Premières pages, Les Indomptées, Nathalie Bauer, Éditions Philippe Rey.

download Premières pages, Les Indomptées, Nathalie Bauer, Éditions Philippe Rey.

of 24

  • date post

    14-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    214
  • download

    1

Embed Size (px)

description

Premières pages, Les Indomptées, Nathalie Bauer, Éditions Philippe Rey. Contacts presse : Agence Anne & Arnaud.

Transcript of Premières pages, Les Indomptées, Nathalie Bauer, Éditions Philippe Rey.

  • Nathalie Bauer

    roman

    Les Indomptes

  • indomptees.indd 1 16/04/14 14:21

  • indomptees.indd 2 16/04/14 14:21

  • Les Indomptes

    indomptees.indd 3 16/04/14 14:21

  • D

    Zena, roman, JC Latts, 2000Le feu, la vie, roman, Philippe Rey, 2007

    Des garons davenir, roman, Philippe Rey, 2011 ; Points, 2012

    indomptees.indd 4 16/04/14 14:21

  • Nathalie Bauer

    Les Indomptesr o m a n

    Philippe Rey

    indomptees.indd 5 16/04/14 14:21

  • 2014, ditions Philippe Rey7, rue Rougemont 75009 Paris

    www.philippe-rey.fr

    indomptees.indd 6 16/04/14 14:21

  • ma famille, les vivants et les morts

    indomptees.indd 7 16/04/14 14:21

  • indomptees.indd 8 16/04/14 14:21

  • Telle est la substance du souvenir la sensation, la vue, lodo-rat : les muscles avec lesquels nous voyons, entendons et sentons pas lintelligence, pas la pense ; la mmoire nexiste pas : le cerveau ne reproduit que ce que les muscles cherchent en ttonnant, ni plus ni moins, et la somme qui en rsulte est dordinaire incorrecte et fausse et ne mrite que le nom de rve.

    William Faulkner, Absalon, Absalon !

    indomptees.indd 9 16/04/14 14:21

  • douard p. Virginie1853

    Georges (1872)

    p. Marie

    Rose (1863)

    p. tienne

    Louis (1859)

    p. Maria ( 1890) p. Jeanne

    Maria (1856)

    p. Maurice

    Ccile (1884)

    p. Ren

    3 enfants 4 enfants

    5 enfants 2 enfantsAntoinette (1879)

    p. Clestin

    Jeanne (1899)

    Jeanne ( 1890)

    Raymond (1893)

    p. Henriette

    Franoise (1928)

    p. Claude

    Virginie (1962)

    Zo (1963)

    Jean-Christophe (1964)

    Henri (1854)

    p. Jenny

    !rse (1884)

    p. Robert

    Augustine (1886)

    douard (1887)

    p. Blanche

    Madeleine (1889)p. Jean

    Jean (1891)

    Paul (1894)

    p. Odette

    Nolie (1902)

    Berthe (1903)

    Julienne (1909)

    p. Francisco

    Jorge (1931)

    6 enfants

    3 enfantsHenriette (1914)

    Henriette (1888)

    Maurice (1905)

    5 enfants 7 enfants 1 enfant

    Amlie (1894)

    Pierre (1896)

    Gabrielle (1899)

    Andr (1901)

    Louis (1907)

    Roberte (1908)

    Henri (1925)

    Jeanne (1922)

    indomptees.indd 10 16/04/14 14:21

  • douard p. Virginie1853

    Georges (1872)

    p. Marie

    Rose (1863)

    p. tienne

    Louis (1859)

    p. Maria ( 1890) p. Jeanne

    Maria (1856)

    p. Maurice

    Ccile (1884)

    p. Ren

    3 enfants 4 enfants

    5 enfants 2 enfantsAntoinette (1879)

    p. Clestin

    Jeanne (1899)

    Jeanne ( 1890)

    Raymond (1893)

    p. Henriette

    Franoise (1928)

    p. Claude

    Virginie (1962)

    Zo (1963)

    Jean-Christophe (1964)

    Henri (1854)

    p. Jenny

    !rse (1884)

    p. Robert

    Augustine (1886)

    douard (1887)

    p. Blanche

    Madeleine (1889)p. Jean

    Jean (1891)

    Paul (1894)

    p. Odette

    Nolie (1902)

    Berthe (1903)

    Julienne (1909)

    p. Francisco

    Jorge (1931)

    6 enfants

    3 enfantsHenriette (1914)

    Henriette (1888)

    Maurice (1905)

    5 enfants 7 enfants 1 enfant

    Amlie (1894)

    Pierre (1896)

    Gabrielle (1899)

    Andr (1901)

    Louis (1907)

    Roberte (1908)

    Henri (1925)

    Jeanne (1922)

    indomptees.indd 11 16/04/14 14:21

  • indomptees.indd 12 16/04/14 14:21

  • 13

    1

    De son criture fine, penche, dun autre sicle, Nolie reporte dans le registre les dernires dpenses du foyer dont elle constitue lun des quatre membres et sans nul doute le plus actif, puisque non seulement elle semploie en prser-ver lquilibre par ses talents de gestionnaire, mais elle contri-bue aussi sa subsistance proprement parler, cultivant le potager en dpit de son ge avanc quand un tremblement secoue lair, accompagn dun vacarme de planches brises, de moteurs emballs et de cris indistincts.

    Elle se lve et va ouvrir la fentre do lon peut embrasser du regard le rosier grimpant, les arbres centenaires, un tronon de charmille et les massifs qui ponctuent, tels une bouche et des yeux de couleur, la pelouse centrale en forme duf, temps pour voir surgir du portillon, lautre extrmit, la grande silhouette de son neveu, dont les lvres stirent et se referment sur lun des rares mots quil daigne, ait jamais daign, prononcer : Taaa-tie ! Taaa-tie !, car, il a beau avoir plus de cinquante ans, il nest rien dautre quun enfant un enfant timide, empot de surcrot.

    Mles aux aboiements des quatre chiens formant son ter-nel cortge quatre btards perdus ou peut-tre abandonns,

    indomptees.indd 13 16/04/14 14:21

  • 14

    NATHALIE BAUER

    en tout cas soigns et apprivoiss par le quinquagnaire , ces uniques syllabes produisent prsent assez de bruit pour par-venir aux oreilles de Gabrielle, la doyenne, qui souffre pour-tant de surdit ; aussi, dtournant la tte de son ouvrage en tricot (un burnous destin un arrire-petit-neveu dont on na jamais vu que la photo), elle demande sa cousine de quoi il sagit exactement. Trop tard : Nolie sest engouffre dans len-tre et rapparat dj lextrieur, menue dans son pantalon et son pull-over, le crne surmont dun chignon blanc pareil au poing dun marionnettiste qui la maintiendrait bien droite.

    Taaa-tie ! Taaa-tie ! continue de crier lhomme, un bras tendu vers le portillon dont les croisillons dcoupent en figures gomtriques le chemin et les btiments de ferme, ainsi que la petite route au-del, si bien que Nolie doit multiplier les injonctions au calme avant de le prcder vers lorigine du vacarme, lune des deux tables, plus prcisment la grange dont elle est coiffe. Au pied de la rampe qui mne celle de droite, un tracteur ronfle devant son chargement de foin, et lon entend lintrieur du btiment des voix reconnaissables leur accent et leur timbre : celles de Roger, le fermier, et de ses deux fils trentenaires qui lui apportent volontiers de laide aux priodes de gros travaux, labours, moisson, ensilage ou encore fenaison, comme en ce mois de mai 1987.

    Suivie de Jo et de ses chiens, Nolie gravit la cte, fran-chit le seuil du btiment et aperoit, malgr la pnombre, une seconde remorque, un second tracteur, surtout un trou dans le sol un peu plus loin, un trou ou plutt un gouffre puisque plusieurs mtres carrs de plancher se sont effondrs dans ltable au-dessous, heureusement vide lheure quil est ; alors Quest-ce que cest que a ? sexclame-t-elle du ton sec, accusa-toire, quelle a appris adopter au cours des dernires annes,

    indomptees.indd 14 16/04/14 14:21

  • LES INDOMPTES

    15

    lestimant conforme la qualit de propritaire, plus exacte-ment de copropritaire, qui est la sienne.

    Mademoiselle, dit lhomme aprs avoir pri son an de cou-per le contact du second tracteur, Mademoiselle, je vous avais prvenue. Ces vieux planchers sont trop minces, ils ne sont pas adapts au travail daujourdhui. A-dap-ts ? Voyons, Roger, ce nest pas eux de sadapter, mais vous ! Mon pre utilisait ces granges alors que le domaine tait quatre fois plus vaste, ce qui signifie quil donnait quatre fois plus ! Si je me permets, Mademoiselle, il y avait moins de rentabilit en ce temps-l. videmment, on nemployait pas les cochonneries chimiques que vous appelez progrs ! Mais il y avait autant de foin, sinon plus, je peux vous lassurer, je men souviens trs bien !

    Le fermier ne parat pas impressionn, Du temps de votre pre, tient-il prciser, ce ntaient pas des tracteurs, mais des bufs, des paires de bufs, qui tiraient les chargements de foin. Il ny avait donc pas autant de poids, pas autant de vibrations Et ctait beaucoup mieux ! Dailleurs, ce temps-l ne remonte pas lAntiquit, que je sache ! Mon cousin lui-mme Ah, Monsieur Raymond, dit lhomme, laissant entendre par un soupir que le Raymond en question, lancien propritaire, celui-l mme qui, la surprise gnrale, a lgu huit ans plus tt le domaine, maison et terres, sa sur Gabrielle et deux de leurs cousines germaines qui y avaient vu le jour, tait un matre plus sage, plus avis.

    Mais les gmissements Taaa-tie ! Taaa-tie ! recom-mencent et la conversation en reste l, car il faut maintenant assurer leur auteur que tout va bien et combattre son trange balancement, au mpris des ricanements que les fils du fermier ne tentent pas mme de rprimer, et Jo, ne tinquite pas, ce nest rien, dclare Nolie, qui lui saisit le bras et lentrane. Le fer-mier leur embote le pas et ils dvalent la rampe, prcds des

    indomptees.indd 15 16/04/14 14:21

  • 16

    NATHALIE BAUER

    chiens, quand, au bout du jardin, le portillon souvre de nou-veau : cette fois sur une silhouette reconnaissable sa tenue longue et ample jupe-culotte, chemise dhomme, foulard de couleur vive et, selon la saison, bottes ou espadrilles quelle est la seule, dans le pays, arborer et que lui a inspire lArgen-tine o elle a vcu assez de temps pour concevoir, mettre au monde et bercer ce Jo mme qui court prsent se blottir dans ses bras comme un petit enfant.

    Quest-ce que vous lui avez fait ? sindigne-t-elle plutt quelle ne demande, la vue de son fils troubl. Rien, personne ne lui a rien fait, Julienne, rpond Nolie avec un geste dagacement. Il a eu peur du bruit que le plancher a fait en scroulant. Et du vide. Il est vrai que cest impressionnant. Voyons, voyons, mon trsor, ce nest rien, reprend alors la cadette, laffaire de quelques planches. Vous allez rparer a trs vite nest-ce pas, Roger ?

    Haussement dpaules, raclement de gorge, va-et-vient de lallumette tte qui passe dune commissure des lvres lautre, puis le fermier : Cela dpendra du menuisier. Il sagit du