Otto Dix : un peintre qui dénonce...

of 12/12
Otto Dix : un peintre qui dénonce l’horreur
  • date post

    10-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    220
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Otto Dix : un peintre qui dénonce...

  • Otto Dix : un peintre qui

    dnonce lhorreur

  • Lors du dclenchement de la premire guerre mondiale, le jeune Otto Dix, alors g de 23 ans s'engagea avec enthousiasme auprs de l'arme allemande. L'euphorie fut de courte dure. La vision de la guerre fut un rel traumatisme pour l'artiste; traumatisme reprsent dans de nombreuses uvres dont principalement une srie de 50 gravures intitul Der Krieg (La Guerre) (1924)

    En 1925, sa peinture The Trench montre le corps dcompos d'un soldat

  • Description de l'oeuvre - Les personnages : Trois personnages assis autour dune table, jouant au skat (jeu de cartes allemand). Les trois anciens combattant qui en garde de nombreuses squelles, comme des membres en moins remplacs par des prothses en bois. Ces visages avec de lourdes squelles : "Les gueules casses , Deux dentre eux : fausses mchoires , lautre na plus doeil et son visage est dform du fait quil lui manque un bout de chair .

    Ce personnage porte la croix de fer allemande. Le personnage na plus de peau autour du cou, tandis que son voisin possde un tube sortant de sous son oreille manquante, sorte dappareil auditif.

    Paradoxe, la scne est claire par la mort, prsente dans la lampe...

    La scne semble en dsordre, des bras, des jambes sont dans tous les sens, comme si les personnages taient dsarticuls. Il n'y a pas de valides dans le tableau, Comme si ces hommes taient marginaliss, mis hors du monde,

    Ce tableau nous montre les horreurs de la guerre. Les personnages sont tous des mutils de guerre, des gueules casss. Ils ont des prothses la place des mchoires, des jambes etc La guerre semble leur avoir retir toute humanit. Ces hommes sont coups du monde, exclus de la socit.

    LES JOUEURS DE

    SKAT

  • Rtable triptyque : La Guerre dOTTO DIX

    Prdelle

    Partie 2 Partie 1 Partie 3

    VOIR FICHE 7

  • Fiche didentit uvre

  • Qu

    est

    -ce q

    uun

    reta

    ble

    ?

  • Inspirations

    Mouvements de pense

    Il est inspir par le futurisme et

    lexpressionnisme, deux mouvements

    artistiques. Il participa au

    mouvement Dada.

    Pour sa prdelle, Otto Dix sinspire dune peinture de Hans Holbein (peintre et graveur allemand du XVIme sicle) : Le Christ mort , 1521. Cette rfrence montre que Dix envisage le soldat comme un Sacrifi, un martyr.

  • Panneau de gauche : soldats en armes portant sac au dos) tournant le dos aux spectateurs et marchant dans la brume, ainsi ils forment une arme humaine sans visage et sans identit, masse aveugle avanant d'un mme pas vers une mort inluctable,

    Panneau central : Arrire plan du panneau central : ruines : restes de maisons croules ou calcines, paysage dsertique sans trace humaine, vocation des ravages causs par les

    bombardements (comme Verdun).

    Au premier plan , la tranche avec ses horreurs : (en bas droite) un amas de corps dchiquets

    et viscrs (bombardements) surplomb par un cadavre aux yeux vides, la bouche ouverte d'o

    jaillit un vers et la peau parseme de pustules qui voquent tout la fois le Christ de Mathias

    GRNEWALD mais aussi les conditions d'hygine abominables dans lesquelles ont vcu les poilus

    dans les tranches (maladies, pidmies).

    Au dessus de cet amas de viscres et de corps flotte un squelette empal sur des restes

    architecturaux (rfrence au christ crucifi) et qui dsigne de son doigt la mort et la barbarie

    qui s'entassent plus bas. Quasiment invisible, gauche de l'image un unique survivant assiste la

    scne, statufi par sa cape qui le prive de ses bras (et donc de toute action), visage et regard

    dissimuls sous son masque c'est un personnage passif et sans identit, ptrifi par l'inhumanit

    dont il est le spectateur, il est son tour comme priv de son humanit

    Panneau de droite : autoportrait, Otto DIX se reprsente en sauveur transportant dans ses bras un soldat bless. Ce personnage de sauveur se distingue de tous les soldats reprsents dans le triptyque : c'est le seul qui fait face au spectateur et qui avance dtermin vers le premier plan, le seul aussi qui possde la capacit de voir. Enfin il est galement l'unique personnage de cette scne qui ne porte pas l'uniforme complet du soldat : ni casque, ni masque, ni arme, ce "sauveur" avance dcouvert ne craignant pas l'attaque ennemie.

    Prdelle : Panneau infrieur au format rectangle allong : un caveau ou un cercueil collectif : des soldats allongs comme le corps du Christ mort reprsent dans la prdelle du retable d'Issenheim

  • CO

    NC

    LU

    SIO

    N

  • Otto Dix, Lichtsignale (Signaux lumineux), 1917, gouache sur papier, 40,8 x 39,4 cm Reprsentation de la dshumanisation des corps et la bestialit de la mort : La guerre, cest le retour lanimalit : la faim, les poux, la boue, ce bruit infernal En regardant les tableaux dautrefois, jai eu limpression quon avait oubli un aspect de la ralit : la laideur, indiquait Dix. Insistance tout particulirement sur les visages et sur les mains des morts rvlant, lexpression de la souffrance des corps devant la mort.

    Danse des morts

  • Peinture de la rue de

    Prague ddie mes

    contemporains Cest une dnonciation de la guerre avec ici les squelles, les consquences sur deux mutils, appartenant aux deux extrmits de la classe sociale allemande, un mendiant et un bourgeois, Regard sur lAllemagne des annes 20. Limage du mutil que les journaux vhicule est horriblement dfigur. Les revues pacifistes publiaient rgulirement des photos de visages ou de corps ayant perdu apparence humaine, amputs dun ou plusieurs membres comme ici, Les mendiants na plus quun bras et le bourgeois na plus de jambes. Dans lentre deux guerres, les vitrines de la rue la plus anime de Dresde, mlent accessoires de modes, prothses ; sur les trottoirs, les mutils mendient ou vont firement sur leur chariot alors que le monde normaux , au dessus deux, les ignore. Ils sont marginaliss moralement et physiquement. Ainsi, les gens den haut, en les ignorant, oublis les horreurs de la guerre. Une poque o lextrme droite nazi menace la paix avec sa volont de revanche et son antismitisme tals.