pensee politique approfondie

download pensee politique approfondie

of 55

  • date post

    31-Dec-2015
  • Category

    Documents

  • view

    14
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Gandirea politica aprofundata, lb franceza

Transcript of pensee politique approfondie

Pense politique approfondie

Armelle Chopar

Information pratique: cours avec TD. Note: contrle continu et partiel. Partiel: 2h. 2 sujets au choix qui porteront sur le cours et les TD. Dissertation ou commentaire de texte. Conclusion pas obligatoire si manque de tps. Droit de prendre parti. Introduction: essentielle. Bien poser les termes du sujet (dfinir), voir la question, quel problme elle pose, plan.

Bibliographie: le masculin, le sexuel, et le politique, Armelle Chopar, dition Plan. Le zoo des philosophe, Armelle Chopar.

Introduction

Thmatique: lgalit entre les hommes et les femmes, notamment lgalit politique.

Le genre

Comment cette question de lgalit homme/ femme est abord travers le 1er concept de genre? Le genre recoupe mais soppose aussi la question du sexe qui est une notion biologique. Le genre est une construction sociale. Consiste attribuer un sexe ou un autre des qualits et des dfauts partir du sexe de lindividu. La socit, les murs ont donn des rle aux individus en fonction des sexes biologique: en fonction de prjugs. Consiste dire quil y a le sexe biologique et le sexe socialement construit. Cest la socit qui donne arbitrairement ces caractristiques. Cela a des consquences sur la place que les hommes et les femmes vont tenir dans la socit et cela va se traduire pour la femme par un certain nb dinterdit, dempchement, voir une rpression au nom de leur sexe fminin. Opposition nette entre nature et culture. Le genre est un terme rcent: dans lesprit et dans la culture ambiante il ny avait pas lieu de crer un nouveau concept puisque genre et sexe taient assimils: confusion entre la nature et la culture. Ce qui est naturel apparat comme scientifique, inn, alors que la culture est une cration humaine, elle est lance par des penseurs et reoit dans la socit un accueil bienveillant. Jeu entre des discours et lopinion publique qui ne remet pas en cause, avant ces dernires dcennies, ce postulat de base. Ce qui fait dire au misogyne que les femmes elles mmes ont consentie ce types de discours parce quelles avaient entrin lide que les choses taient ainsi.

Cette distinction entre sexe naturel et sexe social sert hirarchiser. Ils ne sont pas sur le mme plan. On pose trs rarement une galit: on cherche celui qui est suprieur. La construction sociale intervient aussitt quun jugement de valeur est port: les hommes sont suprieurs aux femmes. A partir du moment o il y a une hirarchie on arrive lide et au concept de domination. Le genre est un concept critique: il est destin mettre en vidence ce qui justement nest pas lvidence savoir que les deux sexes ne sont pas gaux et que le masculin est suprieur.

La philosophie politique conduit vers la dmocratie fonde sur lgalit entre tous les individus. Par consquent en dmocratie la question du genre ne devrait mme pas se poser. Or la dmocratie va se fonder contre les femmes. Cest un rgime politique qui par dfinition refuse la domination dune lite, qui fonde une galit mais qui est troitement circonscrite aux hommes: fonde sur lexclusion et la soumission des femmes. Cela se traduit dans le travail, dans la famille, dans la vie politique.

La DDHC (1789)

Cette dclaration bouleverse compltement les structures de lancien ordre social et politique: celui de lancien rgime. La rvolution abolit les ordres, les corporations et tablie que tous les individus ont les mmes droits dans le cadre dune loi faite par tous et qui sapplique galitairement tous. Cela signifie que en contre partie de ces droits il y a des devoirs. Le problme, que lon retrouve dans les textes contemporains, est la question de savoir: quest ce quun homme? Un homme dans le sens mle ou dans le sens humain? Grand dbat thologique: la proposition a t faite de dire que quand on parle dun Homme on disait une home. Au moment de la rvolution: DDHC: gnrale: sapplique quelque soit le texte: certains auteurs ont contest cette interprtation ds la rvolution: ces penseurs considraient que cette dclarations ne concernait que les hommes. Question: quest ce quun tre humain? Le but de lopration tait de dire que les femmes ntaient pas tout fait des tres humains: ltre humain se dfinit par lhomme. Jusquil y a peu de temps on trouvait des thorie prsentant la femme comme une homme ayant une moindre humanit. Cette thorie des sous-hommes na pas concern que les femmes: on va retrouver ce mme type de discours pour des catgories dindividus (nazisme). La dfinition de lhumain est un enjeu pour les penseurs. Ces discours justifient la domination des hommes.

Olympe de Gouge ds 1792 va faire une dclaration des droits de la femme: reprend les articles de la DDHC et change homme par femme ou ajoute les hommes et les femmes. Olympe de Gouge terminera sur lchafaud: dans son prambule elle demandait pourquoi les femmes ne pouvaient pas monter la tribune puisquelle pouvaient monter lchafaud? Les femmes ne font pas la loi mais elle sont soumise la loi: elle sont victime de la loi des hommes. Au XIXme sicle Hubertine Auclerc, journaliste, va dire: pourquoi sommes nous soumises limpt puisque nous ne faisons pas la loi qui tablit limpt? Elle va refuser de payer limpt.

La frontire entre les hommes et les femmes

Ide dune frontire entre les tres humains: va chercher les critre. La question sest pose par rapport aux animaux. Elle va se poser dans les mmes termes pour les femmes: parce que le sexe est naturel les femmes appartiennent la nature. Les hommes, eux, appartiennent la nature mais ils sont surtout dans le domaine de la culture: les hommes peuvent sarracher la nature. La nature cest limmuable: le retour du mme: il ny a pas dvolution. Les hommes eux sont capables de sarracher aux pesanteurs et aux contraintes de la nature pour finalement maitriser, transformer, servir la nature en fonction de ses propres intrts quil a lui mme fix. Lhomme est crateur, la femme est passive.

Descartes

Le mouvement est acclr par Descartesau XVIIme sicle : lhomme est comme maitre et possesseur de la nature. Considre que lhomme est capable de tout faire. Dans cette perspective il y a lide de maitrise, de subordination, et de possession: apparition de la notion de proprit. La femme va tre considr comme la proprit de lhomme sur laquelle il a une maitrise parce quon a rejet la femme du cot de la nature.

Aristote

Aristote: philosophe de lantiquit, Athnes Vme sicle avant Jsus Christ: il est macdonien, cest un mtque, fils de mdecin. Il va fonder Athnes une cole: le lyce. Il a t llve de Platon qui avait lui mme fond lacadmie. Aristote se dtache de lenseignement de Platon et a une attitude souvent critique vis vis de son maitre. Pour dmonter les mcanismes de la politique il a tudi, comment, plus de 150 Constitution son poque. Le monde lpoque est limit par la connaissance quon en a: cette connaissance stend jusqu lAfrique. Aristote souhaite comparer les diffrents rgimes politiques avec comme objectif la recherche du meilleur rgime politique: le bien commun, le plus profitable tous. Il sinterroge sur lvolution des rgimes politiques: comme se sont des crations humaines et non naturelles. Les rgimes politiques dans un mme pays sont appels voluer, se transformer. Cherche savoir comment un rgime acquire sa stabilit. Il ne reste de toutes ses analyses que celle de la Constitution dAthnes. Cette analyse de terrain, quasi sociologique, loriente dans ces autres crits.

En revanche Aristote est un esprit encyclopdique. Ce nest pas un politique: il ne peut de base pas participer la vie politique dAthnes puisquil est mtque. Ce statut lui donne une grande libert. Il pense politiquement, il crit des ouvrages de philosophie, et crit des ouvrages dhistoire naturelle: histoire des animaux et gnalogie des animaux. Il va tudier les diffrentes espces animales et toujours dans une perspective finaliste de la nature: lide que la nature ne fait rien pour rien: notion de solidarit. Il dcrit le crocodile (qui a deux ranges de dents) il dit que la nature a invent un petit oiseau, le traquil, qui vient picorer entre les deux ranges de dent.

Gnalogie des animaux: il sintresse la gnration: au sexe et la sexualit: comment naissent les animaux? Il voit une constante, abouti une gnralisation qui va aller encore plus loin: va permettre la comparaison avec les tres humains. La 1re des constatations cest que les femelles font des petits mais ont besoin du mle. Cette conclusion est transfre lhumanit. En vertu de lhypothse selon laquelle tout une finalit dans la nature: ide que la femme est faite pour avoir des enfants. Aboutit dire que puisque les femmes sont faites pour faire des enfants, elles doivent faire des enfants. Et donc leur dfinition se rduit cela. La dmarche cherche ensuite prouver tout ce quelle nont pas puisquelles ne servent qu cela. Aristote en 1er va prouver que les femmes donnent naissance aux enfants mais quelles y sont pour rien puisque le principe de vie appartient toujours au mle. Le principe vital est donn par lhomme. Il a fallut lintervention du mle. La graine du mle contient potentiellement tout les caractre du futur enfant. La femme recueil cette graine: elle est un vase, un rceptacle: en dfinitive elle ne fait que nourrir en son sein ce futur individu qui lui vient dailleurs.

Proudhon

Fin du XIXme sicle: un anarchiste, Proudhon, va avoir une grande influence sur le mouvement ouvrier et en particulier sur le mouvement syndicale: cest beaucoup exprim contre la femme. Il reprend lide que seul lhomme transmet le principe de vie. Il ditque la femme nourrit la graine de lhomme, elle a le mme rle que la terre qui nourrit la graine plante. Ce rle est une finalit de la nature.

Ambroise Par et Maupertuis

Question qui se pose: Comment ce mle si parfait peut faire enfanter une fille? Autre problme: comment expliquer les ressemblances de lenfant avec la mre? Le XVIIIme