Noblet, Gaston. Gaston Noblet. De l'Île d'Oléron à ...saint .HISTOIRE DE ROYAN 149 HISTOIRE 7

download Noblet, Gaston. Gaston Noblet. De l'Île d'Oléron à ...saint .HISTOIRE DE ROYAN 149 HISTOIRE 7

of 30

  • date post

    15-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    215
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Noblet, Gaston. Gaston Noblet. De l'Île d'Oléron à ...saint .HISTOIRE DE ROYAN 149 HISTOIRE 7

  • SAINT-GEORGES-DE-DIDONNE

    Saint-Georges-de-Didonne est situ 4 kilomtresde Royan et compte 1398 habitants.

    La gare la plus proche est Royan, des voitures fontle service entre le bourg de Saint-Georges et la gare ;de plus, un tramway vapeur relie Saint-Georges Royan, Pontaillac et la Grande Cte.

    Un excellent mdecin, M. le Docteur Camus exerce Saint-Goerges et l'on trouve chez M. Querouil,pharmacien, tout ce qui est ncessaire.

    Saint-Georges est situ l'embouchure de la Girondeet possde un petit port protg par une jete, o lespilotes viennent se rfugier.

    La commune de Saint-Georges-de-Didonne se com-pose de son chef-lieu plac au bord de la cte, de deuxvillages et de trois hameaux, son tendue est d'en-viron mille hectares.

    La nature du sol est assez varie et peut se diviserainsi :

    300 hectares d'une terre grasse pierreuse, trspropre la culture des crales ; 60 hectares d'une terreargileuse dont une partie est plante en vignes.

    200 hectares de prs marais de mauvaise qualit,sol tourbeux.

    150 hectares de bois, ajoncs, brandes et pinades.Le reste du terrain en proprits bties, dunes de

    sables sur lesquelles on a plant des vignes, et laissede mer. ..,.,.,.

    10

  • I46 HISTOIREDE ROYAN.

    Deux ruisseaux qui dbouchent dans la mer, ser-vent de canaux de desschement aux marais.

    L'glise de Saint-Georges a t ruine pendantles guerres de religion, une glise moderne avec unjoli clocher en pierre a t construite sur remplace-ment de l'ancienne.

    Dans la partie nord de ce bourg, et au bord dumarais, il y avait autrefois une espce de retranche-ment form d'un carr long flanqu de quatre toursbastionnes et entour de fosss.

    Au village de Didonne, on voit des vestiges d'unancien chteau fort qui appartenait au duc de la Tr-moille. Un pan de muraille d'un mtre et demi d'pais-seur, de larges et profonds fosss, voil tout ce quireste de cette antique demeure.

    L'abbaye de Cluny btit Saint- Georges un prieur,sous l'invocation de Saint-Georges.

    A la fin du xvie sicle, l'abbaye tombant en ruines,le prieur alina un gentilhomme du Mdoc nommCorberan Dahons une certaine quantit de terre, l'ouest du prieur, charge de lui payer une renteannuelle et de rparer l'glise. Ce fut l'origine de taseigneurie de Lussinet, qui avait son sige, quelquescentaines de pas de l'glise actuelle de aint-Georges,dans ce grand corps de logis occup par une fermeo l'on distingue encore un pavillon carr, au toit enpoivrire et un portail qui porte la date de 1766.Pendant deux sicles, les seigneurs de Lussinetagrandirent leur domaine par des acquisitions oudes changes avec les prieurs de Saint-Georges et leurspuissants voisins de Didonne. Mais la Rvolutionleur fut funeste. Elle balaya ta fois la seigneurie etle prieur.

    Il a t racont dans un ouvrage dont le titrenous chappe comment lemaire d'alors, le pre Chappe,braconnier incorrigible, enleva au baron de Saint-Lgier, seigneur de Didonne, ses titres et ses papiersfodaux. Le rcit est peu de chose prs ta vrit.

  • HISTOIREDE ROYAN I47

    Mais le baron tait une baronne, Hector de Saint-Lgier tant mort depuis plusieurs annes, et il taitseigneur de Lussinet-Saint-Georges et non de Didonne.Ce qui est tout fait exact, c'est que le pre Chappeemporta les monuments de la tyrannie, comme ondisait alors. Il les enferma avec le papier censif duprieur, dans un tonneau de goudron, suspendit letonneau au bout d'une perche, et le promena ensuite son de caisse dans l'unique rue du village. Aprs laprocession, il alla planter le trophe au milieu de laCouche ; on jeta au pied une charrete d'ajoncs,et le pre Chappe alluma de sa main l'auto-da-f dela noblesse et du clerg. La population dansa la Car-magnole autour du feu de joie, ainsi qu'il rsulte duprocs-verbal prcieusement conserv ta mairie.

    Sur une partie de la cte appele pointe de Vallires,subsistaient encore, il y a quelques annes, quelquesfragments de fortifications qui remontaient au xviesicle, poque qui pourrait faire croire que ces ouvragesdfensifs avaient t construits pour garantir cettepartie du littoral des attaques des Anglais. La pointe deVallires est trs pittoresque, la mer y a creus denombreuses cavernes et par suite d'boulements unepartie se dresse mare haute l'tat d'lots escarpset inaccessibles.

    Au sud de la Conche de Saint-Georges est une autrepointe nomme de Suzac, aussi fort leve et garantiepar un escarpement de rochers de 50 60 pieds dehauteur. Autrefois vers le milieu et dans la partie laplus avance dans la mer, on voyait quelques vestigeset de gros murs btis en briques. La tradition prtendqu'il y avait l une ville qui s'appelait Griost. On rap-porte aussi que le peuple d'alors croyait que les tran-gers qui buvaient du bouillon de moules prove-nant du rocher de Suzac, ne pouvaient plus aban-donner le pays.

    Pendant les guerres de l'empire on avait tabli lapointe de Suzac, une batterie de douze pices de canon.

  • I48 HISTOIREDE ROYAN

    Au mois d'avri.l 1814, les Anglais firent une descentesur ce point et la renversrent de fond en comble.Elle fut reconstruite pendant les Cent-Jours et de nou-veau dmantele par les Anglais peu aprs la bataillede Waterloo.

    Actuellement, il existe un fort moderne, et une bellevilla, sur la pointe de Suzac.

    On a assign l'tymologie du nom de Didonne,les mots Dit et Don, qui en tangage celtique, ontsignifi jour, lvation.

    Saint-Georges est recherch par les amateurs de lasolitude et du silence. Parmi les htes illustres qu'acompt ce charmant petit port, il faut citer Michelet,qui y a crit la Mer et la Femme.

    C'est, du reste, un endroit bien agrable, il n'yfait ni trop chaud, ni trop froid, grce au beau soleildu Midi, dont les ardeurs sont tempres par la brisede mer et l'ombrage de la belle foret de pins mariti-times, chnes verts, etc., qui s'tend de Royan Mes-chers, sur une longueur de douze kilomtres.

    La plage de Saint-Georges s'tend sur prs detrois kilomtres et spare la fort de la mer.

    Saint-Georges possde deux magnifiques phares,celui qui domine le port et ta haute mer, et, La Tourdes Lapins ou feu de Suzac, sis en pleine fort, char-mant but d'excursion.

    Saint-Georges est trop prs de Royan, ville lganteet mondaine, pour avoir conserv les prix des petitesplages. Nanmoins ceux-ci ne sont pas exagrs.Dans les trois htels du bourg, on peut tre nourri

    'et log raison de six francs par jour environ. Chezles habitants, on trouve des appartements louer partir de cent francs par mois. Enfin, les villas et leschalets ont des prix variables, suivant leur confort etleur importance. Saint-Georges a de nombreux four-nisseurs et pendant la saison, le poisson y abonde,ta vie est trs abordable, et il y a march tous les jours.

  • HISTOIRE DE ROYAN 149

    HISTOIRE

    7 septembre 1232

    Transaction entre Hugues de Taunay, seigneur deDidonne et de Taunay et les frres de la commanderiedu Temple des Epaux (1), par laquelle ledit Huguesreconnat le droit d'hbergement desdits religieux,rserve faite l'avenir des hommes de sa seigneurie,et leur donne un cens annuel et perptuel de dix sols,ainsi que le droit d'usage des pacages, des bois, deseaux et de la terre des communaux.

    Hugo de Talniaco, dominus Didonie et Talniacy (2)Universis presentem cartulam inspecturis in co- quiest vera salus im perptuant salutem. Noverint uni-versi prsentes pariter et futuri quod cum controversaesset inter nos ex una parte et fratem P Bos, tunetemporis preceptorem domus fratum milicie templides Espaux, qui generalem habebat prcurationemet mandatum a fratre G de Brees, tune temporis

    (1) La commanderie des Epaux (Ordre des Chevaliersdu Temple ou Templiers) tait situe sur la paroisse deMeursac, canton de Gemozac (Archives dpartemen-tales E 10).

    (2) Hugues de Tonnay, seigneur de Didonne, de Ton-nay-Charente et de Royan, fils an de Hlie de Didonne,avait en 1227, rendu hommage au comte de la Marche,comme seigneur de Montendre, Royan et Didonne. Ilscella cet hommage d'un sceau armoriai, gironn de douzepices, portant pour revers : un lion passant, sur unsem de fleurs de lys. (Archives nationales. Collectiondes sceaux 3715). En 1232, il fit des donations au prieurconventuel de Trizai. M. l'abb Th. Grasilier a publidans le cartulaire de Saint-Etienne-de-Vaux, une chartedu 6 mai 1236, de nobilis vir Hugo Talniaci, Didonne etRoiani.

  • 15 HISTOIREDE ROYAN

    magistro in Aquittania in omnibus negociis et causiscxpcdiendis que in ballia des Espaux accidcriut, proutper patentes litteras ejusdem niagistri nobis constititevidenter, super co videlicct quod nos decibamusdictum preceptorem et fratrcs nobis injuriosos pluri-iuim exislere et molestos co quod rcciepiebant ethospitabantur indifferenter hoinines ecclesiarum etclericorum terre nostre in doino sua et in terra deBaloire (i) quia (ou quare) nos dicebainus multuinjuris habere in eisdem hominibuz et contrario dictopreceptore et fratribuz dicentibuz se nobis nullaininjuriam in hoc facere ; cuin alia vice inter nos etipsos super quibusdam dampnis et injuriis a nobiseisdem illatis amicabiliter intervenarit composiciode prudentium virorum consilio, cum super illa com-posicione nos eisdem dederimus cartam nostramsigillatam quod licitum esset eis hospitari et reci-pere hoinines uuiuscumque, exceptis hominibuz ethominum nostrorum de fiodo nostro, tandem utcadein carta eisdem fratribus et hominubuz ibidemcoinorentibuz continebant nos eisdem consesserimuspro salute anime nostre et parentum nostrorum,onine jus et omncm libertatem pcndendi tam tem-poris quam animalibuz corumdcm utendi et explec-tandi qui a jus in pascuis in neinoribus, acquis, terrispi:mis et rebuz alliis communibuz in perpetuumpacifie et quite qui buz proprii mei et corum ani-malia utuntur et promisi etiam eisdem fratribuz quodipsis vel eorum rubus millam injuriam inferam decetera vel gravamen. Dedi insuper fratribuz eisdemd