problématique de l’emploi, particulièrement l’emploi ... …©/EMPLOI RAPPORT FINA… · 1...

Click here to load reader

  • date post

    13-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    217
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of problématique de l’emploi, particulièrement l’emploi ... …©/EMPLOI RAPPORT FINA… · 1...

  • 1

    Rapport danalyse diagnostique de la problmatique de lemploi, particulirement lemploi des jeunes en RCA post crise

    Bangui, septembre 2015

  • 2

    Liste des acronymes

    ACRONYMES SIGNIFICATIONS

    ACFPE Agence Centrafricaine pour la Formation Professionnelle et lEmploi

    BIT Bureau International du Travail

    CEMAC Communaut des Etats Membres de lAfrique Centrale

    DSRP Document de Stratgies pour la Rduction de la Pauvret

    FAFPA Fonds dAppui la Formation Professionnelle et lapprentissage

    IDE Investissements Directs Etrangers

    IDH Indice de Dveloppement Humain

    NTIC Nouvelles techniques dInformation et de Communication

    OCSS Office Centrafricain de Scurit Sociale

    OEF Observatoire de lemploi et de la formation

    PAMODEC Projet dAppui la Mise en uvre de la Dclaration

    PIB Produit Intrieur Brut

    PNUD Programme des Nations Unies pour le Dveloppement

    PPTD Programme Pays pour le Travail Dcent

    PPTE Point dachvement de linitiative pour les Pays Pauvres trs Endetts

    PRODIAF Programme de Dialogue Social en Afrique francophone

    RCA Rpublique Centrafricaine

    SWOT Strength, weaknesses, opportunities and threats

  • 3

    Table des matires

    Liste des acronymes ............................................................................................................................... 2

    1. INTRODUCTION ......................................................................................................................... 5

    2. CONTEXTE DE LA RCA ET PROBLEMATIQUE DE LEMPLOI ..................................... 7

    2.1. Contexte de la RCA avant la crise de 2012 ......................................................................... 7

    2.2. CONTEXTE DE LA RCA POST CRISE ......................................................................... 10

    3. ANALYSE DIAGNOSTIQUE DE LA PROBLEMATIQUE DE LEMPLOI EN RCA ...... 12

    3.1. CARACTERISTIQUES DU MARCHE DE LEMPLOI EN RCA POST CRISE ....... 13

    3.1.1. Une croissance molle et structurellement peu cratrice demplois li des

    dysfonctionnements sur le marchs du travail.......................................................................... 13

    3.1.2. Une Forte Augmentation de la proportion des jeunes parmi les chmeurs et les demandeurs demplois ................................................................................................................ 20

    3.1.3. Chmage, un phnomne plus urbain que rural ...................................................... 22

    3.1.4. Un Chmage plus masculin que fminin ................................................................... 22

    3.1.5. Un chmage de sous-qualification .............................................................................. 22

    3.1.6. Un complment deffectif expatri concentr dans le secteur priv ....................... 26

    3.2. FORCES ............................................................................................................................... 27

    3.3. FAIBLESSES ....................................................................................................................... 28

    3.4. OPPORTUNITES ............................................................................................................... 30

    3.5. MENACES/RISQUES ........................................................................................................ 31

    4. PRINCIPAUX DETERMINANTS DU CHOMAGE EN RCA ET LEONS TIREES ....... 31

    4.1. PRINCIPAUX DETERMINANTS DU CHOMAGE EN RCA ....................................... 32

    4.2. PRINCIPALES LEONS TIREES ................................................................................... 32

    5. EBAUCHE DUNE STRATEGIE DE RELANCE DE LEMPLOI POUR LA

    CONSOLIDATION DE LA PAIX EN RCA ..................................................................................... 33

    5.1. REFORMES POLITIQUES ET ADMINISTRATIVES ................................................. 33

    5.1.1. Elaboration et mise en uvre dune politique nationale de lemploi et de la

    formation professionnelle ........................................................................................................... 33

    5.1.2. Rorganisation des structures dencadrement du monde du travail et renforcement de leurs capacits ................................................................................................. 35

    5.2. RELANCE DES SECTEURS A FORT POTENTIEL DE CREATION DEMPLOIS ET DE REVENUS ........................................................................................................................... 38

    5.3. MISE EN PLACE DES PROGRAMMES DURGENCE ET A TRES COURT TERME 38

    5.4. RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET MANAGERIALES ET PROMOUVOIR LENTREPRENEURIAT DES JEUNES ........................................................ 40

    6. PERSPECTIVES ET DEFIS ...................................................................................................... 42

    6.1. PERSPECTIVES ................................................................................................................. 42

  • 4

    6.1.1. Retour des investisseurs la faveur de la paix ......................................................... 42

    6.1.2. Relance de la coopration pour le dveloppement post transition .......................... 43

    6.1.3. Relance de secteur minier, forestier, agricole, infrastructures, tourisme,

    tlcommunications ..................................................................................................................... 43

    6.2. DEFIS ................................................................................................................................... 43

    7. FEUILLE DE ROUTE POUR LE CHANGEMENT ............................................................... 43

    7.1. ACTIONS DURGENCE ET A COURT TERME .......................................................... 43

    7.2. ACTIONS A MOYEN TERME ......................................................................................... 44

    7.3. ACTIONS A LONG TERME............................................................................................. 44

    8. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATION GENERALES ................................................ 44

    9. ANNEXES .................................................................................................................................... 46

    9.1. Rapport danalyse SWOT .................................................................................................. 46

    9.2. Rapport danalyse causale .................................................................................................. 47

    9.3. Rapprochement entre offres et demandes demplois ....................................................... 48

  • 5

    1. INTRODUCTION

    Dune superficie de 622 984 km, la Rpublique centrafricaine a une population denviron 4,5

    millions dhabitants dont environ la moiti a moins de 18 ans. La population est aussi rurale

    plus de 62%1.

    La problmatique de lemploi a t depuis longtemps une question qui a requis et bnfici

    des appuis multiformes tant au plan national quinternational.

    Sur le plan international, il convient de noter les conventions pertinentes du BIT (11, 44, 45,

    122, 168,169, 179), la Dclaration de Johannesburg sur le dveloppement durable (2012), la

    dcision de la Confrence de Rio+20 et la confrence des jeunes leaders panafricains tenue

    Dakar du 13 au 17 janvier 2015. Toutes ces conventions et dclarations ont considr

    lemploi, notamment celui des jeunes comme une question vitale liant lemploi la fois la

    performance conomique, lquit et la stabilit sociale.

    Concernant la RCA, bien avant la crise de 2012, le pays a bnfici de laccompagnement du

    BIT en tant que chef de file dans le domaine de lemploi et de la formation et en collaboration

    avec dautres partenaires comme le PNUD.

    En effet, dans le cadre de la coopration entre la RCA et le BIT, des appuis se rapportant aux

    quatre objectifs stratgiques de lagenda du travail dcent ont t apports aux mandants

    tripartites :

    - En matire des normes, le BIT a constamment uvr au renforcement des

    capacits techniques des mandants tripartites pour une meilleure application des

    normes internationales du travail, notamment dans le cadre dateliers nationaux et

    dans la sous-rgion, ainsi qu travers la mise en uvre du projet dappui la mise

    en uvre de la dclaration de lOIT (PAMODEC), et du projet dappui aux

    populations autochtones portant sur la convention 169 ;

    - En matire demploi, dans les annes 2000, le BIT appuy lexcution dun projet

    de micro-finance en RCA. Il a appuy la rvision du DSRP I qui a permis une prise

    en compte des questions de lemploi dans le DSRP II. Le BIT a apport son

    assistance technique et financire dans la prparation et lorganisation du Forum

    national sur le Travail dcent de Dcembre 2011. Son appui a en outre t apport

    aux mandants tripartites dans le processus de dtermination des priorits ayant

    servi de base llaboration du Programme Pays pour la Promotion du Travail

    Dcent (PPTD) de la RCA (2013-2016) avec un enseignement bas sur la gestion

    axe sur les rsultats. La prise en compte de travaux de consultation dudit

    PPTD /RCA est aussi lactif du BIT.

    - En matire de dialogue social, la formation des mandants tripartites sur les

    techniques de ngociation collective ainsi que la formalisation, la structuration et

    linstitutionnalisation du dialogue social ont t ralises travers le programme

    du dialogue social en Afrique francophone (PRODIAF).

    - En matire de protection sociale, lassistance technique et financire la

    formulation du projet de la politique nationale de protection sociale en 2012,

    1Rpublique Centrafricaine Importantes opportunits de dveloppement et daffaires. Ministre du plan, de lEconomie et de la

    Coopration Internationale. Mars, 2011.

  • 6

    lappui la restructuration de loffice Centrafricain de Scurit Sociale (OCCS)

    notamment les tudes sur la rhabilitation des capacits oprationnelles et

    financires de lOCSS et la ralisation dune tude sur la rforme et lextension du

    systme national de protection sociale.

    De faon gnrale, la coopration entre le BIT et la RCA travers les appuis conseils et les

    projets de coopration techniques est dans lensemble juge satisfaisante par les mandants.

    Cependant, cette coopration a besoin dtre renforce pour rpondre aux besoins de la RCA

    post-conflit dans le cadre dune coopration largie dautres Agences des Nations Unies,

    voire au-del. La prsente mission finance par le PNUD, en collaboration avec le BIT

    sinscrit dans ce cadre.

    Dans la phase actuelle post crise, la problmatique de lemploi, en particulier lemploi des

    jeunes est aborde en tant que facteur de consolidation de la paix et de la stabilit sociale et

    politique.

    Ainsi lobjectif gnral est, partir des documents dtudes et de politique existants, de faire

    un diagnostic approfondi de lemploi et de la problmatique de lemploi des jeunes en

    situation de post conflit. De faon spcifique, les objectifs sont les suivants :

    - Dfinir le concept de lemploi et de chmage en Centrafrique, circonscrire leurs

    champs dapplication

    - Analyser la situation de lemploi en RCA par typologie, catgorie, niveau de

    formation et de qualification, milieu de rsidence, niveau de rmunration, sexe,

    groupe dge et nationalit;

    - Croiser et combiner les diffrentes variables ci-dessous pour en tirer des

    enseignements

    - Analyser les politiques de lemploi menes par le pass notamment par rapport

    aux jeunes ;

    - Dgager la problmatique de lemploi des jeunes en distinguant celle du milieu

    urbain de celle du milieu rural ;

    - Analyser limpact du non emploi des jeunes sur la scurit et la cohsion sociale

    du pays

    - Ressortir les grands problmes et dfis du secteur de lemploi en RCA ;

    - Analyser et prsenter les besoins en matire de formation et de recyclage dans le

    domaine de lemploi (en mettant en exergue la situation des jeunes) ;

    - Analyser le potentiel/gisement existant en matire demploi des jeunes ;

    - Ressortir les pistes et voies et moyens pouvant mens vers lemploi des jeunes

    dans un contexte de crise ;

    - Produire un rapport final de ltude ;

    - Faire approprier le contenu de ltude par les acteurs cls du gouvernement.

    Le prsent rapport se prsente donc ainsi quil suit :

  • 7

    - Descriptif du contexte post crise de la RCA et du march du travail ;

    - LAnalyse de la problmatique de lemploi, en particulier celui des jeunes

    - Ebauche des pistes de solutions la problmatique du chmage

    - Perspectives et dfis

    - Feuille de route pour le changement

    - Conclusions et recommandations.

    2. CONTEXTE DE LA RCA ET PROBLEMATIQUE DE LEMPLOI

    2.1. Contexte de la RCA avant la crise de 2012

    Bien avant la crise de 2012, la Rpublique Centrafricaine avait un taux moyen de la

    croissance du PIB relativement faible avec une volution en dents de scie : 1,7% en 2009 ;

    3,3% en 2010 ; 3,1% en 2011 et 4,2% en 2012. Le PIB tait domin par le secteur primaire

    50,2% suivi du secteur tertiaire 31,7%, do un secteur secondaire contribuant seulement

    hauteur de 18,1%2.

    En outre, selon le rapport national 2011 sur le dveloppement humain, la pauvret touchait

    environ 62% de la population centrafricaine avec plus dacuit en milieu rural. LIndice du

    Dveloppement Humain (IDH) sest lgrement amlior en passant de 0,315 en 2010 0,343

    en 2011, mais la RCA a perdu deux rangs dans le classement selon lIDH et figurait encore

    parmi les 8 derniers pays.

    Du point de vue du cadre de planification et de gestion du dveloppement, la RCA a boucl la

    mise en uvre du DSRP-I (2008-2010). Le DSRP-II a t lanc en 2010 pour la priode

    2011-2015. En juin 2009, la RCA a atteint le point dachvement de lInitiative pour les Pays

    Pauvres Trs Endetts (PPTE).

    Le pays a bnfici dune assistance continue depuis quelques annes et a eu lopportunit de

    mettre en place un partenariat largi de la communaut internationale pour laccompagner

    dans son dveloppement, notamment travers le DSRP2 jusqu la crise de fin 2012.

    Il est aussi noter que bien avant cette crise et malgr cet accompagnement, la Rpublique

    Centrafricaine tait caractrise par des indicateurs sociaux qui auraient d alerter et mriter

    une attention particulire, notamment le chmage massif des jeunes de toutes catgories et

    dans tous les milieux (urbain, priurbain et rural).

    Enfin, nonobstant les rformes du secteur priv sur lesquelles le gouvernement sest engag,

    la RCA tait au 182ime rang sur 183 pays, selon le rapport 2012 du Doing Business de la

    Banque Mondiale. Cela pose beaucoup dinterrogations sur la dynamique des rformes du

    secteur priv et la capacit de celui-ci donner une meilleure perspective aux nombreux

    jeunes arrivant sur le march du travail en RCA.

    Cependant, plusieurs initiatives soutenues par les Partenaires Techniques et Financiers avaient

    t prises visant promouvoir lemploi, notamment dans le cadre du DSRP II et du processus

    OMD. Le DSRPII exprime lambition de la RCA de disposer dune population applique au

    travail et des ressources humaines performantes. A cet effet, le dveloppement du capital

    2 Rapport National sur le Dveloppement Humain, PNUD RCA, 2011.

  • 8

    humain et des services sociaux essentiels constituent un des axes stratgiques du DSRPII

    travers les objectifs suivants:

    - la rduction du taux de chmage ;

    - laugmentation du revenu des salaris ;

    - la cration des emplois dcents au profit des populations les plus dmunies et les

    groupes dfavoriss ;

    - Le dveloppement et la mise en uvre dune politique de protection sociale pour

    les groupes vulnrables contre les chocs conomiques et sociaux afin dassurer une

    meilleure couverture de scurit socio-conomique travers un systme contributif

    pour le secteur formel et informel et non contributif pour les groupes sociaux

    vulnrables par des mcanismes de redistribution de la richesse nationale. A cet

    effet, le projet de la politique nationale de protection sociale en RCA a t dj

    valid par les mandants tripartites et toutes les parties impliques en fin 2012, mais

    ncessite une nouvelle lecture pour tenir compte du contexte de crise.

    Lors du processus de formulation du Programme Pays pour la promotion du Travail Dcent

    de la RCA 2013-2016 (PPTD/RCA) en septembre 2011, il a t procd lidentification et

    la validation des deux priorits par les mandants tripartites en rponse aux principaux

    problmes recenss de lemploi, de la formation professionnelle et de la protection sociale,

    savoir :

    a) Accroitre les opportunits demplois pour les jeunes de deux sexes par une meilleure

    employabilit et lentreprenariat dans un cadre de dialogue social renforc ;

    b) Renforcer et tendre le systme de protection sociale.

    Le Forum National sur le Travail Dcent organis Bangui du 7 au 10 dcembre 2011 par le

    gouvernement avec lappui technique et financier du BIT et du PNUD a valid non seulement

    les deux priorits suscites, les secteurs porteurs en matire de cration demploi qui sont

    lagriculture, les mines, les forts et les infrastructures, mais aussi et surtout llaboration

    dune Politique Nationale de lEmploi et de la Formation Professionnelle, sa mise en uvre et

    son valuation priodique, mais aussi les principales recommandations suivantes :

    Dans le domaine de lemploi

    - La dfinition dune politique nationale cohrente de lemploi ;

    - Le renforcement des capacits des institutions charges de la mise en uvre de la

    PNE ;

    - Le dveloppement et la promotion du secteur priv par la cration dun

    environnement favorable lentreprenariat, ce qui sous-tend la rvision et

    lactualisation des textes relatifs la cration des entreprises et dincitations

    fiscales ;

    - Lappui laccompagnement et lencadrement des acteurs du secteur informel en

    vue de leur mutation progressive vers le secteur formel ;

    - La valorisation des innovations technologiques ;

    - La mise en place du dispositif du financement de la PNE (Cration dun Fonds

    national de lemploi) ;

  • 9

    - La promotion de lemploi rural qui implique lencadrement des producteurs,

    laugmentation des terres arables et des units de production ;

    - Le dveloppement de lapproche HIMO par la ralisation des programmes

    dinvestissement public grande chelle ;

    - La promotion des emplois verts pour la protection de lenvironnement ;

    - La promotion du dialogue social ;

    Dans le domaine de la formation professionnelle

    - Renforcer le cadre institutionnel et juridique devant rgir le systme de la FP ;

    - Dvelopper un partenariat actif avec les diffrentes associations et fdrations

    professionnelles constituant le tissu productif pour une dfinition conjointe de

    leurs besoins en RH, et les associer en amont et en aval lacte de formation ;

    - Procder la rhabilitation des centres et tablissements de formation existantes, et

    mettre en place, sil y a de nouveaux tablissements, modes et filires de

    formation (formation alterne, qualifiante, par apprentissage etc ;) ddis des

    secteurs dfinir ;

    - Dvelopper la formation par apprentissage pour absorber le flux important des

    jeunes dscolariss ;

    - Dvelopper la formation qualifiante au profit des jeunes diplms en qute

    demploi ;

    - Mettre en place un systme dingnierie de formation initiale et continue qui

    rpond aux besoins des secteurs ;

    - Faire bnficier les jeunes titulaires du Bac scientifique ou technique de bourses

    dtudes pout une formation dans les niveaux TS et ingnieur dans les spcialits

    juges prioritaires ;

    - Mettre en uvre la mthodologie de formation pour le renforcement et

    lautonomie des populations rurales et priurbaines TREE afin que ces

    dernires puissent sinsrer conomiquement par la pratique dAGR individuelles

    ou collectives et participer au dveloppement local ;

    - Rhabiliter lapprentissage traditionnel afin que les futurs artisans et agriculteurs

    soient aptes mettre en uvre les nouvelles technologies et deviennent des futurs

    matres dapprentissage performants ;

    - Mettre en place une charte nationale pour la redynamisation et le dveloppement

    du secteur de la FP ;

    - Former les acteurs du secteur informel pour une transition vers le secteur formel :

    - Promouvoir la formation au profit des personnes besoins spcifiques pour assurer

    leur intgration dans le tissu socio-conomique par la mise en place des filires

    adaptes ;

    - Accroitre les ressources de lACFPE juges ncessaires la ralisation de ses

    missions.

    Lors des prparatifs du Forum National de Rconciliations Nationale et les consultations la

    base, la jeunesse centrafricaine est reste unanime sur un objectif qui est lemploi, en

    particulier celui des jeunes.

  • 10

    Cet objectif rencontre lassentiment des jeunes qui sont en attente de revenus leur permettant

    damliorer leurs conditions de vie, mais aussi davoir un statut et une possibilit dvolution

    personnelle.

    Au-del des considrations conomiques, lemploi couvre des aspects sociaux importants :

    lautonomie vis--vis de la famille ; la prise de responsabilit ; les considrations sociales

    Les attentes des jeunes concernent aussi le contenu du travail et la position sociale lie

    lemploi. En effet, si avoir un emploi apporte un revenu, encore faut-il quil soit suffisamment

    rmunrateur et satisfaisant pour la personne concerne, relativement son contexte et ses

    ambitions. La perception dun dclassement peut conduire lvitement de certains emplois,

    avec pour consquence le paradoxe dun chmage important, alors que certains emplois sont

    difficilement pourvus.

    Certains taux de chmage trs lev chez les jeunes diplms sexpliquent en partie par des

    situations dattente dopportunits demplois plus proches des aspirations personnelles.

    Ainsi, la nature de lemploi importe autant que le fait dtre employ, Cest dans ce sens que

    le BIT parle du Travail dcent, notion qui rsume les aspirations de tout travailleur :

    possibilit dexercer un travail productif et convenablement rmunr, assorti des conditions

    de scurit sur le lieu de travail, de lquit et dune protection pour sa famille. Le travail

    dcent donne aux individus la possibilit de spanouir et de sinsrer dans la socit, ainsi

    que la libert dexprimer leurs proccupations, de se syndiquer et de prendre part aux

    dcisions qui auront des consquences sur leur existence. Il suppose une galit de chance et

    de traitement pour les femmes et les hommes.

    Linsertion socioprofessionnelle nest donc pas borne lemploi : elle place lactivit dans la

    perspective dynamique dune trajectoire de vie et dune attente de position conomique et

    sociale.

    Les crises dans les pays de Maghreb et celles rcentes de la Centrafrique ont dclench une

    prise de conscience politique du risque de frustration de la jeunesse. La ncessit de

    politiques actives en faveur de lemploi des jeunes est clairement relie une proccupation

    plus globale dordre social et politique.

    2.2. CONTEXTE DE LA RCA POST CRISE

    Les effets ngatifs de son enclavement de la RCA ont fait crotre de manire drastique les

    cots de production grevant ainsi sa comptitivit.

    La situation de la RCA traduit un paradoxe en ce sens que limmensit de ses ressources

    naturelles non encore exploites ou sous exploites conjugu ses grandes potentialits

    agropastorales contraste avec ses indicateurs socioconomiques rests des niveaux critiques.

    En effet, le pays regorge dnormes ressources naturelles (bois, faune, flore, diamant, or,

    uranium, fer, ptrole etc. dont lexploitation pourrait constituer les bases dune conomie

    croissance soutenue voire inclusive au regard des marchs potentiels rgionaux, mondiaux et

    au vu de la faible taille de la population centrafricaine. Mais, malheureusement, plus de 80%

    de la population vit aujourdhui avec moins de deux dollars par jour ; le PIB par habitant est

    pass dune moyenne de 461,62$ sur la priode 2008-2011 294,70$ sur la priode de 2012-

  • 11

    2014 et lIndice de Dveloppement Humain (IDH) sest considrablement dtrior, plaant

    la RCA parmi les cinq derniers pays lchelle mondiale soit au 172me

    rang sur 177 pays.

    Le mauvais climat des affaires qui constitue des entraves la promotion des investissements

    et du commerce extrieur comme rvl dans le rapport du DOING Business de la Banque

    Mondiale a class la RCA au dernier rang sur un chantillon de 183 pays en 2009 et 2010 et

    187ime

    sur 189 pays en 2014.

    Sur le plan de contexte gnral post crise, il convient de rappeler que la population

    centrafricaine a connu depuis plus de deux dcennies une instabilit politique et des conflits

    internes rpts. Cette situation a plong cette population dans une extrme vulnrabilit.

    Mais la crise la plus grave et la plus profonde est celle qui remonte Mars 2013 avec le coup

    dEtat de la coalition SELEKA avec le cortge de ses dgts collatraux, ou le peuple

    centrafricain sest retrouv dans une situation dramatique marque par 3:

    - Plus de 2000 personnes tues ;

    - 12% de la population dplacs ;

    - 8% de Centrafricains refugis dans les pays voisins ;

    - 2,5 millions de personnes, soit 54% de la population totale ayant besoin dassistance

    humanitaire ;

    - Plus de 30% des infrastructures scolaires et sanitaires dtruites ;

    - Environ 28.000 enfants touchs par la malnutrition aigu et svre ;

    - 7000 enfants enrls dans les groupes arms ;

    - Plus de 2.000 femmes victimes de viols et violences sexuelles ;

    - Un phnomne de rejet communautaire sur des bases dappartenance religieuse

    persistantes avec des assassinats traduisant le refus de vivre ensemble ;

    - Des poches dinscurit persistantes dans la capitale et dans toutes les provinces avec

    des violences sur les populations ;

    - Les Moyens de fonctionnement de ladministration et les capacits de production du

    secteur priv anantis :

    - Linfiltration des terroristes notamment les djihadistes sur le territoire centrafricain et

    la poursuite des exactions sur les populations par lArme de Rsistance du Seigneur

    (LRA), constituant une menace la paix et la scurit sous rgionale, rgionale voire

    internationale.

    Sur le plan de lemploi, les secteurs fort potentiel de croissance ont t directement ou

    indirectement touchs avec une rduction des activits de lordre de 35 40% notamment

    les mines, la fort, lagriculture, les tlcommunications et le dveloppement rural.

    Le manque gagner est norme pour lEtat en termes de recettes fiscales et pour de

    nombreux mnages, les pertes demplois pour de nombreux centrafricains les exposant

    un risque lev de pertes durables de bien-tre avec trois consquences sur le chmage des

    jeunes :

    3 Allocution de son Excellence Mme Catherine SAMBA-PANZA, Chef dEtat de Transition.

  • 12

    - Socialement, le chmage accrot la pauvret, dvalorise lducation et affaiblit les

    structures sociales et culturelles, base de la cohsion sociale car les jeunes tant

    incapables de trouver un emploi sont beaucoup moins susceptibles de fonder une

    famille.

    - Economiquement, le chmage des jeunes est pnalisant, car elle constitue ainsi la

    tranche de la population la plus nombreuse qui consomme sans produire, dans un pays

    o le taux dpargne est pratiquement nulle, do une entrave linvestissement.

    - Politiquement, le chmage en gnral et plus particulirement celui des jeunes est

    source de troubles sociaux et dinstabilit politique

    Laugmentation vertigineuse des lments de la coalition SELEKA passant de 5.000

    lments avant lentre Bangui 20.000 hommes, de mme leffectif des ANTI-Balaka,

    estim au dpart une centaine dhommes des milieux ruraux est pass environ 4.000

    hommes4 expliquent aisment cette consquence politique du chmage des jeunes.

    Au regard de ce tableau dramatique ; quil sagisse du contexte scuritaire, social,

    conomique, et politique, la situation de la RCA demeure proccupante.

    3. ANALYSE DIAGNOSTIQUE DE LA PROBLEMATIQUE DE LEMPLOI EN

    RCA

    Cette analyse sera faite la lumire des caractristiques que doit avoir un contexte national

    dans le domaine de lemploi, notamment : les opportunits existantes sur le march ; les

    profils des emplois offerts et sollicits; lexistence et le respect des normes lgales et de

    scurit ; lexistence des structures en charge des questions de promotion, dencadrement et

    de rgulation du march de lemploi ; la transparence sur le march (information disponible et

    accessible sur les offres et demandes demploi)

    Selon les donnes recueillies, il apparait que la fonction publique emploie prsentement

    26 853 fonctionnaires en novembre 20145 contre 7 129

    6 travailleurs contractuels dont 3%

    composs dtrangers.

    Nonobstant le fait que cette analyse soit principalement base sur les faits et constats, tant

    donn linsuffisance des donnes chiffres qui devraient permettre des analyses statistiques

    pousses ; la rigueur de lapproche mthodologique articulant lanalyse diagnostique7 par la

    mthode Forces, faiblesses, Opportunits et Risques (SWOT) et lanalyse causale est de

    nature garantir sa profondeur et sa pertinence.

    Sur la base des caractristiques du march de lemploi en RCA post crise et travers lanalyse

    des forces, des faiblesses, des opportunits et des risques relatifs lemploi, des chanes

    causales du phnomne du chmage, notamment celui des jeunes, seront tablies afin de

    dgager des pistes de solution ce flau en Rpublique Centrafricaine post crise.

    Enfin, le concept de lemploi tant polysmique, ce terme dsigne dans le cadre de cette

    tude, toutes les formes dactivits salariales ou indpendantes et dune manire gnrale,

    4 Programme dUrgence et de Relvement Durable 2014-2016 du Gouvernement.

    5 Direction du systme et Mthodes, Direction Gnrale de la Fonction Publique

    6 Environnement et investissement priv en RCA

    7 Rapport danalyse diagnostique complet en annexe

  • 13

    lensemble des activits socialement utiles et licites, gnratrices de revenus, par laquelle une

    personne tire les moyens de sa subsistance et amliore la qualit de sa vie. La caractristique

    principale de cette dfinition est que lemploi procure des ressources toute personne qui

    lexerce.

    3.1. CARACTERISTIQUES DU MARCHE DE LEMPLOI EN RCA POST CRISE

    3.1.1. Une croissance molle et structurellement peu cratrice demplois li des

    dysfonctionnements sur le marchs du travail

    Croissance faible et peu cratrice demploi

    La croissance conomique est molle (2,3%) alors que la moyenne au niveau de la

    CEMAC est de 4%. Paralllement, le pays connat lune des plus fortes croissances

    dmographiques du continent africain, (2,6%). En outre, le taux dinvestissement reste lun

    des plus faibles de la CEMAC, avec environ 13% du PIB contre 30% pour la moyenne de la

    CEMAC. Cette faiblesse de linvestissement sexplique en grande partie par la quasi

    inexistence de lpargne.

    Do une perspective peu rassurante dans le domaine de lauto-emploi qui devrait donner plus

    de vigueur au march de lemploi, particulirement dans le secteur informel urbain et dans la

    petite transformation des produits du terroir peu soumis la concurrence internationale.

    Ainsi, le march de lemploi centrafricain prsente les caractristiques typiques dune

    conomie peu comptitive, tissu industriel peu dense et surtout avec un secteur

    manufacturier embryonnaire et tout cela conjugu aux crises cycliques que le pays a

    traverses. En effet, le secteur industriel ne contribue qu hauteur de 18,1% au PIB et cette

    part est compose en grande partie des industries extractives trs intensives en capital alors

    que la part des industries manufacturires ne reprsente que 8% du PIB. Quant au secteur

    agricole (y compris les forts), la part est importante (environ 50,2% du PIB) et le secteur

    tertiaire, environ 31,7%. Mais, une grande partie ralise de la contribution du primaire est du

    fait des grandes compagnies dexploitation forestires encore intensives en capital. En outre,

    le secteur primaire dans son ensemble a t trs sensible la crise de 2012 en passant dun

    taux de croissance de 2,9%en 2012 -46,5% en 2013 et -6,5% en 2014.

    Certes, il nexiste pas de donnes rcentes concernant les diffrents niveaux de qualification

    des chmeurs, mais au regard du volume des demandeurs demplois compars au volume et

    catgories demplois offerts, sous rserve du fait que les donnes ne sont pas compltes, le

    principal constat rvlateur de lincapacit du march, dans sa configuration actuelle, offrir

    des perspectives prometteuses aux chmeurs est que le nombre demplois offerts est

    structurellement trs insuffisant par rapport aux demandes depuis 2010, avec des rapports

    natteignant pas le quart des demandes comme illustr dans les graphiques 3 et 4 ci-dessous.

  • 14

    Graphique 1: Nombre de demandes et d'offres d'emplois

    Source : ACFPE : Note dinformations sur les tendances du march de lemploi, 2012

    Graphique 2: Rapport volume d'emplois offerts/volume d'emplois demands

    Source : ACFPE : Note dinformations sur les tendances du march de lemploi, 2012

    Do des dsquilibres structurels sur le march de lemploi qui ont t aggravs par les

    crises, particulirement celle de 2012 qui a conduit la fermeture, voire la destruction de

    6989

    11323 10797

    6028

    8875

    1572 1475 1349 886

    2067

    0

    2000

    4000

    6000

    8000

    10000

    12000

    2010 2011 2012 2013 2014

    Demandes d'emplois Offres d'emplois (crations)

    0%

    5%

    10%

    15%

    20%

    25%

    2010 2011 2012 2013 2014

    22%

    13% 12% 15%

    23%

  • 15

    plusieurs units de production aussi bien dans les villes que dans les zones rurales. Les

    fermetures et destruction dentreprises ont atteint des proportions importantes.

    Lemploi a souffert des problmes politiques et conomiques des trois dernires dcennies.

    L'absence de donnes et d'tudes rcentes ne permet pas de bien apprhender la question.

    Pendant plusieurs annes, une partie des jeunes a combattu dans les conflits arms, ou volu

    dans des contextes marqus par la violence et labsence dinstruction.

    La moiti de la population ayant moins de 18 ans, les chmeurs sont surtout des jeunes. En

    2006, les projections dmographiques du Programme des Nations unies pour le

    dveloppement (PNUD) estimaient que le march du travail lhorizon 2015 serait marqu

    par larrive de 28 000 demandeurs demploi par an. Le systme ducatif continue produire

    des diplms dans des spcialits satures, alors que des comptences techniques (expertise

    comptable, gestion dentreprise, statistiques et informatique, techniciens spcialiss dans les

    secteurs miniers ou de bois) demandes par les entreprises locales demeurent dficitaires.

    Outre les jeunes diplms, figurent parmi les chmeurs des jeunes sans instruction.

    Comme dans la plupart des pays africains, le march de lemploi est structur en trois niveaux

    : un secteur urbain moderne, un secteur urbain non structur et un march de travail

    spcifique en milieu rural. Les donnes les plus rcentes montrent que le secteur rural emploie

    plus de 70 % de la main-duvre, et plus de 70 % des actifs en milieu rural travaillent dans

    lagriculture. On note galement quune fraction non ngligeable des jeunes actifs des milieux

    urbains travaille encore dans lagriculture. Dans le milieu urbain, lessentiel des emplois

    relve du secteur non structur ou informel et, dans une moindre mesure, du secteur priv

    moderne. Par ailleurs, comme le souligne un rapport du PNUD (2007) dans le secteur

    moderne, les faibles capacits dabsorption de ladministration publique et des entreprises

    expliquent lexcdent de la main duvre disponible recens, surtout chez les jeunes

    demandeurs demploi (de moins de 30 ans) qui ne sont pas en mesure de sinsrer dans ce

    secteur .

    La RCA ne dispose pas encore de politique ou de stratgie nationale pour rellement faire

    face la problmatique de lemploi. Dailleurs, le nouveau DSRP (2011-15) fait tat du

    diagnostic suivant en ce qui concerne la situation de lemploi en gnral :

    - linexistence dune politique nationale demploi et de formation professionnelle ; - la faible capacit daccueil du secteur priv ainsi que du non diversification de

    lconomie qui limite les opportunits demploi et rduit la capacit de protection

    contre les risques et les chocs conomiques et sociaux ;

    - labsence dune politique dautonomisation et de moyens de crer son propre emploi pour les groupes vulnrables ;

    - labsence dune politique approprie de renforcement des capacits techniques et oprationnelles des cadres et agents des ministres en charge des questions demploi ;

    - la non intgration de la dimension transversale de lemploi dans les projets de dveloppement, etc.

    Le DSRP (2011-15) indique que la principale stratgie du gouvernement en matire demploi

    pour les jeunes consiste dvelopper la cration demplois indpendants et dactivits

    gnratrices de revenu, des travaux haute intensit de main-duvre et la promotion de

    lemploi dans le secteur priv. Dans cette stratgie, trois axes sont retenus :

    - la mise en place dun cadre institutionnel et rglementaire incitatif capable de favoriser la cration demplois dcents et durables (rforme des textes juridiques et

    institutionnels, la mise en place des structures dappuis et dencadrement des

    entreprises) ;

  • 16

    - le renforcement des institutions charges de la gestion de la politique nationale de lemploi et de la formation professionnelle ;

    - la mise en place dun systme dinformation et de gestion du march de travail et de la formation professionnelle.

    Le cot du facteur travail ne semble pas tre considr comme des contraintes au niveau des

    oprateurs conomiques. Les salaires sont globalement bas, le SMIG est de lordre de 18750

    FCFA et les salaires moyens des fonctionnaires de niveau universitaire qui servent de

    rfrence implicite sur la march du travail varie entre 40.000 et 100.000 FCFA brut8 ;

    Les niveaux de salaires moyens verss aux expatris sont suprieurs ceux de leurs

    homologues travailleurs centrafricains. Ainsi, le salaire moyen dun cadre expatri tourne

    autour de 1.055.465 FCFA alors que celui du centrafricain stablit autour de 461.738 FCFA9.

    La question pour toute entreprise nest pas celui du cot de travail mais celui de la

    qualification de la main duvre qui oblige souvent oprer des recrutements en dehors du

    pays et principalement au Cameroun voisin par exemple dans le domaine des finances et de

    linfographie. Ainsi, la question du cot de travail qui semble moins proccupant au dpart

    pour tout investisseur peut savrer comme une contrainte en matire de charge dimportation

    de la main duvre qualifie. Ce problme concerne toutes les filires techniques du pays.

    Le taux du chmage depuis 2001 oscille autour de 8%. Ce faible ne semble pas reflter la

    ralit pour la simple raison quen Rpublique Centrafricaine, lemploi est beaucoup plus

    masqu par le sous-emploi10

    Il importe aussi de prciser que dans le cadre de cette tude, le

    terme chmage dsigne dune part le dsquilibre macroconomique caractris par une

    supriorit de loffre de travail par rapport la demande du travail et, dautre part, la situation

    dun chmeur.

    Daprs le BIT, dans les pays en dveloppement, le taux de chmage peut atteindre des taux

    officiels dpassant souvent les 30%, mais la mesure du chmage nglige les activits

    conomiques indpendantes et familiales destines lautoconsommation et reprsentant la

    source essentielle de richesse pour des populations lcart de lconomie marchande. Dans

    les pays les plus pauvres, ce travail indpendant reprsente 37% de lactivit en zone urbaine,

    et bien davantage en zone rurale.

    Le niveau global de la participation lactivit conomique donn par le taux dactivit se

    situe 52% selon le RGPH 2003. Ce taux est faible et rvle le bas niveau de la participation

    lactivit conomique au niveau national.

    Peu de structures daccompagnement des jeunes Les jeunes qui dsirent crer leur entreprise ne trouvent pas souvent des structures capables de

    les aider techniquement et financirement dans cette aventure. Trs peu de structures existent

    cet effet.

    Il faut tout de mme souligner que les structures daccompagnement financier font toujours

    dfaut pour laccs des jeunes aux ressources financires adaptes leur besoin dinstallation.

    Les institutions financires classiques naccordent pas de crdit aux crateurs dentreprises

    8 Environnement de linvestissement priv en RCA

    9 Note dinformations sur les tendances du march de lemploi 2012

    10 La formation professionnelle dans lenseignement suprieur et le march de lemploi en Centrafrique

  • 17

    sans la caution quil est difficile aux jeunes, voire impossible, de trouver. Les projets sont

    abandonns dans plusieurs cas.

    Environnement des Affaires dfavorable

    Le dveloppement du secteur priv en RCA11

    , sur lequel repose la stratgie dacclration de

    la croissance dfinie dans le nouveau DSRP (2011-15), continue dtre confront

    dimportants obstacles. Selon le rapport Doing Business 2012 de la Banque mondiale,

    lenvironnement des affaires est encore peu attractif en RCA, mme si le pays a amlior son

    rang, passant de la dernire lavant-dernire place en 2015. Avec lappui de la Banque

    africaine de dveloppement (BAD), plusieurs initiatives ont t lances. Le Comit mixte

    secteur priv/administration, organe dcisionnaire cr en 2010 pour suppler le cadre

    permanent de concertation tat/secteur priv, a pris de nombreuses dcisions dans le domaine

    de lobtention de prts, du transfert de proprit, de la cration dentreprises, etc. selon le

    recensement des entreprises de 2007, la RCA compte 9781 units dont 1330 entreprises du

    secteur formel. Sur la base de la mme source, un rapport du PNUD avance le chiffre de 1662

    entits du secteur formel. Daprs les donnes rcentes des impts, les grandes entreprises

    sont au nombre de 227 dont 14 sont inactives.

    Par ailleurs, dans le cadre de la Loi de finances 2011, plusieurs rformes fiscales ont t

    Lances pour simplifier la fiscalit des PME, rduire de 15 % les droits denregistrements

    perus sur les transactions immobilires (sur les btiments en zone urbaine) et de 12 % (sur

    les terres et les btiments en zone rurale). Outre ces mesures visant stimuler linvestissement

    dans limmobilier, des progrs significatifs ont t obtenus dans la mise en uvre du guichet

    unique des entreprises cr en 2008.

    Comme le relve le rapport du FMI (2011) sur la comptitivit de la zone CEMAC, en dpit

    de ces progrs importants, la RCA fait encore face de graves dfis pour promouvoir le

    dveloppement du secteur priv et stimuler la croissance. Ce rapport recommande la RCA

    de concentrer ses efforts sur lamlioration du climat des affaires par : la rvision de la Charte

    dinvestissement et du Code du commerce et le renforcement du tribunal commercial ; une

    rforme de la fiscalit intrieure (notamment la Direction de la fiscalit des entreprises) ; le

    renforcement des institutions ; le dveloppement de lnergie et des infrastructures pour

    surmonter lenclavement de la RCA et la mise en uvre de politiques de diversification de la

    production ( travers la mise en place des ples rgionaux de dveloppement)

    Labsence dune politique nationale de lemploi et de formation professionnelle

    Ce constat semble faire lunanimit depuis les documents de rfrence de la RCA comme le

    DSRP II, les principales conclusions du Forum National sur le Travail Dcent, le document

    du Programme Pays sur la promotion du Travail Dcent de la RCA 2013-2016 et les rcents

    discours politiques.

    Il convient de rappeler ici que la cration demplois, en particulier pour les jeunes, a mieux

    russi dans les pays o elle tait en gnral le rsultat dune stratgie dlibre des pouvoirs

    publics, taye par une vision claire et un engagement long terme. Il sagira donc pour la

    RCA de se doter d'une politique nationale demploi et de formation professionnelle associe

    une stratgie de croissance forte, capable daugmenter rellement les opportunits demploi

    pour les jeunes.

    Les institutions de rgulation du march du travail :

    11

    RCA : Perspectives conomiques de lAfrique

  • 18

    Une meilleure rgulation du march du travail simpose dans le contexte de la RCA o la

    scurit des emplois et la flexibilit du march sont des proccupations troitement lies. Cela

    ncessite des institutions des marchs du travail performants capables de garantir la scurit

    des emplois tout en prservant un degr de flexibilit indispensable pour la comptitivit de

    lconomie

    En matire des institutions du march du travail, la RCA linstar de la plupart des pays en

    voie de dveloppement intervient sur le march du travail pour rglementer les conditions de

    travail, la gouvernance du march du travail, mais aussi lintermdiation sur le march du

    travail travers la loi n 09.004 du 29 janvier 2009, portant Code du Travail de la RCA,

    (procdures dembauche et de licenciement individuel et collectif, les diffrents types de

    contrats de travail, la dtermination du salaire avec la fixation du SMIG, les diffrents

    horaires du travail, le systme de contrle de lapplication de la lgislation du travail, le

    systme de rglement des diffrends tant individuels que collectifs, le dialogue social dans le

    cadre dune coopration tripartite entre lEtat et les partenaires sociaux et la coopration

    bipartite entre lEtat et les syndicats des travailleurs ou le secteur priv.)

    Quasi absence dintermdiation sur le march du travail

    Lintermdiation sur le march du travail est constitue de lensemble des dispositifs uvrant

    pour le rapprochement de loffre et la demande de travail ; il sagit principalement des

    services de lemploi dans lexercice de leurs missions premires de courtage demploi et

    dinformation sur le march du travail.

    En RCA, lAgence Centrafricaine pour la Formation Professionnelle et lEmploi (ACFPE) est

    au centre du systme dintermdiation sur le march de lemploi et linformation sur le

    march du Travail.

    En 1999, le Gouvernement Centrafricain dcida de fusionner lONIFOP (Office National

    interprofessionnelle de Formation Professionnelle) et lONMO (Office National de la Main

    duvre), une institution en charge de limmatriculation et du placement des demandeurs

    demploi, pour crer lACFPE (Agence Centrafricaine pour la Formation Professionnelle et

    lEmploi) par la loi n 99.008 du 19 mai 1999. Les principales missions de lAgence sont :

    promouvoir lEmploi ;

    promouvoir la Formation Professionnelle ;

    dvelopper la libre entreprise gnratrice demplois productifs sur toute ltendue du territoire centrafricain.

    Dote dun Conseil dAdministration tripartite (Pouvoir public, Patronat, Syndicat de

    Travailleurs), sa principale ressource financire est la contribution patronale value 2 % de

    la masse salariale verse par les entreprises.

    Elle et charge dans la cadre des directives quelle reoit du Ministre en charge de sa tutelle

    technique, de lexcution des stratgies du gouvernement en matire demploi et de la

    formation professionnelle. A ce titre, elle met en uvre ses stratgies demploi qui

    sexpriment sur le march de lemploi sous forme dactions dintermdiation, des actions de

    formation professionnelle et dinformation sur le march du travail.

  • 19

    Ainsi entre 2008 et 201412

    , lACFPE a enregistr 51915 demande demploi contre 9271 offres

    demploi dont 101 offres non pas t satisfaites. Cette situation sexplique par le dsquilibre

    gnralis entre loffre et la demande de travail formel mais galement par le faible niveau de

    transparence sur le march de travail. En effet, une grande partie de recrutement des

    travailleurs dans le secteur formel se fait insr par le canal des rseaux sociaux et non par le

    canal de lACFPE qui a lavantage de garantir une certaine transparence sur ce march.

    Dans une tude sur la formation professionnelle dans lenseignement suprieur et le march

    de lemploi en Centrafrique, il ressort les pourcentages suivants en ce qui concerne les

    moyens dinsertion des jeunes diplms de lenseignement suprieur :

    - ACFPE : 9,70% - Concours /tests : 43,60% - Parents/Relations : 13,60% - Stage : 19,30% - Contact direct avec lemployeur : 13,90.

    En dehors du processus de recrutement dans la fonction publique, le placement organis par

    lACFPE joue un rle faible dans le rapprochement de loffre et de la demande demploi qui

    pour lessentiel passe par dautres canaux relationnels. En outre, en interprtant ses

    pourcentages il semble bien quune grande partie de recrutement des travailleurs au sens du

    code de travail de la RCA dans le secteur formel se fait par le canal des rseaux sociaux et

    non travers lune des principales activits de lACFPE en loccurrence lintermdiation du

    march du travail qui garantit une certaine transparence sur ce march, lACFPE est appele

    jouer le rle dune structure de veille. Mais, la mconnaissance du march de lemploi est

    bien relle et freine beaucoup laccs au march du travail. Elle est surtout due :

    - lindisponibilit des tudes relatives au march du travail ; il manque des structures de Veille

    - le manque de diffusion des informations existantes et de vulgarisation de quelques tudes ralises dans le cadre du march du travail ;

    - linformation est trs ingale, en termes daccs, de temps, de production et de diffusion surtout dans le domaine de lemploi.

    En consquence, les jeunes, parfois comptents et valables, ressentent le dcouragement et

    sont contraints de sadonner aux mtiers pour lesquels ils ne sont pas forms. Au demeurant,

    les offres du march du travail peuvent ne pas tre satisfaites malgr lexistence des quelques

    comptences au niveau national, faute de mise en place de dispositifs efficaces de suivi des

    jeunes demandeurs demploi. Le faible degr de formation en alternance de type contrat-

    emploi et loffre de formation en gnral trs rduite et oriente beaucoup plus vers les

    carrires administratives ne sont pas de nature favoriser linsertion massive des jeunes sur le

    march de lemploi.

    Le renforcement de lactivit dintermdiation savre donc ncessaire pour amliorer la

    transparence du march du travail et assurer un niveau dquit apprciable, si lon veut viter

    la marginalisation des demandeurs demplois les moins favoriss et lutter efficacement contre

    la pauvret. Une enqute spcifique sur les offres demploi visible au cours dune anne

    permettrait de confirmer lampleur du disfonctionnement du march du travail sur le plan de

    la transparence.

    12

    Service des statistiques de lACFPE

  • 20

    Enfin, dans le domaine de la libre entreprise lACFPE a ralis entre 2008-201413

    des prts

    financiers dun montant total de 22.125.546 FCFA 306 bnficiaires avec un taux de

    remboursement satisfaisant de 79,48%. Cette exprience positive pourrait se poursuivre si les

    ressources de cet organisme le permettent pour un dveloppement de lentreprenariat.

    Le manque de dispositifs de suivi et d'insertion des jeunes en recherche d'emplois et

    dinformations fiables sur le march du travail

    LACFPE qui fait office de service public demploi et de formation professionnelle en RCA

    nest prsente que dans de cinq chef-lieu des prfectures (Berberati, Bambari, Mbaki Bouar)

    et Bangui qui abrite son sige sur un ensemble de 16 prfectures. Cette situation ne permet

    pas encore une bonne visibilit des actions de ce service demploi public travers tout le

    pays, beaucoup dartisans affirment ne pas connaitre cet organisme ni son rle lors du

    recensement organis en vue dtablir un rpertoire des artisans locaux14

    .

    Ce faisant, il nest pas parvenu simposer, au plan national, comme la seule porte dentre

    lemploi, de manire favoriser le suivi des demandeurs demploi.

    La RCA nayant jamais organis une enqute nationale sur lemploi de type enqute sur la

    population active, les informations fiables tant en quantit quen qualit font dfaut sur le

    march du travail. Les donnes statistiques actuelles produites par lACFPE ne reprsentent

    quune petite partie de liceberg en ce qui concerne la situation des jeunes sans emploi et ne

    pourraient servir de projection statistique pour lensemble du pays.

    En raison du dficit des donnes, les dcideurs ont du mal comprendre la nature des

    problmes demploi et prendre des dcisions claires pour aider les jeunes sur le march du

    travail.

    3.1.2. Une Forte Augmentation de la proportion des jeunes parmi les chmeurs

    et les demandeurs demplois

    Comme illustr dans le graphique 1 ci-dessous, les deux tranches dges de 20 24 ans et de

    25 29 ans constituent la grande majorit des demandeurs demplois (58,7%). Cela peut

    priori dnoter dun chmage massif des jeunes diplms des enseignements secondaires,

    techniques et suprieurs ou des chmeurs de longue dure.

    Graphique 3: Tranches d'ges des demandeurs d'emplois

    13

    Service des statistiques de lACFPE 14

    Recensement en vue de ltablissement du rpertoire des artisans locaux par lACFPE

  • 21

    Source : ACFPE : Note dinformations sur les tendances du march de lemploi, 2012

    Aussi, dun point de vue global, plus de 80% des demandeurs demplois ont moins de 35 ans

    comme illustr dans la graphique 2. Do toute la problmatique de la gestion des flux des

    nouveaux demandeurs demplois.

    Graphique 4: Proportion des jeunes parmi les demandeurs demplois

    Source : ACFPE : Note dinformations sur les tendances du march de lemploi, 2012

    Enfin, parmi les 10 797 demandeurs demplois qui se sont fait immatriculer lACFPE en

    2012, on compte 9 134 nouvelles inscriptions, soit environ 85%.

    Ce profil des demandeurs demplois suscite des interrogations :

    - Ce flux massif des nouveaux demandeurs demplois et en majorit des jeunes est-il le reflet dune arrive massive de jeunes diplms sans emplois ?

    - Si cest un flux massif de jeunes diplms sans emplois, les profils de ces jeunes arrivants sur le march du travail correspondent-ils aux besoins des employeurs

    potentiels ? Do la question de lemployabilit des chmeurs sur le march.

    - Mme si le flux connu en 2012 est juste la rsultante du changement de comportement de sinscrire davantage pour profiter des opportunits, la question de lemploi des

    2,72

    23,12

    35,55

    18,89

    19,72

    % des tranches d'ges parmi les demandeurs d'emplois

  • 22

    jeunes reste toujours une proccupation majeure au regard des tentations auxquelles

    cette situation expose les jeunes.

    3.1.3. Chmage, un phnomne plus urbain que rural

    Mme en labsence de chiffres comparatifs rcents, il apparat clairement que dans les zones

    rurales, la structure des productions domine par les petites exploitations de type familial

    engendre trs peu de chmage, hormis les cas rares de difficults daccs la terre dans

    certaines localits. Par contre, lemploi urbain est fortement li au dynamisme des secteurs

    industriels et tertiaires.

    En 2012, les 86,65% des demandeurs demplois enregistrs venaient de Bangui et les 13,34%

    des villes des provinces de Mbaki, Berberati, Bouar et Bambari.

    Il y a un faible niveau de dveloppement du tissu industriel centrafricain en gnral. En

    particulier les industries manufacturires et les petites units artisanales du secteur informel

    qui devraient constituer des poumons de lconomie centrafricaine en termes de crations

    demplois, particulirement dans les centres urbains, sont handicapes par plusieurs facteurs :

    linsuffisance, voire lindisponibilit de lnergie, les cots levs des intrants industriels en

    raison des difficults dapprovisionnement Or, ce sont les centres urbains qui reoivent la

    fois les flux lis lexode rural et aux migrations intrieures.

    Dans les zones rurales, cest plutt le sous-emploi qui est important en raison du caractre

    saisonnier des activits et de linscurit conscutive la crise de 2012.

    3.1.4. Un Chmage plus masculin que fminin

    Selon les chiffres disponibles, 9,6% des actifs masculins sont frapps par le chmage ; ce taux

    est de 5% pour les femmes. Aussi, les hommes reprsentent 75% des demandeurs demplois

    contre 25% pour les femmes.

    Cela pourrait sexpliquer par la disponibilit de plus dopportunits dauto emploi fminin

    dans le petit commerce des produits du terroir, mais aussi par le fait que les femmes acceptent

    plus facilement certains types demplois, notamment domestiques, que beaucoup dhommes

    rcusent ; alors que le march du travail centrafricain offrent peu dopportunits de petits

    mtiers manuels (ateliers techniques de fabrication, de rparation, dentretien), en

    particulier dans le secteur informel.

    Tout cela pourrait aussi avoir une explication dans le fait que toutes les activits ncessitant

    lnergie lectrique sont entraves par linsuffisance gnrale de la production nergtique,

    voire lindisponibilit de ce produit dans certaines zones.

    3.1.5. Un chmage de sous-qualification

    Le manque de qualification professionnelle.

    Une proportion importante des jeunes ne disposent pas dune qualification professionnelle

    suffisante leur sortie du systme scolaire. Selon la note dinformation sur les tendances du

    march de lemploi (2012) de lACFPE, un nombre important de primo demandeurs demploi

    soit 23,54% na pas de qualification professionnelle. En provinces, cette catgorie de

    demandeurs demploi dpasse la majorit absolue soit 58,74 % du total.

  • 23

    Certaines offres de formation bien qutant arrimes avec le march du travail, ne favorisent

    pas lacquisition des comptences ncessaires aux forms pour se retrouver sur le march du

    travail. En effet, la formation pratique qui se donne dans les centres de formation et qui

    devrait faire des forms des professionnels comptents sont inexistantes pour deux raisons

    fondamentales :

    - lobsolescence et linsuffisance des quipements de formation : Les quipements sont en

    nombre trs limit et ne favorisent pas une transmission de savoir-faire de qualit devant

    permettre aux jeunes davoir confiance en eux-mmes pour se prsenter sur le march du

    travail.

    - le dphasage des formateurs : ils ne sont plus, pour la plupart, en phase avec

    lenvironnement technologique parce que nayant pas t recycls pour sadapter lvolution

    des outils vers la modernit. Ce manque de comptences contraint les formateurs

    transformer parfois la formation pratique en apprentissage thorique.

    Linsuffisance des infrastructures de formation dans le secteur technique et industriel.

    La RCA dispose ce jour au point de vue de structure de lETFP du secteur public que 09

    tablissements savoir, un seul lyce technique Bangui, un seul collge technique fminin

    Bangui, une cole de mtiers dart et 06 centres de formations professionnels Mbaki,

    Berberati, Bozoum, Bossangoa et Bambari mais qui nexistent que de noms cause des effets

    collatraux de la crise de mars 2013. Les structures de lETFP de lEtat fonctionnent dans des

    conditions difficiles et souffrent dun manque cruel dquipements didactiques et des

    formateurs qualifis.

    Au niveau de lETFP du secteur priv, on dnombre travers tout le pays 237 centres de

    formation professionnelle dont 15 appartiennent aux organisations non gouvernementales et

    25 ne fonctionnement plus pour des raisons de manques de ressources. La ville de Bangui

    compte elle seule 105 centres de formation professionnelle15

    Tous les domaines lis aux secteurs primaire, secondaire et tertiaire sont dispenss dans ces

    Centres de formation. En province, la tendance est fortement oriente vers le secteur primaire

    (agriculture, maraichers, levage), et est en baisse dans les secteurs secondaire (maonnerie,

    menuiserie, couture, artisanat) et tertiaire (comptabilit de base). Par contre Bangui, le

    vecteur dominant est le secteur tertiaire (comptabilit, gestion, informatique, bureautique),

    ensuite vient le secondaire (mcanique, lectricit, lectromcanique, artisanat). Le primaire

    est inexistant.

    Un systme ducatif peu adapt aux besoins de lconomie.

    Le systme ducatif actuel, hrit de la colonisation nest pas rorient vers les objectifs de

    dveloppement ax prioritairement sur lindustrialisation. En effet, le systme secondaire de

    deuxime cycle ne repose pas sur un quilibre dynamique entre lenseignement gnral et

    lenseignement technique et ne prpare pas aux tudes suprieures dans les filires

    prioritaires pour le dveloppement dune conomie appele sindustrialiser davantage ;

    La formation professionnelle nest ni modernise ni renforce ;

    15

    Recensement des centres de formation professionnelle par lACFPE, ralis en 2008

  • 24

    Lenseignement suprieur oriente plus les formations vers lobtention des diplmes et non

    vers la professionnalisation ce qui entraine le plus souvent laugmentation du nombre des

    diplms sans qualification relle et sans emploi. En outre les programmes denseignement

    sont caducs et souvent beaucoup thorique devant le march de travail qui slargit mais ne

    trouve pas de preneur au sens de la qualification.

    Inadquation formation/emploi rsultant du cloisonnement entre lcole et le monde

    productif

    Les programmes de formation ne correspondent pas toujours aux besoins de lappareil

    productif et pour cela, lon relve que le march de lemploi manque cruellement de la main

    duvre qualifie mme de rpondre valablement aux nouveaux besoins des entreprises. Il

    faut ajouter cela le manque dun outil dobservation des mtiers et de qualification

    professionnelle de type observatoire de lemploi et de la formation professionnelle et une

    structure dorientation professionnelle pour lve et tudiants.

    L'inadaptation des comptences des jeunes et notamment la dconnexion entre le monde de la

    formation et le monde du travail est lune des principales causes des difficults que

    rencontrent les jeunes en qute demploi. Le constat est plus patent au niveau de

    lenseignement suprieur o beaucoup de jeunes sont inscrits lUniversit nationale et dans

    les instituts qui offrent des comptences trs peu recherches. Les formations donnes tant

    dans lETFP que dans lenseignement suprieur sont celles qui ont t mises en place depuis

    des dcennies sans quaucune modification ne soit intervenue au fil des annes. De nouvelles

    spcialits en lien avec les besoins de lconomie sont rarement cres. Et pourtant, il existe

    des niches demplois dans lconomie pour lesquelles les centres de formation et des

    universits ne donnent pas de formations correspondantes. Les jeunes constatent la fin de

    leur formation quils sont exclus de ce march devant leur permettre dtre un acteur de

    dveloppement socio-conomique.

    Il y a lieu de mettre la question au centre des rflexions afin de mettre fin la sempiternelle

    proccupation de linadquation formation/emploi.

    La faible acquisition des comptences entrepreneuriales par les jeunes

    Malgr la tendance la hausse du taux de chmage des jeunes, les comptences

    entrepreneuriales et les techniques de recherches demploi ne sont pas toujours insres dans

    les programmes de formation dun certain nombre de structures de formation. En

    consquence, les cadres forms de ces structures manquent de comptences managriales. La

    plupart dentre eux estiment quils sont forms pour tre recruts dans les entreprises ou la

    Fonction Publique donc pour lemploi salari et non pour lemploi indpendant. Leffectif

    plthorique des jeunes estim plus de 3000 lors de lorganisation du premier concours de

    recrutement dans la fonction publique centrafricaine en 2007 atteste de cette situation.

    Les consquences de cet tat de fait sont importantes sur lemploi en gnral et celui des

    jeunes en particulier.

    Au regard du tableau 1 ci-dessous, on remarque que sur les 77 spcialits sur le march, le

    rapprochement entre les offres et les demandes montre que les 10 spcialistes les plus rares

    trouver sur le march national sont gnralement des fonctions techniques et vitales telles

    que mdecin, infirmier dEtat, spcialiste de pompe, ingnieur en assainissement, ingnieur en

    infrastructure Le march local narrive pas fournir ces spcialits alors que les

    opportunits demplois existent.

  • 25

    Tableau 1: Nature des offres et demandes d'emplois

    NATURE OFFRES

    NOMBRE

    D'OFFRES

    D'EMPLOI

    (NO)

    NOMBRE

    DE

    DEMANDES

    D'EMPLOI

    (NDE)

    RATIO

    NDE/NO

    Classement

    des

    fonctions

    selon ratio

    NDE/NO

    INGENIEUR EN ASSAINISSEMENT 1 0 0 1

    INGENIEUR EN INFRASTRUCTURE

    DE TRANSPORT 1 0 0

    2

    SPECIALISTE POMPE 1 0 0 3

    MEDECIN 9 3 0,33 4

    INFIRMIER DIPLME D'ETAT 34 13 0,38 5

    CADRE PSYCHOSOCIAL 3 3 1 6

    CONDUCTEUR CHAUDIERE 1 1 1 7

    INFOGRAPHE/MAQUETISTE 1 1 1 8

    NUTRITIONNISTE 4 5 1,25 9

    VENDEUR 105 137 1,3 10

    Source: ACFPE

    A linverse les 10 emplois le plus priss (demandes trs fortes comparativement aux offres)

    sont gnralement des emplois peu qualifis tels que jardinier, garon de salle, collecteur de

    tickets comme illustr dans le tableau 2 ci-dessous.

    Tableau 2: Rapprochement des offres et demandes demplois par fonctions

    NATURE OFFRES

    NOMBRE

    D'OFFRES

    D'EMPLOI

    (NO)

    NOMBRE

    DE

    DEMANDES

    D'EMPLOI

    (NDE)

    RATIO

    NDE/NO

    Classement

    des

    fonctions

    selon ratio

    MENUISIER 1 63 63 68

    CAISSIER 6 381 63,5 69

    RECEPTIONNISTE 2 131 65,5 70

    AGENT D'ENTRETIEN 9 599 66,56 71

    MAGASINIER 5 412 82,4 72

    AIDE COMPTABLE 1 100 100 73

    MECANICIEN AUTO 1 101 101 74

    JARDINIER 1 129 129 75

    COLLECTEUR DE TICKETS 4 974 243,5 76

    GARCON DE SALLE 1 315 315 77

    Source: ACFPE

    Il ressort de ces analyses que, certes les opportunits demplois sont globalement faibles, mais

    aussi, il se pose un problme de concordance entre les spcialits demandes par les

  • 26

    employeurs et les qualifications disponibles sur le march. Ce qui pourrait amener des

    entreprises avoir recours la main duvre trangre, alors que le pays connat un chmage

    important.

    Cet tat de fait est la manifestation des insuffisances majeures au niveau de la formation

    professionnelle et de lapprentissage, comme lillustre par le graphique 5 : Niveau

    dinstruction des demandeurs demplois.

    En effet, 36,22% des demandeurs demplois sont de niveau deuxime cycle du secondaire et

    post secondaire (non-suprieur), 34.31% sont de niveau primaire et premier cycle du

    secondaire et 26,34% sont de niveau suprieur de cycle court et licence ; soit une part

    cumule de 96,87% pour les trois groupes de niveaux dinstruction. Or, ces trois groupes ne

    mettent gnralement pas de spcialistes sur le march du travail. Ils donnent plutt un flux de

    chmeurs ayant besoin de spcialisation pour sinsrer dans la vie professionnelle. Dautre

    part, les demandeurs non scolariss et du niveau de lenseignement de la petite enfance

    reprsentant 2,11% sont aussi sans qualification. Quant aux hauts cadres de conception de

    niveau master et doctorat, leur part nest que denviron 1%, do un niveau de qualification

    insuffisant.

    Alors, il apparat clairement que la problmatique de lemploi, notamment celui des jeunes se

    caractrise principalement par la sous qualification de la main duvre par rapport aux

    besoins du march national du travail.

    Graphique 5: Niveau d'instruction des demandeurs d'emplois en %

    Source: ACFPE

    3.1.6. Un complment deffectif expatri concentr dans le secteur priv

    Il ressort du tableau ci-dessous que la quasi-totalit de la main duvre trangre employe se

    trouve dans le secteur priv (40 expatris sur 41 employs trangers). Ces salaris expatris

    sont 76% des cadres, 17% de spcialistes et seulement 7% dagents dexcution tel quil

    apparat dans le tableau 3.

    2,11

    34,31

    36,22

    26,34

    1,03

    0 10 20 30 40

    Non Scolariss & Education de la petite enfance

    Primaire et Premier cycle du secondaire

    Deuxime cycle du secondaire et Post-secondaire non-suprieur

    Enseignement suprieur cycle court & Licence ou quivalent

    Master ou quivalent & doctorat ou quivalent

  • 27

    Tableau 3: Rpartition des contrats de travail existants en 2012 par statut de lemployeur

    STATUT DE

    LEMPLOYEUR

    NATIONAUX EXPATRIES ENSEMBLE

    EFFECTIF % EFFECTIF % EFFECTIF %

    Confessions religieuses 17 1,84 - - 17 1,76

    Organisations

    Internationales 4 0,43 - - 4 0,42

    ONG 331 35,90 - - 331 34,37

    Parapublic 40 4,34 - - 40 4,15

    Priv 507 54,99 40 97,56 547 56,80

    Public 3 0,33 - - 3 0,31

    Particuliers 16 1,74 1 2,44 17 1,77

    Ne peuvent tre classs 4 0,43 - 0,00 4 0,42

    Total 922 100,00 41 100,00 963 100,00

    Source : ACFPE, 2012

    En outre, les expatris viennent principalement de lAsie suivie de lAfrique (hors CEMAC),

    de la CEMAC, comme indiqu dans le graphique ci-dessous. Le recours des cadres

    techniques trangers dnote bien souvent du manque de certaines qualifications sur le march

    local.

    Graphique 6: Rpartition des expatris par origines

    Source : ACFPE, 2012

    3.2. FORCES

    Au niveau institutionnel, il est noter lexistence dun Ministre en charge de lemploi et de

    la formation professionnelle. Ce qui reste un cadre favorable pour la prise en charge de la

    49%

    24%

    15%

    10%

    2%

    0% 10% 20% 30% 40% 50% 60%

    Asie

    Afrique (hors CEMAC)

    CEMAC

    Europe (France)

    mrique du Nord (Canada)

  • 28

    problmatique de lemploi et de la formation professionnelle. Cette architecture

    gouvernementale pourrait traduire une volont politique pour la mise en place et le pilotage

    des actions en vue de la promotion de lemploi et son pendant naturel qui est la formation

    professionnelle.

    Ceci est renforc par la dcentralisation de la gestion du personnel de lEtat dans le secteur

    public avec la cration des Directions Rgionales pouvant assurer le pilotage des actions

    inities au niveau national

    En outre, au niveau de la gestion technique de la problmatique de lemploi et de la formation

    professionnelle, des structures bien propos sont aussi mises en place : lagence

    Centrafricaine pour la Formation Professionnelle et lEmploi (ACFPE) ; le Guichet Unique

    Il y a aussi un facteur pouvant contribuer la cohsion, la concorde nationale et au dialogue

    social, cest lunicit de la langue Sango .

    Cependant, ces forces sont certes un atout pour la RCA, mais elles risquent de rester au

    niveau potentiel tant quelles nagissent pas positivement et concrtement sur la

    problmatique de lemploi en RCA.

    3.3. FAIBLESSES

    Plusieurs rapports danalyse prcdents et latelier danalyse dagnostique tenu le 7 aot 2015

    ont mis en vidence les principales faiblesses de lconomie centrafricaine dans le domaine de

    lemploi, particulirement lemploi des jeunes.

    Absence dune politique nationale de lemploi et de la formation professionnelle.

    Cela constitue une faiblesse majeure, car non seulement elle marquerait la volont politique

    de changement, mais aussi, elle permettrait dorienter les interventions des diffrents acteurs

    en mettant laccent sur la cration demplois et la formation professionnelle comme ligne

    directrice. Do une meilleure coordination des interventions pour plus defficacit. Cette

    absence de politique volontariste de changement de la donne reste un handicap majeur, car

    politique nationale de lemploi et de la formation professionnelle reste la condition sine qua

    non pour satisfaire pour peu les atteintes de la jeunesse.

    La forte croissance dmographique, 2,6% en moyenne annuelle.

    En consquence, les moins de 18 ans reprsentent plus de 50% de la population et plus de 4/5

    des demandeurs demplois ont moins de 35 ans et pour la plupart non qualifis. Ainsi, sans

    une intervention volontariste et vigoureuse de lEtat travers une bonne politique, la RCA ne

    sera pas prte bnficier des dividendes de sa forte croissance dmographique.

    La structure actuelle de lconomie inapte promouvoir une croissance cratrice

    demplois.

    Les principaux sous-secteurs moteurs de la croissance que sont lagriculture, les forts, les

    mines, les infrastructures sont, non seulement, structurellement peu crateurs demplois, mais

    en plus, hormis lagriculture de subsistance, ils sont trs vulnrables la conjoncture

    internationale et ont t profondment affects par la crise de 2012. En fait, les sous-secteurs

    des forts et des mines sont trs intensifs en capital eu gard la faiblesse du maillon de la

    transformation locale des produits et celui des infrastructures obit la logique de lutilisation

  • 29

    de la haute technologie. En outre, le taux dpargne et le taux dinvestissement restent

    structurellement parmi les plus faibles de la CEMAC ; ce qui constituent un frein linitiative

    prive et par consquent la croissance conomique.

    Un environnement des affaires peu attractif, do les flux dInvestissements

    Directs Etrangers (IDE) faibles et concentrs dans des enclaves conomiques.

    Conjugue linsuffisance des investissements intrieurs, la faiblesse des IDE pourrait aussi

    expliquer le manque de dynamisme de lconomie et le caractre erratique de la croissance du

    PIB. En effet, dans un contexte dinstabilit, les quelques flux dIDE se concentrent dans les

    secteurs peu lis au reste de lconomie en crant des crneaux spcifiques

    dapprovisionnement et dcoulement des produits, notamment dans les branches

    dexploitation des ressources naturelles (forts, mines). Do labsence du maillon le plus

    important de la branche du point de vue de la cration des richesses et des emplois locaux,

    cest--dire la transformation locale des matires premires.

    Lenvironnement des affaires est en grande partie dtermin par la qualit de la gouvernance

    (transparence et rapidit dans les procdures de cration dentreprises, scurit des

    investissements, garanties et droits de proprit, fiscalit), mais lattractivit du pays est

    aussi influence par lexistence et la qualit des infrastructures conomiques et sociales

    (nergies, eau, routes, infrastructures dducation et de sant) qui sont rputes dtre de

    mauvaises qualits en RCA.

    Quant aux procdures de cration dentreprises, beaucoup defforts sont faits en RCA pour

    ramener la dure 2 jours avec la mise en place du Guichet Unique. Cependant, il est noter

    que paralllement la rduction de la dure de cration dentreprises, les procdures fiscales

    qui se faisaient au niveau du guichet unique ont t ramenes au niveau de ladministration

    fiscale en pralable aux procdures devant se faire au niveau du guichet unique. Ceci nest pas

    de nature raccourcir vritablement les procdures de cration dentreprise.

    La faiblesse des institutions et structures dencadrement du march du travail

    En labsence dune politique nationale et des normes tablies, les institutions et les structures

    ne peuvent que faire un pilotage vue conduisant au saupoudrage des questions de lemploi et

    du chmage. Du Ministre en charge de lemploi aux structures techniques grant les

    questions spcifiques telles que lemploi des jeunes, la formation professionnelles et

    lapprentissage, les instruments et les normes de pilotage manquent : capacits de collecte, de

    traitement et danalyse statistique insuffisantes, systme dinformation partiel ; systme de

    planification articulant la formation et lemploi inexistant

    Les consquences de cette srie dinsuffisances sont nombreuses : linadquation entre

    formation et emploi ; le chmage de sous-qualification ; la non application des normes du

    travail dcent (scurit et protection sociale, droits humains, dialogue social)

    Dautres insuffisances sont aussi inhrentes au march de lemploi et de la formation

    professionnelle en RCA telles que :

    LInstabilit politique et institutionnelle

    LInefficacit de ladministration publique

    La mauvaise gouvernance du secteur public et parapublic

  • 30

    LInscurit et la guerre : volatilit de la situation du pays

    Les recrutements forcs des enfants par les groupes arms ?

    LExode rural et les migrations intrieures

    La caducit de la loi sur la formation professionnelle

    Linsuffisance de la qualification de la main duvre

    La concentration des entreprises dans certaines zones

    le manque de cohsion sociale;

    labsence de lautorit de lEtat sur une bonne partie du territoire national ;

    le mcontentement social.

    3.4. OPPORTUNITES

    Les opportunits quoffre le march du travail centrafricain sont principalement lies aux

    potentialits naturelles du pays.

    Un Potentiel agricole et agropastoral important

    Le pays dispose de 15 millions dha de terres arables et naturellement riches dont seulement

    un peu plus de 5% sont exploites (600 000 750 000ha). Le potentiel en pturages est estim

    16 millions dha dont seulement 9 millions exploits. Ces atouts pourraient ouvrir la voie

    une industrialisation par lagroalimentaire, surtout au regard de la demande locale qui reste

    oriente vers les importations des produits ne ncessitant que peu de transformations

    (conserves alimentaires, produits laitiers, )

    Une Rserve forestire importante

    La superficie couverte par les forts denses est estime 5,4 millions dha non encore

    exploits. Les petites units de transformation du bois pourraient booster lemploi condition

    dune amlioration des formations techniques et dune professionnalisation de la filire.

    Des Ressources minires importantes

    Le diamant et lor qui sont dans leurs phases dexploitation offrent de relles opportunits

    dans le domaine de la transformation locale (artisanat) pourvus que des politiques

    volontaristes soient mises en place cet effet.

    Des potentialits touristiques apprciables

    Les rserves fauniques et botaniques (chutes de Boali, plage de Pama) offrent des

    opportunits de dveloppement touristique orient vers lcotourisme. Pour ce faire, les

    travaux damnagement des sites aussi bien que des voies daccs pourraient constituer des

    rservoirs demplois, notamment pour la grande majorit des jeunes demandeurs demplois

    peu qualifis.

    En plus de ces opportunits lies aux potentialits naturelles, le pays dispose dautres en

    raison de sa centralit et des besoins actuels pour son dveloppement.

    La mise en place des infrastructures pour le dsenclavement intrieur et

    extrieur du pays travers les Technologies Haute Intensit de Main duvre

  • 31

    La RCA reste un pays enclav et sous quip, les zones de productions restent difficiles

    daccs, do des surcots de transport pour les oprateurs conomiques. Ceci peut justifier la

    mise en place des infrastructures de transport dont la mise en place peut aussi booster le

    march du travail conditions que des dispositions soient prises pour orienter les technologies

    vers la Haute Intensit de Main duvre (THIMO)

    Le dveloppement de la tlphonie mobile

    Les compagnies de tlphonie mobile sont en plein dveloppement en RCA comme dans

    dautres pays africains, ce qui saccompagne du recrutement massif de jeunes diplms,

    particulirement dans les domaines techniques comme linformatique, le marketing, il est

    important dorienter les jeunes vers des formations dans ces domaines.

    Faire de la jeunesse de la population une opportunit plutt quune contrainte

    La masse de jeunes dsuvrs et demandeurs demplois est aussi un rservoir dans lequel on

    peut puiser pour faire face des travaux dintrt public (assainissement, rhabilitation

    ddifices publics), condition de sensibiliser et dorganiser les jeunes dans ce sens. Cela

    peut aussi constituer un facteur de cohsion sociale.

    Le dveloppement des activits humanitaires par les ONG, le systme des Nations

    Unies

    La phase de sortie de crise est aussi une phase o les agences humanitaires et les ONG

    recrutent dans le cadre de leurs activits. Cela pourrait permettre la rinsertion, au moins dans

    le court terme, de certains demandeurs demplois.

    3.5. MENACES/RISQUES

    Certes, il y a beaucoup des opportunits demplois pour les jeunes centrafricains eu gard aux

    normes potentialits du pays, mais ces opportunits risquent dtre des mirages pouvant

    entrainer le dsespoir si des actions vigoureuses ne sont pas prises temps pour sortir une

    bonne partie de loisivet. A ce propos il y a des risques prendre en compte et pour lesquels

    des dispositions doivent tre prises :

    - linscurit ambiante dfavorable au climat des affaires ;

    - les contentieux et conflits postlectoraux ;

    - la fuite des cerveaux ;

    - linstabilit politique rcurrente ;

    - la corruption et le npotisme ;

    - la dtrioration du climat des affaires ;

    - la mauvaise gouvernance.

    4. PRINCIPAUX DETERMINANTS DU CHOMAGE EN RCA ET LEONS TIREES

    Lanalyse causale16

    a permis de mettre en lumire que les causes du chmage en RCA sont

    fondamentalement structurelles quel que soit le type de chmage :

    - chmage urbain

    - chmage rural

    16

    Rapport danalyse causale complet en annexe

  • 32

    - chmage priurbain

    - chmage des jeunes en milieu urbain et en milieu rural

    - sous-emploi rural

    Alors, rechercher et corriger les causses du chmage en Rpublique Centrafricaine reviennent

    principalement identifier les dterminants structurels du chmage et tirer des leons

    pouvant tre mises profit dans lidentification des pistes de solutions.

    4.1. PRINCIPAUX DETERMINANTS DU CHOMAGE EN RCA

    Le chmage en RCA peut avoir t exacerb par les diffrentes crises politico scuritaires que

    le pays a connues, mais le chmage reste un phnomne essentiellement structurel en raison

    principalement des facteurs suivants :

    - le taux de croissance conomique est denviron 2,3% en moyenne depuis 2008. Ce taux est faible plusieurs gards ; non seulement il aurait fallu un taux avoisinant les

    8% pour faire baisser le taux de chmage, mais aussi, il est mme infrieur au taux de

    croissance dmographique de 2,6% et qui est corrl avec le taux de croissance de la

    population de jeunes rentrant sur le march du travail. ;

    - lconomie centrafricaine est structurellement moins cratrice demplois quelle aurait pu si des mesures incitatives lemploi avaient t mises en place, notamment les

    avantages fiscaux aux units de transformation des produits primaires (bois,

    minerais) ; ce maillon manquant fait que les sous-secteurs moteurs de la croissance

    fonctionnent en de de leurs capacits de cration demplois ; par consquent, le

    secteur manufacturier qui est le maillon le plus crateur demplois reste

    embryonnaire

    - la main duvre rentrant sur le march du travail est jeune et peu qualifie pour occuper les emplois que le march national offre, tant au niveau rural quau niveau

    urbain et priurbain en raison de nombreuses dficiences des formations reues

    (formations gnrales peu qualifiantes, formations techniques insuffisantes) ;

    - les crises cycliques que le pays a traverses et qui entranent chaque fois des arrts, des fermetures, voire des destructions dunits de production ;

    A ces dterminants, pour ce qui concerne spcifiquement les jeunes, il faut ajouter :

    - le dficit de qualifications

    - la faiblesse de lesprit dentreprise.

    Les mesures prises de faon disparate nont pas donn de bons rsultats en raison de labsence

    dune stratgie globale cohrence devant sinscrire dans le cadre dune politique nationale

    articulant lemploi et la formation professionnelle. Ces sous-secteurs nont pas cr

    suffisamment demplois la mesure du rythme de leur croissance en labsence dune politique

    volontariste den faire des sous-secteurs gros pourvoyeurs demplois.

    Enfin, la main duvre nationale tait aussi mal prpare saisir les opportunits demplois