Proclus contre les chrétiens

download Proclus contre les chrétiens

of 64

  • date post

    26-Oct-2015
  • Category

    Documents

  • view

    175
  • download

    4

Embed Size (px)

Transcript of Proclus contre les chrétiens

  • TUDES DE LITTRATURE ANCIENNE

    20

    LES CHRTIENS ET LHELLNISME

    Identits religieuses et culture grecquedans lAntiquit tardive

    Textes dits par Arnaud Perrot

  • 161

    UN GRIEF ANTICHRTIEN CHEZ PROCLUS: LIGNORANCE EN THOLOGIE

    la mmoire dAlain-Philippe Segonds

    Philippe Hoffmann 1

    Dans un recueil dtudes consacr la relation fconde entre hellnisme et christianisme, et aux modalits de lhellnisation du christianisme si problma-tique soit cette notion , il convient peut-tre dintroduire une dissonance, en rappelant le silence hautain dans lequel les derniers philosophes de lAntiquit ont enseveli lensemble de la littrature chrtienne et exprim leur dtestation des chrtiens, du christianisme en gnral, et de lEmpire entr dans une phase de christianisation intgrale. Lon ne trouve, aux ve et vie sicles, chez des auteurs aussi informs et rudits que Proclus, Damascius ou Simplicius, qui ont sauv du naufrage tant duvres philosophiques de lAntiquit grecque et tant de textes, aucune discussion dune thse identifi able de thologie chrtienne. Ces immenses philosophes ne semblent pas avoir eu de la littrature chrtienne et de ses constructions thologiques une connaissance prcise, et lexamen de leurs uvres ne livre, si lon excepte de trs rares citations ou quasi-citations 2, que des formules allusives strotypes ou des invectives, qui montrent quils navaient de leurs adversaires chrtiens que des reprsentations dformes et caricaturales, faites dun mlange de mconnaissance et de prjugs: en bons platoniciens, ils considraient les chrtiens comme une foule inculte la foule des , esclave de ses passions, ignorante et en proie toutes les formes dirrationnalit et de vice 3. Cest de ce silence mprisant et de ces reprsentations

    1. Ph. Hoff mann est directeur dtudes lcole pratique des hautes tudes (section des sciences religieuses), chaire de Th ologies et mystiques de la Grce hellnistique et de la fi n de lAntiquit et membre du Laboratoire dtudes sur les monothismes. Il est directeur du LabEx HASTEC.2. Quelques exemples seront donns infra, notes 16, 17 et 19.3. Lire larticle trs suggestif de H. D. Saff rey, Allusions antichrtiennes chez Proclus, le diadoque platonicien , p.553-563 [201-211] qui a servi de base la prsente enqute. complter par Le thme du malheur des temps chez les derniers philosophes noplatoniciens . Le rseau thmatique dgag par Saff rey se retrouve bien des gards dans les invectives de Simplicius contre Jean Philopon, dans les deux commentaires au De caelo et la Physique: voir Ph. Hoff mann, Sur quelques aspects

  • 162

    Philippe Hoff mann

    quil va tre question des procds aussi par lesquels, dallusions en propos venimeux, lon assiste une vritable construction de lAutre.

    Commenons par poser un cadre gnral. On lit chez Damascius, dans un texte fragment de la Vie dIsidore 4, une vritable philosophie de lHistoire, qui distingue entre trois ges de lHumanit, caractriss par trois types dmes (ou parties de lme) et par les trois types de rgimes politiques correspondant ces types dmes et reproduisant la tripartition platonicienne du livre IV de la Rpublique: raison, colre (ou emportement, ) et dsir 5. Selon que prdominent dans les mes, ou dans les rgimes politiques, la Raison (), lamour de la gloire (), ou le principe de dsir (), trois espces dhommes et de se constituent, dont la succession chronologique rythme le temps humain 6. Damascius dcrit ainsi tour tour: lge dor chant par Hsiode, ou Vie sous le rgne de Cronos , temps mythique dans lequel domine la Raison ; lge historique des guerres, des combats, des concours et

    de la polmique de Simplicius contre Jean Philopon: de linvective la raffi rmation de la transcendance du Ciel . Mais il importe videmment de bien distinguer entre les code phrases (voir infra, p. 168 et note 21) qui relvent du rgime de lallusion, et les thmes rhtoriques dinvective mme si le destinataire des invectives de Simplicius, Jean Philopon, demeure toujours anonyme.4. Extrait 22 de Photius (Epitoma Photiana) +fragments 30 (= Photius 238) et 30 a (= Souda) Zintzen (p. 26-27, 29, 31 avec une abondante annotation laquelle il faut renvoyer). Tentative de reconstruction du texte par Polymnia Athanassiadi, Damascius. Th e Philosophical History, fragment 18, p.96-97 (spc. note 45, p.97 et 99).5. Platon, Rp., IV, par ex. 435 e 1-436 b 3 sq., 439 d 4-e 4, 440 e 2-441 d 11, et aussi lensemble des analyses des livres VIII-IX sur les injustes: remarquer en VIII, 546 d-547 b le schme du mythe des races dHsiode ; et voir par ex. IX, 580 d 1-583 a 11. La description des dans la Rpublique, et la doctrine du livre IV, ont donn lieu plusieurs rsums, ou dveloppements, dans la littrature mdio- et noplatonicienne: Apule, De Platone et eius dogmate, II, XXIV-XXVIII, 255-263 ; Alkinoos, Didaskalikos, XXXIV, H 188. 8-35 (Whittaker, p. 69-70 et notes ad loc., p.151-152) ; Salloustios, Des dieux et du monde, X-XI (Rochefort, p. 15-16 et notes ad loc. p.41-43 ; Sallustius, Concerning the Gods and the Universe, Nock p. lxxvi-lxxvii et 20-23) ; et lensemble de la VIIedissertation de Proclus, In Rempublicam, I, p.206, 6-235, 21 Kroll (Festugire II, p.13-39), sur le livre IV, o Proclus, I, p.221, 12-222, 3 K. (Festugire II, p.26-27) reprend simplement la gographie platoni-cienne (435 e 3-436 a 3: voir infra, note 7). Mais comme le remarque trs justement H.D.Saff rey ( Le thme du malheur des temps chez les derniers philosophes noplatoniciens , p.424 [210]), Damascius donne ce schma une porte polmique, en construisant une thorie des ges de lHumanit violemment critique lgard du temps prsent. La lecture parallle des deux textes de Proclus et de Damascius montre en eff et que Damascius, qui a d donner des leons sur la Rpublique (voir larticle Damascius , dans le Dictionnaire des philosophes antiques [DPhA], II, Paris, 1994, D3, p.580), scarte ici de lexgse et trouve dans Rp., IV un vritable instrument danalyse politique qui permet de donner une intelligibilit la situation prsente, , et de la situer dans un certain ordre platonicien des choses. Comme on le verra, sa perception anthropologique du christianisme ne diff re pas fondamentalement de celle de Proclus.6. H. D. Saff rey, Le thme du malheur des temps chez les derniers philosophes noplatoniciens , p.421-431 (repris dans Le Noplatonisme aprs Plotin, p. 207-217), spc. p.424-426 [210-212]: traduction et commentaire des fragments de la Vie dIsidore (voir supra, note 4). Saff rey souligne juste titre le ton de colre de Damascius, et sa nostalgie des temps passs . Et aussi R. Asmus, Das Leben des Philosophen Isidoros, von Damaskios aus Damaskos, p.13-14. Sur le schme du mlange avec prdominance, voir infra, p. 185 et note 84.

  • 163

    Un grief antichrtien chez Proclus : lignorance en thologie

    des rivalits pour les premires places et pour la gloire (cest le rgne de ce que Platon appelle la ) ; et enfi n lEmpire chrtien o stalent l et la , o tout nest que lchet, veulerie, cupidit, servilit telle est, conclut-il, la vie des hommes qui aujourdhui mnent leur existence dans le monde de la gnration ( ) 7, une vie faite dirrationalit et de mconduite. Lexpression dsigne clairement ici les hommes qui vivent sous le rgime chrtien depuis la procla-mation du christianisme comme religion dtat sous Th odose (dit de 380): pour Damascius, qui crit la Vie dIsidore sous le rgne de Th odoric (mort en 526), sans doute lorsquil tait dj diadoque 8, cest cela le prsent .

    Une telle reprsentation gnrale du christianisme et des chrtiens peut tre mise en relation avec la liste des formules strotypes rassemble par H.D.Saff rey dans les crits de Marinus et de Proclus 9, en reprenant des remarques faites par divers diteurs de ces textes, et qui constitue un excellent point de dpart pour une enqute plus approfondie. Je voudrais simplement, dans cette tude, relire quatre longs passages de Proclus, signals par A.-J.Festugire 10, A. Cameron 11, H. D. Saff rey 12, A.-Ph. Segonds 13, et examiner la faon dont Proclus construit une fi gure daltrit partir de catgories conceptuelles platoniciennes et noplatoniciennes.

    Le fi l directeur de cette enqute sera constitu par un thme majeur de la critique adresse aux chrtiens: limputation dignorance, mise en contraste avec la revendication de supriorit de la Science thologique des paens. Proclus apprhende la situation historique qui sinstalle son poque (lEmpire chrtien) partir dune anthropologie qui est celle de la Rpublique de Platon: les chrtiens sont des mes injustes au sens de Platon, cest--dire des mes en proie la dissension interne (), dont ltat dignorance est indissociable du dsaccord

    7. Alors que le schma tripartite mis en place par Platon conduit chez lui une gographie (Rp., IV, 435 e 3-436 a 3: = Athnes et la Grce ; = les Th races, les Scythes et les peuples du Nord ; = Phniciens et gyptiens), Damascius en tire une structure temporelle et historique, qui lui permet de penser le prsent de lEmpire chrtien: la vie des hommes daujourdhui qui mnent leur existence dans le monde de la gnration correspond la situation prsente , , ainsi que nous le verrons dici peu. Cest aussi une caractrisation ontologique et cosmologique dvalorisante de tout ce systme politique (voir infra, note 21, p. 168).8. Voir larticle Damascius , dans DPhA, II, D3, p.547 (Damascius diadoque partir de ca. 515 ?) et p.566-567 (avec bibliographie) et P. Athanassiadi, Damascius. Th e Philosophical History, p.42-43.9. H. D. Saff rey, Allusions antichrtiennes chez Proclus, le diadoque platonicien , p.563 [211].10. In Tim., III, p.152, 31-153, 15 Diehl. Voir A.-J. Festugire, Commentaire sur le Time, IV, note 2, p.195.11. A. Cameron, Th e last days of the Academy at Athens , p.7-29: voir p.15 propos de In Alcibiadem, 264, 6-7 Creuzer.12. H. D. Saff rey, Allusions antichrtiennes chez Proclus, le diadoque platonicien