Nourrir les hommes Source: Magnard géo Seconde (2010) Mieux nourrir la population : objectif...

download Nourrir les hommes Source: Magnard géo Seconde (2010) Mieux nourrir la population : objectif premier du développement durable car:.1 milliard de personnes.

If you can't read please download the document

  • date post

    04-Apr-2015
  • Category

    Documents

  • view

    110
  • download

    2

Embed Size (px)

Transcript of Nourrir les hommes Source: Magnard géo Seconde (2010) Mieux nourrir la population : objectif...

  • Page 1
  • Nourrir les hommes Source: Magnard go Seconde (2010) Mieux nourrir la population : objectif premier du dveloppement durable car:.1 milliard de personnes souffrent de sous-alimentation chronique.2 milliards de mal nutrition au Sud mais aussi au Nord !
  • Page 2
  • Leon gnrale: A) Nourrir les hommes 1) La nourriture est-elle suffisante aujourd hui ? La population sur la plan te a globalement t multipli e par 2,5 depuis 1950(2,5 milliards 6,7 milliards en 2010). Les pr visions tablent sur 9 milliards d individus en 2050 (rappel). On a pu parler d explosion d mographique La demande alimentaire globale a augment en cons quence. Pour nourrir tous les humains d ici 40 ans, la production agricole doit croitre de 70%
  • Page 3
  • Globalement : la production agricole progresse plus vite que laugmentation de la population. Chaque hab. dispose en moyenne 2800 kilocalories/J (2300 en 1960) alors que 2500 kC sont suffisantes. Source:Hachette ducation (2010)
  • Page 4
  • Page 5
  • Page 6
  • Page 7
  • Page 8
  • En Inde par exemple:
  • Page 9
  • Page 10
  • Pourquoi la quantit alimentaire moyenne par habitant progresse -t-elle ? (chelle globale) -gains de productivit avec accroissement des rendements par hectares..Dans le Nord avec l agriculture productiviste (modernisation).Dans le Sud : r volution verte (c r ales haut rendement, engrais, traitements des v g taux, irrigation donc peu soucieuse d cologie) -hausse du commerce des produits alimentaires afin de compenser les insuffisances locales (X 20 depuis 1960)
  • Page 11
  • Cependant, ces donn es globales ne doivent pas cacher des disparit s, les probl mes:.1 milliard d humain sont sous nourris et 1 milliard sont sur-nourris - Trop nourris :Etats-Unis, vieille Europe, bassin m diterran en, Australie, Nouvelle Z lande (part accrue de graisse, de produits laitiers, de boisson gazeuses, de sucre ). 2 milliards : ration alimentaire incompl te. Des r gions du globe souffrent plus que d autres : +L Afrique subsaharienne est la r gion la plus affect e (en %) par la sous-nutrition (croissance d mo forte, agriculture traditionnelle peu productive, troubles politiques et militaires, al as climatiques). +L Asie en d veloppement a un meilleur profil en dehors de la Mongolie (climat), l Afghanistan (passage l conomie de march et guerre). Apport nutritionnel suffisant pour les deux grands de la zone Chine et Inde (39% de l humanit ). +Am rique du sud et centrale : insuffisant dans quelques Etats ( Equateur, Bolivie, Guatemala, Nicaragua )
  • Page 12
  • Page 13
  • Page 14
  • Page 15
  • Obsit aux Etats-Unis
  • Page 16
  • Page 17
  • Page 18
  • Pour les adultes, l'indice de masse corporelle est gal la masse (exprime en kilogrammes) divise par le carr de la taille de la personne (en mtres) :massekilogrammesmtres exemple : 75 kg / (1,75m) = 75 kg / 3.0625 = 24,49 (le rsultat est en kg/m, mais la plupart du temps, on n'crit pas l'unit) Un IMC entre 18,5 et 25 est considr comme normal chez un adulte. Entre 25 30, on parle de surpoids (surcharge pondrale). Au-del de 30, on parle d'obsit. De 35 40, on parle d'obsit svre et, au-del de 40, d'obsit morbide.
  • Page 19
  • Situation alimentaire aux Etats-Unis
  • Page 20
  • Page 21
  • Page 22
  • Page 23
  • 2) Le d fi de la s curit alimentaire Scurit alimentaire : selon la FAO (food and agricultural organization), situation o les tres humains ont tout moment un acc s une nourriture suffisante, saine et nutritive lui permettant de satisfaire leurs besoins nerg tiques et leurs pr f rences alimentaires. a) D fis de la quantit Pour atteindre cette S.A : -exploiter davantage de terres mais. les r serves sont limit es. les sols sont aussi utiliser autrement fort, biocarburants, alimentation pour las animaux -exploiter les eaux mais ocans et eaux continentales ne fournissent que:.4% seulement des calories et 6% des prot ines.. en outre certaines esp ces sont surexploit es (Thon rouge) -augmenter les investissements mais les capitaux manquent dans de nombreux pays + difficult s d acc s aux cr dits. Cependant : la production en soi n est pas le seul probl me. Il faut:. un r seau de transport performant. une stabilit politique. une meilleure r partition des richesses (in galit de pouvoir d achat)
  • Page 24
  • b) Les d fis de la qualit Certes l agriculture moderne productiviste a permis d augmenter les rendements et de r duire les famines. -N anmoins :.consommation excessive d engrais et de produits chimiques avec pollution des sols, de l eau et de l air..mise en danger de la sant des consommateurs engendr e par des d rives (hormones dans les levages am ricains, maladie de la vache folle en Europe )..utilisation d OGM qui peuvent pr senter des avantages (ma s transg nique contre la pyrale) mais aussi des probl mes (Colza qui r siste aux herbicides mais n cessit d augmenter les doses car ph nom ne s d accoutumance) Les F.T.N de l agroalimentaire jouent un rle important dans la diffusion de produits standardis s, grande chelle, de pi tre qualit - Les consommateurs doivent avoir acc s une nourriture saine (le plus possible bio) avec des informations sur l origine et les m thodes de production du produit en privil giant la qualit gustative et nutritionnelle des aliments (tra abilit )
  • Page 25
  • Page 26
  • Page 27
  • Source: Hachette seconde 2010
  • Page 28
  • 3 ) Vers une autre agriculture a) Un autre fa on de produire -D velopper une agriculture durable :. est l'application l'agriculture des principes du d veloppement durable. Il s'agit donc d'assurer la production de nourriture, de bois et de fibres en respectant les limites cologique, conomique et sociale qui assurent la durabilit dans le temps de cette production..Elle ne porte pas atteinte l'int grit des personnes et des tres vivants. L'agriculture durable limite l'usage de pesticides qui peuvent nuire la sant des agriculteurs et des consommateurs (voir s ret biologique), elle vise prot ger la biodiversit .
  • Page 29
  • Page 30
  • Page 31
  • Page 32
  • b) Une autre fa on de consommer - Manger moins de viande ( 9 p. 79) 60% de la surface agricole mondiale est d di l levage. De ce fait, avec l augmentation de la population mondiale, le besoin de terres agricoles ne cessent de cro tre(culture d aliments pour les btes). l' levage plan taire met 18 % des gaz effet de serre d'origine humaine, et ce total est sup rieur celui concernant les transports utilis s par les tres humains (voiture, bateau...). http://www.lemonde.fr/planete/chat/2009/10/15/faut-il-manger-moins-de-viande-pour-sauver-la- planete_1254289_3244.html http://www.lemonde.fr/planete/chat/2009/10/15/faut-il-manger-moins-de-viande-pour-sauver-la- planete_1254289_3244.html -Mieux quilibrer l alimentation - Moins gaspiller (dans les pays d velopp s : 20%de la nourriture serait jet e)
  • Page 33
  • Page 34
  • http://www.securikids.fr/parents/images/stories/minifp/articles/planete/develop pement-durable/commerce-equitable.gif
  • Page 35
  • Rudy Salin / Journal des Femmes
  • Page 36
  • c) Une autre fa on de commercer -Les agriculteurs les plus pauvres sont p nalis s par les r gles du commerce internationales. Les prix agricoles fix s par les grandes bourses mondiales (Chicago) sont tr s fluctuants : d stabilisation des agriculteurs. Les agricultures subventionn es des Pdev. concurrencent celles des P.E.D - Mettre en place des fili res commerciales plus courtes entre le producteur et le consommateur (produits plus frais, moins de pollution par le transport) - D velopper le commerce quitable (11 P. 79) Le commerce quitable repose sur cinq principes fondamentaux : * Assurer une juste r mun ration du travail des producteurs et artisans les plus d favoris s. * Garantir le respect des droits fondamentaux des personnes (refus de l'exploitation des enfants, du travail forc , de l'esclavage...) * Instaurer des relations directes, durables et transparentes entre partenaires conomiques. * Favoriser la pr servation de l'environnement. * Proposer aux consommateurs des produits de qualit . Critiques : - r duction part culture vivri re au profit des cultures d exportation (pour consommateurs du Nord) - nouveaux interm diaires pr l vent autant que les autres + C. E argument de vente comme un autre - augmentation des prix quitable augmentent les vendeurs sur le march = hausse de la production=baisse des prix globaux ( baisse revenus pour paysans non quitable)