P701058 credialogue ... Crédialogue n 84 oCTobre-novembre-déCembre 2016 03 Baya...

Click here to load reader

  • date post

    26-May-2020
  • Category

    Documents

  • view

    1
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of P701058 credialogue ... Crédialogue n 84 oCTobre-novembre-déCembre 2016 03 Baya...

  • credialogue

    BELGIQUE-BELGIË

    BRUXELLES X

    P.P. 7 1038

    P701058

    l’effet coopérative

    TrimesTriel d’informaTion de Crédal - n°84 oCTobre-novembre-déCembre 2016 crédal - Place de l’université, 16 - 1348 louvain-la-Neuve - Tél. : 010 48 33 50 - Fax : 010 48 33 59 - credal@credal.be - www.credal.be

  • Crédialogue n°84 oCTobre-novembre-déCembre 2016

    02

    en bref

    News Les échos du logement Dans un article paru dans le dernier numéro des Echos du logement, une publication de la Wallonie, nous vous parlons de nouveaux modèles écono- miques que Crédal expérimente avec certains acteurs du loge- ment pour contribuer à garantir à tous un logement digne, entre conception éthique du rende- ment, vision sociale et partena-

    riat avec les pouvoirs publics. L’article est disponible sur http://spw.wallonie.be/ dgo4/site_echos/

    News Nos micro- crédits professionnels garantis par le FEI Le Fonds européen d’investisse- ment (FEI) vient de renouveler pour 5 ans la garantie destinée à nos microcrédits profession- nels. Cette garantie est finan- cée par l’Union européenne dans le cadre du Programme pour l’emploi et l’innovation sociale (EaSI). Une bonne nouvelle qui nous permet de

    édito

    Il y a 32 ans maintenant, des citoyens visionnaires créent en Belgique une coopérative de finance solidaire, Crédal. À l’époque pourtant, c’est le creux de la vague : plus personne ne croit dans les coopératives. Mais nos fondateurs avaient eu le nez creux. Mus par la volonté de créer quelque chose de l’ordre du bien commun, ils se sont emparés du modèle, revitalisé et dégagé de tout ce qui l’avait alourdi – montage en cascade, banalisation, etc. – pour en refaire le bel instru- ment citoyen que la coopérative avait été. Finalement, c’est cette nouvelle coopérative entre autres rêvée par nos fon- dateurs qui est aujourd’hui en pleine effervescence. À ce titre, on est très fiers d’avoir été d’une certaine manière des précurseurs mais surtout, aujourd’hui, de soutenir et de fi-

    nancer ces coopératives citoyennes. Ce dernier Crédialogue de l’année sera l’occasion d’en découvrir quelques-unes et d’écouter Marthe Nyssens, professeure en économie sociale à l’UCL, nous dire à quel point cela s’inscrit dans un mou- vement social beaucoup plus large qui repense le monde d’une autre façon.

    C’est aussi l’occasion de vous souhaiter, au nom de l’équipe, de joyeuses fêtes de fin d’année.

    BerNard HoreNBeek directeur

  • Crédialogue n°84 oCTobre-novembre-déCembre 2016

    03

    Baya azouigh portrait

    Sociologue de formation, coach par passion, Baya prépare avec son amie Audrey Evrard le lancement du Papote Café à Namur, un espace convivial où les gourmands pourront s’arrê- ter, se poser, papoter tout en dégustant des produits locaux. Un espace chaleureux et cosy, un lieu coloré, mêlant la cha- leur du bois, des objets de récup’ décalés et des canapés pour flâner! Au programme : un espace enfants et des tas d’ateliers créatifs et citoyens.

    « L’idée de Papote Café est née de mon expérience de maman. Après avoir accouché de mon second, je me suis sentie fort seule à la maison, alors que toutes mes connaissances travaillaient. Après la naissance du troisième par contre, j’ai participé avec d’autres jeunes mamans à des ateliers et j’y ai retrouvé le plaisir de papoter dans un cadre chaleureux, enfants admis » se souvient Baya.

    Parce qu’elles ont rêvé le Papote Café participatif et collectif, les deux amies ont choisi de l’ouvrir en coopérative à finalité sociale. Au prin- temps dernier, Baya a suivi DoItCoop, un dispositif de formation et d’accompagnement à la création de coopérative organisé par Crédal. « Pour moi, travailler ensemble, c’est une vraie richesse. Nous avons inscrit comme objet social dans nos statuts le fait d’être créateur de lien social. Créer sous forme d’une coopérative était une évidence ». Et cette évidence est manifestement partagée par une belle petite collectivité à en croire le succès du crowdfunding lancé pour démar- rer l’activité en 2017 ! Envie de participer à l’aventure ? Le Papote Café recherche maintenant des coopérateurs. Qu’on se le dise…

    En savoir +

    http://papotecafe.wixsite.com/papotecafeparenthese

    News A vos agendas ! L’Assemblée générale de Crédal aura lieu le samedi 10 juin 2017. Au programme : présen- tation des résultats, discussion sur les projets à venir, dîner et autres festivités ! Un beau moment en perspective où nous espérons vous voir très très nombreux…

    poursuivre notre soutien aux indépendants qui se lancent !

    Nous avons inscrit comme objet social dans nos statuts le fait d’être créateur de lien social.

    Créer sous forme d’une coopérative était une évidence.

  • Crédialogue n°84 oCTobre-novembre-déCembre 2016

    04

    renouveau coopératif, effervescence citoyenne marthe nyssens

    interview

    Ces dernières années, on assiste à une formidable effervescence coopérative. En Belgique et partout dans le monde, des citoyens se rassemblent et décident de coopérer pour développer une acti- vité économique qui réponde aux be- soins de la communauté. Entretien avec Marthe Nyssens, professeure en écono- mie sociale à l’Université catholique de Louvain, qui nous plante le décor de ce renouveau coopératif.

    Où le mouvement des coopératives puise-t-il ses racines ?

    M. N. : Il ne date pas d’aujourd’hui ! Il plonge en réalité ses racines loin dans notre histoire : au XIXe siècle, des ouvriers dans les villes, des agriculteurs dans les campagnes, décident de s’associer pour développer des coopératives de consommation, des coopé- ratives d’épargne et de crédit, des coopéra- tives pour mettre en commun du matériel agricole….. Au cœur de ces coopératives des origines, trois dimensions se déploient. Une dimension économique en première intention : obtenir de meilleures conditions – de vente, d’achat, de production, de tra- vail, etc. La dimension sociale ensuite, qui n’est jamais bien loin : autour de ces mou- vements, une communauté de citoyens se développe et crée du lien social. Une dimen- sion politique, finalement, avec la volonté d’agir sur les normes collectives du vivre ensemble.

    Ainsi, les coopératives de consommateurs qui cherchent à agir sur les prix d’appro- visionnement en situation de monopole, les coopératives de producteurs en milieu agricole qui mutualisent leurs outils et la diffusion de leurs produits, ou encore les coopératives financières fleurissent à cette époque. Si ce mouvement a largement per- duré ensuite dans certains pays européens – l’Italie, l’Espagne, voire la France, où il est toujours resté un acteur socio-économique important – en revanche en Belgique, il s’est peu à peu étiolé. Il faut sans doute chercher les causes de cet essoufflement dans la « ba- nalisation » progressive des grandes coopé- ratives et dans leur recentrage autour de la seule dimension économique. Par exemple, dans le cas des grandes coopératives finan-

    cières, quand elles ont ouvert leur capital aux investisseurs particuliers, elles se sont détournées peu à peu de leurs dimensions sociales et politiques, ce qui a affaibli leur identité.

    Mais justement qu’est-ce qui fait une coopérative ?

    M. N. : Une coopérative, avant toute chose, c’est une entreprise, mais une entreprise qui se développe selon un modèle basé sur une gouvernance démocratique et se dote éga- lement d’objectifs sociaux et politiques. Tout comme dans les entreprises capitalistes, les membres y investissent – on prend des parts dans une coopérative – mais le pouvoir de décision y est démocratique et la rémunéra- tion du capital y est limitée. Le but n’y est clairement pas la maximisation du retour financier sur le capital investi. En outre, l’essentiel des bénéfices est en général af- fecté à des réserves collectives, elles-mêmes protégées par un « verrouillage des actifs » qui empêche que les actifs accumulés par la coopérative ne soient utilisés à des fins d’enrichissement personnel. En particulier, si la coopérative était dissoute ou convertie en un autre type, non coopératif, de société, les actifs nets accumulés devraient être dévolus au soutien d’une entité ayant une finalité si- milaire. Le socle de la coopérative est ainsi fondé sur ces « réserves impartageables » qui sont en quelque sorte – pour reprendre un concept fort mis en avant aujourd’hui – le commun de la coopérative.

  • Crédialogue n°84 oCTobre-novembre-déCembre 2016

    05

    Le dernier élément incontournable dans la définition d’une coopérative, c’est la double qualité des coopérateurs. Si vous entrez dans une coopérative, vous êtes certes investis- seur, mais vous n’êtes pas qu’investisseur. Selon, vous occuperez la double position de coopérateur et consommateur, coopérateur et producteur, etc. Et aujourd’hui, dans le mouvement émergent des coopératives ci- toyennes, coopérateur et citoyen.

    Les coopératives citoyennes, un renou- veau ?

    M. N. : Oui, le renouveau coopératif auquel on assiste ces dernières années est vraiment incroyable et passionnant. Cela foisonne de partout. Même il y a cinq ans, je n’aurai