Présence de la pensée de Gabriel Marcel au Canada …. François et Claire LAPOINTE, Gabriel...

of 28 /28
Document généré le 22 mai 2018 19:21 Philosophiques Présence de la pensée de Gabriel Marcel au Canada (1940-1978) Simonne Plourde Volume 6, numéro 1, avril 1979 URI : id.erudit.org/iderudit/203112ar DOI : 10.7202/203112ar Aller au sommaire du numéro Éditeur(s) Société de philosophie du Québec ISSN 0316-2923 (imprimé) 1492-1391 (numérique) Découvrir la revue Citer cet article Plourde, S. (1979). Présence de la pensée de Gabriel Marcel au Canada (1940-1978). Philosophiques, 6(1), 147–173. doi:10.7202/203112ar Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter en ligne. [https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique- dutilisation/] Cet article est diffusé et préservé par Érudit. Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l’Université de Montréal, l’Université Laval et l’Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. www.erudit.org Tous droits réservés © Société de philosophie du Québec, 1979

Embed Size (px)

Transcript of Présence de la pensée de Gabriel Marcel au Canada …. François et Claire LAPOINTE, Gabriel...

  • Document gnr le 22 mai 2018 19:21

    Philosophiques

    Prsence de la pense de Gabriel Marcel au Canada(1940-1978)

    Simonne Plourde

    Volume 6, numro 1, avril 1979

    URI : id.erudit.org/iderudit/203112arDOI : 10.7202/203112ar

    Aller au sommaire du numro

    diteur(s)

    Socit de philosophie du Qubec

    ISSN 0316-2923 (imprim)

    1492-1391 (numrique)

    Dcouvrir la revue

    Citer cet article

    Plourde, S. (1979). Prsence de la pense de Gabriel Marcel auCanada (1940-1978). Philosophiques, 6(1), 147173.doi:10.7202/203112ar

    Ce document est protg par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des servicesd'rudit (y compris la reproduction) est assujettie sa politique d'utilisation que vouspouvez consulter en ligne. [https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/]

    Cet article est diffus et prserv par rudit.

    rudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif compos de lUniversitde Montral, lUniversit Laval et lUniversit du Qubec Montral. Il a pourmission la promotion et la valorisation de la recherche. www.erudit.org

    Tous droits rservs Socit de philosophie duQubec, 1979

    https://id.erudit.org/iderudit/203112arhttp://dx.doi.org/10.7202/203112arhttps://www.erudit.org/fr/revues/philoso/1979-v6-n1-philoso1308/https://www.erudit.org/fr/revues/philoso/https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/http://www.erudit.org

  • BULLETIN

    PRESENCE DE LA PENSE DE GABRIEL MARCEL A U C A N A D A (1940-1978)

    par Simonne Plourde

    Il y a quelque vingt ans, M-M. Davy consacrait Gabriel Marcel une tude intitule : Un philosophe itinrant, Gabriel Marcelx. Dans la prface de ce livre, aprs avoir affirm que Gabriel Marcel se prsente comme l'un des plus grands penseurs de notre temps , l'auteur ajoute :

    Ses ouvrages et ses pices de thtre sont lus dans toutes les

    langues. Les thses et les tudes sur sa pense manent de

    professeurs et d 'tudiants anglais, amricains, allemands,

    italiens, espagnols, japonais2

    Depuis vingt ans, la liste des thses et des tudes consacres l'uvre de Gabriel Marcel s'est de beaucoup accrue. Les bibliographies permettent de jauger l'apport des professeurs et tudiants canadiens, hollandais, hindous, viet-namiens . . . 3

    Quel intrt les Canadiens ont-ils, pour leur part, port l'uvre de Gabriel Marcel et quel accueil ont-ils rserv sa pense ? Pour rpondre cette question, j'ai voulu dresser l'inventaire le plus exhaustif possible des tudes canadiennes consacres l'uvre du philosophe franais, de 1940 19784 .

    1. M.-M. DAVY, Un Philosophe itinrant, Gabriel Marcel, Paris, Flammarion, 1959 2. Ibid., p. 7. 3. Cf. Roger TROISFONTAINES, De l'Existence l'Etre. La Philosophie de Gabriel Marcel,

    Louvain/Paris, Nauwelaearts, deuxime dition, 1968, p. 381-464. Cf. Franois et Claire LAPOINTE, Gabriel Marcel and His Critics : An International Bibliography, New York & London, Garland Publishing, Inc., 1977, 287 p.

    4. Cf. en appendice, A) Sources utilises.

  • 148 PHILOSOPHIQUES

    Il m'a sembl que la somme des tudes consacres la pense marcellienne me fournirait vraisemblablement le critre d'intrt et que l'accord exprim avec sa philosophie, ou tout au moins la valeur reconnue son uvre, m'indiqueraient l'accueil rserv Gabriel Marcel au Canada.

    Je prsenterai les fruits de ma recherche dans l'ordre suivant :

    1. Les articles parus dans les revues canadiennes.

    2. Les thses prsentes dans les universits canadiennes.

    3. Les livres consacrs l'uvre de Gabriel Marcel.

    4. Les articles de journaux parus au Canada, les missions radiophoniques, les associations qui font connatre l'uvre de Gabriel Marcel.

    # # #

    1. LES REVUES CANADIENNES

    Les articles parus dans les revues canadiennes peuvent tre diviss en deux catgories : a) les articles crits par Gabriel Marcel ; b) les articles qui portent sur Gabriel Marcel et son uvre.

    a) Articles de Gabriel Marcel

    La Nouvelle Relve publiait en 1946 un long article sign par Gabriel Marcel : Philosophie de l'Epuration, contribu-tion une thorie de l'hypocrisie dans l'ordre politique5 . Cette revue tait dite Montral et dirige par MM. Robert Charbonneau et Claude Hurtubise. Une note, la fin du texte, indique qu'il s'agissait d'un texte indit, publi avec autorisa-tion verbale donne par Gabriel Marcel M. Marcel Raymond.

    La Nouvelle Revue Canadienne offrait ses lecteurs, dans son numro de septembre-octobre 1951, un article galement sign par Gabriel Marcel : Sartre, Anouilh et le problme de

    5. Gabriel MARCEL, Philosophie de l'puration, contribution une thorie de l'hypocrisie dans l'ordre politique , dans La Nouvelle Relev, vol. IV, n 7 (janvier 1946), p. 559-588 ; n 8 (fvrier 1946), p. 684-703.

  • GABRIEL MARCEL A U C A N A D A 149

    Dieu6 . C'tait une critique thtrale crite l'occasion de la pice de J . P . Sartre : Le Diable et le Bon Dieu. Rien n'indique l'origine de cet article.

    La Revue de VUniversit Laval publiait son tour, en dcembre 1963, un article de Gabriel Marcel : Les mdita-tions d'Amde Ponceau7 . La revue tait alors dirige par M. Emile Bgin.

    La revue Sciences ecclsiastiques, de Montral, reproduisait en 1964 un article de Gabriel Marcel paru dans la Revue des Sciences religieuses, de Strasbourg. Le texte porte le titre suivant : L' 'Initiation philosophique' d'Amde Ponceau8 .

    Il est assez tonnant de trouver ces textes dus la plume de Gabriel Marcel dans des revues canadiennes. Quelles circonstances ont amen ces publications ? Ont-ils t deman-ds l'auteur par des amis ? Les indications recueillies sont trop minces pour permettre d'apporter une rponse vraisem-blable ces questions.

    b) Articles sur Gabriel Marcel et son uvre

    Les revues canadiennes ont, depuis 1940, publi un certain nombre d'tudes critiques et de comptes rendus ayant pour objet soit l'uvre de Gabriel Marcel, soit l'existentia-lisme ; dans ce dernier cas, il ne sera fait mention que des textes qui consacrent une partie assez importante la pense marcellienne. Ces articles sont prsents ici dans leur ordre chronologique de parution.

    En 1941, Joseph-Henri Paul publie dans La Nouvelle Relve une tude intitule : La Philosophie de Gabriel Marcel9 .

    6. Gabriel MARCEL, Sartre, Anouilh et le problme de Dieu , dans La Nouvelle Revue Canadienne, sept.-oct. 1951, p. 30-38.

    7. Gabriel MARCEL, Les Mditations d'Amde Ponceau , dans Revue de l'Universit Laval, vol. XVIII, n 4, (dc. 1963), p. 333-336.

    8. Gabriel MARCEL, L' 'Initiation philosophique' d'Amde, Ponceau , dans Sciences Ecclsiastiques, vol. XVI, n 3, p 377-385.

    9. J .H . PAUL, La philosophie de Gabriel Marcel , dans La Nouvelle Relve, n 1 (sept. 1941) p. 19-29. Je regrette de n'avoir pu, jusqu' ce jour, prendre connaissance de ce texte ; je ne puis en prsenter ici une analyse.

  • 150 PHILOSOPHIQUES

    En 1949, la Revue de l'Universit Laval prsente ses lecteurs un article sign par Arcade M. Monette et intitul Le Regard en arrire de Gabriel Marcel10 . A l'occasion de la parution du Regard en arrire dans le collectif Existentialisme chrtien, l'auteur passe en revue la pense marcellienne. Sa prsentation est positive. Il indique la direction d'une pense qui aboutit une ontologie de l'existence et invite les professeurs orienter les jeunes lves en philosophie, non vers ce qui est vide et spar , mais vers ce qui est concret et riche de contenu : l'acte d'exister (p. 36). La philosophie, crit-il, n'est pas seulement une matire apprendre, c'est bien davantage un univers qui attend ses crateurs /. . ./ Rassem-bler dans sa vie intellectuelle essence et existence, c'est recueillir l'tre d'abord fragment pour remonter en lui et par lui jusqu'au suprme acte d'exister (p. 36).

    Le troisime article recueilli ne porte pas sur Gabriel Marcel, mais il y est question du philosophe franais dans une tude qui s'intitule : Pourquoi l'existentialisme est-il athe11 ? . L'auteur, Benot Pruche, y situe Gabriel Marcel l'extrme droite de l'existentialisme et souligne le caractre trs chrtien de sa pense (p. 291).

    En 1952, Arcade M. Monette signe un autre article qui, bien qu'il n'analyse pas exclusivement la philosophie de Gabriel Marcel, lui consacre plusieurs pages. Paru dans la Revue de l'Universit d'Ottawa, l'article s'intitule : L'Etre, l'exister et Dieu1 2 . L'auteur tente de clarifier les notions d'tre et d'existence, utilise une approche de l'tre partir de la phnomnologie marcellienne avant d'aborder une approche proprement spculative de l'tre et de l'exister. Il tire ensuite ses conclusions. son avis, Gabriel Marcel, en ragissant contre l'idalisme, a ralis la loi de l'excs oppos. L'ida-lisme, crit-il, est un abus intellectuel, mais s'en remettre aux

    10. Arcade-M. MONETTE, Le 'Regard en arrire' de Gabriel Marcel , dans Revue de l'Universit Laval, vol. IV, n 1 (septembre 1949), p. 24-37. L'auteur tait professeur au Collge dominicain d'Ottawa et charg de cours l'Universit de Montral.

    11. Benot PRUCHE, Pourquoi l'existentialisme est-il athe ? , dans Revue de l'Universit d'Ottawa, vol. XXI, 1951, p. 287-306.

    12. Arcade-M. MONETTE, L'tre, l'exister et Dieu , dans Revue de l'Universit d'Ottawa, vol. XXII, p. 171-188.

  • GABRIEL MARCEL AU CANADA 151

    puissances de l'amour pour rsoudre les problmes de l'enten-dement est un contre-excs (p. 179) concde quand mme que la pense marcellienne tmoigne d'une intuition de l'tre en tant qu'tre, bien que le prjug idaliste l'empche d'expliciter conceptuellement sa dmarche (p. 182). propos de la dcision marcellienne de fidlit l'tre, Arcade Monette ajoute en note : Et c'est pourquoi la philosophie de Gabriel Marcel qui trouve l son plus bel aboutissant nous parat un sommet au milieu des autres philosophies existen-tielles (p. 187, note 16). La critique de la pense marcel-lienne effectue par l'Auteur trouve appui manifestement sur des catgories thomistes comme en font foi le texte et les rfrences. travers cette critique, on peut dceler une certaine sympathie pour la pense du philosophe franais.

    En avril 1956, Gabriel Marcel venait au Canada. Le 19 avril, l'Universit d'Ottawa l'accueillait. La Revue de l'Universit d'Ottawa a publi le texte de Jacques Croteau, charg de prsenter au public le philosophe invit. Le texte est intitul : Gabriel Marcel, homme de communion1 3 . Les circonstan-ces invitaient l'Auteur une esquisse positive de l'uvre marcellienne ; il la russit fort bien, sans omettre de brves rfrences la philosophie thomiste. Il dit ne pas voir d' opposition fondamentale entre une pense concrte et un intellectualisme thomiste , mais percevoir au contraire, deux dimensions complmentaires d'une vision totale de l'tre (p. 496). La pense marcellienne vient prolonger des voies dj ouvertes largement par saint Thomas sur l'existence concrte (p. 496). En vertu mme de ses aspirations naturelles, la philosophie thomiste ne saurait faire qu'un accueil empress et sympathique une pense chrtienne concrte (p. 497).

    Dans son numro de juin 1956, la Revue de Universit Laval publie un commentaire de l'un de ses professeurs de philosophie : propos d'une affirmation de M. Gabriel Marcel 1 4 . Alphonse Saint-Jacques y relve une affirmation

    13. Jacques CROTEAU, o.m.i. , Gabriel Marcel, homme de communion , dans Revue de l'Universit d'Ottawa, vol. XXVI (1956), p. 491-497.

    14. Alphonse SAINT-JACQUES, propos d'une affirmation de M. Gabriel Marcel , dans La Revue de l'Universit Laval, vol. X, n 10 (juin 1956), p. 879-887.

  • 152 PHILOSOPHIQUES

    du rput philosophe et auteur dramatique franais , affirmation entendue l'mission Confrence de presse de Radio-Canada, du 9 avril 1956. Gabriel Marcel avait affirm, en rponse une question d'un de ses interlocuteurs, que l'glise catholique outrepasse ses droits quand elle se mle de donner aux catholiques des directives concernant la philosophie (p. 879) A propos de cette affirmation, A. Saint-Jacques pose les questions suivantes : est-il vrai que l'glise outrepasse ses droits quand elle donne aux catholiques des directives prcises en matire de philosophie ? Et dans quelle mesure sommes-nous tenus de nous soumettre ces directives ? (p. 880). L'Auteur du commentaire examine le problme dans un texte qu'il appuie principalement sur l'enseignement de saint Au-gustin, de saint Thomas et des encycliques catholiques. Il conclut que la philosophie ayant des services rendre la foi, l'autorit infaillible du magistre de l'glise ne saurait s'tendre universellement tout le champ des vrits naturel-les, mais seulement celles qui touchent, de prs ou de loin, au domaine des vrits rvles (p. 883-884). De plus, c'est l'glise elle-mme qu'il appartient uniquement de juger jusqu'o exactement s'tend la juridiction de son magistre (p. 884), et non chacun de nous de dcider de la lgitimit de ses enseignements. Il rappelle en terminant que l'glise a rprouv et proscrit la proposition suivante : Le dpt de la foi ne contenant que des vrits rvles, il n'appartient sous aucun rapport l'glise de porter un jugement sur les assertions des sciences humaines (p. 884). Il nous semble, conclut-il, qu'il n'y a entre cette proposition et celle que nous venons d'examiner aucune diffrence essen-tielle (p. 885).

    En 1957, la revue University of Toronto Quarterly publie un article de John Wild intitul : Existentialism : a new view of man1 5 . Dans ce texte, l'Auteur se rfre assez brivement l'existentialisme de Gabriel Marcel qu'il situe parmi les autres philosophies existentialistes. En conclusion, il donne une apprciation globale positive de la philosophie existentielle

    15. John WILD, Existentialism : a new view of man , dans University of Toronto Quarterly, vol. XXVII, n0 1, p. 79-95.

  • GABRIEL MARCEL AU CANADA 153

    dont il reconnat la valeur et prvoit la place qu'elle occupera dans l'histoire : . . . this is a radically new philosophy beyond both idealism and realism. It is a living mode of thought that applies to the problems of living men, and expresses their implicit feeling for life and their place in human history. In its profounder manifestations, as in Kier-kegaard and Heidegger, it has achieved insights the signifi-cance of which will probably extend far beyond our own time and place in history (p. 95).

    En 1959, Jacques Croteau prsente aux lecteurs de la Revue de Universit d'Ottawa une tude sur l'existentialisme. Intitul Introduction l'existentialisme16 , l'article fait le point sur la valeur de cette philosophie nouvelle qui fait figure plutt d'un ensemble d'ides, de points de vue, de quelque chose comme un message, un tmoignage ou mieux encore une attitude sur l 'homme concret en tant qu'engag dans la ralisation de sa destine humaine (p. 90). L'Auteur pose la question : Sommes-nous justifis, malgr ses lacunes, de prter une oreille attentive et bienveillante aux enseigne-ments de l'existentialisme ? (p. 95-96). La rponse est nuance ; les auteurs existentialistes, crit-il, ont le mrite incontest de rappeler aux chrtiens le sens fondamental du christianisme ; aux mtaphysiciens, le souci du concret exis-tant, et cela dans le ton d'une actualit plus loquente des oreilles du vingtime sicle. L'encyclique Humant Generis nous conseille une attitude sympathique (p. 96). En effet, l'encyclique Humant Generis recommandait de chercher l'l-ment de vrit contenu dans les affirmations fausses elles-m-mes et d'tudier les thories nouvelles, car les maux ne se soignent bien que s'ils sont pralablement connus (p. 96). Ces prcisions apportes, l 'Auteur analyse le problme de l'existentialisme, du point de vue philosophique ; il se rfre en cours de route l'ontologie marcellienne et en exploite la distinction entre mystre et problme (p. 102-106). Cette distinction lui semble une rfrence au domaine reli-gieux, nouvelles catgories bien proches du vocabulaire

    16. Jacques CROTEAU, o.m.i. , Introduction l'existentialisme , dans Revue de VUniversit d'Ottawa, vol. XXII, 1959, p. 90-110.

  • 154 PHILOSOPHIQUES

    mystique d'un saint Jean de la Croix . . . 1 7 . L'existentia-lisme renvoie au domaine de la subjectivit. Mais le thomisme n'en veut donc pas la subjectivit ; il lui assigne de plus sa place dans les divers modes de la connaissance. Mais jamais il n'en fera comme tel un procd philosophique, puisque, qu'on le veuille ou non, la philosophie doit ncessai-rement procder par concepts (p. 109). L'Auteur conclut que le domaine de la subjectivit relve de l'art et de la religion. Telle est, nous semble-t-il, la confusion principale de l'exis-tentialisme (p. 109).

    Le professeur Kenneth Gallagher, de Fordham Univer-sity, donne en 1963, dans la revue canadienne de philosophie Dialogue1* un compte rendu du livre de Gabriel Marcel, Fragments philosophiques, publi, en 1962, Louvain. Il en analyse rapidement le contenu et souligne l'importance de cette publication pour la lecture de l'uvre marcellienne.

    En 1964, la revue Dialogue publie une tude critique du livre de Kenneth Gallagher. Cette tude, signe par L.B. Geiger, de l'Universit de Montral, s'intitule : La philoso-phie de Gabriel Marcel19 . L'Auteur se dit d'avis que l'ouvrage de K. Gallagher constitue certainement l'un des exposs les plus comprhensifs de la pense de Marcel, l'un des plus mrement mdits (p. 429). Il ne se contente pas, crit-il, de dnoncer les critiques trop simplistes dues, soit un refus de comprendre la position de Marcel, soit des

    17. Voici la partie la plus importante de ce passage : Le mystre, disions-nous, est capt dans le drame de la vie concrte, non par l'abstraction, mais par le recueillement. Un recueillement pas facile dcrire. Quelquefois l'auteur le dfinira en termes de penser quelque chose par opposition penser quelque chose . Il parat tre fait d'un complexe d'intelligence, de volont et de sensibilit voluant selon un rythme progressif. C'est un acte par lequel j'aime , je m'engage et me rends disponible l'gard de la personne aime ; enfin je lui demeure fidle , me la rendant ainsi prsente moi-mme . Alors elle est, elle existe vraiment pour moi parce que je n'existe que pour elle. Transposez ce langage dans le domaine religieux ; transposez encore ces tapes psychologiques en fonction de l'union mystique et vous aurez quelque ide de ce qu'on entend par l'existentialisme chrtien de Gabriel Marcel. Nouvelles catgories bien proches du vocabulaire mystique d'un saint Jean de la Croix, ordonn lui aussi exprimer la prsence vcue de Dieu l'me par la charit (Ibid., p. 106).

    18. Kenneth GALLAGHER, Compte rendu de: Fragments philosophiques, dans Dialogue, vol. II, n 1 (1963), p. 96-97.

    19. L.-B. GEIGER, La philosophie de Gabriel Marcel , dans Dialogue, III, n 4 (1965), p. 426-432.

  • GABRIEL MARCEL A U C A N A D A 155

    condamnations prononces pour raison de non-conformit telle autre doctrine, le thomisme par exemple (p. 429). L'Auteur prolonge les remarques critiques de K. Gallagher en analysant une phrase que Gabriel Marcel a crite dans avant-propos du livre de Gallagher, propos de l'importance de la cration. Puis il conclut : Tout l'essentiel est dit dans cet ouvrage, mesur et ferme tout ensemble, juste et pntrant dans l'expos de la pense mouvante de Marcel, prcis et quitable dans la discussion des problmes qu-'elle pose (p. 431-432).

    En 1966, c'est la revue Dialogue qui publie une causerie de Maurice Merleau-Ponty, prononce quelques annes plus tt la maison canadienne de la cit universitaire de Paris. Ce texte a pour titre : La philosophie de l'existence20 . Une partie de cette causerie analyse la pense philosophique de Gabriel Marcel.

    Puis, quelques articles sur Gabriel Marcel paratront en 1969. D'abord, un bref compte rendu l'occasion de la rdition du tome II du Mystre de l'Etre ; sign par Germain Lesage, ce compte rendu a paru dans la Revue de l'Universit d'Ottawa 21.

    La mme anne, le Laval Thologique et Philosophique accepte de publier une tude du professeur amricain Rudolph J . Gerber intitule Gabriel Marcel and the Existence of God 2 2 .

    La revue Dialogue donne pour sa part un article substan-tiel de K. Gallagher, de Fordham University : La pense cratrice, Marcel et Heidegger2 3 .

    En 1969 galement, Germaine Cromp, de l'Universit de Montral, prsente aux lecteurs de la revue Dialogue une tude

    20. M. MERLEAU-PONTY, La philosophie de l'existence , dans Dialogue, vol. V, n 3, 1966, p. 307-322.

    21. Germain LESAGE, o.m.i. , Bibliographie , dans Revue de l'Universit d'Ottawa, vol. XXXIX, p. 322.

    22. R.-J. GERBER, Gabriel Marcel and the Existence of God , dans Laval Thologique et Philosophique, vol. XXV, n 1 (1969), p. 9-22. Le professeur Gerber est docteur en philosophie de Louvain et rattach University of Notre Dame, Indiana.

    23. K. GALLAGHER, La pense cratrice : Marcel et Heidegger , dans Dialogue, vol. VIII, n 1, (1969) p. 22-43.

  • 156 PHILOSOPHIQUES

    intitule Le rapport me-corps chez le premier Marcel24 . L'Auteur y expose le cheminement de la pense de Gabriel Marcel sur le thme du corps-objet et du corps-sujet, tablit une brve comparaison avec le mme thme chez Michel Henry, souligne quelques rapprochements avec Merleau-Ponty, signale certaines ambiguts de la position marcellienne et annonce qu'une tude du second Marcel apportera une solution ces ambiguts2 5 .

    Germaine Cromp a sign trois autres tudes sur la pense de Gabriel Marcel, l'une parue en 1970 dans la Revue de l'Universit d'Ottawa26, une autre en 1970 galement dans Science et Esprit21 et la troisime en 1972 dans le Laval Thologique et Philosophique2*. La premire expose le thme de l'esprance dans un texte intitul : La situation immdiate de l'esprant chez Gabriel Marcel . L'Auteur collige la pense marcellienne autour de ce thme et fait ressortir les conditions de l'esprance authentique telles qu'on les rencontre chez le philosophe franais.

    La deuxime tude porte le titre suivant : L'Avoir et l'Etre dans le lien au corps chez le second Marcel . Dans cet article, l'Auteur cerne la notion marcellienne d'incarnation et dgage l'intrieur de cette notion, capitale chez Marcel, le rapport corps-avoir qui est ensuite approfondi.

    24. Germaine CROMP, Le rapport me-corps chez le premier Marcel , dans Dialogue, vol. VIII, n 3 (1969), p. 445-459.

    25. Voici les ambiguts soulignes par l'auteur : Chez Gabriel Marcel, l'expression mdiation sympathique ne rend-elle pas songeur ? Le terme sympathique suffit-il exprimer l'immdiatet de l'exprience ? Mais le moi global de Marcel n'est-il pas l pour escamoter la difficult de situer la conscience pensante et sentante par rapport l'esprit, de situer l'me qui, d'ailleurs, semble ici conscience sentante ? Tous ces lments ne sont-ils pas intgrs dans le moi global ? Le corps-sujet alors ne serait-il pas un aspect du sujet que je suis, cet aspect couvrant l'me ou la conscience sentante ? Jusqu' maintenant Marcel rejette cette notion du rapport me-corps et pour le terme rapport et pour le terme me (cf. DH 68). Pour sauvegarder l'unit du moi, Marcel ne devrait-il pas s'orienter vers la spiritualisation du corps-sujet ? Le sentir ne deviendra-t-il pas un mode de l'intelligible ? L'tude du second Marcel apportera une solution ces ambiguts (Ibid., p. 459).

    26. Germaine CROMP, La situation immdiate de l'esprant chez Gabriel Marcel , dans Revue de l'Universit d'Ottawa, vol. XL (1970), p. 573-584.

    27. Germaine CROMP, L'Avoir et l'tre dans le lien au corps chez le second Marcel , dans Science et Esprit, vol. XXII, 1970, p. 49-75.

    28. Germaine CROMP, La Communion soi-mme chez Gabriel Marcel , dans Laval Thologique et Philosophique, vol. XXVIII, 1972, p. 171-184.

  • GABRIEL MARCEL A U C A N A D A 157

    Le troisime article de Germaine Cromp articule la rflexion autour du thme La communion soi-mme chez Gabriel Marcel . Ce thme y est analys avec ses corrlatifs d'appartenance, de crativit et de libert. Tout au long de ces trois textes, l 'Auteur, qui matrise manifestement bien la pense de Gabriel Marcel, s'applique retracer le cheminement de cette pense cursive, renouer les liens qu'une premire lecture du philosophe ne laisse pas apercevoir, prsenter clairement aux lecteurs la philosophie marcellienne et la leur rendre sympathique.

    Il faut mentionner aussi qu'en 1972, une tude critique intitule Confessions philosophiques : Coleridge et Mar-cel , par Ernest Joos, a paru dans la revue Dialogue29. L'Auteur y analyse le livre de Gabriel Marcel, publi en 1971, sous le titre : Coleridge et Schelling. A son avis, ce livre appartient au domaine des confessions : Quand un philoso-phe dcide de publier son uvre de jeunesse, dirions-nous, cela tombe dans la catgorie des confessions (p. 602). L'Auteur manifeste sa rticence l'endroit de la philosophie marcel-lienne dont il dnonce le romantisme (p. 603). Ne retrou-vons-nous pas dj, crit-il, dans cette uvre de jeunesse la mtaphysique particulire d'un Marcel avec son insistance sur la transcendance de Dieu qui dcoule de son irrationnel ? (p. 604). Cependant, il reconnat la valeur d'une telle problmati-que, cause des possibilits qu'elle ouvre tout de mme 3 0 .

    Pour complter l'inventaire des textes se rapportant Gabriel Marcel dans les revues canadiennes, je dois mentionner les comptes rendus que j'ai donns de trois ouvrages publis rcemment : Entretiens autour de Gabriel Marcel31, Gabriel

    29 Ernest Joos, Confessions philosophiques : Coleridge et Marcel , dans Dialogue, vol. XI, n 4 (1972), p. 602-607.

    30. Voici la critique qui termine l'article d'Ernest Joos : . . . une mtaphysique qui lance un dfi la pense pour tourner vers une mystique y trouvera peut-tre une sagesse, mais il est peu probable qu'elle y trouve plus qu'une problmatique pour une mtaphysique future. Il va sans dire que les ailes du papillon de la mtaphysique marcellienne restent dans la peau de la chenille . Nanmoins il faut reconnatre la valeur d'une telle problmatique, car elle ouvre la possibilit pour une transcendance qui fait la distinction entre ordre divin et ordre humain, entre l'inaltrable et le contingent (p. 607).

    31. Simonne PLOURDE, Compte rendu de Entretiens autour de Gabriel Marcel dans Laval Thologique et Philosophique, vol. XXXIII, n 3, oct. 1977, p. 314-317.

  • 158 PHILOSOPHIQUES

    Marcel interrog par Pierre B out an g32, Jean WaIh et Gabriel Marcel33. Les deux premiers ont t publis dans Le Laval Thologique et Philosophique, le troisime dans la revue Dialogue. Le petit livre : Jean WaIh et Gabriel Marcel a aussi fait l'objet d'un autre compte rendu ; ce dernier, sign par J -D. Robert, a paru dans le Laval Thologique et Philosophique3*.

    Intrt port uvre de Gabriel Marcel

    Les revues canadiennes ont donc publi au total, de 1941 1978, quatre (4) textes signs par Gabriel Marcel lui-mme ; onze (11) tudes critiques et sept (7) comptes rendus d'ouvra-ges sur Gabriel Marcel ; cinq (5) tudes critiques sur l'existen-tialisme o il est question de la pense marcellienne35.

    Une trentaine de textes parus en l'espace de trente-sept ans ne constitue pas, mon avis, une quantit suffisante pour conclure un engouement des Canadiens l'gard de la philosophie de Gabriel Marcel. Ces tudes attestent cependant que les professeurs canadiens n'ont pas ignor le philosophe franais. Ils ont jug sa philosophie assez valable pour la prsenter aux lecteurs et la critiquer. Certains (en particulier le professeur Cromp) s'y sont mme franchement intresss et se sont appliqus l'approfondir et la matriser.

    Accueil rserv la philosophie marcellienne

    Au Canada franais, la premire lecture de la philosophie de Gabriel Marcel, tout comme celle de l'existentialisme en gnral, s'est effectue en rfrence la philosophie thomiste, comme le laissent percevoir avec vidence les tudes cites plus haut des professeurs Monette (1952), Saint-Jacques (1956) et Croteau (1959). Pour qui a connu le contexte de l'enseigne-ment de la philosophie jusqu'aux environs de 1965, il n'y a l

    32. Simonne PLOURDE, Compte rendu de Gabriel Marcel interrog par Pierre Boutang, dans Laval Thologique et Philosophique, vol. XXXIV, n 2, juin 1978, p. 222.

    33. Simonne PLOURDE, Compte rendu at Jean WaIh et Gabriel Marcel, dans Dialogue, revue canadienne de philosophie, vol. XVII, n 1, (1978), p. 180-183.

    34. J. D. ROBERT, Compte rendu de Jean WaIh et Gabriel Marcel, dans Laval Thologique et Philosophique, vol. , n 2, juin 1977, p. 213-214.

    35. Il y a sans doute d'autres tudes sur l'existentialisme qui ne figurent pas ici. Je n'ai pas fait le dpouillement particulier de ce thme dans les Index analytiques, faute de temps. Peut-tre aurais-je repr sous cette rubrique d'autres textes qui font rfrence Gabriel Marcel ?

  • GABRIEL MARCEL AU CANADA 159

    rien d'tonnant. Cette tude de Gabriel Marcel la lu-mire du thomisme n'a pas port des fruits ncessairement ngatifs. On trouve une prsentation positive de la pense marcellienne et on devine une sympathie sous-jacente pour le philosophe franais dans les deux tudes du professeur Monette (1949, 1952) qui ne manque pas pourtant, dans son texte de 1952, de souligner les limites qu'il dcle dans la philosophie marcellienne.

    Sans rfrence au thomisme, les professeurs Wild (1957) et Cromp (1969, 1970, 1972) exposent la pense de Gabriel Marcel et tentent d'en reprer le cheminement. Leur prsenta-tion est positive. Ds 1957, le professeur Wild atteste la valeur de cette pense et pressent la place qu'elle occupera dans l'histoire.

    D'autre part, certaines tudes critiques mettent de srieuses rserves l'endroit de la philosophie marcellienne. Ainsi en font foi les textes des professeurs Pruche (1951), Croteau (1959) et Joos (1972). Leur critique dnonce, entre autres, les lacunes d'une pense qui laisse place l'intervention du surnaturel (Pruche), qui utilise un vocabulaire apparent celui de l'art et de la mystique (Croteau et Joos), qui se veut anti-rationaliste et concrte (Joos).

    Voil, dans ce mlange de sympathie et de rserve, avec ce jugement critique srieux, l'accueil rserv par des profes-seurs canadiens la philosophie de Gabriel Marcel.

    # # #

    2. LES THSES PRSENTES DANS LES UNIVERSITS CANA-DIENNES

    Aprs avoir entendu les matres, nous devons nous tourner vers les tudiants. Quel intrt ces derniers ont-ils manifest pour l'uvre de Gabriel Marcel et quel accueil ont-ils rserv sa pense ?

    J'ai pu reprer jusqu' maintenant cinq (5) thses de doctorat et trente (30) thses de licence ou matrise consacres la philosophie et au thtre de Gabriel Marcel. Ces trente-cinq (35) thses ont t rdiges entre 1955 et 1975,

  • 160 PHILOSOPHIQUES

    soit durant une priode de vingt ans. Six (6) d'entre elles sont crites en anglais. Faute de sources, je n'ai pu identifier les thses qui ont t rdiges par des tudiants canadiens inscrits des universits europennes36.

    Ces thses ont t rdiges en vue de l'obtention d'un grade en philosophie, l'exception de deux d'entre elles, dont l'une postulait un doctorat en lettres et l'autre une matrise en sciences religieuses37.

    Le titre de chacune de ces thses m'a indiqu que onze (11) d'entre elles analysent soit l'aspect mthodologique, soit les notions d'tre, de connaissance et de vrit dans la philosophie de Gabriel Marcel. Les vingt-quatre (24) autres thses articulent la pense marcellienne autour d'un thme particulier. Les thmes abords sont, par ordre de frquence : l'esprance (5), la communication (4), le corps (2), la personne (2), l'amour (2), le mystre (2), la disponibilit, la fidlit, la foi, la libert, l'engagement, la chastet, l'ducation. Deux thses tablissent une comparaison entre Gabriel Marcel et un auteur : Marcel et Sartre, Marcel et Camus.

    Deux thses de doctorat en philosophie sont actuellement en cours l'Universit de Montral ; l'une tudie les notions d'abstrait et de concret chez Gabriel Marcel ; l'autre compare la notion de transcendance chez Louis Lavelle et Gabriel Marcel38.

    Chronologie et p rovenance des thses

    La premire thse canadienne sur Gabriel Marcel indique dans les Index analytiques remonte 1955. L'anne 1964 fut

    36. Je sais qu'il en existe au moins deux : celle de Charles WiDMER, Gabriel Marcel et le thisme existentiel, prsente l'Universit de Fribourg, Suisse, et dirige par le R.P. M.-D. Philippe ; celle de Raymond SVIGNY, La participation chez Gabriel Marcel, prsente l'Universit de Dijon, France, et dirige par Jeanne Parain-Vial. La premire a t prsente en 1969 (ou en 1970 ?) pour l'obtention d'un doctorat en lettres ; la seconde en 1974 pour l'obtention d'un doctorat en philosophie.

    37. Il s'agit des deux thses suivantes : Jean-Marie MASSICOTTE, Le thtre de Gabriel Marcel, laboratoire du philosophe, Facult des Lettres, Universit Laval, 1968. Marie LABRECQUE, L'Esprance chez Gabriel Marcel, Facult de Thologie, Universit de Montral, 1964. C'est par hasard que j'ai pu recenser ces deux thses. Le temps ne m'a pas permis de dpouiller dans les Index analytiques d'autres rubriques que celle intitule philosophie .

    38. Je tiens ces renseignements du professeur Germaine Cromp, de l'Universit de Montral.

  • GABRIEL MARCEL A U C A N A D A 161

    particulirement prolifique avec neuf thses consacres Mar-cel dont huit furent prsentes l'Universit de Montral39 .

    Sur un total de trente-cinq thses, vingt-cinq (25) proviennent de l'Universit de Montral, trois (3) de l'Univer-sit Laval, trois (3) de Toronto University, trois (3) de l'Universit d'Ottawa et une (1) thse de St. Mary's Univer-sity, Halifax.

    Contenu des thses

    J'ai eu l'opportunit d'examiner attentivement dix-neuf (19) des trente-cinq (35) thses colliges.

    Parmi ces dix-neuf (19) thses, une seule est consacre exclusivement au thtre de Gabriel Marcel. Deux (2) autres utilisent le thtre au besoin, par la citation de rpliques des personnages.

    Une thse de doctorat, celle de Hermance Baril qui dveloppe le thme de l'engagement personnel chez Gabriel Marcel, prsente l'originalit d'inclure la dimension du musi-cien qu'tait Gabriel Marcel. L'Auteur veut montrer que la musique est l'me de la philosophie marcellienne40. L'Auteur fait galement un certain nombre de rflexions sur le thtre marcellien, sans cependant analyser de pices. C'est la seule thse, parmi les dix-neuf examines, qui englobe le Marcel philosophe, dramaturge et musicien. Les autres thses ont choisi comme champ d'tudes la seule dimension philosophi-que chez Gabriel Marcel.

    Accueil rserv la philosophie de Gabriel Marcel

    A. Rserve

    Parmi les dix-neuf (19) thses examines, une seule oppose de srieuses rserves la pense marcellienne. C'est la

    39. Voir, en appendice, B) Liste des thses. 40. Voici ce qu'crit l'Auteur : Originale, notre recherche l'est encore en ce qu'elle aborde

    la philosophie marcellienne par le biais de la musique ; dmarche pour laquelle nous avons reu l'approbation de Gabriel Marcel lui-mme (p. 20). Notre volont est d'aller plus loin et de montrer que la musique est l'me de sa philosophie. Nous voulons savoir pourquoi lui-mme a pu dire que, dans l'exprience musicale, il a pu dcouvrir 'le point de dpart d'une rflexion philosophique entirement renouvele' (Hermance BARIL, L'engagement personnel chez Gabriel Marcel, thse de doctorat, Universit de Montral, 1968, p. 21).

  • 162 PHILOSOPHIQUES

    premire qui apparat en liste41 . Elle fut prsente en 1955, l'Universit de Montral, pour l'obtention d'une matrise en philosophie. L'Auteur, Gerald Morgan, critique les fonde-ments pistmologiques de la mtaphysique marcellienne la lumire des catgories de la philosophie thomiste, avec rfrences Maritain. Il compare la pense thomiste avec la pense marcellienne et tablit des affinits et des divergences entre Marcel et Maritain. son avis, Gabriel Marcel se livre davantage la mystique et l'art qu' la mtaphysique. Les difficults fondamentales que prsente pour lui la philosophie marcellienne proviennent, d'une part, du recours la transcen-dance (qui appartient au domaine de la mystique)42 et, d'autre part, l'usage de la mtaphore, la place de l'abstraction, pour communiquer l'exprience (ce qui appartient au domaine de l'art)43. G. Morgan constate que G. Marcel a opr un choix judicieux en confiant la musique et au drame le soin d'exprimer cette sorte d'exprience trs importante pour une personne de son temprament. Mais, dit-il en substance, cela n'a rien voir avec la mtaphysique telle que comprise par des tudiants de la philosophia perennis44. Au dernier chapitre de sa thse, l'Auteur montre que la philosophie de Gabriel Marcel fait usage des termes utiliss par l'art dramatique : les termes prsence, mystre, participation.

    Cette lecture de Gabriel Marcel rejoint celle que nous avons rencontre chez les matres la mme priode.

    B. Critique

    Trois (3) thses exposent la philosophie marcellienne et tout en l'acceptant dans l'ensemble, elles formulent des objections.

    Marie Grin-Lajoie45, aprs s'tre dit d'accord avec le rejet de l'abstraction effectu par Marcel, s'oppose sa

    41 . Gerald MORGAN, Connotational tinking in the philosophy of Gabriel Marcel, thse de matrise, Universit de Montral, 1955, 58 p.

    42. IbU., p. 17. 43. Ibid., p. 20-22. 44. Ibid., p. 27. 45. Marie GRIN-LAJOIE, Recherche sur la connaissance dans la philosophie de Gabriel Marcel,

    thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1959, 105 p.

  • GABRIEL MARCEL A U C A N A D A 163

    condamnation aveugle de l'objectivit. L'Auteur recourt quelques distinctions .thomistes pour appuyer ses objections. En conclusion, elle pose ce jugement sympathique : Finale-ment, il nous semble que Marcel a eu, le premier depuis longtemps dans le monde philosophique, la vision profonde de vouloir rapprendre aux hommes l'admiration et la contempla-tion qui sont la source de toute sagesse46.

    Dans sa thse de doctorat, Thrse Gingras4 7 expose la pense marcellienne sans en tablir une critique pousse. Elle pose en terminant une question Gabriel Marcel : Comment expliquer qu'une mme mthode d'approche dite phnom-nologie existentielle conduise 1' invocation adoratrice du Toi absolu ou la suprme nantisation de l'Etre absolu ?48 . Elle conclut, en se ralliant l'optique marcel-lienne : La foi demeure un mystre ontologique ' l'articula-tion de la libert et de la grce' (p. 316).

    La thse que j'ai moi-mme consacre La mtaphysique de l'esprance chez Gabriel Marcel*9 tente d'unifier la pense du philosophe autour du thme de l'esprance. La pense marcel-lienne a toujours suscit chez moi malgr ses limites un vif intrt et trouv un accueil positif. J'ai signal dans mon tude les limites que j'ai perues dans cette philosophie concrte qui ne porte gure attention l'tre infra-humain, qui se heurte une conception idaliste des notions d'objet et de cause, qui n'utilise pas l'analogie (instrument important en ontologie) et dont la certitude propre est plutt de l'ordre de l'affirmation et du tmoignage que de celui de la dmonstration.

    46. Ibid., p . 102. 47. Thrse GINGRAS, Le mystre de la foi dans la philosophie existentielle de Gabriel Marcel, thse

    de doctorat en philosophie, Montral, 1966, 352 p. 48. Ibid., p. 314. Voici deux autres passages qui explicitent sa question : Les

    existentialistes se situent au plan mtaphysique. N'oprent-ils pas le passage d'une phnomnologie de l'existence une mtaphysique de la contingence ? (p. 315). Ce ne serait donc pas la mthode phnomnologique comme telle qui nierait ou affirmerait la ralit de l'tre et la prsence de l'absolu. Ne serait-ce pas plutt l'ontologie nantisante ou cratrice , juxtapose la phnomnologie ? (p. 315).

    49. Simonne PLOURDE, La mtaphysique de Vesprance chez Gabriel Marcel, thse de doctorat en philosophie, Universit Laval, 1972, 515 p.

  • 164 PHILOSOPHIQUES

    C. Expos

    Les quinze (15) autres thses dont j'ai pris connaissance offrent chacune un expos de la philosophie de Gabriel Marcel. Elles s'efforcent de comprendre cette pense sinueuse et de l'articuler le plus clairement possible autour du thme choisi. Elles rvlent chez les auteurs un accueil sympathique rserv la pense marcellienne. En voici deux exemples :

    Notre contemporain n'est plus l 'homme de Descartes, mais bien plutt l 'homme de Pascal, homme jet dans l 'univers, avec sa grandeur et sa misre, problme pour lui-mme et pour les autres. Notre contemporain n'a jamais autant aspir la communion. Il voudrait rompre la solitude. Cette exigence nous est apparue comme caractrisant la pense de Gabriel Marcel5 0 .

    La philosophie de Gabriel Marcel est incomplte, et cela tient

    pour une part l 'ampleur et aux difficults inhrentes son

    entreprise. Mais le but qu'il s'est propos avant tout , c'est

    d'ouvrir l'esprit et de l'engager dans une recherche person-

    nelle . Sa pense demeure vivante, ouverte, et ne demande

    qu' tre prolonge. Comme il le dit lui-mme, elle introduit

    sur une voie difficile mais libratrice51 .

    Hermance Baril, dans la thse cite plus haut, a aussi exprim sa sympathie envers la pense marcellienne :

    L'tre engag marcellien rejoint donc l 'homme contemporain, centre de participations multiples et point de rencontre de communauts diverses, qui ne s'panouit que dans l'accepta-tion de responsabilits nombreuses (p. 21).

    Nous croyons que tout en captant les mouvements de l 'poque, l 'engagement marcellien sauvegarde deux valeurs essentielles l 'humanisme contemporain : la crativit et la fraternit (p. 312).

    Je pourrais poursuivre les citations. Celles-ci me parais-sent suffisantes pour appuyer ma conclusion : la pense de Gabriel Marcel a suscit l'intrt des tudiants canadiens et elle

    50. Charles GERVAIS, Vers une philosophie de la communication, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1962, 104 p. (p. 100).

    51. .Richard BORDELEAU, La dmarche mtaphysique de Gabriel Marcel et son enracinement existentiel, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1967, 236 p. (p. 233).

  • GABRIEL MARCEL A U C A N A D A 165

    a rencontr chez eux, tout au moins dans l'ensemble des thses que j'ai pu lire, un accueil favorable. Les deux critres poss au dpart du nombre des thses et de la valeur reconnue la philosophie de Gabriel Marcel par chacune autorisent cette conclusion.

    # * *

    3. LES LIVRES CONSACRS LCEUVRE DE GABRIEL MARCEL Si les thses prsentes dans les universits canadiennes

    sont relativement nombreuses, rares sont celles qui ont t publies. Quelques tudiants canadiens ont poursuivi leurs tudes dans les universits europennes et leur thse a t dite l'tranger. Il ne m'a pas t possible d'en faire un relev exhaustif. Voici les maigres rsultats de ma cueillette.

    A. Sur la philosophie de Gabriel Marcel : Grard Blanger, L'Amour, chemin de la libert ; essai sur la personnalisation (Paris, les ditions ouvrires, 1965, 181 p.) . Charles Widmer, Gabriel Marcel et le thisme existentiel (Paris, Ed. du Cerf, 1971, 244 p.) . Simonne Plourde, Gabriel Marcel, philosophe et tmoin de l'esprance, (Montral, P . U . Q . , 1975, 232 p.) .

    B. Sur l'existentialisme : F.T. Kingston, French Existentialism. A Christian critique, (Toronto, University of Toronto Press, 1961, 2 2 1 p . ) .

    C. Articles dans un collectif : Jacques Croteau, Une philosophie de la communion : Gabriel Marcel52. Jean Theau consacre quelques pages Gabriel Marcel dans son livre : La philosophie franaise dans la premire moiti du XXe sicle53.

    # # #

    4 . MISSIONS RADIOPHONIQUES, JOURNAUX, CERCLES ET

    ASSOCIATIONS

    Pour complter cette revue sur la prsence de Gabriel Marcel au Canada, je dois signaler la visite de Gabriel Marcel

    52. Yvon LAFRANCE et John KING-FARLOW, eds., La philosophie et les philosophes, tome II, Montral, Les ditions Bellarmin ; Paris-Tournai : Descle, 1973, p. 207-231.

    53. La Philosophie franaise dans la premiere moiti du XXe sicle, Ottawa, d. de l'Universit d'Ottawa, Coll. Philosophica , 1977.

  • 166 PHILOSOPHIQUES

    en 1956, quelques articles parus dans les journaux relative-ment au philosophe, les cercles et les associations qui diffusent la pense marcellienne.

    A. Gabriel Marcel au Canada

    Invit par la Socit d'tudes et de Confrences de Montral54 , Gabriel Marcel venait au Canada en 1956. Dans son numro du 7 avril, la Semaine Radio-Canada consacrait un article Gabriel Marcel et annonait une interview du philosophe Confrence de presse, mission simultanment radiodiffuse et tldiffuse le samedi, 9 avril55 . L'article mentionnait en outre la srie de causeries qui seraient donnes par Gabriel Marcel au rseau franais de Radio-Canada.

    Gabriel Marcel a crit, par la suite, deux autres textes pour la radio canadienne : propos de la bombe atomique (janvier I960) ; La philosophie de existence (fvrier 1961)56 .

    B. Les journaux

    Dans son numro du 21 mars 1969, le Devoir reproduisait un article du journal franais he Monde, d la plume du philosophe Etienne Borne et intitul : Matres de la sagesse : la pense de Gabriel Marcel .

    Le 28 aot 1971, La Presse publiait un article de Ccile Brosseau intitul : Adeptes de la pense de Gabriel Marcel au congrs des socits de philosophie .

    Le Devoir du 9 octobre 1973, annonait aux lecteurs canadiens la mort de Gabriel Marcel survenue la veille Paris.

    54. J'ai retrouv, aux Archives Gabriel Marcel, Paris, les titres des dix confrences que G. Marcel a prononces au Canada. Les voici : La croyance comme dimension spirituelle Religion et blasphme dans le thtre franais contemporain Justification et limites de la philosophie existentielle La fonction spirituelle du thtre Le crpuscule du sens commun L'tre devant la pense interrogative Mon itinraire philosophique Les diffrentes tendances du thtre d'aujourd'hui Pourquoi j'ai crit pour le thtre Hommage Charles Du Bos.

    55. C'est la suite de cette mission que A. ST-JACQUES a publi propos d'une affirmation de M. Gabriel Marcel , dans la Revue de l'Universit Laval. Voir note 14.

    56. Cf. Roger TROISFONTAINES, De l'Existence l'tre. Paris-Louvain, Nauwelaerts, tome II, p. 463 et 464.

  • GABRIEL MARCEL AU CANADA 167

    C. Les Cercles et les Associat ions

    Le professeur Alexis Klimov, de l'Universit du Qubec Trois-Rivires, a fond, il y a quelques annes, le Cercle Gabriel Marcel qui vise faire connatre la pense du philosophe. Trs vivant, le Cercle trifluvien regroupe mensuellement de soixante quatre-vingts personnes. chaque rencontre, on offre un expos sur un thme marcellien, suivi d'un change avec les participants57 .

    L'Association Prsence de Gabriel Marcel , cre Paris en 1975, compte actuellement plus de quatre cents (400) membres, de vingt et un pays diffrents. Font partie de cette Association une vingtaine de membres canadiens ; ce nombre situe le Canada au second rang, immdiatement aprs la France. L'Association internationale vise prolonger la pr-sence de Gabriel Marcel et diffuser sa pense ; elle publie annuellement un Cahier Gabriel Marcel.

    # # #

    Au terme de cette recherche qui visait identifier la prsence de Gabriel Marcel au Canada, je crois pouvoir affirmer que les Canadiens, et en particulier les Qubcois, manifestent de l'intrt pour l'uvre de Gabriel Marcel. La philosophie marcellienne fait l'objet d'tudes de la part de professeurs et d'tudiants, ainsi que nous avons pu le constater. Le grand public commence tre rejoint par le truchement des publications et des cercles. L'accueil rserv cette pense est pondr par une critique srieuse chez les professeurs. Les tudiants et le public sont rejoints par les valeurs contempo-raines de crativit, de fraternit, de communion, d'esprance que leur prsente la philosophie de Gabriel Marcel.

    Au Colloque Gabriel Marcel de Cerisy-la-Salle, en aot 1973, le professeur allemand Vincent Berning affirmait : Malgr les limites qui ont marqu jusqu' prsent les virtualits d'un accueil fait en Allemagne la pense marcel-lienne, je sais par mon exprience de professeur en contact avec des tudiants que cette pense est jeune et qu'elle a un avenir,

    57. Je tiens ces informations de M. Klimov.

  • 168 PHILOSOPHIQUES

    en Allemagne aussi58. Mon propre contact avec les tudiants me permet de formuler la mme affirmation et de croire un avenir pour la philosophie marcellienne au Canada.

    Universit du Qubec Rimouski

    58. Vincent BERNING, Donnes et Conditions de l'accueil fait en Allemagne , dans Entretiens autour de Gabriel Marcel, La Baconnire, Neuchatel, 1976, p. 219.

  • GABRIEL MARCEL AU CANADA 169

    APPENDICE

    A. Sources utilises

    Je tiens remercier vivement madame Yolande Thwaites qui, pour les fins de cette recherche, a effectu le dpouille-ment des sources suivantes :

    Bibliographie du Qubec, 1968-1977 incl. Bibliographie d'Histoire littraire franaise, 1956-1976. Cahiers bibliographiques des Lettres qubcoises, 1966-

    1969. Canadiana, 1950-1978 (fv. incl.). Canadian Books in Print, 1967-1977. Canadian Book Review Annual, 1975 et 1976. Canadian Journal of Philosophy, Guelph, Ontario, 1971-

    1976. Canadian Journal of Philosophy, Guelph, Ontario, 1975 et

    1976. Canadian Periodical Index, 1948-1977. Catalogue de l'dition au Canada franais, 1965-1971. Cirpho, 1973-1976. Dialogue, 1962-1977. French VII, 1940-1948. Index analytique, 1966-1972. Index de l'Actualit, 1972-1977. Laval Thologique et Philosophique, 1945-1978 (juin

    incl.). Livres et Auteurs Qubcois, 1961-1976. Mill News Letter, Toronto, 1965-1976. MLA International Bibliography, 1921-1925, 1972-1975. Periodex, 1972-1978 (fv. incl.). Philosophiques, 1974-1977. Phi zero, 1973-1977. Radar, 1972-1977. Rpertoires des thses, 1970-1975.

  • 170 PHILOSOPHIQUES

    Rpertoires des thses : Rpertoire des thses littraires, 1969-1971. Guide bibliographique des thses littraires canadien-

    nes, de 1921 1969. Inventaire des recherches en cours dans les humanits,

    1972. Thses des gradus canadiens dans les humanits et

    les sciences sociales. Thses canadiennes, 1947-1969-

    Revue de l'Universit d'Ottawa, 1931-1976. Russell : The Journal of the Bertrand Russell Archives,

    Hamilton, Ontario, 1971-1975. Socit de Philosophie du Qubec, Bulletin, 1974-1978

    (avril incl.).

    B. Liste des thses rpertories

    L'astrisque indique les thses que j'ai pu me procurer pour en faire la lecture.

    AUDY, Andr, De la participation du moi au corps et son prolongement, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1964, XX-68 p .

    #BARIL, Hermance, L'engagement personnel chez Gabriel Mar-

    cel, thse de D. P H . , Universit de Montral, 1968, 376

    P-

    *BLAIR, Andr, L'opposition de la personne au on selon Gabriel Marcel d'aprs Ou Refus l'Invocation, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1967, 125 p .

    BONNELLY, Claude, Camus et Marcel : examen compar de leur mthode face l'inquitude et l'absurde, thse de licence en philosophie, Qubec, Universit Laval, 1968.

    *BORDELEAU, Richard, La dmarche mtaphysique de Gabriel Marcel et son enracinement existentiel, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1967, 236 p .

    BOISCLAIR, Normand, Vers l'interprtation d'un ralisme existentiel de la philosophie de Gabriel Marcel, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1966.

  • GABRIEL MARCEL AU CANADA 171

    *BULGER, D. Michael, Problem and mystery ; a fundamental distinction in the philosophical writings of Gabriel Marcel, thse de M.. , Halifax, St. Mary's, 1967.

    *CHARBONNEAU, Franois, Recherches sur la notion de disponibilit dans la philosophie de Gabriel Marcel, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1964, 148 p .

    CHARBONNEAU, Guy, Essai sur Vesprance, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1962.

    CHARRON, Ghislain, L'ontologie phnomnologique de Gabriel Marcel, thse de M.A. , Universit d'Ottawa, 1964.

    CHENE, Adle, Nos rapports avec autrui. Vautre prsent et connu. Vers le conflit ou la rencontre, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1962.

    D ANE AU, Paul, Le corps chez Gabriel Marcel, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1964.

    DELORME, Robert. Vers la communication esprance. Dfi. Inquitude. Patience et dsespoir. Amour. Esprance, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1964, 72 p .

    *DES GROSEILLERS, Pierre, La fidlit dans uvre tre et Avoir de Gabriel Marcel, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1964, 87 p .

    #DES ROCHES, Philippe, Les conditions ontologiques de la communication chez Gabriel Marcel, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1964, 86 p .

    #DESROCHERS, Claude, Critique de la prtention sous-jacente la pense pure et abstraite dans les uvres philosophiques de Gabriel Marcel, thse de licence en philosophie, Univer-sit de Montral, 1966, 255 p .

    DUCLOS, Gilles, Savoir et technique chez Gabriel Marcel, thse de M.A. , Universit d'Ottawa, 1972, 117 p .

    EVANS, Elisabeth Mary, The problem of love and communica-tion in Sartre and Marcel, thse de M.A. , Toronto University, 1965.

  • 172 PHILOSOPHIQUES

    #GRIN-LAJOIE, Marie, Recherche sur la connaissance dans la philosophie de Gabriel Marcel, thse de licence en philoso-phie, Universit de Montral, 1959, 105 p .

    #GERVAIS, Charles, Vers une philosophie de la communication ; essai sur la philosophie de Gabriel Marcel, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1962, 104 p .

    *GlNGRAS, Thrse, Le mystre de la foi dans la philosophie existentielle de Gabriel Marcel, thse de D. P H . , Universit de Montral, 1966, 352 p .

    LABRECQUE, Marie, (Sr Isabelle-du-Rosaire), L'esprance chez Gabriel Marcel, thse de matrise en se. religieuses, Universit de Montral, 1964, XIV-84 p .

    LAUZON, Roger, La doctrine de la personne chez Gabriel Marcel et ses implications dans une philosophie de ducation, thse de matrise en philosophie, Universit de Montral, 1959, 47 p .

    * LEPAGE, Daniel, L'amour chez Gabriel Marcel, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1966, 87 p .

    MAC NEIL, Claude, The philosophy of Gabriel Marcel and contemporary emphasis in education, Universit d'Ottawa, 1969.

    M ARTINE AU, Alain, La Gense du Qui suis-je chez Gabriel Marcel, thse de matrise en philosophie, Univer-sit de Montral, 1975

    #MASSICOTTE, Jean-Marie, Le thtre de Gabriel Marcel, laboratoire du philosophe, thse de D.E.S. en Lettres, Qubec, Universit Laval, 1968, 136 p .

    *MNARD, Yolande, Approches de la notion de vrit chez Gabriel Marcel, thse de licence en philosophie, Univer-sit de Montral, 1962, 114 p.

    #MORGAN, Gerald-A., Connotational thinking in the philoso-phy of Gabriel Marcel, thse de M.A. , Universit de Montral, 1955, 58 p .

  • GABRIEL MARCEL AU CANADA 173

    NOWOTNY, Joan, Freedom and being in the thought of Gabriel Marcel, thse de M.. , Toronto University, 1966.

    NOWOTNY, Joan, Gabriel Marcel's philosophy of hope, thse de PH. D . , Toronto University, 1974, 371 p .

    #PLOURDE, Simonne, La mtaphysique de l'esprance chez Gabriel Marcel, thse de D. P H . , Qubec, Universit Laval, 1972, 515 p .

    * RODRIGUE, Real, Le rapport de la pense et du sentir dans la philosophie concrte de Gabriel Marcel, thse de licence en philosophie, Universit de Montral, 1964, 58 p .

    #SERRES, Jeannine, Philosophie de la chastet chez Gabriel Marcel, thse de D. P H . , Universit de Montral, 1970, "> C "> ^_

    DJD p .

    #VALLIRES, Guy, Gense de la notion de mystre dans Etre et Avoir de Gabriel Marcel, thse de M.A. , Universit de Montral, 1969, 155 p .

    N . B . : S'il y a des oublis dans cette liste, je m'en excuse et je serai reconnaissante envers qui me les signalera.