Pierrat-Bonnefois Geneviève - Parfums et fards de l'Egypte ancienne

download Pierrat-Bonnefois Geneviève - Parfums et fards de l'Egypte ancienne

of 23

  • date post

    29-Nov-2015
  • Category

    Documents

  • view

    52
  • download

    4

Embed Size (px)

description

Parfums et fards de l'Egypte ancienne

Transcript of Pierrat-Bonnefois Geneviève - Parfums et fards de l'Egypte ancienne

  • Comment se fardaient les Egyptiens, dans quelle ambiance parfume voluaient-ils,quelles taient leurs pratiques corporelles ? Apparemment cest un pan entier de la cultureantique qui devrait nous rester jamais inaccessible, tant le caractre volatile des parfumssemble les condamner loubli, tandis que les corps disparus ont emport avec eux lesecret de leurs pratiques quotidiennes.

    Et cependant, quelques pistes soffrent nous : les textes et les reprsentations qui, unefois que lon a valu correctement leur signification, se fondent ncessairement sur desaspects de la vie relle. Enfin il reste des vases, vides ou contenant encore des restes. Onse prend alors rver de recettes antiques

    Une des difficults de cette recherche, et aussi sa richesse, consiste en la ncessairecollaboration de talents trs divers : la rescousse des gyptologues, les botanistesprcisent les produits naturels disponibles, les parfumeurs reconstituent les laborations etles mlanges odorants, les chimistes analysent de plus en plus finement les vestiges des potsretrouvs en fouilles, les dermatologues enqutent sur les consquences sanitaires.

    Les noms antiques des produits et les rsultats des analyses chimiques ne parviennent pas rpondre toutes les questions : graisses qui ne dvoilent pas aisment leur identit,prparations dont on ignore lusage : prtes lemploi, ou bien pour des mlangessecondaires ? Aromates pour le vin ou la cuisine, ou pour parfumer les huiles corporelles ?Ou bien destines des mlanges pharmaceutiques ? En effet, les saveurs et les odeurspuisent aux mmes produits ressources, auxquelles on prtait en outre des vertusmdicinales : huiles varies, vin, myrrhe, miel, rsines diverses, galne sont les ingrdientsles plus souvent rencontrs dans les textes de toutes poques. Il semble que les senteursflorales taient apprcies dans les fleurs fraches bien plus que dans des compositionshuileuses en pots.

    Lamour des produits de beaut et des parfums clate dans la posie amoureuse commedans dcor des tombeau. Le repas du mort, puis le banquet figur sur les parois deschapelles funraires, offrent des images de fte, reflet des meilleurs moments de la vieterrestre ; les convives senivrent de parfums tout en profitant des mets et des boissons quisont leur disposition. Odorat et got sont sollicits ensemble. Lpicurisme des Egyptiensest un art de vivre o tous les sens sont convis.

    Parfums et fards de lEgypte ancienne :

    la qute dun art de vivre vanoui

    Genevive Pierrat-BonnefoisConservateur au dpartement des Antiquits gyptiennes du muse du Louvre

    Christian DcampsPhotographe au dpartement des Antiquits gyptiennes du muse du Louvre

  • De la ncessit des fards yeux et des huiles, depuis la prhistoireEtape n 1

    Etape n 1

    A la fin de la prhistoire, avant lapparition de la civilisation pharaonique sur les rives du Nil, on ne spare pas un dfunt de sa palette fard : on la dpose prs de sa tte dans la spulture. Ce fard vertest un minerai de cuivre, la chrysocolle, que lon broie en poudre, laide dun galet, sur la palette. Ilreste en usage jusquau dbut de lAncien Empire, puis est supplant sous la 4e dynastie, lpoque desgrandes pyramides de Giza, par le fard noir base de galne.

    A lAncien Empire (vers 2700-2200 av. J.-C.), hommes et femmes considrent les deux fards yeux (vertde cuivre et noir de galne) et les huiles comme des produits particulirement dsirables pour leur viedoutre-tombe. Ces produits de soin ne sont pas en eux-mmes considrs comme sacrs. Ils ne font lobjetdaucune formule dans les Textes des Sarcophages et dans le Livre des Morts, les grands recueils de textesqui accompagnent le mort gyptien, pendant deux mille ans. Les biens dsirs dans ces livres sont lanourriture, leau et le doux souffle du vent du nord

    De la ncessit des fards yeux et des huiles, depuis la prhistoire

    Le poisson est la forme animale la plus couramment employe pour les palettes fardde lpoque de Nagada, au dernier millnaire de la prhistoire, avant la naissancede la civilisation pharaonique. Il n(est pas rtare dobserver des traces dusureprononce au milieu de la palette, indice de broyages rpts.

    Palette en forme de poissonSalle 20 | Vitrine 3

    Epoque de Nagada (fin de la prhistoire) vers 3600-3200 av. J.-C.grauwackeH. 9.75 x L. 12 cm.don L., I. et A. Curtis E 22730

    Les trous de suspensions indiquent le sens de limage. Avec ses deux protubranceset la tte munies dyeux, la silhouette voque une dpouille danimal indtermin.

    Palette en forme de dpouille danimal Salle 20 | Vitrine 3

    Epoque de Nagada (fin de la prhistoire) vers 3600-3200 av. J.-C.grauwackeL. 18.5 x H. 9.6 cm.don Weill E 24727

  • De la ncessit des fards yeux et des huiles, depuis la prhistoireEtape n 1

    Pendant la premire moiti de Nagada II, des palettes fard prennent la formedcussons ou de croissants surmonts de ttes doiseaux.

    Palette fard en cussonSalle 21 | galerie dtude 1

    Epoque de Nagada II (fin de la prhistoire) , vers 3500-3300 avant J.-C.grauwackeH. 28.5 x la. 12.4 cm.E 11151

    Pendant la premire moiti de Nagada II, des palettes fard prennent la formedcussons ou de croissants surmonts de ttes doiseaux.

    Palette fard en croissantSalle 21 | galerie dtude 1

    Epoque de Nagada II (fin de la prhistoire), vers 3500-3300 avant J.-C.grauwackeH. 11.6 x la. 21.1 cm.E 17337

    Pendant la premire moiti de Nagada II, des palettes fard prennent la formedcussons ou de croissants surmonts de ttes doiseaux.

    Grande palette fard en forme dcussonSalle 21 | galerie dtude 1

    Epoque de Nagada II (fin de la prhistoire) , vers 3500-3300 avant J.-C.grauwackeH. 52 x la. 20 cm.don LandauE 27209

    Les yeux de la statue de Nesa, comme ceux de son compagnon Sepa dont les statuescomptent parmi les plus anciennes de la civilisation pharaonique, sont bords surleur paupire infrieure dun large trait de fard vert clair, la mme couleur qu laprhistoire. Le fard vert est plac sous lil seulement, comme sur le hiroglyphedterminatif de lil fard ; il sagit l dune coutume archaque caduque ds la finde lAncien Empire. La couleur employe est la malachite et non de chrysocolle ; cestquil sagit de peinture et non de maquillage rel.

    La dame Nesa Salle 22 | Vitrine 3

    Ancien Empire, 3e dynastie, 2700- 2620 av. J.-C.calcaire peintH. 154,5 x la. 41 x pr. 39 cm.A 38

  • De la ncessit des fards yeux et des huiles, depuis la prhistoireEtape n 1

    Cette stle, emmure dans la chapelle dun tombeau Giza, assurait par magie lasurvie ternelle de la dfunte, une parente du roi Khops. Au centre et en haut dutableau, une liste de produits renouveler ternellement : encens, huile, fard vert,fard noir ; on y trouve aussi du vin et des fruits divers comme les figues et mme ungteau aux fruits. Les mots employs ne permettent pas de savoir sil sagit deproduits bruts ou prts lemploi.

    La princesse Nfertiabet devant son repasSalle 22 | Vitrine 5

    Ancien Empire, rgne de Khops (2590-2565 av. J.-C.), 4e dynastietrouv dans le cimetire de Gizacalcaire peintH. 37,7 x L. 52,5 cm x pr. 8,3 cmdon L., I. et A. CurtisE 15591

    Les yeux du clbre scribe du Louvre sont particulirement remarquables. Pouraccentuer limpression de vie, les yeux ont t incrusts. Ltude mene rcemmentpar le Centre de Recherche et de Restauration des Muses de France a dmontr queliris est un morceau de cristal de roche trs pur, perfor sur sa face cache pourdonner lillusion de la pupille, et que la corne est en magnsite, un carbonate demagnsium lgrement tachet de rouge. On peut prsumer que les artistes savaientque les paupires faites de cuivre verdiraient sous leffet de loxydation : avaient-ilslintention dvoquer ainsi lantique fard vert ?

    Le scribe accroupi Salle 22 | Vitrine 10

    Ancien Empire, 4e ou 5e dynastie, 2600-2350 av. J.-C.trouv Saqqaracalcaire peint, yeux incrusts de cristal de roche dans du cuivreH. 53,7 x la. 44 x pr. 35 cm.E 3023

    Le maquillage noir classique pour hommes et femmes consiste en un fin trait de fardnoir cheval sur la paupire intrieure et extrieure tout autour de lil. Protectioncontre la rverbration, contre les insectes, contre les poussires, et dsir derehausser son regard : les raisons de se maquiller sont les mmes quaujourdhui.

    Linspecteur des scribes Raherka et sa femme MersnkhSalle 22 | Vitrine 14

    Ancien Empire, vers 2350 av. J.-C. (4e-5e dynastie)calcaire peintH. 52,8 x la. 17,6 x pr. 21,3 cm.don L., I. et A. CurtisE 15592

  • Fleurs, senteurs et pots diversEtape n 2

    Etape n 2

    Larchtype du vase onguent parfum pendant plus dun millnaire, de la fin de lAncien Empire la findu Nouvel Empire, 2200-1200 avant J.-C., est en forme de cne lgrement cintr : on le porte son nezcomme on respire la fleur de nnufar bleu odorante. Ce produit parfum est appel longuent-set de fte, comme sil tait prpar spcialement loccasion de festivits.LEgypte ancienne ignore la technique de la distillation ; les produits parfums consistent en onguents eten huiles mls de certains composants odorants extraits de plantes ou de rsines, par macrationpralable, parfois dans du vin, ou par lexpression du jus.A ct de cette forme bien caractristique, il existe de nombreuses autres types de vases qui ont ducontenir des huiles parfumes. Souvent taills dans des pierres recherches, ils reprsentent en eux-mmesdes articles de luxe. Rutilisables volont, ils ne correspondent donc pas un contenu permanent etidentique comme cest le cas pour nos flacons de parfum contemporains.

    Fleurs, senteurs et pots divers

    Les rois de la fin de lAncien Empire distribuaient loccasion de leur jubil ou ftede renouvellement du pouvoir royal des vases onguent parfum ditsspcialement cette occasion, comme linscription le rvle : le roi de Haute et deBasse Egypte Mryr dot de vie. La premire fte jubilaire . On en a trouv dansles tombeaux des courtisans et jus