Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

download Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

of 157

Embed Size (px)

Transcript of Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    1/157

    NORBERT GLAS

    TRIADES

    Nous aurons une

    -:HSMIPC=Y]WV]U:

    vieillesselumineuse

    Document PDF imprimable Triades S.A

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    2/157

    Copyrighted Triades S.A

    NOUS AURONS UNEVIEILLESSE LUMINEUSE

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    3/157

    Copyrighted Triades S.A

    NORBERT GLAS

    NOUS AURONS UNE

    VIEILLESSE LUMINEUSE

    Lducation permanente pour les jeuneset les vieux

    Traduit de lallemandpar Andr et Lucie Guy

    2001TRIADES

    J'aime lire et partager bien sur

    https://www.facebook.com/groups/m.benmoussa145/https://www.facebook.com/groups/m.benmoussa145/
  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    4/157

    Copyrighted Triades S.A

    Titre original :

    Lichtvolles Alter

    1992 by J. Ch. Mellinger Verlag GmbH, WolfgangMilitz CoKG, Stuttgart

    dition franaise antrieure :Les Cahiers bleus de lart de lducation, Paris 1959

    Couverture : Tante Valentine , photo de Christian James Christian James

    2001 by ditions Triades36 rue Gassendi

    ISBN 2-85248-218-5

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    5/157

    Copyrighted Triades S.A

    SOMMAIRE

    CHAPITREI

    Quand est-on vieux ? ........................................... 9La 63e anne Le respect mrit Tel enfant, telvieillard Les plantes dpasses Le bon vieux temps Regarder son pass Rconciliation avec la vie Auseuil de la vieillesse La crise des 63 ans Rencontresdu destin Amours de vieillesse.

    CHAPITREII

    Les misres de lge ............................................. 31Les attaches corporelles Mise la retraite Le jar-dinage Les souvenirs Le monde des images Lapense colore La crainte du renoncement.

    Chapitre III

    Le rle des sens ................................................... 49Le toucher, loue et la vue Lodorat Le got Lesens de la vie et le sens du mouvement Le sens delquilibre Le sens de la chaleur Le sens de la pensedautrui Le sens du moi dautrui Les sens et la vita-lit La gense du cancer Le travail sur la mmoire Soigner son me.

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    6/157

    Copyrighted Triades S.A

    Chapitre IV

    Le dclin des forces vitales ................................... 77Les rgressions de la sensibilit Le cancer psycholo-gique Les flots de cellules dormantes Lactivit delme et les forces vitales.

    Chapitre V

    Saffranchir des sens ............................................ 99Le toucher et la dvotion Le sens de la vie et lga-lit dhumeur Le sens du mouvement et la libra-tion intrieure Le sens de lquilibre et son transfertdans lme Lodorat et lintrt compatissant Legot et les manires courtoises Le sens de la vue et lapaix intrieure Le sens de la chaleur et la patience Loreille qui entend dans le silence Le sens de laparole triomphe de la peur Le sens de la pense et lacontemplation Le sens du moi appliqu autrui.

    Chapitre VI

    Le respect devant la mort .................................... 139

    La mort souvre sur lavenir La volont de rparer Leuthanasie va contre la destine Lentourage dumourant Lme qui se dgage et le Ressuscit.

    Notes....................................................................... 153

    6

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    7/157

    Copyrighted Triades S.A

    Ce livre est ddi linfatigable chercheuseMadame L. Kolisko

    Le prsent ouvrage sil a pour objectif daider unecomprhension de la vieillesse sous langle de lesprit,ne sadresse nullement quaux seules personnes ges.Chacun, o quil en soit arriv du chemin de la vie,prouvera lintrt dun authentique art de vieillir, princi-palement sil a conscience que la vie entire est une unit,articule et cohrente.

    Dans cet examen critique de ltre humain, o il seraquestion de telle ou telle particularit psychologique, detel ou tel symptme, de telle ou telle maladie, quil soitpermis de mettre en garde le lecteur contre toute identi-fication subjective. Lhomme ferait beaucoup pour sonbien sil tait capable de ne pas ramener automatiquement soi-mme, ses propres sensations et ses propres maux,toute description qui sen rapproche plus ou moins.

    Ce nest que grce la confiance quil a de trouver chezle lecteur une telle attitude que lauteur a os exprimer, telquel, tout ce qui est expos dans ce livre.

    N. G.

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    8/157

    Copyrighted Triades S.A

    CHAPITRE I

    Quand est-on vieux ?

    Les statistiques de tous les pays civiliss montrentque, depuis les dernires dcennies, les hommes viventde plus en plus longtemps. En Angleterre et au paysde Galles, la dure moyenne de lexistence na cess decrotre depuis un sicle. Elle tait en 1841 de 40 ans chezles hommes et de 42 ans chez les femmes ; en 1931, de59 ans chez les hommes et de 63 ans chez les femmes.Elle atteignait en 1949 chez les hommes environ 66 anset chez les femmes 70,6 ans 1. Autre exemple : ltat dela population de la ville de Vienne, en Autriche, indiqueque le nombre des personnes ges de 70 80 ans a triplde 1910 1951, bien que le nombre global dhabitantsait diminu au cours de la mme priode de 265 000personnes.

    Dans un compte rendu plus rcent, donn par quatre

    mdecins de lAmerican Medical Association de Miami(Floride), on fait valoir que les personnes qui ont actuelle-ment entre 60 et 75 ans ont dexcellentes chances de deve-nir centenaires. Ces mdecins ont tudi ltat de sant dequelque mille personnes entre 80 et 100 ans. Ils exposentque dans le corps certains processus chimiques et phy-siques, tels que le durcissement de laorte, artre princi-

    pale du cur, semblent sinverser un certain moment dela vie. Par suite de cela, ces personnes se sont mises dansune certaine mesure rajeunir.

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    9/157

    Copyrighted Triades S.A

    Les troubles de sant des personnes ges et leur traite-ment sont devenus une branche particulire de la mde-

    cine. La question de savoir ce que lon va bien pouvoirfaire de toute cette population de vieillards est ds mainte-nant un casse-tte pour les sociologues.

    Il nest pas douteux que grce aux nombreuses conqutesde lhygine et de la thrapeutique, beaucoup moins den-fants et de jeunes gens quautrefois sont terrasss par lesmaladies infectieuses. Quant aux personnes ges qui mou-raient jadis, par exemple, dune pneumonie, elles sontaujourdhui souvent sauves par les antibiotiques.

    On saluait communment ce sicle son dbut commele sicle de lenfant, car on voulait faire tout ce que lonpouvait en faveur de lenfance. Cest ainsi que fut mis surpied, dans la premire moiti du XXe sicle, un systmedassistance lenfance en bas ge, dont on ne peut nierles rsultats remarquables, mme si lon ne lapprouve pasentirement dans son application. Cependant, la secondemoiti de notre sicle sannonce comme lre du vieillard,en raison des exigences toujours croissantes poses par levieillissement de la population.

    Par suite, la ncessit simpose dtudier les problmesde la vieillesse dune faon qui ne se limite pas lintrtque le cur ou la sensibilit peuvent y porter, mais qui

    jette une lumire plus prcise, outre la condition corpo-relle du vieillard, sur sa condition morale et spirituelle.

    La 63eanne

    Une question surgit tout dabord : partir de quand

    peut-on dire dun tre humain quil est vieux ? Une infinitdavis peuvent tre mis sur le point de savoir quand com-mence en fait la vieillesse. En mdecine, on a fait l-dessus

    10

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    10/157

    Copyrighted Triades S.A

    toutes les propositions possibles. Les uns ont mis lavisque lhomme a lge de ses artres et que, lorsque ses

    artres se sclrosent, eh bien, lhomme est vieux. Maisa-t-on dit par l quelque chose de dcisif ?Ou bien encore on donnait comme un critre impor-

    tant le dclin de la puissance gnratrice. Pour beaucoupdindividus du sexe masculin cela signifiait quon taitvieux par exemple 80 ans, tandis que certaines femmespouvaient se croire vieilles ds 40 ou 42 ans ! De cettefaon on navait gure avanc vers une dfinition de cequon appelle la vieillesse.

    Or, pour dterminer lpoque de la vieillesse, on peutessayer de replacer ltre humain dans lensemble de lavie cosmique, comme nous la montr Rudolf Steiner.Pour lui, en effet, il allait de soi que lhomme est reli latotalit de lunivers. Certaines influences spirituelles, parexemple, manent sur un mode dtermin des plantes(les sept plantes de lantiquit), dautres des constel-lations du zodiaque. Ces forces naffectent pas seule-ment la formation de laspect extrieur et des organesde lhomme, mais exercent aussi une influence sur la vietout entire, variable selon les diffrentes priodes delexistence.

    Chacune des sphres plantaires agit sur des poques

    dtermines selon le mode qui lui est propre. Dans lessept premires annes, par exemple, cest linfluence dela Lune qui se fait le plus sentir. Cest dans le domainephysique que ses effets se constatent et se comprennent leplus facilement. Les rapports de la Lune avec la croissanceont t explors de manire trs complte, notamment parles minents travaux de L. Kolisko 2. Lpanouissement

    du monde vgtal est subordonn labondance de leaudisponible, et celle-ci est son tour soumise aux phasesde la Lune. En outre, linfluence subie par les plantes la

    11

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    11/157

    Copyrighted Triades S.A

    pleine lune est autre qu la nouvelle lune 3. Or, dans lessept premires annes de la vie humaine, ces phnomnes

    vgtatifs de la croissance tiennent justement une placebeaucoup plus importante que par la suite. On a mmepris lhabitude de juger de ltat de sant dun nourrissonpresque exclusivement selon laccroissement hebdoma-daire de son poids. Ensuite, de sept ans en sept ans, la viehumaine est rgie par laction des autres plantes. Seule,linfluence plus forte du Soleil sur ltre humain, selonRudolf Steiner, stend sur une priode plus longue, savoir trois fois sept ans.

    Mme sil nest pas possible ici dentrer dans le dtailde toutes ces considrations, elles peuvent dans une cer-taine mesure servir dhypothse de travail. Par l, nousobtiendrons, sil est permis de sexprimer ainsi, la rponsela plus large, dune porte cosmique, notre question :Quand commence ce que lon appelle la vieillesse ? Je pro-pose que lon en compte les annes partir du momento lhomme a parcouru jusquau bout toutes les priodesqui sont rgies par les influences plantaires, autrementdit lorsque la prdominance de Saturne, qui appartient la priode tardive de lexistence, est parvenue sonterme. Cest le cas aprs la soixante-troisime anne. Bienentendu, de nombreuses objections peuvent tre faites

    cette affirmation. Nous nentrerons pas dans leur dtail,sinon nous narriverions jamais au cur des vritablesproblmes de la vieillesse. Mais un auteur na-t-il pas, tout le moins, daussi bonnes raisons dassigner commepoint de dpart la vieillesse le moment o ltre humaina puis toutes les possibilits cosmiques de son volutionterrestre, quun physiologiste de la faire dbuter avec le

    dclin de certaines fonctions ?

    12

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    12/157

    Copyrighted Triades S.A

    Le respect mrit

    Quun homme soit parvenu au terme de sasoixante-troisime anne et quil ait conscience davoir parl particip toutes les phases cosmiques quil est possible un tre humain de traverser, cela ne signifie nullementquil doive alors se retirer aussi vite que possible de la vieactive. Il ne peut pas tre question de cela dans un exposqui voudrait contribuer tant soit peu prsenter la vieil-lesse justement comme quelque chose dimportant, degrand, dessentiel.

    Nous devons rapprendre envisager le fait de vieil-lir autrement que comme une chose indsirable, dpri-mante, inutile et pnible. Mme empli de lesprit destemps nouveaux, on peut ressentir non plus seulementde la patience, mais du respect envers la personnalitdun vieillard. Dans la Grce antique on avait encorece respect de la vieillesse, car on savait quune certainematurit desprit ne peut sacqurir quavec le grandge.

    notre poque, o toute sagesse instinctive doit faireplace une comprhension raisonne, il ne suffit natu-rellement pas de vouloir instituer des lois sur le respectobligatoire d aux vieillards. Rien ne peut tre impos.

    Il appartient aux vieillards eux-mmes de montrer quilsmritent dtre honors.

    Il est donc important dune part de tirer au clair pourquelles causes on a tant de mal aujourdhui tmoi-gner aux personnes ges lamour et le respect qui leurreviennent, dautre part de suggrer celles-ci ce quellespeuvent faire elles-mmes pour amliorer leurs rapports

    avec leur entourage.

    13

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    13/157

    Copyrighted Triades S.A

    Tel enfant, tel vieillard

    Il ny aura de rponse satisfaisante aux questions ainsisouleves que si se dessine, comme toile de fond notretude, une conception de lhomme qui tienne pleinementcompte de ses relations avec la totalit du cosmos.

    La personnalit humaine spanouit pleinement aucours des sept phases plantaires (celle du Soleil ayanttriple dure), donc jusqu 63 ans. Chacune projettenaturellement encore ses reflets sur la dernire priodede lexistence. Mais toutes les annes passes ne font pasgalement sentir leurs effets sur cette priode ultime.Souvent, cest le climat qui entoura la petite enfance quitend rapparatre le plus, dune manire ou dune autre, la fin de la vie. Cela peut se manifester en bien commeen mal. Si, par exemple, un enfant, lpoque o il estentirement livr aux forces de croissance alors quil estavant tout lobjet des influences lunaires , est soustraittrop brutalement ou trop tt ces forces, la consquencesen manifestera sous forme de maladies qui se dclare-ront un ge avanc. Si le petit enfant est mis trop ttsur ses pieds, on le soustrait pour ainsi dire la sphrelunaire dans laquelle il doit baigner. La consquence enest que dans cet tre na pu agir quune quantit moindre

    de force lunaire que celle qui lui tait destine en prin-cipe. Linsuffisance de ces forces vitales napparatra pasforcment tout de suite dans la jeunesse ; mais dans lavieillesse les dficiences se rvleront ventuellement pardes perturbations dans le mtabolisme, et amnerontdes troubles rhumatismaux. Les substances de lappareilosseux et articulaire ne seront plus suffisamment renou-

    veles. Il se formera alors ces dformations articulairesdont tant de personnes ont souffrir, lge venant.Pour faire mieux comprendre ces correspondances

    14

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    14/157

    Copyrighted Triades S.A

    entre le premier ge et le dernier, Rudolf Steiner citaitvolontiers lexemple suivant : ltre qui, dans son enfance,

    a appris prier aura dans sa vieillesse le pouvoir debnir ; il deviendra une bndiction pour son entourage.Comment cela se conoit-il ? Celui qui a appris de bonneheure prier convenablement sest ouvert ces influencesdu cosmos qui correspondaient particulirement sonstade de dveloppement, soit, encore une fois, pour la pre-mire septaine, aux forces agissantes de la sphre lunaire.Sous leur effet, lenfant peut se faonner de meilleursorganes, plus vigoureux et plus subtils. Ce qui sest dvers ce moment-l dans lenfant ressort un jour, lorsque ledveloppement de lhomme sachve, au bout de soixante-trois ans. Ce nest quaprs cette longue incubation quesont entirement libres les dlicates nergies lunairesincorpores en leur temps dans la nature enfantine. Ellessont prsent devenues des forces morales qui rayonnentde lui, apportant nergie et sant son entourage. Dslors, ces vieillards sont une bndiction vivante pour lesautres, et ce sont justement les enfants qui ressentent leplus intensment linfluence manant de telles mes.

    Il est important de mditer ces faits, parce quils nousenseignent que la vie de ltre humain nest pas seulementune suite dannes physiques, mais quil faut lenvisa-

    ger galement comme un tout coordonn, comme unecourbe dont le dbut correspond la fin. Ce qui apparatsur le tard a son origine dans les premires annes.

    Les plantes dpasses

    Lorsque lhomme a atteint, avec sa soixante-troisimeanne, un certain achvement dans le sens prcdemmentindiqu, un merveilleux sentiment daffranchissement

    15

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    15/157

    Copyrighted Triades S.A

    pourrait spanouir en lui. Il pourrait alors enfin se sentirlibr en esprit. Maintes personnes, il est vrai, continuent

    vivre en grande partie sur la lance des trois dernirespoques traverses. Elles sont marques, en particulier,par laction de Saturne, subie entre 56 et 63 ans. Cettepoque est en effet soumise Saturne comme les sept pre-mires annes sont rgies par les forces de la Lune. De lapriode qui prcde le cycle saturnien, savoir de 49 56ans, subsistent encore de profondes rsonances. Elle sestdroule sous linfluence spirituelle de Jupiter, commecelle de 42 49 ans sous linfluence de Mars. Contentons-nous pour le moment de poser cela en principe ; la suitenous clairera sur la faon dont il faut lentendre.

    En fait, cest toute la vie passe qui se prolonge en chodans la vieillesse, dont nous sommes convenus de fixer ledbut vers 63 ans. Mais nous devons nous pntrer clai-rement de lide quil nexiste pas, pour la dernire partiede la vie, de dterminisme plantaire direct, comme parexemple celui des cycles septennaux qui marquent les 63premires annes de la vie.

    Je voudrais maintenant commencer le tableau que nousentreprenons de brosser en dcrivant dabord ses ctslumineux ; les ombres viendront par la suite.

    Le bon vieux temps

    Quel peut tre notre gain, lorsque nous rcoltons lesfruits des influences spirituelles dont la sphre de Saturnea enrichi notre existence ? Lhomme peut alors se penchersur sa vie passe comme sur un droulement historique. Il

    commence comprendre pourquoi tous les vnementsde sa vie se sont enchans dune certaine faon et nondune autre. Chez les tres qui ont un don particulier

    16

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    16/157

    Copyrighted Triades S.A

    pour ce genre de rtrospective, sveille alors le besoinde rdiger leurs mmoires. Goethe entreprit vers 60 ans

    environ de recueillir les matriaux pour les chapitres deson autobiographie qui furent crits et en partie imprimsau cours des annes suivantes 4. Lexemple de Goethe sejustifie dautant mieux que le rythme de sept ans a jouun rle particulirement marqu dans sa vie. De plus, laconviction tait profondment enracine en lui que lesastres rgissent le cours de notre existence, ce que le dbutde son autobiographie montre clairement.

    Rudolf Steiner commena dcrire lhistoire de sa viedans sa soixante-troisime anne 5. Victor Hugo, qui avaitun sens si dvelopp pour lhistoire, eut un comporte-ment extraordinairement caractristique au cours de sasoixante-troisime anne. lautomne 1865 (Hugo est nle 26 fvrier 1802) parut son livre, Chansons des rues et desbois. De cette uvre, son biographe anglais F. T. Marzialscrit : mais, bien que les Chansons des rues et des boisne soient pas luvre dun jeune homme, cest, daprs legenre de sujets et aussi la manire de les traiter, le livre leplus juvnile que Hugo ait crit depuis ladolescence .Le pote lui-mme crit dans la prface : un certainmoment de la vie, si occup quon soit de lavenir, lepenchant regarder en arrire est irrsistible. Notre ado-

    lescence, cette morte charmante, nous apparat, et veutquon pense elle .

    Dautres personnes ressentent fortement, partir dece moment-l, le besoin de visiter les lieux o elles ontpass leur enfance. Nous pourrions citer un homme quiprouva un plaisir immense, alors quil tait un vieillardrespectable, entrer dans la maison o il avait vcu gamin.

    Il sonna tout bonnement la porte quil avait franchietant de fois prs de soixante ans plus tt. Il parla aux occu-pants et obtint de regarder encore une fois par la fentre,

    17

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    17/157

    Copyrighted Triades S.A

    comme il avait coutume de le faire jadis. Nombreux sontles gens gs qui, certains moments, en font autant.

    Lorsque cela nest pas possible, leurs penses du moinsretournent au bon vieux temps. Tout en suivant, seuls ouen compagnie, le train de la vie prsente, ils sen vadentfacilement, assis peut-tre dans un coin, pour se revoiren rve dans le pass. Grimm crit a ce sujet dans sonautobiographie : Les vieilles gens reviennent volontiers,lorsque soucis ou travaux ne les accaparent plus, leursoccupations favorites de jeunesse ; ils soignent des fleurs,un oiseau, et rouvrent les livres que les contraintes de lavie avaient ferms .

    Regarder son pass

    La meilleure faon de se prparer pour le temps quisuit la soixante-troisime anne serait de se dire : Tu vasentrer dans une priode o il tarrivera des choses biensingulires. Il se peut que tu aies le sentiment que toutdans ta vie soit arriv son terme. Et parce que le tempsprsent ne parvient plus te donner satisfaction, tu vou-drais en revenir tes annes passes. Tu taccrocherasaux nombreuses images qui te restent dautrefois et qui

    vont mme resurgir avec plus de force. Bien des chosesdes temps anciens se pareront dune aurole merveilleuse.Mais tu ne dois pas te laisser dprimer par lattendrisse-ment qui pourrait te pntrer si tu tapitoyais sur ce quetu as perdu et qui nest plus. Cela ne te servirait rienet tempcherait daccder une vieillesse qui vaille lapeine. Tu peux, certes, examiner avec soin ton pass, tu

    le dois mme, mais seulement pour comprendre la vraieraison des vnements. Ne te perds pas en considrationssentimentales ; tu ny trouverais pas de vritable soutien,

    18

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    18/157

    Copyrighted Triades S.A

    pas plus que dans le regret de ce que tu as perdu. Seulela sincrit vis--vis de toi-mme peut taider. Autrefois,

    quand tu tefforais datteindre quelque chose ici-bas, tuas d plus dune fois tricher avec la vrit. Tu ntais pasentirement franc avec toi-mme, car ta franchise tauraitdvoil ce que tu ne voulais justement pas voir en face.Mais prsent que tu tengages dans le chemin de lavieillesse, ces chemins plus ou moins tortueux nont plusde sens. Maintenant il faut que tu puisses te regarder telque tu es. Combien de fois tes-tu drap dans ta vanit etta superbe, as-tu affich sur ton visage douceur et bont,sans tre au fond ni bon ni doux ? Quels fruits ont portta duplicit ? Peut-tre a-t-elle dtourn de toi tel ami ?Tu tes retrouv dans une compagnie que tu navais pasrecherche et toute la marche de ta vie en a t dvie. Netes-tu pas senti, alors, injustement trait ? Mais tait-cevraiment injuste ? Ny avait-il pas un sens profond danscet enchanement ?

    Si dure quait t la vie, le temps est prsent venu olon peut regarder, lme sereine, son destin rvolu ; olon apprend reconnatre ce qui tait bon et juste, dis-cerner les grandes erreurs pour lesquelles, en toute justice,il a fallu payer.

    Rconciliation avec la vie

    Si lon sait, lge venant, regarder son pass dans cet tatdesprit, alors non seulement, petit petit, on comprendramieux son existence elle-mme, mais encore on prendraune position toute diffrente dans le prsent ; car sai-

    sir le jeu de la destine dans sa propre vie apporte aussiune intelligence plus profonde des autres tres. Dans lamesure o quelquun volue dans ce sens, il acquiert une

    19

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    19/157

    Copyrighted Triades S.A

    tenue morale qui est un immense bienfait, pour lui-mmedabord, et bien plus encore pour son entourage. Il en

    rsulte une espce de rconciliation avec tous les faits deson existence et une comprhension particulire des tresqui ont influ sur son destin.

    Lorsque Strindberg, par exemple une poque, il estvrai, o il tait loin davoir atteint la vritable vieillesse rapporte avec une certaine satisfaction que presque tousceux qui furent ses ennemis ont disparu longtemps avantlui, il ne fait pas preuve de la comprhension au sens onous lentendons ici. Avec lge, cest une faon de voirtout fait oppose qui devrait se faire jour, telle que lonen vienne se dire : Par le fait dune certaine personne,je me suis trouv un jour dans une situation extrmementpnible. Par suite dune dnonciation calomnieuse de sapart, jai perdu dun seul coup tout ce que je possdais.Du jour au lendemain, je me suis trouv sans ressourceset jai connu la gne. lpoque, je jugeai lacte de cethomme affreux et impardonnable. Plus tard, pourtant, ilest apparu que, par suite de sa trahison, jai d raliser unprogrs important ; le bouleversement inattendu et pre-mire vue catastrophique savra bonne fortune et il mapargn, somme toute, bien des malheurs .

    On serait tout naturellement tent de mpriser et de

    har tout jamais le calomniateur. Cest pourtant ce que nefera pas celui qui lge apporte aussi la sagesse, et qui faitdfiler devant son il intrieur, la manire objective delhistorien, le cours de sa destine. Il parcourra sans doutediffrents stades au cours de ses mditations : dabord ilapprendra juger son ennemi sereinement, labri desremous de lanimosit. Puis il prendra conscience de tout

    le bien que ce mal a fait natre. Peu peu il nprouverapour lautre, qui a t capable dune action si noire, quecommisration ; et mme il se peut que, dans lme de

    20

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    20/157

    Copyrighted Triades S.A

    lobservateur dsintress, close un sentiment de rellegratitude.

    Il est possible quun tel sentiment ne sapplique guretout dabord qu la sage ordonnance des vnements dela vie. On constatera avec admiration quen dfinitivetout semble avoir t arrang comme par un guide invi-sible. En fin de compte la reconnaissance stendra peut-tre la personne de lennemi et son acte ; un certainamour, mme, pourra natre chez lhomme devenu vieux.Justement, cette sorte de charit confre une grande paixqui est lirremplaable refuge de la vie intrieure. Le vieil-lard se dira : je ne suis plus capable de har, parce que jecomprends le destin, le mien et celui de lautre. Ainsi lonpeut, sans fausse sentimentalit, sans faiblesse, apprendre aimer vraiment son ennemi. Et si les circonstances de lavie le faisaient soudain reparatre, on lui tendrait la mainpour faire la paix, non par navet ou par une sorte dor-gueil, mais cause de cette comprhension historique de soi-mme et du monde, que lge devrait apporter.

    Cette prise de conscience du destin et de son drou-lement quitable, tant dans la vie individuelle que dansla marche de lhistoire, peut constituer un des grandsmoments de lexistence dun homme. On en trouve desexemples dans le comportement de nombreuses personna-

    lits. La vie de Rudolf Steiner donne limpression que sonesprit na peut-tre jamais possd tant de force cratriceque prcisment partir de sa soixante-troisime annejusquau moment o la maladie le cloua au lit, six moisavant sa mort. Pour en avoir la preuve, il suffit dembras-ser du regard son activit de confrencier de fin 1923 etde 1924, sans parler des fondations qui ont eu lieu sur son

    initiative pendant les deux ou trois dernires annes de savie active.

    21

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    21/157

    Copyrighted Triades S.A

    Au seuil de la vieillesse

    Tous les hommes, vrai dire, devraient envisager avecconfiance et espoir ce temps o ils tiendront dans leursmains la cl de leur vie et de leur destin. En saisir loc-casion est une vritable tche morale laquelle doit sat-teler lhomme de soixante-trois ans. Frquemment cetge une crise fait irruption dans la vie, principalement silon sest laiss surprendre par larrive de lge. Bien despersonnes ressentent alors douloureusement leur solitudeet elles nourrissent la plupart du temps sans le savoir une quelconque maladie, lafft peut-tre depuis long-temps dans un coin de leur organisme. Que lon pensepar exemple Johannes Brahms. Ds la soixantaine, ilse sent de plus en plus abandonn. cela vient sajouterque lamie laquelle lunissait lattachement le plus pro-fond quil ait jamais prouv, Clara Schumann, meurt ; ilvenait justement davoir soixante-trois ans. Il ntait pasdans son caractre de chercher une explication consolantedu destin. Lorsquaprs un long trajet il arriva Bonnpour lenter rement, il aurait dit : Maintenant je naiplus personne perdre . Et, avant que sa soixante-qua-trime anne ft accomplie, le musicien mourut duncancer. Le poids de lexistence lui avait toujours t lourd

    porter, mme dans les priodes heureuses de sa vie. Sondernier travail fut dcrire un arrangement du choral : Omonde, il me faut te quitter .

    Ici encore, un esprit universel comme Strindberg nousfournit un exemple trs instructif. Lui aussi vcut de plusen plus isol lapproche de la soixantaine. Dans la mai-son o il vcut partir de 59 ans, on lappelait lermite

    de la tour divoire . Plus manifestement encore que chezBrahms, on ne trouve pas chez lui la moindre envie defaire la paix avec le monde. Dans les derniers articles quil

    22

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    22/157

    Copyrighted Triades S.A

    crivit pour le Courrier du Tsar , il critique avec unegrande violence ltat de la socit. Il ne manque pas une

    occasion dattaquer Sven Hedin. Que ces attaques aientt justifies ou non est hors de propos, il sagit seulementde remarquer que Strindberg ne renona jamais rompredes lances, alors que, vu son ge, il aurait pu avoir de loindpass ce stade. Un cancer envahissant le conduisit, luiaussi, peu aprs, au tombeau. Il mourut peine quatremois aprs son soixante-troisime anniversaire.

    La crise des 63 ans

    Ces deux exemples mettent en vidence ce quil peutadvenir, au moment crucial, dun homme qui ne sestpas tenu prt prendre le bon chemin pour une vieil-lesse pleine de sens. Il se sent tout coup abandonn,rejet, et du mme coup un effondrement physique peutse produire. Plus on essaie de comprendre la gense desmaladies, plus il devient clair que nombre dentre ellesne sont que le reflet dun conflit moral. Nous auronsloccasion de parler plus tard de quelques-unes en parti-culier. Pour le moment, nous voulons seulement mettreen relief que cest justement quand la vie devrait prendre

    tout son sens que nous assistons chez plus dun unetotale dsagrgation de lexistence. Beaucoup ne sontplus capables de dmler le sens de leur destin et neveulent pas non plus continuer suivre le fil de leurpropre histoire. Ils tombent dans un tat de terne sur-vivance auquel sont inhrentes toutes les peines dontnous nous occuperons par la suite. Dautres souvent de

    fortes personnalits se dtournent dlibrment de lavie et meurent.Mais cela nest pas la seule manire daborder la vieil-

    23

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    23/157

    Copyrighted Triades S.A

    lesse ; il en est dautres plus riches de promesses. Lexemplede quelques grands hommes suffira le montrer.

    Seul laccomplissement du travail de toute une vie rendpossible de slever encore aprs 63 ans des hauteursjamais encore atteintes. Bach entreprit sonArt de la fugue 63 ans sonns et travailla cette uvre pendant lesquelques annes qui lui restrent vivre. Pour lui, le cieltait dj ouvert lorsquil se prparait la mort. Ce futle choral Voici, je me prsente devant ton trne quichantait en lui son heure dernire.

    En Richard Wagner, on peut voir plus clairementencore et dans un sens particulirement positif la grandeimportance et la signification singulire de la soixante-troi-sime anne. Il avait atteint lapoge de sa carrire lorsquele 1er juin 1876, Bayreuth pavoise et dcore commeaux jours de fte accueillit tous les chanteurs, cantatrices,artistes venus pour les rptitions du festival qui devaitavoir lieu. Dix jours plus tt, le compositeur avait ftson soixante-troisime anniversaire. En dpit du triompheextraordinaire de ces reprsentations o Wagner dbordade charme et de fiert, cette priode ne mit aucunementfin son activit cratrice. Son gnie connut un nouvelessor, puisquil crivit sitt aprs le livret de Parsifal, quiltermina en 1877. En 1881-82, il vit la cration Bayreuth

    de cette uvre qui fut le couronnement de sa carrire. Seslettres dalors nous le montrent jetant sur sa vie un regardrtrospectif ; il avait accompli sa tche. Il mourut peuavant la fin de sa soixante-dixime anne.

    Il y aurait encore beaucoup dire sur les particularits

    de la vie du vieillard. Il ny a naturellement pas que lesdeux extrmes marqus par les exemples de Brahms, dunepart, et Wagner de lautre : Brahms, solitaire, sentant

    24

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    24/157

    Copyrighted Triades S.A

    peser sur lui toute la douleur du monde et mourant fina-lement dun cancer lge critique de 63 ans ; Wagner

    lapoge de sa vie, consacr par lenthousiasme du public,et poursuivant plus que jamais sa carrire dans un envolsans prcdent. Des hommes comme Wagner ou Bachaccdent, ce moment de leur vie, une vritable libertintrieure. Lautonomie de lesprit slve au-dessus desinfirmits du corps. Celles-ci, cela va sans dire, peuventcauser bien des souffrances, mais une me libre sur-monte victorieusement la ccit (cest le cas de Bach) oudes troubles dangoisse cardiaque (dans le cas de Wagner).

    Rencontres du destin

    Dautres traits marquent encore lpoque critique dutournant de lge. Des rencontres dterminantes peuventavoir lieu qui amnent lhomme se dpasser lui-mmeet le prservent de la chute qui le menace. Au nombre desplus remarquables de ces rencontres appartient sans doutela liaison sentimentale dErnst Haeckel avec celle quelon a nomme Franziska von Altenhausen . Haeckel,dj arriv et surcharg dhonneurs, en juger de lext-rieur, se sentait dans sa vie prive seul et triste. Sa femme

    atteinte de maladie chronique et prcocement vieillie,tait devenue pour lui comme une trangre. Il la soignaitavec dvouement ; mais son me pleine dun feu juvnilemenaait dtre totalement touffe par la contrainte deces besognes quotidiennes. Voici quil reut inopinment,avant son soixante-quatrime anniversaire, une lettredune Franziska , de trente-six ans sa cadette. En peu

    de temps naquit entre eux un amour si passionn et simerveilleux que Haeckel retrouva sa jeunesse malgr lesnombreux conflits intrieurs qui en rsultrent pour lui.

    25

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    25/157

    Copyrighted Triades S.A

    Les cinq annes que dura cet amour (Franziska mourut enquelques heures dun accs de fivre) permirent Haeckel

    de franchir le cap dcisif. Malgr un profond chagrin, ilsurvcut de nombreuses annes encore son amie bien-ai-me et mourut un ge avanc (85 ans).

    Aussi bien ltre qui vieillit que son entourage doiventadopter vis--vis de la vieillesse une attitude ouverte, souspeine de laisser passer en aveugles, porte de la main,les faits et les tres qui se prsentent au crpuscule de lavie. On devrait tre empli de dvotion devant ce fait quequelque chose de grand, le cycle de lexistence, est rvolu,et que tout ce qui vient la suite est pur don gratuit que lavie nous accorde pour que nous puissions nous mettre enrgle avec notre pass.

    Si nous avons fait mention dune rencontre aussi par-ticulire que les relations de Haeckel avec Franziska ,rencontre dun retentissement humain manifeste et quelon peut vraiment considrer comme voulue par le des-tin, il nen faut pas moins naborder de tels sujets quavecgrande prudence. Il faut apprendre distinguer les facteursvraiment dterminants le vritable destin, pourrait-ondire , en faisant la part de choses tout fait diffrentes,dont nous allons parler.

    Amours de vieillesse

    Disons un mot de certaines singularits de la vieillesse,car on pourrait facilement les confondre avec ces puissantsarrangements du destin, bien quelles nen soient point.Il sagit toujours de cet ge o la nature profonde dun

    homme est arrive au terme de son volution. Lme com-mence saffranchir et va pouvoir enfin sunir plus troi-tement lesprit. Ce ne sera peut-tre quun premier pas.

    26

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    26/157

    Copyrighted Triades S.A

    Ils ne sont pas lgion, ceux qui sont assez avancs pourque leur vieillesse sillumine dj des clestes couleurs, et

    quils puissent parler de la mort comme le faisait WilliamBlake 69 ans, pour qui mourir ntait rien de plus quede passer dune pice dans lautre 6. Il ne se contenta pasde le dire, mais salua sa propre mort par un chant joyeux.

    Il y a des personnes ges qui ressentent, certes, cettelibration de lme, sans laccueillir pour autant avec joie.Au contraire quelque chose de tout diffrent se donnecours en elles ; la menace de la solitude les envahit duneprofonde nostalgie. Elles aspirent ardemment chap-per labandon qui fait du solitaire un tre chagrin etmlancolique et cherchent pour leur me une me qui lacomprenne.

    On est tent de comparer cette crise celle de lapubert ; il suffit dinverser les signes algbriquementparlant. Il faut se reprsenter clairement ce qui se pro-duit chez ladolescent. Rudolf Steiner lexplique en disantquavec la pubert lhomme atteint une sorte de matu-rit terrestre . Il entend par l que lme, absorbe tout aulong de lenfance par la formation du corps, se libre de cetravail aux environs de 14 ans. Nous nentrerons pas dansle dtail des problmes touchant la jeunesse 7. Rappelonsseulement que lme humaine devenue disponible pour la

    vie terrestre se trouve place devant le problme de trou-ver son orientation. cette poque critique, ladolescentse sent souvent seul et abandonn. Les grandes aspirationssveillent, et avec elles le besoin dtre compris. Cest decet tat que nat souvent ce quon appelle le premieramour , qui au fond nest pas autre chose que lveil delme qui cherche, pour lexistence terrestre laquelle

    elle est dsormais voue, une me sur, en affinit avecelle. Celle-ci devra lui servir daide et de compagne dansce monde encore tranger. Des rencontres prdestines

    27

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    27/157

    Copyrighted Triades S.A

    peuvent alors avoir lieu, dont lincidence sur le destin seraprofonde. Cela sera peut-tre une grande amiti, peut-tre

    aussi le grand amour , qui reste parfois lunique amourvritable de la vie comme par exemple Batrice pourDante ou Sophie Khn pour Novalis. Mais en gnral ilsagit principalement dune soif dchapper la grandesolitude de la vie.

    Quelque chose danalogue saccomplit dans la vie delhomme qui vieillit. Lorsquil est en quelque sorte librde son cycle dvolution, son me se sent soudain commesans amarres qui la rattachent au contexte terrestre ; enralit, elle est alors disponible pour la vie de lesprit, danslaquelle elle ne sera entirement plonge quaprs la mort.Ainsi sclaircit ce que nous entendions par inverser lessignes (leplus devenant moins et le moins devenantplus). la pubert, lme se libre pour entrer pleinement dansle terrestre. Aprs la soixante-troisime anne, lme selibre de nouveau, de ses liens terrestres cette fois, pourentrer dans le ciel (par opposition la terre). Celui quine sait pas faire face en pleine conscience cette transi-tion, cette chance de son propre dveloppement para-chev et bien peu dhommes en sont capables celui-ltend se comporter comme au temps du premier amour.Tout comme celui-ci, l amour de vieillesse est le plus

    souvent un amour pur, innocent. Frquemment lobjetdu sentiment ne joue pas un si grand rle, lessentiel tantlexprience intime. Dans lamour de jeunesse, lidole quelon porte aux nues ignore la plupart du temps louragansentimental quelle dchane. Que lon pense seulement Chopin vers 19 et 20 ans, idoltrant une dame qui navaitpas la moindre ide de limpression quelle produisait sur

    le jeune musicien. Ou bien encore tel adolescent qui sepromne journellement devant la fentre de la bien-ai-me , sans que la jeune fille, qui ne le connat mme pas,

    28

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    28/157

    Copyrighted Triades S.A

    souponne le moins du monde ce qui se passe en lui.Des tats analogues se jouent lore de la vieillesse,

    encore que le plus frquemment le charme de la jeunesseleur manque. Il y avait ainsi, par exemple, un monsieurdge mr qui ne pouvait se rassasier de voir lcran unecertaine actrice de cinma ; il tait proprement tombamoureux delle, sans ne lavoir jamais rencontre dans lavie.

    Ibsen avait 61 ans et tait en vacances en Autriche.L, il passait et repassait devant le banc o sasseyait unejeune fille de 18 ans. Elle lui souriait et il lui rendait sonsourire. Bientt le dramaturge vieillissant nourrit une pas-sion profonde pour la demoiselle. Ce sentiment le remplit tel point qu son soixante-dixime anniversaire encoreil crivait la jeune femme que cet t-l avait t pourlui lpoque la plus belle et la plus harmonieuse de sa vie,quil osait peine y penser et que pourtant il ne pensait rien dautre !

    Visiblement il arrive souvent que lme en voie de lib-ration se trouve trop alourdie par la densit terrestre. Celaexplique lattirance exerce sur le vieillard par ladoles-cence qui na encore rien perdu de son clat cleste. Cestcette rencontre qui peut allumer une ardente passioncomme lidylle estivale dIbsen.

    Goethe avait dj 74 ans lorsquil tomba amoureuxdUlrike. Il retrouva toute sa verdeur et dansa avec ellecomme un jeune homme. Il crivit son fils quil nestait jamais senti si bien, intellectuellement et physique-ment, qu ce moment-l.

    Que la relation tourne l amour malheureux parceque la passion ne sest enflamme que dun ct et ne

    touche que le vieillard, cela peut avoir des consquencestrs graves. Goethe reut un coup terrible lorsquil se ren-dit compte quUlrike ne pouvait pas lpouser.

    29

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    29/157

    Copyrighted Triades S.A

    Strindberg fta ses fianailles avec Fanny Falkner quiavait 20 ans, alors que lui-mme avait dpass la soixan-

    taine. Lui aussi spanouit radieusement en sentant soncur juvnile brler pour la jeune actrice et ce fut pourlui une douleur immense lorsque la jeune femme rompitles fianailles.

    Cest quen ralit la base de ces souffrances gt lareconnaissance du fait mme lorsquelle reste dans lesubconscient que lhomme devenu vieux doit dsormaisdemeurer seul avec lui-mme, sans quil lui soit permisde recevoir laide dune me encore dans sa fracheur. Del naquit la mlancolie dIbsen, la complte solitude ducur chez Strindberg et la douleur qui ravagea le cur deGoethe.

    30

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    30/157

    Copyrighted Triades S.A

    CHAPITRE II

    Les misres de lge

    Dans ce qui suit nous aborderons, dans leurs traits lesplus gnraux, les multiples difficults et aussi les maladiesinhrentes la vieillesse. Il y a pour la personne ge ungrand danger ce que son me se laisse par trop influen-cer par ce qui se passe dans son corps. Des prcdentesdescriptions du dveloppement individuel, il rsulte clai-rement que ltre peut faire, partir dun certain ge,lexprience merveilleuse de la libration personnelle. Silny parvient pas, il senlise dans des ennuis de plus en pluspnibles mesure quil vieillit. Seule une petite minoritchappe totalement ces phnomnes du vieillissement,mais une prparation consciente cette chance peut tredun grand secours.

    Les attaches corporelles

    Cest un fait dobservation courante que le vieillardsintresse de plus en plus ltat de son corps. Des signesavant-coureurs de cette tendance prcdent de loin la vri-table vieillesse. Cela est particulirement sensible de notretemps o le simple fait de vieillir est la terreur de bien des

    gens. Plus dun ferait nimporte quoi pour que personnene saperoive quil vieillit. Et lon assiste ce phnomnesingulier que les gnrations actuelles, tout en jouissant

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    31/157

    Copyrighted Triades S.A

    dune vieillesse beaucoup plus longue que jadis, en ontcependant une crainte extraordinaire. Cela tient avant

    tout ce qu partir de la cinquantaine, la plupart des gensne sintressent plus aux progrs intrieurs quils pour-raient encore faire. Ils ne voient que les inconvnients desannes qui saccumulent et que, dans leur comptabilit delexistence, ils inscrivent toujours au compte des pertes.Combien de femmes ne dcouvrent quavec effroi la pre-mire ride sur leur visage et ne reculent devant aucunmoyen, y compris lopration, pour que leur peau ne tra-hisse pas les marques de la vieillesse.

    cet intrt pour le corps se rattache aussi sans doutelimportance que les personnes dge attribuent leursrepas et leur faon de salimenter. Il est bien moins ques-tion ici du rythme des repas, sur lequel nous reviendrons,que dune certaine avidit quil nest pas rare de constaterlorsquon a loccasion de regarder manger de vieilles per-sonnes. Elles se donnent entirement la jouissance demanger et ne se laissent distraire par rien de cette impor-tante occupation. Il ny a ici aucune intention pjorative,mais cette constatation fait une impression bizarre untmoin plus jeune. Si prs de la mort, se dit-il, le vieillarddevrait tre assez pur pour que ces jouissances terrestresne lui importent plus. En fait, on saperoit que cela nest

    quune vue thorique. Demandons-nous plutt pourquoiun vieil homme prouve un tel plaisir son petit-djeunerdu matin, ou une vieille femme ses gteaux du goter.En ralit, ces habitudes ont de profondes raisons. Onle comprend mieux lorsquon se rappelle lanalogie quiexiste entre la vieillesse et lenfance.

    Limportance de la nourriture pour le nourrisson vient,

    entre autres choses, de ce que lme enfantine se frayepetit petit, par le processus de la nutrition, un cheminvers la vie physique. Cest par lactivit des glandes diges-

    32

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    32/157

    Copyrighted Triades S.A

    tives qui transforment en substance corporelle le lait oule sucre que cette me se familiarise en quelque sorte

    avec son corps. Dans la vieillesse, quand le corps est uset fragile, le fait de manger, qui entrane la mobilisationdes processus physiologiques, accroche aussi plussolidement lme au corps. Plus on est matrialis par samanire de vivre, plus forte est la dpendance de lmevis--vis du corps. Et les personnes de cette nature saventempiriquement que cest en mangeant que lon peut leplus facilement lier au corps les nergies de lme. Ellesagissent donc en consquence pour se sentir en bonneforme. Aussi longtemps que lon na pas compris cela,on se demande avec tonnement comment font tant devieilles gens qui ne se lassent pas dingurgiter chaquejour des plats manifestement difficiles digrer, commede la charcuterie, du buf en ragot, ou de lomeletteau lard.

    Dans de tels cas, oprer des rformes radicales na sou-vent pas de bons effets. Elles entranent facilement destroubles de la nutrition, et les affections intestinales, fr-quentes chez les vieillards, peuvent rsulter des modifi-cations apportes au rgime. On fera donc bien de tenirsoigneusement compte des habitudes alimentaires avanttoute prescription mdicale. Bien entendu, il nest ici

    question ni de ceux qui ne supportent quun nombrerestreint daliments, ni de ceux qui se cramponnent unrgime nocif par pur enttement.

    Les gens dune autre sorte, qui au cours de leur vieont volu beaucoup plus librement et dans une plusgrande autonomie lgard de leurs besoins corporels, semontrent moins irrductiblement attachs leur mode

    dalimentation.

    33

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    33/157

    Copyrighted Triades S.A

    Mise la retraite

    Il est encore un point qui mrite considration. Leschoses prennent souvent une tournure qui peut se rsu-mer dans lexemple suivant : un instituteur a enseignpendant quarante ans dans une cole dont, en fin decarrire, il a t le directeur. Il doit se retirer pour faireplace un plus jeune. Il touche une retraite entire et nadonc aucun souci matriel. Lactivit que rclamaient lesobligations de chaque jour est brusquement interrom-pue. La faon dont cet homme va se comporter, une foismis la retraite, dpendra de sa conduite antrieure. Silsest intress au sort de ses lves, sil a pris cur sonmtier, sil a aim voir les enfants grandir et contribuer leur avenir, il pourra sans dommage interrompre ses acti-vits pdagogiques, parce quil saura continuer soccu-per et chapper ainsi la sclrose mentale. Seulement,cette dsirable disponibilit ne se rencontre que rare-ment. Assez frquent, par contre, est le cas du matredcole qui sest laiss gagner par la routine. Son exp-rience pdagogique ne saccrot gure avec le temps etil soccupe surtout de faire rgner en classe la discipline.Lorsquarrive la retraite, une mtamorphose saccom-plit : laiguillon extrieur ayant disparu, de tels hommes

    prouvent un vide difficile combler. Ils se lvent lematin sans entrain, sont sans ressort, insatisfaits et nesavent trop quoi faire de leur personne. Leur manquednergie peut atteindre un tel degr que lide leur vientquils sont en train de tomber malades. Ils vont consulterle mdecin. Les uns assurent quils pourraient dormirsans arrt, la nuit comme le jour, dautres au contraire se

    plaignent dinsomnie chronique. Ils se sentent crass delassitude et narrivent pas comprendre comment il sefait quun rien les puise. Ils vivent en ermites pour fuir

    34

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    34/157

    Copyrighted Triades S.A

    le contact des autres hommes. En ralit, ce nest queleur vide intrieur, leur vie sans but, dpourvue de sens,

    qui se traduit par de la fatigue.Une fois le fait reconnu, la simple logique voudrait quelon donne tout prix au vieillard une occupation. Il estcertes exact quun intrt vrai pour ce qui nous entouremaintient lesprit veill, incline lme une activit qui laravive et qui ranime le corps, mais tout conseil donn dansce sens peut se heurter une inertie insurmontable. Unhomme vieilli, cela nest pas rare, se met prendre intrt sa fatigue, la mesurer ; il cherche alors dmontrer quelacte le plus minime ne pourrait avoir sur lui quun effetdvastateur, tant donn quil est dj bien assez fatigusans cela .

    Le spectacle dun tel effondrement est courant chezles hommes, ds que leur activit professionnelle leur estenleve. Les femmes sont plus favorises sous ce rapport,parce quelles ont toujours la maison quelque chose faire qui les maintient.

    Cest une des tches importantes de notre poque quedorganiser des possibilits de vie active pour les vieux.Un travail purement mcanique, auquel ils pourraientne pas participer intrieurement, nest pas recomman-der. plus forte raison une tentative de les distraire par

    la radio ou la tlvision ne comblerait nullement ce videdangereux, car ce genre doccupations qui influencent sifortement la vie contemporaine ne peuvent que favoriserla passivit.

    Le cas chant, il peut tre salutaire quelquun dgde soccuper de petits enfants. Un enfant a le pouvoir deredonner la jeunesse au vieillard. Celui-ci peut mme, sil

    est suffisamment rceptif, tre sensible au rayonnementde ce monde dont le petit tre descend. Cela le prpare aumonde futur vers lequel il doit slever. De ces changes

    35

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    35/157

    Copyrighted Triades S.A

    rciproques entre petits enfants et grands-parents peuventnatre ces merveilleuses relations denfant vieillard qui

    furent le si bel apanage du temps jadis.

    Le jardinage

    Les hommes gs qui jouissent encore dune assezbonne sant comprennent trs bien la ncessit duneoccupation. Beaucoup se livrent au jardinage et prouventune profonde satisfaction soigner et voir pousser leursplantes. Cela les rjouit de mettre en terre les semences oude repiquer les jeunes pousses, dattendre quavec la saisontout parvienne maturit. suivre le cycle de la vgta-tion, ils sont gagns par la paix de la nature, aux mta-morphoses de laquelle ils contribuent. Ces jardiniers de laretraite participent, consciemment ou inconsciemment, la vie qui les entoure ; ils peuvent sadonner sans crainte ce travail pourvu quil nexige pas trop de leurs forces. Ilest mme tonnant de voir, parfois, de ces hommes dgeavanc, chez qui lon avait constat des annes aupara-vant, par exemple, une faiblesse cardiaque, tenir fort bienleur jardin et se maintenir ainsi en forme 9. La mdecineclassique rend difficilement compte de ces faits qui font

    ladmiration de tout praticien. Mais si lon se reprsente tout intellectuellement que ce puisse tre tout dabord que le jardin est rempli dentits que lon ne peroit pasphysiquement, tout sclaire. Les anciens grecs savaientquen chaque buisson et en chaque arbre habite une entitde la nature ; ces esprits lmentaires, bien que cachs nos yeux physiques, existent toujours. Ils peuvent tre

    amicaux ou hostiles. Qui soccupe avec amour des plantes,les entretient et les soigne, se fait deux des amis. Et leursbienfaits peuvent stendre la sant. Les vieux cueilleurs

    36

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    36/157

    Copyrighted Triades S.A

    de simples, qui savaient trouver et mlanger correctementles herbes curatives, parce quils connaissaient les vertus

    quelles reclent, en faisaient lexprience.

    Les souvenirs

    Une des particularits des personnes ges est de rp-ter les mmes choses, de revenir sans cesse sur les mmessouvenirs ; elles radotent . Cela a diverses raisons. Laplus vidente, mais la plus superficielle est une tendancemarque loubli. Nous aurons revenir sur les causesorganiques de ce phnomne. Les vieilles gens ne saventtout simplement plus quils ont dj maintes fois racontla mme chose la mme personne. Il est plus intressantde dceler quels sont les souvenirs quils ressassent le plusvolontiers. Pourquoi ceux-l prcisment ont-ils chapp loubli ?

    Les vnements vcus dont on se souvient le mieuxet le plus longtemps sont ceux qui furent associs dessentiments intenses. Ici encore une comparaison aveclme enfantine permet de comprendre pourquoi. Voiciun exemple qui montre, grosso modo, comment cela sepasse : Une personne garde depuis lenfance le souvenir

    trs net dune maison et de la grande place qui stendaitdevant. Or, sur cette place elle avait fait une chute lgede trois ans. Elle stait corche le genou et ne pouvaitplus se relever. Elle napercevait plus personne de connais-sance proximit et tait remplie aussi bien de la douleurphysique que du sentiment dabandon.

    Le pre de Benvenuto Cellini connaissait dj ce rap-

    port entre sentiment et souvenir et il leva son fils enconsquence 10. Dans la suite de lexistence, nos souvenirspeuvent se fixer diffremment, mais ce sont toujours les

    37

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    37/157

    Copyrighted Triades S.A

    vnements fortement teints daffectivit qui en formentla charpente la plus solide. Ces images resurgissent facile-

    ment, sur le tard, du subconscient, et nous servent souvent nous justifier, nous expliquer vis--vis de nous-mmes.Une femme parlera toujours et encore, du mal quelle a

    eu pour mettre au monde ses enfants et de tout ce quellea endur. Une autre ne se lassera pas dvoquer un princepour lequel elle a d un jour prparer un grand dner. Etune troisime ne cessera de rpter son docteur com-bien il avait tort, ce spcialiste qui a prtendu, vingt ansauparavant, que larthrite ne fait plus souffrir lorsquelleest devenue chronique. Que lon ait pris cur peu ouprou tel vnement de la vie, cela dpend naturellementde toute la manire dtre et de sentir de lintress. Moinsil aura vcu dpisodes mouvants et moins il abondera enrminiscences. Car cest bien le sentiment qui fait la viva-cit du souvenir.

    Une question demeure encore : quelle occasion cessouvenirs resurgissent-ils ? Il suffit quun lment ext-rieur si loign quil soit en apparence dclenchelassociation dides avec lvnement important . Parexemple, chaque fois quon se sert table dune certainecuiller, rapparat le motif du dner avec le prince ; lors-quun bb pleure, cest la naissance du fils ; et lorsquun

    mdecin palpe une articulation, cest le spcialiste et safausse prophtie. Ces rptitions, qui trahissent beaucoupdgosme, sont trs agaantes pour lentourage. Au fond,elles montrent clairement que les penses du vieillardtournent en rond autour de lui-mme. Il veut rappeler sonimportance ses propres yeux comme ceux des autres.Ce quil dit et rpte sans arrt nous donne la cl de ses

    penses intimes. Il importe, si lon veut se prparer correc-tement la vieillesse, de ne plus laisser la moindre place lgosme. On ne doit se laisser aller raconter ses souve-

    38

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    38/157

    Copyrighted Triades S.A

    nirs que dans la mesure o ils intressent les autres, et nonpour se rendre soi-mme intressant.

    Lidal est videmment lorsquune personne geconnat de vrais contes de fes ou bien quand sa vie estpleine dlments quasiment feriques dont elle peut tirerdes rcits lusage des enfants. Voil des rcits quellepourra renouveler autant quelle voudra, les petits audi-teurs seront toujours contents. Jadis, il ny avait quungrand-pre ou une grand-mre pour savoir bien raconterdes histoires, ou, tout le moins, une personne dge, quise souvnt des faits marquants de sa propre histoire et quist les raconter toujours dans les mmes termes 11.

    Le monde des images

    Lexemple de nombreux vieillards montre que, dufait quils ne vivent intensment que dans le monde deleurs propres penses, ils perdent le contact avec lex-trieur. Ils oublient facilement que les autres nont pasautant de loisirs queux et sgarent dans dinterminablesdiscours pleins de digressions. Une vieille femme vientpar exemple trouver le mdecin pour lui raconter : alors lenfant sest lev et il a ouvert la porte. Mon mari

    venait justement de la repeindre. Cela fait vingt ans quenous habitons la mme maison. Mais passons. Bref, aumoment o lenfant a ouvert la porte, le chien sest jus-tement mis aboyer. Une bte magnifique. Lenfant esttomb. Ce ntait que le coup de la frayeur, etc. Enconclusion, le docteur serait bien gentil de venir, aprssa consultation. Souvent, il ny a que la dernire ou la

    premire phrase qui concerne le fait, tout le reste est par-faitement superflu.Avec lge, la mmoire saltre gnralement. Les forces

    39

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    39/157

    Copyrighted Triades S.A

    vitales se retirent progressivement. Or, cest justementgrce elles que lvnement extrieur simprime si for-

    tement en nous. Quand, en effet, ces forces ne sont plusabsorbes par la construction du corps, le pass se dressedevant nous sous forme dimages. Cet tat de choses ason homologue dans la priode de lenfance, avec cettediffrence que lenfance sent les forces vitales construire lecorps physique, tandis quavec la vieillesse, elles prennentle chemin oppos et se dgagent progressivement delorga nisme. Leur direction est donc inverse. Mais pource qui est de ltat lui-mme, il ny a gure de diffrenceentre lenfant et le vieillard, de mme que si lon consi-dre quelquun qui se trouve au dehors dune maison, sasituation par rapport celle-ci est la mme, quil viennede sortir ou quil sapprte rentrer. Il est bien connuquun homme en danger de mort, quil fasse par exempleune chute, ou bien quil se noie, voit sous leffet du chocnerveux dfiler en images nettes les souvenirs de sa vieentire. Par le choc, les liens normaux des forces vitalesavec le corps physique sont distendus. Par l, llmenttemps ne joue plus quun rle minime. Cela ressort dufait que, bien que linstant de lintense frayeur soit court,le mental embrasse la vision dune vie entire. De mme,un vnement vcu dans lenfance, tel celui que nous

    avons cit plus haut, laisse une image trs vive devantlil intrieur du vieillard. Il le racontera avec force dtailsparce quil ressent le besoin de ne rien omettre de ce quilvoit. Cest parce que dans le monde des images la notiondu temps sestompe presque entirement quil nen tientpas compte dans son expos. Les personnes qui ont ledon de bien raconter sont celles qui savent lire les images

    quelles portent en elles. Naturellement, leur personnalitdomine les penses-images et cest par l quelles peuventexercer un tri (par exemple dans le domaine artistique)

    40

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    40/157

    Copyrighted Triades S.A

    et sparer lessentiel de ce qui ne lest pas. Cette matriseconsciente du monde des images chappe la plupart du

    temps aux personnes ges de notre poque. La raisonen est que par notre ducation matrialiste et la prmi-nence accorde lintellect les hommes perdent de bonneheure la facult de penser en images. Avec la snescence,par le fait que les forces vitales se dtachent du corps,quelque chose de cette facult revient. Mais par suite dumanque dentranement, on perd facilement le contrledes images et elles se prsentent sans ordre. Comme len-fant pense galement en images, il est normal que dans lavieillesse ce soient les souvenirs denfance qui reviennentle plus aisment. Cest pourquoi les gens qui auront su aucours des ans conserver un mode visuel de penser paropposition la pense abstraite tomberont beaucoupmoins dans le travers de la prolixit. Goethe nous endonne un bel exemple. Il possdait et cultiva toute sa vieun mode de penser admirablement imag. Il affirmait Schiller que ses ides taient visibles ses yeux : Nousarrivions crit-il, sa maison. Je my laissai entranerpar lattrait de la conversation. Jexposai avec vivacit lamtamorphose des plantes et fis apparatre ses yeux, enquelques traits caractristiques, une plante symbolique.Il perut et contempla tout cela avec beaucoup dintrt,

    se montra trs rceptif limage ; mais lorsque jeus fini,il hocha la tte et dit : Ce nest pas une ralit perue,cest une ide. Je fus interloqu, un peu irrit mme,car il appuyait ainsi trs fortement sur le point qui noussparait. La discussion sur Grce et Noblesse me revinten mmoire, je sentis la vieille rancune se rveiller ; maisje me contins et rpliquai : Je suis alors trs content

    davoir des ides sans le savoir et mme de les voir de mesyeux ! 12

    Et lorsque nous considrons les dernires uvres po-

    41

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    41/157

    Copyrighted Triades S.A

    tiques de Goethe vieillissant, que nous lisons ses lettres ouses entretiens, jamais il ne nous vient lesprit de dire :

    ceci est trop long, verbeux ou alambiqu. Au contraire,tout est dun dessin net et concis, trac avec lucidit etmatrise.

    Cest ainsi que lon peut dire quune ducation vri-tablement artistique et la pratique dun mode visuel depenser pourraient nous pargner de devenir comme cesvieux qui se perdent dans des digressions circonstancies,et racontent des histoires nen plus finir.

    La perte de la notion du temps explique dautres ph-nomnes trs caractristiques. Du fait que les forces vitales,que Rudolf Steiner appelle les forces thriques, se retirentlentement des organes, le sens de la dure tend dispa-ratre aussi. Les changes vitaux ne sarrtent jamais. Ilssont diffrents selon quil fait jour ou nuit, selon quontravaille ou se repose, en hiver ou en t. Sils seffectuentrapidement et avec intensit, nous sommes enclins croirequun temps plus long scoule. Dans lenfance, priode oles forces vitales agissent intensment pour non seulemententretenir lorganisme, mais ldifier, le temps qui passenous parat toujours infiniment long. Quand un enfantrevient de vacances, tout lui semble tranger et inhabituelet il a limpression dtre rest parti bien longtemps. Des

    semaines peuvent alors valoir des mois, des mois paratredes annes. Quand on est vieux, cest le contraire qui seproduit. Le temps passe toute vitesse , parce que le tra-vail organique des forces thriques saffaiblit toujours pluset influence le corps de moins en moins. Cest pourquoiles vieux se plaignent toujours que les annes passent tropvite, et ce, dans une priode de la vie o les gens font gn-

    ralement peu de chose et o lon pourrait se figurer que letemps leur semble long . propos de cette question du temps, il faut encore

    42

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    42/157

    Copyrighted Triades S.A

    noter ceci : pendant le sommeil, les forces constructivessont beaucoup moins actives chez les vieilles personnes

    que pendant la jeunesse ou la maturit. Le rsultat est quela dure du sommeil parat souvent beaucoup plus courtequelle ne lest rellement, et tel se plaint d insomniesterribles qui jouit dun sommeil normal.

    Cela nempche pas, bien entendu, les cas dinsomniesrelles, et il ne faut pas non plus taxer le vieillard d ima-gination . Lestimation du temps coul est sujette biendes illusions. Il importe den voir clairement les raisons, et ilsera peut-tre utile aux personnes ges de savoir pourquoila dernire partie de la vie parat scouler si rapidement.

    Des reprsentations images et teintes dmotiondemeurent plus longtemps en mmoire, avons nous dit,que des contenus plus abstraits. Cest pourquoi les vieillesgens oublient si facilement les noms propres, car de nosjours ces noms ne sont plus significatifs ; ils ne disent riensur ceux qui les portent.

    La pense colore

    Les forces constructives et vitalisantes saffaiblissentle plus rapidement dans la rgion de la tte, en tant que

    cest l justement que se trouvent les organes des sens, lesnerfs et le cerveau. Cest pourquoi le desschement et lasclrose partent aussi plus spcialement de l. Celui quinourrit des penses calculatrices, orientes vers le domainematriel, sclrose ncessairement son corps, car chez luila tte travaille trop exclusivement. Il est vrai que jusquun certain degr tout corps humain doit tre durci par

    lintervention du systme nerveux qui le modle. Ce dur-cissement apparat prcisment l o le sang, llmentfluide et porteur de chaleur, circule, cest--dire dans les

    43

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    43/157

    Copyrighted Triades S.A

    artres. Ce sont les parois vasculaires qui absorbent le plusvite, cause de leur grande dlicatesse, ce que le sang peut

    contenir de forces sclrosantes. La substance nerveuse ducerveau, qui est relativement peu irrigue compare aufoie, la rate, aux reins et dautres organes ragit natu-rellement aussi avec une grande sensibilit, quand le fluxsanguin se modifie ; la sclrose de la paroi artrielle modi-fie le dbit sanguin. Par l, le cerveau devient un mauvaisinstrument pour la pense ordinaire. Ltre snescent quitoute sa vie sest appuy exclusivement sur ce mode depenser, nest plus aussi bien second par le cerveau ; sessouvenirs naccdent plus correctement lorgane phy-sique et il oublie tout sur-le-champ. Il peut mme enarriver au mme point que le vieux Darwin, qui lisait sespropres uvres avec apparemment beaucoup dintrt,sans se souvenir quil en tait lui-mme lauteur !

    Si quelquun dveloppe dans le cours de sa vie lhabi-tude de maintenir ses penses dans le monde thriquedes images, il obtient deux rsultats : premirement, il usebien moins son cerveau physique, grce quoi celui-cigarde plus longtemps sa jeunesse ; deuximement, il par-vient vivre avec sa personnalit consciente dans le mondedes images, sans tre compltement dpendant de linstru-ment physique de la pense. Faire en dormant des rves

    trs anims, nets et colors, est souvent signe que lon vitfortement dans ce monde imag. Sous ce rapport, il peuttre intressant de remarquer que les malfaiteurs endurcis,par contre, rvent trs peu. Cest en effet une espce degens quil y ait aussi des exceptions, cela va sans dire qui vivent sous lempire quasi absolu de reprsentationsmatrielles et de sentiments terre terre.

    Si lon veut jouir dune vieillesse agrable, il faut syprparer tout au long de la vie. La petite enfance, commelducation scolaire, jouent sous ce rapport un grand rle.

    44

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    44/157

    Copyrighted Triades S.A

    Nanmoins, il est possible dobtenir encore de bons rsul-tats plus tardivement, pourvu que lon soit prt travail-

    ler srieusement sur soi-mme. Il peut tre extrmementbienfaisant pour les personnes ges de faire de la pein-ture, mme si elles nen ont jamais fait auparavant.

    Le mieux est quon lapprenne, comme les enfants descoles Rudolf Steiner, en faisant de laquarelle. Sintresser la couleur qui se dilue dans leau et observer leffet diff-rent de chaque teinte, peut, mme un ge avanc, briserla carapace et les rigidits de lme. Tout ce qui lve, toutce qui est artistique, peut contribuer gurir la mala-die dtre vieux.

    La crainte du renoncement

    Les bizarreries des vieillards sont le plus souvent unersistance tenace tous les efforts faits pour les gurir .Les forces vitales tarissant, une foule de symptmes fontleur apparition, quil importe de bien comprendre.

    Il va de soi que chacun voudrait perdre le moins pos-sible de sa vitalit. Si, donc, quelquun a travaill desannes durant pour acqurir avec ses conomies unemaison, un appartement, ou simplement une chambre,

    qui lui sert de cadre et o il a pour ainsi dire insuffl desa vitalit 13, chaque pice de mobilier : tableau, vase ourideau, peut reprsenter pour lui beaucoup de choses ;en outre, chacun de ces objets se rattache un souvenirauquel il tient. Dans la mesure o lon se sclrose, oncourt le danger de laisser ces influences figer toute la viede lme, pour peu quon nait pas appris les dominer et

    tre vigilant. De l la tendance de bien des vieilles gens ne vouloir se dfaire de rien de ce qui leur appartient. Plusils avancent en ge, plus ils se cramponnent aux choses qui

    45

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    45/157

    Copyrighted Triades S.A

    les entourent depuis longtemps. Il faut considrer ce faitsans parti pris. En quelque endroit que lon sjourne un

    peu longtemps, on le pntre de sa force thrique.La chose est trs facile comprendre quand on pense ce qui nous entoure le plus troitement : le linge et lesvtements. Ils sont imprgns de quelque chose li intime-ment aux forces vitales. Cela peut se faire de faon trs sub-tile et dlicate, mais aussi de faon plus intense et sensible autrui lorsque lon transpire fortement. Bien des gensne se sentent vraiment laise quen mettant du linge etdes vtements quils ont dj ports. Quand on est jeune,plein de vigueur et de sant, on ny fait gure attention ;mais un ge avanc les personnes en qui la tendance lasclrose est fortement marque montreront souvent unerpugnance porter des vtements neufs et parfois mmedu linge propre. On pourrait citer tel vieux monsieur quiconformment une certaine tradition mnagre chan-geait de chemise le dimanche matin. En consquence etlui-mme en convenait il tait, le dimanche, mal laise,morose et mal dispos. (Les enfants aussi ne sont gnrale-ment pas trs contents quand ils doivent mettre du lingepropre). Cette aversion peut sexagrer jusqu devenirmaladive, comme ctait le cas dun vieillard qui ne vou-lait plus ter ses vtements pour aller au lit le soir, et qui

    se refusait non seulement tout contact avec leau maisencore toute espce de soins corporels.

    Cet attachement peut stendre, quoique un degrmoindre, des immeubles et des domaines entiers. Il ya mme des hommes daffaires qui mettent pour ainsidire quelque chose deux-mmes dans leur correspon-dance commerciale et qui ne sauraient se dmunir de leurs

    archives . Le record dans ce domaine a t battu par ledirecteur de la maison Ford en Amrique, qui a laiss samort un amoncellement de plusieurs tonnes de papiers

    46

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    46/157

    Copyrighted Triades S.A

    sans aucun intrt.Certaines singularits des vieillards ont leur origine

    dans la crainte, souvent inconsciente, de laisser chap-per une parcelle de leurs forces dclinantes. Il nest pasrare, par consquent, quils se couvrent exagrment devtements et de sous-vtements ; ce fait est dobservationcourante pour les mdecins. Bien entendu ces habitudessont en partie fondes, car il importe autant aux vieillardsquaux enfants dtre tenus bien au chaud. Seulement,elles sont frquemment pousses un excs ridicule.

    Ceux qui inclinent lavarice doivent ce trait de carac-tre le plus souvent leur constitution physique. Les grosau visage panoui et dhumeur joviale feront rarement desgrigous parce que ce genre de personnes dodues gardentsouvent un surcrot de vitalit. Lavarice est plutt le faitdune constitution sche et ple.

    Une fois quon sest fait une ide claire du rapportentre ltat corporel du vieillard et son tat moral, oncomprend bien des symptmes, notamment le plus fr-quent : la crainte de la maladie et la peur de la mort. Onvoudrait, cela va de soi, ne rien perdre de ses forces th-riques et cependant on sait plus ou moins clairement queces forces nous sont enleves, partiellement par la maladie,totalement par la mort.

    Lamoindrissement des possibilits physiques et intel-lectuelles mne frquemment un tat desprit particu-lier, une attitude morale qui ne peut tre qualifie quede rsignation, une sorte de renoncement douloureux toutes les choses que lon a aimes, peut-tre aussi auxidaux que lon a poursuivis. Tout cela est abandonn,parce que les forces ny suffisent plus. notre poque

    o lon nglige tant ce qui touche la vie de lme, les-prit dabandon est particulirement flagrant. On dplore,entre 60 et 70 ans, de ne plus pouvoir travailler avec

    47

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    47/157

    Copyrighted Triades S.A

    autant dentrain, de ne plus pouvoir faire de lescaladeen montagne avec autant dagilit, etc. Cet tat desprit

    se manifeste dans maints dtails de la vie quotidienneet peut aller jusqu assombrir lexistence aussi bien delintress que de ses proches. Par ailleurs, la baisse desfacults peut amener des conflits intrieurs, et lon nestque trop facilement enclin se mentir et se trompersoi-mme. Par exemple, telle cantatrice sur le retour nevoudra pas savouer de longtemps que sa voix na plus lamme puret et le mme timbre harmonieux quau tempso elle tait prima donna. Les manies sniles nont riendincurable et lon devrait absolument les pargner sonentourage. Comment cela est-il possible ? Dabord, il fautcultiver beaucoup plus quon ne le fait la connaissance desoi, et ensuite remplacer la rsignation douloureuse parce quon pourrait appeler un dtachement joyeusementaccept. Le renoncement devrait sallier une attenteconfiante de ce qui vient, une fois que le cycle dvolutionde la vie terrestre est rvolu. Quiconque est capable de sai-sir dans toute sa porte profonde le destin de lhomme enreconnatra toujours la sagesse et surtout la justice.

    48

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    48/157

    Copyrighted Triades S.A

    CHAPITRE III

    Le rle des sens

    Le toucher, loue, la vue

    Il est trs intressant dexaminer comment la diminu-tion des forces vitales marche de pair avec laffaiblissementdes sens. Encore faut-il ne pas sen tenir aux cinq sensconnus du physiologiste, mais faire entrer en ligne decompte les facults que Rudolf Steiner incorpore au sys-tme sensoriel, soit un total de douze sens. Ces douze sensinterviennent sans interruption dans le fonctionnementde lorganisme vivant 14.

    Avec lge, le toucher perd de sa finesse. Rien que latendance trembler enlve dj facilement ce sens safonction la plus subtile : savoir, par le contact, saisir lanature dun corps. Il faut tenir compte du fait quen tou-chant un objet on peroit surtout le dplacement de sa

    propre peau, par exemple le bout de ses doigts et nonlobjet lui-mme. Mieux on est capable de ressentir cespressions dans son corps, et surtout den apprcier lesdiffrences les plus tnues, et mieux on peut apprhen-der et reconnatre exactement lobjet extrieur. Laveugle,notamment, voit pour ainsi dire par le bout des doigts.

    Laffaiblissement progressif de la sensibilit tactile

    explique la facilit avec laquelle le vieillard perd le contactavec le monde extrieur. Les consquences peuvent tre assezfcheuses lorsque lme se cramponne un corps dcrpi.

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    49/157

    Copyrighted Triades S.A

    Quant loue, un amoindrissement trs net se mani-feste aussi, frquemment. Si lintress en a conscience,

    il interprtera prudemment tout ce quil entend. Et il nedevrait pas craindre davouer, cas chant, quil a loreilledure et quil a mal entendu, sans en rejeter la faute surautrui. En faisant ainsi, il slve moralement au-dessus ducorps et de linfirmit ; il ne se laisse pas tirer en bas parson corps sclros.

    Mais quest-ce qui se passe en fait frquemment chezles personnes dures doreille ? Beaucoup ne se rendent pasdu tout compte quelles entendent mal et elles simaginentque ce sont les proches qui ont chang dattitude vis--visdelles ; elles les souponnent de vouloir leur dissimulerquelque chose, de faire des cachotteries. Si elles dcouvrentfinalement que leur oue est devenue mauvaise, elles nenlaissent rien paratre. Mme des personnes trs volues neveulent pas avouer que leur oreille est en dfaut. Elles pr-frent rester dans lincertitude et passer outre une lacunedans la conversation plutt que de montrer leur dfaillance.

    La faiblesse allant en augmentant, les durs doreilleattendent de leurs proches quils se tournent toujours verseux pour leur parler. Sils ne le font pas, de petits souponsnaissent aussitt dans leur esprit. Ils prennent mal ce quise passe alentour, ou se sentent viss pour un rien. Ainsi

    en arrivent-ils facilement penser quon leur manquedgards et mme que lon dit du mal deux. Il peut sefaire quils simaginent entendre des insultes, force desaccrocher de toute leur me leur organe acoustique. Ilsprennent ainsi petit petit une attitude hargneuse vis--vis de lentourage.

    Un organe sensoriel normal ne communique aucune

    fausse donne, si nous en croyons Goethe 15, mais uneoreille endurcie peut naturellement occasionner erreurs etillusions. Un il intact laisse passer, sans rien modifier, les

    50

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    50/157

    Copyrighted Triades S.A

    images du monde extrieur. Une oreille en bon tat reoitgalement sans obstacle les sons qui lui parviennent. Mais

    ds que la permabilit de lorgane est compromise par levieillissement, lobjectivit de la perception peut ne pas semaintenir. Il peut aisment sy mler quelque chose qui nevient pas de lextrieur, mais de lintrieur de lme. Et cessensations du dedans (par opposition aux sensations nor-males qui viennent du dehors) sont perues de faon trsconcrte dans loreille. De l des hallucinations acoustiques,qui sont, non le produit dune excitation extrieure de lor-gane, mais dun mouvement autonome du mental. Dansdes cas morbides, les sons perus prennent notammentlallure de reproches injurieux, pour peu que lon soit enclin la mfiance et au soupon. Lisolement du grand ge etlamoindrissement de la vitalit renforcent cette prdispo-sition ; les bruits divers causs dans loreille par la sclrosede lorgane sont affubls dune signification particulire. Levieillard entend des paroles quil croit lui tre adresses.

    galement, chez les personnes atteintes daffectionsoculaires, telles que la cataracte, lopacit du cristallinprovoque parfois de fallacieuses visions. Dans les casextrmes, il peut mme y avoir apparition dimages qui neproviennent assurment pas de lextrieur, mais de lint-rieur. Ces patients affirment voir, en particulier au crpus-

    cule, des btes sauvages qui savancent vers eux et leur fontpeur. Dune manire gnrale, on observe que les vieillespersonnes dont la vue se dtriore deviennent plus parti-culirement peureuses. Leur vue prcaire provoque en euxune apprhension diffuse. (Il ne sagit ici, remarquons-lebien, que des personnes dont les yeux deviennent dfi-cients un ge avanc, qui sont atteintes de cataracte ou

    de glaucome ; car ceux qui sont devenus prcocementaveugles ne connaissent gnralement pas cette sorte decrainte, dapprhension). En somme, il y a une certaine

    51

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    51/157

    Copyrighted Triades S.A

    opposition entre les incommodits de ceux qui ont la vuefaible, dune part, et des durs doreille dautre part. Les

    premiers souffrent de timidit et ont peur de marchertout seuls, mme lorsquils ont t oprs de leur cristallinopaque ; les seconds non seulement se trouvent isols deleurs semblables, mais deviennent, de plus, agressifs etmfiants. Ils en oublient parfois compltement leur malrel pour nourrir leur vie affective des ractions subjectivesque leur suggrent les troubles de lorgane.

    On oublie trop facilement que le sens de lodorat, luiaussi, diminue au fur et mesure que lon avance en ge.On y prte moins attention, parce que la dfaillance desfacults olfactives napporte aucun changement notabledans la manire de vivre. Et pourtant nos impressions olfac-tives sont souvent trs riches, trs importantes, car cestgrce elles que notre tre le plus intime se rattache la ra-lit ambiante. Lme est trs sensible aux odeurs. Ntait-cepas chose courante, dans lancien temps, que les damesdlicates enclines aux vapeurs , recourent leur flacon desels pour recouvrer leurs esprits ds quil menaait de sen-voler ? Et Schiller, comme on le sait, stimulait en lui lacti-vit cratrice par lodeur des pommes gtes quil conservaitdans son pupitre. Le vieillard perd grandement la facult depercevoir la diversit des odeurs. Pour certains, il ne reste

    plus que le plaisir du tabac. Mais combien de stimulantsperd-on, ds que smousse la finesse de lodorat

    Le got

    Les organes du got montrent, eux aussi, quelques

    singularits quil convient dobserver et qui demandentexplication. On verra souvent vieilles et vieux compo-ser leurs menus de faon trs uniforme, comme nous

    52

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    52/157

    Copyrighted Triades S.A

    lavons dj dit. La raison nen est pas seulement quilssappliquent maintenir le mme rythme, mais aussi que

    les organes gustatifs, comme tous les organes sensoriels,perdent en vieillissant leur efficacit. On comprendramieux les consquences de cet amoindrissement en sereportant la petite enfance. Le got du nourrisson estentirement satisfait si on lui donne pendant des mois,jour aprs jour, intervalles rapprochs, du lait. Celui-cipourvoit aux besoins de tous les organes, dont viennent,en dernire analyse, le besoin de nourriture et lapptit.Le got, lorsquil nest pas perverti cest--dire prin-cipalement dans la premire enfance , acquiesce pourainsi dire avec plaisir toute nourriture qui rpond lafaim organique de manire adquate. Le nourrisson enest content et tout son corps prouve ce contentement.Cest pourquoi les petits enfants rclament si avidementleur lait lorsquon laisse passer lheure du biberon. Le sensgustatif est, cette poque, encore trs lmentaire. Cenest que plus tard quil devient sensible la varit detoute une gamme daliments. Quel degr de finesse cettefacult peut atteindre, il nest pour sen convaincre que devoir les goteurs professionnels identifier au palais le cruet lanne dun vin. Mais, de mme que la vue et loue, legot perd de sa force avec lge. En consquence, on tend

    manger toujours la mme chose, parce quon ne goteplus quun nombre restreint daliments. On assiste alors ce fait curieux que les vieilles gens sont extraordinai-rement portes sur des mets bien dtermins. Et ils secomportent comme le nourrisson qui ne peut pas patien-ter pour boire son lait. Beaucoup deviennent grincheuxquand le petit-djeuner narrive pas lheure habituelle,

    dautres ne se tiennent plus dimpatience au moment duth laprs-midi. Cette exigence peut porter sur toutessortes daliments ou de boissons. Une uniformit aussi

    53

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    53/157

    Copyrighted Triades S.A

    grande dans les habitudes alimentaires ne se rencontrequoccasionnellement chez les personnes plus jeunes. Les

    vieilles gens naiment pas non plus tre dranges pendantle repas ; ils veulent jouir de la nourriture pleinement ettranquillement, tout comme le nourrisson au sein de samre.

    Il est curieux de voir comme les organes sensorielspeuvent occasionner certains mouvements de lme, dsque les forces vitales diminuent dans les organes. Lmeelle-mme est, dans ces conditions, trop fortement et tropexclusivement concentre soit dans lil soit dans loreille ;elle est durement contrainte demeurer dans le corporelet influence par lui. Cest ainsi comme nous lavons vu que loreille dficiente produit, le cas chant, mfianceet suspicion, lil affaibli inquitude et apprhension,et un sens gustatif qui smousse avidit et gloutonnerie.Lexemple de ces trois sens montre avec nettet que lesorganes uss nous renseignent mal sur le monde extrieur,dabord, mais aussi que lme elle-mme se trouve pourainsi dire implique dans leur sclrose, si bien que par letruchement des organes vieillissants cest en quelque sortetoute limage que lhomme se fait du monde qui porte lesceau de la vieillesse. Mais dautres encore parmi les douzesens appellent ici une mention particulire, parce que leur

    affaiblissement joue un rle essentiel.

    Le sens de la vie et le sens du mouvement

    Que lon pense au sens de la vie, par lequel nous pou-

    vons avoir la sensation interne et globale de nos forcesvitales. Lorsquil y a en nous une certaine vigueur, unsentiment de sant foncire, qui nous donne une impres-

    54

  • 7/24/2019 Nousauronsunevieillesse Lumineuse Norbert Glas by Mourad

    54/157

    Copyrighted Triades S.A

    sion de bien-tre, nous prouvons cette euphorie par letruchement du sens de la vie. Si la vitalit baisse, lhomme

    se sent mal laise ou las des pieds la tte. Cela est unfait dexprience courante. Un simple embarras gastriquesuffit nous rendre bien misrables. Cest la carcasse toutentire qui se sent alors embarrasse , parce quen pareilcas lharmonie est dtruite, gnralement dans le fonc-tionnement de tous les organes. Le fait est encore plusfacilement observable dans lenfance, car lunit des forcesthriques est plus manifeste encore que plus tard. Unenfant mal laise se montrera paresseux, dgot, indiff-rent lgard de toute chose.

    Laffaiblissement du sens de la vie a naturellementune influence sur ltat dme et peut se faire sentir sousla forme dune attitude pessimiste. Les vieilles gens quisouffrent particulirement dune diminution de ce sensont la singulire tendance croire que tout doive maltourner ; ils suspectent toujours dans une situation don-ne un lment menaant qui risque de tout compro-mettre. Lcrivain anglais Hugh Walpole a dcrit cetteparticularit de faon frappante dans un de ses romans,dont les hrones sont trois vieilles dames. Le chapitre enquestion est justement intitul Sense of danger 16.

    La personne ge qui nest pas parvenue hausser son

    me, au moins dans une certaine mesure, un niveau olaffaiblissement de ses sens ne laffectera plus, offre sou-vent un spectacle affligeant. Si elle retombe entirementdans cet tat de dpendance lgard du sens vital qui estcelui de lenfance, son humeur sera la merci du moindreaccroc. Tout trouble digestif, toute douleur rhumatismale,toute sensation de faim ou de soif se rpercuteront sur

    ltat gnral. Laffaiblissement du sens de la vie semblese manifester par une trs grande susceptibilit physiolo-g