Prospective des métiers et qualifications (PMQ) : bilan … · prospective des métiers et des...

of 40/40
Prospective des Métiers et Qualifications (PMQ) : bilan et perspectives Février 2018
  • date post

    15-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    216
  • download

    14

Embed Size (px)

Transcript of Prospective des métiers et qualifications (PMQ) : bilan … · prospective des métiers et des...

  • Prospectivedes Mtiers et Qualifications (PMQ) : bilan et perspectives

    Fvrier 2018

  • Fvrier 20181

    Cela fait bientt trente ans que la France sest engage dans la production dexercices de prospective des mtiers et des qualications, intituls PMQ. Aprs trois exercices publis, dont deux sur des horizons qui sont dsormais rvolus (2010 et 2015), France Stratgie et la Dares, pilotes de ces exercices, ont dress un bilan dtaill de ces dmarches : le quatrime exercice, sengage en 2018, il est apparu ncessaire de nourrir la rexion des nouvelles instances de pilotage avec les enseignements tirs de ce bilan.

    La dmarche tait ambitieuse : elle sest droule sur plus dun an (mi 2016-mi 2017) et sest appuye sur des enqutes, des analyses, des entretiens, un sminaire international, lobjec-tif tant de croiser des points de vue complmentaires. Les prcdents producteurs de lexer-cice, les anciens prsidents du groupe PMQ et les quipes en charge de la ralisation des projections, ont tout dabord apport leur regard prcieux pour reconstituer les dmarches, les mthodes, les orientations prises depuis prs de trente ans.

    Le recul historique nous a permis, par exemple, didentier les carts entre les projections dem-plois par domaines professionnels et les volutions observes (2010 et 2015). Ces analyses ont rvl que les principales tendances dix ans ont bien t anticipes (tertiarisation et fminisation des emplois, hausse des emplois les plus qualis) ; en revanche, des carts pour certaines familles de mtiers sont invitables et nous rappellent que la prospective nest pas de la prvision.

    Les exercices PMQ sont avant tout des outils de dialogue et de rexion pour les acteurs de lemploi de la formation et de lorientation professionnelle. Cest pour cette raison que nous avons interrog ces utilisateurs an de recueillir leur point de vue sur lutilit de ces projec-tions, et les entendre sur leurs attentes : experts de lobservation et de la prospective des mtiers, institutions nationales et rgionales en charge des politiques Emploi, Formation et Orienta-tion Professionnelle et oprateurs de ces politiques : ce sont au total plus de 200 acteurs qui ont rpondu aux dirents questionnaires ou entretiens raliss. Ces tmoignages ont t particulirement riches et utiles pour penser la nouvelle feuille de route du prochain exercice, PMQ IV.

    Enn, les enseignements que lon peut tirer de lexprience de nos homologues internatio-naux ont t particulirement pertinents pour conforter les mthodes que nous avons utilises jusquici et dcouvrir de nouvelles approches mthodologiques sur lore de travail, les mobilits professionnelles, la confrontation entre lore et la demande de travail pour identier des tensions, etc.

    Ce bilan prsente la synthse de ces dirents travaux et je tiens ici remercier lensemble des acteurs qui y ont contribu.

    Jean-Christophe SciberrasPrsident du Groupe Prospective des Mtiers et Qualications

  • Fvrier 20183

    SOMMAIRE

    I 3 - PRAMBULE 4

    I 1 - HISTOIRE 5

    I Les exercices PMQ dans le temps 6 I Organisation du pilotage et de la production 8 I Le schma gnral de lexercice PMQ III 9I Retour sur les rsultats : quels enseignements ? 11

    I 2 - QUELS USAGES ? QUELLES ATTENTES ? 13

    I Valorisation et diusion : Les Mtiers en 2022 14I Les usages et lutilit de Mtiers en 2022 : verbatim 15I Les attentes pour le prochain exercice 18

    I 3 - QUELS MODULES ? QUELLES MTHODES ? 25

    I Benchmark : comment font nos homologues internationaux ? 26I Benchmark : horizons et priodicit 27I Benchmark : des pratiques partages avec les autres pays 28I Benchmark : les approches complmentaires 30

    I 3 - CONCLUSION 32

    I 3 - ANNEXES 33

    I Entretiens semi-directifs et enqute experts 33I Enqute en ligne Usagers 34I Benchmark international 35I Glossaire 36

  • Fvrier 20184

    PRAMBULE

    I Objectifs du bilan

    I Tirer les enseignements des prcdents exercices PMQ, et de lexprience de nos homologues trangers, recueillir les attentes et besoins des utilisateurs de PMQ, pour construire le prochain exercice PMQ IV

    I Ce bilan a t construit partir de plusieurs modules (cf. annexes)

    I Des entretiens semi-directifs avec les anciens prsidents et rapporteurs des exercices PMQ

    I Des entretiens semi-directifs avec des reprsentants des instances en charge des politiques demploi, de formation, dorientation professionnelle (EFOP)

    I Deux questionnaires en ligne, le premier destination dexperts mtiers (70 contacts), le second dusagers de lexercice (1 100 contacts). La majorit des ques-tions taient fermes, quelques questions ouvertes ont t intgres, dont sont tirs quelques verbatim

    I Un questionnaire et un sminaire runissant des experts trangers de la prospec-tive des mtiers et qualications, an de raliser un benchmark et dchanger sur les pratiques et mthodes utilises par nos homologues

    I Une analyse rtrospective des trois exercices PMQ I, II et III (contextes de mise en uvre, gouvernance des exercices, retours sur les rsultats par comparaison des projections et des observations)

    I Nous remercions toutes les personnes qui ont contribu ce bilan

  • Janvier 201845

    HISTOIRE1

  • 6

    Les exercices PMQ dans le temps

    Fvrier 2018

    Le groupe PMQ est nomm

    par le gouvernement

    Lettrede missionPMQ II

    Lettrede missionPMQ III

    Lettrede missionPMQ IV

    Rapport Freyssinet : Pour une prospective des mtiers et des qualications

    Rapport CAS DARES : Les Mtiers en 2015 (2005-2015)

    Note DARES CAS(2010-2020)

    Rapport FS DARES : Les Mtiers en 2022 (2012-2022)

    Bilan PMQ

    1992La France

    entre en rcession

    2001clatement

    de la bulle internet

    2008Crise nancire

    mondiale

    Lettrede mission

    Lettrede missionPMQ I

    2011Crise de la dette

    publique en zone euro

    Dbut 2000Bulle internet

    Fortes crations d'emplois

    19911992

    19931994

    19951996

    19971998

    19992000

    20012002

    20032004

    20052006

    20072008

    20092010

    20112012

    20132014

    20152016

    20172018

    20192020

    20212022

    Rapport CGP DARES : Avenirs des mtiers (2000-2010)

    1998-1999Dbut des dparts massifs

    en retraite des baby-boomers

    1990-1991La conjoncture

    conomiquese dgrade

    (Monde/France)

    2008-2014Croissance atone

    150 000 emplois dtruits

    2015Reprise

    des crations d'emploi

    PUBLICATIONS

    COMMANDES

    LE BIAISDU PRSENTPOUR LAVENIR

    LE BIAISDU PRSENTPOUR LAVENIR

  • Fvrier 20187

    PMQ dans le temps

    I Les exercices PMQ ont t relancs la n des annes 1990 : depuis, trois ont t ralissI Les exercices de prospective raliss dans le cadre des plans labors par le Com-missariat gnral du Plan sont abandonns dans les annes 1970 : crise conomique et crise de ladquationnisme formation/emploi

    I Le rapport Pour une prospective des mtiers et des qualications (Freyssinet, 1991) propose un cadre qui sera progressivement mis en uvre dans les dirents exercices

    I La mise en place dun groupe multipartite pour analyser les besoins et dun groupe technique : le groupe PMQ, ds 1997

    I Le pluralisme des mthodes de prospective macro, pour se mettre daccord sur un cadrage commun : PMQ I, II et III

    I Un lieu pour confronter les approches sectorielles et territoriales et assurer plus de cohrence : des groupes de travail au milieu des annes 2000 (Promthe) ; le REC en 2015

    I Pour tous les exercices, les contextes conomiques ont t dterminants pour la dnition du cadrage macroconomique

    PMQ dans le temps : le biais pour le prsent

    I PMQ I (2000-2010) - Hypothses de forte croissance du PIB (+2,4% / an) et de lemploi(+2,8 M), forte baisse du chmage, dans un contexte de bulle internet, de dbut de dpart en retraite des baby-boomers, de prolongement des tudes pour les jeunes

    I Dans les faits : clatement de la bulle internet, crise nancire de 2008, rformes des retraites, participation croissante des femmes au march du travail ; la croissance de lemploi sur la priode a t deux fois moins importante ; le chmage a progress

    I PMQ II (2005-2015) - Le contexte est favorable (reprise aprs lclatement de la bulle internet), mais les hypothses du cadrage macro restent prudentes : +2% de croissance du PIB, + 1 M demplois crs, et taux de chmage 7,5% en n de priode

    I Dans les faits : deux crises (nancire et dette publique), mais une croissance de lemploi proche du niveau projet (916 000 crations sur la priode)

    I PMQ III - Des hypothses macro rvises en raison de la crise de la dette publique de 2011I 2010-2020 - Scnarios labors avant la crise de la dette publique de 2011 (reprise post-2009) ; +1,9% de croissance annuelle du PIB, gains annuels de productivit (+1,4%), +1,5 M demplois crs, taux de chmage 8,5% en n de priode et gains de productivit

    I 2012-2022 - Scnarios actualiss en 2014 (trs faible croissance) ; le scnario central fait lhypothse dune sortie de crise progressive (PIB : +1,4%, productivit : +0,8%, 1,7 M demplois crs sur la priode, taux de chmage n de priode 8%)

  • 8

    Organisation du pilotage et de la production

    Fvrier 2018

    Instances de pilotage

    Organisation de la production

    PMQ I Avenirs des mtiers

    PMQ II Les mtiers en 2015

    PMQ III Les mtiers en 2020

    Prsident : C. SEIBEL Vice-prsident : ducation nationale CGP, DARES et CEE sont prsidents des trois ateliers thmatiques. Le Groupe PMQ est compos des partenaires sociaux, administrations et organismes publics, Conseils rgionaux et OREF

    Coordination par le CGP : mission de rapporteur gnral Projections quantitatives : DEPP et DARESProspective qualitative : le CEREQ, le CEE, le CNAM sont chacun rapporteurs dun groupe de travail

    Prsident : G. ASSERAFLe groupe PMQ dnit le programme de travail et valide les travaux. Compos des partenaires sociaux, du COE, du CNFPLTV, des administrations centrales, instituts de statistiques (INSEE, DEPP), de lAFPA, du CEREQ, de lANACT, de lONISEP, de lAFPA, de lANPE

    Rapporteurs : DARES et CASComit technique compos des producteurs de projections : lOFCE (cadrage macro), lINSEE (pop. active), DARES (projections par mtiers), DEP (sortants du systme ducatif ), CAS (dparts en n de carrire) ; entretiens qualitatifs avec les observatoires de branches + autres institutions (CEREQ, ANPE, COR, CARIF-OREF le-de-France)

    Prsident : G. ASSERAF puis J. F. COLIN La composition du comit dorientationPMQ est similaire celle des groupes PMQ des prcdents exercices. Des reprsentants de lANDRH, de lARF, du CEDEFOP, de la DG Emploi de la Commission europenne, sont galement membres du comit dorientation

    Rapporteurs : DARES et CAS/France Stratgie

    Comit technique compos de : INSEE, Ple emploi, DG Trsor, DGEFP, DEPP, Secrtariat gnral limmigration, groupe ALPHAProductions : DARES et CAS/France Stratgie Population active : InseeProjections macro / sectorielles : Erasme

  • 9

    Le schma gnral de lexercice PMQ III

    Fvrier 2018

    Projections de population activeINSEE

    Scnarios macro-sectorielsFrance Stratgie avec ErasmeNemesis

    Projections demploipar mtiers et qualicationsDARES

    Part des jeunes, des seniors, des femmes dans les mtiers en croissance et en dclin+ Localisation gographiqueFrance Stratgie

    Rsultats hors modle

    Projections sectoriellesFrance Stratgie

    Confrontation avec les observatoires des branches et des experts sectorielsFrance Stratgie et DARES

    Dparts en n de carrireFrance Stratgie avec COR

    Eets de la rforme de 2010 surles projections de dparts en retraiteINSEE

    DIAGNOSTIC ET RAPPORT

  • 10Fvrier 2018

    DEMANDE DE TRAVAIL (MODLE MACRO-SECTORIEL)Rsultat : projections de demande de travail (valeur ajoute et productivit) par niveau de diplme x branche dactivitSources : modle macro-sectoriel (NEMESIS) cal sur des projections macroconomiques, scnario Business As UsualHypothses : chocs par rapport au scnario BAU

    QUILIBRE SUR LE MARCH DU TRAVAILRsultat : projections demploi en quivalent temps plein (valeur ajoute et productivit) par qualication x branche dactivit

    MATRICES DE PASSAGE TECHNIQUERsultat : projections demploi (ETP) par secteur et qualicationSources : Comptabilit nationale (INSEE)Hypothses : matrices de conversion [emplois (ETP) par branche (NEMESIS) emploi par branche (Comptabilit nationale)] x [emplois (ETP) par branche (Comptabilit nationale) emplois (ETP) par secteur (Comptabilit nationale)]

    RPARTITION DU TEMPS DE TRAVAILRsultat : projections demploi en personne physique (PP) par secteur et qualication (Comptabilit nationale) Sources : Comptabilit nationale (INSEE) et enqute Emploi (2003-2015)Hypothses : volution du ratio PP / ETP par secteur

    MATRICE SECTEUR X MTIERRsultat : projections demploi (PP) par mtier Sources : enqutes Emploi 1982-2015 (DARES) Hypothses : projection de la structure des mtiers par secteur dactivit et par qualication

    OFFRE DE TRAVAILRsultat : projections de population active par ge x diplme (high skilled / low skilled) x branche dactivit Sources : projections de population active par ge (INSEE)

    DPARTS EN FIN DE CARRIRE PAR MTIERRsultat : projection du nombre de dparts en n de carrire par mtierSources : modle Prolage (France Stratgie), modle Destinie (INSEE)Hypothses : anticipation des dparts en n de carrire

    POSTES POURVOIR PAR MTIER, SOUS CONTRAINTE DES HYPOTHSE MACROCONOMIQUES DU MODLE

    SCNARIO MACROCONOMIQUESources : scnarios de croissance du FMI, du CEPII, de lUnion europenne, de la DG Trsor, du COR, etc.Dicults : complexit du modle et priode de forte incertitude do dicult se mettre daccord sur un sentier de sortie de crise Hypothses : respect de lajustement budgtaire, consensus forecast sur prix conomiques mondiaux et demande mondiale, ralentissement modr de la productivit (hypothse centrale INSEE)

    Partie ralise par France Stratgie / DARES

    Partie ralisepar le modle (NEMESIS)

    +

    =

    +

    Rajustement des projections demploi en fonction de la concertation avec les branches et des dires dexpert

    en cohrence avec les rsultats du modle

    Toute cette suite de conversions dpend dhypothses hors modles

    Plus la sortie du modle est dsagrge et plus sa nomenclature est proche de celle de la comptabilit nationale

    moins les hypothses de conversion seront fortes

    Concertation largie (comit de pilotage institutions,experts) sur les hypothses et les rsultats macro-

    conomiques pour lexercice 2010-2020, plus rduitepour 2012-2022. Une grande partie des dicults

    se concentre sur le scnario Business As Usual qui nestpas conu dans les modles pour tre plausible

    mais sanalyse en dirence

    +

  • Fvrier 201811

    Retour sur les rsultats : quels enseignements ?

    I PMQ I, des tendances conrmes

    I Poursuite de la tertiarisation des emplois : les mtiers de services sont les plus dynamiques

    I Le diagnostic a anticip limportance de lapproche par les comptences, la nces-sit de les acqurir et les signaler tout au long de la vie, les profondes mutations engendres par les TIC

    I Le diagnostic anticipe une hausse des mobilits professionnelles : les plus fragiles sur le march du travail doivent tre accompagns

    I Des carts observs

    I Les fortes pertes demplois dans les domaines professionnels (mtiers douvrier) de lindustrie, du transport et manutention nont pas t anticipes

    0,0 0,5 1,0 1,5 2,0-0,5-1,5 -1,0-2,0-2,5 2,5 3,0

    Ensemble

    Administration publique, arme, police

    ducation, sant, culture

    Mtier de services aux particulierset aux collectivits

    Mtiers de services aux entreprises

    Commerce, htellerie restauration

    Transports, manutention

    Industrie

    Btiment

    Agriculture

    volution de lemploi par domaine professionnel entre 2000 et 2010Taux de croissance annuel moyen en pourcentage

    volution projete 2000-2010 volution observe 2000-2010

    Champ : mnages ordinaires ;

    France mtropolitaine

    Source :Insee, enqute Emploi

    2000 2010 ; Dares, sries rtropoles

    2000 2002 ; France Stratgie-Dares

    (Les mtiers en 2022- Annexe 2, page 366)

  • Fvrier 201812

    I PMQ II, des tendances conrmes

    I Croissance du taux dactivit des seniors et des femmes

    I Tertiarisation des activits et des mtiers

    I Polarisation des qualications (croissance forte de lemploi quali)

    I Augmentation massive des dparts en n de carrire

    I Enjeu majeur de gestion de la main-duvre (phnomnes de tensions et de dicults de recrutement)

    I Des carts observs

    I Pertes demplois dans le domaine professionnel (mtiers douvrier) de lindustrie sous-estimes

    I Pertes demplois dans le domaine du btiment

    0,0 0,5 1,0 1,5-0,5-1,0-1,5

    Ensemble

    Administration publique, arme, police

    ducation, sant, culture

    Services aux entreprises

    Commerce, htellerie restauration

    Transports, manutention

    Industrie

    Btiment

    Agriculture

    volution de lemploi par domaine professionnel entre 2005 et 2015Taux de croissance annuel moyen en pourcentage

    volution projete 2005-2015 volution observe 2005-2015

    2,0

    Services aux particuliers et aux collectivits

    Champ : mnages ordinaires ;

    France mtropolitaine

    Source :Insee, enqute Emploi

    2005 2015 ; France Stratgie-Dares (Les

    mtiers en 2022 - Annexe 2, page 372 ; mise jour donnes

    2013-2015 2013-2014 pour les

    mtiers de la Fonction publique ; mai 2017)

  • Janvier 2018413

    QUELSUSAGES ?

    QUELLES ATTENTES ?

    2

  • Fvrier 201814

    Valorisation et diffusion : LesMtiers en 2022I Plus de 50 prsentations en deux ans, en rponse aux sollicitations, qui touchent un

    public trs vari : du dcideurde lEFOP au lycen

    I Ministres, services dconcentrs, tablissements publics : ministre de lduca-tion nationale, Rectorats, DAFPIC et DAFCO, inspecteurs de lducation nationale, Ple emploi et directions rgionales

    I Instances nationales : Conseil national de lindustrie, Commission nationale des services, le Conseil national de lemploi, de la formation et de lorientation profession-nelles, Conseil national ducation conomie, Conseil dorientation pour lemploi, INRS I Organisations professionnelles et syndicats : Alimentaire, FFB, CFTC, UDES, UNAPL, Aide domicile I Acteurs territoriaux : Brest Mtropole, Carif-Oref, Rgions, associations dtablisse-ments et tablissements denseignement suprieur

    I Organisations internationales : UNESCO, CEDEFOP, ministre de lducation du Qubec,

    I Autres : Socit franaise dvaluation, AGEFIPH, Universits dhiver de la formation professionnelle, Lyce Turgot

    I Le document le plus tlcharg sur le site de France Stratgie

    I 35 300 tlchargements sur le site de France Stratgie (cumul depuis publication juillet 2014 oct. 2017) (deuxime score 9 200, troisime score 7 900)

    I Une trs large couverture mdiatique : 1 120 retombes mdias depuis 2014 dont 593 en 2015

    I Par ordre dcroissant : mdias internet presse quotidienne rgionale (PQR) et presse spcialise, reprises des communiqus de presse (AFP, Reuter), grands quotidiens

    I Bonne couverture radio et tlvision : 20 reportages sur France 24, France 3, LCI, BFM, France 5, France Inter, France Info, France Culture, France Musique, France Bleu, Sud Radio

    I Des partenariats mdias pour vulgariser les messages

    I Un Dossier dAlter-Eco Hors Srie Les mtiers qui embauchent en partenariat avec lOnisep (janvier 2016)

    I Des ches par domaine professionnel sur le site de Centre Ino (en continu)

    I Les Mtiers de demain avec Ouest France (hors srie annuel) : en 2016 et 2017

    Source : Site internet

    France Stratgie,Presse Book

    France Stratgie

  • Fvrier 201815

    Les usages et lutilit de Mtiers en 2022 : verbatimI Pour les reprsentants des dcideurs de lEFOP,

    lexercice est incontournable (verbatim)

    I Une vocation dintrt gnral, qui devrait tre appropriable par tous

    I Un exercice utile pour crer une culture et un langage commun autour des mtiers I Cest un exercice de rfrence, notamment pour les branches

    I Un exercice qui apporte aux dcideurs une vision long terme, mme grosse maille ; il permet de rquilibrer avec les donnes de trs court terme comme les taux dinsertion la sortie de formation

    I Une utilit pour les jeunes et leurs familles

    I Des projections collectives sont indispensables pour laborer ensemble les strat-gies conomiques du pays

    I Cest un outil important dans le cadre du pilotage de la formation universitaire

    I Il prsente nanmoins des limites

    I Lhorizon est trop loign : il nest pas pertinent pour lachat de formation

    I Il nest pas susamment dtaill pour travailler sur lvolution des mtiers et les rfrentiels de formation

    I Il reste un eort faire pour quil soit appropriable plus largement

    Source :entretiens qualitatifs

    avec les instanceset institutionnels

    de lEFOP

    Champ: lecteurs du rapport

    (110)

    Source : questionnaire en

    ligne usagers

    administr par la DARES du

    27/07/2016 au 20/09/2017.

    1 073 questionnaires envoys, 166

    rponses, soit un taux de rponse de

    15,5%, dont 131 questionnaires complets et 35 questionnaires

    partiels

    Les projections demploi par mtier

    Les projections demploi par secteur dactivit

    Les ches mtiers (diagnostics par domaine professionnel)

    Les projections de dparts en n de carrire

    Les analyses thmatiques (jeune, seniors, territoires)

    Les projections dmographiqueset/ou de population active

    Autre, prcisez

    Quels rsultats du rapport vous ont t les plus utiles ?

    0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80%

  • 16Fvrier 2018

    Total des lecteurs

    Autre

    Les projections dmographiqueset/ou de population active

    Les analyses thmatiques(jeunes, sniors, territoires)

    Les projections de dpartsen n de carrire

    Les ches mtiers (diagnostics par domaine professionnel)

    Les projections demploipar secteur dactivit

    Les projectionsdemploi par mtier

    0% 20% 40% 60% 80% 100%

    9 11 24 20 46

    1

    2

    3

    5

    3

    6

    8

    200

    3 3 9 9

    1 2 5 16

    2

    2 16

    10 9

    8

    11

    15

    7

    5 21

    16 17

    16 22

    23

    Rsultats les plus utiles par institution

    Administration centrale,direction ministrielle Direccte Carif-OREF Rectorat Autre

    Champ: Lecteurs du rapport

    (110)

    Source : questionnaire

    en ligne usagers administr

    par la DARES du 27/07/2016 au

    20/09/2017.1 073 questionnaires

    envoys, 166 rponses, soit un taux de

    rponse de 15,5%, dont 131 question-

    naires complets et 35 questionnaires

    partiels

    I Verbatim : de quelle dcision sagissait-il ? (35 rponses)

    I laboration des cartes de formation initiale et continue (20 rponses)

    I Dveloppement de nouvelles ores de formation (SAP, Numrique, conomie verte)

    I Adaptation des places de formation (sanitaire et social)

    I quilibrage de lires sur le territoire, accompagnement des secteurs, contrats dobjectifs territoriaux, GPECT

    I Apporter un clairage prospectif en interne de lentreprise, prparation de smi-naires, publications, ralisation dtudes

    I Plan daction commercial

    I Travaux de prospective chez Ple emploi

    31

    60

    8

    12

    Des dcisions ont-elles t prises qui sappuient directement ou indirectement sur le rapport ou vos travaux en lien avec le rapport ?

    Sans rponse

    Oui, une fois

    Oui, plusieurs fois

    Non

    Champ: lecteurs (directs ou

    indirects) du rapport (111)

    Source : questionnaire

    en ligne usagers

  • Fvrier 201817

    Champ: lecteurs (directs

    ou indirects) du rapport (111)

    Source : questionnaire

    en ligne usagers

    Connatre lvolution des emploispar mtiers dans votre domaine dexpertise

    Diuser de linformationsur lvolution des mtiers et des qualications

    laborer des politiques de formation(initiale, continue, rgionale, de branche, etc.)

    Avoir une vision du fonctionnementdu march du travail propre chaque mtier

    Eectuer votre chelle gographique (rgion, dparte-ment, bassin demploi) un exercice de prospective

    des mtiers partir de cette projection nationaleAnticiper les reconversions conomiques

    sur votre territoire ou dans votre branche

    Comparer la mthodologie et/ou les rsultats prsentsdans le rapport des travaux que vous produisez par ailleurs

    Raliser des recherches documentairesou bibliographiques

    Eectuer au plan de votre secteur ou de votrebranche professionnelle un exercice de prospective

    des mtiers partir de cette projection nationale

    Autre raison

    0 10 20 30 40 50 60 70 80 90

    3

    19

    41

    47

    61

    68

    78

    Les raisons de la lecture du rapport

    56

    34

    25

    Total des lecteurs

    Avoir une vision du fonctionnementdu march du travail propre chaque mtier

    laborer des politiques de formation

    Diuser de linformation sur lvolutiondes mtiers et des qualications

    Connatre lvolution des emplois par mtiersdans votre domaine dexpertise

    0% 20% 40% 60% 80% 100%

    9 11 24 20 46

    5

    3

    5

    4

    22

    4 12 16 27

    5 20 10 28

    9 17 17 32

    Les 4 raisons les plus cites par les institutions

    Administration centrale,direction ministrielle Direccte Carif-OREF Rectorat Autre

    116 11Champ:

    lecteurs (directs ou indirects)

    du rapport (111)

    Source : questionnaire

    en ligne usagers

  • Fvrier 201818

    Les attentes pour le prochain exercice : scnariosI Le principe de travailler sur plusieurs scnarios doit tre renouvel

    mais pas de consensus sur la nature des scnarios alternatifs

    I Il serait utile de tester des scnarios de rupture

    I Est-ce utile dlaborer des scnarios peu crdibles ?Lintrt [de trois scnarios] est de montrer que les projections suivent des tendances de fond

    I Les rsultats sont trs peu direncis, do le poids invitable du scnario tendanciel

    I Les hypothses proposes pour des futurs scnarios, nalement peu disruptives

    I Comme pour PMQ III : un scnario central tendanciel, un optimiste (cible) et un pessimiste (crise)

    I Limportant est de proposer des fourchettes de prvisions

    I Dlocalisation des services en lien avec le dveloppement de lintelligence articielle

    I Crise conomique, impact du numrique, transition cologique

    I Lhypothse dune dcroissance

    I Dveloppement de lconomie africaine, rorganisation des tats du Moyen-Orient

    I Dveloppement de lentreprenariat individuel, des TPE, de lconomie collabora-tive v/s des entreprises caractre international

    Les attentes pour le prochain exercice : nomenclatureI La nomenclature des Familles dactivits professionnelles (FAP)

    est la plus approprie pour une partie des acteurs interrogs

    I Mme si elle prsente de nombreuses limites

    I On se heurte aux catgories statistiques qui ne permettent pas didentier lhybri-dation industrie / service

    I Cette nomenclature est dicile croiser avec les nomenclatures de la formation

    44

    18

    3513

    Tout fait pertinente

    Pertinente, mais paspour tous les mtiersNon pertinente

    Non-rponse

    Champ: lecteurs du rapport

    (110).Une seule rponse

    possible

    Source : entretiens qualitatifs

    avec les instances et institutionnels de

    lEFOP, questionnaires en ligne (experts

    mtiers et usagers)

    Source : entretiens qualitatifs

    avec les instances et institutionnels de

    lEFOP, questionnaires en ligne experts

    mtiers et usagers

  • 19

    Les attentes pour le prochain exercice : nouveaux lments ?

    Limpact des volutions technologiques sur lemploi

    Lvolution des comptences

    La mobilit interprofessionnelle

    Les dsquilibres entre ores et demandes demploi

    Les formes demploi non salariLe fonctionnement du march du travail

    (marchs internes, externes...)Les mobilits gographiques (internationales, nationales)

    Autre, prcisez

    100 20 30 40 50 60

    Serait-il souhaitable dintgrer dans le prochain rapport des lments sur...

    I Verbatim : deux attentes prioritaires, les comptences et les mobilits

    I Prsenter les comptences recherches par les employeurs ; les besoins en comptences par mtiers, lvolution du contenu des mtiers et des comptences

    I tudier la mobilit professionnelle, analyser les taux de rotation de la main-duvre (quantitatif, par exemple avec lenqute FQP et qualitatif )

    I Prendre en compte les mobilits professionnelles et les sortants du systme scolaire pour mieux anticiper les besoins en renouvellement de main-duvre

    I Essayer de donner une vision plus dynamique du march du travail

    I Intgrer une approche sur les modalits de professionnalisation selon les mtiers

    I tudier les conditions demploi et la qualit des emplois, lvolution des organisa-tions du travail

    I Sintresser la grille des mtiers en tension et aux ores non satisfaites

    Champ: lecteurs du rapport

    (110).Rponses multiples

    Source : entretiens qualitatifs

    avec les instanceset institutionnels

    de lEFOP, question-naires en ligne

    experts mtiers et usagers

    Les attentes pour le prochain exercice : frquenceI Parmi les rpondants de lenqute en ligne usagers, prs de la moiti (sur 89 rpondants

    lecteurs du rapport) considrent que lexercice doit tre renouvel tous les 5 ans, comme actuellement

    I La dimension quinquennale simpose dans la conduite des politiques publiques

    Fvrier 2018

  • Fvrier 201820

    I Les dclinaisons rgionales prennent du temps se dessiner

    I Lexercice est complexe, une frquence rduite ne donnerait pas forcment des rsultats dirents

    I Au regard des volutions technologiques et dmographiques, 5 ans est une priode satisfaisante

    I Par dnition, les rsultats ne devraient pas tre trop sensibles la conjoncture

    I 40% estiment prfrable de renouveler lexercice tous les 2 3 ans

    I Pour mieux prendre en compte lacclration de limpact des volutions technolo-giques et des organisations des entreprises ; les transitions numrique et environne-mentale

    I Pour pouvoir corriger les hypothses au l de leau ; les changements sur les hypo-thses ncessitent une adaptation frquente (triennale) ; des ajustements utiles oprer sur les grandes tendances

    I Mais cela reste dicile raliser selon les anciens producteurs de lexercice

    I Un exercice glissant avec des notes annuelles serait intressant, mais le temps de ralisation dun exercice nest pas trs compatible avec une actualisation tous les deux ans, moyens constants

    Source : entretiens qualitatifs

    avec les instances et institutionnels de

    lEFOP, questionnaires en ligne experts

    mtiers et usagers

    Les attentes pour le prochain exercice : horizonI 30% des rpondants lecteurs de lenqute usagers considrent quun horizon de 10 ans est

    le plus utile, les anciens producteurs de lexercice partagent ce point de vue

    I 10 ans, cest lhorizon le plus pertinent pour prsenter des rsultats tendanciels

    I Pour un horizon plus court, le temps de production ncessaire pour modliser le cycle conomique fait que les donnes sortent dcales et pas forcment pertinentes

    I 60% considrent quun horizon de 5 ans est prfrable, ainsi quune partie desdcideurs de lEFOP

    I Les partenaires sociaux ont des dcisions prendre plus court terme, 10 ans, cest trop long

    I Les mutations et transitions actuelles reposent la question de lhorizon : est-ce que 5 ans nest pas plus appropri ?

    I Certaines propositions sont intermdiaires

    I Faire des focales 5 ans pour des secteurs en forte transformation

    I Proposer des projections lhorizon 5 et 10 ans ou 5 et 15 ans

    Source : entretiens qualitatifs

    avec les instances et institutionnels de

    lEFOP, questionnaires en ligne experts

    mtiers et usagers

  • I Rgion Grand Est

    I Hypothse que la part de lAlsace Champagne-Ardenne Lorraine dans les crations ou pertes nettes demplois sur la priode 2012-2022 en France mtropolitaine sera proportionnelle au poids de lemploi rgional dans lemploi national en 2012 par famille professionnelle

    I Estimation des dparts en n de carrire sur la priode 2012-2022 en faisant lhypo-thse que leur nombre sera gal celui des actifs en emploi gs dau moins 50 ans en 2012 par famille professionnelle

    21

    Les attentes pour le prochain exercice : chelle gographiqueI Pour 63% des rpondants de lenqute usagers (90 rponses), lchelle rgionale

    est la plus pertinente pour le prochain exercice de prospective

    I Toutefois, la double approche nationale (vue panoramique) avec des zooms rgionaux est propose par 15% des rpondants

    I Certains demandent galement des projections infrargionales (bassin demploi)

    I Les anciens producteurs des exercices PMQ et les dcideurs de lEFOP sont plus nuancs

    I Des rsultats rgionaux ne sont pas signicatifs ; dans le suprieur, lore de formation doit senvisager au niveau national donc une dclinaison rgionale de lexercice prsente des limites

    I Il faut conserver lchelle nationale mais travailler avec les Rgions pour quelles puissent dcliner de manire autonome leurs propres projections

    I Il faut associer les acteurs rgionaux lexercice national : cest ncessaire, mais dicile

    I La dclinaison rgionale est utile, mais il faut continuer diuser des lments de mthode, via le REC par exemple

    Source :entretiens qualitatifs avec les anciens producteurs

    PMQ et les instances et institutionnels

    de lEFOP, enqute en ligne usagers

    Fvrier 2018

    Exemples de dclinaisons rgionales de PMQ (1/2)

  • Fvrier 201822

    I Rgion le-de-France

    I Estimation de la part dans lemploi de lle-de-France lhorizon 2030, dans chacun des 36 secteurs dactivit

    I Application de cette part aux projections de PMQ pour estimer un nombre de crations ou de suppressions demploi par secteur dactivit en le-de-France.

    Conseil et assistanceConseil et assistanceServices oprationnels

    ConstructionSant, action sociale

    Activits rcratives, culturelles et sportivesServices personnels et domestiques

    Activits nanciresducation

    DistributionTransports

    Htels et restaurantsRecherche et dveloppement

    Industries agricoles et alimentairesdition, imprimerie, reproduction

    Pharmacie, parfumerie et entretienProduction de combustible et de carburantsChimie, caoutchouc, plastiquesIndustrie du bois et du papierConstruction navale, aronautique et ferroviaireIndustrie des produits minrauxMtallurgie et transformation des mtauxIndustrie des quipements du foyerIndustrie automobileTextile/habillement/cuirIndustries des quipements mcaniquesEau, gaz, lectricitquipement et composants lectriques et lectroniquesPostes et tlcommunicationsAdministration publique

    -75 000 -50 000 -25 000 0 25 000 50 000 75 000 100 000 125 000 150 000

    Cration demploi par secteur dactivit selon les dirents scnariosen le-de-France

    Scnario contraint Scnario de base

    Source :D mtiers

    Sant, action sociale, culturelle et sportiveService aux particuliers et aux collectivits

    CommerceGestion, administration des entreprises

    Htellerie, restauration, alimentationBtiments, travaux publics

    Transports, logistique et tourismeEnseignement, formation

    tudes et rechercheCommunication, information, arts et spectacles

    InformatiqueMaintenance

    Ingnieurs et cadres de lindustrieBanque et assurances

    AutresIndustrie des process

    Matriaux souples, bois, industries graphiqueslectricit, lectronique

    Mcanique, travail des mtauxAgriculture, marine, pche

    Administration publique,profession juridique, arme et police

    -15 000 -5 000 0 5 000 15 000 25 000

    ++

    +

    -

    Cration et perte nette demploi sur la priode 2012-2022 par domaine professionneldans le Grand Est

    Source :Les mtiers en 2022,

    France Stratgie, DARES,avril 2015 - traitement :

    OREF Alsace

  • Fvrier 201823

    I Rgion PACA

    I Projection de lemploi potentiel rgional en 2030 partir dune projection de population active rgionale et dune hypothse de taux de chmage rgional

    I Ventilation de cet emploi potentiel entre secteur dactivit partir dune cl de rpartition sectorielle rgionale jusqu lhorizon 2030 qui sappuie sur des donnes observes et les volutions sectorielles dcrites dans lexercice PMQ pour estimer des niveaux demploi potentiel rgional par secteur

    Activits scientiques, techniques, services administratifs et de soutien

    Administration publique, enseignement, sant & action sociale (tertiaire non marchand)

    Autres activits de services

    Commerce, rparation auto moto

    Construction

    Activits immobilires

    Activits nancires et dassurance

    Hbergement et restauration

    Information et communication

    Transports et entreposage

    Fabrication de denres alimentaires, boissons, tabac

    Cokfaction et ranageIndustrie automobile

    Fabrication de matriels de transport hors automobileExtraction, nergie, eau, dchetsAgriculture, sylviculture et pche

    Fabrication quipements lectriques, lectroniques, informatiques, fabrication de machine

    Fabrication autres produits industriels

    +25,9 %

    +7,5 %+7,5 %

    +24,5 %

    +6,3 %

    +11,3 %

    +45,7 %

    +20,3 %

    +7,7 %

    +18,4 %

    +4,5 %

    +11,0 %

    -9,2 %

    -26,6 %-10,9 %

    -4,6 %-6,4 %

    -26,6 %-16,1 %

    -20 -10 0 10 20 30 40 50 60 70

    volution de lemploi par secteur entre 2010 et 2030 en PACAselon le scnario central de projection

    En milliers demplois potentiels et en %

    Source :Exercice de

    prospective rgionale : D'ici 2030,

    une croissance de l'emploi toujours

    porte par les services, Direccte, ORM, Insee Paca,

    2013

  • Fvrier 201824

    Les attentes pour le prochain exercice : cible(s) prioritaire(s) ?

    Aux conseils rgionauxAux CARIF-OREF

    Aux DireccteAdministrations centrales et directions ministrielles

    Aux rectoratsOrganismes en charge de lorientation professionnelle

    Ple emploiAux organismes de formation

    Aux organisations paritairesAux collgiens, lycens, tudiants

    Aux organisations syndicalesAux groupements dent. (branche pro., secteur)

    Aux demandeurs demploiAux universitaires, chercheursAux organisations patronales

    Aux salaris en reconversionAutres

    Aux organismes de placement des maisons ddition, des organes de presse

    des diteurs de contenus numriques des publics spciques

    (travailleurs en situation de handicap...)

    0 10 20 30 40 50 60

    qui sont destins en priorit les exercices de prospective ?

    Remarque : plus de la moiti

    des rpondants sont des acteurs rgionaux

    (cf. annexes) Les Rectorats, les Carif-Oref

    et les Direccte sont les institutions qui ont le

    plus rpondu au questionnaire

    Champ : lecteurs (directs et

    indirects) du rapport (111)

    Rponses multiples

    Source : questionnaire en ligne

    usagers

    Des pratiques consolider, des limites prendre en compte

    I La participation des partenaires sociaux pour dnir les enjeux stratgiques et pour leur expertise technique

    I La participation des observatoires de branche pour leur vritable apport technique

    I Mobiliser des universitaires trangers

    I Un exercice qui demande beaucoup dinves-tissement

    I La technicit de la mthode Risque de perdre en route des acteurs cls ; besoin de pdagogie

    I Impossible dajouter de nouveaux modules sans ajouter de moyens

    I La division du travail entre plusieurs institutions engendre des cots

    Appropriation des mthodologies dveloppes par dautres, cot de coordination

    I Des enjeux techniques et stratgiques Concurrence entre institutions, dsaccord entre partici-pants, rticences de certains acteurs, attention aux querelles de chapelle

    I Des ajustements ncessaires qui font perdre du temps

    + -

    Source : entretiens qualitatifs

    avec les anciens producteurs et les

    instances et institutionnels de

    lEFOP

  • Janvier 2018425

    QUELS MODULES ?

    QUELLES MTHODES ?

    3

  • Fvrier 201826

    Benchmark : comment font nos homologues internationaux ?

    Un modle structurant : le Manpower Requirement (besoins de main-duvre), fond sur :

    I Projections de la demande de travail : la demande dexpansion et la demande de remplacement

    I Projections de lore de travail : en stock ou en ux (entres sur le march du travail)

    I Une identication des dsquilibres potentiels sur le march du travail

    Cependant, il existe des spcicits nationales

    Les objectifs et les destinataires des projections

    I Les pouvoirs publics sont les principaux commanditaires : alimenter la rexion pour les acteurs de lEFOP

    I Des outils de diusion adapts au grand public (US, CA, AT)

    Des nomenclatures de professions plus ou moins dtailles (selon le public vis ?)

    I Les pays qui diusent au grand public ont des nomenclatures trs dtailles : 819 professions (US), 530 (AT), 283 (CA)

    I UK : 369 professions , regroupes en 25 pour les dclinaisons rgionales

    I Avec une nomenclature en 85 familles de professions, la France se situe entre les Pays-Bas (114 items) et la Sude (45) / lAllemagne (50).

    Source : enqute par

    questionnaire aux institutions en charge

    de la ralisation de travaux PMQ en

    Europe et au niveau international ;

    sminaire international Dares,

    France Stratgie, mars 2017

  • 27Fvrier 2018

    Sude

    Royaume-Uni

    Pays-Bas

    tats-Unis

    Allemagne

    France

    Belgique

    Autriche

    Canada

    L'institut de projection de Statistics Sweden

    Cambridge econometrics, l'institut de recherche sur l'emploi de Warwick (Warwick Institute for Employment Research)

    Centre de recherche sur l'ducation et le march du travail (ROA),

    universit de Maastricht

    Dpartement des statistiques du travail(BLS, Bureau of Labour Statistics)

    Institut fdral de la formation professionnelle (BIBB), institut de recherche sur l'emploi (IAB),

    recherche sur les structures conomiques (GWS, Economic Structures Research),

    l'institut Fraunhofer de technologieinformatique applique (FIT)

    DARES - Service statistique du ministre du Travail, France Stratgie

    Le Service public de l'emploi (FOREM)

    Le service public de l'emploi (AMS sterreich), le cabinet de conseil 3 s, Institut

    fr Bildungsforschung der Wirtschaft (ibw)

    Ministre des ressources humaines et du dveloppement social

    INSTITUTION EN CHARGE DE L'EXERCICE

    DERNIRE DATEDE PARUTION

    2017

    2016

    2015

    2015

    2016

    2015

    2016

    HORIZON

    18 ans (2016-2035)

    10 ans (2014-2024)

    6 ans (2014-2020)

    10 ans (2014-2024)

    20 ans (2015-2035)

    10 ans (2012-2022)

    5 ans

    3-4 ans

    10 ans

    PRIODICIT

    Rcurrent (tous les 3 ans)

    6 ractualisations

    Rcurrent(tous les 2 ans)

    Rcurrent(tous les 2 ans)

    Rcurrent(tous les 2 ans)

    rcurrent (tous les 5/7 ans environ)

    Une fois

    Rcurrent(2 fois par an)

    Rcurrent(tous les 2 ans)

    Benchmark : horizons et priodicit

  • 28

    Benchmark : des pratiques partages avec les autres pays I La projection quantitative des emplois lis lvolution de lconomie

    (la demande des entreprises)

    I La projection quantitative des emplois lis aux besoins de remplacement(lie au fait quune partie des eectifs ne fera plus partie de la population active : dparts en retraites, dcs, dcouragement, ducation des enfants, migration)

    I Le passage des emplois par secteur aux emplois par mtier

    I Le passage des emplois par mtier aux emplois par qualications / comptences

    La projection quantitative des emplois : le bloc demande des entreprises (expansion et remplacement)

    La projection de la Demandede remplacement = ouvertures demploi du fait quune partie des eectifs ne fera plus partie de la population active

    La projection de demande d'expansion= cration nette d'emploi par mtiers

    Scnario macro qui fournit des prvisions d'emploi par secteur d'activit + sries

    statistiques portant sur la rpartition des mtiers dans les dirents secteurs d'activit

    "modlemacroconomique

    sectoriel"

    France, Cedefop, Sude, Royaume-Uni, Pays-Bas, Allemagne

    (BIBB)

    "modle macroconomiqueglobal, puis dcomposition

    sectorielle de l'emploi"

    Canada, tats-Unis

    Relation empirique / pas de cadrage macro

    + sries statistiques portant sur la rpartition

    des mtiers dans les dirents secteurs

    d'activit

    Allemagne (IZA 2008) Belgique,Autriche

    Mthodesqualitatives

    Demande de remplacement : le cas de la France

    I La demande de remplacement est limite aux dparts en n de carrire : dparts dnitifs de la vie active calculs partir de probabilits de dpart aectes des individus en n de carrire (>= 50 ans sur la priode 2011-2020)

    I La demande projete avec Prolage : modle de microsimulation, labor par France Stratgie

    I Observations enqute Emploi en continu 2003 2011, logits, variables explicatives : distance apparente au taux plein ou lge de n dtudes, carrire longue, statuts, niveaux de qualications, le fait dtre immigr

    I Modle Destinie (Insee) pour tenir compte de la rforme des retraites de 2010

    Fvrier 2018

    Source : enqute par

    questionnaire aux institutions en charge

    de la ralisation de travaux PMQ en

    Europe et au niveau international ;

    sminaire international Dares,

    France Stratgie, mars 2017

  • Fvrier 201829

    Le passage des emplois par secteur aux emplois par mtier

    volution des coecients (enqute Emploi) :

    I Coecients xes (Canada jusquau dbut des annes 1990)

    I Extrapolation de tendances passes avec direntes techniques de traitements de sries temporelles : moyenne des parts observes sur une priode, ajustement dune rgression linaire, logarithmique ou logistique, lissage : France et pays invits

    I Mthodes conomtriques (essai Royaume-Uni)

    Matrice de passagedont les coecients reprsentent la rpartitionpar mtier des dirents secteurs

    poids dun mtier i

    dans un secteur j

    poids dunequalication /comptence h

    dans un mtier i

    Le passage des emplois par mtier aux emplois par qualication / comptence

    Matrice de passage dont lescoecients reprsentent la rpartition par qualication /comptence des dirents mtiers

    volution des coecients (enqute Emploi) :

    I Coecients xes (tats-Unis)

    I Extrapolation de tendances passes avec direntes techniques de traitement de sries temporelles (Pays-Bas, Royaume-Uni)

    I Approche normative (Sude)

  • Fvrier 201830

    Benchmark : les approches complmentaires I Le bloc ore de travail

    I La mobilit professionnelle

    I La confrontation de lore et de la demande de travail pour analyser les tensions sur le march du travail

    La projection de la Demandede remplacement = ouvertures demploi du fait quune partie des eectifs ne fera plus partie de la population active

    La projection de demande d'expansion = cration nette d'emploi par mtiers

    Scnario macro qui fournit des prvisions d'emploi par secteur d'activit + sries

    statistiques portant sur la rpartition des mtiers dans les dirents secteurs d'activit

    "modlemacroconomique

    sectoriel"

    France, Cedefop, Sude, Royaume-Uni, Pays-Bas, Allemagne

    (BIBB)

    "modle macroconomiqueglobal, puis dcomposition

    sectorielle de l'emploi"

    Canada, tats-Unis

    Relation empirique / pas de cadrage macro

    + sries statistiques portant sur la rpartition

    des mtiers dans les dirents secteurs

    d'activit

    Allemagne (IZA 2008)

    Belgique,Autriche

    Mthodesqualitatives

    BLOC OFFRE DE TRAVAILCEDEFOP,

    PAYS-BAS, SUDE,ROYAUME-UNI,

    ALLEMAGNE

    CANADA ALLEMAGNE(IZA 2008)

    Le bloc ore de travail

    Le bloc ore de travail : deux types dapproches

    Approche par stock (Sude, Royaume-Uni, Allemagne) :

    I Extrapolation dmographique du stock de main-duvre agrg

    I Flux dore de travail = variation du stock de main-duvre entre deux annes

    I Entres/sorties nettes de la main-duvre

  • Fvrier 201831

    Approche par ux (Pays-Bas, Canada) :

    I Flux projets indpendamment (entres sur le march du travail en provenance du systme scolaire, immigrs, chmeurs)

    I Flux dore de travail = somme des ux spars dentrants sur le march du travail

    I Entres brutes dans la main-duvre

    La mobilit professionnelle

    I Analyse des mobilits intgre comme un bloc de la demande de remplacement (Pays-Bas, tats-Unis)

    I Analyse des mobilits du ct de lore de travail (Allemagne, Canada)

    Confrontation de lore et de la demande de travail pour analyser les tensions

    I Sude, Pays-Bas, Royaume-Uni, Canada

    I Pays-Bas nuancent la logique adquationniste

    I Canada compare aux dsquilibres rcents (carts la moyenne de divers indicateurs : taux de chmage, salaire, emploi)

  • Fvrier 201832

    ConclusionI Le bilan conforte les approches qui se sont dveloppes

    et consolides au l des exercices :

    I Les exercices PMQ sont incontournables

    I Le schma gnral des projections rpond aux attentes des cibles vises (les dcideurs de lemploi, de la formation professionnelle) : projections demplois par secteurs, mtiers, sur la base de plusieurs scnarios, prise en compte de la dmogra-phie (dparts en n de carrire), ches par domaines professionnels, dveloppe-ments jeunes/seniors/territoires

    I Nos homologues ltranger ont des approches globalement similaires

    I La gouvernance globale du systme (en associant toutes les parties prenantes) est identie comme une bonne pratique (par les acteurs trangers, comme par les acteurs franais)

    I Le bilan ouvre galement de nouvelles pistes de dveloppement pour le prochain exercice

    I De nouveaux modules pour rpondre des attentes fortes des utilisateurs et tirer parti de lexprience de nos homologues trangers : projeter lore de travail, proposer des dclinaisons rgionales de lexercice, prendre en compte les mobilits sur le march du travail, anticiper lvolution des comptences ; il sagit dtudier leur faisabilit (nouveaux moyens ddis ces ralisations)

    I Amliorer la communication et la diusion des rsultats auprs du grand public : un enjeu de lisibilit

  • I Entretiens semi-directifs raliss entre avril et juin 2016

    I Prsidents et rapporteurs des exercices PMQ : George ASSERAF, prsident de la CNCP, directeur de lONISEP et ancien prsident de PMQ, Jacques FREYSSINET, CEE, Tristan KLEIN, Laure OMALEK, Claude SEIBEL, Christine AFRIAT, Marc-Antoine ESTRADE

    I Reprsentants des instances en charge de lemploi, de la formation professionnelle et de lorientation : Brigitte DORIATH et C. REBIERE, DGESCO, ministre de lduca-tion nationale, de lEnseignement suprieur et de la Recherche ; Cdric AFSA et Roselyne KERJOSSE, DEPP, ministre de lducation nationale, de lEnseignement suprieur et de la Recherche ; Franck JARNO et Christine BRUNIAUX, DGESIP, minis-tre de lducation nationale, de lEnseignement suprieur et de la Recherche ; Jean BASSERE, Stphane DUCATEZ et Frdric LAINE, Ple emploi ; Isabelle MARTIN, CFDT et Conseil national de lindustrie ; Christian JANIN COPANEF et Marc-Antoine ESTRADE, FPSPP ; Alain DRUELLE, MEDEF et CNEFOP

    I Questionnaire en ligne Experts mtiers, administr par la DARES de juin aot 2016

    I Dans le cadre dune analyse rexive de cet exercice de prospective mtiers, le recueil davis dexperts est particulirement pertinent pour rchir aux questions se poser, aux outils utiliser (classications, mthodologies), aux aspects explorer an de donner des rsultats plus pertinents du point de vue de la connaissance ou de la dcision

    I Parmi les personnes sollicites (68), les enquteurs ont obtenu 26 rponses (taux de rponse de 40%) dont 10 rponses compltes et 16 partielles.

    Fvrier 201833

    Annexe : entretiens semi-directifs et enqute experts

  • Fvrier 201834

    Annexe :enqute en ligne Usagers I Questionnaire en ligne Usagers, administr par la DARES du 27/07/2016 au 20/09/2017

    I 1 073 questionnaires envoys, 166 rponses soit un taux de rponse de 15,5%

    I 131 questionnaires complets et 35 questionnaires partiels

    0 5 10 15 20 25 30

    Groupement dentreprises (branche professionnelle, secteur)

    Org anisation s yndicale

    Observatoire de branche

    Mai s on ddi ti on, organe de pres s e

    Editeur de contenus numriques

    Conseil rg ional

    Organisme de formation ou de l 'orientation professionnelle

    Org anisation paritaire, y compris OPCA

    Ple emploi, miss ions locales

    Universit, centre de recherche

    Admini stration centrale, direction ministrielle

    Autre

    Org anisation patronale

    Direccte

    CARIF -OR EF

    Rectorat

    Prol des rpondants (164 rponses) : quel est votre organisme ?

  • Fvrier 201835

    Annexe :benchmark international Quelles volutions pour le prochain exercice franais de prospective des mtiers

    Mardi 28 mars 2017 de 8h30 17h30

    France Stratgie18, rue de Martignac - 75007 Paris

    I Sminaire runissant des reprsentants dinstitutions charges de raliser des travaux PMQ :CEDEFOP, Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, tats-Unis, Sude, Suisse, Autriche

    I Partage de pratiques et discussions sur les mthodes de projections demploi, de projectionspar mtiers, de projections dore de travail, et sur lanticipation de lvolution des comptences

    I Un questionnaire adress aux institutions en charge de la ralisation de travaux PMQ en Europe et au niveau international : CEDEFOP, Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, tats-Unis, Sude, Suisse, Autriche

    I Lintervention de pairs (Allemagne et Suisse) pour porter un regard critique sur lexerciceMtiers 2022

  • Fvrier 201836

    Annexe :glossaireI AFPA : Agence nationale pour la formationprofessionnelle des adultes

    I ANACT : Agence nationale pour lamlioration des conditions de travail

    I ANDRH : Association nationale des directeurs des ressources humaines

    I ARF : Association des Rgions de France

    I CAS : Centre danalyse stratgique

    I CEDEFOP : Centre europen pour le dveloppement de la formation professionnelle

    I CEE : Centre dtude pour lemploi

    I CEREQ : Centre dtudes et de recherches sur les qualications

    I CGP : Commissariat gnral du Plan

    I CNAM : Conservatoire national des arts et mtiers

    I CNFPTLV : Commission nationale pour la formation professionnelle tout au long de la vie

    I COE : Conseil dorientation pour lemploi

    I COR : Conseil dorientation des retraites

    I DAFCO : Dlgation acadmique la formation continue

    I DAFPIC : Dlgation acadmique la formation professionnelle initiale et continue

    I DARES : Direction de lanimation de la recherche, des tudes et des statistiques

    I DEPP : Direction de lvaluation de la prospective et de la performance

    I DGEFP : Dlgation gnrale lemploi et la formation professionnelle

    I EFOP : Emploi, formation et orientation professionnelle

    I ETP : quivalent temps plein

    I FFB : Fdration franaise du btiment

    I FQP : Enqute Formations et qualications professionnelles

    I FS : France Stratgie

    I GPECT : Gestion prvisionnelle des emplois et des comptences territoriale

    I INRS : Institut national de recherche sur la scurit au travail

    I OFCE : Observatoire franais des conjonctures conomiques

    I PMQ : Prospective des mtiers et qualications

    I REC : Rseau Emploi Comptences

    I SAP : Services la personne

    I TPE : Trs petites entreprises

    I UDES : Union des employeurs de lconomie sociale

    I UNAPL : Union nationale des professions librales

  • RETROUVEZ

    LES DERNIRES ACTUALITSDE FRANCE STRATGIE SUR :

    FRANCE STRATGIE 20, AVENUE DE SGUR TSA 90725 75334 PARIS CEDEX 07 TL. 01 42 75 60 00

    Directeur de la publication :Gilles de Margerie,

    commissaire gnralDirecteur de la rdaction :

    Fabrice Lenglart,commissaire gnral adjoint

    Impression :France Stratgie

    Fvrier 2018Contact presse :

    Jean-Michel Roull,directeur du service

    dition-Communication-vnements01 42 75 61 37

    [email protected]

    www.strategie.gouv.fr

    francestrategie

    @strategie_Gouv

    France Stratgie, laboratoire dides public, a pour mission dclairer les choix collectifs. Son action repose sur quatre mtiers : valuer les politiques publiques ; anticiper les mutations venir dans les domaines conomiques, socitaux ou techniques ; dbattreavec les experts et les acteurs franais et internationaux ; proposer des recommandations aux pouvoirs publics nationaux, territoriauxet europens. Pour enrichir ses analyses et afner ses propositions France Stratgie sattache dialoguer avec les partenaires sociauxet la socit civile. France Stratgie mise sur la transversalit en animant un rseau de sept organismes aux comptences spcialises.