Prospective maroc 2030 energie 2030, quelles options pour le maroc

download Prospective maroc 2030 energie 2030, quelles options pour le maroc

of 76

  • date post

    05-Aug-2016
  • Category

    Documents

  • view

    224
  • download

    4

Embed Size (px)

description

 

Transcript of Prospective maroc 2030 energie 2030, quelles options pour le maroc

  • Energie 2030

    Quelles optionspour le Maroc ?

  • 3PRSENTATION

    Sous le Haut Patronage de Sa Majest le Roi et dans le cadre dune approche rnove de laplanification du dveloppement conomique et social du pays, le Haut Commissariat au Planconduit une rflexion prospective sur le Maroc lhorizon 2030 privilgiant une approchestratgique conforme aux nouvelles donnes dune conomie nationale ouverte la comptitioninternationale. Cette rflexion, qui vise lexploration des futurs possibles du pays, a t structureautour dateliers participatifs, forums, sminaires, confrences-dbats, appuys par des tudesthmatiques et sectorielles et des enqutes de terrain. Ces activits ont trait des problmatiques caractre gnral portant sur lenvironnement gostratgique et goconomique, rgional etmondial de notre pays, les structures de son conomie, les sources historiques et potentiellesde sa croissance, les permanences, changements et enjeux de notre socit, ou encore les modlesclairant les rapports entre croissance conomique et dveloppement humain. Lensemble deces travaux a constitu pour le systme Maroc ce que les spcialistes de la prospective appellent la base . Il sagit dune srie de donnes, danalyses et de rflexions sur le pass, le prsentet les volutions tendancielles de chacune des composantes du systme permettant den dgagerles forces et les faiblesses, les tendances et les facteurs de changement.

    Par ailleurs, le cadrage macroconomique et socital ne pouvait se passer dclairages sur dessecteurs spcifiques de lactivit conomique. A cet effet, trois secteurs ont t soumis cettedmarche prospective. Ceux-ci ont t choisis en raison soit de leur poids actuel et futur surlvolution de notre pays cest le cas en particulier de lagriculture soit du caractre prioritaireque leur confre lorientation de la politique gouvernementale cest le cas videmment dutourisme soit, enfin, de la dimension quils revtent dans notre pays en raison des contraintesquils constituent pour le dveloppement durable et la comptitivit de notre conomie, cestle cas typique de lnergie. Procdant de cette rflexion, un plan stratgique de dveloppementconomique et social couvrant la priode intermdiaire 2007-2015 a t labor. Ce planprsente des scnarios de politiques conomiques sarticulant autour des vecteurs de la croissanceet du dveloppement humain.

    Lensemble de ces travaux a fait lobjet dun processus dit de restitution dans des ateliersouverts, au niveau national et rgional, aux chercheurs, oprateurs conomiques et acteursde la socit civile, en vue dlargir le dbat sur les problmatiques et les scnarios du futurdu Maroc pour en permettre, justement, lappropriation par le spectre le plus tendu possiblede lopinion publique. A en juger par lintrt suscit, travers le pays, par la prsentationdes diffrents scnarios, ce processus de restitution semble devoir rpondre lattente de plusieursmilieux soucieux de lavenir du pays. Il constitue, par l mme, une contribution laccrditationauprs de lopinion publique de la prospective comme dmarche loigne de toute prdictionou futurisme pour tre une invitation lexploration des futurs possibles et au choix parmi

  • 4Energie 2030Quelles options pour le Maroc ?Prsentation

    des futurs souhaitables. A ce titre, elle constitue un processus dinitiation la libert o lavenirnchappe pas la volont des hommes et leur capacit den matriser le cours. Quel autredomaine que lnergie peut, cet gard, mieux illustrer cette imprieuse ncessit pour unecollectivit nationale de matriser son avenir en simposant le devoir de mesurer la pertinencede ses choix immdiats la lumire de leurs consquences sur les gnrations futures ?

    Lnergie constitue, de toute vidence, un facteur stratgique pour le dveloppement conomiqueet social. Souligner son impact sur lefficience conomique, lquit sociale et lquilibrecologique, cest relever la centralit de la place quelle occupe dans le concept de dveloppementdurable par lequel la communaut internationale exprime les exigences du souhaitable socitalde la modernit. Cest aussi apporter un clairage significatif quelques-uns des grands enjeuxgostratgiques.

    Ltroite relation entre nergie et croissance explique laugmentation croissante de la demandednergie, dans certaines tapes du dveloppement, lorsque les besoins de produits industrielset dquipements de transport sintensifient, cette demande peut mme crotre plus vite quela croissance de lconomie.

    Ce phnomne cre une pression considrable sur des ressources nergtiques nonrenouvelables et un besoin croissant dinvestissements massifs. Les pays qui nen disposentpas ou pas suffisamment sur leur territoire voient ainsi augmenter leur dpendance vis--visde lextrieur. Cest dans ce contexte que la problmatique de lnergie est devenue une sourcepermanente dalimentation de nombreux conflits internationaux. Lusage de lnergie a, parailleurs, des consquences environnementales dont on na pas encore identifi parfaitementles effets long terme, mais qui affectent dj la qualit de vie dans de nombreux territoires.La problmatique de lnergie dborde ainsi le cadre conomique et touche directement denombreux aspects politiques, sociaux et environnementaux qui conditionnent la vie humainesur notre plante.

    Le poids de ces contraintes est ainsi lorigine du consensus, de plus en plus large au sein dela communaut internationale, pour la mise en uvre de politiques actives visant rduirele contenu nergtique de la croissance conomique et modifier la structure de la consommationdes vecteurs nergtiques au profit des nergies renouvelables. Cette double action a, en outre,vocation accrotre les exigences cologiques de la demande des biens et services exportableset sa sensibilit leur contenu en nergie. Ds lors, les rapports entre intensit nergtique,dun ct, et croissance conomique et bien-tre social, de lautre, devraient avoir tendance perdre de leur rigidit en fonction des niveaux de recours aux diffrents vecteurs nergtiquesprimaires. Ces volutions constituent une illustration de la forte corrlation entre modlenergtique et choix socitaux. Elles montrent galement que les marges de manuvre de lactioncollective en faveur du dveloppement durable restent, malgr tout, suffisamment larges.

    Il faut cependant dire que la lourdeur des investissements requis par le dveloppement desstructures de production et de distribution de lnergie influence pendant longtemps lesconditions territoriales de celles-ci. Le capital productif dnergie requiert, en effet, plusieursdcennies pour tre amorti. Aussi, quelles que soient les marges de manuvre, la politiquenergtique sinscrit ncessairement dans la dure. Un pays est ainsi libre de choisir son cadrenergtique, mais il ne peut le modifier substantiellement quau bnfice des gnrations futures.Tout dbat sur la politique nergtique devient, par dfinition, un dbat sur des enjeux daveniret renvoie des choix de modle de socit auxquels aspire une collectivit nationale. Dolintrt de la prospective pour lui donner une consistance utile.

  • Sagissant du Maroc, il est vident quil ne dispose pas en tout cas pas encore de ressourcessignificatives en matire dnergie primaire. Il a, en outre, un systme de production et deconsommation encore peu dvelopp. Il est appel faire face, au cours des vingt-cinqprochaines annes, au dfi de lmergence conomique tellement ncessaire pour satisfaireles aspirations au bien-tre de sa population dans un contexte de globalisation et de comptitivitinternationale. Ses performances vont, de toute vidence, dpendre, en grande partie, de seschoix nergtiques. Ces choix sont aujourdhui particulirement ouverts dans la mesure ole pays peut encore opter, moindre cot en comparaison avec les pays soumis la forcedinertie des infrastructures du pass pour des solutions qui rduisent la consommationdhydrocarbures en agissant notamment sur les rseaux de transport ou en dveloppant laproduction lectrique dorigine nuclaire, solaire ou olienne, rduisant du mme cot lesmissions de gaz effet de serre et renforant les objectifs du dveloppement durable.

    La prsente tude Energie 2030 : quelles options pour le Maroc ? consacre aux enjeuxnergtiques du Maroc lhorizon 2030 vise, avant tout, apporter de nouveaux clairagesprospectifs aux dcisions collectives en matire de politique nergtique quimpliquent leschoix de socit oprs par notre pays et, au-del, contribuer une prise de conscience desconsquences possibles de ces choix. Cest dans les limites de cette dmarche que trouve sonsens llaboration des scnarios en tant quinstruments privilgis par lesquels la prospectiveessaie dexplorer, sur la base dhypothses plausibles, les futurs possibles, compte tenu desatouts et contraintes multiples, quelles soient conomiques, sociales, technologiques oufinancires.

    Trois scnarios ont t construits. Chacun deux identifie une situation possible assez diffrentede la situation actuelle afin dclairer ltendue du champ dcisionnel relevant des autoritsinstitutionnelles. Pour faciliter la rflexion sur les futurs possibles caractre alternatif etqui sont au nombre de deux lun dit scnario du volontarisme nergtique et lautredit scnario du rgionalisme ouvert , un scnario de rfrence est prsent en premier lieu.Il est bas sur un ensemble de considrations rputes fort probables dans les milieux expertset qui relvent de ce qui est souvent appel le savoir conventionnel . Il faut dire que lescnario de rfrence est beaucoup plus proche dun exercice dextrapolation des tendancespasses.

    Ce scnario de rfrence ou tendanciel se situe, en effet, dans la logique dune croissancetendancielle de l'ordre de 4 %, de la poursuite de la globalisation conomique avec des difficultsde coopration maghrbine et euro-mditerranenne et d'un prix futur lev de l'nergie(pouvant se situer au-del de 100 $/baril lhorizon 2030). La demande totale d'nergie associe ce scnario est, sous lhypothse du maintien de son lasticit par rapport la croissance(1,6), de l'ordre de 48 m