Modèles urbains

download Modèles urbains

of 17

  • date post

    04-Jan-2017
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Modèles urbains

  • mars-avril 2012 - N 383 / URBANISME / 41

    DOSSIER

    ditorialModles urbainsL emotmodlevient de litalienmodello, qui dsigneunefigure reproduire.Cest unmot du vocabulairedes artistes, que l'on retrouve dans le sens dune per-sonnequi pose pour unpeintre ouun sculpteur.Au XIXe sicle,unmodleest untype de fabricationque lindustrialisa-tionpermet de reproduire enplusieurs exemplaires.Plus tard,dans les sciences humaines et sociales (en conomie, toutparticulirement),unmodleconsiste en la reprsentationschmatique dune ralit observe. Bien quartificiel, lemodle permet alors de tester des hypothses, il sert enquelque sorte de laboratoire. Limportation lidentiquedunobjet architectural traduit cette circulation dun modle.En urbanisme, la suite de son usage en architecture, unmodle est une ralisation, ou une procdure, que lonreproduit dans un autre contexte que celui qui lui a donnnaissance et sens.Cest unphnomneassez banal et ancien,qui accompagne diverses relations entre tats, cultures ousocits. Par exemple, la France a export son modle dedcentralisation dans la plupart des tats africains, ancien-nement coloniss par elle. Se pose alors la question de larception et de lacclimation dumodle.Autant il est ais deconstater le transfert dun modle urbain (la tour, lauto-route, le centre commercial, larogare, le muse, la gare, legrand magasin, le square, etc.), autant il est difficile de sai-sir lensemble des effets induits par sa rception. Parfois lagreffe prend,dans dautres cas elle provoqueun rejet.Parfoislon croit que lemodle sacclimate alors quil subit de nom-breuses transformations plus oumoins visibles qui laltrenttout en lui impulsant une autre destine, comme le grandensembleen Core,par exemple,qui est pris par lamiddleclass et ne sapparente aucunement aulogement socialCedossier sintresse la circulationdesmodlesurbains/1.Il rassemble plus particulirement des travaux portant surlhistoire, lamobilit et la rception demodles de politique

    Parfois la greffe prend,

    dans dautres cas elle provoque un rejet.

    Parfois lon croit que le modle sacclimate

    alors quil subit de nombreuses

    transformations plus ou moins visibles.

    1/

    Ce dossier trouve sonorigine dans un sminairesur les villes modleset la construction deleur exemplarit,organis en mai 2011 luniversit de Neuchtelpar Laurence Crot,Francisco Klauseret Ola Sderstrm.

    Iig

    oB

    uje

    do

    Aguir

    re/V

    iew

    /Photo

    nonst

    op

    Par

    cPoble

    nou

    2008

    /Jea

    nN

    ouve

    larc

    h.

    Adag

    p,P

    aris

    2012

    41-72-Dossier-383.qxd:Revue Urbanisme-Dossier 13/04/12 10:53 Page 41

  • mars-avril 2012- N383 / URBANISME / 43

    Les villes sont faites de relations avec lextrieur. Lchange conomique est leur origineet au cur de leur dveloppement historique /1. Plus gnralement, les rseaux de villes ontorganis les socits humaines et leurs rapports de forces au cours du temps bien davantageque les tats-nations,dont linfluence nest devenue prpondrante quaprs le trait deWestphalie(1648) /2. Toutefois, les villes ont longtemps t abordes par les sciences humaines et socialesdans une optique territoriale, cest--dire comme des ensembles clos, cerns de frontires etessentiellement organiss par une logique interne. Analyse dOla Sderstrm, professeur de go-graphie sociale et culturelle (universit de Neuchtel, Suisse).

    Des modles urbainsmobiles

    dossier

    1/

    J. Jacobs, The Economyof Cities, New York,Vintage, 1969 ; J. Jacobs,Cities and theWealth ofNations, New York,Vintage, 1984.

    2/

    P. J. Taylor,World CityNetwork: A Global UrbanAnalysis, Londres,Routledge, 2004.

    3/

    www.lboro.ac.uk/gawc/

    4/

    F. Choay, La Rgle etle Modle. Sur la thoriede larchitecture et delurbanisme, Seuil, 1981.

    Depuis quelques annes, face lvidence de lintensitet de limpact des changes et des connections entrevilles, lapproche territoriale cde le pas une approcherelationnelle, autant dans les travaux de recherche quedans laction politique. Le dveloppement des rseauxdevilles tels queCits et gouvernements locauxunis,quiregroupe 1000 villes dans 95 pays, ou les travaux sur lesujet du rseau de recherche Globalisation andWorldCities /3 en sont des tmoignages parmi les plus lo-quents.Les tudesportant sur la circulationdesmodlesurbainssintressent lun des aspects de ces relations inter-urbaines.Afindintroduirecedossieretdclairer lesenjeuxde ces recherches, cet article dveloppe trois points : lepremier concerne lanotiondemodleurbain,ledeuximece que lon entend lorsque lon parle de leur mobilit,et le troisime lintrt scientifique et politique de cesanalyses.

    Quest-ce quun modle urbain ?Techniquement,dans la thoriede larchitectureetde lur-banisme, la notion demodle renvoie,pour faire simple,unesolution idalequil sagirait dappliquer fidlement.Dans la notice type de son DictionnairedArchitecture (publientre 1788et 1828),Quatremrede Quincy oppose ainsi de faon bien connue letype leprincipeet loriginedune formeadapteunusageaumodleune formequil sagit dereproduire.Dans unedistinction smantiquementproche et non moins clbre, Franoise Choayoppose, elle, dans le domaine de lurbanisme, largleaumodle/4. La rgle renvoie des prin-cipes gnratifs fournissant des solutions urbainesqui sadaptent des situations territoriales etsociales spcifiques, alors que le modle dsignedes solutions toutes faites dont la validit est uni-

    verselle et qui peuvent ds lors tre copies sans se sou-cier du contexte. Elle voyait dans ces deux concepts unefaonde caractriser les deuxprincipauxgenres qui onttravers lhistoire des thories de lurbanisme.Lanalysestructuraliste des thories de lurbanisme effectue parFranoiseChoayportait essentiellement sur desdiscours(des traits).Les recherches contemporainesportent biendavantage sur des pratiques dacteurs et desmdiationsmatrielles (textes, images, plans, diagrammes, etc.) osont appels modlesdes lments et des faons defairebeaucoupplusvariableset flousquene levoudraientces distinctions techniques.Ces dernires peuventmal-gr tout garder une certaineutilit pour distinguer dansles changes entre villes ce qui procdeplutt dune imi-tation fidle et donc o lon sinspire dun vritablemodle et ce qui procde demprunts et dune inspira-tion plus libre.Dans les tudes de cas,nombreuses aujourdhui sur cesphnomnes,cest ce second typequi est le plus courant.Autrement dit,ce qui schangedans les rseauxdevillesou dacteurs urbains, ce sont, plutt que des politiquesentires, des morceaux choisis : des lments de poli-tiques, des principes, des procdures, voire simplement

    42 / URBANISME / mars-avril 2012 - N 383

    urbaine.Depuis quelques annes,cette question est au cur dun champde recherche trs dynamique enGrande-Bretagne et en Amrique du Nord /2. Nous prsentons ici des textes crits par certains de ses principaux pro-tagonistes. En France, de trs intressantes recherches ont port ces dernires annes sur des processus dexpor-tationet dimportationdemodlesurbains/3,ainsi que sur les relations inter-municipales dans une perspectivehistorique /4, mais plus rarement sur des situations contemporaines /5. Lobjectif de ce dossier est de mieuxfaire connatre dans lemonde francophone des recherches portant sur lamobilit desmodles urbains dans lesvilles contemporaines, ainsi que les dbats thoriques et mthodologiques dans lesquels elles sinscrivent.Dans son texte introductif,Ola Sderstrmmontre que ce sont gnralement des aspects particuliers dune poli-tique, plutt que sa totalit, qui circulent ; cela par des moyens autant matriels quimmatriels et suivant destrajectoires souvent tortueuses. Il identifie aussi brivement les enjeux politiques de ces recherches. Le texte deShane Ewen met ensuite ce phnomne en perspective historique en sintressant aux rseaux municipauxtransnationaux en Europe depuis 1870. Il distingue trois phases principales : la premire,de 1870 1913,est carac-trise par des visites de dlgations dans dautres villes pour sinspirer de leurs solutions en matire dinfra-structures ; la seconde, de 1913 1970, pendant laquelle des pratiques administratives sont changes par lin-termdiaire dassociations comme lUnion internationale des autorits locales ; et la dernire, depuis 1970, quivoit le retour aupremier plan desmunicipalits elles-mmes,actives dans diffrents rseaux thmatiques (autourde lnergie, du dveloppement durable, etc.). La contribution de Jennifer Robinson aborde, travers lexemplede la stratgie de dveloppement urbain de Johannesburg entre 1999 et 2011, des questions mthodologiques.Elle fait part de lavantage quil y a renverser la question habituellement pose dans ltude de lamobilit despolitiques urbaines Comment des politiques partent-elles dun lieu et arrivent-elles dans un autre ? parcelle-ci : Comment arrive-t-on finalement, dans une ville, dfinir une politique ?, ce qui permet de mieuxprendre en considration les aspects immatriels des changes enmatire de politiques urbaines. Les deux textessuivants,crits par AndyThornley et Laurence Crot,portent sur desvilles exemplaires: respectivement Barceloneet Masdar. Le premier propose une analyse critique de la faon slective par laquelle lurbanisme de la capitalecatalane a tmobilis commemodle pour la ville de Londres, notamment dans le cadre de la prparation desjeux Olympiques de 2012. Laurence Crot propose pour sa part une analyse critique du cas trs particulier deMasdar, une ville dont lexemplarit a t construite dans le discours avant mme que la ville ne le soit dans laralit, et qui aspire correspondre aumodle circulant de la ville durable telle que lenvisage leWWF. La contri-bution de Francisco Klauser cerne les conditions dans lesquelles unmodle urbain est mis en circulation. Il ana-lyse en effet, propos de lEurofoot organis en Suisse et enAutriche en 2008, travers quelsmcanismes lgauxet trs pratiques une politique de scurit celle des fan zones a t labore e