nergticien russe cot Londres OGK-2 (9,8 sur 10), les quipementiers japonais Furukawa Electric (9,8 sur 10) et Fujikura (9,8 sur 10). En Europe, les meilleures notations sont pour le conglomrat minier Anglo American (9,7 sur 10), lasset manager britannique Liontrust AM (9,7 sur 10), le conglomrat minier Rio Tinto (9,6 sur 10), la compagnie arienne Flybe Groupe (9,6 sur 10), le groupe bancaire britannique Lloyds TSB (9,6 sur 10). En France, les ratings les plus levs sont obtenus par TF1 (9,3 sur 10), Renault (9 sur 10), Groupe Pizzorno (9 sur 10), Faurecia (9 sur 10), Peugeot (9 sur 10), DNXcorp (8,8 sur 10), Atos (8,8 sur 10), Savencia(8,7 sur 10), Natixis (8,5 sur 10), Mersen (8,5 sur 10). Parmi les plus mauvaises notations (infrieures 3 sur 10), on retrouve Vallourec, Eca, Nicox, Samse, Rougier, Solucom, Avanquest, ID Logistics, Parrot .

    Chicuong Dang, grant - KBL Richelieu En Europe, la Bourse prfre les socits financirement saines. Il est vrai quaujourdhui avoir du cash au bilan nest pas trs rmunrateur, mais les riches ont davantage le choix dans leur stratgie, soit investir, soit distribuer. Noubliez pas que, pour lentrepreneur, lhorizon du temps est beaucoup plus long que pour la Bourse. Sil anticipe une reprise, il sera davantage enclin investir. Or, on sent aujourdhui un regain de confiance. Mais il ny a pas de rponse catgorique cette question. Tout va dpendre de la qualit du management et de son savoir-faire en matire dacquisitions.

  • Rflexions des marchs

    16

    Source: Lettre de Amboise Associs, le 20 mars 2017 .

    Ambroise et Associs Dans un environnement conomique et politique compliqu, cest une bonne ide davoir en portefeuille des socits assez riches pour investir, faire des acquisitions et distribuer aux actionnaires. Acheter une socit dont le trsor de guerre lui permet denvisager lavenir avec srnit se rvle le plus souvent une excellente affaire. Tirant les leons de la grave crise de 2008, nombre dentreprises ont pris des mesures de bonne gestion, en cdant, par exemple, des actifs peu rentables, ce qui a eu comme double effet positif de gonfler leur trsorerie et damliorer leur rentabilit. Leurs bilans sont bien plus solides quil y a dix ans. Les voil donc mieux armes pour rsister en cas de nouvelles turbulences. Mais amasser un pactole nest pas une fin en soi. Il est mme assez mal vu de laisser dormir sa trsorerie trop longtemps. A lheure o souffle une brise de reprise sur lEurope, les acquisitions redmarrent et un projet forte cration de valeur ne manquera pas dtre salu. Dans un environnement compliqu, les socits capables dinvestir et de redistribuer aux actionnaires (dividendes ou rachats dactions) seront plbiscites par le march .

    Romain Boscher, directeur des gestions actions (Amundi) Bnfices, bnfices, bnfices et les prvisions de bnfices continuent dtre rvises la hausse sur toutes les places. Cet environnement nous encourage maintenir notre vue positive sur les actions. Toutefois, comme les performances boursires de ces dernires semaines ont t comparables voire suprieures au rythme de ces rvisions haussires, les valorisations paraissent dsormais tendues. Ce contexte conduit un constat : oui, les marchs conservent du potentiel, mais si et seulement si les bnfices continuent dtre rviss la hausse. Ceci explique pourquoi nous privilgions lEurope et les marchs mergents, o la base de comparaison est moins leve, ou encore le Japon qui doit, en outre, remplir un deuxime critre, savoir le maintien du yen son niveau plutt faible actuel. Nous prfrons ces marchs aux Etats-Unis dont le potentiel semble plus limit .

  • Common Euro Bonds Can Smoothe ECB's Market Exit

    17Source: Blommberg 20 mars 2017 .

    Rising Risk of Euro Break-Up

  • La dynamique positive se poursuit sur le march des ETF europens en fvrier 2017

    18Source : Next Finance Lyxor Research le 20 mars 2017 .

    Les Nouveaux Actifs Nets (NAN) slvent 9,4 milliards deuros sur le mois, soit prs de deux fois la moyenne sur un an (4,9 milliards deuros). Lencours total sous gestion est en hausse de 7% par rapport la fin de lanne 2016, slvant 551 milliards deuros, incluant un effet march de 3,9%. Sur les marchs dvelopps comme sur les marchs mergents, les ETF actions et obligations ont enregistr des flux positifs dans un contexte dapptence au risque, soutenus par une amlioration des indicateurs macroconomiques pour lensemble des marchs.La collecte sur les ETF actions reprsente 6,1 milliards deuros. Il est intressant de constater que lafflux de capitaux a concern aussi bien les marchs dvelopps qumergents, dans un climat conomique favorable. Cette situation a profit la fois aux ETF amricains et europens, qui ont respectivement affich des NAN de 0,9 milliard deuros et 1,3 milliard deuros. Les ETF actions monde ont encore bnfici dentres de capitaux significatives (1,1 milliard deuros), ce qui tmoigne du regain doptimisme des investisseurs. Les ETF actions Asie-Pacifique se sont redresss (0,9 milliard deuros) pour atteindre leur niveau le plus lev sur un an. Du ct des marchs mergents, nous avons assist un revirement de tendance avec des flux positifs de 0,8 milliard deuros. On notera que les ETF rpliquant des indices mergents larges se sont arrog deux tiers de ces flux tandis que les ETF pays mergents sont rests soutenus, surtout en Inde. Les ETF Smart Beta ont engrang dimportantes entres de capitaux (1,1 milliards deuros). Les ETF obligataires ont enregistr des flux de 3,2 milliards deuros soit la plus forte collecte en sept mois. Notons que ces flux obligataires ont surtout concern les ETF axs sur la dette mergente et les obligations haut rendement. La collecte des emprunts dEtat europens est reste trs limite. Les flux sur la dette mergente se sont nouveau rvls positifs, avec 1,2 milliard deuros collects, en rponse la recherche de rendement des investisseurs. Cela a galement permis aux ETF sur le haut rendement de remonter en territoire positif (427 millions deuros). Soutenus par lamlioration de la conjoncture, les flux sur les ETF indexs sur linflation ont atteint un niveau record sur un an (948 millions deuros). Les ETF axs sur des stratgies obligataires short ont par ailleurs attir des capitaux hauteur de 365 millions EUR dans un contexte de risque politique croissant en Europe.Les ETF sur les matires premires ont collect des flux hauteur de 209 millions deuros, tant sur les expositions globales que sur les mtaux prcieux.

  • Le systme de sant suisse apporte une contribution importante l'emploi et la prosprit en Suisse.

    19Source: Extrait du site zonebourse du 20 mars 2017 .

    Le systme de sant suisse apporte une contribution importante l'emploi et la prosprit en Suisse. Les dpenses de sant annuelles se montent prs de 70 milliards de francs suisses et un emploi sur dix se trouve dans ce secteur. Paralllement, en raison de la forte augmentation des cots, la sant est confronte de grands dfis et son volution sera dterminante pour l'avenir conomique de la Suisse. Dans la nouvelle dition du Moniteur Suisse, les conomistes du Credit Suisse passent donc au crible le systme de sant helvtique et les questions les plus brlantes. En outre, cette tude montre que le financement du boom de la construction d'hpitaux n'est que partiellement assur et que l'conomie du partage gagne toujours plus en importance galement dans le secteur de la sant grce aux centres mdicaux. Les conomistes du Credit Suisse maintiennent leurs prvisions de croissance pour l'conomie suisse 1,5% pour 2017. Quant l'inflation, elle devrait nouveau tre positive cette anne, 0,5%. Le systme de sant apporte une importante contribution l'emploi et la prosprit en Suisse. Quelque 70 milliards de francs suisses, soit plus de 10% de la performance conomique annuelle, y sont dpenss chaque anne pour la sant, et une personne sur dix travaille dans ce domaine. L'volution de ce secteur sera donc dterminante pour l'avenir conomique de la Suisse. Or la progression des cots observe au cours des dernires annes constitue un dfi de taille: les dpenses de sant l'chelle nationale ont augment de plus d'un tiers en l'espace de dix ans. Les conomistes du Credit Suisse mettent en vidence dans leur analyse que contrairement l'hypothse largement rpandue, ce n'est pas le vieillissementdmographique qui en est le principal responsable, mais des facteurs tels que le progrs mdical, une augmentation de la consommation individuelle et des incitations inopportunes lies au systme. C'est des raisons indpendantes de la dmographie qu'est imputable un peu plus de la moiti de la hausse des cots. On peut donc partir du principe que cette volution se poursuivra galement ces deux prochaines dcennies. Les primes d'assurance maladie devraient presque doubler d'ici 2040 et le manque de main-d'uvre qualifie s'accentuerSelon les conomistes du Credit Suisse, les dpenses de sant sont susceptibles d'augmenter de plus de 3% par an jusqu'en 2040. Elles devraient alors reprsenter prs de 15% de la performance conomique de la Suisse, contre 11% aujourd'hui. Dans ce scnario, les primes d'assurance maladie moyennes par habitant vont presque doubler, explique Andreas Christen, auteur principal de l'tude. La prime mensuelle moyenne de l'assurance-maladie obligatoire pourrait ainsi passer de 274 CHF en 2015 517 CHF en 2040, ce qui correspondrait une hausse de 44% une fois les chiffres corrigs de l'inflation gnrale. La progression des cots s'accompagne d'un accroissement des besoins en main-d'uvre spcialise. Les conomistes du Credit Suisse estiment que 185 000 emplois plein temps supplmentaires seront crs dans le secteur de la sant d'ici 2040, soit une hausse de prs de 50% par rapport aux 360 000 postes actuels. Ce chiffre est toutefois susceptible de changer s'il est possible de relever le degr d'automatisation: d'aprs les calculs des auteurs de l'tude, prs de 23% des activits considres comme routinires pourraient tre automatises, du moins en thorie, dans le cadre de la numrisation croissante notamment. Sans nouveaux fonds publics, certains investissements hospitaliers ne pourront pas tre financs D'aprs des sources officielles actuellement disponibles, il est prvu de construire des hpitaux hauteur de quelque 16 milliards de francs en Suisse. Bon nombre des btiments actuels ont t rigs dans les annes 1960, 1970 ou 1980 et ncessitent des assainissements. Il y a donc un retard en matire d'investissements. Centres mdicaux: les synergies permettent d'augmenter leur rentabilit Selon les conomistes du CreditSuisse, l'un des domaines les plus dynamiques du secteur de la sant est celui des centres mdicaux. Ces derniers constituent une alternative attrayante aux cabinets individuels traditionnels aussi bien pour les patients que pour de nombreux mdecins. Les patients profitent par exemple d'heures d'ouverture plus longues et les praticiens d'horaires de travail plus flexibles, tandis que les appareils mdicaux sont mieux exploits. D'aprs les calculs des conomistes du Credit Suisse, le nombre de maisons mdicales a augment de 19% entre 2011 et 2014, s'tablissant 1300. En termes absolus, la croissance par rapport au parc initial a t la plus forte dans les centres urbains, mais surtout dans les zones suburbaines et priphriques. Selon les auteurs de l'tude, ce phnomne serait d au fait que ces maisons mdicales sont dj relativement nombreuses dans les centres et que le regroupement de cabinets s'y trouve un stade avanc.

  • Les assureurs europens se concentrent sur leurs marges

    20Source: echos.fr le 20 mars 2017 .

    Les rsultats 2016 des grands leaders du secteur se sont trs bien tenus malgr les taux bas.A l'image des rassureurs, plusieurs groupes vont rendre du capital leurs actionnaires.Taux d'intrt toujours trs bas, marchs actions chahuts... les assureurs europens ont d naviguer dans un environnement trs compliqu en 2016. Au vu des rsultats annuels prsents ces dernires semaines, les leaders du secteur dans l'ensemble s'en sortent bien. Des performances oprationnelles solides, malgr un manque de croissanceRsultat netau znith pour Allianz et AXA (6,9 milliards d'euros pour le gant allemand, 5,83 milliards d'euros pour son rival franais), rsultat oprationnel record pour l'italien Generali et le britannique Prudential, net rtablissement chez le suisse Zurich Insurance Group aprs une anne noire en 2015... Les performances des assureurs europens ont t de (trs) bonne facture. Les fondamentaux sont rests trs solides en 2016 , commente Benot Valleaux, analyste chez Natixis. En assurance de personnes, il y a eu une poursuite de l'amlioration de la rentabilit des affaires nouvelles, avec une production davantage tourne vers des activits offrant de bonnes marges comme la santprvoyance, l'pargne en units de compte ou, sinon, vers des produits d'assurance-vie offrant des garanties plus basses , dtaille-t-il. Gnralis dans l'industrie de l'assurance, ce mouvement rpond la ncessit de lutter contre l'impact des taux bas sur la rentabilit de l'assurance-vie traditionnelle en euros. En assurance-dommages, les ratios combins (l'indicateur de rentabilit de cette activit) restent des bons niveaux , ajoutent Benot Valleaux.Seul cueil pour les assureurs, la croissance est toujours complique chercher , note un autre analyste. De fait, les chiffres d'affaires ont faiblement progress ou recul en 2016. Mais, en assurance-vie, les groupes ne sont plus dans la course aux volumes, mais plutt dans la recherche de qualit , relativise Benot Valleaux. Dans ce contexte , l'Asie reste un moteur de croissance apprciable pour les groupes qui y sont prsents. Des niveaux de solvabilit confortablesMalgr les taux bas, les assureurs ont russi maintenir leurs marges de solvabilit des niveaux levs (197 % pour AXA, 177 % chez CNP Assurances). Celles-ci ressortent mme en hausse chez Allianz (218 %) ou Aviva (189 %). La tendance est bonne puisque les marges de solvabilit se sont amliores au quatrime trimestre, du fait de la remonte des taux , souligne Benot Valleaux. Hors phnomne de march, les assureurs ont russi gnrer du capital sur leurs activits oprationnelles , relve-t-il.Du Capital rendu aux actionnairesCette solidit financire a permis deux grands assureurs d'annoncer qu'ils allaient retourner du capital leurs actionnaires. Allianz a lanc le premier programme de rachat d'actions de son histoire, d'un montant pouvant atteindre jusqu' 3 milliards d'euros et correspondant au budget non utilis pour des acquisitions. Le britannique Aviva, qui dit avoir trop de capital , veut lui aussi rendre de l'argent ses actionnaires. Reste savoir sous quelle forme (rachat d'actions, dividende exceptionnel). Les deux grands rassureurs mondiaux, l'allemand Munich R et le suisse Swiss Re, ont annonc de nouveaux programmes de rachat d'actions, tandis que le franais SCOR envisage d'en faire.Outre les ratios de solvabilit levs, cela reflte le manque de croissance organique et donc le faible besoin de mobiliser du capital pour le dveloppement , explique un analyste. Autre intrt, les programmes de rachat d'actions sont un moyen d'augmenter le rsultat par action alors qu'il y a peu d'op-portunits de croissance externe , prcise Benot Valleaux. La tendance semble de toute faon plutt aux acquisitions de complment qu'aux oprations transformantes.

  • En guise de fin

    21

  • Merci de votre attention

    + 33 6 13 43 49 [email protected]

    22

    + 352 621 22 0800+ 33 7 63 67 07 07+ 41 79 1000 500

    [email protected]