Présidence belge de l'UE : un bilan Nord Sud

download Présidence belge de l'UE : un bilan Nord Sud

of 13

  • date post

    19-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    216
  • download

    1

Embed Size (px)

description

En 2010, les ONG belges ont tenu à faire de la présidence belge de l’UE un moment phare. À cette occasion, elles ont choisi de ne pas se cantonner au suivi de l’aide au développement, mais de questionner l’Europe autour de la nécessité d’assurer des politiques cohérentes en faveur des objectifs de développement. Durant six mois, les activités de sensibilisation du grand public, de formation, de débat ou encore d’interpellation se sont multipliées. Elles ont appuyé la recherche de solutions durables dans des dossiers tels que la régulation de la finance internationale, la réforme de la Politique agricole commune, la lutte contre les changements climatiques ou encore le travail décent. Six mois pour faire avancer les débats, engranger quelques avancées politiques concrètes, mais aussi mettre en évidence un combat mené sur le long terme à travers le suivi des politiques belges et européennes. Voici un compte-rendu des ces activités.

Transcript of Présidence belge de l'UE : un bilan Nord Sud

  • UN BILAN NORD-SUDPRSIDENCE BELGE DE LUNION EUROPENNE

  • EDITO Six mois pour faire avancer la cohrence des politiques europennes 3

    AVANT-PROPOSLes ONG belges et la prsidence de lUnion Europenne 4-6

    PRSENTATION Une prsidence salue par tous ? Oui mais 7-8

    FINANCEMENT DU DVELOPPEMENT La Belgique dfend une taxe sur les transactions financires pour financer le dveloppement 9-11

    SOUVERAINET ALIMENTAIRE Prtendre vouloir et sinterdire de pouvoir ! 12-14

    CLIMATLe processus est sauv pas le climat ! 15-17

    TRAVAIL DCENTOu la difficult de passer du discours la pratique 18-20

    ACTIVITSLes ONG belges mobilisentautour des Objectifs du millnaire pour le dveloppement 21-23

    Ont contribu cette publication Nicolas Van Nuffel, Marc Maes, Rudy De Meyer, VroniqueRigot, Jean-Pierre De Leener, Stphane Desgain, Saartje Boutsen, Gert Vandermosten, Grard Karlshausen, Caroline de Vrise, Alexandra Breedeveld, Tania Farkh Graphisme Dominique Hambye / Impression Druk in de Weer, imprim base dencres vgtales, sans alcool ni solvant, sur papier recycl / Photos de couvertures Michel Dubois/CNCD-11.11.11, Alexandreseron.be, Oxfam International, Tineke D'haese/Oxfam, Poffet.net,11.11.11, OIT / diteur esponsable Arnaud Zacharie, Quai du commerce 9 1000 Bruxelles

    Cette publication est ralise avec le soutien de lUnion europenne. Son contenutombe sous la responsabilit du CNCD-11.11.11 et de 11.11.11. Il ne peut enaucun cas tre considr comme lexpression du point de vue de lUnion euro-penne. Pour plus dinformations sur lUnion europenne, voir http://ec.europa.eu

    DITOSIX MOIS POUR FAIRE AVANCER LA COHRENCE DES POLITIQUES EUROPENNES

    Dix ans aprs ladoption de la Dclaration du Millnaire pour le dveloppement, lesNations Unies se sont runies en septembre 2010 pour faire tat de lavancement deleurs engagements. Deux ans aprs la crise financire et alors quune nouvelle crisealimentaire se profilait, nos dirigeants ont bien d admettre que les rsultats taientmaigres. Pourtant, laide au dveloppement a augment, des mesures dallgementde dette ont t annonces, des engagements ont t pris pour amliorer lefficacitde laide. Mais le problme ne se situe pas ce niveau.

    Si les Objectifs du millnaire sont si loin dtre atteints, cest principalement parceque la communaut internationale a chou mettre en place les rformes indis-pensables pour affronter la multiplication des crises. Crise financire, crise alimentaire,mais aussi crise sociale profonde et une crise climatique qui risque bien dannihilerles maigres avances engranges dans la lutte contre la pauvret.

    LUnion europenne (UE), en panne dun vritable projet commun, porte une lourderesponsabilit dans ces crises multiples. Premier bailleur mondial, elle a chou adapter lensemble de ses politiques aux objectifs de lutte contre la pauvret et dedveloppement durable, pourtant reconnus par le Trait de Lisbonne. Cest pourquoiles ONG belges ont tenu faire de la prsidence belge de lUE un moment pharedinterpellation. cette occasion, elles ont choisi de ne pas se cantonner au suivi delaide au dveloppement, mais de questionner lEurope autour de la ncessitdassurer des politiques cohrentes en faveur des objectifs de dveloppement.

    Durant six mois, les activits de sensibilisation du grand public, de formation, dedbat ou encore dinterpellation se sont multiplies. Elles ont appuy la recherche desolutions durables dans des dossiers tels que la rgulation de la finance internationale,la rforme de la Politique agricole commune, la lutte contre les changements clima-tiques ou encore le travail dcent.

    Six mois pour faire avancer les dbats, engranger quelques avances politiquesconcrtes, mais aussi mettre en vidence un combat men sur le long terme traversle suivi des politiques belges et europennes. Un combat de pleins droits.

    ARNAUD ZACHARIE, SECRTAIRE GNRAL DU CNCD-11.11.11

    SOMMAIRE

    2-3

  • Les organisations belges de solidarit Nord-Sud ont travaill, dans le cadre de la prsidence, au sein de la plate-forme belge de Concord, la Confdration europennedes ONG durgence et de dveloppement. Cette dernire est compose de 25plates-formes nationales et de 18 rseaux internationaux, soit prs de 1.600 ONG issues de toute lEurope.

    Pour bien comprendre le contexte dans lequel ce programme daction sest mis enplace, il faut rappeler que la structuration des ONG belges est assez spcifique. Ilexiste en effet en Belgique deux fdrations, Acodev et Coprogram, officiellementcharges de reprsenter leurs membres dans les discussions avec les autorits publiques sur le statut juridique des ONG et les subsides. Par ailleurs, deux coupolesrunissent les organisations Nord-Sud autour de la sensibilisation de la population, duplaidoyer vers les dcideurs politiques et dune opration annuelle de rcolte de fonds :le CNCD-11.11.11 du ct francophone et son homologue flamand 11.11.11.

    Dans le cadre de la prsidence belge, ce sont donc les deux coupoles qui ont port leprogramme de sensibilisation et de plaidoyer. Ce programme tait en lien troit aveclactualit, les priorits et les domaines dexpertise des organisations membres, ainsiquavec lagenda de Concord. Les Objectifs du millnaire pour le dveloppement (OMD)ont constitu le fil rouge de cette campagne. Mais plus largement, les deux coupoles ontsouhait profiter de ce moment pour donner un cho europen aux sujets quellesportent depuis de nombreuses annes : le financement du dveloppement, la souve-rainet alimentaire, la lutte contre les changements climatiques et le travail dcent.

    4-5

    Assurer la prsidence tournante du Conseil de lUnion europenne signifietre sous les feux des projecteurs et se retrouver au devant de la scne eu-ropenne durant six mois. Loccasion pour un tat-membre dattirer lattentionde la population sur les politiques europennes et de mettre ses priorits lagenda de lUnion. La socit civile porte, elle aussi, des revendications etprofite de cette occasion pour les mettre en vidence. Mise en contexte.

    LES ONG BELGES ET LA PRSIDENCE DE LUNION EUROPENNE

    AVANT-PROPOS

    M

    iche

    l Dub

    ois

    / C

    NC

    D-1

    1.11

    .11

  • UNE PRSIDENCE SALUE PAR TOUS ? OUI MAIS lheure de faire le bilan des six mois de prsidence belge de lUnion euro-penne, tous les observateurs ont relev quel point notre pays avait jou sonrle avec brio. Se plaant rsolument dans une vision renouvele de la prsi-dence, la Belgique sest positionne en coordinateur technique des dossiers duConseil des ministres. Mais, dans ce cadre, le profil bas de la Belgique a aussifavoris lmergence dune haute reprsentante pour les Affaires trangres quisemble faire peu de cas de la spcificit des pays en dveloppement

    Dans le cadre de ce programme, un mmorandum commun a t labor, reprenanthuit grandes revendications au cur des combats des ONG :

    FINANCEMENT DU DVELOPPEMENT1. Une aide plus importante (0.7% du RNB) et plus efficace2. Taxer les transactions financires et rguler les marchs financiers

    SOUVERAINET ALIMENTAIRE3. Plus dattention pour lagriculture dans les politiques europennes de dveloppement4. Des politiques commerciales et agricoles favorables au dveloppement

    CLIMAT5. Rduire les missions de gaz effet de serre de 40% dici 20206. 35 milliard deuros chaque anne pour un fonds climatique des Nations Unies

    TRAVAIL DCENT7. Des relations internationales au service du travail dcent8. Une traabilit sociale des produits vendus en Europe

    Ces revendications nont bien entendu pas pu toutes aboutir en six mois. Mais la pr-sidence belge a permis dattirer lattention du public et des dcideurs, dapprofondirla connaissance des thmatiques, den dbattre et dobtenir quelques avancesconcrtes.

    Faire avancer les politiques europennes pour les mettre en cohrence avec les en-gagements internationaux est un travail de longue haleine. Les six mois de prsidencebelge de lUE ont t une excellente caisse de rsonance pour ce travail, mais il devrase poursuivre dans les annes venir, pour que toutes les avances prsentes dansces quelques pages se transforment peu peu en rsultats concrets.

    PRSENTATION

    6-7AVANT-PROPOS

    Frd

    ric

    Lv

    que

    / C

    NC

    D-1

    1.11

    .11

  • La Belgique lavait annonc, elle a tenu son engagement. Le Trait de Lisbonne ayantprofondment modifi la rpartition des rles au sein de lUE, la prsidence tournantedu Conseil est dsormais cense centrer son travail sur la coordination technique desdossiers qui arrivent son agenda. LEspagne avait occup le poste lancienne aupremier semestre 2010, en raison du dlai ncessaire au rodage des nouvelles insti-tutions. En raison aussi de la volont affiche de visibilit par le gouvernement espagnol.La Belgique, membre fondateur de ce qui est devenu lUE, avait de son ct clairementfait part de sa volont de montrer lexemple en seffaant derrire ces nouveaux acteurs, et en particulier derrire le prsident du Conseil europen, le Belge HermanVan Rompuy, et la haute reprsentante pour les Affaires trangres, Catherine Ashton.

    Au niveau de la politique trangre, ce retrait a t vident, lexception du huitime som-met Asie-Europe, organis dbut octobre Bruxelles, et dont la Belgique a voulu fairelun des phares de sa prsidence. Cette attitude semble premire vue navoir quuneporte interne, lie au fonctionnement des institutions europennes. Mais elle pourraitbien avoir des consquences long terme pour la politique de lUnion vis--vis des paysen dveloppement. Catherine Ashton simpose en effet progressivement comme lapierre angulaire de la politique trangre de lUnion. En ce compris la politique de dveloppement. Elle prside le Conseil des Relations extrieures et a insist pour quecelui-ci inclue le Conseil des ministres du dveloppement. Ceci entrane un risque de voirprogressivement les politiques de dveloppement tre subordonnes aux intrts delEu