Qu’est-ce qui maintient nos clients éveillés la nuit · formation à la sécurité routière à...

of 68 /68
1.2017 RÉCITS ET ACTUALITÉS DU GROUPE VOLVO Qu’est-ce qui maintient nos clients éveillés la nuit ?

Embed Size (px)

Transcript of Qu’est-ce qui maintient nos clients éveillés la nuit · formation à la sécurité routière à...

  • 1.2017

    RÉCITS ET ACTUALITÉS DU GROUPE VOLVO

    Qu’est-ce qui maintient nos clients éveillés la nuit ?

  • PERSONNE N’A ENVIE d’acheter des fleurs défraîchies. Quand la société Sigr Bizjak Transport entame son itinéraire régulier entre les marchés aux fleurs des Pays-Bas et la Slovénie, elle a exactement

    16 heures pour parcourir 1 250 kilomètres. La cargaison ne souffre pas le moindre retard et il n’y a donc pas de marge d’erreur.

    Dans le cas de Sigr Bizjak Transport, tout est affaire de ponctualité, mais nous avons des clients dans le monde entier et ils sont tous uniques. À chacun son secteur industriel, son créneau et ses impératifs. Malgré toutes ces différences, ils ont un point commun : nous sommes leur fournisseur. Nous pouvons être fiers d’avoir leur confiance, mais cela implique une responsabilité de taille.

    CETTE CONFIANCE, NOUS devons nous en montrer dignes, jour après jour, année après année. Nos relations avec nos clients nous amènent à bénéficier d’informations privilégiées sur leur activité et nous permettent de combiner des produits, des services et des possibilités de financement pour proposer une solution sur mesure. Ces partenariats au jour le jour sont autant d’impulsions pour améliorer nos futures offres.

    Une fois les produits livrés et les solutions en place, nos clients veulent que tout se passe bien et que nous tenions nos promesses pour mieux se consacrer à leurs propres impératifs.

    C’est là que se trouve notre cœur de métier. C’est pourquoi nous devons poursuivre nos efforts de décentralisation du groupe Volvo.

    Nous voulons que la prise de décisions s’effectue plus près de nos clients, mais aussi que vous, les collaborateurs et cadres du groupe Volvo, ayez davantage de marge de manœuvre pour prendre des initiatives dans votre secteur et en assumer les responsabilités.

    QUOI QU’IL EN soit, personne ne peut y arriver seul. Les clients côtoient les représentants d’une marque, elle-même issue de toute une chaîne de valeur, du R&D aux ventes en passant par les achats, la production, le SAV et le marketing. Tous les maillons de cette chaîne doivent travailler en parfaite harmonie.

    Nous avons des clients intéressants, mais exigeants. Nous sommes habilités à prendre des décisions, mais cela implique des responsabilités. Enfin, nous devons travailler tous ensemble pour atteindre nos objectifs. C’est une équation délicate, mais passionnante !

    MARTIN LUNDSTEDTPRESIDENT AND CEO, GROUPE VOLVO

    Les impératifs de nos clients sont autant d’opportunités

    ÉDITORIAL

    VOLVO GROUP MAGAZINE est destiné à tous les collaborateurs internes du groupe Volvo. Il est publié cinq fois par an en suédois, anglais, allemand, français, portugais brésilien, polonais, russe, japonais, néerlandais, coréen, thaï, chinois et espagnol. TIRAGE Environ 88 000 exemplaires ADRESSE Volvo Group Magazine, Volvo Group Headquarters, Dept AA13400, VLH6, SE-405 08, Göteborg, Suède TÉLÉPHONE +46 (0)31 66 00 00 E-MAIL [email protected] RESPONSABLE DE LA PUBLICATION POUR LA SUÈDE Markus Lindberg RÉDACTRICE EN CHEF Ann-Mari Robinson RÉDACTEURS Lotta Bävman, Carita Vikstedt, Tobias Wilhelm et Joanna Dembicka. Un comité de rédaction à l’échelle du groupe apporte également sa contribution. CORRECTION LINGUISTIQUE Vanessa Bourdin PRODUCTION DE L’ÉDITORIAL Spoon (équipe de projet : Maria Sköld, Linda Swanberg, Nic Townsend, Lina Törnquist, Pernilla Stenborg, Ken Niss, Sofia Hammarin) IMPRIMÉ PAR LSC Communications CHANGEMENT D’ADRESSE Contactez votre responsable RH local TRADUIT PAR Lionbridge

    “Les prix que nous avons remportés prouvent que nous faisons figure de pionniers dans bien des secteurs, comme le rendement énergétique, le design ou l’innovation. »MARTIN LUNDSTEDT À PROPOS DE LA LONGUE LISTE DE PRIX ET DE RÉCOMPENSES QUE LE GROUPE VOLVO A REÇUS EN 2016 (VOIR PAGE 5)

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 20172

  • 1.2017

    ET TOUJOURS 4 INTRODUCTION63 PERSPECTIVES68 QUESTIONNAIRE

    Lars Stenqvist vient de prendre la tête de Group Trucks Technology. Son projet ? Instaurer encore plus de proximité dans la relation client.

    Pionnier du progrès technologique26

    Une journée sur le terrain à réparer des engins avec Tan Kee Seng, technicien Volvo CE à Singapour.

    SAV à Singapour38

    L’électromobilité est en train de révolutionner l’automobile. Comment le groupe Volvo va-t-il profiter de cette opportunité ?

    Un futur électrisant42

    Lena Johansson et Lena Grännsjö se sont mises dans la peau d’un distributeur dans le cadre d’une formation destinée à élargir les perspectives du personnel administratif.

    En prise directe54

    Quelles sont les attentes des clients ?REPORTAGE SPÉCIAL Les besoins des clients varient suivant leur type d’activité et leur secteur géographique. Partons à la rencontre de clients en Inde, en Slovénie, en Suède et aux USA.

    10

    54

    38

    42

    10

    2826

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 3

  • Le dernier Live Test, intitulé « The Flying Passenger », met en scène un parapentiste et un Volvo FH dans un périple époustouflant sur une route de montagne en Croatie. Le conducteur maintient le parapentiste dans les airs et l’entraîne jusqu’au sommet.

    Présenté en avant-première sur YouTube en novembre, ce film illustre les performances et le rendement énergétique du Volvo FH équipé de la chaîne cinématique exclusive Volvo Trucks et d’une boîte de vitesses I-Shift à double embrayage.

    « Ce film et, plus largement, la campagne marketing dans laquelle il s’inscrit, montrent bien en quoi Volvo Trucks offre une combinaison inédite entre performances de haut niveau et rendement énergétique, ce qui constitue la formule gagnante pour nos clients.

    Cette campagne fait partie d’une initiative plus vaste, avec divers types de contenus de communication externe spécialement étudiés pour un impact maximal sur les divers groupes cibles », explique Ida Mattsson, Content Manager, Volvo Trucks.

    Une conduite de haut vol

    PH

    OTO

     : P

    INK

    PR

    OG

    RA

    MM

    ING« Pink Programming », le codage au féminin

    Le groupe Volvo fait partie des principaux sponsors de l’initiative Pink Programming, une association à but non lucratif qui vise à susciter des vocations de programmeur chez les femmes. Elle invite des femmes de tout âge et de tout niveau à s’exercer à la programmation auprès de développeurs chevronnés.

    En novembre dernier, 30 codeuses se sont rendues sur le site du groupe Volvo à Göteborg, notamment pour programmer un robot et découvrir le fonctionnement

    d’un bus 100 % électrique Volvo.« Le groupe Volvo a besoin de

    programmeurs compétents et si ce partenariat permet de susciter des vocations chez les femmes, nous aurons davantage de chances de trouver les personnes qu’il nous faut pour créer les véhicules du futur », se félicite Esbjörn Berg, Director Controls Systems pour le compte de GTT.

    Pour en savoir plus, rendez-vous sur pinkprogramming.se!

    introduction L ’ A C T U A L I T É I N T E R N A T I O N A L E D U G R O U P E   V O L V O

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 20174

  • LES JEUNES TALENTS À L’ÉPREUVEPrès de 450 jeunes de toute l’Europe se sont retrouvés à Göteborg, en Suède, en décembre dernier dans le cadre d’un concours européen de jeunes professionnels. L’initiative EuroSkills vise à promouvoir la qualité, l’importance et l’attractivité de la formation professionnelle.Ce n’est pas la première fois que le concours a lieu en Scandinavie. Le groupe Volvo était partenaire officiel et a mis en avant les compétences et les aptitudes qui seront nécessaires dans le futur, notamment en matière d’automatisation et de connectivité.

    2016 aura été une année riche en émotions et en événements à Lyon, puisque Renault Trucks

    a célébré le centenaire

    de son site. Découvrez les vidéos

    sur YouTube.

    PH

    OTO

     : R

    OB

    IN A

    RO

    N O

    LS

    SO

    N

    PH

    OTO

     : F

    AB

    RIC

    E L

    AN

    G

    Volvo Group Australia a reçu des prix « Queensland Safe Work and Return to Work Awards » dans les catégories « Best rehabilitation and return to work management system » et « Best individual contribution to rehabilitation and return to work ».

    Volvo Penta a remporté l’« Innovation Award » décerné par le panel international des journalistes de la presse nautique pour son système Easy Drain au cours de l’édition 2016 du salon IBEX à Tampa, USA.

    L’initiative WirelessCar a remporté le « 2016 European Telematics Customer Value Leadership Award » décerné par le cabinet Frost & Sullivan.

    Volvo Trucks s’est classé nº 1 du prestigieux comparatif multimarque indépendant du transporteur allemand « Fehrenkötter », au terme de 2,5 années de test en conditions réelles.

    Le film promotionnel Volvo Trucks baptisé « Real Change » a remporté la « Public Relations World Gold Medal » aux festivals de New York.

    Volvo Penta a remporté le prix

    Tous champions !2016 est l’année des trophées pour le groupe Volvo. Innovations technologiques, programmes de formation, relations humaines : découvrez un extrait des nombreux prix et récompenses reçus cette année.

    Visionnez « The Flying Passenger » sur la chaîne YouTube de Volvo Trucks.

    Félicitations !

    « Flying Passenger » est le dernier volet en date de la série des Live Tests, qui mettent à l’épreuve des véhicules Volvo au cours d’essais spectaculaires. Les volets précédents avaient pour noms « The Epic Split » ou encore « The Hamster Stunt ».

    « Most innovative yacht 2016 » au cours de la cérémonie World

    of Yachts Trophies, avec Amer Yachts.

    La pelle mécanique sur chenilles EC120D Volvo CE

    figure dans le « top 50 » des « 2016 Construction

    Machinery Products Development Forum & China Products Awards » de Pékin.

    L’usine de Bangkok du groupe Volvo a reçu le « Outstanding Labour Relations and Welfare Award 2016 » du Department of Labour Protection and Welfare rattaché au Ministère du Travail thaïlandais.

    Le Heavy Duty Trucking magazine a classé Mack Trucks dans le top 20 des produits.

    Renault Trucks Master élu « Editor’s Choice » au titre des prix « Trade Van Driver » (TVD) 2016.

    Renault Trucks et Solvay ont été distingués conjointement dans la catégorie « Automotive Structural Items » au cours du salon international JEC World 2016 dédié aux matériaux composites.

    Le modèle T Renault Trucks a été élu « Camion de l’année 2016 » en Pologne.

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 5

  • EN NOVEMBRE DERNIER, Volvo Trucks a lancé la campagne « Voir et être vu », un nouveau programme international de sensibilisation des usagers fragiles, à destination des jeunes (de plus de 12 ans) et des adultes.

    « Voir et être vu » doit montrer aux gens à quel point il est important de surveiller la circulation environnante et de se faire

    voir des conducteurs de poids lourds, de maintenir le contact visuel et de ne pas rouler trop près des camions et des autres véhicules.

    Cette campagne s’inscrit dans la continuité du programme international de formation à la sécurité routière à destination des enfants, baptisée « S’arrêter, Regarder, Faire signe ». Ces deux initiatives montrent

    comment évoluer en toute sécurité dans la circulation pour réduire les erreurs humaines.

    « Le trafic évolue rapidement de nos jours et il est essentiel de sensibiliser le plus de personnes possible aux risques afin de prévenir les incidents et les accidents », déclare Carl Johan Almqvist, Traffic and Product Safety Director chez Volvo Trucks.

    Nouveau programme de sécurité routière à destination des cyclistes

    Le professeur Carlos Nobre, un scientifique brésilien, a remporté le prix 2016 de l’environnement Volvo, au titre de ses efforts en vue de comprendre et de protéger l’Amazonie, un des écosystèmes les plus importants du monde, puisqu’il a un impact significatif sur la biodiversité et le climat du monde entier.

    Des études sur l’Amazonie récompensées

    PH

    OTO

     :G

    RO

    UP

    E V

    OLV

    O

    Volvo Bus vient de lancer la gamme de cars Volvo 9400 sur le marché indien. Ils seront produits à l’usine d’Hosakote et contribueront à leur tour au confort du transport en Inde.

    Nouvelle gamme Volvo Bus en Inde

    LES DERNIERS-NÉS DE LA NOUVELLE GAMME :Nouveau moteur 8 l pour le car de 12 m.Nouveau moteur 11 l qui se substitue au moteur 9 l pour le car de 13,8 m à plusieurs essieux.Le moteur a été mis à niveau pour se conformer à la législation indienne sur les émissions polluantes qui entrera en vigueur en avril 2017.

    PH

    OTO

     : R

    OB

    IN A

    RO

    N O

    LS

    SO

    N

    PH

    OTO

     : V

    OLV

    O B

    US

    introduction L ’ A C T U A L I T É I N T E R N A T I O N A L E D U G R O U P E   V O L V O

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 20176

  • L’INFORMATION est prépondérante dans le monde d’aujourd’hui et la compétence rédactionnelle est devenue essentielle. Quels sont les réflexes à adopter au moment de rédiger une note à un cadre, une proposition à un client, un manuel de formation ou une présentation ? Volvo Group Magazine a récapitulé quelques points clés de la rédaction professionnelle parus dans des ouvrages de référence.

    Faites un plan Mettez vos idées en ordre.

    Demandez-vous où vous souhaitez amener vos interlocuteurs à la lecture de votre courriel, de votre rapport ou de votre note. Le mieux est souvent de suggérer une solution en tête de page. En

    Pour faire passer vos idées, utilisez des formules simples et allez droit au but.

    commençant par l’idée maîtresse, vous faites gagner du temps à vos lecteurs et vous captez leur attention.

    Écrivez de façon compréhensible

    Les phrases compliquées et les mots longs risquent de perturber vos interlocuteurs. Faites des phrases courtes et allez droit à l’essentiel. Évitez le jargon, les acronymes et les mots alambiqués dans la mesure du possible.

    Mettez-vous à la place du lecteur

    Pensez au lecteur quand vous rédigez votre texte. Est-il clair et bien structuré ? Les phrases sont-elles courtes et directes ? N’hésitez

    pas à demander à un collègue de relire votre travail.

    Insérez un plan d’action La communication

    professionnelle sert généralement un objectif précis. Si vous avez un but, incluez un plan d’action. En d’autres termes, précisez ce que vous attendez de votre interlocuteur.

    Indiquez des avantages et non des caractéristiques

    Les avantages sont plus parlants pour les lecteurs. Les gens veulent savoir en quoi une solution pourra leur être utile. Quel intérêt les interlocuteurs ont-ils à mettre à niveau leur système informatique ? Ils ne seront peut-être pas sensibles aux subtilités techniques, mais peut-être plutôt séduits par ses avantages concrets.

    S’exercer pour s’améliorer La rédaction, cela s’apprend.

    Pour améliorer vos compétences, essayez de lire des supports bien rédigés tous les jours et faites attention aux mots choisis. 

    AMÉLIORER SES COMPÉTENCES RÉDACTIONNELLES

    Quelques conseils

    La compétence rédactionnelle est de plus en plus importante.

    ILL

    US

    TR

    AT

    ION

     : C

    OL

    OU

    RB

    OX

    LINA TÖRNQUIST

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 7

  • 90ans se sont écoulés depuis la première automobile Volvo fabriquée à l’usine de Lundby, à Göteborg, le 14 avril 1927. La production des camions et des bus a démarré l’année suivante, en 1928.Félicitations !

    RENAULT TRUCKS est partenaire du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies, qui utilise une unité mobile pour former les équipes africaines sur place à la maintenance des véhicules, du parc et à la gestion d’atelier.

    En transmettant son expertise technique, Renault Trucks contribue à garantir la mobilité du PAM et des véhicules, afin de

    l’aider à mener à bien sa mission : lutter chaque jour contre la faim dans le monde et secourir ceux qui en ont besoin, aussi isolés qu’ils soient.

    Le partenariat a commencé en 2012 et se termine en 2017. Les formations sur la gestion d’atelier et de parc sont donc actuellement dispensées à 120 collaborateurs du PAM sur le terrain.

    « L’expertise fournie par nos partenaires privés est essentielle, car elle nous permet d’aider un grand nombre de bénéficiaires. Nous sommes donc très fiers de compter sur Renault Trucks, qui est un de nos partenaires phares dans le secteur du transport », se félicite Marina Catena, directrice du PAM en France et à Monaco. 

    5 ans : durée du partenariat 16 sessions de formation 9 pays : République Démocratique

    du Congo, Ouganda, Soudan du Sud, Burundi, Rwanda, Ghana, Niger, Sierra Leone, Libéria

    190 collaborateurs PAM formés

    En 2015, le PAM est venu au secours d’environ 80 millions de personnes dans 80 pays et a distribué 3,2 millions de tonnes d’aide alimentaire.

    Tout cela grâce à l’infrastructure de l’organisation, qui compte 5 000 véhicules, 70 avions, 20 bateaux et 14 840 personnes.

    LE PARTENARIAT EN CHIFFRES

    LE PROGRAMME ALIMENTAIRE MONDIAL EN CHIFFRES

    PH

    OTO

    S :

    RE

    NA

    ULT

    TR

    UC

    KS

    Renault Trucks aide le PAM à lutter contre la faim

    Retrouvez plus d’infos sur Lundby aux pages 66–67.

    !

    introduction L ’ A C T U A L I T É I N T E R N A T I O N A L E D U G R O U P E   V O L V O

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 20178

  • VOLVO BUS A PRÉSENTÉ le plus gros châssis de bus au monde lors du salon FetransRio de Rio de Janeiro, au Brésil. Ce nouveau châssis bi-articulé, baptisé Gran Artic 300, fait 30 mètres de long et peut

    embarquer 300 passagers. Il a été spécialement mis au point au Brésil pour les systèmes BRT, ces réseaux de transport de grande capacité avec des bus qui circulent sur des voies dédiées.

    « Nous sommes les leaders des véhicules destinés aux systèmes de transport de grande capacité, aussi appelés BRT (Bus Rapid Transit) et nous venons de présenter le plus gros châssis de bus du monde.

    Ainsi, nous allons rendre le transport plus efficient, plus confortable pour les passagers, mais aussi améliorer la rentabilité des opérateurs », se félicite Fabiano Todeschini, Directeur de Volvo Bus Latin America.

    LE PLUS LONG BUS AU MONDE EST DE MARQUE VOLVO

    P

    HO

    TO :

    CA

    TH

    ER

    INE

    FA

    LC

    ON

    NE

    T

    IL NE PEUT PAS Y AVOIR de plus belle récompense pour l’équipe éditoriale que les commentaires des lecteurs. Nous vous remercions pour vos contributions !

    Nous nous sommes inspirés de vos propositions constructives ainsi que des résultats de l’enquête menée auprès des lecteurs fin 2015 pour faire du Volvo Group Magazine un support que nous espérons encore plus intéressant et pertinent pour tous ceux qui travaillent au sein du groupe Volvo.

    Un des changements de taille réside dans le fait que nous allons produire une édition au contenu identique pour tout le monde, dont le thème principal fera écho à la nouvelle stratégie du groupe. Nous avons aussi prévu un certain nombre de nouvelles rubriques. « Journée type » vous propose de suivre un collaborateur dans son quotidien à travers du texte, des photos et des horaires. « Pièces » constitue une étude détaillée d’un composant essentiel pour nos produits et nos clients. « Moments » revient sur un temps fort, quelque part dans le monde. La rubrique « Opinions » invite les collaborateurs à donner leur avis sur divers thèmes. Enfin, vous retrouverez notre questionnaire à la dernière page.

    Continuez à nous faire part de votre opinion sur notre magazine en nous envoyant un courrier électronique à l’adresse [email protected]

    A N N - M A R I R O B I N S O N ,

    R É D A C T R I C E E N C H E F

    Merci pour votre précieuse contribution !

    Des choses à apprendre des collègues françaisTRAVAILLER POUR une entreprise d’envergure mondiale comme le groupe Volvo, c’est avoir de multiples occasions d’apprendre les uns des autres. Chantal Metzler, opératrice de l’usine GTO de Gand, en Belgique, a demandé son transfert temporaire dans une autre usine du groupe Volvo.

    À la fin de l’année dernière, elle a rejoint les rangs de l’équipe d’assemblage GTO de Bourg, en France, pour apprendre de nouvelles choses et faire part de sa propre expérience. « J’ai commencé à travailler en 1994 et j’ai fait partie du tout premier groupe de femmes. Je m’intéresse beaucoup à l’amélioration continue et je voudrais contribuer à faire progresser

    nos méthodes de travail. Je peux me montrer critique, mais c’est parce que je suis sûre que l’on peut toujours faire mieux », explique Chantal Metzler.

    « Ce ne sont pas les défis qui manquent à Gand. On nous parle souvent de nous inspirer des bonnes pratiques ou des autres sites, mais on a rarement cette occasion quand on est opérateur. »

    Son supérieur à Gand, Maarten Van Vooren, a accueilli cette initiative avec enthousiasme. « Chantal va pouvoir travailler sur la chaîne d’assemblage et observer la démarche d’amélioration continue du point de vue d’un opérateur. Ainsi, les deux sites vont s’apporter mutuellement », explique-t-il.

    Chantal Metzler, opératrice de l’usine GTO de Bourg, France

    Vous retrouverez plus d’informations sur Chantal Metzler dans la prochaine édition du Volvo Group Magazine. !

    UN ŒIL SUR L A MONTRE

    L’entretien sous le soleilPour Volvo CE, l’entretien et les

    réparations s’effectuent souvent sur

    les sites des clients. Certains jours,

    près de la moitié de l’effectif de

    l’atelier Volvo CE de Singapour est

    dépêché sur le terrain.

     Le distributeur Volvo CE est à l’image de

    l’identité multiculturelle de Singapour, avec

    un personnel originaire de Birmanie, de

    Malaisie, de Chine, d’Inde et de Singapour.

    Le Singapourien Tan Kee Seng est l’un des

    techniciens les plus expérimentés dans l’équipe.

    Technicien machine depuis les années 1980, il a

    rejoint Volvo CE il y a trois ans.

    Son travail inclut toujours les réparations, mais

    également l’organisation des tâches dans l’atelier

    et la communication avec les clients.

    Son point fort : l’interaction avec les clients :

    « Je ne peux qu’encourager l’ouverture. Nous

    nous efforçons de faire preuve de transparence, et

    les clients apprécient », déclare-t-il.

    L’équipe de l’atelier a une attitude mature

    et constructive. « Les machines sont sans cesse

    modernisées, si bien qu’il faut rester à la pointe

    sur de nombreux aspects. Nos connaissances

    actuelles seront obsolètes demain. Mais nous

    apprenons les uns des autres. C’est là la force de

    notre atelier et de l’entreprise : nous partageons

    des informations et nous soutenons les uns les

    autres. »

    T E X T E L I N A TÖ R N Q U I S T

    P H OTO S SA M C H I N

    Technicien depuis près de 30 ans, Tan Kee Seng passe une grande partie de son t

    emps à coordonner les opérations de l’équipe de

    l’atelier. Ici, il discute des tâches à venir avec Niang Nai Nai, également technicien

    Volvo CE.

    20 h 36

    9 h 02

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1. 201738

    Réparation d’une transmission sur un tombereau articulé dans

    l’atelier en compagnie de Muthlingam Kanagaraj. Ce tombereau

    était en service 24 h/24 et une fuite est récemment apparue au

    niveau de la transmission.

    « Ce que j’aime dans mon travail, c’est sa diversité. Qu’il s’agisse

    de faire l’inventaire, de répondre aux clients ou d’effectuer les

    réparations, je ne m’ennuie jamais. »

    10 h 05

    Préparation des pièces et des consommables. Lorsqu’il se rend chez un

    client, Tan Kee Seng doit apporter tous les outils et toutes les fournitures

    avec lui : « Il est important de s’assurer que rien ne manque ».

    9 h 159 h 08

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1. 2017 39

    Le bloc-batteries est une composante

    essentielle du système de stockage de

    l’énergie (ESS) des autobus hybrides

    électriques. Il permet au véhicule de fonctionner

    en mode tout-électrique et alimente les

    consommateurs auxiliaires du véhicule. La

    batterie est chargée par des bornes de charge

    aux terminus et par récupération de l’énergie

    de freinage pendant la conduite.

    La tension nominale du bloc-batteries est

    de 650 V. Il pèse 360 kg pour un volume de

    350 dm³.

    L’énergie à l’intérieur du bloc-batteries est

    stockée de manière électrochimique dans

    les cellules de la batterie. Ces cellules sont

    interconnectées aux modules de cellules, eux-

    mêmes connectés aux blocs-batteries.

    Le bloc-batteries contient également des

    câblages et un faisceau, des dispositifs de

    sécurité, un système de gestion de la batterie,

    un système de connexion/déconnexion, des

    capteurs et un système de refroidissement

    qui maintient les cellules dans la plage de

    températures optimales.

    LES CONNECTEURS DE

    TENSION D’ENTRAÎNEMENT

    relient la batterie au véhicule.

    LE BOÎTIER DE PUISSANCE renferme

    toute l’électronique

    contrôlant le bloc-batteries.

    LE BOÎTIER DU MODULE

    contient les cellules de batterie.

    Bloc-batteriesLE COUPE-CIRCUIT

    MANUEL est un interrupteur de sécurité servant de

    mécanisme coupe-circuit

    supplémentaire lors

    de l’entretien du bloc-

    batteries.

    PH

    OTO

    S :

    RE

    N H

    ÅK

    AN

    LIN

    D

    pièces L E S O U C I D U D É T A I L

    53VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017

    moments I N S T A N T A N É S D U G R O U P E V O L V O

    PH

    OTO

     : P

    ER

    GR

    OT

    H

    « J’ADORE CET ENDROIT ! Les personnes, les différentes missions et notre façon de travailler... tout fonctionne si bien. On dirait que toutes les pièces du puzzle s’emboîtent à la perfection. »Hanna Widén est une technicienne qui vient de terminer sa qualification. Elle a suivi sa formation dans le cadre d’un cours pour apprenties destiné exclusivement aux femmes.Ce cours a été organisé par Wist Last & Buss, le plus grand distributeur privé pour Volvo Trucks et Volvo Bus dans les pays nordiques. La pénurie de techniciens poids lourds est un véritable problème dans toute l’industrie, et ce cours est une façon d’attirer davantage de femmes vers ce type d’emploi.

    14 H 08 CHEZ LE DISTRIBUTEUR WIST LAST & BUSS, VÄSTERÅS, SUÈDE

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 201762

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 9

  • Répartition des coûts pour les clients suivant les secteurs* :

    BESOINS DES CL IENTS

    DISTRIBUTIONLe salaire des conducteurs constitue un poste relativement coûteux, surtout sur les marchés plus matures.

    TRANSPORT LONGUES DISTANCESLe carburant est essentiel dans le secteur longues distances.

    CONSTRUCTIONLa construction se caractérise par une forte usure et la maintenance est donc cruciale.

    INDUSTRIE MINIÈREDans l’industrie minière, la clé, c’est la maintenance. Le financement a aussi son importance.

    AMORTISSEMENT

    PERSONNEL

    CARBURANT

    TAUX D’INTÉRÊTS ET FISCALITÉ SUR LES VÉHICULES

    RÉPARATION ET MAINTENANCE

    ADMINISTRATION

    * Les chiffres relatifs à l’industrie minière renvoient à l’exploitation d’une gravière. Les chiffres pour le transport longues distances et la distribution proviennent de Suède.

    LIVRAISON DE FLEURS EN SLOVÉNIE – à lire en page 24.

    POMPAGE DE BÉTON AUX USA – à lire en page 21.

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 201710

  • Qu’est-ce qui maintient nos clients éveillés la nuit ? La réponse dépend dans une

    large mesure de l’endroit où ils se trouvent dans le monde et de leur type d’activité.

    Partons à la rencontre de quatre clients pour découvrir leurs histoires respectives.

    LES ENJEUX CONCRETS DE NOS

    CLIENTS

    DANS LE MONDE ENTIER

    INDUSTRIE MINIÈRE EN INDE – à lire en page 20.

    LIVRAISON DE PAIN EN SUÈDE – à lire en page 24.

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 11

  •  Ce qui compte pour les clients dépend d’un certain nombre de facteurs, qui s’étendent de la tendance mondiale sur les différents secteurs d’activité à des contingences purement locales.

    Une bonne compréhension du client est donc un élément clé de la réussite du groupe Volvo.

    « Dans une entreprise multinationale aussi polyvalente que la nôtre, il faut commencer par se forger une connaissance précise des multiples usages que les clients font de nos véhicules », explique Philippe Divry, Senior Vice President, Group Trucks Strategy.

    Ayant travaillé pour le groupe Volvo dans diverses parties du monde, il a pleinement conscience de la complexité de notre activité. « Le propriétaire d’une entreprise de transport se soucie principalement du coût du carburant ou de trouver des conducteurs expérimentés, tandis que dans l’industrie minière, on privilégie la fiabilité et le temps de service. Un véhicule longues distances aux USA roule beaucoup plus vite et parcourt plus de distance qu’en Europe », explique Philippe Divry.

    Le groupe Volvo a toujours eu recours à l’analyse des données, à la business intelligence et mené des entretiens auprès de ses différents clients pour mieux comprendre les conditions de service. La concurrence se fait toutefois de plus en plus âpre et il devient essentiel de recueillir toujours plus d’informations sur les différents types d’opérations pour maximiser les performances.

    « Très souvent, quand un client se plaint d’une consommation de carburant excessive, nous dépêchons une équipe d’experts et nous constatons que quelques simples changements peuvent faire une différence de taille. Cela montre bien que même avec une technologie d’exception, il reste toujours des marges de progression, à partir du moment où l’on connaît suffisamment bien son client », explique Philippe Divry.

    Hillevi Pihlblad Rafidashti, Director Strategic Planning, Group Strategy, a côtoyé les clients sous différents angles pendant plusieurs années. Elle remarque que les choses évoluent rapidement et prennent un tour passionnant, même si le niveau d’exigence augmente. Pendant de

    BESOINS DES CL IENTS

    Hillevi Pihlblad Rafidashti et Philippe Divry occupent des fonctions stratégiques au sein du groupe Volvo.P

    HO

    TO:

    PO

    NT

    US

    JO

    HA

    NS

    SO

    N

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 201712

  • nombreuses années, tout tournait autour du coût total de possession, mais les clients sont de plus en plus sensibles à la productivité et aux moyens d’optimiser le chiffre d’affaires tout en minimisant les coûts.

    « La productivité a une incidence sur le résultat net de nos clients et offre des perspectives collégiales de création de valeur. Le groupe Volvo voue un réel intérêt à ses clients et nous avons tous conscience que leur réussite conditionne la nôtre », explique Hillevi Pihlblad Rafidashti. Les équipes commerciales et les Réparateurs Agréés se situent aux avant-postes. Leur connaissance de l’activité des clients est essentielle pour les aider à sélectionner les produits et les services les plus adaptés dans le portefeuille du groupe Volvo.

    « Le facteur humain constitue un vrai avantage concurrentiel. Le défi consiste dorénavant à communiquer encore plus efficacement ces connaissances de terrain dans l’ensemble de l’entreprise et à axer notre activité sur les clients plus que n’importe quel concurrent », explique Philippe Divry.

    CES CONNAISSANCES CONSERVENT-ELLES un intérêt dans un monde de plus en plus numérique ? « Le numérique, la connectivité et les « big data » peuvent vraiment contribuer à améliorer les opérations de nos clients à travers l’optimisation des charges, la maintenance prédictive, l’assistance au conducteur, la conduite assistée, etc. Nous pensons que la productivité va connaître des bouleversements majeurs au cours des prochaines années », dit Hillevi Pihlblad Rafidashti.

    Toujours selon Philippe Divry, le facteur humain continuera à occuper un rôle prépondérant dans le secteur des poids lourds, plus que dans les autres secteurs : « à la différence du secteur des véhicules légers, un propriétaire de camion rencontre fréquemment le commercial

    QUELLES SONT LES ATTENTES DES CLIENTS ?Six critères d’achat d’un poids lourd pour les clients :Quelles sont les opportunités d’augmentation du chiffre d’affaires ?LA PRODUCTIVITÉ a trait à l’utilisation efficace et efficiente de l’ensemble des ressources. Elle dépend de facteurs tels que les prix du transport, la vitesse moyenne, le kilométrage parcouru, le temps consacré aux activités autres que la conduite, la durée de conduite, la capacité de charge et son usage.

    Quel est le coût des arrêts imprévus ?LE TEMPS DE SERVICE désigne la part du temps pendant laquelle le véhicule est opérationnel (pleinement opérationnel ou prêt à remplir sa mission).

    Quelles sont les économies que l’on peut effectuer en réduisant la consommation de carburant ?LE RENDEMENT ÉNERGÉTIQUE se traduit en un maximum de kilomètres parcourus avec une consommation minimale de carburant et d’AdBlue.

    Quels sont les coûts et les conséquences d’un accident ?LA SÉCURITÉ consiste à prévenir les blessures ou les pertes (provoquées ou subies).

    Quel est le coût des actes criminels ?LA PROTECTION consiste à se prémunir contre le vol de véhicules, de carburant, de marchandises ou d’effets personnels.

    Quels sont les éléments déterminants du confort et des performances du conducteur ?L’ATTRAIT POUR LES CONDUCTEURS passe par la mise à disposition d’un bon environnement de travail et d’un espace de vie confortable pour attirer les meilleurs d’entre eux.

    Ces six types de besoins ont été identifiés grâce aux enquêtes menées auprès des clients Volvo Trucks.

    ou le directeur du distributeur et les véhicules se rendent régulièrement à l’atelier. Cela permet d’établir des relations de confiance dans la durée, parfois sur plusieurs générations. Le représentant local devient alors un conseiller à part entière. C’est un atout de taille alors même que nos clients sont sollicités par de nouveaux venus sur le marché », explique-t-il.

    « Nous pensons que le numérique va nous aider à servir nos clients encore plus efficacement dans certains domaines, et même à conquérir de nouveaux clients. Malgré tout, il ne pourra jamais se substituer à un partenaire local en qui l’on a confiance. Un commercial épaulé par les milliers de personnes de l’organisation du constructeur, qui s’efforcent en permanence de proposer ce qui se fait de mieux dans un univers complexe », admet Hillevi Pihlblad Rafidashti.

    Un leader mondial

    La compréhension approfondie de

    l’activité des clients est fondamentale

    pour faire du groupe Volvo le meilleur

    fournisseur de solutions de transport et

    le plus recherché au monde. Pour cela,

    le groupe se doit d’être numéro 1 de la

    satisfaction client pour toutes ses marque

    s

    dans leurs segments respectifs.

    La vision du groupe Volvo

    Être le meilleur fournisseur de solutions de transport et le plus

    recherché au monde.

    CALCULATRICES

    On utilise différents types de calculatrices au sein du groupe Volvo.

    Elles permettent notamment aux clients de connaître leur consommation de carburant et de voir en quoi ils peuvent améliorer leur rendement énergétique.

    Mieux connaître le coût total de possession est un bon moyen de booster la productivité.

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 13

  • BESOINS DES CL IENTS  :

    TR ANSPORT LONGUES D ISTANCES

    T E X T E

    L I N A TÖ R N Q U I S T

    P H OTO S

    G O J KO V U KOV- CO L I Ć

    Dans le secteur floral, le temps est compté. La société familiale Sigr Bizjak Transport est bien placée pour le savoir, puisqu’elle assure les liaisons entre les vastes marchés aux

    fleurs des Pays-Bas et 8 pays européens.

    LONG TRAJET – PLANNING SERRÉ

    Temps de service Sécurité Rendement

    énergétique

    POINTS CLÉS POUR BIZJAK TRANSPORT

    3

    14 VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017

  • C’est au petit matin que le premier chargement de fleurs arrive à Lubiana, en Slovénie, en provenance directe des marchés aux fleurs des Pays-Bas, à 1 250 km de là.

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 15

  • BESOINS DES CL IENTS  :

    TR ANSPORT LONGUES D ISTANCES

     Il est 6 h du matin, dans la banlieue de Lubiana, capitale de la Slovénie. Igor Trilar et son fils, Gasper, ont passé la nuit au volant d’un Volvo FH et arrivent tout droit des immenses marchés aux fleurs d’Aalsmeer aux Pays-Bas, à 1 250 km de là.

    Sitôt les portes de la remorque ouvertes, les œillets, tournesols et autres lys chatoyants sont rapidement déchargés en direction de l’entrepôt et des camionnettes de distribution locale.

    Tout va très vite, parce que le secteur floral n’admet pas le moindre retard.

    « Nous n’avons pas le droit à l’erreur », explique Rok Bizjak. Avec son père et son frère, il gère au quotidien Sigr Bizjak Transport, une entreprise familiale à forte croissance qui assure à elle seule 80 % du transport de fleurs en Slovénie et dessert également 8 pays voisins. Et

    son frère, Grega Bizjak, de préciser : « les fleurs commandées en Slovénie dans l’après-midi doivent arriver le lendemain des Pays-Bas. Nous avons 16 heures pour les livrer. À la moindre minute de retard, elles nous restent sur les bras. »

    Cela fait 80 ans que cette famille travaille dans la logistique, depuis que le grand-père de Rok et Grega Bizjak a acheté un Ford américain de 100 ch en 1936. Son entreprise a survécu à la Seconde Guerre mondiale et à l’éclatement de la Yougoslavie. Aujourd’hui, les Bizjak envisagent de s’étendre à l’international.

    Il n’en demeure pas moins que l’activité repose sur des partenariats privilégiés. Cela fait presque 40 ans que les Bizjak travaillent pour leur principal client, Gardenia. Ils n’ont pas lésiné sur la formation des conducteurs et les équipements de sécurité.

    Gasper Trilar et son père Igor aident à décharger la remorque. Gasper était cuisinier, c’est son père qui l’a convaincu de le rejoindre. Désormais, ils conduisent en binôme.

    16 VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017

  • Les fleurs sont fragiles et doivent être manipulées avec précaution tout au long de la chaîne pour arriver en bon état.

    SIGR BIZJAK TRANSPORT

    Année de création : 1936Nombre d’employés : 120Parc : 65 (35 Volvo Trucks)Activité : centralise 80 % du secteur floral en Slovénie et couvre également la Croatie, la Bosnie, la Serbie, le Kosovo, l’Autriche, l’Allemagne et la République tchèque.Livraisons : fleurs (80 %) mais aussi d’autres marchandises, parmi lesquelles la liqueur Jägermeister.Propriétaires : Aleksander Bizjak et ses fils, Grega et Rok. (L’activité est répartie dans plusieurs sociétés différentes.)Siège : Jesenice, en Slovénie, près de la frontière autrichienne.

    Dès qu’ils ont déchargé le véhicule, les employés du centre Gardenia doivent rapidement répartir les fleurs et préparer les camionnettes de distribution locale à Lubiana.

    Quelle est l’importance du facteur temps dans le secteur floral ?« QUAND NOS CLIENTS commandent des fleurs pour le lendemain, ils n’ont pas conscience que ces fleurs se trouvent encore aux Pays-Bas. Ils ne voient pas pourquoi elles ne sont pas disponibles le jour même. Et une fois les fleurs en transit, tout compte : la météo, la circulation, le moindre accident. Un retard de 5 minutes peut faire perdre 2 ou 3 h au client final lors d’une occasion importante, comme un mariage, des obsèques ou un événement d’entreprise. Il est essentiel que les livraisons soient effectuées à temps », conclut Druzhinina Poyuzhina Ksenia, Directrice de Gardenia. Druzhinina Poyuzhina

    Ksenia

    17VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017

  • BESOINS DES CL IENTS  :

    TR ANSPORT LONGUES D ISTANCES

    Le partenariat avec Volvo Trucks a débuté il y a 6 ans, lorsque Volvo Trucks a fourni un ensemble véhicule/carrosserie dans un délai record, intenable pour les concurrents. Le parc des Bizjak compte dorénavant 35 véhicules Volvo et l’an passé, l’entreprise n’a acheté que des véhicules de la marque.

    Les services Volvo Trucks ont joué un rôle clé dans la sélection du fournisseur. « Le service est un critère essentiel », admet Grega Bizjak. « Le service Volvo Trucks est absolument parfait en Slovénie, il n’y a rien à redire. Il y a une vraie écoute et Volvo Trucks est le seul constructeur à avoir une filiale locale, à la différence de ses concurrents. C’est un véritable partenariat. Nous avons coopéré, testé différents modèles et déterminé ce qui nous convenait le mieux. »

    Rok Bizjak gère le parc et les conducteurs. Il est sensible à l’aspect qualitatif des véhicules : « Nous en demandons beaucoup à nos conducteurs et nous devons donc leur fournir le meilleur matériel qui soit. »

    Le facteur coût prend une importance croissante pour l’entreprise des Bizjak. Lorsque les coûts et les salaires dans les Balkans étaient inférieurs au reste de l’Europe, les entreprises slovènes n’avaient aucun mal à proposer des tarifs très compétitifs. Mais cela n’est plus le cas, selon Grega Bizjak. « Nous devons être concurrentiels et parfois négocier à quelques centimes près pour remporter des contrats. Il nous faut des véhicules compétitifs qui consomment peu de carburant. »

    Pour fêter le 80e anniversaire de leur entreprise, les Bizjak ont commandé le tout nouveau Volvo FH16 750 et l’ont paré d’une signalétique spéciale.

    Ils l’ont confié à leurs deux meilleurs conducteurs. Il n’y a pas de favoritisme, même s’il y a des membres de la famille dans l’équipe, précise Rok. « Ce sont les conducteurs les plus sûrs qui ont les meilleurs véhicules. »

    « Nous en demandons beaucoup à nos conducteurs et nous devons donc leur fournir le meilleur matériel qui soit. »ROK B IZ JA K , RESP ONSA BL E DES V ÉH IC U L ES E T DES RESSOU RCES H U M A INES , S IGR B IZ JA K TR A NSP OR T

    Une histoire de familleSIGR BIZJAK TRANSPORT a 80 ans et les 2 actuelles générations de propriétaires ont grandi près des camions. Aleksander, le patriarche, a commencé à conduire à... 8 ans. Gravement brûlé, son père a dû cesser le travail pendant 1 an et ce sont Aleksander Bizjak et sa mère qui ont pris la relève en distribuant le courrier. Le binôme mère/fils a bénéficié d’une autorisation spéciale de la police. Aujourd’hui, les fils d’Aleksander, Grega et Rok, envisagent une expansion internationale. C’est une affaire de famille, mais nombre de collaborateurs et de conducteurs font désormais aussi partie de la famille. Il n’est pas rare que les couples conduisent en binôme chez Sigr Bizjak Transport, tout comme les duos père/fils. Le travail et la vie de famille sont indissociables, comme c’est souvent le cas dans les entreprises familiales : « il n’y a pas d’horaires fixes, nous travaillons à toute heure », explique Grega Bizjak avec un bref sourire.

    « Nous avons d’excellentes relations professionnelles avec la famille Bizjak et les autres collaborateurs de la société. Nous nous faisons totalement confiance et nous sommes même devenus amis », se félicite Janez Jugovic, Sales, Volvo Trucks, Slovénie.

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 201718

  • Deux générations : Aleksander Bizjak et ses fils, Grega et Rok, posent devant le siège de la société à Jesenice, en Slovénie, près de la frontière autrichienne. Les entreprises familiales comme celle des Bizjak sont les moteurs de l’économie slovène.

    Dans le secteur floral, la fraîcheur n’attend pas. Sur la criée aux fleurs d’Aalsmeer, là où la famille Bizjak se fournit en fleurs, les négociants jouent la montre. Ils n’ont que quelques secondes avant que les immenses lots de fleurs ne soient vendus et chargés dans les véhicules.

    L’an passé, Gaber Savs et Gasper Potocnik ont eu l’honneur de conduire le nouveau Volvo FH16 750 jusqu’aux Pays-Bas. Ce puissant véhicule n’est pas passé inaperçu. « De nombreux chauffeurs ont levé le pouce ou ont pris une photo avec leur portable sur notre passage. Il n’y a rien à redire sur ce véhicule. Il est génial ! »

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 19

  • BESOINS DES CL IENTS  : INDUSTRIE MIN IÈRE

    Des journées de travail de 22 heuresBGR Mining a commencé avec une simple pelle et quelques bennes. Aujourd’hui, c’est une des plus grosses sociétés minières de l’Inde et elle compte sur Volvo CE pour poursuivre son expansion.

    T E X T E L I N A TÖ R N Q U I S T P H OTO VO LVO C E

    BGR Mining est une entreprise qui mise sur un temps de service maximal. Les engins fonctionnent jusqu’à 22 heures par jour. Le siège est encore chaud lorsque l’opérateur suivant prend place.

     La société familiale BGR a signé son premier contrat d’exploitation il y a 27 ans. Aujourd’hui, c’est un des plus gros exploitants de l’Inde, avec plus de 1 000 bennes, 150 pelles et 7 000 collaborateurs répartis dans

    les différentes régions qui composent la ceinture minière de l’Inde.

    Presque 3 décennies de croissance qui s’expliquent par une gestion professionnelle axée sur une forte productivité : « ce sont les collaborateurs qui font la différence », explique B Umapathy Reddy, président-directeur général. « Nous faisons appel à des professionnels chevronnés. Nous veillons à bien les former et sommes attentifs à leurs salaires et à leurs conditions de logement ».

    BGR MINING POSSÈDE 57 pelles Volvo CE et 5 chargeurs sur roues disséminés sur ses différents sites, sans oublier un gros parc de plus de 440 modèles FMX et FM Volvo.

    BGR mise sur un temps de service maximal. Les engins fonctionnent jusqu’à 22 heures par jour. « Chacune des équipes travaille 8 heures et le siège est encore chaud lorsque l’opérateur

    suivant prend place », constate M.S. Vadali, Assistant General Manager Mining pour le compte de Volvo CE en Inde.

    Pour assister ses clients en Inde, Volvo CE doit faire preuve d’une grande souplesse de service et intervenir sur les engins au cours des rares heures où ils ne sont

    pas utilisés, mais aussi former tout le personnel, des opérateurs et techniciens aux superviseurs en passant par les cadres.

    « Notre personnel est compétent et c’est ce qui nous rend plus productifs que nos concurrents. Les engins Volvo CE offrent une foule de technologies innovantes et les opérateurs doivent être formés pour les exploiter au maximum », explique B Umapathy Reddy.

    La rentabilité constitue également un enjeu de taille. « En Inde, les clients sont extrêmement regardants sur les prix, mais ils attendent de la qualité, donc il faut être en mesure d’apporter une valeur ajoutée ». Sans compter que les relations sont essentielles : « ce sont les relations qui rapportent des contrats », explique M.S. Vadali.

    B Umapathy Reddy

    Productivité Rentabilité Temps de service

    POINTS CLÉS POUR BGR MINING

    3

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 201720

    BGR MINING

    Société : BGR Mining and Infra Private LimitedAnnée de création : 1990Nombre d’employés : 7 000Parc : 50 pelles hydrauliques Volvo EC480DL, 7 pelles sur chenilles EC750DL et 5 chargeuses sur pneus Volvo L150G, sans oublier plus de 40 modèles Volvo FMX et FM.Activité : enlèvement des parties déblayées et extraction de charbon.Siège : Hyderabad, Inde

  •  La majorité des véhicules Mack utilisés par la société Brundage-Bone, la plus grosse entreprise de pompage de béton au monde, sont la plupart du temps suspendus à mi-hauteur.

    Ils sont équipés de pompes à béton et interviennent sur des infrastructures inaccessibles aux bétonnières classiques, notamment des bâtiments de grande hauteur, des stades ou des ponts.

    Les véhicules sont maintenus par 4 stabilisateurs en cours de pompage. Une partie ou la totalité des pneumatiques ne touche donc pas le sol. L’équipement de pompage est alimenté par le moteur du véhicule qui tourne à 1 700 tr/ min.

    Il s’agit d’un environnement de travail extrême, qui correspond à une classification pire que l’environnement dit « sévère » qui figure dans les manuels de service.

    Un des TerraPro Cabover Mack de Brundage-Bone équipé d’une pompe à béton. Le véhicule est maintenu par quatre stabilisateurs. La pompe est alimentée par le moteur du véhicule qui tourne à 1 700 tr/min. Le véhicule subit d’énormes contraintes du fait de sa position.

    Des véhicules qui doivent résister à des contraintes extrêmes, à des substances corrosives et offrir des charges utiles maximales : Brundage-Bone a porté son choix sur Mack.

    T E X T E L I N A   TÖ R N Q U I S T P H OTO S PAU L H A RT L E Y E T B RU N DAG E - B O N E CO N C R E T E P U M P I N G

    UN ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL EXTRÊME

    Temps de service Qualité des véhicules Agrément au volant

    POINTS CLÉS POUR BRUNDAGE–BONE

    3

    BESOINS DES CLIENTS : CONSTRUCTION

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 21

  • BESOINS DES CL IENTS  : CONSTRUCTION

    La position du véhicule provoque des contraintes inédites au niveau de la suspension, de la direction et de la plupart des composants. Le béton est abrasif et use les composants avec lesquels il entre en contact, alors même que les véhicules sont chargés au maximum.

    « Il n’y a pas de chargement ou de déchargement de cargaison. Les véhicules sont au maximum de leurs capacités chaque heure et chaque kilomètre », explique Bruce Young, président-directeur général de Brundage-Bone Concrete Pumping.

    Le temps de service est donc essentiel. Les équipements de pompage sont rares, hautement spécialisés et très onéreux.

    « Il faut prévenir les immobilisations, car les solutions de secours sont limitées, même pour un simple véhicule », constate Bruce Young.

    Brundage-Bone a besoin de solutions sur mesure pour son parc, qui compte plus de 500 véhicules. La pression de poussée du béton, par exemple, est tributaire de la puissance du moteur du véhicule. C’est pourquoi même les

    « Les véhicules sont au maximum de leurs capacités chaque heure et chaque kilomètre ».BRUCE YOU NG , PRÉS IDENT- D IRECTEU R GÉNÉR A L DE BRU NDAGE– BONE C ONCRE TE PU M PING

    véhicules de petits gabarits sont équipés de gros moteurs.

    Comme les véhicules interviennent en différents points des États-Unis, ils doivent s’adapter à des climats froids, mais aussi à certaines des législations les plus drastiques en matière de poids.

    De son côté, Mack Trucks a investi massivement dans des solutions de disponibilité sur mesure pour le secteur de pompage du béton.

    Pour ce qui est des véhicules, Mack Trucks a collaboré avec Brundage-Bone afin de trouver des solutions spéciales pour optimiser la fiabilité et la charge utile. Parallèlement, Mack Trucks propose des services et une assistance dédiés au secteur de pompage du béton. L’assistance est assurée par des professionnels expérimentés dans le secteur du béton. L’équipe utilise le système télématique Mack Trucks GuardDog Connect pour suivre à distance l’état des véhicules.

    Plutôt que de perdre du temps à informer les distributeurs locaux des besoins, des objectifs et des informations de garantie, les ventes et l’assistance Brundage-Bone sont centralisées au plan national, tandis que le SAV est confié aux 50 distributeurs Mack répartis sur le territoire américain.

    BRUNDAGE-BONE FAIT confiance à Mack depuis sa création voilà bientôt 3 décennies. La société a eu beau tester d’autres marques au fil des années, elle revient systématiquement vers Mack.

    Les 450 véhicules de pompage de béton de Brundage-Bone sont pour la plupart des modèles Mack TerraPro Cabover. Brundage-Bone ayant décidé d’étendre son activité au recyclage du béton à travers son département Eco-Pan, elle a dû diversifier son parc.

    L’activité de recyclage du béton fait appel à 60 véhicules à plate-forme Mack Granite avec flèche articulée, dont la configuration a été mise au point par Mack et le client afin de maximiser la charge utile.

    Brundage-Bone est en train d’équiper son parc du mDRIVE en vue de recruter et de fidéliser des conducteurs. Car même si la fiabilité au quotidien constitue le principal critère de sélection des véhicules, l’environnement de travail offert par le véhicule prend de plus en plus d’importance.

    « Nous sommes de plus en plus attentifs au confort du conducteur », confesse Bruce Young.

    Bruce Young, président-directeur général, a fait confiance à Mack Trucks pour bâtir une des plus grosses entreprises de pompage de béton au monde.

    Les véhicules Brundage–Bone interviennent sur

    des infrastructures inaccessibles

    aux bétonnières classiques, parmi

    lesquelles des bâtiments de grande hauteur, des stades

    ou des ponts.

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 201722

  • Le parc de Brundage–Bone se compose de toute une gamme de véhicules aux spécifications variées avec 2, 3, 4, 5 et 7 essieux. Nombre de modèles de gros gabarit sont même équipés de roues arrière directionnelles.

    BRUNDAGE–BONE

    Société : Brundage–Bone Concrete PumpingAnnée de création : 1983Nombre d’employés : 750Parc : les 450 pompes à béton Brundage-Bone sont pour la plupart montées sur des Mack TerraPro Cabover. La division Eco-Pan utilise 60 véhicules à plate-forme Mack GraniteActivité : la société, créée par Jack Brundage et Dale Bone, est désormais présente dans 20 états. Elle a aussi mis en place une activité de recyclage de béton baptisée Eco-Pan. En août 2014, Peninsula Pacific Strategic Partners a racheté Brundage-Bone et Eco-Pan.Siège : Denver, Colorado, USA

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 23

  • BESOINS DU CL IENT  : D ISTR IBUT ION

     Polfärskt est le deuxième plus grand distributeur de produits boulangers de Suède. Chaque semaine, les 270 distributeurs commerciaux de l’entreprise livrent du pain et des biscuits dans quelque 2 500 épiceries partout dans le pays.

    L’entreprise garantit des livraisons dans les trois heures. Un fonctionnement irréprochable de chaque véhicule est donc indispensable.

    « Il est tout à fait crucial que le service soit rapide et efficace, et que les délais annoncés en atelier soient respectés. La qualité du service est la seule raison qui nous a poussés à choisir des camions d’une marque concurrente dans certains endroits de Suède », explique Hans Jacobson, Directeur général de Polfärskt Bröd AB.

    Cliente de Volvo Trucks depuis 2006, l’entreprise achète chaque année entre 20 et 25 véhicules neufs. La plupart d’entre eux sont financés par location opérationnelle auprès de VFS Nordic. Pour Hans Jacobson, les solutions de financement proposées ont été déterminantes dans le choix d’un fournisseur de véhicules neufs, qui sont son deuxième pôle de dépenses après son personnel.

    « Cette formule permet d’éviter les mauvaises surprises, car nous connaissons précisément le coût de chaque véhicule. La consommation de carburant joue également un rôle important, qui va encore s’intensifier à l’avenir. Sur ce point, tout ne se limite pas au coût. Ce qui importe, ce sont les émissions que le véhicule génère », précise Hans Jacobson.

    Polfärskt s’est fixé des objectifs ambitieux sur le

    Les exigences environnementales de Polfärskt sont très hautes concernant son parc de véhicules, l’entreprise s’étant fixé comme objectif de passer intégralement à l’énergie renouvelable d’ici 2022.T E X T E L I N DA S WA N B E RG P H OTO S S Ö R E N H Å K A N L I N D

    Livraison express

    Polfärskt dispose de 31 terminaux en Suède et garantit une livraison en magasin dans les trois heures. Lisa Johansson fait partie des 270 distributeurs.

    Produit Service Solutions de

    financement

    POINTS CLÉS POUR POLFÄRSKT

    3

    24 VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017

  • plan environnemental. La location permet à Polfärskt de tirer un meilleur parti des dernières technologies, un facteur important en matière de durabilité. Conformément à la nouvelle stratégie de Polfärskt sur les carburants, toutes les

    opérations passeront à l’énergie renouvelable d’ici 2022 au plus tard, à condition que la transition ne compromette pas le niveau de qualité ni la viabilité des activités de l’entreprise.

    « Avec Volvo Trucks, nous avons testé des carburants renouvelables comme le RME et le HVO. Nous avons désormais défini un plan de déploiement du HVO et j’ai bon espoir qu’il aboutira. Parallèlement, je suis persuadé que l’électricité fera partie intégrante de la solution

    et nous attendons beaucoup de Volvo Trucks sur ce point. Nous suivons naturellement d’autres constructeurs dans ce domaine », avertit Hans Jacobson.

    POUR POLFÄRSKT, TROUVER des employés qualifiés est aussi un réel défi. Les distributeurs doivent être à la fois conducteur et commercial. La nouvelle réglementation sur les permis de conduire complique encore la recherche de conducteurs expérimentés. « La passion pour les poids lourds ne suffit pas. Les conducteurs doivent également vouer un fort intérêt pour la vente et le contact avec les clients. Avec la nouvelle réglementation sur les permis de conduire, nous devons en outre opter pour des véhicules plus compacts », explique Hans Jacobson.

    Hans Jacobson

    PH

    OTO

    S :

    HA

    NN

    ES

    OJE

    NS

    A

    POLFÄRSKT

    Distributeurs de pain : 270Parc : 280 véhicules, dont 170 Volvo Trucks.Activités : Polfärskt distribue six marques de pain et de biscuits dans quelque 2 500 épiceries dans différentes régions de Suède.Siège : Lindome, Suède

    25VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017

  • ENTRE T IEN

    3 VALEURS FONDAMENTALES

    TRANSPARENCE , CONFIANCE ET PASSION

    « Je crois que la passion déchaîne tout l’éventail des émotions : on peut

    être aussi incroyablement heureux que terriblement fâché et déçu quand les choses vont de travers. »

    En octobre 2016, Lars Stenqvist a endossé les fonctions d’Executive Vice President de Group Trucks Technology et de Chief Technology Officer pour le compte du groupe Volvo. En sa qualité de GTO, il doit veiller à ce que toute l’équipe de Recherche et Développement collabore efficacement à l’échelle du groupe.

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 201726

  •  LARS STENQVIST ÉTAIT plus que prêt quand il a rencontré l’équipe du Volvo Group Magazine dans le bâtiment GC de Lundby, à Göteborg. Il s’est prêté à l’entretien avec enthousiasme et décontraction,

    plaisantant avec le photographe et les collègues de passage.

    Quelles ont été vos premières impressions ? Avez-vous été surpris par une chose ou une autre ?

    « Mes impressions sont clairement positives ! Tout le monde m’a réservé un accueil chaleureux. S’il y a une chose qui m’a fait réagir, c’est la taille. C’est une société d’envergure mondiale avec des produits étudiés pour s’adapter aux contraintes locales. On ne peut que s’incliner devant la complexité des activités du groupe. Parallèlement, sa taille et sa diversité sont propices aux synergies. Je pense que le groupe a fait un travail fantastique, sans doute plus efficace qu’on ne le pense. »

    Quelles sont les attributions d’un Chief Technology Officer ?

    « En fait, ma fonction est double. Je dirige GTT et je suis également le CTO du groupe. À ce titre, je dois veiller à ce que toute

    l’équipe de Recherche et Développement collabore efficacement, mais je sens une réelle envie de coopérer plus avant. »

    Que pensez-vous des nouveaux domaines technologiques dans l’automobile ?

    « En premier lieu, je tiens à signaler que ces technologies viennent s’ajouter à celles que nous avons déjà. Les gens pourraient s’imaginer que la technologie que nous proposons actuellement est obsolète et qu’il n’y aura plus que des technologies nouvelles à l’avenir. Ce n’est pas si simple. Nous devons en effet continuer à faire progresser nos technologies classiques, comme les moteurs à combustion, car elles vont équiper nos véhicules pendant de nombreuses années encore. »

    « L’électrification ne cesse de prendre de l’ampleur dans divers secteurs. Elle est déjà d’actualité dans les autobus urbains, par exemple. Pour ce qui est des camions, je crois que le segment de la distribution sera le premier à évoluer, notamment dans les zones vertes. L’électromobilité va aussi s’inviter graduellement dans les réseaux fermés, comme les aéroports et les ports, où la recharge est moins problématique. C’est une occasion unique de réutiliser ce que nous avons déjà mis au point pour les autobus. »

    « La connectivité est déjà là. En notre qualité de structure de développement, nous avons tout

    Répondre aux attentes des clients en matière de qualité : c’est une des priorités de Lars Stenqvist, nommé à la tête

    de Group Trucks Technology à la veille d’une période clé sur le plan technologique.

    T E X T E A N N - M A R I RO B I N S O N P H OTO P O N T U S J O H A N S S O N

    UN NOUVEAU CAPITAINE AUX COMMANDES

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 27

  • UD TRUCKS

    référence, mais se retrouver dans une salle de conférence ne suffit pas. Il vaut mieux que les ingénieurs passent plusieurs heures aux côtés des conducteurs pour se faire une vue globale.

    Rendre visite au client et collecter des informations de première main en cas de défaut est essentiel et précieux. La qualité est le premier critère d’achat d’un client. »

    Le niveau de qualité du groupe est-il suffisant ?« Nos clients sont en droit d’en attendre plus

    en termes de solutions techniques et de rapidité de résolution des problèmes. En fait, nous sommes plus performants que nous ne le laissons penser. »

    Quels sont les changements requis ?« Avant tout, quand nous sortons un produit,

    nous devons nous assurer qu’il est conforme à nos exigences et à celles de nos clients. Et si nos clients rencontrent des problèmes, nous devons être attentifs à notre tournure d’esprit et nos méthodes d’encadrement, car elles ont une vraie incidence sur les délais de traitement. Il ne faut jamais laisser un problème en l’état. Nous avons une marge de progression dans ces deux domaines. »

    à gagner à multiplier les données opérationnelles, afin de mettre au point des services permettant à nos clients de mieux utiliser leurs véhicules. Cependant, la cybercriminalité est une réelle menace et nous devons nous y atteler. »

    « L’automatisation s’est déjà invitée à bord des véhicules, à travers les systèmes d’alerte et les régulateurs de vitesse. Je pense que les premières applications d’automatisation totale ne vont pas tarder à faire leur apparition dans des milieux clos comme les mines. »

    À quel point le groupe Volvo est-il paré à faire face ?

    « Nous sommes bien armés face à nos concurrents. Notre expérience à la mine de Boliden en 2016 a brillamment démontré que l’automatisation fonctionne en conditions réelles. Mais nous avons encore beaucoup à apprendre. C’est un domaine inexploré, une technologie nouvelle et une expertise à acquérir. »

    Quel est le rôle du client chez GTT ?« Le client a un rôle central et je pense que

    notre structure peut aller encore plus loin pour approfondir la relation client. Les ingénieurs rencontrent régulièrement des clients de

    Lars Stenqvist discute avec Martin Solevid, Richard Blom et Maja Stålrud dans les locaux de GTT à Lundby. Il est enthousiasmé par la synergie entre technologie et intelligence des collaborateurs. « C’est un défi d’intervenir dans ce domaine en tant que responsable, mais quand tout s’associe à merveille, c’est fantastique. »

    GROUP TRUCKS TECHNOLOGY (GTT)

    Le département du groupe Volvo en charge de la recherche et du développement

    7 000 personnes affectées à diverses marques et rattachées à des équipes internationales

    Présente dans les sites en Suède, en France, aux USA, en Inde, au Brésil, en Australie et au Japon

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 201728

  • « La qualité est le premier critère d’achat d’un client. »

    Quelle va être la politique de GTT en matière d’amélioration continue ?

    « Ce ne sont pas les opportunités qui manquent. Il vaut mieux apporter de petites améliorations aux produits en permanence plutôt que les rassembler dans un grand projet. Cela permet de réduire les risques de rupture de qualité et les délais de livraison. Nous ne devons pas nous contenter de développer un produit que nous lancerons dans 4 ou 5 ans. Nous devons aussi améliorer continuellement les produits et les services que nous vendons actuellement, mais aussi ceux de demain ou de l’an prochain. Mon rôle, et celui de l’organisation, consiste à optimiser le rendement des investissements que le groupe consacre à la recherche et au développement. »

    Quel est le principal critère d’un bon encadrement ?

    « C’est la transparence, car c’est difficile de faire son travail sans avoir toutes les clés en main. Je crois aussi qu’il faut se montrer responsable et agir en tant que capitaine. On peut comparer les apports de GTT au transport d’un chargement d’un point à un autre. On peut avoir une météo clémente ou un terrible orage, mais la cargaison et l’équipe doivent arriver sains et saufs, en

    temps et en heure. Je me vois un peu comme le capitaine de GTT. C’est une métaphore, mais on peut aussi discuter des attributions et des éléments dont les chefs de projet ou d’équipe ont besoin pour se sentir, eux aussi, maîtres à bord. »

    Pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours ?

    « J’ai étudié à la Chalmers University of Technology de Göteborg et j’ai postulé à un stage auprès du groupe Volvo, mais il ne prenait alors pas de stagiaires à l’époque, crise financière oblige. Subitement, un autre constructeur de poids lourds en Suède a fait savoir qu’il cherchait des stagiaires. On peut donc dire que la procédure de recrutement s’est prolongée, puisque j’ai décroché un poste 24 ans plus tard ! » 

    LARS STENQVIST

    Études :Master de techniques industrielles de la Chalmers University of Technology, GöteborgCarrière :1992-2007 : divers postes d’encadrement chez Scania2007-2015 : SVP Vehicle Definition R&D Scania2015-2016 : responsable R&D et CTO chez Volkswagen Truck & BusDepuis octobre 2016, EVP GTT et CTO du groupe Volvo

    Lars Stenqvist est né en 1967 à Mariestad, en Suède. Il est marié, il a 3 enfants et 2 chiens. Il pratique le ski, le footing et la natation.

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 29

  •  TEAM, le projet de l’UE qui vient de s’achever, a utilisé la connectivité dans diverses situations de conduite pour renforcer la sécurité. Le projet TEAM (Tomorrow’s Elastic Adaptive Mobility) s’est déroulé de novembre 2012 à octobre 2016 avec la participation de 27 partenaires, dont le groupe Volvo. Il visait à montrer comment les conducteurs, les voyageurs et les gestionnaires d’infrastructure pouvaient être connectés pour former un réseau collaboratif unique. L’objectif ultime du projet TEAM est de réduire le nombre d’accidents mortels sur la route au sein de l’UE grâce à des dispositifs variés, des smartphones aux feux de circulation, en passant par les informations embarquées.

    Rafael Basso, Senior Researcher, était chef de projet pour le groupe Volvo. « Nous nous concentrons à présent sur les

    La numérisation ouvre la voie à de nouveaux services et solutions et peut améliorer considérablement les processus et les produits. Comme l’a démontré le projet TEAM, les systèmes de transport intelligents peuvent sauver des vies.

    NUMÉRISATION

    PH

    OTO

    S :

    VO

    LVO

    GR

    OU

    P T

    EC

    HN

    OL

    OG

    Y P

    LA

    N

    TECHNOLOGIE

    T E X T E A L A S TA I R M AC D U F F

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 201730

  • systèmes de transport intelligents de deuxième génération. Nous avons surtout participé à l’extension de la forme actuelle de la régulation automatique de la vitesse en faisant communiquer les véhicules entre eux. Ce point, ainsi que d’autres

    types de conduite collaborative qui optimisent la sécurité et le rendement, méritent d’être approfondis. »

    Le projet TEAM a mis en lumière un autre domaine passionnant : les infrastructures routières collaboratives. En reliant des véhicules connectés aux panneaux de signalisation via une technologie sans fil et un cloud dédié, il est possible de partager des

    informations susceptibles d’optimiser la sécurité et l’efficacité du trafic. « La connectivité offre une multitude de possibilités pour fluidifier la circulation et surtout pour réduire le risque d’accidents », indique Rafael Basso.

    POUR LUI, le projet TEAM a été une véritable réussite. « La technologie est disponible. Du fait du grand nombre de parties prenantes et de systèmes impliqués, les choses risquent de prendre du temps, mais nous sommes bien placés pour répondre à la demande. Il est désormais impératif d’obtenir l’engagement des autorités correspondantes concernant le déploiement de la technologie », déclare Rafael Basso.

    Quelles sont les principales tendances en matière de technologie ?MB : « L’automatisation, la numérisation et les nouvelles technologies de rendement énergétique sont trois domaines clés qui s’influencent mutuellement. Par exemple, la numérisation rend l’automatisation des véhicules possible. »

    AK : « Ce sont des domaines très vastes, et dans une certaine mesure, il sera nécessaire de développer des solutions technologiques en parallèle. S’il couvre plusieurs types de carburant, le rendement énergétique dépend également de l’aérodynamique. »

    Comment cela affecte-t-il les employés du groupe Volvo ?AK : « Cela nous affecte tous, que nous travaillions dans l’entretien, le développement de produits ou de technologies, la fabrication ou la vente. C’est pourquoi il est important que chacun connaisse les principales tendances. Pour vous y aider, une synthèse du Volvo Group Technology Plan est disponible sur Violin. Elle fournit un aperçu de l’approche du groupe Volvo concernant ces opportunités et ces défis. »

    Comment se positionne le groupe Volvo en termes de développement des technologies du futur ?MB : « Nous avons une vision sur le long terme et occupons les avant-postes. La grande taille de notre organisation est un avantage, car elle nous permet d’anticiper et de trouver des synergies. Il devient en outre de plus en plus important d’être un bon partenaire afin de pouvoir collaborer avec d’autres sur des projets différents. »

    L’automatisation, la numérisation et le rendement énergétique ont été identifiés

    comme des domaines clés dans le Volvo Group

    Technology Plan. Rencontrez certaines des équipes

    qui sont les moteurs du développement.

    M IC HAE L BALTHA SAR E T AN N -SOF I K AR L SSON SONT C OORDIN ATEU RS P OU R

    VOLVO GROU P TECHNOLOGY PL A N

    Rafael Basso

    PHOTOS  : CHRISTER EHRLING

    Retrouvez plus d’infos sur l’électromobilité pages 42-53.!

    TENDANCES pour façonner l’avenir3

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 31

  • TECHNOLOGIE

     Le développement de l’avertisseur de collision avec freinage d’urgence est considéré comme central dans le travail à venir du groupe Volvo en matière d’automatisation. Lancé en 2012 conjointement à la commercialisation du nouveau Volvo FH, il a fait l’objet d’une mise à jour en 2015. Ses développeurs travaillent actuellement sur un système de nouvelle génération avec des fonctionnalités avancées et une couverture internationale.

    L’équipe de développement du système de sécurité est basée à Group Trucks Technology à Göteborg, en Suède, et certains de ses membres travaillent ensemble depuis près de dix ans, à des postes différents. Mathias Theander est avant tout responsable du développement logiciel de la solution. « La vision d’un système de freinage d’urgence automatisé remonte à 2008. Nous avons commencé de travailler avec les fournisseurs des capteurs à cette époque. Ces capteurs sont la principale source d’informations pour déterminer la gravité d’une situation. Ils jouent un rôle central à cette fin, ainsi que dans tout autre système d’automatisation. »

    D’après Agneta Sjögren, Technical Specialist, l’ajout de fonctionnalités supplémentaires et l’intégration de nouveaux logiciels seront essentiels pour assurer la réussite de ce type de technologie de sécurité de pointe. « Le rôle du conducteur change et devient plus passif. Il est donc nécessaire d’introduire de nouvelles fonctions automatisées qui renforcent la sécurité du trafic. Nous avons par exemple travaillé sur la direction automatique parallèlement à la prévention des collisions. »

    Achim Beutner est Senior Research Project Manager. « Pour l’instant, nous savons que nous dépassons les exigences légales en matière de sécurité. Toutefois, comme les systèmes automatisés évoluent sans cesse, le reste des

    technologies déployées dans les véhicules doit suivre la cadence. Notre objectif est de conserver une approche globale qui peut être adaptée à des marchés différents. »

    Le Technology Plan identifie l’automatisation au service de la sécurité comme un domaine prioritaire. Pour Mathias Theander, « il faut définir une stratégie commune. Le timing est crucial. Tout est disséqué, de l’adaptation des interfaces à l’interconnexion des systèmes pour améliorer la fonctionnalité. De nouvelles fonctions sont en cours de développement en parallèle. Tout réside dans l’anticipation et une approche méthodique. »

    Dans le même temps, le développement des technologies du groupe Volvo en matière de véhicules automatisés poursuit sa dynamique. « Nous travaillons désormais sur un système de nouvelle génération qui proposera des fonctionnalités avancées basées sur des composants optimisés et plus économiques », précise Achim Beutner. « Tout cela permettra au groupe Volvo d’étendre sa part de marché et d’accroître sa présence dans le monde. »

    Le développement de l’automatisation touche tous les aspects du transport. Celle-ci est déterminante pour répondre aux attentes des clients. L’avertisseur de collision est un parfait exemple de solution d’automatisation réussie.

    AUTOMATISATION

    La vision du freinage automatisé remonte à 2008. Depuis, la technologie n’a cessé d’évoluer.

    AVERTISSEUR DE COLLISION AVEC FREINAGE D’URGENCE

    Le système s’appuie sur deux capteurs : le radar évalue la distance et la vitesse des véhicules qui précèdent, tandis que la caméra fournit des informations sur le type de véhicule.

    Le conducteur est alerté par un témoin rouge, puis par un avertisseur sonore si le véhicule se rapproche trop du véhicule qui le précède. En l’absence de réaction du conducteur, le freinage d’urgence intervient.

    T E X T E A L A S TA I R M AC D U F F

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 201732

  • OvidErum, quiae si optatem eat quo moloren deliquis eat. Gia dolupta as dio tem et quissitatus nos seditiis quamus adicimo lorate quatia ur

    Agneta Sjögren, Achim Beutner et Mathias Theander travaillent ensemble depuis près de dix ans, à des postes différents.

    L’avertisseur de collision avec freinage d’urgence est considéré comme une étape clé dans le travail du groupe Volvo dans les domaines de l’automatisation et de la sécurité.

    PH

    OTO

    S :

    RO

    BIN

    AR

    ON

    OL

    SS

    ON

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 33

  • TECHNOLOGIE

    L’écoulement de l’air autour du véhicule est simulé dans une soufflerie virtuelle. Les outils de simulation offrent d’excellentes opportunités d’analyse et ont été largement utilisés pour développer le Volvo Concept Truck.

    Les propriétés aérodynamiques du véhicule sont testées en soufflerie. Seules quelques installations d’essai au monde peuvent accueillir un poids lourd à taille réelle. La photo a été prise dans la soufflerie NRC d’Ottawa au Canada.

    Jörgen Rydén, Ulrika Ohlsson, Anders Tenstam et Ismail Ovacik échangent sur les différentes options de conception.

    PH

    OTO

    S :

    CH

    RIS

    TE

    R E

    HR

    LIN

    G

    ILL

    US

    TR

    AT

    ION

     : A

    ND

    ER

    S T

    EN

    STA

    M

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 201734

  • L’optimisation du rendement énergétique est l’un des grands défis de l’humanité. C’est aussi une priorité absolue pour le groupe Volvo, mobilisant de nombreuses équipes sur de nouvelles solutions dans des domaines comme les chaînes cinématiques, les carburants et la conception, comme en attestent notamment les progrès réalisés en matière d’aérodynamisme.

     L’aérodynamique étudie les déplacements et les interactions de l’air avec la carrosserie des véhicules. Une équipe GTT de Göteborg travaille depuis cinq ans sur divers projets de conception aérodynamique, et a présenté en mai 2016 le Volvo Concept Truck. En modifiant l’ensemble tracteur-remorque, l’efficacité aérodynamique a augmenté de 40 %. Ces avancées, alliées à des améliorations de la chaîne cinématique et à une réduction de la résistance au roulement, ont

    permis de réduire la consommation de 30 %.

    Pour y parvenir, l’équipe est intervenue dans de nombreux domaines en s’appuyant sur les différents concepts inhérents à l’aérodynamisme. D’après Anders Tenstam, Technology Specialist chez GTT, cette approche s’est révélée la mieux adaptée pour obtenir de bons résultats. « Nous cherchions initialement à développer un véhicule spécifique. Grâce à des fonctionnalités supplémentaires, nous sommes toutefois parvenus à créer une solution complète pour le secteur longues distances. La technologie Virtual Development a joué un rôle important au cours du projet. Le recours à un cadre numérique a véritablement accéléré le développement. »

    La synergie entre l’ingénierie et la

    conception ne fait aucun doute pour l’équipe. Les petits détails sont importants, tout comme les avancées minimes dans une multitude de domaines. « En travaillant de façon plus approfondie sur la conception et en optimisant la forme, nous pouvons créer un concept Volvo viable pour l’avenir. La fonctionnalité et le rendement énergétique peuvent transparaître dans la conception d’un véhicule », déclare Ismail Ovacik, Chief Designer Exterior.

    La réussite du véhicule concept souligne l’importance du recoupement entre les projets et les différents domaines de spécialisation, explique Ulrika Ohlsson, Group Manager Cab Exterior : « Le processus d’ingénierie avancé implique de travailler sur des projets différents et de déterminer leur viabilité, leur rentabilité et leur aptitude à la production. Les projets doivent atteindre un certain niveau de maturité avant d’être progressivement introduits dans d’autres projets. »

    LE TRAVAIL ACTUELLEMENT réalisé par l’équipe en charge de l’aérodynamisme reflète l’engagement du groupe Volvo pour un futur automatisé. « Nous analysons par exemple les avantages des trains routiers en matière d’aérodynamisme », explique Jörgen Rydén, Lead Engineer Front Underrun Protection and Lower Front. « C’est l’illustration du lien très important entre automatisation et aérodynamisme. Avec l’entrée en vigueur de nouvelles législations, nous devons aussi nous préparer à nous adapter afin de tirer le meilleur parti des opportunités futures. »

    RENDEMENT ÉNERGÉTIQUE

    En allongeant le véhicule au-delà des limites légales actuelles, de nouvelles possibilités s’ouvrent dans la conception de poids lourds, associées à une amélioration des propriétés aérodynamiques.

    PH

    OTO

    S :

    RE

    N H

    ÅK

    AN

    LIN

    D

    ILL

    US

    TR

    AT

    ION

     : I

    SM

    AIL

    OV

    AC

    IK

    T E X T E A L A S TA I R M AC D U F F

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 2017 35

  • TÉMOIGNAGES DU GROUPE VOLVO

    « Toutes les valeurs sont complémentaires »

    Les valeurs du groupe Volvo ont été introduites voilà un an. Trois employés issus d’entités différentes du groupe partagent

    leur expérience à ce jour.

    CARRIE B IGG E R , CRED IT A N A LYST FOR NORTH A MERIC A N TR A NSAC T ION SERV ICES , V FS GREENSBORO, C A ROL INE DU NORD, É TATS- UN IS

    « L’introduction des nouvelles valeurs il y a un an n’a pas sonné comme un changement drastique, mais plutôt comme quelque chose qui coulait de source. Cela ressemble plus à un recentrage sur ce qui a toujours compté.

    Toutes les valeurs me parlent, mais si je devais choisir celle qui m’importe le plus, ce serait la confiance. Si votre équipe vous fait confiance et si vous avez confiance en vos collègues, les autres valeurs se mettent en place d’elles-mêmes.

    Tout au long de l’année dernière, j’ai participé à un projet d’envergure avec l’un de nos clients les plus importants. Les objectifs et la finalité générale du projet ont évolué depuis les premières phases initiées au début de l’année. Nous menons désormais plusieurs projets de front avec ce client. Il y a de nombreux aspects mouvants et nous faisons tout pour nous entraider et nous tenir informés. C’est là que les valeurs entrent en jeu : nous devons les intégrer dans notre éthique au quotidien pour garantir la réussite de l’équipe et des projets.

    Le groupe Volvo est réputé pour être une bonne entreprise, et j’ai le sentiment d’y avoir un vrai rôle. Je travaille au sein de VFS depuis 11 ans et des valeurs comme celles-ci m’encouragent à rester.

    J’aime travailler au sein d’une équipe et dans une entreprise capables de se jauger, de changer et de s’améliorer. Les procédures ne sont pas figées, ce qui contribue à entretenir l’intérêt.

    J’essaie de suivre un ensemble de valeurs dans ma vie privée. Ces valeurs sont donc un motif de fierté, dans mon travail chez VFS. La quête de performances élevées insuffle de la passion dans ce que nous faisons. La confiance s’installe et nous pouvons initier le changement. C’est une réaction en chaîne. Toutes les valeurs sont complémentaires. »

    LINA TÖRNQUIST

    « Je suis fier quand les collègues sentent que leur

    travail est important »

    PH

    OTO

    S :

    ST

    EV

    E E

    XU

    M

    RÉUSSITE DU CLIENT,

    CONFIANCE, PASSION,

    CHANGEMENT, PERFORMANCE

    LES VALEURS DU GROUPE VOLVO

    VOLVO GROUP MAGAZINE 1 . 201736

  • « Pour faire preuve d’innovation, il est important de rester vigilant sur ce qu’il se passe dans les autres secteurs, et pas seulement dans le nôtre. Côté entretien, nous nous inspirons par exemple de la façon dont l’industrie high-tech aborde la logistique inversée et la garantie », explique Luc Dolino.

    PH

    OTO

     : P

    RIV

    É

    « De nombreux changements nous attendent »

    « Au cours de l’enquête VGAS, Governmental Sales a attribué des scores très élevés aux valeurs. Je pense donc qu’elles sont le reflet de notre organisation. Par exemple, la réussite du client est essentielle pour nous, et nous sommes véritablement passionnés par ce que nous faisons.

    Le changement est une autre valeur très pertinente à l’heure actuelle. L’industrie et notre organisation font face à de nombreux changements. Nous avons appris en novembre dernier que le groupe Volvo prévoyait de se séparer de Governmental Sales. Des changements nous attendent donc, mais nous ignorons quelles seront leurs répercussions sur l’activité. Nous comptons sur un dialogue ouvert et transparent. Pour nous, la gestion de cette transition est étroitement liée à la valeur de confiance.

    Plus largement, je considère

    que le changement ne se limite pas aux évolutions structurelles : il est synonyme d’innovation et de transformation du portefeuille de services.

    Dans notre secteur, nous assistons à de profonds changements dans les contrats de service passés avec les gouvernements, domaine dans lequel j’interviens. Les organes gouvernementaux comme l’armée, la police et les services incendie font appel à des partenaires industriels et à des ateliers civils pour l’entretien et la réparation. Ma division, Business Development, a été créée en juillet pour mieux répondre à ces appels d’offre et nous sommes fiers de notre première grande réussite : un parc de 3 700 véhicules avec un