Paris City Guide, n.d. c. 1908

of 277 /277
Anonyme. Guide des plaisirs à Paris. s.d.. 1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : *La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence 2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit : *des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation. 4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter [email protected].

Embed Size (px)

description

Early 20th century guide to the city of Paris, its monuments, neighborhoods, cultural attractions, restaurants, and night life.

Transcript of Paris City Guide, n.d. c. 1908

  • Anonyme. Guide des plaisirs Paris. s.d..

    1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numriques d'oeuvres tombes dans le domaine public provenant des collections de laBnF.Leur rutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n78-753 du 17 juillet 1978 : *La rutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la lgislation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La rutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par rutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produitslabors ou de fourniture de service.

    Cliquer ici pour accder aux tarifs et la licence

    2/ Les contenus de Gallica sont la proprit de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code gnral de la proprit des personnes publiques.

    3/ Quelques contenus sont soumis un rgime de rutilisation particulier. Il s'agit :

    *des reproductions de documents protgs par un droit d'auteur appartenant un tiers. Ces documents ne peuvent tre rutiliss, sauf dans le cadre de la copie prive, sansl'autorisation pralable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservs dans les bibliothques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signals par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothquemunicipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invit s'informer auprs de ces bibliothques de leurs conditions de rutilisation.

    4/ Gallica constitue une base de donnes, dont la BnF est le producteur, protge au sens des articles L341-1 et suivants du code de la proprit intellectuelle.

    5/ Les prsentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont rgies par la loi franaise. En cas de rutilisation prvue dans un autre pays, il appartient chaque utilisateurde vrifier la conformit de son projet avec le droit de ce pays.

    6/ L'utilisateur s'engage respecter les prsentes conditions d'utilisation ainsi que la lgislation en vigueur, notamment en matire de proprit intellectuelle. En cas de nonrespect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prvue par la loi du 17 juillet 1978.

    7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute dfinition, contacter [email protected]

  • (gtu IDE

    Plaisirs Paris140 Illustration* obtenues

    par la photographie

    d'aprs nature

    Paris lejourParis la nuit

    La Tourne

    desGrands-Ducs

    Commenton s'amuse

    O l'on

    s'amuse

    Un plan Ce qu'il faut faire

    des Plaisirs de Paris

    Nouvelle dition revue et considrablement augments

    ^^m Administration 7,kie iih Lille

    .v^ '^V\1 s ~e la gare Saint-Lazare et de lagare du Nord,i trains parheure dans cha-que sens.

    BateauxParisiens

    1^ mouche:confortablement t.imnages sillon-nent la Seine danssa ira verse de Pa-ris (V. pige 2i6i.Plusieurs lignes:i" Pont d'Aus-

    terlitz i Jardindes plantes) Auteuil En unelieure e:. vironavec 14 escales et des pontons au ras du quai.

    Les mouches marchent de t~>h. m. H h. 1.2s. L'ndpart dans les deux sens toutes les Hminutes.Places En semaine, o fr. 10; le dimanche, o fr. 20.Pr: x unique, quelque station qu'on descende.

    Charenton-Point-du-Jour. Le trajet est unpeu plus long et les prix un peu plus levs o IV.iocmisemaine, o fr. a5 le dimanche.Les escales se font de prference aux quais de la rive

    gauche, tandis que celles de la ligne prcdente se fontsur la droite.3" Les Tuileries Saint-CIoud et Suresnes.

    'Trajet tr> pittoresque le lonn dc> rivus de MeudonBcllevue, Svres, Sainl-tJoud. Boulogne, etc.l'rix o lr. 20 en semaine, o fr. 40 le dimanche.Il y :i foule les jours de courses l.ongchamp et

    Autcuil, surtout au retour. le soir.

    En chemin df fer de Crinture.

  • POSTE, TLGRAPHE, TLPHONE

    Les dimanches, dpart toutes les S m. autrementtoutes les 3o m.Tous ces bateaux possdent en t des toiles qui vous

    abritent du soleil en cas de pluie, on se rfugie dansles salons de l'entrepont; il y a un salon rserv auxfumeurs.

    Les bicyclettes et les bagages peu encombrants sonttransports gratuitement quand il n'ya pas foule bord;leschiens sont admis.La Compagnie des bateaux parisiens loue ses bateaux

    avec leur personnel, des particulier* ou aes socitspour une promenade en Sem d'une journe.

    Poste, Tlgraphe, Tlphone

    Lesbureaux de poste sont ouverts de 7 lu (t) ou

    L h. du matin (hiver) 9 h. du soir (dimanches etftes, jusqu' midi seulement); celui de la rue des Hallesouvre en toute saison 7 h- du matin. Le Bureau centraldes Postes est rue du Louvre. En dehors des autresbureaux tablis dans chaque quartier et numrots, ontrouve, installs chez des ngociants, un certain nombrede bureaux auxiliaires qui dbitent timbres, bandes,cartes postales, cartes-lettres, carles-tlgrammeste\c.,reoivent et mettent les mandats Iranais au-dessousde 3oo trancs, les bons de poste, les lettres et objetsrecommands.Les heures des leves (dix par jour) sont indi-

    ques sur les boites des bureaux. Pour qu'une lettre

    parte par les courriers du soir, la mettre dans lesquartiers excentriques, avant 5 h. 3o aux bureauxde quartier, avant 6 h. 15; dans les quartiers du centre,avant 6 h. 30.Des leves exceptionnelles ont lieu trente minutes

    aprs la leve gnrale du soir. Taxe supplmentaire,5 centimes par lettre, et 7 h. et 7 h. 40, l'htel desPostes, sans surtaxe pour les courriers du Havre, dela petite et de la grande banlieue de Paris, jusqu' 9 h.etg h. 3o; de l'Angleterre, jusqu' ioh. 35 (rue d'Amster-dam) et 11 h. gare Saint-Lazare.En outre, on peut faire partir les lettres, sans surtaxe

  • l'OSTE, TKLKiiPAPIIE, TI.KI'HUNF F'

    2

    J -s toutes les gares, en les portant .tu bureau de cesjj: ou au fourgon des derniers trains-poste, et avecsurtaxe de 5 centimes dans tous les grands cafs etbrasseries, jusqu' h. 40, et l'Agence Kournier, 1, ruede la Bourse, jusqu' 7 h. 3o pour les lignes d'Orlanset de l.yon, 7 h. 20 pour celles de l'Ouest (Montparnasse),7 h. 33 pour celles de Saint-Lazare, du Nord et de l'Est.On trouve dans les bureaux de poste des timbres de-

    puis o Ir. 01 jusqu' > francs il est prfrable de lesacheter dans 1 s bureaux de tabac, moins encombrs.Cartes postales o fr. io, pour la France et l'trangero tr. 20, avec rponse paye o fr. 25. recommande avecrponse paye. En l-rance. les cartes postales illustres,sans correspondance, sont admi>es au tarif des im-prims. Cartes-U'tlres fermes, |5 centimes pour laFrance et o fr. 2? pour l'tranger, soumises aux mmesrglements gnraux que les lettres. On trouve descritoires et des plumes pour faire sa correspondance,dans les bureaux de poste et la plupart des bureaux detabac.Affranchissement. Lettres ordinaires France,

    Algrie, (colonies franaises 10 centimes par i5 ram-mes ou fraction..si vous avez jet votre lettre c la boite sans l'affran-

    chir, pouvez la faire affranchir en produisant unfac-simil de la suscription.

    F.trangcr lunion postale). 25 centimes par t5 grammes.l'our toutes les lettre, recommandation, 23 centimesen plus.Papiers d'affaires. o fr. o.S par 3o grammes.

    Dimension 45 centimtres sur toutes les faces ou lors-qu'ils sont expdis sous forme de rouleaux, diamtre10 centimtres, longueur 75 centimtres; limite dupoids 3 kilos.chantillons. o fr. o5 par 5o grammes. Dimen-

    sion m.'ixima, Ko centimtres sur toutes les faces, ou43 centimtres pour les chantillons d'toffes colls surcarton flexible: limite du poids 33o grammes.Journaux et crits priodiques. Pour chaque

    exemplaire, o tr. 02 jusqu' 5o grammes, au-dessuso fr. ot par 25 grammes ou fraction de 25 grammes,Demi-tarif pour les journaux circulant dans les dpar-tements ou ls sont imprims ou les dpartements limi-trophes; poids maximum 3 kilos.Imprims ordinaires isous bandesi. o fr. 01 par

  • POSTE, TLGRAPHE, TLPHONE

    5 grammes jusqu' 5ogrammes; au-dessus de 5ogrammes,o fr.o5 par 5ogrammes. Dimension maximum sur toutesles faces, 45 centimtres; poids maximum, 3 kilos.Imprims expdis sous forme de lettres ou

    de cartes, ou sous enveloppes ouvertes. ofr. o5par 5o grammes; poids maximum, 3 kilos; dimensionmaxima sur toutes les faces, 45 centimtres; les cartesde visite peuvent porter manuscrits les jours deconsultation ou de rception; les mots pour prendrecong, pour faire connaissance, en cong, disponibilit,retraite, les souhaits l'occasion d'un vnementgnral, en termes impersonnels n'excdant pas 5 mots.Journaux, imprimes, chantillons, papiers

    d'affaires recommands. Droit de o fr. 10 en plusde la taxe applicable un objet de mme nature ou demme poids. Indemnit due en cas de perte lofrancs.Dlai de prescription t an.Valeurs recouvrer. La poste se charge du

    recouvrement des effets dont la valeur ne dpasse pas2000 francs. Droit fixe o fr. 25 pour l'envoi, quel quesort le nombre de valeurs recouvres au bureau postal.Sur chaque valeur recouvre, il est prlev iD o fr. topar 20 francs ou fraction de 20 francs, sans que leprlevement puisse dpasser o fr. 5o 20 1 p. ioo sur lespremiers 5o francs et 1/2 p. 100 pour toute fractionexcdant 5o francs. Les valeurs non recouvres sontpassibles d'une taxe de o fr. io.

    Lettres charges, Deux ou cinq cachets de cireobligatoires aux quatre cts de l'enveloppe; maximumioooo francs, mme taxe fixe que pourles autres lettres,plus, pour la France i droit de o fr. 25 2 10 centimespar 5oo francs; pour l'tranger i o fr. 25 de suppl-ment par i5 grammes, et io, 20, 25 ou 35 centimes par3oo francs selon pays. Remboursement de la valeur encas de perte.Mandats. Deux sortes, franais, ne circulant qu'en

    France et Colonies, et internationaux pour les pays del'Union Postale. Droit d'envoi jusqu' 20 fr. on paie5 centimes par 5 fr.; de 20 25 fr., 25 centimes; de 5o ioo francs, 5o centimes; de 100 3oo francs, 75 cen urnes;de 3oo 5oo francs, 1 franc. Au-dessus de 5oo francs,t franc et, pour le surplus, 25 centimes par 5oo francs oufraction. Ne sont payables que sur prsentation depices d'identit ou enveloppes de lettres reues, aunom du porteur. Mandats-cartes payables domicile;

  • POSTE, TLGRAPHE, TLPHONE

    taxe, lo centimes. Mandats tlgraphiques tarit desmandats, plus le prix de la dpche, maximum5 ooo francs. Bons de poste de i 20 francs. Droit5 centimes, de 10 francs; droit to centimes, de 10 20 francs. On peut les toucher n'importe o, sauftoute-fois l'tranger.Boites avec valeurs dclares. Tarif des

    chantillons (o fr. o5 par 5o gr.), droit fixe de recom-mandation o fr. 25, et un droit de o fr. 10par 5co francs.Longueur de la bote, 3o centimtres; largeur et hauteur,10 centimtres; paisseur, 8 centimtres; poids nonlimit. Les boites charges doivent tre prsentescloses d'avance, papier blanc dessus et dessous, croisde ficelle sans noeuds, cachets en cire fine, avecempreinte uniforme particulire l'expditeur, sur lesquatre faces latrales.Envois contre remboursement. Le public est

    admis expdier par la poste des objets livrer contreremboursement; ces envois sont diviss en 2 catgoriesi les bijoux en or, en argent ou platine, les objetsprcieux et matires d'or et d'argent, qui doiventtoujours tre insrs dans des boites ficeles et cachetes.Maximum de dclaration 10000 francs; pords illimit;2 tous les objets autres que ceux indiqus ci-dessus.Maximum de dclaration 2000 francs, poids maximum5oo grammes. Ces objets doivent tre emballs soigneu-sement et d'une faon assez rsistante pour les mettre l'abri de toute perle ou dtrioration. Tous lesenvoisci-dessus seront scells de cachets de cire fine de mmecouleur, avec empreinte d'un signe particulier l'envoyeur, et en nombre suffisant pour assurer l'invio-labilit du contenu. Dimension pour les 2 catgories:om,3o sur toutes les faces.Conditions d'envoi droit fixe de o fr. 25. Droit

    proportionnel de o fr. o5 par 5o grammes. Droit propor-tionnel d'assurance de o fr. 10 par 5oo francs dclars.

    Distribution par exprs des correspondances postales.Taxe rglementaire, plus o fr. 5o pour les communespourvues d'un bureau de poste; 2 francs pour lescommunes non pourvues de bureau de poste. La taxedoit tre effectue en timbres, et l'objet doit porter lamention par exprs.Poste restante. Les lettres ordinaires, recom-

    mandes ou non, adresses poste restante Paris, nepeuvent tre retires qu'au Bureau central, rue du

  • P'OSTK, TKLGBVPIIE, TKLKF'IIONK

    Louvre. On peut aussi les faire adresscr tous les autresbureaux, en mettant l'adresse ou le numro de ce bureau.Klles sont conserves pendant deux non compriscelui d'arrive. Les lettres adresses sous initiales ounumro peuvent tre retires sans pices d'identit. Pourcelles adresses a un nom quelconque, des pices d'iden-tit sont ncessaires. Pour tous les envois J'argent, ilfaut des pices authentiques, tablissant l'identit, pas-seport, certificat du consulat ou carte d'identit lgalisepar le commissaire de police.Tlgraphe. Inst li dans la plupart des bureaux

    de poste mmes heures d'ouverture que ceux-ci. Seulssont ouverts aux changes tlgraphiques, jusqu' 11 hdu soir, les bureaux des Cliamps-Klyses, de la gare duNord, des Halles, de la place de la Rpublique, duLuxembourg, de l.i rue d'Amsterdam, de la rue Sainte-Anne, d-' la place du Havre et de la rue Boissv-J'Angl.is.Le bureau du Grand-Htel iboulevard des Capucines*est ouvert jusqu' 2 h. du matin. Ceux du Palais de laBourse et de la rue de Grenelle sont ouverts toute lanuit. Tarit o fr. o5 par mot minimum de prix ofr. :o,pour la Krance,laCor.se, l'Algrie et la Tunisie. Rponsepaye(B. P.l, taxe de 10 mots pour la rponse (on peutpayer pour plusde lomntsi. On peut fairesuivre gratui-tement un tlgramme par la poste, soit l'intrieur,soit a l'Etranger. Dans le service international. onpeut obtenir la priorit de transmission ou de remisetaxe double, en plus de la taxe ordinaire, et le langagesecret ou chilr est admis.

    Pour Paris. Cartes-tlgrammes fermes, 3o cen-times enveloppes pneumatiques (trs commodes et trspratiques dans lesquelles on peut insrer une lettre de7 grammes, 3o centimes; mais la transmission la plusrapide est la transmission directe par tlgraphe.

    Tlphone dans Paris. Tout.' personne peuttlphoner des cabines tlphoniques mises lit dispo-sition du public d.uis chaque burc.iu le poste.

    La taxe est reprsente par des tickets dlivrs parles bureaux de poste et de tlgraphe et sur la remisedesquels on est admis correspondre. Paris. 15 cen-times. Province, 25 50 centimes les trois minutes.

    La vente des tickets a lieu exclusivement aux guichetsdesdits bureaux.

    Messages tlphons. Toute personne peut,soit d'une cabine tlphonique, soit de son domicile

  • I'1 SI I I i 1.1 il' l-ll I 1 I 1 I. CIIW\

    si elle est abonne au rseau, tlphoner des messagespour Paris et les localits de la banlieue munies decabines tlphoniques situes moins de 25 kilomtres.

    Les abonns un rseau tlphonique, pour treadmis expdier des messages partir de leurdomicile,doivent. au pralable, ell'ectuer un dpt du garantie aubureau de poste et de tlgraphe de leur localit. Taxe 50 centimes.

    Service Tlphonique International

    A.N'.I-I."I I.Itlill.i,.l,v- fr.

    \l.l.l\Uii.MI" *

  • Les Pourboiresdiurne modique don-

    ne ti:re gracieux auxgalons des restaurants.clii.sseurs, gardons coif-feur 9-, cochers, ouvreu-ses, etc., tous ceux quivon* rendent un service

    quelconque.Dans les ci/A et

    tf-taurauti, le tour boirevi presque obligatoire,souvent humanitaire, car.tl.ins eaucoup de erstablissements, le pour-boire constitue les seulsappointements du garon.Pour une ct>nx>mmation,o fr. 10 o fr. 20 par per-sonne peux un repa>, le-ou du franc dans lespetits restaurants, lesrestaurants? prix fixe. lesbouillons dans les

    grands restaurants, ja-mai. moins de 10 p. 100:It pourboiie augmente etse donne en proportiondu nombre des personnesservies. Le pourboire seldis-i* dans l'assiette oule plateau sur lequel le

    ~al~"Jn a ap[mmc 1 oI.U.tt.if.tn. iaJini'.ii il.i n-'tt-.i, S. I1. dition (la note).

    Au chasseur, on donne

    do o fr. =0 1 fr. 3^ par course selon la distance.Au thtre, l'otivieuv:. o fr. 50 pour un fauteuil, fr. fr. 25 pour

    une Idije.A un i\\hi-r, o fr. 25 pour une course mdinaite, o Ir. 50 pour une

    ciMtrsc pre--on u l'on est invit a dner, 2 fr.

    (pas obligatoire).Au gatdien prpos la gnrdedes parapluies, des les Mu-

    se- lu fr. 10 o fr. to) celui qui conduit les visiteurs, o fr. 50 s'il y a

    l*cauctA:p d'autres vsiteUl-

  • RENSEIGNEMENTS DIVERS

    Tabacs. Cigares et Cigarettes

    La vente du tabac est un monopole de l'tat. Lescigares sont gnralement bons, mme partir de 10 oude i5 centimes. Les dbits de tabac se reconnaissent leur lanterne rouge. Ils vendent aussi des umbres-poste,des cartes-tlgrammes du papier lettres; on y peutcrire.Cigarettes. Maryland, 60 et 70 centimes; caporal

    5oet 6oceiitrme5;Bastos, 80 centimes; Levant, franc,et toutes les cigarettes des manufactures ottomanes etgyptiennes-Tabac. Scaferlati ordinaire, 40 grammes, 5ocen-

    times Scaferlati suprieur (paquet bleu), 5o grammes,80 centimes Maryland (plus doux, paquet jaune),40 grammes, 8o centimes Levant, franc les5o grammes.Prix des cigares imports. Cigares exception-

    nels [de la Havane et de Manille vendus surtout aubureau du boulevard des Capucines (Grand Htel) et aubureau de place de la Bourse] cigares de 25 centimes 5 francs p.ce se vendant par boites de i>2, 4, 6 et10 cigares. impriales, 60 centimes. Cazadores, 5o cen-times. Conchas, 40 centimes. Cheroots, 20 centimes,vendus en tuis de 5 cigares. Londrs et Cazadoreschtcos, 35 centimes. Londrs, Trabucos finos, Brevas,3o centimes. Camelias, romaticos, 25 centimes. Operas,Favontos, 20 centimes Londrecitos, Millares, i5 cen-times. Cigares demi-Londrs, i5 centimes. Ordinaires,12 c. 1/2, 10 centimes, 7 c. 1/2; 5 cigares, 1 fr. 50.

    Objets perdus

    Si vous perdez quelque chose, crivez immdiatement,sur papier lettre et sans affranchir, 1 M. le Prfet depolice, en lui donnant le signaiement minutieux del'objet perdu.Objets prcieux. Le plus simple est de les d-

    poser dans le Coffre-fort de l'Htel o l'on est descendu,ou de louer une des cases de ces grands Coffres-forts l'abri de toute preuve que le Comptoir d'Escompte etle Crdit Lyonnais louent par mois (5 ou 10fr.) pour

  • RENSEIGNEMENTS DU ERS

    la garde des valeurs, de l'or, de l'argent, des bijoux, despapiers, etc. Une cl particulire, dont il n'existe pas dedouble, est remise au dposant, qui a l'accs des coffrestous les jours, sauf les dimanches et lles, de 9 heuresdu matin 6 heures du soir.Changeurs. Adres>sez-\ous aux maisons de

    1" ordre. Le Comptoir national d'Escompte a un Bureauspcial de change, rue du 4-Sptembre, donnant sur laplace de l'Opra; le Crdit Lyonnais fait aussi toutesoprations de change de monnaies trangres.

    Police priveRecherches et enqutes, Missions confidentielles

    M. Goron, ancien chef de la Sret, 8, rue de Berri.M. L. Guillaume, ex-inspecteur de la Sret, 8.%rue

    Boursault. prs le square des Batignolles.Cabinet fabry, 3o, rue du Dragon (VI*).Cabinet Gerson, 6, rue du Havre.Agence gnrale de Police prive, 21, rue La\oisier,

    prs la Madeleine.

    i

    Les Mdecins s

    Les honoraires des mdecins de quartier varient entre3 et t0 francs par visite; le double U nuit.Quand on veut se rendre la consultation d'un mde-

    cin clbre, on fera bien de lui crire pour prendrerendez-vous, ou envoyer chercher chez lui un numrod'ordre la veiMe ou l'avant-veille, pour aie pas attendretrop longtemps.11est d'usage, lorsqu'on n'habite pas Paris, de payer le

    mdecin chaque visite.Le Service mdical de nuit. Les mdecins ne

    se drangent pas toujours la nuit, Id Ville de Paris aorganis un Service mdical de nuit. Si \ous tombezmalade, envoy? prvenir le Poste de police \oisin. Unagent ira chercher un des mdecins de t,er\ice, et l'ac-compagnera chez vous. Prix de la \isite 10 francs (20 40 fr, pourles accouchements). On ne paie pas le mde-

  • RENSEIGNEMENTS DIVERS

    cin, c'est la Ville qui fait rclamer la somme le len-demain.

    Les Pharmaciens

    Les spcialits anglaises, amricaines, allemandes, setrouvent pres de la gare Saint-Lazare, rue de la Paix,rue Je CiistigHone.La Pharmacie centrale des Grands boule-

    vards, rue Montmartre, n 178, prs du boulevard,reste ouverte toute la nuit.

    Les tablissements de bains

    Les bains chauds (200 tablissements) sont ouvertsde 6 heures du matin 8 heures du soir, mme plustard parfois. Un pdicure est attach l'tablissement.Prix Bam simple, 5o centimes. Par abonnement,

    45 centimes. Bam de sige, 5o centimes; de pieds,40 centimes: de carbonate de soude, 70 centimes.Complet, Barges ou alcalin, ou de Vichy, ou de Plom-bires, ou de glatine, par abonnement, fr. 25; sansabonnement, fr. 5o. Linge un fond de bain, 3o cen-times Un peignoir,25 centimes; une serviette, 10 cen-times. Bain avec pluie, 75 centimes.Bains de vapeur, au goudron, aux aromates, trben-

    thine, thym, doucher, salon de repos {linge i peignoir,2 serviettes, 1 drap), 1 fr. yb. Bain sdatif Raspail, selmarin, douche. Bain Sahes-de-Barn, 3 fr. 20. Hydroth-rapie l'eau de source.Douche froide voloni^ douche, pluie, cercle, sige,

    75 centimes. Douche chaude ou cossaise, 1 fr. 5o.Prix ou service Pour les bains de vapeur, douches

    mdicinales, 1 franc; hydrothrapie, s5 centimes. Linge,serviette, jo centimes. Peignoir, 25 centimes. Fond debain, 20 centimes. Drap, i5 centimes. Massage, 2 francs.Friction au gant de crin, 5o centimes. Friction pted'amandes, 1 franc. Friction au savon de Naples, i fr. 25.Friction l'eau de Cologne, 2 francs. Coupe de cors,1 fr. 5o. Taille des ongles, 5o centimes. {Convenir duprix.)

  • RENSEIGNEMENTS DIVERS

    Bains turco-romains. Luxueux tablissementsavec salles de sudation de vapeur, de massage, douches,piscine et lit de repos. Dure moyenne du bain, h. 1/2.

    Le Hammam, i3, rue Neuve-des-Mathurins. Pbis Hommes Complet avec linge, 5 fr. 5o; par abon-nement, 3 fr. go. Dames Complet a\ec linge,t0 francs; par abonnement, 3 francs. Le HammamMonge, rue du Cardinal-Lemoine, 63 bis, 1 fr. 5o 2 francs.Bains froids, sur les bords de Ja Seine Bains Ilinri-lV

    au Pont-Neuf; des Fleurs, quai du Louvre (spciale-ment pour Dames); Ouarnier, Ile Samt-Louis; ouvert dui5 mai au r5 septembre (3o 5o centimes, entre etcabine; caleon, 10 centimes; peignoir, 20 centimes;serviette, 10 centimes).

    Les Coiffeurs

    A ct des grands htels, il y a des salons de coiffure.Tarif. Coupe des cheveux, 5o et 70 centimes.

    Barbe, 25 centimes. Frictions, 5o centimes. Complet(coupe de cheveux, barbe et frictions), 1 fr. 25 i tr. 5o-Coiffure de dame avec frisures et ondulations, 2 fr. 5o 4 francs. Nettoyage de tte, 1fr. oi fr. 5o.Pourboire. En moyenne, de 20 5o centimes; les

    dames donnent souvent davantage.Coiffeurs domicile. Beaucoup de coiffeurs ont

    un garon qui, sur demande, se rend domicile.

    Massage

    Mme .4 mbrosio.BergMme Crvgnon-Loren~a..Guimard.MmeHeller.~MmHeM.AfmeJ~eM'tter.Sara~it.MmeE~'eber.

    Rue des Belles-Feuilles, 7.Av.des Champs-Elyses, 120.Rue La-Condamine, 2 1Rue de Chazelles, 26.Boulevard Barbs, 44.Rue de Londres, 58.Av. Ledru-Rollin, 14J.Rue de Monceau, 10.Place de Tnoli, 12.

  • KENSEIONEMENTS DIVFkS

    Les somnambules parisiennes ont grande rputation,et leurs consultations sont des plus curieuses.

    .M mes Abel. Alexandre li'turland

    llerlhede Mallurtensel ratineLenurmanJSiniramis

    Cartomanciennes et Chiromanciennes

    Les cartomanciennes prdisent l'avenir au moyen descartes, et les chiromanciennes le lisent dans les lignesde la main.Mines Kaville Rue de Grenelle, 1S7. (Con-

    sultations lundi, mercredi et vendredi Je h. 7 h.i. i

    Fraya Rue de Berne, 29.de Thtes Avenue Wayram, 2y.

    Anojuste Pue J.-J.-Rousseau, 54.Manche Hue Sainte-Anne, .Sx.

    Somnambules

    Rue J.-J.-Rousseau, 3j.Bd Sbastopol, 3o.Rue Torricelli, 4.Rue St-Merri,23.Rue J.-J.-Rousseau, iH.Hue l.afayette, 101.Rue N.-l).-de-.Nazaretli, 10.Rue du Bac, .>.Rue Saint-L a/are, m.

  • Comment il fautArriver Paris

    Vai't il. mieux l'aire son entre dans la grande capi-VAI"TI!'

    iiiictix iiii-e ~on ciiire dans la grande cap~-tale le matin ou le soir ?

    Le matin, Paris n'a pas encore l'ail sa toilette,il se montre dans un dshabill laid ou maussade,les rues sont dsertes, les ordures peine enleves:c'est la scne de l'Opra vue par derrire, la salle vide,sans lustre allum, sans orchestre, sans public, sanschanteurs, sans chanteuses ni danseuses.

    l.espectacle n'est pas commenc. Les jolies femmesde Paris dorment encore seule, dans sa mansarde,la petite ouvrire presse d'ouvrage s'est leve l'aube

    pour faire sa toilctte-

  • ii.MMHM il M i m i< i w i- i Ai- i

    Prs des gares, les restaurants cl les cafs s'animen mesure que les trains arrivent. Les boutiques s'ou-vrent et les ouvriers entrent dj chez les marchandsdevin. Prs d'un kiosque, la marchande de journauxplie sur une petite table volante lesfeuilles du matin encore tout hu-mides d'encre.

    la crmerie en plein vent, desouvrires matinales qui ne descen-dent vraisemblablement pas de leursixime tage. mais des grisettesde Paul de tioch et de Murgir, r,boivent un bol dcal chaud et, aubout de la rue, on aperoit la petitebouquetire qui revient des Hallesavec un panier et une grande gerbede (leurs.

    Aux lumires le soir, le spec-tacle de Pans en l't, de Paris entoilette dcollete, faisant de noblestrangers, comme une grande dame,les honneurs de son salon et deson alcve, le spectacle de Parisest grandiose il a conserv quelque chose du rovalet de somptueux dans l'talage de ses tentations et deses pchs.

    C'est bien le Paris tincelant et superbe dcrit parles romanciers, l'encombrement norme, la cohue surla chausse, le long des trottoirs, entre les colonneset les kiosques multicolores.

    Les voitures roulent avec un grondement deneuve; et, de toutes parts, la foule des liacres estsillonne par les manuvres lourdes des grandsomnibus, semblables d'clatants vaisseaux dehautbord; tandis que le flot des pitons ruisselle sans

  • COMMENT IL FAUT ARRIVER A PARIS

    cesse, des deux cts, l'infini, et jusque parmi lesroues, dans une hte conqurante de fourmilire enrvolution.

    D'o sort tout ce monde ? O va-t-il? O courentces files de voitures ?

    Au Plaisir A la Joie 1

    Quand les globes lectriques lamboiem, quandles devantures des magasins s'allument comme desautels, et que Jes feux multicolores des rclamesapparaissent et disparaissent sur les hautes faades,Paris a fini sa dure journe, il prouve un besoin dedtente et de lassitude, il oublie ses affaires dans la

    joie et le plaisir, il s'entasse dans les cafs o jouentdesorchestres, dans les restaurants aux cuisines odo-rantes, dans les brasseries o mousse la bire deMunich, chez les marchands de vin dont les comp-toirs de mtal les assommoirs tincellent,comme s'ils taienten argent; dans les thtres et lesMusic-Halls o s'exhibent des femmes en toilettemerveilleuse de grandes mondaines, ou en maillotqui les montre nues.

    Paris entre en rut avec la nuit. 11est pris d'unegait de jouissance cdant l'apptit dchan detout ce qui s'achte .

    L'impression est saisissante, la sensation inou-bliable.On a de Paris une vision sardanapalesque, qui le

    grave pour toujours dans l'oeil et la mmoire. C'estle grand banquet de la joie et du plaisir, auquelsont convis tous ceux qui arrivent avec assez d'orpour payer leur place.A ceux qui viennent pour la premire fois Paris,

    qui veulent connatre tout de suite le Paris du Plaisiret de la Noce , prouver la sensation dlicieuse dese trouver tout coup transports des rues monas-

  • COMMENT II. FAI'T ARRIVER A PARIS.

    tiques et silencieuses d'une ville de province aumilieu des feux de joie de la grande ville, qui crie,qui chante, qui mange, qui boit, qui se trmousseet qui danse jusqu' l'aube, tout la Kte et l'Amour, il faut dire Arrivez le soir, faitesvotre entre Babylone par les grands boule-vards, et allez diner dans un grand restaurant ovous commencerez de goter les plaisirs de Parisdans son exquise et savante cuisine.

    Les prix que nous avons relevs pour vous dansles cartes de ces restaurants de premier ordre, prixqui peuvent varier cependant selon la saison et lescours des Halles, sont faits pour tranquillisertoutes les bourses et renseigner l'tranger sur lesspcialits culinaires de Paris.

    Midinette (ouvrire modiste ou couluricrel lisant on feuilleton.

  • Calendrier desplaisirs

    et des Curiosits deParis

    Les plaisirs de Paris sont la lois de, plaisirs des yeuxet de l'intelligence. Ils sont aussi nombreux que varies et

    attrayants; il y en a pour tous les gots, pour toutes lesbourses. Aussi avons-nous pens tre utile aux trangers

    en classant. dansune sorte de calendrier. jour par jour

    et heure par heure, tout ce qu'on peut voir Paris etdans les environs d'intressant et de curieux

    Plaisirs et Promenades que l'on peut s'offrir

    Paris de H h. du m. 7 h. du soir.

    j f'/if --{- sif/riifir t< sauf tlitminrhp n,ifnt '' fit util

    1. PARCS. BOIS, JARDINS, ETC.

    Ihi fnrrthi *nlril ,ilnuuit 1. l.ui-.i< Un - ',- l- !> h. > Mux'-f Hutuit 1V1U V:\W\-) + + Le

    /(. i-n Mus>- tl-s IttMiix-ArK (en wm. a vu- unir.intu-n (mhtio l

  • CALENDRIER DES PI.MSIBS

    / lui, a.lli. ri, Art de Triomphe de l'htuilr l'.inthoii + +liirrr; h rn rlr ,W -H. G.I. mm-Vendme.

    Itr 9 h 'ntilire des l>|jtit'-

  • CALENDRIER DES PLAISIRS

    DE MINUIT A S HEURES DU MATIN

    Aprs minuit, promenade dans les cafs et les restaurants de nuitde la Butte Montmartre, La plupart des cabarets, comme les Qwtt'-z-Arts, restent ouverts jusqu' 2 11, du malin

    L'Abbaye de Th/tmt, le /Instaurant du Rat-Mort, le Caf de UtPlace-Blanche, en face le Afoulm-fouge le Caf de ta Xouvile-Athnes, etc., etc. sont ouverts toute la nuit.

    Se faire conduire dans le quartier des //ailes, si curieux de 2 h. 7 h. du matm aller souper chez Baratte (prix levs), visiter le Caveauet puis l'Ange Gabriel et les Bouges du Paris inconnu (Voira latable P.trs la nuit et Stupeurs et S'oupeuses).

    A l'aube, allerse coucher, ou se faire conduire en\oiture nu Pr-Cate-lau (lait chaud).

    Curiosits Parisiennes

    Qui ne sont visibles qu'avec une carte spcialedemande d'avance.

    Voici la formule de lettre de demande ordinaiic

    Monsieur tJ'ai l'oriteur de solliciter l'autorisation de visiter (inii-

    quer l'difice, le muse), le. (date). en compagnie depersonnes (indiquer les noms et lei adresses)

    Veuiller agreer, Monsieur, avec mes remerciements,l'expression de ma considration distingue.

    (Timbre pour rponse.)(Timbre pour(Signature et adresse.)

    Sauf pour les gouts (feuilles timbres a 0 fr. 60), les demandes sontcrites sur papier libre. Jomdre toujours un timbre pour la rponse.Catacombes. Place Denfert Rochereau. Visite, l'r et 3*samedis de

    chaque mois. crire au Directeur des Traimnx de Paris, h. l'Htel deVille.gouts. Visite,,S" et 4e mercredis de chaque mois, de mai h septembre.

    Faire une demande au Prfet de la Seine sur une felulle de papiertimbr a 0 fr. 60.Archives Nationales, 60, rue des Francs-Bouigeois. 'ciire au

    Directeur. La visite a Ueu le jeudi, de midi 3 h.Imprimerie Nationale, 87, rue Vieille-du-Temple. Visite, le jeudi,

    2 h. 1/2. crire au Directeur,Iastitution des Jeunes Aveugles, 56, boulevard des Invalids,

    Visite de l'Institution et des ateliers, le mercredi de 1J h. 1/2 ih.,except en aot et septembre et pendant les vacances de Pques. crireau Directeur.

  • CALENDRIER DES PLAISIRS

    Manufacture des Tabacs. ' qnni d'Orsay. Visite eudi de J kIn. Ki niv .m lttn-rt,r.Htel des Monnaies, II..pini r..nti. Visite le* m.inh ht Fm-ulf >lr m'lrrine,ou '.iihv,svr au i -t'rrt-i.n i.it de U I'. imite, l.e conrierjje laisse quel t'iiisinv< de siiint Ijjims, rrirt- au /Jiwff-ur gnral des frisonsou inieiii. se |nvsenlerje malin In 1'rtifprliire le l'olict'.Panthon. l'Un* lu l'^nthron. Pmir visiter tous le-, jours te, crire nu{HrerU-ur tics limux-Art*, :i, rue Hr Vnlvis.Banque de France. cl i, me de la Vrillirc. Visitf seulement

    Mll.t.'lll tll'l- Ihri'-t+Ur.Palais Bourbon (Chunbre des dputs), quai d'Orsay. VisiMe. liorsses^i..||, tous le- jours, de t h. r> h. pondant le- sessions, demanderune earte au Serrtaire t\r ht Questure Je la Chamlire ou unfh-/(!,

    Promenades et Plaisirs particuliers

    chaque jour de la semaine

    LE DIMANCHEOnrvrvede prfn-nc- puir li-limin. li - le e.\riiriuiis n /toltin.tnn

    Sdintf.'lnuti, l'infenws et Ifs/mrtfs '/- M*10 h. ( t h Visite a x Muses Cermisrhi. (iiiiinet. Cluiiy.des Arts et .Mtiers, de l'cule de, BeauxArts, Jardin des Plantes (sans carie), audonjon de Viucennes.

    ftr II h. u Ah Vu Muse Carnavalet.

  • CAI.ENDKIEH DES PLAISIRS

    //(> / Mil- i- rilllltlll- il 1mN|I (II llI I, I tues dns l }>riiK-ij>HiiK tlx'Atres. Mal-i. es dr famille VOhtMjti't (Vi.ir les jour-

    :t 'H. t

    |.

    //c .: r'iiH' lv-\riiit-nnnvillc

    wur.~:I\t

    I s : Itiilli.T m i ii-li'- (t-eM*.MiiM.is Mille-Col.,

  • t'NDRIER DES IM.A1S1HS

    Au I.01-. Voitutr llinr:i

    Dr I h I mm.' W riimanchc. IUI Uni:,., i

    VENDREDI/* III II.

    ///( tiTdi Cl lilnfin.1 > ullra vclnl>

    SAMEDI. i Pi..

    .llll'tlis ilii luuif .ncv ,ii:I'T. ilill.nux vl Kjrotlls. prfecture il'

    /* elin-..ISA. ni .II dfi-liaqI V ' i..i I i iii.i. li'lf lie IHlil: ,|li;-r

    MiiiImi il.- la (oldln liai).

    TOUS LES SOIRSI. Hi.jII- I, i,.ri. I. llicSIn-, .lr.iiiiiilii|iii'>. \.i- rir.|iir I. iiMi-i.-li.ill.. [.- -, :, I.!i.r, .Mclihll.rtl,-ull.T I.- allidics.M.ir I.

  • Les UsagesParisiensL heure des repas. A Paris, on djeune la four-

    chette de 1 1 h. du matin !i. de l'aprs-midi. Ondne depuis n h., mais ^nralement entre y h. s etK h. 2 du soir. (Voirpa^'C 41.

    L'heure des visites. On fait des visites entre4 I). et 6 h. Les dames ont presque toutes un jour derception, dont il faut s'informer auprs des concierges.Ces jours sont indiqus pour les personnalits marquantesdans les annuaires le Tnut-Paris ou le Roltin-Slnndain.

    L'heure des rceptions. On reoit de 3 h.

  • LES USAGES PARISIENS

    longue file devant Redfern, Worth, Doucet, Caroline,Reboux, et d'o descendent les reines de l'lgance pari-sienne. On a dit avec raison que cette rue symbolisela mode du monde entier*; que nulle part on a, commeici, la sensation grisante du Luxe et de l'lgance fas-tueuse et triomphante . La sortie des ouvrires, desvendeuses et des beaux mannequins, 7 h., n'en est pasmoins suggestive.L'heure du patinage. Au Palais de Glace, on

    patine presque toute l'anne. Le matin est rserv auxjeunes filles. De 2 4 h., ce sont les femmes du monde;le soir, les dames du demi-monde. (Voir page g3.)L'heure de l'apritif. -Sur les grands boulevards

    et sur le boulevard Saint-Michel, affluence de Parisienset mme de Parisiennes la terrasse des grands cafscoup d'oeil intressant.Ii'heure des thtres. A 9 h. On ne va presque

    jamais pour la premire pice, le lever du rideau .A l'Opra et l'Opra-Comique.il faut tre sa place 8 h.L'heure des restaurants de nuit. Aprs la

    sortie des thtres. Autour des Halles, les restau-rants de nuit ne s'animent que vers 2 h. du matin (Voirpage 127).L'heure des offices. Les grand'messes ont lieu

    10 h., dans les principales glises de Paris. Une messetrs frquente est celle de 1 h., la Madeleine et Notre-Dame-de-Lorette.L'heure des mariages. Presque toujours

    midi. La voiture qui ramne le nouveau couple estfleurie d'oranger.L'heure des enterrements. Ordinairement de

    10 heures midi 1/2.

    Comment on s'habille Paris LeMatin Pour le djeuner Pour le Diner

    Le Soir Le Dcollet Le Souper

    n existe commeun code mondaind4 l'habillement Paris,et l'enfreindre par trop d'carts serait -manquer de savoir-vivre. A Paris, la mise doit tre en harmonie avec les

    itenrea, les milieux, les circonstances.

    Le matin. Jusqu' midi, l'homme portera le cos-

  • LES USAGES PARISIENS

    tume complet, la jaquette, le veston el le pantalon defantaisie, au choix, ainsi que le chapeau rond.La femme mettra, s'il fait trs chaud, un costume de

    toile ou de batiste; s'il fait frais, un costume tailleur endrap ou en lainage fantaisie; l'hiver, un chaud vtementde beau lainage ou de fourrure. Petit chapeau.

    Pour le djeuner. Si l'ondjeune en ville, la note de\ratreplus lgante et sera celle de l'a-prs-midi l'homme en redingotenoire, pantalon clair, chapeau hautde forme, bottines glaces ou vernis;la femme en toilette de visite, jupe

    de soie ou tissu riche, faon soigne, bot-tines fines.; toque ou capote recher-che.Pour le diner. La mise sera

    celle du soir s'il s'agit d'une invitationsuivie de bal, de thtre, etc.Jl est admis Paris que l'homme du

    monde revt l'habit, orn d'une bou-tonnire fleurie, pour aller dner enville, le pantalon de drap noir, les sou-liers \erms, le chapeau claque,les gantsblancs.Cette tenue, qui peut sembler exagre

    quelques-uns, ne sera jamais dplacedans un milieu aristocratique; ce seraitmme commettre une f.iute de savoir-vivre que s'y soustraire.

    Le soir. Pour les dames, toilette claire, lgante,dcollete, si le dner est de crmonie, ou s'il s'agitd'assister au spectacle, dans une loge de l'Opra, duFranais ou de V Opra-Comique. Les jours d'Abonne-ment surtout (Voir Thtres, p. 72), il est de rigueurd'tre mis avec lgance. Gants blancs longs ou courts;souliers vernis ou de satin.

    Le dcollet. Si le dner n'est pas de grandexr-monie, ou si le thtre n'est pas de ceux o l'on peut semontrer les paules et les bras nus, il est une tenueintermdiaire avec laquelle on ne sera jamais dplacec'est la robe de dentelle ou de mousseline de soie mon-tante longues manches, sous laquelle on aperoit dis-crtement le cou et les bras nus.

  • PARIS A TABLELa cuisine franiiisc, surtout la cuisine parisienne, estla premire des cuisines.

    C'est un des plus grands plaisirs de l'tranger a Parisde taire quelques repas choisis dans des restaurants de

    grande carte , c'est-a-dire de premier ordre, car lestables d'htes ne donnent aucune ide des raffinementsde cette cuisine d'um rputation universelle.

    Quand on sait tudier une carte, on arrive faire des

    repas de prince sans dpenser beaucoup.Ainsi, pour 10 fr. 3o, voici l'excellent djeuner qu'on

    peut se faire servir pour deux dans les premiersrestaurants carte cliillre de l'avenue de t'Opraou des grands boulevards

    C')~M/C

  • PARIS A TABLE

    Dans les grands restaurants, les portions sont gnra-lement pour deux. Quand on est trois, il faut commanderpour deux seulement.Pour tre renseign sur les vins, appeler le matre

    d'htel et lui dire ses prfrences.Les meilleurs bordeauxblancs sont les Sauternes (3fr.),

    les Hauts-Sauternes (6 fr.), les Barsac (4 fr.), les Ch-teau-Vigneau (10 fr.}, et le roi des bordeaux blancs: leChteau-Yquem i885 (12 fr.).Les meilleurs bourgognes blancs sont le Chablis icl

    (2 fr. 5o), le Meursault (4 et 6 fr.), et le Chablis Mou-tonne (5 fr.).Dans les bordeaux rouges, signalons le Saint-Emi-

    lion (3 fr.), le Pontet-Canet (5 fr.), le Chteau-Loville(5 fr.), le Margaux (6 fr.), le Ghteau-Lagrange (7 fr.),le Chteau-Cos-d' Estournel (10 fr.), les Chle au-Laffite(12 fr.), tes Chleau-Pichon-Longueville, les Mouton-Rotschild, les Margaux, les Gruaud-Larose (14 fr.), etenfin le Chteau-Haut-Brion i5 francs.Parmi les bourgognes rouges, recommandons le

    Beaune i' (4 et 5 fr.), le Nuits (5 fr.), le Volnay (5 fr.),le Pomard (6 fr.), le Corton (7 fr.), le Chambertin 1890(10fr.).Il y a des vins qui cotent jusqu' 100 francs la bou-

    teille 1Dans les grands restaurants, on ne donne pas les vins

    ordinaires en demi-bouteilles, mais si on n'en a bu qu'unedemi-bouteille, on le fait observer au garon, et il en esttenu compte.Pour un dner trs soign, le commander quelques

    heures d'avance.On traite tant par tte, vin compris ou non compris

    quand on a un certain nombre d'invits.Ce qui enfle l' addition, c'est--dire la note, ce sont

    les hors-d'uvre, les primeurs et les fruits. En hiver, unepomme, une poire se paie jusqu' 5 francs, et une pchejusqu' 3o ou 40 francs.A l'heure des repas (de n heures 1 heure, et de 6

    8 heures), les prix, dans les cabinets particuliers, nesont majors que d'un tiers sur ceux de la carte du res-taurant. Ainsi, on peut faire un repas deux, pour20 25francs, condition de s'en tenir aux plats du jour,de s'abstenir de hors-d'uvre et de coupes de fruits, etde prendre du vin ordinaire.En dehors des heures indiques, des biscuits et une

  • (*\H1S A TABI.F

    bouteille de vu; d< < Jia mpartie se payent do 20,i 2? lianessi l'on demande du porto , la bouteille est comptetout entire, lors mme qu'on en aurait bu quedeux verres.

    partir de 10 heures du soir jusqu' 4 heures du matin,les cabinets particuliers, dans les restaurants Je nuit,subissant une trs forte majoration, et pour un souperqui n'a rien d'extravagant, on dpense deux le plusfacilement du monde Ko, ioo francs et mme davantage,surtout si la dame avec laquelle on soupe il intrt

    pousser l'addition et prendre des primeurs.Ne pas se laisser intluencer par les offres du garon.Se mfier des dames qui vous font boire et qui jouent

    la comdie en cabinet particulier. Si l'on est trop faiblevis--vis du beau sexe, s'abstenir prudemment d'avoir

    beaucoup d'argent sur soi et laisser ses valeurs sonhtel.

    Toujours vrifier l'addition.

  • PAR)SAT\BLE

    Les plats parisiensLa gourmandise est un des grands plaisirs. une des grandes

    volupts de la vie. pwsqu'elle est range parmi tes septpches capitaux, c'est a dire ceux qui conduisent tout droita Tener. A Parts, la gourmandise est simplement pchemignon,car elle est gatement en honneur chez es ~ens pteux.La gourmandise parisienne est du reste une uvre d'art Ily a tant d'ingniosit, de science, de gnie dans les prepara-ttons de ses plats, que tout Etranger venu Pans pour sonplaisir y go~7terasans mettre trop en pril son bonheureternet.Pour son bonheur prsent, iHni t-era sans doute utile de

    connaitre la composition des principaux ptats invents parla eoMTnandjseparisienne. Ces commentaires gastronomiquessont ncessaires pour comprendre l'importance des specia-htes des grands restaurants-

    La Sole Mornay se prpare au fromage; la Sole Join-ville avec une sauce aux crevettes; la Sole M0t'ntan

  • PARIS A TABLE

    Les Hutres

    nTf: sont bonnes, d'aprs un dicton populaire, commeles crevisses et les homards, que pendant les moisen r (de septembre avril). Retativemect bon marchen France, depuis les progrs oprs dans leur cultureon en trouve depuis o fr. 3o la douzaine (chez les dbi-tants seulement). Les meilleur march sont les portu-gaises . Celles de prix moyen, de got supeneur,et trs recherches, sont les arcachons, les Mta~~MM, lescancales, de t fr. z5 z fr. 5o la douzaine- !t va sansdire que, dans les restaurants, les prix sont plus le-vs (Votr page 56).

    LES BOUILLONSLES BOUILLONS (Voir le tableau page 47)

    ~-r~ouj le monde ne peut pas aller a Corinthe. Tout te1 monde ne peut pas prendre ses repas dans lesgrands restaurant!. Pour tes bourses moyennes, il y ales Bouillons cres par Duvai et imits par Boulant.La cmsine y est moyenne, saine et propre. On y est

    servi par de petites bonnes en bonnet blanc, qui ne sontgnralement pas jolies et souvent d'une maturtt avan-ce. On leur donne quatre ou cinq sous de pourboire.Le meilleur et le plus grand des Duva) est le

    Bouillon de la rue Montesquieu, derrire lePalais-Royal,mais il est difficile d'y trouver de la place. Les vins finsy sont excdents. Au Montesquieu , on est servt pardes garons, ce qui est moins coquet.Voici quelques prix extraits de la carte des boujttons

    Duvat: c

    Soupe poireaux ou pommes, 0.25. Bouillon.0,20. Merlans gratin, 0,70. Maquereau grill matre d'hotot, 0,60. Cabillaud sauce cpres, 0.70. Sole tnte, 0,90. Ril-lettes, 0 30. Omelette fines herbes, O.M. Ometette Par-mentier. 0,60. BtBNinature, 0,30. Garni,C45. Tranchebuf, oeleri rave marine, 0,50. Bntau gratin 0,50.Veau,Rosbif,0,50 Garnis, 0,60. Ctelette nature, 0,66.Ei~ot.ear)u,0,70. -Entrecte bordelaise, ~O.Foutetrti cresson, le 1/4, i,t0. Pommes sautes, 0.30. Epi-nards, 0,SO. Cpesprovenale, 0,96. Asperges a t'hntte.0,60. Salade de laitue. 0.60, avec muf, 0,70. Salade demches, 0.40. Gteaude riz, 0,30. GteauPont-Neuf,0,

  • pAtusATABLE

    LES BOUILLONS BOULANT V. le tableau page ~7)

    es bouiHons routant se sont beaucoup dcvetoppes

    L depuis quelques annes et ont acquis une trs nom-

    breuse c)icnt)e. On est plus ;t t'.ose que d;'ns tes

    Duvat. Les bonnes qui scrve'tt sont galement plus .))-

    tnabtes et mieux choisies. Les pourboires varient entre20 et 3o centimes.

    Les prix sont trs modrs.

    Saint-Germam. 0.25. Crme milanaise. 0.30. Tapioca~0.25 Coquitte de poisson gratin. 0 50 Merlans fnts. 0.600,25. Coquil de poisson gratin. 0.50. Merlans frits. 0.60.

    Maquereau maitre il htel. 0.60. Sole meunire. tif.Buf a la mode. 0.60 Cftptette 0.60. Filet grille aux

    sautes. 0.30 Macaroni italiemie. t 4, Pommessautes. 0.30. Macaroni italienne. 0.50. Cpes borde-

    froid' 1 4.125 Jambon 0.50 BombevaniH~e. 0.50

    Pouletfroid. 1 4.1.25. Glace, 0.50. Bombe vanille. 0.50. Plu.pudding au rbmn. 0.50. Pruneaux. 0.30 Gaufrettes Chan

    tlly 0 40 Conht-ures de

  • TA6HBIHJ AIt~R~TI~UE; BMRestaurants.NNsserte!etEo~ons,

    RestaurantsDe L'ALCAZAR, Champs-hty-!t~!(cAttRICAItf 4 ~ts, honl. de,CMPRUNIER, 40, rue Duphot (V.p. M)..

    De It RGENCE, place duThettre-PntBsais.

    RICHE, te, b. Italiens (V.p.M)8YLVA!N,i9, rue m~T (V.p.e7). 1

    De la TOUR D'ARGENT, i5.quai de )tTourneHe (V. p. M),

    Du TOURnfG-CHJB.orteMaMtot(~. p. 67).

    VIAN, 'ne U~unou (prsbaul. desCapucines (V. p, 57).

    Brasseries et Tavernes

    DREHER, Cu.Ue)ef [V.p.M).D'HARCO)n',b.S.t.M:chet,4J,p). de la SorLunne

  • Restaurants sur lesGrands Boulevards

    Les principaux restaurants, cafs,bouillons, les tavernes et les brasseries,o l'on djeune et o l'on dne (pour lessoupers, voir Paris la Nuit, page 127),sont classs ici dans leur ordre topogra-phique, c'est--dire par ~"artter, de sorteque 7'etra.nyer se trouvant dans n'im-porte quel endroit de Paris puisse im-mdiatement choisir selon ses grots et

    sa bourse.

    r~

    DE LA MADELEINE A LA PL. DE LA RPUBLIQUE )1

    DURAND

    Tf:t.pH.2~-8). 2, place de la Madeleine.

    v ~NEvieille et ancienne maison qui a su maintenir sa

    LJ rputtttion et garder sa clientle. On y djeunesurtout, avec, sous tes yeux, le pittoresque et changeanttableau de la place de la Madeleine.C'tait chez Durand que Meyerbecr traitait autrefois

    ses amis. C'tait chez Durand que le gnral Boulangerdonnait ses fameux dners.Public trs select. Beaucoup de diplomates traBgers,

  • PARIS A TABLE

    4

    d'Anglais appartenant l'aristocratie, de sportsmenconnus.La carte n'est chiffre que pour les vins.Spcialits LabarbueDurand. LepouletsautArchiduc.

    LUCAS

    T~LpE.259- p, place de la Madeleine.

    '-r-'ts belle terrasse sur le boulevard. Cuisine et seri vtce parfaits. Vins excellents, surtout les bour-gognes.

    J*uta~cs Saint-Germain,0,60. Bisqued'crevisses, 1tr.Consommdiable. 0,60(tes potages sont cM-KreEpar per-

    sonne). f*o~MM Truitessautes meunire, 1,75. Pe-nte barbue Lucas.2.50. Mateloted'an~nte, 2ir JEatrBet rM Tte de veau en tortue, 1,?5- Salmis de canard la sauce Humbert,3,50. Poulet nouveausacte archiduc,3,M.

    Lgumes Salade de lgumes, 1,75. Cpesbordelaise,1,75. Dess&rts Pches Cond,1,75. Plumpuddinoaurhum, i,25. Tarte anglaise aux pommes, 1 fr. Mince-pie, i.25.

    BOUILLON DUVAL.37, place de la Madeleine ( Voir 45).

    TAVERNE OLYMPIATLpH.214-3~. 28. toM/eyard des Capucines.

    (Voir Sott~EMr~ et ~OM~eMe~, f~2.)

    TAVERNE TOURTEL

    TLpa. 247-74.49, boulevard des Capucines.Tous les soirs, Concert symphonique 8 h.

  • PARIS TABLE

    et, la sortie del'Olympia, les grandes professionnellesde l'Amour libre. La Taverne Tourtel se transformealors en une sorte de bar international, o l'on voit laMridionale aux grands yeux noirs, la Viennoise auxformes superbes, la Hongroise brune comme une Tzi-gane. On y voit mme de lotes multresses, tout tin-celantes de diamants. De minuit 2 h., on soupe gai-ment chez Tourte), avec, autour de soi, le spectacle descurieux petits tableaux democurs d )a vie nocturne deParis.

    BOUILLON DUVAL

    ~o, boulevard des Capucines (Voir p. ~3).

    BOUILLON BOULANT35, f'OM~xard des Capucines (Voir ~6).

    CAF DE LA PAIX

    TtLpH.s?5-.)~. 12, boulevard des Capucines.

    CAFavant tout, mais restaurant aussi. C'est te rendez-

    vous de toutes les nations. On ) trouve presquetous les journaux du monde. La terrasse du caf de laPaix est trs recherche entre 5 et 7 heures.On djeune beaucoup au caf de la Paix (Grill-Room).Les viandes froides, les galantines y sont remarquables

    et exposes comme sur un autel ddi au dieu Gaster.La ctientte est compose de viveurs riches, d'trangerscossus, de gens qui apprcient l'art si noble de la bonnechre. On y soupe a la sortie de t'Opra.

    PRJX DU MmMtOOMCoquillede turbot Mornay,1,25. Soleau vin blanc, 2,75- Moulesmartnire,i fr. Traite de rtviremeunire,~50. Rouget bonne tomme,i,50. Amenoain S&as,t,50. HaddockPolonaise,i,SO. Filet de solo Jean.Bart, 1.50.Filet de barbue Mornay,i,50. Bouillabaisse la Marseil-

    Mse, i,60. Timbalede Nioki,i,50. Mutton-Shopauxpommes bonne-femme,1,50. Filet mignon aux pommescrme, 1,50. Foaietde grains, 6 fr. Pigeon,3 fr.

  • PARIS A TABLE

    LE CAF AMR)CAtNT~LtPH. to2-o3. 4 bis, tOM/Mard des Ca~MCOtC~.

    YT'< restaurant de nuit o l'on mange galement trsLJ btcn de jour, et des prix raisonnables, com-bien Mais c'est surtout aprs minuit que les soupeurset les soupeuses envahissent la grande salle et montentl'chelle de soie de son fameux salon du premier,dontl'instatiation est tout simplement merveilleuse.Ceux qui sont seuls trouveront toujours de la com-

    pagnie l'Amricain (Vo]r Soupeurs et Soupeuses,p. tzg.)

    Carte dt) dc~"ui3er (deU h. a i h) et de fHfjcr (de 67h. i/!) Potages; V"a~eON,0,75. Argente, 1 fr.Petite marmite, i fr Filetde sole, i,50. RougetgnUbeurre d'anchois,2 tr Escalopede maquereau Florentine,~50. 1;2 barbue a ta Dantm, 2.50. cote de buf auxpommes l'Anglaise,1,5D. Grgotpre-sal la broche auxharicots verts. 2 fr. i/4 de poularde pocheau gros sel,3 fr. Gaule,3,50 Poulet reine, io tr. Rgeon 4 fr.-Aubergines,2fr. chonx-CMrs.2 ir. Petitspois, ir.Spcialits Homarda l'AmencaiQe.

    PAILLARDChausse d'AntintELtPH. ~~Ot. ail coin boulevard des /

  • PARIS A TABLE

    plus parmi le monde de lahaulebtchene et desviveurs )a faveur qu'tt avait alors. On va au Caf

    ADgtatS pour bien manger et dguster un vin de hautemarque authentique. Les caves du Caf Anglais sontclbres on v fait mme des dners. La carte des tnsest seulechiure.

    ~~c/a7Mes.' La poniarde a la d'Albufera Les fdets de

    solesalaMcraay.

    LE CAF RICHE

    TLp)!. 286-20. f$, boulevard ~e!r/A vEC sa grande salle aux murs revtus de faences

    A peintes, aux petites tables de chne sculptes, sa

    grande salle de restaurant, o, sur la nappe blanche,tincellent l'orfvrerie et la cristalleriefine des dners et.des soupers, la Taverne Pousset est une des plus ic-

    gantas et des plus frquentes du Boulevard.

  • PAlUS A TABLE

    JP~~e.5: Petite marmite, 0.75- Tapioca, 0,60. Soler~te, ~,25. Turbot sauce hollandaise, 1,75- Gigot d'agneaupuree J~retonne, -t,50. Filet de but, 1 75. Poulet garnien cocotte, 6.50. Escalope de veau nutanarse. f,75. Ma-caroni. 1 fr. Macedoine de jruits au kirsch, '1.25 Tartresviennoises. 0,75. Fromages, 0,40. Conhtures (le pot), 0,75

    VIANDES FROIDES

    Perdreau farci la Stuart, i2 tr- Caille farcie ta gelse,4 fr. Terrine de caneton Pousset, 2,50. Terrme de foiegras ou pigeon truHes. i,75 Aspic de volaille, Cte de veauBeHe~ue. 1,75. Assiette anglarse, Veau, Suimode, 4.50-PickeiteMDh. Langue. Jambon. Galantine, Hure, 1.25.Pouiet reme. 8 i~ la cutSse. 2 ir l'aile, 2,25.

    RESTAURANT NOL-PETERS

    u c~oM/fy~r~ des lialiens

    ILEPii.I~5.~L

    our blanc et or, rappelant par sa riche dcoration1 Je palais de l'Alhambra, le restaurant Not-Petersest t'un des plus frquentes de Paris.

    PjJaM de volaille a la Grecque. 2 fr. G&te de bu lachasseur. i,60 par personne. Fuets de soles la Bourgm-gnonne, 2,50; i/2, ~S5. Turbot sauce mousseline, 2,50.Merlans aux moules, '~7S. Homard saute a t'AmericalYn;,9 fr. i/2 ptgeon aux petits pois, 2,50. Tournedos a laEoasn~ 2 fr. par persoBne. Rumpsteack artle a la Bercy etaux pommes sautees. 2,50 Escaope de iotes gras auxtruies. 4 tr. Rosbif la Russe, 1 75 par personne. Per-dreau a la Nol. 9 tr. Caneton a la Rouennaise, 15fr Poulet reme, 9 fr. De grains, 6 jr- Pigeon, 4 fr. Unetruffe au champagne, 5 Ir. Salade O~a, 4 tr. ~ Pche flam-be, 2 jr.

    ~'p~cj'aU~fs Barbue menagre. Coulibiac la Russe.Poularde messallne. Caneton a la presse, Bcasse au fu-met. Perdreaux et caille a la Nol. Ortolans au nid.Salade Olga. Pches princesse.

    TAVERNE ZIMMER

    TLPH. iy-t- ~~ou~t~r~A/OH~~re.

    salledu restaurant est au i' En se plaant

    JL prs d'urm fentre, on a sous les yeux toute Panima-tion et elleest grande en cet endroit-du Boulevard.

    Zimmera a la spcialit de la choucroute garnie, dessaucisses de Strasbourg ou de Francfort, du jambon de

    Mayence. On dine, mais on soupe surtout chez Zimmer.Les prix sont les mmes la nuit que Je Jour.

    Dlicieuse bire de Munich.

  • PARIS A TABLE

    Soupe l'oignon 0,70. Consomme nature, 0.75. Consom-me avec teui poche, i tr. Terrine d'ceuts a la gele, tr.ufs brottillcs tomates, '[,25- ufs plat au jambon. 1,25.uta brouilles truffes. 1,50. d/2 langouste mayonnaise, 2,25.

    Soles meumere, 4,50 Choucroute garnie Strasbourg.Jambon, i.35. Saucisses de Strasbourg (ta paire), 0,60.Fj-anctort jla pice), 0,~0. Fote gras de Strasbourg. 1,50. Langue tume, i.25. Galantme trutse. Veau la gele,i.25.

    1/~ Poulet froid, 2 tr. Assiette AngtalsB, i.50. Rosbif,1,25 Salade de saison, 1 fr. Salade de lgumes, 1,25Salade Russe, 2 ir

    BOUILLON BOULANT

    l, boulevard A/b~~m~r~r~ ~ofr p.

    MARGUERY

    TaLpH. t~8-~8. 36, &oM/e~7'~ BoM~-JVoMye~.

    ct du thtre du Gymnase. Grande vrandavitre en hivcr~ ouverte en t sur le boulevard.Une vritable oasis de fracheur et de verdure. C'estle restaurant prfr des gros industrteis et des groscommerants de provtnce. Clientle absolument bour-

    geoise. Trs bonne cuisine. Cave honnte.

    Crevettes bouquets, 2 fr. Thon, 1 tr. Rgnotis. 0,60Potages julleme, U~O- Saitit-eermam, i,25. Bisque, j,50.

    Truite saumone sauce verte, 3 ir. Filets de barbue a laMornay, 3,25. Homard l'am.ric3me. 3.50. Merlans auvtnbtano, 2,50. Rate~ l.SO. Moules, i.2S. Coquille deTurbot, i,50. Bui la mode, i,75. Filet saute Hnan-mere aux truffes. 3 Ir. tntrccteJ3 aux fonds d'artfcllautsiaroa, 3 fr. Pttsstu en cocotte. 5 fr Poulet saute estra-gon, 2-75. Poulet rti, ir. fd/3. 5,50 l'aile, 3 ir la cuisse.2,75). Ptseon rti, 4.50. Cpes bordelaise, 2.75 Petitpots~ i.75. Pointes d'asperges, 2,50. Partaitau cale, 1,75.

    Spcialits: Soies taMarguery.

    MAIRE

    T~LPH~ tOI-29. ~OM~yar~ ~tM~-DcH/y.

    CLIENTLEparisienne distingue. Jolis salons coquet-

    tement dcors. Restaurant trs gai, trs riant,

    quoique les mans y viennent diner en cabinet particulieravec leur femme lgitime.

    SpctaJtts Rumpsteack Maire.

  • PARIS A TABLE

    Hors d'uvre varies, 0,75 par personne. Saumon fum,t,50. Crevettes ronges, 2 r. Pota~fi Greme Favorite,Saint-Oermain, JuUenne. Tapioca, 0.7S. Maire Crotte au

    pot,0.75. Bisque, 1,50. Marmite, 1 ir J'Ojfss

  • M.MSA TABLE

    j_Omelette la Savoyarde, 1,25 uts pochs la Mor-

    nay, i.BS. Cassoulet, i,25. Filet dagaeau la Turque,1,75~ Rognons brochette vert pre, t.50. Poulet reine,7 ir la CtUsse, i,75; l'aile, 2 tr. Caneton Nantais, 8 IrAssiette anglaise, 1.50. Veau la gele, 1.50. PickeltteiBoh,l,25.Aspic de votaite, 1,75. Fum-puddnig,l,35.

    Coupe Jacques. 1,50. Parfait, au caf, 2 tr. LundiTrtpes la mode de Caen soir Bceut a la m~de. MardfNavarin; soir Gigot d'agneau, hancots Bretonne. MercrediGoulache la Hongroise soir Soupe aux choux, filet de bufRenaissance. Jeudi Cassoulet ~oir Petite tnarnute, ctede boeui, pommes l'Anglaise. Vendredi Bomllabajsae.petit sat aux choux; soir Aloyau la Nmernuse. Samed::Culotte beeuf Flamande sotr petite marmite, fricandeau al'oseille. Dimanche Pieds de porc Sainte-MenehonId soirPotage queue de bu, gigot pre-sal.

    RESTAURANT PRUNIER

    TLPH. 240-54. ~o, rue DHjt)Ao

  • PARIS A TABLE

    RESTAURANT VIAN

    32,ft

  • PARIS TABLE

    RESTAURANTS AUX ENVtRONS DE!RESTAURANTS AUXENVIRONS

    DE

    L'AVENUE DE L'OPRA ET DU

    THATRE-FRANAtS.

    LE CAF DE PARISTL~pn. z3f-g6.f, a~fHKe de /'0yera (~Ot')'/). /~o). j.

    BOUILLON DUVAL

    At'fMMe de l'Opra, .?f (fo; ~5).

    LA BRASSERIE UNIVERSELLE

    THFH. 230-84. 3 r, a~enKe de l'Opra.

    RALfs le rve de tout tranger ti Paris trouverle confort moderne, l'lgance artistique allis ta

    bonne cuisine, la bonne bire et au bon march.Plusieurs grands salons au rez-de-chausse et au

    richement tendus de tapisseries flamandes. Jet d'eaurafrachissant au milieu du salon central. Petitestables.

    Au premier tage; mme prix.

    JF'ftaes Petite marmite, i.50 Consomm de voI&iUe,0.75 Crote au pot, tt.M Crme d'asperses, 0,90.Poissons Turbot sauce hollandaise, i,35. Matelote d'an-muUa. 1,35. FUets de sote aux crevettes, 1,25. Trmtemeumero, i~SO. En~'t:c's.' Veau la russe, i-25. Ragotd~Di6 pommes nouvelleS., t,50. Poulet sant Marengo, 1./2,i;SO- Filet mignon petits pots,

  • PARIS A TABLE

    /!e de Rivoli, ~g~ (Voir p. ~~).

    Rue Afon

  • PARIS TABLE

    RESTAURANTS

    AUX

    ENVIRONS DU CHATELET

    ~Z ~L~

    BRASSERtE DREHER

    to7-t t.~MC~fU~OpH~ rr~Ep~07- (P~~CA~~).

    ~pOA.Di'de bire de Pitscn. Vins Autrichiens et

    Hongrois. Cuisine Viennoise. Djeuners,dners et soupers. Cabinets particuliers d'aspectsrieux.

    BRASSERIE ZIMMER

    274--04-~.5

  • PARIS A TABLE

    BRASSERIE ZIMMER

    Tu.M.f.t5-7q.26,?o.)'MeB/OMf

  • PARISA TABLE

    cossue et succulente. La cave est de te ordre, clbrepour sesbourgognes.Prix modrs.

    Sp~CtaRtes Bcassosaux himets. Caneton la Rouenaatse SouissPatmyre.Bouillabaissetous les vendredts

    LA TOUR D'ARGENT (GALEMENT HOTEL)Tt.EpH.26y-6o. j~, quai de la yoMrKe/~e.

    VIEILLErenomme. Rendez-vous des gros ngociants

    V de l'entrept de Bercy, frquent aussi par ces Am-ricains millionnaires qui y dgustent des plats baptissde leurs noms. La maison a )'atr d'un cabaret ordinaire,mais il ne faut pas se fier la mine. Tout le luxe estdans tes casseroles.La carte des vins est seule chiffre. Prix aristocra-

    tiques.

    Spcialits. Le caneton Frederic. L'Mca[ot)ede mumonCourtois. Lepoulet farci la Tourd'Argent.

    FOYOTTiLtpH. St)-39. 33, rue de 7'oMrMOt).

    ~ESTle restaurant du Snat. Les vieux snateurs y

    vont reprendre des forces. Clientle politique etgrave. Carte chiffre pnx assez !evs.

    TAVERNE DU PANTHON ( Voir p. /~)TLEfH.897-42. 63r boulevard ~a

  • PARIS TABLE

    vin ou de la bire,caf, cognac compris), cote fr. 75;et le DtSER,3 fr. L'heure du diner est plus anime etplus gaie; il y a un orchestre; et de g h. 2 h. dumatin, Je caf d'Harcourt, comme les tavernes de laLorraine et du Panthon, dans le voisinage, sont lerendez-vous prfr des petites femmes cascadeuses duquartier tann-

    CAF SOUFFLETTL~pH.807-~0. 25, tott/efar~&[;'H~-A:f)'cAe~t'M la gare AfontparM~Me.

    n~ *;so!l'"1e

  • JHtAtt't~

    sonnaiites artistiques, de noms ittustres.coudovant l'aristo-crate de l'argent. n du plaisir.

    Le foyer de ladanse. Heureux ceux qui peuvent v p-ntrer C'est l que la danseuse rpte les /~fc. tes po'oucf/M,les t')f

  • rHb:\T~f>>. Matines 2 heures, dimanches et ftes.

    L'Ait:\7AW et les Ambassadeurs, qui

    L se touchent, sont les deux frresSiamois du Cat-Concert. Ils riva-lisent entre eux pour attirer le pu-blic et lui ollrir des numros sen-sationnels l'olin, K ration, Dra-iii'iit, etc.

    truand la temprature iend Pansimpossible mme dans la soire, iln'est pas d'endroit plus Irais queles Chain ps-K Uses, o les arro-seurs municipaux entretiennent uneperptuelle fracheur.

    A l'Alcazar comme au\ Ambas-sadeurs, les toilettes ratnces des.haineuses donnent une grce vo-luptueuse nu spectacle, mettent unenote d'lgance toute parisienne quiest charmante aux yeux.

    A l'Alcazar, on petit aussi dneren assistant au concert (Voir lies-taurant, p. iW

    L'ALHAMBRA r.h;>h.r :>tu

    hl'E DE MALTF, 5o

    PRIX llkS PLAC'LS Bur I.OC FK1X DEf I'l. *..> Bur l,i.L.Avant-scnes des premie-2 j I-'autcuilsd'arcbestre.i'rs". 4 > 450cs de balcon .v J* ! a 5". 3

    >

    351Avant-scnes de gateri* u > 15

    F.iuteui ; dbalcrm

    250

    x

    3

    >Avanbxlnes de gal('ri~ r ) 1 t ~tUt("ui" ~fe balcrn ~.5 J >Loges j6 pUces 30

    36 Gali-rn- 1

    k4 place-* 10 >)a4 >[ Ani|-liii1icAut> u 50lue des j-Iu, jolies salit- Av tht&tre dt- l'irik

  • CAt-hS-CUNCEK 1S

    Musu-Hull an^lo-amricain. Trs joli spectacle. L'neJes plus jolies salles de thtre de Paris.

    LES AMBASSADEUBS /w.w. *. ,n. i;(,

    AUX champs-lyskes, r.rk DRoufA'/i t;/t: seulement).

    TO U T 1' AUIcourt l't ;iuConcert des Ambassadeurs.Quand la nuit

    arrive, la fra-cheur v est dli-cieuse sous lesgrands arbres, il-luminas A giornoOn se croiraitdans un ^randparc. invite quelque fteroyale.Toutes les

    chanteuses- toiles dnient auConcert des Am-bassadeurs tousles chanteurs enrenom s'y fontentendre. C'est,en t, un coincharmant et trsparisien, un coindu Paris joveux

    I. "entre des Amba^ult-iirs.

    et bien vivant. Amusantes Revues. On dne aussi auCaf des Ambassadeurs {Voir Restaurant, p. .S).

    APOLLO22, RIE DE C'.ICMY

    J^lsichall et bal. Trs julle salle. Attractions di-1 verses.

  • i:\FKS-CONCEMS

    BA-TA-CLAN .1*1. n).

    50, BOULEVARD VOLTAIREEntre Avant-scne, 2 fr. J fr. l'iiuteuils d'nr*

    chestre, 1 fr. 5o l'rnmenuir, 1 fr.

    Lplus joyeux caf-concert du quartier Ju Temple.l'elites pices. Revues. Chansons. Spectacle vari.

    LE CASINO DE PARIS 7w,.- 1: tt (ri ;:il.

    l?. Kl- t. I.XNCIIL. l'i. PIK IK-.I.ICHV.

    l-'autvuils, 4 fr. et 5 fr. Loges, fi fr. l'romewiir,Ji fr. ~'ndrrd 7')MrM/fC

  • CAFS-CONCKRTS

    I

    encorbellement inondes des lcuxtdc lampadaires do-rs. Au milieu de la salle,autour de petites tables, desgroupesdespectateurs venusensemble pour s'amuser.

    Kt ils s'amusent vraiment, car le Casino de Parisorlrc toutes les attractions les plus diverses Joliesfemmes sur la scne et dans la salle, ballets somp-tueux avec bataillons de danseuses dlicieusementhabilles et dshabilles, numros extraordinaires.

    L'ELDORADO (PI. 3g).3, HOl.LEVARD DE STRASBOURG, EN FACE DE LA S1ALA

    Prix des places 2fr. 5o 4. fr. Promenoir 1 fr. Su.

    Chansons et oprettes. Lus Kc\ues de l'KIdorado

  • CAFfeS-COXCEBTS

    sont trs Routes du public et attirent la l'oue. Lechanteur comique Dranem s'y fait entendre.

    A 4 heures, apritif-concert.

    FOLIES-BERGRE (IM. 33;. nin,h,c /

    3. hi:e pichf.p>Famr44 iHl'roiiit:3>I tb

    Folies-Bergre, avec leur jardin d'hiver, l'exlrcmiic duquel est install un orchestre, et o

    des petites tables sontdissmines sur un ta-

    pis moelleux quiremplace lefrais gazundes pelou-ses avecson prome-noir circ u laire(oui autour de lasalle de

    spectacle,ses loges etses galeries,

    deuxpas du boule-vard, les Kolics-liergre sont fr-quentes par tousceux qui trou-vent la vie trop

  • CAKS-r.ONf.ERTS

    courte pourla^pas-ser s'ennuver, etqui veulent rgalerleurs yeux par lavue trs prochedes plus belle,filles de Paris.On s'y divertit.

    on s'y arnusc au-tant par les scnesqri se jouent dansles loges, dans Ic-

    promenoir et lejardin, que par le

    spectacle vari quise droule sur lesplanches Revuesirsdshabillcs, ballets feriques, attractions varies.

    L'aristocratie du demi-monde ne ddaigne pas les

    loges des Kolies-Bcrgre, et il est tels soirs o l'on

    peut promener sa lorgnette sur tout l'armoriai de lahaute galanterie parisienne admirer les dames dela Croix-Nivert, les marquises de la Crme-Fouette, les Alice du Sainl-Ksprit, les Suzannede Zara, les Manon l.ati, les Andre Lalvanche. les

    Magdeleine de leauregard, les Lottas, les Diane etles l'hrvn, noms de guerre qu'elles arborent en

    partant pour les croisades d'amour.Les Folies-IJergrc sont parvenues runir tous

    tes genres, depuis le cirque, avec les animaux sa-vants, jusqu' l'opra comique, avec ses beauts, etla comdie-vaudeville, avec ses amusantes rcruesmles de couplets plus ou moins grivois.

    Les revues sont avant tout un prtexte pourexhiber de jolies femmes dans le dshabill le plussuggestif

    Pendant l'enlr'.icte.

  • "CAFS-COXCERTS

    Les enir actes eux-mmes sont comme une suc-cession de tableaux vivants, une sorte de cinmato-graphe o dfilent toute ta vie galante et la vie noc-turne de Paris.

    L'odeur de la femmetrane partout et vous envahit,dominant celle du londrs, et l'on regarde, tourdi, cetroupeau de vierges folles passer en musique sur unfond de velours dor, coup de glaces, dans un tour-noiement ralenti de chevaux 'de bois.On regarde les hanches onduler dans les robes

    bordes en bas comme d'un remous d'cume parle blanc jupon qui dpasse la queue de l'toffe. On hennit , en suivant le tra\ ail souple de ces dos defemmes se coulant entre des poitrines d'hommesqui, venant en sens inverse, s'ouvrent et se refermentsur elles, laissant entrevoir, par les interstices desttes, des derrires de chignons allums de chaquect par le point d'or d'un bijou, par l'clair d'unepierre. Elles sont inoues et elles sont splendides,lorsque dans l'hmicycle longeant la salle elles mar-chent deux, poudres et fardes, l'il noy dans uneestompe de bleu ple, les lvres cercles d'un rougefracassant, tes seins projets en avance sur des reins

    sangls, soufflant des effluves d'opoponax qu'ellesrabattent en s'ventant et auxquels se mlent le puis-sant arome de leurs dessous de bras et le trsfin parfum d'une fleur en train d'expirer leur cor-

    sage.

    LE JARDIN DE PARIS (P1.37) (t seulement).

    CHAMPS-ELYSES,CTGAUCHE

    I Entre S fr. Jours de gale 10 fr. I

    Tous les soirs 8 h. i[i. Dimanches et ftes, ma-tines pour les familles 2 heures: Entre fr.

  • OA FS-CON CERTS

    tEsChamps-j.h-Les

    Champs-Kly-scs sont lc cen-tre de toutes lesattractions d't: ct du Thtre

    Marigny, les cafs-concerts, et ctdes cafs-concertsla danse

    Le Jardin de l'.iris a remplac Mabille, qui fut

    triomphe de la gaiparisienneetuniveselle, le sanctuai:du cancan appel aujourd'huiplus vulgairement

    chahutOller, le crateur de tant d'attractions parisiennes,

    Oller, le magicien, a su faire du Jardin de Parisun petit paradis o se promnent et dansent, pourle plaisir des yeux, les plus belles filles d'Eve dumonde.Autour du Kiosque monumental o trne un

    orchestre de 5o musiciens, les reines de !a danservlent aux trangers toutes les attitudes, toutesles poses, toutes les fantaisies et les audaces du

    cancan parisien. C'est une acrobatie savante quiveille, tout comme une danse d'Orient, des sensa-tions de volupt.Le Jardin de Paris ajoute quelque lois aux exercices

    de la danse des exercices questres et des scnes

    cinmatographiques.C'est un bal, un music-hall et un cirque.

  • AFfs-rON' FUI1-

    MARIGNY-THATRE l'I

    M.\H!'\ HAMPS-K1.YSKFSi En t seulement)

    l."Xes, 0 fr. fauteuils, ."> fr. Promenoir extrieur etintrieur. Hntre, .' fr.

    t trs L'entil petit thtre,une vritable bonhmi-

    nireen pleins (^hamps-Kly-ses, sous la fracheur desgrands arbres, et au milieudes Heurs.

    Tout un rgiment de joliest'emmes se montrent ensem-ble (dans la Kevuc), ou suc-cessivement aux veux du

    public.uPond-armeMM^s. t1. Et le spcclacle est cfialc-

    ment dans la salle. dans les

    loges, dans le promenoir. o les pripatticiennesdu grand houlc\ard se montrent dans toute leurbeaut et dans tous leurs attraits.

    LE MOULIN-ROUGE il'l. *).

  • CAFS-CONCEPTS

    y Olympia,c'est les Kolics-ltTjjtrc et le Casino

    du boulevard. Il complte ou plutt il commencela trilogie des Grands Music-Halls parisiens.

    Beaucoup de boulevardiers ne pourraient pas dor-mir s'ils n'allaient passer une partie de leur soire ences lieux fortuns. Tous trois ont un aspect diff-rent et une clientle fminine spciale au Casino.c'est la vieille garde , les femmes arrives ou quiparaissent l'tre, qui trnent dans les loges dupourtour; aux KoSes-Bergrc, ce sont les vraies

    petites bergres qui trottent menu la recherchedes moutons, toujours faciles tondre. A l'Olympia.ces damessont entredeux . (.l

    sont telles pc-tites minette^familires qu:font ronron.et vous de-mandent avecun tendre tmiaulementde les mettredevant unesoucoupe,mme devantplusieurs.Elles poussent le client la consom-mation. Autouid'une petite table, les alliances , les unions , les mariages

    pour employer les termes Lcntri-ede roiympia.

  • r.AFJS-COSCEHTS

    propres des petites annonces du Journal se

    font plus facilement.Mais entrons. Aussitt les portes capitonnes

    de cuir franchies, c'est un coup d'oeil dlicieux, undcor riant et gai, bleu et or, comme un rve de

    jeune fille. On foule des tapis qui mettent commeun lit de mousse sous vos pas. On marche entre desalles de fleurs, comme au pays d'un ternel prin-temps. Les loges drapes de peluche bleue et or,

    [il lam 4soli> tlofc il hiltulli-im-iudofigurantes).

    les avant-scnes d'une richesse orientale, sont sus-pendues en immenses corbeilles pleines de Heursaussi, mais de tleurs vivantes, de fleurs de chairqui palpitent, de tleurs aux roues lvres, toujoursprtent s'ouvrir aux baisers. Dans ce cadre splcn-dide, dans la joie et la clart de cet lgant dcor opleut la lumire, le spectacle a quelque chose desomptueux comme le sicle de Louis XIV, et degalant comme le rgne de Louis XV.

    Il fallait cette richesse et ce grand clat dans la d-coration pour faire de l'Olvmpia le vrai sanctuaire decet art si charmant de la danse et ydonner ces feri-ques revues qui font filer sous tes yeux des spectateurstout le bataillon de Vnus.

  • i JUKS-OONCERTS

    PARISIANA (l'I. 40). nuph, im-ko.

    27, BOULEVARD l'OISSONSIKE

    Tous les soirs H h. 1 12. Prix des places Avant-t-scnes ire y-de-chausse ), 7 francs' Avant-scnes1 balcon,, 0 francs

    Loges (rc\ -d-chausse), fi francs.

    Fauteuils d'orches-tre, 1 r'~ srie, 5 francs

    Fauteuils d'orcliestre, 2' srie, y fr..5".

    Fauteuils ( balcon trservs, J fr. 5o;2'' srie, 3 francs Fauteuils < galerie f,2 francs: SI al les,1 franc: l'rotne-nnir, 2 francs.

    Lt promenoirn'est s-

    pare du boulevardque par une portire.

    La salle est toute fra-che, toute pimpante, etoH're un coup d'il char-mant avec ses logesdcouvertes, o trnentde belles lilles \enues lapour ollrir l'hospitalit parisienne aux nobles trangers.Sur la scne, les reines de la chanson franaise, de la

    chanson joyeuse, des couplets aux gais refrains, auxsous-entendus suggestifs.

    I.e spectacle-concert se termine par une Revue, quiest une vritable revue, un long et dlicieux dfil desplus jolies Parisiennes qu'on puisse dsirer, dans descostumes qui sont des pomes de grce et d'amour.

    LE PETIT-CASINO [PI. 45).

    i. BOULEVARD MONTMARTRE

    Tuus les jours, entre 4 et 6 h., rptitions publiques

  • OAFS-COVCERTS

    avec orchestre; entre libre. Boch, o Jr. 5o. Prix des places, semaine (le soir) Chaises, i franc iFauteuils d'orchesu e, i fr. 5o. Dimanches alfles Chaises, i fr. 25 Fauteuils d'orchestre,2 francs. La consommation est comprise.

    C'estle caf-concert, le caf concert vieux jeu, tel

    qu'il se rencontre encore dans les villes de pro-vjnee. Install en plein boulevard, on y entend tour tour le couplet sentimental, le couplet patriotique, lecouplet militaire, le couplet faubourien et le couplet gri-vois. Il y en a pour tous les gots et pour toutes lesoreilles. On passera un moment agrable dans cettejolie salle, voir dfiler les petites disettes, surtoutattrayantes par leur costume raccourci le plus pos-siblestAu Petit-Casino, l'apntif-concert se prend pendant les

    rptitions. Le spectacle est original.L'tranger peut ainsi s'initier au v. imstres des petites

    scnes parisiennes et se li\rer des comparaisonspiquantes sur les artistes habilles et dshabrlles.

    PRINTANIA (PI- !O4)(t seulement). rsi-tt'ists-e >

    AVENUEDE LA CRANDE-ARME,PORTEMAILLOT

    Matines (2 h.), ofr.So. 1 franc te soir, et 5 francsavec le dner.

    Vastemtisic-garden o, sous les ombrages, 12000 spec-

    tateurs sont l'lise pour assister au ferique spec-tacle.Sur une scne spcialement amnage, tour tour,

    thtre, cirque, piste arne, hippodrome. etc., etc., se

    succdent sans relche chaque reprsentation, 25 nu-mros sensationnels, chanteurs et comiques en vogue,acrobates audacieux, chevaux dresss, lphants mimes,phoques jongleurs, lions, ours, etc., etc.Tous les jours, deux reprsentations par tous les

    temps.Un restaurant ayant vue sur le spectacle a t install

    dans Prinlania.Le service est bien fait et les prix sont accessiblesd

  • CAFS-COSr.F.KTS

    tous Djeuner, .< fr. 5. Dincr. 4 francs. Vin cl (Sa/compris. On pjut Oralement se faire servir i< laoric.

    LA SCALA d'I. isi.

    I 3. lt'M"L!AHi) [)F. STRASBOrFO.

    T'jus les S"irs j Xheures. l'rix des places

  • .Ar-t- >-i..iNck 1S

    S mce joyeux boulevard de Strasbourg, qui, dans le

    voisinage des grands boulevards (Sl-.Martin et St-Denis), compte tant de caf> et de brasseries, les unsavec orchestre, les autres avec chanteurs et divettes.presque en face de son riva!, l'KIdnrado, la Scala est lefirmament o voluent les grandes toiles du concert.

    La salle, restaure, lgante, blanc et or, a un aspecttrs #ai et trs riant, avec ses rangs de galeries sup-rieures et ses loges dcouvertes du rez-de-chausse, os'talent dans tous leurs atours, dans leurs corsages dedentelles ou de soie. les demi-mondaines de hautemarque.

    La scne est pimpantc, les dcors sont ravissants, etl'on ne peut rien rver de plus frais, de plus suggesttfpour l'il que tous ces costumes, qui souvent n'ensont pas, et dshabillent avec un art savant la collectiondes jambes les mieux faites de Paris.

    La Scala est un thtre de femmes et Je pices femmes, de revues o dtile tout le charmant bataillonde Cythre se livrant de fines escarmouches avec lesmonocles et les jumelles des loges.

  • Dansla loge de la divetle.

    Les cafs-concerts et les cabarets qui suivent sontsecondaires. mais cependant trs curieux voir. Nousles avons placs par quartier afin que l'tranger puisse,

    en une seule soire, en visiter plusieurs.

    fiu Centre de parisLE BRUYANT ALEXANDRE iPl. io5).

    41), BOILI.YARDSAINT-MARTINEntre libre. Consommation de 5o cent, 5 fr.

    Poteet chansonnier qui faisait jadis la gloire et la

    joie de Montmartre, est descendu ici pour gayerle Boulevard du Crime .

    Alexandre chanta dans les rues et les cours de Paris,avec Kugcnic Bullet, au protit des blesss de Madagascar.Alexandre est un lve de Bruant, dont il porte le cos-

  • CAFS-COSCEHTS

    tume veston et pantalon de velours noir, chemise deflanelle rouge.

    On est accueilli chez Alexandre par les mmes en-gueulades que chez Bruant, c'est trs grossier, mais il

    y a des >;etis qui aiment a.Alexandre, avec toute la salle, salue ceux qui entrent

    du refrain clbre Oh la la c'ie lte c'te binetteOh la la c'iegueule qu'il a

    I.e monsieur ou la dame qu'on apostrophe de la sortefait en elfet une singulire binette . Si c'est un mon-

    I.e luinant Alexandre tl;ins son rjUTloire

    sieur g avec son fils, Alexandre l'annonce l'n ma-

    quereau et son petit Si ce sont des James qui ne sont

    plus de la premire fracheur, il les dsigne Voyezles pucelles . Annonant deux messieurs imberbes, l'air de domestique entrant avec une dame, Alexandredit J'ai l'honneur de vous prsenter deux cochers defiacre avec leur jument. Si vous parlez, Alexandrevous apostrophe Tais-toi, s.ilaud

    Alexandre a une voix de stentor; il est gras et fraiscomme un moine de Thlme. Tous les matins, a2 heures, il repart avec sa voiture pour la campagne. Hne rentre Paris qu' neuf heures du soir.

  • CAFS-CONCERTS

    LE CARILLON {PI 107). TMphmt 101-so.

    30, boull'napd bonne-nouvelle

    Dimanches etfStes, malines 3 heures.

    Tous lessoir, 9 heures, les potes-chansonniers dans

    leurs uvres Marcel Legay; Xavier Privas, princedes chansonniers i Eugne Lemerder; Charles Fallot;Vincent Hyspa;

  • rAFF.S-r.ONCEPTS

    CAF DES GALERIES ST-MARTIN l'I 53)

    S. h II' Ml"i S\l\ I-MAI' ilS.

    Entre libre.- liuck, o/r. 65. Dimanches et fles, lesnir. i fr. Ouvert de li heures du snir 2 heuresdu matin

    U> des plus joyeux etpi us caractristiques cafs-concert s

    populaires et faubouriens. Grand hall avec galeriecirculaire laquelle on monte par un escalier en colima-on. C'estde la paierie qu'il faut voir le spectacle, qui estdavantage dans la salle que sur l'estrade Je planches qui

    Une>cned,- Km, gosses.dcs mi-litaires, leur

    sabre entre les jambes, enlaant la taille d'une petitebonne, d'une payse .

    A l'entre de la galerie, assis derrire un billardmaill de consommation, les artistes en costume, leschanteuses en maillot ou trs dcolletes, attendent leurtour de descendre l'escalier et de monter sur l'estrade.Ce foyer public est bien amusant pour un observateur.

    CONCERT PARISIEN (l'I. io(i).

    37, FAUBOURG SAINT-DENIS ET RUE DK l'CHIQLIKR, IO

    Spectacle-concert .V h. 1,2. Prix des places avec

    sert de scneaux chanteurs,aux chanteu-seset aux dan-seuses enmaillot rose.A ct defemmes enncheveux, descocottes cha-peautes ladernire mode.des mnagesd'employs aucomplet, avecbeau-pre,belle-mre et

  • CAFS-CONCERTS

    S

    consommation i fr. el o fr. bo. Matines jeudiet dimanche.

    Amisast,mais peu levant. Concert populaire. Chan-

    sons d'actualit, surtout chansons lgres. Publictrs mlang. Quelques bons bourgeois du quartier, ct de la jeunesse de l'asphalte du boulevard Montmar-

    Une scne ifc dishabill.

    tre. On peut y faire des tudes de murs, surtout dansla soire.

    CONCERT DE LA PPINIRE, \stali.ksen gnral dans la boutique ou l'arrire-

    boutique d'un marchand de vin. les bals-musetterunissent d'ordinaire le samedi soir et le dimanche

    aprs-midi les reprsentants de la colonie aincr-

    gnate et limousine de Paris compagnons charpentiers,maons, cimentiers, charbonniers, de solides gaillards,velus du large pantalon de velours, de la veste et du

    chapeaude feutre noir, tousanims du plus grand espritde solidarit, etn'admeltanigucreque le ParigotiPari-sient s'immisce dans leurs runions.

    Le tenancier d'un bal-musette est toujours un pays.L'orchestre se compose souvent d'un seul instrument

    une musette, qui a donn son nom ces sortes debals qui sont aussi originaux que pittoresques. L'trangerne regrettera pas d'tre all jusque dans une des rues les

    plus populaires et les plus curieuses de Paris. derrirele Panthon, chercher le

    BAL-MUSETTE DE LA RUE MOLFFETARU

    Samedis et Dimanches. 20, rue XfuujfL'tarJ.

    Installau fond d'une cour, derrire la boutique d'un

    marchand de vin, qui tient galement en dpt des

  • BALS DE BARRIRE

    produits d'Auvergne, tels que salaisons, andouilles, etc.Les compagnons charpentiers et les hptes (ouvriersmaons) du quartier Maubert viennent l danser labourre avec x la payse , tout en absorbant des litres seize. Tantt un biniou domine de ses notes aiguset mordantes le vacarme que font les gros souliers ferrsfrappant frntiquement le plancher; tantt un accordonfaubourien reprend toujours le mme air auvergnat,naf et dolent, voquant tant bien que mal la cornemusedu pays natal, surtout si l'instrument possde une cre-vasse dans son soufflet.Les femmes que l'on rencontre au bras des compa-

    gnons sont pour la plupart de fortes et opulentescratures, caractrisant merveille la race dbordantede sve dont elles sont issues, surtout excessivementbelliqueuses, et se livrant entre elles des crpages dechignon redoutables.

    AUTRES BALS-MUSETTES

    Les autres bals-musettes offrent un tableau et desscnes peu prs pareils; voici les principauiBal-Musette, rue Myrrha, frquent par les Auver-

    gnats.Bal-Musette, rue Polonceau (Auvergnats).Bal-Musette, rue de la Chapelle (Auvergnats).Bal-Musette, rue Coustou (Auvergnats). Dimanches

    et ftes, lundis, jeudis, samedis. Rue de la Tappe,i5, 21,41, et 8 (gens du quartier, Limousins, Auver-gnats, quelquefois des militaires. Public paisible,dsordres rares).Bal des Savoyards, boulevard de la Chapelle (Sa-

    voyards).

    LES BALS DE BARRIRE

    Sousce titre, nous donnons ici la nomenclature des

    bals populaires. Il existe encore quelques balsde barrire, frquents par des filles, des soute-neurs et des repris de justice, parmi lesquels il estdangereux de s'aventurer sans tre accompagn,

  • BALS DE BARRIRE

    de prfrence par un agent de la Sret en bour-

    geois. Les jours les plus curieux sont le samedi etle dimanche.

    LE CASINO DU XIII" (PI. 84).

    igO, AVENUE DE CHO1SY.

    Samedi, dimanche, lundi et jeudi. Entre 1 fr.o fr. r o par danse.

    Typedu vrai bal populaire, du bal ouvrier. Install

    dans les dpendances d'une boutique qui abrite tousles matins le commerce d'une marchande de caf au laitet de chocolat. Les murs sont dcors d'une couchede peinture lie de vin sur laquelle se dtachent dessilhouettes japonaises. Surcette boutique s'ouvre la salle,assezgrande. L'orchestre contrebasse, violons, pistons,est au fond sur une estrade. A gauche, des glaces refl-tent les groupes de danseurs de l'autre ct sont ins-talles les tables o l'on consomme.A ct de J'ouvrier dcent et de la petite ouvrire

    gentille, qui travaille dans le jouraux usines de l'avenuedeChoisy etdes entrons, et qui vient danseren cheveuxet en robe d'indienne, on rencontre le souteneur duquartier des Gobelins et de la Butte-aux-Cailles, coiffde la casquette plate, assez semblable la schapska russe, car la casquette plate a remplac la casquette trois ponts, et qui s'en vient flneur, les mains dansles poches, regardant d'un mauvais il le pante (bourgeois), car la mar'n!7e est son poste, et c'estelle qui a ouvert, l'une des premires, le bal, enattendant le client srieux.Le Casino du XIII" est une souricire trs surveille

    par les agents des murs.Le dimanche aprs-midi, quelques noces ouvrires

    les nouveaux maris, assez semblables, dans leurs habitsde crmonies, aux marionnettes de nos tirs de foire,viennent y consacrer leur hymen peu de frais la polkades Anglais a remplac, il est vrai, la marche nuptialede Mendelsshon, et ce n'est pas prcisment dans lalangue de Racme que ces gens se communiquent leursimpressions; mais ils dansent vigoureusement, et ilsne redoutent pas les critiques de la galerie, car la tenue

  • BALS DE BARRIRE

    et l'lgance ne sont pas ce qui proccupe les habitus,dont le costume ordinaire est peu prs Invariablementcompos de la cotte de lustrine noire et du pantalon deretours pied d'elphan t.

    AUTRES BALS DE BARRIREa

    La Tte de Cochon, boulevard de Mmlmontant.Bal Anison, route de Flandre, angle de l'avenue de

    la Rpublique, Aubervilliers (frquent par des sou-teneurs et des filles de la localit, plaine Saint-Denis,Pantin, etc.).Bal de la Boule-Rouge, plaine Saint-Dents,

    avenue deParis, z, le dimanche de deut heures minuit(voleurs).Bal des Alsaciens, route de Flandre, 16, Pantin

    (majeures partie des Allemands).Bal des Ours, rue du Landy, Aubervilliers, prs

    le pont de Soissons (majeure partie des Italiens).Bal du Balcon, passage Thierr (assez mal fr-

    quent).Bal Coriolis, rue Coriolis (mal frquent et mal

    rput dans le quartier).Bal la Grce de Dieu, 7, rue de Flandre (soute-

    neurs et voleurs).Bal des Deux-Canons, i38, rue de Flandre (mme

    clientle).Bal Jolivet, rue Guisarde (rendez-vous de malfai-

    teurs et souteneurs).Bal de la rue Lecourbe, prs du boulevard Garibaldi

    (mal frquent).Bal de Gravilliers, rue des Gravilhers (un des

    plus connus et surtout frquents par des malfaiteurs,souteneurs et filles de bas tage).Bal de l'Alcazar, place d'Italie. Samedi, dimanche,

    lundi et jeudi. Entre 1 fr.

  • lies JBpasseries de femmesavlz-vocs t dans les joyeux quartiersde Paris, Montmartre, au QuartierLatin, aux Halles? On y trouve aussides tablissements qui ont tout l'air debrasseries ou de cafs ordinaires, maisdont les devantures ont des vitrauxopaques ou des rideaux discrets. Leurporte s'entrebille rarement, et riende l'extrieur n'indique quelque chosed'anormal, sinon, souvent, l'enseigne

    qui rclate que la patronne de cans est Mme Jeanne ouEmma, etc., et que le service est fait par des damescostumes .Dans ces tablissements ultra-naturalistes, on boit des

    bocks comme partout ailleurs, mais on fait aussi desconqutes, et quelles conqutes Tout un harem de filleshves et fltries, recrutes par une matronne, qui estla plupart du temps une ancienne fille retire desaffaires 1Accoutres d'affriolants costumes qui souvent n'en

    sont gure, elles se prsentent au client, l'invitent ett'excitent boire, ses frais naturellement; elles-mmess'excitent par Jes alcools impurs, et bientt, dans uneatmosphre empuantie de tabac, l'ivresse et l'amourse confondent potiquement!Prs des grands boulevards, les brasseries de femmes

    les plus curieuses sont celles du n 16 de la rue Blondel(Les Vlos) Bock o fr. 3o.Autre consommation, ofr. j5.En cabinets particuliers Champagne, 12 15 fr.; laBrasserie des Sirnes, 86, faubourg Poissonnire, tenuepar Mlle Marthe, du Moulin Rose (service fait par de charmantes dames costumes (bock:o. fr. 3o); leMoulin Ros, 12, rue Mazagran; la Taverne orientale,94, rue de Bondy,A Montmartre, citois les brasseries du Coucou,

    go, boulevard Rochechouart; du Son-Bock, 2, rue Dan-court du Chardon, 2T, rue de la Nation L'As dePique, rue Brey (prs l'avenue Wagram).

  • BPASSEUIFS I)F. FEMMES

    Au Quartier Latin Les principales brasseries sontla Hrassene Lyonnaise, i3, rue Monsieur-le-Prince; duCygne, 57, mme rue: du Coucou, 65. mme rue; duFuret. s, rue de Vaufiirard; du C'>q-llardy, 10, mmerue: du C~J~~ /)t

  • 5oupeurs et SoupeusesAPRSLES SPECTACLES

    Ala vie dans les thtres, les cafs-concerts, lesmusic-halls et les bals, succde, de minuit

    4 heures du matin, la vie dans les grands restaurantsde nuit la haute noce.

    Abbaye de Thlmeil'I. 94), 1, place Pigalle (V'oirp. i5q).

  • SOI'PEI'RS ET SOt'PEt'SES

    CAf AJV1F^l C/VI ]M

  • SOI'PF.I HS FT SOI PF.USES

    9

    tout clatant de lumires, tout illumin par les nuitscorinthiennes de Paris!

    L'orchestre verse ses mlodies amoureuses, les fleursmlent leurs odeurs aux odeurs de chair, et le Mot etChandon saute de joie dans les coupes de cristal. L'as-

    pect de ce grand et beau salon a quelque chose de prin-cier et de seigneurial. On se croirait l'invit, l'hte d'unprince artiste et amoureux, prenant son plaisir runirautour de lui, au lieu de soldat, tout le bataillon de'-ythre, les femmes les plus ornes, les plus dsira-bles et les plus prenantes de Paris.

    Le coup d'il du grand salon de l'Amricain entreune heure et deux heures et demie du matin est unferique spectacle nocturne

  • SQUPI.URSETSOUPKUSES

    CAf BE f ARIS (PU 88).

    41, AVENUS UE I.'OPRA

    Installation"et dcoration trs parisiennes. Ouvert

    toute la nuit, trs anim la sortie des thtres, ren-dez-vous des grandes actrices. Trs curieux voir lanuit du rveillon. Cabmets particuliers.

    Marmades d'anguilles, 1,50 -Salades de crevettes. 0,75.Saumon tume. 2 fr Tomates Odessa 0,60. Po/a