Note sur l’effondrement des colonies d’ · PDF fileL’effondrement des...

Click here to load reader

  • date post

    14-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Note sur l’effondrement des colonies d’ · PDF fileL’effondrement des...

  • DM 5/04/2015 1

    Note sur leffondrement des colonies dabeilles Daniel Mathieu, avril 2015

    Leffondrement des colonies dabeilles est une source de proccupation importante, non seulement pour les professionnels, apiculteurs et agriculteurs, mais aussi pour tous ceux qui se proccupent de biodiversit. Bien que non spcialiste de ce sujet, je men suis fait une opinion par la lecture douvrages et darticles traitant de ce problme lchelle internationale. Cest ce point de vue que je voudrais vous faire partager. Le problme deffondrement des colonies dabeilles, dnomm CCD par les anglo saxons ( Colony Collapse Disorder , collapse signifiant effondrement) a t tudi par de nombreuses quipes de chercheurs et de professionnels sans que puisse se dgager une cause unique.

    Lide que je men suis faite au travers de mes lectures (voir les lments bibliographiques en fin darticle) est en gros la suivante. Le phnomne de CCD est une ralit lchelle mondiale. Elle est atteste sur tous les continents avec plus ou moins dimportance, mais plus particulirement dans les pays industrialiss, les tats-Unis tant les plus touchs. Il sagit dun problme multifactoriel complexe, essentiellement li la mondialisation et aux pratiques agricoles modernes, pouvant terme poser de gros problmes de pollinisation dans certains secteurs agricoles si le phnomne continue de saccentuer. Parmi les principales causes de cet effondrement, il a deux grands types de facteurs :

    1. Les facteurs lis aux pratiques des apiculteurs :

    a) lchange de cheptel apicole entre les continents, principalement des reines, mais aussi des essaims entiers, ont vhicul de par le monde tous les parasites pouvant affecter le cheptel apicole : acariens (Varroa destructor), champignons (Nosema ceranae), virus (DWV, trs nombreux), etc. Chaque espce (Apis mellifera en Europe et Apis cerana) en Asie sont rsistantes aux parasites de leur propre territoire mais pas celui des autres contres.

    b) les difficults et les mauvaises pratiques en matire de lutte et de dissminations des vecteurs pathognes. Lapiculture est une pratique complexe et les moyens de lutte contre les ravageurs sont peu homognes et souvent mal appliqus,

    c) la slection des abeilles qui privilgie les lignes peu agressives et trs productrices, dont la pratique a montr quelles rsistaient bien moins efficacement aux parasites que les populations sauvages (bien que ces dernires nexistent pratiquement plus du fait de lomniprsence du Varoa destructor aujourdhui en Europe).

    d) la presque disparition du brassage gntique entre abeilles mellifres dlevage et abeilles mellifres sauvages ne permettant plus lintroduction de gnes naturels de rsistance dans le cheptel dlevage.

    2. Les facteurs lis lenvironnement :

    a) lusage gnralis des pesticides dans lagriculture, et notamment des nonicotinodes, auxquels les abeilles sont trs sensibles pose de gros problmes pour trois raisons principales :

    - contrairement dautres insectes, les abeilles ne disposent pas, sans que lon sache exactement pourquoi, dun systme de dtoxification efficace contre ces molcules chimiques les rendant particulirement sensibles leur prsence trs faible dose,

    - labeille mellifre Apis melifera tant un animal social, ce quil faut tudier ce nest pas labeille en tant quinsecte, mais la colonie en tant quindividu collectif. De ce fait, un produit qui semble non toxique lchelle individuelle, peu le devenir au niveau dune colonie si le comportement de chaque individu est modifi, mme trs lgrement. Cest ce point qui fait controverse entre Bayer, Syngenta et autres producteurs de nonicotinodes qui tudient seulement les doses ltales individuelles, et les apiculteurs qui raisonnent en termes de comportement des colonies.

    - la combinaison de plusieurs pesticides diffrents augmente considrablement leur effets par potentialisation. Il a t montr que le rsultat combin de certains fongicides (EBI) avec des insecticides (pyrthrnoides et nonicotinoides) pouvait multiplier par 100 1000 laction de ces derniers !

  • DM 5/04/2015 2

    b) le dernier point concerne la chute dramatique de la biodiversit, phnomne mondial aujourdhui aussi important que le changement climatique qui affecte pratiquement tous les territoires ou lhomme intervient. Dans nos contres, ce sont principalement les pratiques culturales qui sont en cause en rduisant fortement la diversit des plantes butiner, notamment en zone de grande culture (cest un peu comme si les abeilles ne devaient se nourrir que chez MacDo), mais pas seulement :

    - les herbicides sont prsents presque partout, il est trs rare de voir des bandes non traites rserves la faune sauvage le tour des champs cultivs,

    - le retournement des prairies permanentes au profit des prairies artificielles bien plus pauvres biologiquement se gnralise,

    - les coupes brusques de foin ou autres fourrages sur de trs grandes surfaces affament subitement tous les insectes pollinisateurs qui y butinaient,

    - la destruction des haies (500 000 km ont t dtruits en France en lespace de 50 ans) et la taille violente exerce sur les quelques haies restantes privent les abeilles et autres insectes de fleurs printanires essentielles (prunelliers, aubpines principalement) mais ronces galement plus tard en saison.

    c) pour finir, pratiquement toutes les tudes montrent que laction combine de ces diffrents facteurs (pesticides, alimentation et parasites) a des effets bien plus considrables que la somme des actions unitaires de chacun dentre eux, conduisant leffondrement de colonies entires.

    Facteurs de stress conduisant au dclin des abeilles (in Science, 25 mars 2015, vol 347)

    Ce sont, je pense, les principaux facteurs de cet effondrement. Si certains mont chapp, ils sont de second ordre. Cest le cas par exemple du frelon asiatique (Vespa velutina) qui tue ou stresse les abeilles autour des ruchers ou de limpact des changements climatiques sur la faune et la flore dont les effets sont encore trs mal connus.

    Le problme est donc complexe, et ce qui caractrise les systmes complexes, cest quils ragissent souvent de faon inattendue, voir chaotique : dans un premier temps ils ragissent positivement en sadaptant aux nouvelles conditions de stress (rsilience du systme), jusqu'au moment ou les limites sont atteintes et que tous les facteurs se cumulant, le vase dborde (lanalogie est bonne : tout pendant quon remplit le vase tout va bien, mais au bout dun moment, il est plein), et le systme seffondre (colapse). Cest ce qui semble se passer lorsque lon cumule les stress lis aux PARASITES, aux PESTICIDES et au MANQUE DE FLEURS.

    Ce qui est inquitant, cest que les scientifiques qui tudient les pollinisateurs sauvages (cest notamment lun des axes de travail de lINRA dAvignon) dcouvrent que le mal ne touche pas

  • DM 5/04/2015 3

    seulement notre abeille mellifre Apis mellifera, mais aussi toutes les abeilles sauvages (il y en a plus de 930 espces en France !) et notamment les Bourdons (qui vivent aussi en colonies, mais annuelles et de petite dimension), dont la diversit et le nombre chute dramatiquement dans nos campagnes. Pour eux, ce sont surtout les facteurs environnementaux qui sont en cause, et a, cest trs inquitant Nest-il pas totalement paradoxal que les ruchers qui simplantent de plus en ville soient en meilleure sant que ceux de nos campagnes !

    Cette rflexion me conduit mettre en relation ce phnomne deffondrement avec deux autres constatations inquitantes.

    La premire relve dune simple observation que chacun a pu faire. Il y a de cela une vingtaine dannes, lorsque je lavais ma voiture, javais un mal de chien enlever les traces dinsectes qui taient colles sur le pare-brise, la calandre et les phares de mon vhicule. Aujourdhui, je nai plus ce problme ! Ou sont passs tous ces insectes qui venaient en si grand nombre percuter mon vhicule sur les routes de nos campagne ?

    La deuxime fait rfrernce lannonce par les ornithologues de la disparition du nombre doiseaux value environ 400 millions en Europe au cours des vingt dernires annes, soit prs de deux fois la population humaine de lEurope !

    ce rythme, que restera-t-il de cette biodiversit ordinaire en 2050 ? Pourrons-nous remonter la pente ? Comment allons nous y prendre ?

    Je rappelle que cet essai nest pas un article scientifique, mais un point de vue tir de la lecture de publications. Aussi, je vous invite le critiquer et le complter avec vos propres observations.

    Bibliographie utilise pour larticle :

    - world without bees (un monde sans abeilles) de Alison Benjamen et Brian McCallum - Ltrange silence des abeilles de Vincent Tardieu, journaliste scientifique qui a beaucoup

    parcouru le monde au sujet du problme des abeilles. - Bee declines driven by combined stress from parasites, pesticides, and lack of flowers (le

    dclin des abeilles li au au stress combin des parasites, des pesticides et du manque de fleurs paru en mars 20015 dans revue Science et qui fait la synthse 170 publications rcentes sur le sujet.

    - jen ai par ailleurs discut plusieurs fois avec Bernard Vaissire, le spcialiste des abeilles (sauvages et domestiques) lINRA dAvignon. http://www.franceinter.fr/personne-bernard-vaissiere qui a eu lamabilit de relire et corriger mon texte.