Projet d'animation en EHPAD

Click here to load reader

Embed Size (px)

Transcript of Projet d'animation en EHPAD

  1. 1. ProjetdanimationenEHPAD Concevoir, coordonner, valuer Ateliers danimation sniors Anthony Merlin ep
  2. 2. Anthony MERLIN Projet danimation en EHPAD Concevoir, coordonner, valuer ditions Phalente
  3. 3. Direction artistique: Caroline Joubert Maquette: Aurlie Camarasa 2017 ditions Phalente SAS Tous droits rservs 23, rue Jean-Jacques Rousseau 75001 Paris - http://www.editionsphalente.fr ISBN 978-2-36835-120-8 Crdit photo: @aleksander1-Fotolia.com Le Code de la proprit intellectuelle nautorisant, selon les termes de lart.L.122-5 dune part, que les copies ou reproductions strictement rserves lusage priv du copiste et non destines une utilisation collective et, dautre part, que les analyses et courtes citations dans un but dexemple ou dillustration, toute reprsentation ou reproduction intgrale ou partielle faite sans le consentement de lauteur ou de ses ayants droits ou ayants cause est illicite (art. L. 122-4). Cette reprsentation ou reproduction, par quelque procd que ce soit, constituerait une contrefaon sanctionne par les dispositions pnales des art. L. 335-2 et suivants du Code de la proprit intellectuelle.
  4. 4. Table des matires Concevoir le projet danimation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Dnir lanimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Le cadre gnral de lanimation en EHPAD. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Les enjeux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Les valeurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Les principes de base. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 1 Donner du sens. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 2 Adapter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16 Les textes ociels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 1 Loi n 2002-2 rnovant laction sociale et mdico-sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 2 Loi dadaptation de la socit au vieillissement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 Les acteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 Les missions de lanimateur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 Le prol du poste danimateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 Ses missions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 1 La construction des liens sociaux et des relations entre les gnrations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 2 Lautonomie des personnes ges par la valorisation des capacits. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 3 Fdrer autour de projets sources dinnovation, de proposition, dimagination . . . . . . . . . . . . . 22 Les comptences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 La personnalit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Le rle de lanimateur auprs du chef dtablissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Un professionnel au contact de tous . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 Un rle moteur dans lanimation globale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Un binme particulier avec le chef dtablissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 La dmarche du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29 Larticulation des projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29 La dclinaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Du projet dtablissement aux activit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .30 1 Le projet dtablissement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 2 Le projet de vie sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31 3 Le projet danimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31 4 Lactivit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31
  5. 5. Les objectifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 1 Du projet dtablissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 2 Du projet de vie sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 3 Du projet danimation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 4 De lactivit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Larbre objectifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Les phases du montage du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34 Le diagnostic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 1 Recueillir des informations sur lenvironnement interne et externe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 2 Recenser les besoins et les attentes des personnes ges. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 3 Organiser et synthtiser les lments recueillis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 La mise en uvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Lvaluation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 La rdaction du projet danimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .38 Un document . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Un plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Le modle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Larbre des activits. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 La diversication des actions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Le principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Les activits individuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Les activits collectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 Le projet de vie de la personne ge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46 La nalit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 La construction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 La che souhaits et loisirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Le sens des activits. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48 Les actions de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 1 Les activits sportives. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 2 Les activits cratives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 3 Les activits sociales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Lorganisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
  6. 6. Techniques pour coordonner le projet danimation . . . . . . . . . . . 55 Au carrefour des relations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 tre prsent auprs des usagers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Communiquer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Informer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 1 Parler au bon moment et au bon endroit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 2 Laccueil, la premire impression. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 3 Diuser des supports adapts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 4 Un change la hauteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61 tre ouvert lquipe pour un projet fdrateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Communiquer pour ne pas sisoler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Des supports avec modration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 tre professionnel et formaliser. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 tre porteur dinitiatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65 Valoriser ltablissement lextrieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 Regarder autour de soi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Prendre linitiative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Ouvrir les portes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 Une organisation au quotidien. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69 Structurer pour bien employer son temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69 De la mthode pour viter la routine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 Observer : exprience et connaissance de la structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Se motiver au quotidien et le rester . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Sorganiser en listes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71 Organiser et grer son temps. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Ne pas se rendre disponible tout le temps. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 Grer pour rassembler le matriel ncessaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Plaisir dorir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Loccasion du neuf. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Lheure de linventaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Une place pour chaque chose . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Lunion fait la force . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
  7. 7. Mobiliser des nancements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Une ligne dans le budget global . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 Une cagnotte spcique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Une ncessaire ngociation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 Lessentiel de la comptabilit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80 Enrichir son budget. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Trouver des aides nancires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 La circulation de linformation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83 Le comit danimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83 Les acteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 Vade-mecum du comit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Quand et comment ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 La planication des comits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Le rseau des animateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Une dmarche collaborative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Objectif des Rencontres Inter-Animateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Un cadre formel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Les outils pour valuer le projet danimation. . . . . . . . . . . . . . . . . 91 Lvaluation au cur du projet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93 valuer et sautovaluer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93 Lvaluation en bref. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Dnir lvaluation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 Exemple pratique du processus dvaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 De la ncessit dvaluer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 tablir le bilan du projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 Les deux types dvaluation : quantitative et qualitative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .96 Lvaluation quantitative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 1 Lcart suivi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 2 Lcart bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Lvaluation qualitative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Sautovaluer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101
  8. 8. Les outils quotidiens du projet danimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 La che technique dactivit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 Lactivit, outil dvaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 La place de lactivit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 laboration de lactivit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Contenu de la che dactivit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107 Prparer lvaluation ds la conception de lactivit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110 Le contrat de conance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 La grille dvaluation quantitative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112 Les outils utiliser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112 Cas pratique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .112 Les principaux critres dvaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113 La grille dvaluation qualitative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Les outils utiliser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114 Exemple de che dvaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114 Les outils de suivi du projet danimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117 Le comit danimation : un outil daide lvaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117 Une instance volontaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117 Une instance dutilit collective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .118 Lordre du jour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .118 Un exemple de mise en uvre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119 Au service de lvaluation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Le bilan annuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Le bilan de n danne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Lobjectif du bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121 Lintrt du bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Un bilan ecace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 Un bilan clair. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Modles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127 Projet danimation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129 Budget danimation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Compte-rendu du comit danimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137
  9. 9. Compte-rendu du bilan mensuel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139 Emploi du temps hebdomadaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141 Fiche technique dactivit. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 Fiche technique dactivit simplie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Grille dobservation individuelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147 Fiche personnalise souhaits et loisirs du rsident . . . . . . . . . . . . . . . 149 Fiche dvaluation des activits menes par des partenaires locaux. . 151 Fiche dvaluation express multi-activits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 Plan du bilan annuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Fiche diagnostic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .157 Fiche diagnostic complte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161 Glossaire des abrvations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
  10. 10. Ces dernires annes, les chefs dtablissement ont fait voluer remarquablement les prestations des EHPAD. Ils visent ainsi faire de lanimation le dernier levier en faveur du mieux-vieillir. Ils sont donc amens, tout comme les professionnels qui les entourent, mettre en uvre un projet danimation. Cependant,toutnouveloutilncessiteunmodedemploiandoptimiser son utilisation. Il en va de mme avec le projet danimation. En traitant exclusivement le sujet du projet danimation en EHPAD, cet ouvrage a pour ambition de fournir une mthodologie lusage des animateursetdeschefsdtablissementpourlesaidermenerunerexion, mettre en uvre une politique participative, ainsi quune stratgie et une dmarche qualit pour faire voluer le projet de vie sociale. Bon nombre de professionnels du secteur mdico-social conservent une vision errone de ce que reprsente le projet danimation de la vie sociale au sein dun EHPAD. Il ne sut pas denchaner quelques activits par semaine pour constituer un projet cohrent et utile au bien vivre dans une rsidence. Cet ouvrage prsente les direntes tapes mettre en uvre pour dvelopper un projet danimation cohrent, de qualit, respectueux du projet dtablissement et suscitant limplication de lquipe. Le projet danimation est un outil devenu incontournable dans tout tablissement.Il est dni selon la vision du chef dtablissement, men par un professionnel du secteur, lanimateur, et ses eets stendent lensemble des acteurs de la rsidence. Cet ouvrage est bas sur une riche exprience professionnelle et vise prsenter, en trois parties, la mthodologie permettantde: Mettre en uvre le projet danimation au sein de la rsidence (Partie1: Concevoir); Faire vivre lorganisation lie au projet et susciter ladhsion (Partie2: Coordonner); Faire voluer ce projet et lamliorer (Partie 3: valuer).
  11. 11. Concevoir le projet danimation La conception du projet danimation doit tre considre comme ltape la plus importante. Cest ce moment cl que les bases du dispositif danimation de la rsidence seront poses. Cette premire partie a pour but daider les personnes impliques dans le projet nourrir leur rexion. De mme quune maison ne peut tenir sans fondations solides, le projet danimation doit reposer sur des valeurs communes lensemble des professionnels chargs de le faire vivre. Le projet doit aussi sinspirer des rgles lies la profession et la mthodologie danimation. Enn, il doit intgrer le cadre institutionnel et les textes rglementaires garants du respect de la personne. Une grande partie de la qualit du projet danimation se joue lors de cette phase dlaboration. Il convient donc de prendre le temps de concevoir le socle qui constituera les bases du projet. | 11
  12. 12. Dnir lanimation Nous invitons ici le lecteur porter un autre regard sur le mtier danimateur en grontologie. Bien qutant un professionnel quali et faisant partie intgrante de lquipe pluridisciplinaire, son rle est bien souvent mconnu au sein de lquipe pluridisciplinaire. Pourtant, il occupe une place essentielle au sein des tablissements et dun paysage mdico-social ayant pour objectif le bien vieillir des personnes ges accueillies. Le cadre gnral de lanimation en EHPAD Les enjeux La vieillesse est une phase naturelle de la vie des hommes et des femmes qui, pour la plupart, restent autonomes et lucides jusquau terme de leur vie. Ces personnes tiennent alors jusquau bout leur rle dans la Cit, leur place de citoyen au sein de la collectivit, laquelle les reconnat et les accepte comme des personnes autonomes. Ces derniers sont donc amens rester naturellement au contact des autres gnrations, exercer des activits socioculturelles, vivre. Cependant, au cours de la vieillesse, la maladie ou laccident peuvent survenir et altrer les capacits physiques ou mentales de la personne. Cest alors quapparat la dpendance et, avec elle, les contraintes quotidiennes, un certain sentiment de culpabilit vis--vis dun entourage personnel et professionnel qui se doit dsormais dassurer laccompagnement aux actes de la vie de tous les jours. Cest pour cette raison que lanimation auprs des publics gs prend et doit sinscrire dans la vie quotidienne des structures daccueil. Les chefs dtablissement lont bien compris et mnent le plus souvent un projet de vie sociale qui permet la mise en uvre dactions de loisirs socioculturels adaptes aux personnes dpendantes. Car, en dnitive, mme en situation de dpendance, les personnes ges doivent pouvoir continuer exercer et faire respecter leurs droits, protger leur dignit, pratiquer leurs activits tels quils le faisaient quand ils taient autonomes. Il ne sagit que dune question dadaptation. | 13
  13. 13. Lanimation est une pratique qui na pas pour objet de rsoudre tous les problmes lis la dpendance. Cependant, elle a un rle jouer et, de ce fait, elle ne peut se rsumer la mise en place dactivits ludiques ou thrapeutiques, car le but est daider au maintien de la vie sociale dans les tablissements. Il sagit alors de favoriser le vivre-ensemble, par des changes dits socioculturels pour permettre aux personnes ges doccuper la place de citoyen qui leur est due. La tche nest pas simple: elle ncessite du temps, des eorts, des comptences. Nanmoins, le cadre gnral mis en uvre permet, aujourdhui, aux acteurs dadapter les pratiques et dinventer un nouveau mode de vie quotidienne. Les valeurs Les principes fondamentaux du projet danimation visent reconnatre, et faire reconnatre, la dignit de la personne ge devenue dpendante et de prserver ses droits. Du point de vue de lanimation, ils se concrtisent au travers dactivits de loisirs, festives, collectives qui se joignent aux autres activits de la rsidence. Le projet danimation est complmentaire aux dirents actes daccompagnement que sont les soins, les prestations htelires et est inclus dans le projet de vie sociale. Il a pour but de dvelopper des temps de divertissement en faveur des personnes accueillies et des activits de loisirs adaptes. Le projet danimation sinspire notamment des travaux dAbraham Maslow, psychologue amricain inventeur de la pyramide des besoins fondamentaux. Alors que les soignants prfrent se baser sur les quatorze besoins dnis par Virginia Henderson qui font partie dun courant de pense davantage li aux soins inrmiers, les acteurs de la vie sociale que sont les animateurs se sentiront plus proches de lapproche humaniste prsente par la pyramide de Maslow. Cet outil de rfrence dnit une hirarchie des besoins de la personne : des plus lmentaires, comme salimenter, aux besoins dordre suprieur tels que saccomplir et spanouir. 14 | Concevoir le projet danimation
  14. 14. Lquipe peut donc sen inspirer pour nourrir llaboration du projet danimation, en gardant lesprit quune personne ge ne sera motive pour se divertir, et par consquent participer aux activits, que si elle a satisfait ses besoins plus physiologiques. Il faut ainsi considrer que lon accde au sommet de la pyramide que si les besoins de base sont satisfaits. En rsum, en dressant un cadre gnral ecace, cohrent et scurisant, travers le projet dtablissement, la mise en uvre des actions du projet danimation sen trouvera facilite. Les valeurs dfendues par le projet dtablissement, et donc par le projet danimation, sont destines garantir la place du rsident comme un citoyen, un tre humain part entire. Ces valeurs telles que lesprit de famille, lcoute et le dialogue, le respect des personnes doivent tre formalises et seront inscrites dans le projet danimation. Lintrt majeur est de faire reconnatre lattention particulire porte: Au respect du libre-choix, la prservation de lidentit, lexpres- sion des souhaits; Au maintien des repres et la stimulation aux gestes de la vie quotidienne; lentretien des relations avec la famille. Les principes de base Lanimation en EHPAD consiste permettre la personne ge de maintenirsescapacitsdautonomiesociale,physiqueetpsychiquetravers des activits adaptes ses besoins, ses capacits et ses attentes. Deux principes servent de cadre pour le respect des valeurs: le sens et ladaptation. 1 Donner du sens Le principe fondateur est de passer du concept danimation ludique systmatique une dnition plus large qui vise les rapports du rsident au quotidien. Cest pourquoi, le projet danimation doit sinscrire dans le projet de vie sociale de la rsidence, an de passer dune proposition de jeux une vritable organisation du temps. Ces activits seront centres sur lidentit du rsident, ses attentes et ses capacits, pour apporter une Dnir lanimation | 15
  15. 15. rponse adapte et individualise. Elles se drouleront pendant les temps libres de la personne et se concrtiseront par la ralisation de gestes de la vie quotidienne, la pratique dactivits de loisirs individuelles et collectives, la participation aux temps forts dans et en dehors de la rsidence. Il apparat ncessaire de sinterroger sur lactivit essentielle de la personne ge avant son entre dans ltablissement. Le respect de ses habitudes, de son histoire et de son rythme de vie permettra dinstaurer un climat de conance propice au bien-tre de la personne accueillie. De mme, toute activit doit sinscrire naturellement dans une pratique dont lindividu peut comprendre le sens et o il peut trouver un intrt. Mobiliser plusieurs rsidents autour dun thme qui leur semble utile et qui vise lintrt gnral est une manire de maintenir leur attention et leur implication. Cette mthode de stimulation du public est teste et approuve dans de nombreuses structures. Par exemple, la ralisation dobjets artisanaux peut tre propose dans le cadre dun atelier dactivit manuelle et loccasion dune manifestation caritative ou festive. Le programme danimation est alors labor en fonction de lvaluation des attentes de chaque rsident, en prenant pour supports le projet de vie individualis et des entretiens mens avec la personne et sa famille. Enn, pour favoriser le maintien de lautonomie et lentretien des capacits motrices de ces personnes, il faut dvelopper des activits selon une mthode danimation destine promouvoir la participation active: Nous ne le faisons pas pour vous, mais nous le faisons avec vous. 2 Adapter En eet, il faut avoir lesprit que ce public peut prsenter dirents troubles cognitifs, tre plus ou moins autonome et appartenir des catgories socioprofessionnelles diverses. Cette gnration dantan vit donc diremment le rapport aux divertissements.Il ny a pas dactivits type prconiser, il faut faire du sur mesure, en un mot : adapter. Un modle simple ne peut pas tre reproduit partout parce que les publics, les attentes, les besoins, les situations lies ltablissement sont direntes. Pour autant, il est absolument ncessaire de veiller et sassurer de ne pas infantiliser les personnes ges en leur proposant des activits pour enfants. La facilit daccs ces milliers de supports enfantins, grce aux nouvelles technologies, prsente un risque que ne mesurent pas toujours les professionnels. Lide qui consiste penser que ces activits pour enfants, comme le coloriage ou le bricolage lmentaire, conviennent 16 | Concevoir le projet danimation
  16. 16. galement des rsidents dsorients est errone. Les fabricants multiplient dailleurs leurs eorts pour dvelopper des supports rpondant aux intrts des adultes, mme trs gs. Il faut apprhender le rsident en tant que personne et ne pas proposer des contenus trop diciles ou trop infantilisants. Il faut dailleurs conseiller aux agents danimation de pralablement tester eux-mmes ou faire raliser par un tiers les activits envisages, an quils se rendent compte de leur niveau dadaptabilit. Les textes ofciels Le cadre institutionnel a mis en place de nombreux outils pour aider les acteurs et ainsi permettre le respect des droits fondamentaux des personnes ges. Parmi la multitude de dispositions rglementaires, lanimateur mnera, dans le cadre de son activit professionnelle, une rexion conjointe avec le chef dtablissement pour appliquer les principes noncs par deux textes: la loi n 2002-2 du 2 janvier 2002 rnovant laction sociale et mdico-sociale et la loi n 2015-1776 du 28 dcembre 2015 relative ladaptation de la socit au vieillissement. 1 La loi n 2002-2rnovant laction sociale et mdico-sociale Appele aussi par les professionnels, Loi des sept outils, le texte rnovant laction sociale et mdico-sociale du 2 janvier 2002, dite Loi n 2002-2, a transform en profondeur les pratiques dans les tablissements et services de ce secteur. De plus, elle pose clairement le principe de lvaluation des prestations et donc leur volution. Pour les acteurs du projet danimation, ce principe a pour corollaire la ncessaire valuation quantitative et qualitative des activits menes, an de conduire lvolution du projet. En dnissant des fondementsen faveur de la promotion de lautonomie des personnes, de la cohsion sociale et de lexercice de la citoyennet, elle a tay les contours sur lesquels sappuie le projet danimation. ce titre, un des principes noncs par la loi est particulirement proche des valeurs qui soutiennent le projet danimation: le respect de la dignit, de lintgrit, de la vie prive, de lintimit et de la scurit. Lanimateur devient ainsi le garant de la qualit du projet et de sa cohrence avec la politique sociale dnie par le chef dtablissement. Dnir lanimation | 17
  17. 17. Un projet danimation en EHPAD russi doit permettre dassurer le bien-tre des rsidents, faire de la structure daccueil un lieu o il fait bon vivre, tout en contri- buant sa bonne rputation auprs des partenaires locaux et des familles. Ce guide pratique a pour ambition daider les chefs dtablissement, les animateurs et les quipes concevoir un projet danimation apte maintenir les capacits dautonomie sociale, physique et psychique de la personne ge, travers des activits adaptes ses besoins, ses capacits et ses attentes. Vritable outil mthodologique, ce livre prsente les diffrentes tapes mettre en uvre pour dvelopper un projet danimation de qualit, respectueux du projet dtablissement et suscitant limplication de lquipe. Il est ainsi organis autour de trois thmatiques : 1 Concevoir le projet danimation ; 2 Coordonner le projet danimation ; 3 valuer le projet danimation. Louvrage est enrichi dune dizaine de mo- dles prts lemploi (projet danimation, budget, ches dvaluation) an daider les professionnels en charge de lanima- tion dans leur organisation quotidienne. Riche dune premire exprience danimateur coordinateur en EHPAD, Anthony Merlin a poursuivi sa carrire dans la formation des tudiants prparant le BPJEPS (Brevet profes- sionnel de la jeunesse, de lducation populaire et du sport), puis de celle des professionnels du secteur de lanimation sociale. Anthony Merlin est aujourdhui charg de projet dinsertion par lconomie sociale et solidaire. Il assure ce titre le dveloppement des formations et projets organiss par lassociation Graines de liens implante sur le territoire des Hauts- de-France. http://www.editionsphalente.fr 19,90 TTC ISBN 978-2-36835-120-8