Origines de l'Estampe - Louvre

download Origines de l'Estampe - Louvre

of 21

  • date post

    10-Apr-2016
  • Category

    Documents

  • view

    216
  • download

    0

Embed Size (px)

description

Les origines de l’estampe en Europe du Nord 1400-1470.

Transcript of Origines de l'Estampe - Louvre

  • 1

    Dossier de presse

    Exposition du 17 octobre 2013

    au 13 janvier 2014

    Aile Sully, 2e tage, Salles 20 23

    Les origines de lestampe

    en Europe du Nord

    1400-1470

    Sommaire

    Communiqu de presse page 2 Prface de Xavier Salmon page 4 Parcours de lexposition page 5 Liste des uvres exposes page 9 Visuels disponibles pour la presse page 18

  • 2

    Communiqu de presse

    Exposition

    17 octobre 2013 -

    13 janvier 2014

    Aile Sully, 2e tage, salles 20-23

    Direction de la communication Contact presse

    Anne-Laure Batrix Cline Dauvergne celine.dauvergne@louvre.fr - Tl. 01 40 20 84 66

    Les origines de lestampe

    en Europe du Nord

    (1400-1470)

    Lapparition de lestampe en Occident constitue un phnomne majeur de lhistoire et de lhistoire de lart. partir de 1400, artistes et graveurs exprimentrent diverses techniques permettant par limpression dune matrice grave et encre sur un support de crer et de diffuser des images multipliables lidentique. travers un choix de 83 uvres, lexposition montre la diversit des thmes illustrs. Support et instrument de la dvotion du temps, la gravure a aussi servi des sujets plus audacieux, comme celui du dsir charnel ou des scnes de genre dont la teneur nous apparat aujourdhui encore bien familire.

    Si les estampes circulrent trs vite partout en Europe, les rgions germaniques en furent le foyer principal, bien avant que cette invention ne ft transpose dans le domaine de limpression des textes par Gutenberg vers 1450. Lexposition traite de lapparition de ce phnomne en ltudiant sur une priode de 70 ans, jusquau dbut de la carrire de Martin Schongauer, graveur rhnan qui changea fondamentalement le statut de lestampe au sein des arts. En runissant pour la premire fois deux fonds majeurs en France et en Europe la collection de la Rserve du dpartement des Estampes et de la Photographie de la Bibliothque nationale de France et la collection Edmond de Rothschild du dpartement des Arts Graphiques au muse du Louvre elle met en lumire les diffrentes tapes de lvolution de lestampe, ses acteurs et ses modalits de production, ses rapports avec les autres arts et ses usages.

    Commissaire de lexposition : Sverine Lepape, conservateur, responsable du service de l'estampe ancienne et de la Rserve, dpartement des Estampes et de la Photographie, Bibliothque nationale de France.

    Confrence de prsentation de lexposition par Sverine Lepape Lundi 4 novembre 12 h 30, lauditorium du Louvre

    Publication Catalogue de lexposition, de Sverine Lepape, avec Kathryn M. Rudy. Codition Le Passage / muse du Louvre ditions. 160 p., 120 ill., 28

    Exposition organise par le muse

    du Louvre en partenariat avec la

    Bibliothque nationale de France.

    Vierge lEnfant, xylographie colorie, vers 1420-1440, Souabe, 282 x 200 mm, BnF, Estampes, rserve Ea-5 (4)-bote. (cat. 13) Paris, BnF

    Projections

    Tous les jeudis de 10h 17h.

    Salle audiovisuelle / Entre libre Bruges 1434

    Film documentaire, ral. : Jean-Loc Portron, Fr., 2002, 50 min, coul. Les Foyers de la cration . Production ARTE France / muse du Louvre / Palette Productions.

    Lundi 28 octobre 18h30. Auditorium Prsent par Bertrand Renaudineau et Grard Emmanuel da Silva Le Chevalier, la Mort et le Diable

    (Albrecht Drer)

    Ral. : Bertrand Renaudineau et Grard Emmanuel da Silva. Fr., 2009, 35 min, coul. Collection Impressions fortes

  • 3

    Exprimentation technique En moins de soixante-dix ans, les graveurs mirent au point les deux grandes techniques qui restent encore aujourdhui celles employes par les artistes, la gravure en relief sur bois ou xylographie et la gravure sur mtal. Les premires estampes naquirent donc dans un contexte de bouillonnement exprimental incroyable, dont lexposition souhaite rendre compte en montrant ensemble des uvres fort diffrentes par leur esthtique. Le succs de ces images multiples fut assurment au rendez-vous, comme en tmoigne la large circulation de motifs passant de la xylographie la gravure sur mtal, la copie de thmes populaires, comme celui de la Crucifixion ou encore des astuces techniques permettant de produire partir dune mme matrice diffrentes saintes en srie. Cette exprimentation sexplique sans doute par la grande libert qui caractrise le mtier de graveur. Peu de sources permettent de connatre lidentit et la ralit sociale des praticiens de la gravure au XVe sicle, mais il est assur que, contrairement aux autres corporations (sculpteurs, peintres, enlumineurs etc.), les graveurs ne furent pas soumis des rgles et un numerus clausus rgissant leur mtier.

    Fonctions et usages La demande en images tait en effet forte et la gravure a parfaitement rpondu ce nouveau besoin, suscit par la dvotion du temps. Limmense majorit des gravures produites pendant cette priode ltait dans un but de prire. Les communauts monastiques le comprirent dailleurs, puisquelles commandrent des planches des graveurs pour leur propre besoin, ou des fins de catchse pour les lacs dont elles avaient la charge. Mais certains usages plus tonnants existaient : la carte jouer ou la carte de vu Quelques scnes plus profanes ou plus grivoises galement, furent abondamment diffuses par la gravure sur mtal, o lon se plaisait reprsenter la guerre entre les deux sexes ou ridiculiser les moines

    Lunique et le multiple Si lestampe rompt avec lconomie de lunique qui caractrisait jusqualors lart du Moyen Age, elle nest pas trangre lart du manuscrit, bien au contraire. De nombreuses gravures taient colles par leurs acheteurs dans des manuscrits comme images de protection. Cette ralit est aujourdhui largement oublie, car les estampes furent souvent sorties des manuscrits qui les abritaient au XIXe sicle pour tre vendues aux collectionneurs et aux institutions. Elles pouvaient galement constituer lillustration principale de manuscrits peu onreux, souvent crits en langue vernaculaire, ou servir dornement dappoint dans un livre. Le caractre hybride de telles productions caractrise bien le tournant culturel et technologique que connut le XVe sicle, o les images graves puis les textes imprims furent labors quelques dcennies de distance, instaurant une nouvelle re qui perdurera encore bien des sicles en Occident.

    Informations pratiques

    Lieu

    Aile Sully, 2e tage, salles 20 23

    Horaires

    Tous les jours de 9h 17h30, sauf le mardi. Nocturne les mercredi et vendredi jusqu 21h30.

    Tarifs

    Accs avec le billet dentre au muse : 12 . Gratuit pour les moins de 18 ans, les moins de 26 ans rsidents de lU.E., les enseignants titulaires du pass education, les demandeurs demploi, les adhrents des cartes Louvre familles, Louvre jeunes, Louvre professionnels et Amis du Louvre, ainsi que le premier dimanche du mois pour tous.

    Renseignements

    www.louvre.fr

    Matre E. S., Alphabet : lettres M et N, burin, vers 1466, Rhin suprieur, M : 140 x 172 mm, N : 142 x 170 mm, BnF, Estampes, rserve Ea-40 (5)-bote. (cat. 66) Paris, BnF

    Le Martyre de saint rasme, xylographie colorie, vers 1460, Souabe, 374 x 260 mm, BnF, Estampes, rserve Ea-5 (5)-bote. (cat. 15) Paris, BnF

  • 4

    Prface par Xavier Salmon,

    directeur du dpartement des Arts graphiques, muse du Louvre

    Du 16 mars au 29 avril 1957, au muse de lOrangerie, Andr Blum, le conservateur responsable de la collection du baron Edmond de Rothschild au muse du Louvre, prsentait au public les incunables sur bois et sur mtal de la collection.

    Lextraordinaire diversit des pices exposes ainsi que leur caractre prcieux avaient alors rappel combien la collection offerte au Louvre constituait de fait un vritable muse de la gravure , compltant de manire exceptionnelle les ensembles graphiques qui y taient dj conservs.

    Prs de quatre-vingts annes se sont coules depuis que la donation a t faite, le 28 dcembre 1935. Tout au long de ces annes, conservateurs et chercheurs se sont toujours attachs tudier cet ensemble et mieux le faire connatre.

    Aujourdhui, le propos de lexposition nest pas autre. Afin dvoquer la naissance de la gravure dans les coles du Nord entre 1400 et 1470, il a t dcid de faire appel au plus prcieux des fonds patrimoniaux franais runissant des incunables, celui du dpartement des Estampes et de la Photographie de la Bibliothque nationale de France.

    Ainsi, pour la premire fois, les pices les plus anciennes de la collection Rothschild sont-elles exposes aux cts des uvres majeures de la collection des incunables de la Bibliothque nationale de France, soulignant par l mme leur caractre complmentaire. On imagine sans peine le plaisir quaurait eu le baron Edmond de Rothschild dcouvrir un tel choix.

    Aussi, remercions les artisans dune telle confrontation, M. Bruno Racine, prsident de la Bibliothque nationale de France, qui a accord les prts, Mme Sverine Lepape, conservateur de la Rserve du cabinet des Estampes, qui a t confi le commissariat, et le conservateur qui, au dpartement des Arts graphiques du muse du Louvre, assure la conservation et ltude de la collection Rothschild, M. Pascal Torres.

    Rjouissons-nous galement dun tel moment de dlectation.

    Ce texte est extrait du catalogue Les origines de lestampe en Europe du Nord de lexposition de Sverine Lepape. Codition Le Passage / muse du Louvre ditions

  • 5

    Parcours de lexposition Textes des panneaux didactiques de lexposition

    Vers la fin du XIVe sicle, les artistes mirent au point un procd technique, lestampe, permettant de raliser lidentique une image en plusieurs exemplaires. Le multiple allait ainsi progressivement trouver sa place en Europe, cinquante ans avant que ne soit invente limpression