ORIGENES DE LA FAMILIA GIL

download ORIGENES DE LA FAMILIA GIL

of 37

  • date post

    01-Mar-2016
  • Category

    Documents

  • view

    235
  • download

    0

Embed Size (px)

description

BENITO GIL THIDOL MACON

Transcript of ORIGENES DE LA FAMILIA GIL

  • Origine du nom

    GIL, patronyme qui a plusieurs origines reconnues : Ancien nom de baptme "du grec Aegidius;

    Egidius en latin ", qui fut popularis par un saint ermite n Athnes et qui vcut au VIme

    sicle

    en Provence. On le reprsente avec une biche car d'aprs la lgende, l'animal poursuivi par des

    chasseurs s'tant rfugi dans sa grotte, une flche atteignit l'ermite la main et manqua la biche,

    qui vint se coucher ses pieds. Aegidius, forme grecque devenant Egidius et se transformant en

    Gilius avec la francisation des termes latins 1120 (A.C.L.P.) Brunel, 19-2, anciennes chartes en

    langues provenales. Egidius qui donna Egide, nom fminin, du grec aigis, idos ; peau de chvre.

    En mythologie grecque : cuirasse du bouclier merveilleux de Pallas, couvert de la peau de la

    chvre Amalthe, sur laquelle cette desse avait attach la tte de la mduse. Se placer sous

    l'gide de quelqu'un ou de quelque chose: se mettre sous sa protection, extrait du Larousse

    universel.

    Aegidius fut adapt vers la fin de lpoque carolingienne, dans le midi en Gil avec diverses variantes comme Giles; do les patronymes Gly, Gilly, Giry, dans le nord en Gille (s), ce qui a donn naissance divers hypocaristiques Gillou (Midi), Gillouin, Gilliron (Dauphin).

    galement Gillot, Gillet, Gillard.

    Le prnom reprit en nom de famille fut crit partir du XVme

    ou XVIme

    sicle, Gilh - forme

    galement rencontre en Provence, en occitan, le " lh " indique le son " l mouill " crit ill en

    franais - puis Gil tout court, lors de la francisation des actes officiels. Notons la prsence de

    plusieurs lieux situs dans lancienne baronnie de Monestis : Saint-Pierre-de-Gil ou Gilles suivant les poques, ancienne paroisse qui tait situe environ un kilomtre l'est de Souls, le

    lieu-dit Gil, 500 mtres au nord de Trvien, sans doute le berceau de la famille. galement le

    Puech de Gil et la Croix de Gil.

    En Pays d'Oc, on prononce le nom Gil "Tsil". Autrefois, il existait un jeu nomm "Lou tsil" qui

  • consistait taper l'aide d'une baguette sur un objet en bois en forme de double cne, aux

    extrmits pointues, chaque joueur devait frapper une des pointes pour le faire sauter dans le

    camp adverse.

    Gille (Ji-le), nom masculin, de Gille ou Gilles, homme naf, niais; jouer les gilles. Faire gille;

    s'enfuir, faire banqueroute; ou encore un des types de la comdie bouffonne, sorte de pierrot niais

    et poltron, que Watteau a reprsent dans un remarquable tableau dpos au muse du Louvre.

    La racine du patronyme, semble obscure, mais peut reprsenter la contraction de Gisil: flche,

    rayon : largissement dune racine Gis - quon trouve aussi dans les noms de personnes drivs - Gisla, Gisle, les noms de familles de France de A. Dauzat.

    Enfin, il peut-tre galement associ au mot Anglais qui signifie "descendant de Gilbert ;

    Brillant, sage : Peut s'crire galement Gill. En apart, il faut savoir que des mercenaires cossais

    du clan Mac Gill seraient pendant la guerre de Cent Ans, venus occuper la rgion du Sgala en

    dbordant de la Guyenne. Entre 1360 et 1380, venus de lactuel Tarn-et-Garonne, ayant pris La Franaise, ils staient rpandus dans tout lAlbigeois semant lpouvante. Ils accompagnaient les compagnies de routiers, hordes de mercenaires sans foi ni loi qui dvastaient la rgion. La

    plus clbre dentre elles tant celle de Bertrand de Lautar dit " le Pauco ", accompagn par Bertrand de Campagnac et le btard de Corn qui avait embrass le parti des anglais. Alors

    descendants dcossais, les Gil du Sgala ? Lgende ou ralit ?

    Armes du clan cossais Mac Gill

    Autre origine tout fait possible, lorigine espagnole, non rcente, mais au contraire trs ancienne, qui pourrait remonter au mariage de Sanche Gil et de Raymond de Roquefeuil que

    nous situons vers 1270-1275. Les gens de sa suite, portant trs logiquement cette poque le

    patronyme de leur matre, ont pu faire souche dans la rgion de Monestis. Il tait en effet dans

    les usages de lpoque de transfrer des familles entires dEspagne vers le Languedoc et vice et versa. Raymond de Roquefeuil, amiral de Sicile, nomm outre-pyrnes Ramon de Rocafl tait

    le fils cadet de Guillaume de Roquefeuil-Versols, et auteur de la branche dite de Rocafl

    dEspagne. Ses descendants furent grands dEspagne. Une de ses descendantes fut la mre de Raymond Perellos de Rocafl, Grand-Matre de l'Ordre de Malte. On nest tent de prendre en considration cette version de lorigine de notre nom, pour deux raisons : La premire tant que le patronyme Gil avant le 16

    me sicle est seulement connu sous cette forme quen Espagne et au

  • Portugal. Nous le retrouvons notamment comme prnom dans les familles Avelar et Soveral de

    nombreuses reprises du 12me

    au 15me

    sicle. Le prnom fut repris sous la forme patronymique

    assez rapidement en Espagne courant 13me

    sicle. La seconde raison est, bien que Saint-Pierre

    de Gilles, paroisse ddie au saint provenal, soit proche du masage Gil, le patronyme familial ne

    sest pas dclin en Gilles. On rencontre une seule fois la forme Giles, qui semble tre plus une erreur, quune acrditation de thse.

    En reprenant les statistiques, les registres d'tat civil, les listes lectorales, les annuaires et divers

    fichiers, il a t retrouv 13911 familles portant ce patronyme travers le monde. Dont 10400

    rparties entre la France et l'Espagne avec une concentration plus leve dans les provinces de la

    Catalogne espagnole, le Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrnes et Provence. Deux saints

    espagnols avaient repris le nom du saint provenal au cours du VIIme

    sicle.

    Armes lcu dargent la bande de sable charge de trois toiles dargent, au franc canton du chef dextre dazur au lion passant dargent ;

    timbr en cime sur le chef dun heaume de chevalier dor et de ses lambrequins de mme, le tout surmont dun cusson dargent la tte de faucon dazur flanque de deux demi-vols dor.

    La banderolle la pointe de lcu y est inscrit " Gil ".

  • Origine de nos armoiries : Il sagit darmoiries laisses vacantes par une famille anglaise dorigine cossaise, teinte depuis le XVIIIme sicle.

    Source : BURKE'S GENERAL ARMORY OF ENGLAND, SCOTLAND, IRELAND AND WALES

    B. Burke (1884) The greatest collection of Arms, arranged alphabetically under surnames,

    1265pp. A registry of Armorial Bearings for England, Scotland, Ireland and Wales from the

    earliest to the present (1884) time.

    The most convenient source for British coats of arms is Burke's General Armory, produced by

    the Burke dynasty: John Burke (1787-1848), Sir (John) Bernard Burke (1814-92) who was

    Ulster King of Arms from 1854 to his death, and Peter Ashworth Burke (1864-1919). The

    General Armory went through several editions in the 19th century:

    1st edition: General Armory of England, Scotland and Ireland, London: Ed. Churton, 1842.

    Revised 1843.

    3d edition: Encyclopaedia of Heraldry, or General Armory of England, Scotland and Ireland,

    London, H.G.Bohn, 1844. Reprints in 1847 and 1851.

    Enlarged edition: General Armory of England, Scotland, Ireland and Wales. London: Harrison

    and Sons, 1878. New editions (with supplements): 1883, 1884 (this was the last edition).

    The last edition of Burke's (1884) contains 60,000 names. Burke's is the most easily accessible

    British armory. It should be noted, however, that sources are infrequently given, and that Burke's

    editors collected as many blazons as they could, regardless of origin or accuracy. It is therefore

    not to be taken as the final word on who is or was using which arms in Great Britain. The Burkes

    wrote extensively and produced a number of genealogical reference books. Include a full manual

    of heraldry.

    Monographie familiale

    La famille Gil est semble til dorigine bourgeoise, dont les membres taient laboureurs et

    propritaires de plusieurs terres situes sur la baronnie de Monestis , aux masages de Gil,

    paroisse de Camalires puis de St Pierre de Gil (crit Saint-Pierre de Gilles sur cette carte du

    diocse dAlby de 1642 Cote : Ge DD 2987 (328) BNF Richelieu Cartes et Plans Reprod. Sc 86/202 par Melchior Tavernier (1594-1665) ; crit galement de la mme manire sur cette

    carte de larchevch et de ses claveries Cote : Ge DD 2987 (329) BNF Richelieu Cartes et Plans Reprod. Sc 86/203 en 1714 par Jean-Baptiste Bourguignon dAnville (1697-1782) de Brsil, paroisse de St Christophe; de Lestvini, paroisse de St Pierre de Monestis; de la

    Goussaudi, paroisse de Sabin, et dautres endroits de la baronnie. Ces proprits taient parties intgrantes des fiefs nobles puis roturiers de la "ville de Monestis", autrefois place

    fortifie de l'vch d'Albi. L'Archevque d'Albi tait seigneur temporel de sa ville et baron de

    Monestis. Considre ds le moyen-ge comme ville et non comme simple village. Son

  • emplacement, son choix comme place forte du diocse, son rle administratif depuis la nuit des

    temps ne pouvait qu'lever la petite cit au rang de ville.

    Jeanne Gilh est cit en 1400 lors de son alliance avec Graud de Selgues, originaire de Najac.

    Son oncle paternel, Bartlmi, prtre, est tmoin son mariage. Leurs enfants :

    Bartlmi de Selgues n Najac qui pousera Donade de Tourlong. Leur fille Sibille de

    Selgues pousera Najac Noble Jean du Rieu.

    Source : Dictionnaire universel de la noblesse de Monsieur de Courcelles Tome II.

    De la souche Gil de Monestis se sont distingues deux branches principales, celles des masages

    Gil et Brsil. La premire, celle du mas originel, le masage G