Notation extra-financière

Click here to load reader

  • date post

    05-Jan-2017
  • Category

    Documents

  • view

    213
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Notation extra-financière

  • N6Juillet2012

    DOSSIER Notation = valuation ? Vol. 3 Lanotationextrafinancire

    Entretien

    avec

    Nicole

    NOTAT

    Avantpropos

    Rsumdunumro

    Lentrepriseetlemonde

    Laresponsabilitsocialedelentreprise

    Linvestissementsocialementresponsable

    Linformationextrafinancire

    Filmographie

    BilletdelconomisteNicolas Treich, Ecole dconomie de Toulouse (TSE)

    Cahiersde

  • QuelquesclefsdelectureRglesdujeuRevuelectroniqueannuelledunecentainedepagespubliantdesarticlesetdesinterviews.

    LesarticlesproposssontsoumislapprciationdunComitdorientationdontlesavisconcourentauchoixdestexteset,ventuellement,leuramlioration,tantencequiconcerneleurqualitscientifiquequelaclartdeleurexpos.

    Lesopinionsetlesjugementsexprimsparlesauteursnengagentqueuxmmesetnonlesinstitutionsauxquellescesauteursappartiennent.Ilsnengagent,afortiori,nilaDirectiongnraleduTrsornileministredel'EconomieetdesFinancesnileCentredanalysestratgique.

    Dossiers Denombreuseshistoiresdvaluationraconter,deshistoiresrussiesetdautres

    moins.CesontceshistoiresqueLesCahiersseproposentderapporterdansdesdossiersthmatiquesafindefavoriserunecomprhensionintuitivedesproblmatiquesdvaluation.

    Laccentestmissurlesaspectsconcretsdelvaluation,enprivilgiant,danslamesuredupossible,desexemplesdvaluationappliqueetenproposantdanschaquenumrolinterviewdunepersonnalit(dcideur,expert,acteurdelasocitcivile)lexpriencereconnue.

    Chaquedossierconstitueuneentitautonome,unebriquedinformationpouvanttrelueindpendamment.Suivantleurimportance,lesdossiersseronttraitsenunouplusieursnumros.

    Chaquedossiersarticuleautourdarticleschoisispourleurcapacitclairerlathmatiqueaborde.Cesont,engnral,desarticlesayantdjtpublis,accompagnsdecomplmentsrdigsparlardaction(biographie,encadrsmthodologiques,dfinitions)maisilpourratrefaitappel,lecaschant,descontributionsoriginales.

    Dfinitions Lvaluationconsisteporterunjugement

    devaleurfondsurunedmarchecognitive.

    Lespolitiquespubliquesenglobenttouteslesmodalitsdactionpermettantauxpouvoirspublics(ausenslarge)dinflchirlescomportementsdesacteurssociauxenvuedelintrtgnral.

    Interrogations Questcequelvaluation?Quesont,aujuste,lespolitiquespubliques?cestade,

    lesrponsesnepeuventtrequesquisses.Lesdfinitionsproposescicontre,pourimparfaitesquellessoient,prsententlemritedouvrirunelargeavenuelvaluationdespolitiquespubliquesetdoncdenepasrestreindreapriorilechampdinvestigationdelarevue.

    Lexplicationdestermesconomiquespeut,parailleurs,trerecherchesurdesglossairesenligne,notammentceluiproposparlarevueProblmesconomiquesdelaDocumentationfranaise.

    Directeurdelapublication:Rdactriceenchef:RdactionSecrtariatRenseignements:Diffusion:

    ClaireWaysand, directrice gnrale adjointe laDirection gnrale du Trsor, chef conomiste duministre del'conomieetdesFinancesMartinePerbet,DirectiongnraleduTrsorMel:[email protected]ison,ElianaVallesMartinePerbetTl.:0144877290Fax:0153183628Mel:[email protected]w.tresor.economie.gouv.frISSN17605725

    Comitdorientation:ClaireAubin,secrtairegnraleduConseildorientationdesretraites/IGAS,ministreduTravail,delEmploidelaFormationprofessionnelleetduDialoguesocialMarieJeanneAmable, adjointeauchefduservice ducontrleGeneralEconomiqueetFinancier(CGEFI),ministredel'conomieetdesFinancesXavierBonnet,chefduserviceconomie,valuationetintgrationdudveloppementdurable,ministredelEcologie,duDveloppementdurableetdelEnergieDominiqueBureau, dlgu gnral au Conseil conomique pour le dveloppement durable / CEDD,ministre de lEcologie, du DveloppementdurableetdelEnergieVincentChriqui,directeurgnralduCentredanalysestratgique/CASPierreDeprost,inspecteurgnraldesFinanceslIGF,ministredel'conomieetdesFinancesAlbandeLoisy,chefdelamissiondvaluationdespolitiquespubliques(MEPP),ministredel'conomieetdesFinancesFlorenceDuboisStevant,cheffeduservicedelalgislationetdelaqualitdudroitauSecrtariatgnraldugouvernement/SGGFranoiscalle,conseillerrfrendairelaCourdescomptesAnnieFouquet,inspectricegnraledesAffairessociales,prsidentedelaSocitfranaisedelvaluationMichelHoudebine,chefduservicedespolitiquespubliqueslaDirectiongnraledutrsor/DGTrsor,ministredel'conomieetdesFinancesJeanMaia,conseillerdEtatBertrandduMarais,professeurdedroitpublicl'UniversitParisOuestNanterreLaDfenseBernardPerret,chefde lamissionvaluationdespolitiquespubliquesauConseilgnralde lenvironnementetdudveloppementdurable/CGEDD,ministredelEcologie,duDveloppementdurableetdelEnergieMichelQur,directeurdelaDirectiondelvaluation,delaprospectiveetdelaperformanceauministredelducationnationaleFabienneRosenwald,directriceduservicedelastatistiqueetdelaprospective,ministredelAgriculture,delAgroalimentaireetdelaFortBatriceSdillot, cheffe de service adjointe au directeur de laDirection de lanimation, de la recherche, des tudes et des statistiques / DARSministreduTravail,delEmploi,delaFormationprofessionnelleetduDialoguesocialNicolasTreich,directeurderecherchelInstitutnationaldelarechercheagronomique,chercheurauLERNA,ToulouseSchoolofEconomics(TSE)FranckVonLennep,directeurdelarecherche,destudes,delvaluationetdesstatistiques/DREES,ministreduTravail,delEmploi,delaFormationprofessionnelleetduDialoguesocial

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 1 sur 127

  • Sommaire

    DOSSIER:Notation=valuation?

    Vol.3Notationextrafinancire*

    AvantproposdeClaireWaysand...p.4

    Rsumdunumro......................................................p.6

    Lentrepriseetlemonde

    DesQuakers.........p.16

    laWordCompany................................................................p.22

    Laresponsabilitsocialedelentreprise(RSE)

    Faireduprofit!.................................................p.29

    danslecadrederglesmondialesp.34

    souslapressiondelasocitcivile....p.41

    pourVIVREENSEMBLEsurlaplante..p.48

    Linvestissementsocialementresponsable(ISR)

    Lespionnires:lesGoldenSisters........................p.56

    LesfamillesdelaFinanceresponsable.....p.63

    Quellesmotivationsdesinvestisseurs?.................................p.74

    Opportunistesoualtruistes?.................................................p.79

    Linformation(notation)extrafinancire

    11 Arese,premireagencefranaise.........p.85

    12 Lanotationextrafinancire.........p.9313 Lesagencesen2011...............................................................p.10114 Lescritiques...............................................................................p.11015 Enguisedeconclusion.................................................................p.122

    Filmographie..p.123

    BilletdeNicolasTreich(ToulouseSchoolofEconomics)....p.125*Avertissement.Lestroispremirespartiesdonnentdeslmentsdecontextequelelecteuravertipeutngliger.Uncoupdillapage64peutnanmoinstreutilepouridentifierlesgrandesfamillesdelISRettreauclairquantlaterminologiequiserautilisedanslasuitedunumro.Lelecteur dsireux de plus de de prcisions sur la RSE, lISR et linformation extrafinancire se reportera diffrents sites internet :http://www.novethic.fr, http://www.semaineisr.fr, http://www.eurosif.org. Un glossaire est disponible sur le site de Novethic:http://www.novethic.fr/novethic/v3/leglossaire.jsp.

    Entretien

    avec

    Nicole

    NOTAT

    p.8

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 2 sur 127

  • Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 3 sur 127

  • AAvvaannttpprrooppoossddeeCCllaaiirreeWWaayyssaanndd

    ct des agences de notation financire sont apparues, au cours de ces

    dix dernires annes, des agences de notation extra-financire, qui se

    donnent pour objectif dvaluer le degr de responsabilit socitale

    des entreprises (RSE). Si la crise financire a mis en vidence des

    dfaillances dans la supervision et la rgulation du secteur financier mondial,

    dont celle de la notation financire sujet trait par les prcdents Cahiers

    de lvaluation force est de constater que lon dispose aujourdhui encore de

    peu de recul pour apprcier la qualit et la contribution de la notation extra-financire, son influence

    sur les choix des investisseurs et son impact sur les comportements des entreprises.

    Les notations ESG (environnement, social, gouvernance) peuvent rpondre une demande multiforme,

    guider les investisseurs sensibles ces problmatiques (motif altruiste), mais aussi servir dautres

    investisseurs, de manire plus opportuniste, dindicateurs des risques ports par les entreprises. Mme

    si elles gagnent en influence, elles nont pas ce stade un caractre aussi systmique que la notation

    financire. Les moyens qui y sont consacrs ne sont pas non plus comparables : le chiffre daffaire des

    agences de notation extra-financire ne reprsente que de 1 2% de celui des agences de notation

    financire.

    Nos socits doivent cependant parvenir voluer vers des modes de fonctionnement plus soutenables,

    ce qui passe aussi par la matrise des risques de diverses natures. Linformation extra-financire peut y

    contribuer. Comme le souligne Nicole Notat dans son interview, le point crucial est que le destinataire de la notation comprenne bien ce quil convient de faire dire la notation ou de ne pas lui faire dire. Cette transparence peut aussi tre favorise par une politique publique visant, par exemple, encadrer

    les pratiques des agences et standardiser linformation de base produite par les entreprises, comme

    lenvisage lAutorit des Marchs Financiers.

    Ce numro, comme les prcdents, cherche alimenter la rflexion en rassemblant des points de vue

    varis, manant dacteurs dhorizons diffrents. Cest ce qui en fait la richesse et cest la raison pour

    laquelle je massocie aux vux de succs que Benoit Coeur, mon prdcesseur, a formuls pour les

    Cahiers de lvaluation.

    Claire Waysand

    Directrice gnrale adjointe du Trsor

    Directrice de publication des Cahiers de lvaluation

    A

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 4 sur 127

  • Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 5 sur 127

  • RRssuummdduunnuummrroo66

    Les agences de notation [] rendent publiques des informations quiautrement resteraient prives. Elles contribuent donc attnuer lesasymtries dinformation. Cesmots crits dans le prcdent numro propos des agences financires valent aussi pour les agences extrafinancires dites aussi, parfois agences thiques. Cellesci fournissentunevaluationdes risquesenvironnementaux,sociauxetdegouvernance(ESG) ports par les multinationales, lintention des investisseurssouhaitantintgrerdescritresextrafinanciersdansleurschoix.

    Investissement thique, commerce quitable, relvent de la mmelogique. Tout se passe comme si les acteurs socitaux percevaient lamondialisation des changes comme devanant la mondialisation desrgulations.Ilstententdoncderemdiercedficitdergulationpubliqueen modifiant leurs comportements. Ils amnent ainsi les entreprises adopter des standards suprieurs (droit du travail, droit delenvironnement) ceux imposs par les cadres normatifs dont ellesdpendent, souvent ceux des pays en voie de dveloppement. Se forgeainsiunsubstitutdergulation,assezmdiatis,quigagneen importance(articles26).

    Linvestissement thique ou socialement responsable(articles 1 et 7) est dabord dtermin, commelinvestissementclassique,parlanotationfinancire.Lusage,ensus,decritresESGtmoignedelaprioritdonnela Responsabilit sociale des entreprises (RSE1). Ces proccupations thiques sont cependant prsentes avec desnuances: on distingue ainsi au sein de la Finance responsable, les altruistes, prts accepter un rendementmoindre de leur placement socialement responsable pour accroitre le bientre collectif (article 10), desopportunistesqui,aucontraire,esprentunmeilleur rendementdu faitdunemeilleuregestiondes risquesauseindesentreprises.Au total ces investisseurs socialement responsables choisissentdesmodesdactionsen ligneavecleursconvictions,quipeuventtredinspirationreligieuse,cologique,syndicaleDecefait,lISRrenvoieunemosaquedapproches(articles8et9).

    Lexpressionnotationextrafinancireenglobeenralittouteunegammedinformationsextrafinanciresquivarientdanslaforme(indicesboursiers,rating,indicateurs)etdanslefonds(environnement,social,gouvernance).Ces informations renseignent les socits de gestion sur le niveau de RSE des entreprises (articles 12 et 13). Lafonctiondeproductiondesagencesesttrscontrainte,dufaitdeproblmestechniques,telsquelimperfectiondesdonnesdentreprises,etaussideressourceslimites.Cesdeuxhandicapspsentsurlacapacitdesagencesforgerles outils adquats.Qui plus est, le dbat court toujours sur le typedinformation produire pour rpondre lademande.Des indicateurs retraant limpactdesprincipauxcritresESGsur laperformance financire lintentiondinvestisseursopportunistes?Desvaluationsderentabilitcollectivedestinesauxinvestisseursaltruistes?Cettediversitfaitdelanotationextrafinancireuneindustrielarecherchedesonbusinessmodel.(articles1113).

    Enconclusion,silesimperfectionsdinformationsontomniprsentesdanslasphreextrafinancire,lesmarchsdelinformationqui semettentenplace (agences, consultants)nen sontpasexempts.Uneprofessionnalisationdelinformation extrafinancire apparait donc aujourdhui ncessaire pour conserver lISR la confiance que lesinvestisseursluiontmarqudurantlacrisefinancire.Tenircomptedescritiques(article14)estunpremierpaspourquelanotationextrafinancirecontribuerelierlescomportementsdaujourdhuietleschoixdedemain(JeanPisaniFerry,article15).

    1CesiglesignifieaussiparfoisResponsabilitSocitalede l'EntrepriseouResponsabilitSocialeetEnvironnementale.Fautededfinitionconsensuelle,laRSErenverraiciauxactionsdesentreprisesvisantassumerlesimpactsngatifsdeleursactivitssurlacollectivit,tantentenduquechaqueauteurestresponsabledeladfinitionquilendonne.Surlefonds,leconceptdeRSEestdbattudanslarticle3.

    Dossier:Notation=valuation?

    Vol.3Notationextrafinancire*

    DesQuakerslaWordCompany

    Faireduprofit!danslecadrederglesmondiales

    souslapressiondelasocitcivile

    pourVIVREENSEMBLEsurlaplante

    Lespionnires:lesGoldenSistersLesfamillesdelaFinanceresponsable

    Quellesmotivationsdesinvestisseurs?

    Opportunistesoualtruistes?11 Arese,premireagencefranaise12 Lanotationextrafinancire13 Lesagencesen201114 Lescritiques15 Enguisedeconclusion* Ce numro est le troisime et dernier volumedundossierconsacr lanotation (voirn4et5,lesdeuxprcdentsnumrosdesCahiers.

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 6 sur 127

  • Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 7 sur 127

  • Lemot"Vigeo"signifie,enlatin"tresurlequivive,garderl'ilouvert".Decetteracine,lefranaisaconservdeuxmots:"vigie"

    et"vigilance".

    EEnnttrreettiieennaavveeccNNiiccoolleeNNoottaatt

    PrsidentedeVigeo,agencedenotationextrafinancire

    MartinePerbet(MP): Vous avez t pendant dix ans secrtaire gnrale de la Confdration franaise dmocratique du travail (CFDT) puis, en 2002, vous prenez la Prsidence de Vigeo. Comment passe-t-on du syndicalisme la notation extra financire des entreprises1 ?

    Nicole Notat (NN): Je souhaitais engager un autre projet professionnel aprs ma responsabilit syndicale, la question sest donc pose de la dfinition de ce projet. Je lai progressivement pens, construit et conu sur la base dun constat, dj patent au dbut des annes 2000 : dans la mondialisation ambiante lentreprise est de plus en plus interpelle sur ses rsultats financiers, mais aussi sur les conditions dans lesquelles elle participe, positivement ou ngativement, aux enjeux sociaux et environnementaux qui se posent au niveau de la plante.

    Ce mouvement serait irrversible, les entreprises seraient de plus en plus, tenues de rendre compte de leur responsabilit sociale (RSE). Il conviendrait alors de mesurer, dvaluer jutilise sciemment les deux mots la ralit et la tangibilit de leur engagement. Il y aurait besoin dun tiers externe indpendant qui vienne authentifier les dires des entreprises. Cette mesure, cette valuation, intresserait des investisseurs qui, de plus en plus, regardent lentreprise partir de la faon dont elle matrise ses externalits, sociales ou environnementales et territoriales, avec lide que ces investisseurs voient dans le comportement vertueux de lentreprise une source de cration de valeur durable, dabord pour elle-mme, puis pour leur placement. Ctait l lamorce lpoque, ce ntaient que des signaux faibles de

    1 Les termes en couleurs dans linterview renvoient auxmoments clefs du systme de notation de Vigeo. On lesretrouvedanslencadrciaprssurlemodledeVigeo.

    Nicole Notat, aprs des tudes lcole normaledinstituteurs, choisit de devenir institutrice pourenfants en difficult. En 1969, elle adhre laConfdration franaise dmocratique du travail(CFDT), au sein de laquelle elle progresserapidement jusqu devenir la secrtaire gnralede 1992 2002. Dans ce cadre elle s'attache promouvoirlatransformationsocialeparledialogueet n'hsite pas discuter avec le patronat et soutenir les rformes qui lui paraissentindispensables. Son soutien au plan Jupp derformede la Scurit sociale,en1995, lui vaudradailleurs de nombreuses critiques. En 2002, aprstrois mandats conscutifs, elle laisse une CFDTrenforce,majoritaire chez les cadres et dans lesPME,pourprendre laprsidencede Vigeo,socitdvaluation des performances sociales etenvironnementales des entreprises RSE. Parmi denombreuses autres responsabilits, Nicole Notat aprsid le groupe Gouvernance duGrenelle delenvironnement, elle est membre du Conseild'Orientation du think tank En Temps Rel etprsidente du club Le Sicle. Elle a publiplusieurs ouvrages: en 1997, avec Herv Hamon,Jevoudraisvousdire(LeSeuil),en1998Lebonusage des 35 heures (Le Seuil) et, avec FrybesMarcinetGeremekBronislaw,LaNouvelleEuropecentrale(LaDcouverte).

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 8 sur 127

  • comportements, y compris financiers, qui taient en train dvoluer quant la manire de lire et darbitrer les investissements.

    MP : La notation extra-financire suscite beaucoup dintrt mais aussi beaucoup dinterrogations. Qui a avantage ces notations et sur quel march schangent-elles ? Qui produit quoi et pour quel destinataire ? Comment sont dfinies, objectives et values les bonnes pratiques que doivent viser les entreprises ?

    NN : quoi sert le travail de Vigeo et qui sadresse-t-il ? Nos recherches sont orientes directement vers des investisseurs, ou des grants dactifs, puisque nous analysons des multinationales europennes, amricaines et asiatiques cotes en bourse (1.700 entreprises sous revue actuellement). Nous leur vendons le rsultat de notre recherche, charge pour eux de dterminer par la suite lusage quils en feront et la manire dont elle impactera la slection de leurs placements.

    Au nom de quoi valuons-nous lentreprise ? Sur quels critres et sur quel rfrentiel ? En quoi ce dernier est-il lgitime ? Dans le domaine des critres dits extra-financiers, cest--dire des critres sociaux, environnementaux, de gouvernance (critres ESG), il nexiste aujourdhui, aucune norme qui puisse nous guider sur la manire dutiliser et de structurer un rfrentiel. Il a fallu innover. Pour prtendre valuer une entreprise, mesurer un degr dengagement sur un objectif donn, il tait ncessaire de dterminer les critres partir desquels nous allions observer si lentreprise avait des politiques, si elle avait des dispositifs qui garantissent le dploiement de ces politiques et quel rsultat elle parvenait. Les multinationales agissant dans le monde entier, il fallait des critres qui fassent consensus au niveau de la communaut internationale. Le rfrentiel de dpart a donc t construit partir de la soft law internationale, cest--dire les conventions, les principes directeurs, les rsolutions de lOrganisation internationale du travail (OIT), de lOrganisation mondiale de la sant (OMS), de lOrganisation des Nations unies (ONU), de lOCDE,

    bref, de toutes ces institutions internationales qui laborent, avec les parties prenantes, gouvernements, syndicats, employeurs, etc. des recommandations et des principes, des normes.

    Ce rfrentiel comprend six domaines dvaluation, contenant les critres (une quarantaine) partir desquels les entreprises sont values. Le premier domaine, par exemple, correspond aux droits fondamentaux tablis par lOIT. Ces derniers simposent lentreprise, mme si le pays dans lequel elle intervient na pas ratifie la convention. Cest donc au niveau international qui stablissent des principes que, sans tre de la hard law, permettent dinterpeller lentreprise si elle ne les respecte pas. Parmi ces droits fondamentaux se trouve la question du travail des enfants et des

    prisonniers ainsi que celle de la non-discrimination.

    MP : Trs concrtement, sur lge des enfants par exemple, quels sont vos textes de rfrence ? Comment faites-vous pour tenir compte du contexte local ? Travailler 13 ans na pas la mme signification en Chine, en Inde que dans un pays dvelopp.

    NN: Le principe de base est quen dessous de 15 ans pour les pires formes du travail, selon le texte de lOIT, lenfant ne doit pas

    tre plac en situation de travail. Le travail artisanal, familial, nest pas vis, au contraire du travail des enfants pour les multinationales. La responsabilit de lentreprise respecter ce principe stend aussi ses fournisseurs Si un fournisseur local, en Chine par exemple, fait travailler des enfants, et que cette pratique est rvle, la multinationale qui a eu recours lui est directement vise et atteinte dans sa rputation Nous sommes dans le cadre dun largissement des responsabilits des entreprises. Celles-ci lont compris et rares sont par exemple les distributeurs qui ne mette en place des dispositifs de prvention du risque fournisseur.

    Tout cela est trs norm , nous navons pas de souci pour identifier ce dont il sagit, les entreprises non plus dailleurs car elles sont maintenant trs imprgnes de ces sujets.

    Jen'auraissansdoutepascrcettesocitsijen'avaispastauparavanttmoindesdbatsetcontroversessurlecapitalisme,

    l'conomiedemarchetsesmodesdergulation.[]lestermesdu

    dbatsurlerleetlaresponsabilitdesacteursdumarch,c'estdiredesentreprises,m'ontsembl

    paradoxalementseposerd'unenouvellemanireavecla

    mondialisation.(NicoleNotat,RevueEsprit,octobre2006)

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 9 sur 127

  • En pratique, pour valuer la pertinence de la politique de lentreprise en la matire, cette dernire doit nous prouver que son objectif (prohiber le travail des enfants) est visible, cest--dire quil est diffus lintrieur de lentreprise, quil est exhaustif, cest--dire que son contenu reprend bien tout ce qui est attendu de lentreprise dans la convention internationale, et quil est port, cest--dire quil est pris en charge par le management au sein du groupe puis par des oprationnels.

    Une fois dfini le rfrentiel, il fallait construire une mthode danalyse. Linformation spcifique sur chaque entreprise est dterminante. Cest notre matire premire. Lenjeu est alors pour nous de collecter une masse critique dinformation, manant de plusieurs sources dinformation. De lentreprise videmment, mais aussi celles publies par diverses parties prenantes, les mdias, les syndicats, des ONG,

    Concernant lentreprise, encore faut-il que linformation existe en son sein et que celle-ci ait donc mis en place des dispositifs de reporting ESG au niveau mondial, au mme titre quil existe des reporting financiers, ce qui est loin dtre le cas les entreprises sont seulement en train de les construire la disponibilit dinformation est un indicateur pertinent pour apprcier le degr de maturit de lentreprise

    A partir de cette information, un score est attribu chacun des items visibilit, portage et exhaustivit , puis les trois notes sont agrges pour attribuer une note de 0 100 sur la pertinence de la politique considre. Le degr de dploiement de cette politique et les rsultats obtenus par celle-ci seront valus en suivant une dmarche similaire. Les trois notes permettent alors dattribuer une note au critre (pour plus de dtail sur le processus de rating se reporter lencadr ci-aprs, ndlr).

    MP: Comment procdez-vous pour objectiver les valuations relatives des critres plus mous comme, par exemple, laction de lentreprise sur le dveloppement des territoires ?

    NN: La question est de savoir comment lentreprise participe au dveloppement local, permet que le

    territoire, ou le pays, dans lequel elle intervient profite de sa prsence en terme demplois directs et indirects, en terme de contribution des politiques locales. Pour une firme qui produit des biens de consommation on sinterrogera sur laccessibilit de ces produits pour la population locale. Un bon exemple est, typiquement, la cration par Danone de yaourts-nutriments pour le Bangladesh (cf. ci-dessous).

    Un autre cas, encore, est celui dune entreprise qui est amene rduire ses effectifs, voire fermer une usine, ce que nous apprcierons sera la capacit de lentreprise compenser les emplois perdus par dautres activits sur le site et accompagner les salaris concerns vers un autre emploi, la responsabilit de lentreprise ne se limite pas au respect du minimum lgal et local, o quelle

    se situe dans le monde, elle vise rduire au mieux les consquences ngatives de ses choix et de ses actes sur ses parties prenantes concernes

    MP: La socit civile est rceptive la prise en compte des aspects extra-financiers de lactivit des entreprises, tels que celui que vous venez dvoquer. Pour autant, tout ceci apparait vraiment complexe et pas toujours trs lisible. Pour amliorer les choses, ne pourrait-on progresser vers des rfrentiels communs en

    matire de RSE ? La question dun rfrentiel europen est en dbat, quen pensez-vous ?

    NN: Il est souhaitable de donner un contenu prcis aux objectifs de responsabilit sociale sur lesquels les entreprises sont attendues. Ce cadre nest pas inventer. Les conventions internationales, les principes directeurs de lOCDE, des directives et conventions europennes constituent un cadre pertinent de porte internationale. LEurope pourrait rapidement en faire le cadre de rfrence pour lensemble des multinationales europennes. Ce rfrentiel international devra ensuite tre complt au fur et mesure que de nouveaux enjeux ESG apparaissent.

    MP: En aval des rfrentiels, il y a les modles, les mthodes, qui sont les sources de linformation agrge. La transparence devient alors problmatique : rendre publiques (peu ou prou) les

    FranckRiboud(PDGdeDanome)etMuhammadYunus(prsidentdelabanquedemicrocrditGrameenetPrixNobeldelapaix2006)crent

    GrameenDanoneFoodsauBangladeshpourproduireShokti+,unyaourtcontenant30%des

    apportsjournaliersrecommandsencinqnutrimentsessentiels,auprixunitairecomprisentre5et8

    centimesdeuro.(http://www.danone.com)

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 10 sur 127

  • VigeoetsonmodledenotationQuiestVigeo?

    Sonmodledenotation(dclarative)/ratingLeprocessusdenotationdclarativesedroulesursixmoisenviron.La premire dmarche consiste informer lentreprise quelle entredans le processus de notation de Vigeo car, nayant pas ellemmesollicit lanotation,elle ignorequeVigeo lanalyseenvuede fournirune notation aux gestionnaires dactifs. Llaboration de la notesappuie ensuite sur le modle Equitics certifi Research QualityStandarddontVigeosouhaitefaireunstandardeuropen.Commelaplupart des modles de ce genre, il comprend quatre blocs:Rfrentiel(I),Pondrations(II),Mesuredelaperformance(III) et Rating (IV). Le rating, produit final de lanalyse, est unindicateurnormalisqui situe laperformancede lentrepriseau seindesonsecteur.IUnrfrentieladossdesnormesinternationales

    VigeosappuiesurlesnormesproduitesparlesinstitutionsInternationales(ONU,OrganisationinternationaledutravailouencoreOCDE),misessous formedeprincipes,derecommandationsoudeconventions,pourcaractriser laResponsabilitSocialedesEntreprises.Cetadossementaudroit internationalrendcesprincipes invocablespar lespartiesprenantesauprsde juridictionslgales.Sixdomainessontconsidrs:

    1. Droitshumains.Respectdesdroitshumainsfondamentauxdanslasocit.2. Ressourceshumaines.Pointsclefsdelarelationdemploi.3. Environnement.Prservationducapitaletdesressourcespourlesgnrationsfutures.4. Clients fournisseurs.Comportementde lentrepriseau seinde lachanedeproduction (i.e.comportement sur les

    marchs).5. Gouvernancedentreprise.Mcanismesmisenplacepourcontrlerlactiondelentrepriseetsonpilotage.6. Engagementsocital.Rpercutionsdelactivitdelentreprisesurlesacteursconomiquesetsociaux.

    Commentpassetonducritreauxprincipesdaction ?

    (Exempleducritre:Engagementsenfaveurdudveloppementconomiqueetsocialduterritoired'implantation)

    Dfinitionducritre

    L'entreprises'engagetellecontribuerdurablementauxprogrsconomiquesetsociauxdesterritoiresdaccueilparlebiaisdeloptimisationdesretombesconomiqueslocalesliessonactivit:

    Investissementslocaux, Politiquedepromotiondelemploilocal, Transfertsdetechnologiesetcomptences, Priseencomptedesimpactsdesrestructurationssurlebassindemploilocal.

    Principesdaction

    Optimiserlesretombesconomiqueslocaleslieslactivit Favoriserlacrationetledveloppementdentreprisessurleterritoiredimplantation PromouvoirletransfertdetechnologiesetdecomptencesverslesPVDetconomiesentransition Promouvoirlemploietlaformationdupersonnellocal Favoriserlemarchdelemploilocal Limiterlesimpactsdesfermeturesdesitessurlesterritoires

    Lechiffredaffairesdugroupe(France,Belgique,Italie,RoyaumeUni,Maroc)etsonactionnariaten2011

    VigeoRatingoffredelinformationextrafinancire(notationdclarativeourating)

    auxgestionnairesdactifs.

    Vigeoenterprise

    conseilleet/ouauditelesentreprises.Danscecadreelleleuroffrela

    notationsolliciteoulereporting

    dveloppementdurable.

    Lechiffredaffaires dugroupe(France,Belgique,Italie,RoyaumeUni,Maroc)etsonactionnariaten2011

    Banquepopulaire/Caissedpargne(35%),Amundi,AG2R,ConfederacionEspanoladeCajasdeAhorros,CrditCoopratif,DexiaAM,InterExpansion(Ionis),LazardFrresGestion,Macif,Ofivalmo,S2G

    CFDT(France),ConfederacinSindicaldeComisionesObrerasetUnionGeneraldeTrabajadores(Espagne)ConfederazioneItalianaSindacatiLavoratori(Italie)ForumEthibel(14%)etConfdrationdesSyndicatsChrtiens(Belgique)

    Accor,Thales,Total,Rhodia,Veolia,Alcan,Danone,SaintGobain,Vinci,Alcatel,SolvaySa,Arcelor,FinanciereLafarge,Spie

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 11 sur 127

  • MesurerledegrdeRSEduneorganisationsupposedexaminerlafaondontcellecimetenuvrecesgrandsprincipes.Pource faire, le rfrentiel normatif est subdivis en 38 critres, euxmmes dclins en principes daction (200 au total pourlensembledes critres).Par exemple, lengagement socitaldune entreprise sera jug launede son engagementsenfaveurdudveloppementconomiqueetsocialduterritoiredimplantationdontlunedesdimensionsestlactionenfaveurdelemploilocal(voircidessus).IIDespondrationsquidfinissentdesrfrentielssectoriels

    Lerfrentiel (critresetprincipesdaction)ainsidfiniresteencore tropgnralpourrendrecomptedesenjeuxpropreschaquesecteur.Suivantlesbranches,certainesdimensionsontplusdimportancequedautres:lescritresenvironnementauxont,parexemple,plusdesensdanslachimiequedansl'assurance.

    Des rfrentielssectorielssontdonctablisenassociantaucadredensembledes tablesdepondrationdescritres.Cettepondration dcoule dune analyse du risque fonde la fois sur la nature de limpact (F1), sur lexposition des partiesprenantes (F2) et sur les rpercussionspossibles en termes juridiques et rputationnels (F3).A lissue de cette analyse lapondration associe chaque critre peut prendre trois valeurs: 1 (critre sensible), 2 (critre essentiel) ou 3 (critrenvralgique).Lecritredelascuritestainsiconsidrcommenvralgiquedanslindustriechimique(cf.encadrciaprs).

    IIIMesuredelaperformance

    Pour estimer laperformancede lorganisation tudieVigeoprendenconsidration:l'affichagedunepolitiqueRSE(P),lesmesuresadoptes(ledploiementouD),lesrsultatsobtenus(R).

    Chaque item,Politique/Dploiement/Rsultatsestson tour abord sous trois angles, ce qui donne, autotal, neuf angles dapproche par critre, cestdireneuf indicateurs renseignerpouraboutirau scoring(cf.figurecicontre).

    Le scoring de chaque domaine rsulte dun processuspyramidal:

    o Notationdesindicateursdsagrgs:Lanotationconsiste attribuer neuf notes (une parindicateur)chacundes38critres,cequifaituntotalde300400notes.Lanalysteenchargedecette notation est un spcialiste du marchconsidr. Il cherche ses informations auprs desources publiques (rapports publis parlentreprise,banquesdedonnes internationales)mais se rapprocheaussidespartenaires internesouexternesde lentreprise. Il sollicitegalement

    ExempledecalculdepondrationCritre"Amliorationdesconditionsdesantscurit"danslesecteurdesindustrieschimiques

    FacteurF1Naturedelimpact:Lessalarispeuventtreenprsencedesubstancespouvantinduiredesmaladiesprofessionnellesgraves(benzneetc.)etdesaccidentsgraves,voiremortels,surviennent.Lavaleurmaximalede3estattribue.FacteurF2Expositiondespartiesprenantes:Lesquestionsdesantscuritnesontpascirconscritesunecatgoriengligeabledessalaris,aucontraire,lesimpactsvoquscidessussontlisaucurdemtierdusecteur,olesouvriersreprsententunepartimportantedeseffectifs.Lavaleurmaximalede3estattribue.FacteurF3Risquederpercussionsurlentreprise:1. Lesrisqueslgauxsontavrs,enparticulierlesmontantsimportantsversspourcompenserlesdommagescaussauxsalarisatteintsde

    maladiesprofessionnelles.2. Larputationdelentreprisepeuttreatteinte.3. Ceciinduit,entreautres,unedifficultpourlentreprisedanslobtentiondeslicencesncessairespouroprer.4. Lacohsionetlamotivationdessalarispeuventgalementtreaffectes.Quatreclassesderisquesontidentifiescidessuspourcefacteur,cequicorrespondunevaleurde2pourcefacteur.Lapondrationducritreestfonctionduproduitdesrsultatsobtenuspourlestroisfacteurs,lequelsinscritdansunefourchettede1(1x1x1)27(3x3x3).Lapondrationattribueestlasuivante: 1=critresensible(produitinfrieur10), 2=critreessentiel(de1017), 3=critrenvralgique(suprieurougal18).Enloccurrenceceproduitestde18(=332)cequicorrespondunepondrationde3(critrenvralgique)pourcecritre.

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 12 sur 127

  • lentrepriseconcerne,soitpourunentretien,soitpourobtenirunerponseunquestionnairepersonnalis.Alissuedecettecollectedinformation, lanalysteopreuntravaildestandardisationdesdonnesdestinobtenirunenotation laplus objective possible. Le but poursuivi par Vigeo est en effet de tendre vers un rfrentiel capable de sactualiserautomatiquementparmisejourdesdonneschiffresissuesdesdiffrentessourcessanslinterventiondelanalyste(J.Igalens). Ce traitement aboutit lattribution dun score qui peut aller de 1, engagement non tangible 4,engagementavanc(colonnescoredelafigurecicontre).Achaquescorecorrespondunenotequivalentesur100(lacolonnepointsdelafigurecicontre),respectivement0,30,65et100%.

    o Consolidationauniveaududomaine.Lesnotesdesindicateurssontdabordagrgesparitem(PolitiqueouDploiement

    ouRsultat,P,D,R,62pourlaPolitiquedanslexemplecicontre)puisparcritre,etainsidesuitetapepartape,entenantcomptedespondrationsdfiniespar lerfrentielsectorielconcern jusqu lobtentiondesixnotesfinales,unepour chaquedomaine (Droitshumains,Ressourceshumaines,Environnement,Clients fournisseurs,Gouvernancedentreprise, Engagement socital). Ces six notes nesont pas consolides: du fait de lhtrognit desthmatiques. Laproductiondunenote finaleuniqueseraitpeuporteusedesens.

    IVlerating

    Au stadede lapublicationde lanote, sepose avecuneparticulire acuit la question du sens de celleci.Intuitivement, il apparat dlicat de comparer la noteenvironnementaledune startupproduisantdes logiciels( lempreinte carbone anecdotique) avec celle duneentreprisedeBTP(trsproductricederejets).Dunefaongnrale, lampleur des sujets abords (environnement,gouvernance, droit) au cours de cette dmarche,lhtrognitdesprocesstechniquesdeproductionmisen uvre par les entreprises, la varit des modesdorganisationdecellesci, incitentnecomparerquelesentreprisesoprantauseindunmmesecteurdactivit.Le produit final de la notation de Vigeo est donc lerating, c'estdireun indicateurde lavancementde ladmarche RSE de lentreprise par rapport son secteurdans chacun des six domaines. Ce rating est issu dunprocessusstatistiquequiclasse lesscoresdesentrepriseslesunesparrapportauxautresselonunecourbedeGauss(voir figure cicontre), ceci pour chaque domaine.Lentreprisesevoitalorsattribuerunenotepardomaine,notequivade(++)()selonlchelledenotationquiestlasuivante:() lesmoinsavancesdusecteur (5%)() endessousdelamoyennedusecteur(25%)(=) danslamoyennedusecteur (40%)(+) actives (25%)(++) lesplusengagesdusecteur (5%)Au final, lensemble des notations (i.e. rating) effectuespar Vigeo forme la base de donnes Equitics mise dispositiondesesclients,grantsdactifset investisseurs institutionnels.Lanoterenduepubliquenapasdesignificationensoi,ellesignaleseulement,auseindunsecteurdonn,lesentrepriseslesplusdynamiquesenmatiredeRSE.Cestleprincipede lanotationbestinclass(quidsigne,dans lemondede lindustriepharmaceutiqueunnouveaucomposduneclassedemdicamentsquiapporteunbnficethrapeutiquesupplmentaireparrapportauxautresmdicaments).Avertissement:Cettepartie,rdigeparlardaction,viserendrecomprhensibleleprocessusdlaborationdunenotationextrafinanciredetypebestinclass.EllesefondesurdestudesetinformationsconcernantVigeo:rapportdactivit2011chiffresdaffairesetactionnariatdeVigeo,siteinternetdeVigeolesautresschmas),surlecompterendudelinterventiondeMadameNotatlaConfrenceduClubnergieMinesdu19dcembre2003ainsiquesurlaprsentationdumodledeVigeoeffectuedanslarticledeJacquesIgalens,FrdriqueDjean,AssaadElAkremi,LanotationsocitaleInfluencedessystmesconomiquesetsociaux,surlesitehttp://econtent.essec.fr.PourautantelleneprtendpasretracerfidlementleprocessactueldeVigeo.

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 13 sur 127

  • mthodes accroit lexpertise collective. mais fragilise les agences dont elles constituent le patrimoine immatriel. Par comparaison avec les agences de notation financires qui ont des cadres plus norms, progresse-t-on sur ce sujet en ce moment ?

    MP: En aval des rfrentiels, il y a les modles, les mthodes, qui sont les sources de linformation agrge. La transparence devient alors problmatique : rendre publiques (peu ou prou) les mthodes accroit lexpertise collective. mais fragilise les agences dont elles constituent le patrimoine immatriel. Par comparaison avec les agences de notation financires qui ont des cadres plus norms, progresse-t-on sur ce sujet en ce moment ?

    NN: Je ne sais pas si les mthodes employes par Standard & Poors, Moodys et Fitch Rating, qui attribuent les fameux AAA, BB, etc., sont si bien connues. Par contre, ce qui est norm pour une entreprise dans le processus de reddition des comptes, cest la manire de rendre compte via des normes, telles les normes IFRS. La note financire renseigne sur la solvabilit dune entreprise et sa capacit rembourser son crdit mais la transparence des mthodes reste un sujet sur lequel des progrs sont attendus.

    MP: Effectivement, et la notation des produits subprimes la bien montr. Mais justement, nest-ce pas l un signal qui devrait inciter chaque agence confronter son modle aux autres modles, ceci dans la mesure du possible ?

    NN: Nous concernant, lenjeu de la transparence nous est apparu dcisif pour donner notre activit, sa pleine reconnaissance et toute sa lgitimit. Si vous regardez sur notre site, vous verrez quon en dit beaucoup. On prsente tous nos critres, on dcrit la mthode (cf. encadr ci-avant, ndlr). Une mthode conue pour garantir lgalit de traitement entre toutes les entreprises : un cadre structur, norm, avec un contrle de qualit par ailleurs, fait que plusieurs analystes travaillant au sein de Vigeo ralisent lanalyse de lentreprise selon les mmes mthodes et doivent aboutir in fine quasiment au mme rsultat. Sagissant de transparence il faut distinguer la transparence publique cest ce quon

    a sur le site et la transparence devant nos clients qui doit tre totale MP: partir de la base de donnes, peuvent-ils reproduire vos modles ?

    NN: Ils pourraient les reproduire directement mais cela ncessiterait un tel investissement quils ont recours des fournisseurs de donnes et de recherche, mais videmment, il leur appartient de dfinir leur propre mthode dagrgation et de pondration des donnes que nous leur fournissons.

    MP: Y-a-t-il place pour des approches un peu diffrentes, en relation avec des demandes spcifiques dinvestisseurs ?

    NN: Oui, il existe plusieurs approches et plusieurs techniques dinvestissement socialement responsable le best in class, en slectionne les entreprises qui prsentaient les meilleurs rsultats dans un secteur donn. Certains investissent sur de nouveaux segments dactivits dites vertes ou sattachent promouvoir des entreprises qui ont de bons comportements sur le plan environnemental ou sur les droits de lhomme. Certains sont sensibles aux controverses que connaissent les lentreprises, ce qui, de mon point de vue, est une approche superficielle de linvestissement responsable si elle se limite ce seul critre.

    Des investisseurs peuvent galement choisir de ne pas investir dans des socits aux activits dites controverses du type alcool, nuclaire, tabac ou qui simplantent dans des pays o les violations des droits de lhomme sont avres. Par exemple, Total, en Birmanie, a suscit cet gard une controverse trs mdiatise (cf. encadr 3 de larticle 7, ndlr).

    On peut avoir un dbat, sur la tendance rduire les indicateurs de RSE quelques indicateurs de rsultat la diminution de la production de CO2 dune entreprise dans un secteur donn est lvidence un indicateur pertinent produire. Mais est-ce que cela rsume lengagement de lentreprise au regard de lenjeu environnemental ? La rponse est alors ngative. On voit bien quil y a l un choix dinvestisseur : cest lui de savoir quel indicateur il

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 14 sur 127

  • veut privilgier parmi ceux quon lui fournit pour faire son propre choix dinvestissement.

    MP: Les agences pourraient ainsi produire des notations la carte ?

    NN: Nos bases de donnes et notre recherche permettent aux praticiens de lISR de sen servir selon leur propre reprsentation de leur responsabilit dinvestisseur socialement responsable. Certains par exemple, mettront prioritairement laccent sur la performance en matire de droits de lhomme et de gestion des ressources humaines, dautres sur la qualit de la gouvernance et dautres prendront en compte lensemble des facteurs du rfrentiel. Peu importe, le point crucial est que le destinataire de la notation comprenne bien ce quil convient de faire dire la notation ou de ne pas lui faire dire. Ceci pos, il me semble de bon augure que chacun sapproprie le concept et dise comment il va le mettre en pratique dinvestissement

    MP: Quels sont vos souhaits pour lavenir?

    NN : Que la crise nous aide nous convaincre quil est temps de regarder lentreprise, certes dans sa capacit rmunrer ses actionnaires, mais aussi dans sa capacit tre attentive aux autres parties prenantes, ses salaris, les territoires, etc. Cest le grand sujet de la responsabilit sociale et de linvestissement responsable.

    La schizophrnie pourrait gagner les dirigeants les plus clairs. Lesmarchs financiersattendentd'euxdes stratgies etdes rsultatsquine sontpas toujours compatiblesavectouteslesexigencesetlesrythmespropreslavieetaucontextedel'entreprise.[].

    Paralllement, ledirigeantsaitque l'efficience, ledveloppementet laperformancedurablesde l'entreprisepassentparlapriseencomptedutempslong,lamobilisationdescollaborateurs,laconqutedemarchsquiontleursspcificitsetleurscontraintes,lapriseencompted'attentesenvolutiondesconsommateursetdesclients, la promotion des valeurs et d'une culture d'entreprise, des responsabilits assumer l'gard del'environnementnatureletterritorial.Autantdencessitsetd'intrtsquineconvergentpasmagiquementsurunepositiongarantissant l'quilibreparfaitdans leurpriseen compte. Ilsappellentarbitrage,maisunarbitrageconstruitetassum.

    Je vois dans ce mouvement qui s'amorce en faveur de la reconnaissance de responsabilits largies del'entrepriseunebrcheouvertepours'attaquerauxdrivesd'uncapitalismetropfinancier.Uneopportunit,aussi,donneauxdirigeantspourreconqurirlaconfiancedel'opinionauregardd'uneimagedel'entreprisebienmisemal.

    ExtraitdelentretiendeNicoleNotat,Capitalismemondial:denouvellesresponsabilitspourlesentreprises?,RevueEsprit,(supplmentdoctobre2006intitulL'thiquecommefrontire ).

    Je veux croire que ladignit, la citoyennet,sont des valeurs davenir.Jeveuxcroirequechaqueindividu trouvera dansunesocitmoinsbancalelaccs au savoir, aujugementcritique.Jeveuxcroire au pouvoir dtrelibre de sa destine, decombattrelinjustice,

    dengendrerdesesprances. Jeveuxcroireque lebientrematrielneserapasrservquelquesuns, que le sentiment dutilit sociale,dappartenance, par le travail, la collectivit,renatra chez tous. Je veux croire que le confortdesunsne sobtiendrapasauprixde linconfortdesautres[]Jeveuxcroirequelasingularitdechacun peut tre reconnue sans que lautre soitni, sansque lunitbien comprisedugroupeensoit corne. Je veux croire que nos villes ne setransformeront pas en juxtaposition de ghettosrivaux. Je veux croire que la libert et laresponsabilitlemporterontsurlapropagandeetlerflexeprimaire. Jeveuxcroire toutcelaquitientendeuxmots:solidaritetengagement.

    ExtraitdelouvragedeNicoleNotat,avecHervHamon,Jevoudraisvousdirepublien1997auSeuil,

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 15 sur 127

  • VVooll..33NNoottaattiioonneexxttrraaffiinnaanncciirree

    DesQuakers

    LInvestissement Socialement Responsable renvoie la notion de responsabilit sociale des entreprises (RSE) et, par consquent, aux attentes de la socit envers les entreprises. Sont-elles seulement des pourvoyeuses de biens et services, des acteurs de march recherchant leur intrt priv ou doivent-elles se proccuper de lintrt gnral ? Ce dbat merge aux Etats-Unis ds le XVIIIe sicle sur fond de convictions thiques. Les Quakers, acteurs importants du monde des affaires, individus profondment religieux, pensent que le business doit bnficier la collectivit et non lui nuire. Ils dcident donc de

    se conduire dans le monde des affaires comme dans leur vie prive, en se conformant leurs rgles morales. En plaant ainsi lintrt gnral au-dessus de lintrt priv, ils se positionnent comme les prcurseurs de la responsabilit sociale des entreprises.

    Cahiers de lvaluation

    Les racines historiques

    Linvestissement socialement responsable commence rellement chez les Quakers au XVIIe sicle. Les Quakers, dont la grande majorit fit fortune dans le commerce et lindustrie en Grande-Bretagne, furent les premiers refuser de tirer profit, une fois installs Philadelphie, de lindustrie de la guerre et de lesclavage. Les racines contemporaines de linvestissement socialement responsable se retrouvent dans leur histoire particulire. Les Quakers en Grande-Bretagne. Les Quakers sont les membres dune communaut protestante cre en 1747 par George Fox en Angleterre. Les principes directeurs de cette communaut sont simples et austres :

    srigeant contre la possession de richesses et en faveur de lgalit, ils incarnent aux yeux de leurs contemporains des personnes dures la tche, ignorant les plaisirs tels que la danse, la musique, tous les arts en gnral et insensibles aux marques de pouvoir et la possession de richesses. Les Quakers, par la force de leur labeur et leur rigueur, deviennent rapidement une communaut aise de marchands et dindustriels rinvestissant toutes leurs richesses dans leur outil de travail. Les membres ont accs lexpertise en affaires de leurs pairs ainsi qu des taux dintrt avantageux. Au cours du XVIIIe sicle, ils deviennent des acteurs conomiques de premire importance et au cours du XIXe sicle, ils dtiennent les principales industries du pays : Barclays, Lloyds, Price Waterhouse, Swan Hunter, Clarks Shoes, Huntley and Palmer, Cadbury, Frys and Rowntree, ont toutes des origines Quaker. En affaires comme dans leur vie prive, les Quakers taient rputs pour leur intgrit fonde sur le respect des contrats, le respect des prix fixs de faon quitable et labsence dinclination au marchandage. Cohrents avec leurs

    Auteursdelarticle :CharlesHenridArcimoles,PascalBello,GeneviveFerone,NajibSassenou

    LorigineetledveloppementdelinvestissementsocialementresponsableExtraitdelouvrageLedveloppementdurable,Editionsd'Organisation,2001.

    Letextenestpasrepris intgralement, lesnotesdebasdepageonttsupprimeset lesrfrencesomisesafindefaciliter lalecture,lestitresdelarticlecidessous(enbleu)sontajoutsparlardaction.

    CharlesHenri dArcimoles est enseignant lEcole de Management de la Sorbonne(UniversitParis1).PascalBelloest lundesfondateurs de lagence de Notation BMJRatings.GeneviveFeroneest la fondatricedArese, la premire structure dvaluationde linvestissement durable en France (cf.article 11 du prsent numro). NajibSassenou est un ancien lve de l'coleNationale de la Statistique et del'Administrationconomique(ENSAE).

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 16 sur 127

  • principes et leur foi jusque dans les moindres dtails de leur vie quotidienne, ils dvelopprent un rel savoir-faire dans la production de biens de premire ncessit et portrent une attention particulire lapprentissage ainsi qu la scurit et lhygine au travail, notamment dans lindustrie chimique. Nous pouvons citer ici le fameux dicton de William Penn : La vritable pit ne soustrait pas les hommes au monde mais les conduit y vivre mieux et lamliorer. Leurs proccupations sociales sillustrent par lattention porte la formation, la sant et les conditions de vie de leurs employs. Cette dfinition rejoint aujourdhui parfaitement la description dune attitude paternaliste. Les Quakers amricains. Cette prosprit ne peut gommer les perscutions dont les Quakers furent victimes diffrentes priodes de lHistoire, en raison de leur interprtation personnelle du message du Christ, pouvant tre entendu, compris et vcu sans intermdiaire ni formalisme. Ils furent en grande majorit contraints lexil comme dautres communauts. Les Quakers acceptrent au dbut lesclavage aux tats-Unis comme un fait social acquis. Cependant, ils furent parmi les premiers refuser de senrichir par la vente desclaves et ce refus sappliqua galement au commerce des armes. En 1758, au Quaker Philadelphia Yearly Meeting, lachat et la

    vente dtres humains furent dfinitivement interdits. tant au cur de la richesse conomique de leur pays, cette application stricte ne fut pas sans consquences sur les investissements de lpoque et trouva un cho auprs de leurs contemporains. Comme en Grande-Bretagne, les Quakers taient riches mais exclus des dbats et des carrires politiques en raison de leurs croyances. Ce faisant, ils consacrrent leur argent de vastes campagnes sociales, comme labolition de lesclavage, lamlioration des conditions de vie en prison, lducation et la salubrit du dveloppement urbain. [] Entre la guerre de scession et la premire guerre mondiale merge un nouvel ordre social Linvestissement socialement responsable prend vritablement racine entre 1890 et 1917. Cette priode est appele aux tats-Unis Age of reform . Sous la plume de T. Roosevelt est dcrit ltat de la socit amricaine aprs la guerre civile de 1865 : Une manifestation dindividualisme matrialiste, dans laquelle le principe de libert individuelle totale se traduit en pratique par la loi du plus fort pour affaiblir les plus

    dmunis Lomnipotence des barons du capitalisme a progress pas de gant, alors que le contrle rglementaire par ltat demeurait archaque et ds lors impuissant. [cf. encadr 2]. Lge des croisades. Les historiens dcrivent les quinze premires annes du XXe sicle (jusqu lentre en guerre en 1917) comme un ge de croisades. Lavnement dun nouvel ordre social domine la vie politique en trois principaux points : champ personnel : la moralisation de la conduite des individus passe par un combat contre lalcool, le tabac et autres formes de drogues ; Social Welfare : la protection sociale des plus dfavoriss, qui ne peuvent se dfendre seuls (les plus dmunis, les femmes, les enfants, les ouvriers) ; changement institutionnel : redfinition des relations entre le gouvernement et les gouverns, ainsi que des relations entre les grands empires industriels et la socit. Cet ordre inspire encore aujourdhui le calendrier des rformes politiques aux tats-Unis et mobilise les investisseurs socialement responsables. Comme les Quakers lavaient dfini, linvestissement socialement responsable trouve sa source dans le besoin de retrouver une intgrit personnelle et dadopter une attitude cohrente entre ses investissements et son thique personnelle. Le premier fonds socialement responsable, nomm Pionner Fund, a t lanc en 1928 par lglise vangliste dAmrique et sopposait la consommation dalcool et de tabac. Ainsi, toutes les actions dentreprises lies ces industries taient directement limines de leur univers dinvestissement.

    Les Quakers renoncrent au commercedtres humains en 1758, soit plus dunsicle avant labolition de lesclavage auxEtatsUnis(1865).

    Les millionnaires William Henry Vanderbilt, Jay Gould, Cyrus Field et Russell Sage se partagent le gteau amricain avec leurs monopoles (Puck, vers 1885), repris de Wikipdia

    Stewardshipprinciple

    [Ledevoirdel'hommeriche,c'est]"deconsidrertouslessurplusderevenusqu'ilralisesimplement

    commeundptqu'illuiappartientenstricteobligationd'administrerdetellesorteque,selonsonjugement,ils

    soientsusceptiblesdeproduirelesrsultatslesplusavantageuxpourlacommunaut.L'hommerichedevientainsiunsimpleintendantetunagentl'garddesesfrrespluspauvres,

    plaantleurservicesasagesse,sonexprience,sacomptence

    administrativesuprieures"

    (A.Carnegie,"TheGospelofWealth",1889)

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 17 sur 127

  • Lexpression sin stocks tait ne (actions du pch).Cette croisade contre les vices stigmatiss par la Bible est alle beaucoup plus loin que le champ personnel avec la prohibition, la rglementation des jeux dargent (loteries, courses de chevaux) et linterdiction des drogues. Les tats-Unis vivent toujours sur cet hritage, mi-chemin entre la sphre prive et le monde public. Les investisseurs socialement responsables, par leurs prises de positions publiques, ont voulu rendre opposables aux tiers leurs convictions personnelles. Le Social Welfare. Le 4 dcembre 1908, le Federal Council of Churches, Conseil fdral des glises, adopte le Social Creed for Churches, le credo social des glises. Ce document, toujours dactualit un sicle plus tard, tait remarquable par la vision de la socit dfendue par les glises. Le conseil des glises se prononait en faveur de : droits gaux et une justice pour tous sans distinction ; labolition du travail des enfants ; la rglementation des conditions de travail des femmes, dans le but de sauvegarder la sant physique et morale de la communaut ; la fin de lexploitation des ouvriers ; la rduction graduelle et raisonnable des heures de travail hebdomadaires un niveau aussi bas que possible, et pour un temps de loisir suffisant pour tous, ce qui est une condition indispensable au respect des droits de lhomme ; un jour de cong par semaine ; le droit daccs aux biens de premire ncessit et dtre toujours protg contre toute spoliation de ses droits, de quelque nature quelle soit ; le droit des travailleurs une forme de protection contre les privations, qui sont souvent le rsultat des bouleversements rapides des frquentes crises industrielles; un salaire minimum dcent dans toutes les industries, et pour le salaire le plus lev possible ; la protection des travailleurs contre les dangers lis aux machines, les maladies professionnelles et laccident mortel sur les lieux de travail ; le principe de conciliation et darbitrage dans les conflits dans lindustrie ; un partage des produits et des profits industriels aussi quitable que possible. Les sin stocks, ainsi que les noncs du credo social des glises, ont constitu et constituent encore aujourdhui le socle de linvestissement socialement responsable. Cet investissement souligne la responsabilit individuelle dans la cration et la gestion de la richesse. Ceci signifie apporter du capital, de largent, l o cet apport permettra de crer de la richesse mais aussi une socit plus humaine. Double bottom line est une expression trs souvent utilise pour illustrer ce double objectif des investisseurs. Ce credo social a aussi inspir le contenu de codes de conduites dans le domaine des droits de lhomme et de la responsabilit sociale des multinationales amricaines dans les pays mergents. Les Global Sullivan Principles, du nom du rvrend Sullivan, sy rfrent expressment [cf. ci-contre]. Le changement institutionnel. En 1906, le Corporation Counsel de la ville de Chicago dcrit AT&T comme un monopole cruel, oppressif et accablant. Cette phrase refltait assez bien lopinion dominante de cette poque dont on apprcie mal aujourdhui les enjeux. Pour la premire fois dans lhistoire de lhumanit, si on laisse de ct les forces armes, on assiste la cration et au dveloppement dnormes structures industrielles (ex : US Steel en 1901). Face la toute-puissance croissante de ces industries concentrant une multitude de fonctions en une forme de pouvoir centralis, la socit, le gouvernement, les constitutions des diffrents tats dAmrique doivent redfinir leurs relations ces nouveaux acteurs conomiques et sociaux. Ces rformes ont souvent t lorigine de la cration des premires agences fdrales (ex : Food and and Drug Administration, cre en 1870) visant quilibrer en faveur de la socit les influences potentiellement ngatives de ces normes entreprises (rail, acier, mines, automobile). De lengagement militant la naissance dune nouvelle industrie financire Du dbut du XXe sicle jusqu la fin des annes 1960, linvestissement socialement responsable progresse lentement sous limpulsion de quelques glises et de quelques individus qui excluent les sin stocks de leurs portefeuilles dinvestissement.

    GlobalSullivanPrinciples (1977)

    Cesprincipesonttdfinispar lepasteuramricain Leon H. Sullivan, contemporainetamideMartinLutherKing.Ilfutmilitantdes droits de l'homme et fit partie desdirigeants du groupe General Motorspendantvingtanspartirde1970.C'estce titre qu'il initia en 1977 un code deconduite principalement orient sur lerespect de droits de l'homme etoriginellement publi l'attention desentreprises qui avaient des activits enAfrique du Sud. Ce code de conduite anotoirementjouunrleimportantdanslafindesdiscriminationsracialessurlelieudetravailenAfriqueduSud,maisils'appliqueaudeldecettesituationparticulire.Source:http://www.globalsullivanprinciples.org

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 18 sur 127

  • Encadr1:ApartirdesannessoixantelISRdpasselecadrereligieux

    LesmouvementspacifistesaumomentdelaguerreduVietnam(annessoixante)

    Le contexte gopolitique ethistorique a tun levier important,puisque la guerreduVietnam vientde sachever, les industriesdelarmementontdgagdesprofitsconsidrablesgrcenotammentlaproductiondugaznapalmouencoredesherbicidesdvastateurs,lesarmes,llectroniquemilitairedontlesrpercussionssurlespopulationsonttplusquenfastes.Lessordesmouvementspacifistesdanslesuniversitsconduitlesautoritsfinanciresdesuniversitssinterrogersurladestinationdesfluxfinanciersquellesoctroient,ilyadoncuneprise de conscience et un rejetde limmoralit au service duprofitdestructeur.Des tablissements comme le Council onEconomicPrioritiesdcidedtablirunelistedesfirmesimpliquesdanslaproductiondarmesdeguerresdestinationduVietnam,cestce travail de recensement et dvaluation du seuil dimplication de lentreprise qui constitue la caractristique de linvestissementsocialement responsable.Apartirde ltablissementde cette liste, chacun en son me et conscience apu vincerde sonportefeuilledactionsetdobligations lesentreprisesquisonten inadquationavecsesaspirationsmorales.Parailleurs lesannessoixanteontaussitfortementmarquesparlesmouvementssociauxetenvironnementauxpourladfensedesdroitsciviquesfondamentauxlgarddesfemmes,desminoritsethniquesouencorelesrelationsautravail,lesquestionsrelativesaumanagement.

    LaluttecontrelapartheidenAfriqueduSud(annessoixantedix)

    LesinvestisseursamricainssontdeplusenplusnombreuxsintresserlinvestissementsocialquiprendunenouvelleacuitdanslesannessoixantedixenraisondelaprisedeconsciencepolitiquedurgimedelApartheidenAfriqueduSud.DescentainesdefirmessontimpliquesetconfortentlergimedePretoriatellesqueGeneralMotors.Lesactionnairesdecesfirmesquisontdesuniversits,desEglisesetdesfondsderetraitesneveulentenaucuncascontribuerlessordecesfirmes,parconsquentdesdispositionsrglementairessontappliquesvisantlanondiscrimination,lanonsgrgationdesracesdanslesbtiments,salairegal,ltablissementdunprogrammedeformationdesNoirs,laccessionauxpostesdencadrement,lamliorationdesconditionsdevie.CesprincipesditsSullivanserontmisenplacedansdouzemultinationalesprsentesenAfriqueduSudafindegarantirlemaintiendelactionnariat.Parlasuite,unindicedesfirmesnonimpliquesdanslecommerceaveclAfriqueduSudseracrparunebanquedeBoston:leSouthAfricaSafeEquitybassurleStandard&Poor500[sur les indicesboursiersvoir lencadr1de larticle11et lencadr3de larticle].Deplusunersolutionde lONUincite lensembledesactionnairesretirer leursfondsdesentreprisesnerespectantpas lesprincipesSullivancequiamne lesfondsderetraitedelEtatdeCaliforniedsinvestirplusde90milliardsdedollarsen1987,cesfondsderetraiteexigentquelentrepriseXeroxcessesesventesdestinationde lapoliceSudAfricaine. Les firmesquiappartenaient lindiceSafe (SouthAfricaSafeEquity)diminuentdemaniredrastiquepassantde12550en1990.Pournepastreexcluesdesportefeuillesdenombreuxinvestisseurs,lesentreprisestellesqueCocaCola, IBM,KodakseretirentdumarchdAfriqueduSud.Linvestissementsocialementresponsabledevaitseffacerpeupeusuite ladclarationdeNelsonMandela sur lapartheidet lamiseenplacedlections libresetquitablesenAfriquedu Sud le24septembre 1993. Les analystes taient loin dimaginer que lenvironnement deviendrait un enjeu et une proccupationmajeure desinvestisseurs.

    Lesproccupationsenvironnementales.etlintroductiondecritrespositifsdeslectionctdescritresdexclusion(annes1990)

    UneenqutepublieparleSocialInvestmentForumdmontrequelinvestissementsocialaconnuuneexpansionspectaculaireaucoursdeladerniredcennieauxEtatsUnis.LeSocialInvestmentForumestlundespremiersgrandsfondsdinvestissementthiqueenportefeuilledactifsfinanciers.Ilrunitaussibiendesparticuliersquedesinstitutions.Lenvironnementestdevenuunnouveaucritredeslectiondelentreprise, la multiplication des catastrophes cologiques de Bhopal, Tchernobyl et de lExxon Valdez, lapprofondissement desconnaissancesetdes recherches concernant les risquesde rchauffementplantaire, la rptitiondesmaresnoires, lpuisementdesressourcesnaturellesontcontribucetteprisedeconsciencecollective.Ds ledbutdesannes1990,ctdescritresdexclusiontraditionnelsapparaissentlespremierscritresdeslection.Cetteapparitionrsultedelapressionexercesurlesentreprises,amenescommuniqueretrendredescomptessurleursactivitslgarddelacollectivit.LenaufragedelExxonValdezen1989amobilisunnombre importantdinvestisseursycompris lesplusgrand fondsdepensiondesEtatsUnis,TIAACREF [Teachers InsuranceandAnnuityAssociationCollegeRetirementEquitiesFundestuneentreprised'assuranceetdeFondsdeplacementamricaine],etadonn lieu lacration du CERES (Coalition for Environmentally Responsible Economies) qui pour la premire fois a permis lnonc de rgles deresponsabilitenvironnementaleparlesinvestisseursinstitutionnelsendirectiondesentreprises.Cettepressionestellemmerelayeparlestravauxdesinstitutionssupranationales:lerapportBruntlandsurledveloppementdurablede1987etlesommetdelaTerredeRioen1992.Cescritresdeslectionreposentgalementsurunevisionsimple:slectionnerlesentreprisesaffichantdesprincipesdecorporatesocial responsability (CSR) se traduisant sur le plan social et environnemental. Ce concept nest alors pas clairement formalismais ilmarquenanmoinsuneruptureaveclinvestissementthiqueperucommeundnietutiliscommeuneformedeboycottsystmatique,rejetanttouteidededialogueaveclemondedelentreprise.

    Source:SoniaDEVIN,Fondsthiquesetcritresdenotation,Communicationsde la journe(Jeudi15mai2003),Association internationaledemanagement

    Encadr2:LesrformesdeRooseveltaprslredes baronsvoleursLreprogressiste(ProgressiveEra)estlenomdonnunepriodedelhistoiredestatsUnisquivadesannes1890auxannes1920,bienquellesoitparfoisassociedefaonplusrestrictiveauxannesdeprsidencedeThodoreRoosevelt(19011909).Cestunereenrupturepartielle avec le laissezfaire et lindividualismede lapriodeprcdente,marquepardes rformes conomiques,politiques,sociales etmorales[ en rponse auxmutations et aux problmes induits par la rvolution industrielle* : disparition d'une vie socialeorganiseautourdepetitescommunauts, instabilitrsultantdudveloppementanarchiquede l'industrie,ducommerce,desaffaires,des grandes villes, de l'agriculture, immigrationmassive du sud et de lest de l'Europe, escalade de la violence des conflits sociaux,bouleversements causs par les progrs technologiques. La Cour suprme s'oppose cependant avec constance toute rgulation del'conomieoudumarchdu travail,dclarantanticonstitutionnellesdes lois limitant le travaildesenfants**ou instaurantdessalairesminimums:c'estlapriodeditedel'reLochnerdelaCoursuprme,quidurejusqu'lafindesannes1930.

    *Larvolutionindustriellefutaussimarqueparl'ascensiond'industrielsetdefinanciersmillionnairestelsqueJohnD.Rockefeller,AndrewCarnegieouencoreJ.P.Morgan.Lescritiques lesplussvresdecesgrandsentrepreneurs lesbaptisrent lesbaronsvoleurs(robberbarons),enraisondeleursfrquentsabusdepouvoir,etdeleurspratiquesfinancires,souventpeusoucieusesducodedontologique.

    ** La rvolution industriellemarquegalement ledbutdu travail la chaneetde ladivisiondu travail.Desenfantsetdes femmestravaillentdans lesmines, lesusineset lessweatshopspourdessalairesdrisoires.Lapopulationruraleet lesnouveaux immigrantsviennentsentasserdanslestaudisdesgrandesvillesinsalubres,osedveloppentdestensionssociales.

    Source:wikipdia,notammentreprogressiste,http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%88re_progressiste,consultle9/05/2012

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 19 sur 127

  • Le mouvement des Droits Civiques aux tats-Unis bouleverse le paysage de faon irrversible. Le besoin de financer le dveloppement des communauts les plus dmunies apparat et lglise Presbyterian vote pour orienter 30 % des investissements vers des projets appels community-investment projects. En France, cette forme dinvestissement est connue sous le nom d conomie solidaire [ou finance solidaire, cf. encadr 1 de larticle 8]. Dautre part, un pasteur de cette glise laisse la porte ouverte des formes dinvestissement innovantes sur le plan social : le boycott conomique et des campagnes de ptitions contre des entreprises identifies comme cibles. Eastman Kodak en 1965 devint lune de ces cibles aprs les meutes du ghetto noir de Rochester dans ltat de New York. Cet exemple est la premire illustration moderne de lactivisme des actionnaires.

    La campagne contre General Motors : avnement de lactivisme social des actionnaires. Aux tats-Unis, lanne 1969 marque le dbut de linvestissement socialement responsable dans sa version moderne. La guerre du Vietnam fait rage, Martin Luther King a t assassin, ce qui rend trs difficile le soutien conomique au rgime de lapartheid en Afrique du Sud. Le Congrs vote le National Environmental Policy Act (NEPA), qui amorce un changement dcisif dans la relation des Amricains leur environnement naturel. Ralph Nader [cf. ci-contre] est sur le point de constituer une arme de consommateurs avertis et actifs et attaque General Motors sur la scurit de ses produits. General Motors rpond par une campagne de dlation qui se rvle dsastreuse et, en 1970, Nader dpose neuf rsolutions en assemble gnrale couvrant des sujets aussi varis que les opportunits dembauche des minorits, leur reprsentation au conseil dAdministration et le droit des consommateurs. La Securities and Exchange Commission (SEC), quivalent de notre Commission des oprations de Bourse [aujourdhui remplace par lAutorit des marchs financiers], cest--dire le gendarme de la Bourse , donne son accord pour inscrire deux de ces rsolutions sur neuf pour le scrutin. Cest la premire fois dans lhistoire amricaine que des rsolutions sociales apparaissent dans un scrutin dassemble gnrale dactionnaires. Les glises et autres groupes religieux reconnaissent limportance de laction de Nader et fondent lInterfaith Center on Corporate Responsability, Centre cumnique sur la responsabilit des entreprises (ICCR). Depuis cette date, lIRRC na cess de dposer des cascades de rsolutions aux assembles gnrales. Leur action a t dcisive pour le retrait des investisseurs amricains dAfrique du Sud. Aujourdhui, le Centre est galement trs prsent dans le combat environnemental travers les principes du CERES (Coalition for Environmentally Responsible Economies). Le rvrend Sullivan est lu au conseil dadministration de General Motors, et a t trs actif pour le dsinvestissement de General Motors en Afrique du Sud. Le rvrend Sullivan laissa son nom aux principes Sullivan, qui ont inspir la rdaction et ladoption de codes de bonne conduite des entreprises concernant le respect des droits de lhomme dans le monde entier. Un ferme opposant de linvestissement socialement responsable compara cette priode-charnire comprise entre 1969 et 1971 lclair qui donna vie au monstre de Frankenstein. Naissance dune nouvelle industrie financire [] Les premiers services financiers et les socits de gestion spcialiss dans linvestissement socialement responsable apparaissent au milieu des annes 1970. Lun des pionniers fut R. J. Schwartz qui, bien que travaillant dans des circuits financiers (brokers) hostiles cette forme dinvestissement, russit convaincre et contribua au dveloppement dune nouvelle industrie. En 1982, Franklin Resarch & Development Corporation of Boston devint la premire socit de gestion exclusivement oriente sur linvestissement socialement responsable. Les fondateurs, Joan Bavaria et Don Falvey, ont donn naissance galement au Social Investment Forum, association regroupant les principaux acteurs de cette nouvelle industrie financire. Le Social Investment Forum est un lieu dchanges, dinformations et de prestations de services. Ce Forum publie et remet jour des informations relatives au nombre de

    La communaut noire de Rochestermobilise par Saul Alinsky, luimme engag par un groupe dglises, forma une coalitionFreedomIntegrationGodHonorToday (FIGHT). Cette coalition dont les objectifs taient lamlioration des conditions et desopportunitsdetravaildesNoirs,atsoumisecommemodleEastmanKodak,leprincipalemployeurlocal.Lentrepriserefusade signerunaccordet SaulAlinskydcidadaffronterdirectement ladirectionde lentreprise lorsde lAssemblegnraledesactionnairesen1967.IlsagissaitdeconvaincrelesactionnairesderserverleurdroitdevotetantqueleconflitentreFIGHTetladirectiondeKodakpersisterait.Lavictoire futsymbolique,40000actionsreprsentantun faiblepourcentagede lensembledesactionnairessuivirentcetteconsigne,maisunaccordfuttrouventrelesdeuxpartiesenconflit.Unprcdenttaittabli.

    RalphNaderJeune avocat amricain, il publie en1965 un livre "Unsafe at any speed"mettant en cause les ngligences defabrication dans l'industrieautomobile, livrequiprovoqueunrazde mare d'interrogations et desuspicionsdanslepublicamricain,etseralephnomneannonciateurdelagrande vague du consumrisme(dfense du consommateur) auxEtatsUnis. En 1971, il fonde la trspuissante association deconsommateurs amricains, PublicCitizen,restedepuisunacteurcldumouvement de dfense desconsommateursauxEtatsUnis.

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 20 sur 127

  • Encadr3:LerseauactueldesSocialInvestmentForum(SIF)

    DepuislepremierSocialInvestmentForum(SIF)crauEtatsUnisdanslesannes80,lerseaudesSIFs'estorganisdanslemonde.En2001atcr le SIF franais, le Forum pour l'Investissement Responsable franais (FIR), qui regroupe des gestionnaires de fonds, des agences extrafinancires,dessyndicalistes,desinvestisseurs,dontlaproccupationcommuneestdepromouvoirl'InvestissementSocialementResponsable(ISR).LeFIRestpartieprenantedurseaueuropendesforumspourl'investissementresponsable,Eurosif,crlammeanne(voircartescidessous).

    dansleMonde enEurope

    Source:Lardaction,cartesreprisesdusiteduForumpourl'InvestissementResponsablefranais(FIR),http://www.frenchsif.org/fir.html

    fonds SRI (ISR) leurs performances et organise des sessions de formation rgulires dans tout le pays. Le Social Investment Forum,travers son site Internet, sidentifie un advocacy group : recensement de tous les fonds socialement responsables et mise jour de leurs performances ; accs la dernire information relative aux fonds SR [socialement responsables]; mise jour de lactualit vnementielle sur ce sujet ; mobilisation de ressources acadmiques, techniques, financires pour amliorer le niveau de connaissances gnrales du grand public ; incarnation et promotion de la cause socialement responsable lchelle nationale. Le Social Investment Forum amricain a aujourdhui des ponymes dans diffrents pays occidentaux regroupant et reprsentant les gestionnaires de fonds dactifs socialement responsables [pour plus de dtail sur lessor de lISR partir des annes soixante et lmergence des SIF, se reporter aux encadrs 1 et 3].

    Que retenir de laction des Quakers et, plus gnralement, des mouvements religieux, pour mettre lconomie au service de lhomme ? Trois grands traits qui faonneront les contours de la responsabilit sociale des entreprises (RSE) dans les pays anglo-saxons, pays dans lesquels linfluence protestante est reste importante (cf. carte ci-avant). Tout dabord son fondement thique. Il sincarne encore aujourdhui aux Etats-Unis dans le stewardship principle , principe selon lequel les fortunes prives doivent contribuer l'intrt gnral (elles sont donnes par Dieu, le dtenteur nen est que lusufruitier, lintendant). Ensuite son potentiel danticipation. Les droits sociaux dfendus par les Quakers ont, dans lensemble, t introduits ultrieurement dans le cadre rglementaire amricain puis, pour certains, dans le cadre international (abolition de lesclavage, travail des enfants). Enfin la priorit donne des modes daction trs concrets. Ainsi, pour leurs placements financiers, les Quakers pratiquent lexclusion (boycott des actions du pch ) et lactivisme actionnarial (usage des droits dactionnaires pour influencer la stratgie de lentreprise). Ces deux stratgies deviendront les axes majeurs de linvestissement socialement responsable anglo-saxon aprs que de nouveaux acteurs sen soient empars (syndicats, mouvements de consommateurs avec Ralph Nader) pour uvrer en faveur dune RSE largie (droits des minorits, droits des consommateurs, protection des cosystmes). (Cahiers de lvaluation)

    Source:UniversitdeSherbrooke/CIAWorldfactbookAtlasmondial2005.Lacouleurindiquelepourcentagedelapopulationsedclarantprotestanteen2004(plusde80%enSuede,plusde50%auxEtatsUnis, 30%auCanadaetenAustralie).

    Protestantismedanslemonde(2004)

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 21 sur 127

  • VVooll..33NNoottaattiioonneexxttrraaffiinnaanncciirree

    laWorldCompany

    Le thme de la responsabilit sociale de lentreprise sancre dans un climat d'hostilit envers la grande entreprise. Il merge aux Etats-Unis, la fin du XIXe sicle lors de la premire mondialisation qui voit surgir des firmes dune taille jusqualors inconnue avec en parallle, une pauprisation ouvrire associe des tensions sociales fortes. Do

    laccent mis sur les droits sociaux. Ce thme reprend de lampleur partir des annes soixante-dix, au moment de la seconde mondialisation o, du fait de la drglementation des capitaux, se crent des entreprises transnationales (ETN ou multinationales) de la taille de certains Etats. Leur impact socital devient, comme leur business, mondial, ainsi quen tmoigne limpact mdiatique des catastrophes industrielles rcurrentes (Tchernobyl, Bhopal, Seveso, Fukushima) et, phnomne nouveau, des crises lchelle de la plante, sanitaires, financires Se dveloppe alors une critique radicale de la mondialisation, notamment au sein de la jeunesse : la globalisation na-t-elle pas engendr des firmes tentaculaires et prdatrices qui menacent aujourdhui la survie de la plante ? . Mais ce nest peut-tre pas si simple, explique cet conomiste sa fille.

    Cahiers de lvaluation

    Les anathmes de la mondialisation Pour faire court, en quoi la mondialisation peut-elle influencer notre mode de vie, et plus gnralement nuire notre culture [cf. encadrs 2 5 sur la mondialisation] ? Va-t-on vers une homognisation des manires de vivre, vers une socit-monde d'o les diversits auraient disparu, une socit sans saveur ni odeur? Il ne fait aucun doute que la globalisation bouleverse et nos habitudes politiques, conomiques, sociales et culturelles, et nos

    schmas de pense. L'essor des multinationales, les nouvelles technologies, la monte en puissance des souverainets partages, de l'Europe et des institutions internationales donnent l'impression d'un dessaisissement de nos destins au profit de quelques entits lointaines, mystrieuses et peu dmocratiques. Bref, la perte de nos repres traditionnels, un dracinement individuel et collectif, avec toutes les craintes et angoisses qui les accompagnent. Mais que de confusions ! Et que d'amalgames ! []

    Auteurdelarticle :AndrFourans

    Lamondialisationracontemafille,Extraitduchapitre10,Toutlemondeilestbeau

    EditionsduSeuil,2007Le texte nest pas repris intgralement: les titres de larticle cidessous (en bleu) sont ajouts par la rdaction ainsi que lesencadrs.Lesnotesdebasdepageonttsupprimes. Lesmotsentreguillemetsonttmisenitaliques.

    AndrFouransestprofesseurd'conomiel'ESSEC.Il a enseign l'universit de l'Indiana et l'universit de CarnegieMellon, aux tatsUnis. Il at conseiller spcial dun commissaire europen,membreduConseilconomiqueetsocialetdputeuropen.Auteurdenombreuxarticlesacadmiqueset d'une douzaine d'ouvrages, il crit aussi desouvragespdagogiquesdontceluici,quifaitsuiteLconomieexpliquemafilleparuen2006auxditionsduSeuil.

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 22 sur 127

  • Beaucoup associent le global-libralisme et le libre-change avec la domination des grandes entreprises, le travail des enfants, les ingalits, les menaces sur la protection sociale, la destruction de l'environnement, l'uniformisation culturelle et autres joyeusets qui hantent notre dbut de millnaire. Certes, tout n'est pas faux dans ces critiques, mais elles sont souvent exagres et caricaturales. Et si les inconvnients sont mis en avant, les avantages sont fcheusement oublis ou considrs comme des acquis immuables: cration de richesse; innovations conomiques, technologiques et sociales; produits moins chers et plus varis; emplois qualifis; enrichissement des cultures; libert accrue, oui, libert dont trop sont encore frustrs travers le monde. Et, comme de bien entendu, chacun souhaite les avantages sans en avoir les inconvnients. Normal. Humain. Mais malheureusement pas toujours possible. Et souvent contradictoire. Quid du dveloppement du Sud ? Faut-il alors rguler la mondialisation pour, justement, sinon liminer du moins attnuer ses inconvnients tout en gardant ses avantages? Faut-il laborer des normes sociales et environnementales communes pour mettre tout le monde sur un pied d'galit afin que l'change soit juste et quilibr ? Si tu n'as pas oubli les raisons de l'intrt du libre-change, tu te souviendras que c'est grce aux avantages comparatifs que globalement l'change profite aux pays qui y participent [ndlr, cf. encadr 1]. Et parmi ces avantages, c'est justement pour certains un cot du travail plus faible, avec des canons sociaux ou environnementaux moins contraignants, qui leur permet de s'brouer dans la grande foire internationale et d'en tirer parti. C'est notamment le cas des nations en dveloppement qui seraient touffes si on leur imposait des normes communes, normes qui ne manqueraient pas bien sr d'tre celles des pays riches. D'ailleurs, les pays du Sud souponnent ceux du Nord d'utiliser ce type de revendication pour se protger de la concurrence qu'ils pourraient leur faire - et ils n'ont peut-tre pas tout fait tort ... Ce n'est pas le fruit du hasard si le Sud est le plus acharn contre des normes sociales et environnementales internationales. Alors, o est le juste, o est le moral en cette affaire? Faut-il, pour des raisons, de trs bonnes raisons, sociales ou environnementales, freiner le dveloppement de maintes zones dfavorises et aggraver leur pauvret ? Je te laisse mditer sur cette question en attendant que j'y revienne, car elle est fondamentale pour l'avenir de ces pays. Il faut progresser vers des standards internationaux contraignants pour les entreprises Cela dit, faut-il laisser nos mammouths multinationaux s'gayer sans aucune rgle aux quatre coins de la plante? Bien sr que non. Mais jeter le bb avec l'eau du bain n'est pas non plus la solution. Le march, contrairement ce que certains de nos babillards cherchent nous faire croire, ce n'est pas le renard libre dans le poulailler libre, le plus fort qui crase le plus faible. Certes, ce danger existe tant les pulsions de domination des hommes et des institutions est srement sans limite. Mais notre civilisation a cr des rgles du droit pour empcher ce genre de dvoiement. Mme si elles ne sont pas toujours parfaites, ces rgles existent (droits de l'homme, droit des contrats, de la concurrence, etc.). Et elles peuvent tre amliores [ndlr, cf. articles 4 et 6]. Ne pense donc pas que les multinationales font ce qu'elles veulent, quand elles veulent et comme elles veulent. C'est d'une banalit affligeante que de le dire, mais enfin ... Elles sont soumises aux lois des pays o elles oprent, et souvent leurs us et coutumes en matire d'activit, d'emploi et de commerce. Il est alors vident que si les lois et traditions de ces contres sont relches, les molosses des temps modernes auront tendance se fondre dans le moule. Ce

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 23 sur 127

  • ne sont pas des anges. D'o la demande de standards internationaux aussi dans des domaines sensibles comme ceux des relations de travail, des droits de l'homme et de l'enfant, de la scurit du travailleur et du consommateur. Mais plus facile dire qu' faire, tant les intrts des diffrentes parties prenantes - gouvernements, consommateurs, employs, tes ONG [Organisations non gouvernementales] favorites, et le public - sont divergents. Le mouvement est lanc, et une institution comme l'OMC [Organisation mondiale du commerce], dont je t'ai dj parl, et ce n'est pas fini, en dpit de toutes les critiques qui lui sont faites, pourrait, devrait en cette matire avoir un rle significatif jouer. Les entreprises craignent pour leur rputation . Mais les choses ne sont pas simples. Considre par exemple les questions lies l'thique des affaires (oui, oui, cela existe) ou aux droits de l'homme qui te sont chers. Ne crois pas que les multinationales ne doivent pas s'en proccuper. Mal leur en prendrait. Avec des retours de bton trs douloureux, car elles aussi sont des petits tres sensibles, surtout du ct de leur porte-monnaie. Dans notre monde surmdiatis, les informations tlvises du soir et les messages qui circulent la vitesse de la lumire sur l'Internet ont tt fait de dtruire la rputation des socits sans foi ni loi, ou un peu trop rapaces, ou un peu trop ngligentes. Shell et TotalFina ont perdu beaucoup de leur superbe (et d'argent !) aprs les mares noires dont elles furent portes responsables. Et Union Carbide, comment oublier les plus de 8000 morts provoques par l'explosion de son usine indienne au milieu des annes 1980? Mme si rien ne peut racheter les pertes de vies humaines, ce dramatique accident a cot les yeux de la tte la socit amricaine. Et puis, plus prs de nous, te souviens-tu du boycott mondial que dut subir Reebok lorsque fut rvl que ses ballons de foot taient fabriqus par des enfants pakistanais de 12 ans? La firme en tira vite les conclusions pour redorer son blason et son image: elle monta de toutes pices une nouvelle usine de fabrication, avec observateurs indpendants, et lana une gigantesque campagne de publicit sur ses nouveaux ballons fabriqus sans le travail des enfants. Et Nike, le clone de la prcdente, n'a-t-elle pas galement subi les foudres des organisations non gouvernementales pour les salaires de misre qu'elle versait dans certains pays en dveloppement? Elle a depuis ajust ses positions. Nike toujours et Shell considrent maintenant de leur mission d'amliorer les conditions de travail, non seulement dans leurs usines mais aussi dans les pays o elles produisent. Et elles n'investissent plus que dans les endroits o les gouvernements font des efforts pour amliorer leurs systmes de sant et d'ducation. Qu'on se le dise ! et sengagent dans des dmarches volontaires sous lil vigilant des ONG Pas de malentendu donc. Les mammouths internationaux sont surveills, parfois de trs prs. Ils ne peuvent pas ne pas en tenir compte. Oh! ce n'est pas la pure philanthropie ou le pur sentiment humanitaire qui les anime, mais leur intrt bien compris pour tre accepts et prosprer dans leurs pays d'accueil et dans la communaut internationale. Il n'empche, et c'est l'essentiel, de plus en plus de socits laborent des codes de conduite o elles s'engagent bien se comporter dans des domaines tels que l'environnement, le recyclage des produits

    Encadr1.LemodledeRicardo:lelibrechangeestcollectivementefficace(XIXe)

    Loidesavantagesabsolus

    SelonAdam Smith, chaquepaysestplusefficacequeles autres dans la production d'un bien aumoins. Lepaysensespcialisantdanslaproductiond'unbiencequi signifie l'abandon de la production des autresbiens, approfondit la division du travail et ainsi lalibert des changes va accrotre le bientre del'ensemble des pays. C'est l'avantage absolu dans laproductiond'unbienquidterminelaspcialisationdechaquepays.

    Loidesavantagescomparatifs

    Selon Ricardo, ce n'est pas l'avantage absolu quicomptemaisl'avantagerelatif.Autrementditunpays,qui est moins efficace que les autres pays dans laproduction de tous les biens qui peuvent trechangs, sera relativementmoins inefficace dans laproduction d'au moins un bien. En exploitant cetavantage comparatif, c'estdire en se spcialisantdans la production de ce bien, le librechange servleraprfrablel'autarcie.

    Source: L'conomiemot mot, glossaire propos par larevue Problmes conomiques, sur le site:http://www.ladocumentationfrancaise.fr

    Site de Vietnam Labor Watch, 2001

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 24 sur 127

  • Encadr2.LaWorldcompany

    Pourdvelopper leur stratgie internationale, lesmultinationales (ou firmes transnationales FTNouentreprises transnationalesETN)ralisentdesInvestissementsDirectslEtranger(IDE);ilyaIDElorsquunefirmeachteaumoins10%ducapitalsocialduneentrepriseimplanteltrangeroulorsquellecreuneunitdeproductionltranger.LesIDEsedploientfortementpartirdesannesquatrevingtavecdeuxrtractionsimportantesdanslesannes2000,lorsdelclatementdelabullesurlesnouvellestechnologiespuislorsdela crise financire mondiale. Le phnomne de multinationalisation des firmes saccroit depuis une trentaine dannes: selon laConfrencedesNationsuniessurlecommerceetledveloppement(CNUCED),onnecomptaitque7000multinationalesaudbutdesannes1980,contre77000en2005.Surles500premiresoncompteprsde200amricaines,150europenneset60japonaisesmaislesETN issuesdespaysmergentsetentransitionvoient leurpartcroitre.Parmi les100premiersacteursconomiquesmondiauxoncomptaiten1999plusdelamoitidemultinationales(ProgrammedesNationsuniespourledveloppement).

    Lemonde,del'an0nosjoursavecunnouveaupartageduPIBmondialsurlederniermillnaire

    Source:Lardaction,donnespubliesparAngusMaddison,Lconomiemondiale:uneperspectivemillnaire,OCDE,2001

    Fluxd'investissementdirectl'tranger(IDE)entrantsde19702010

    (milliardsdedollars)

    Source:wikipedia,partirdesdonnesdelaCnuced

    Deuxbestsellerscritiquantleseffetsdelamondialisation:VivianeForrester,1996AlGore,2006

    Cahiers de lvaluation, n6, juillet 2012 Page 25 sur 127

  • Encadr3.Leseffetscontroverssdelamondialisation.plaidentenfaveurduneregulationmondiale(XXIe)La littrature scientifiquemontreque lecommerce international,dontplusdesdeux tiers impliquentdes firmes transnationales (FTN),peuttreun jeusommenulle,pluttqu'sommepositivecommedans lemodledebase ricardien [cf.encadr1] ; lesmodlesavecchange international de facteurs de production plutt que de biens parviennent au mme rsultat; l'hypothse d'une convergenceinternationalepar latransnationalisationneseraitvrifiequepourunnombre limitdepays(huitconomiesdeOCDE),surunepriodenonconclusiveetsurdescritreslimitsdetaillerelativedemarch,dedotationsfactoriellesetdecotsdeproduction.

    Sicertainstravauxconc