Modèle didactique descriptif de la production orale en ...· Document généré le 27 juil. 2018

download Modèle didactique descriptif de la production orale en ...· Document généré le 27 juil. 2018

of 21

  • date post

    14-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Modèle didactique descriptif de la production orale en ...· Document généré le 27 juil. 2018

  • Document gnr le 14 sep. 2018 04:36

    Revue des sciences de lducation

    Modle didactique descriptif de la production orale enclasse de franais langue premire au secondaire

    Lizanne Lafontaine et Clmence Prfontaine

    Volume 33, numro 1, 2007

    URI : id.erudit.org/iderudit/016188arDOI : 10.7202/016188ar

    Aller au sommaire du numro

    diteur(s)

    Revue des sciences de lducation

    Dcouvrir la revue

    Citer cet article

    Lafontaine, L. & Prfontaine, C. (2007). Modle didactiquedescriptif de la production orale en classe de franais languepremire au secondaire. Revue des sciences de lducation, 33(1), 4766. doi:10.7202/016188ar

    Rsum de l'article

    Cet article prsente un modle didactique descriptif de laproduction orale en classe de franais langue premire ausecondaire au Qubec. Ce modle considre la productionorale sous deux angles : comme mdium et comme objetdenseignement. Une recherche qualitative a t ralise afinde voir dans quelle mesure les pratiques des enseignantsentrent en relation avec les composantes des modlesthoriques. Lanalyse des donnes met en lumire les habiletsde certains enseigner loral de faon systmatique. De plus,elle met en lumire le besoin grandissant de pistesdenseignement et dvaluation de la production orale. Cesrsultats nous ont permis de dvelopper le modle descriptifque nous prsentons.

    Ce document est protg par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des servicesd'rudit (y compris la reproduction) est assujettie sa politique d'utilisation que vouspouvez consulter en ligne. [https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/]

    Cet article est diffus et prserv par rudit.

    rudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif compos de lUniversitde Montral, lUniversit Laval et lUniversit du Qubec Montral. Il a pourmission la promotion et la valorisation de la recherche. www.erudit.org

    Tous droits rservs Revue des sciences del'ducation, 2007

    https://id.erudit.org/iderudit/016188arhttp://dx.doi.org/10.7202/016188arhttps://www.erudit.org/fr/revues/rse/2007-v33-n1-rse1732/https://www.erudit.org/fr/revues/rse/https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/http://www.erudit.org

  • Volume 33, no 1, 2007 47 - 66

    Modle didactique descriptif de la production orale en classe de franais langue premire au secondaire

    Lizanne Lafontaine, professeureUniversit du Qubec en Outaouais

    Clmence Prfontaine, professeureUniversit du Qubec Montral

    Cet article prsente un modle didactique descriptif de la production orale en classe de franais langue premire au secondaire au Qubec. Ce modle consi-dre la production orale sous deux angles : comme mdium et comme objet den-seignement. Une recherche qualitative a t ralise afin de voir dans quelle mesure les pratiques des enseignants entrent en relation avec les composantes des modles thoriques. Lanalyse des donnes met en lumire les habilets de certains ensei-gner loral de faon systmatique. De plus, elle met en lumire le besoin grandissant de pistes denseignement et dvaluation de la production orale. Ces rsultats nous ont permis de dvelopper le modle descriptif que nous prsentons. oral mdium et objet denseignement modle descriptif didactique franais langue premire ordre denseignement secondaire

    IntroductionLenseignement de loral au secondaire fait partie intgrante de la classe

    de franais. En effet, les programmes dtudes du ministre de lducation du Qubec (MEQ, 1980, 1995) intgrent lapprentissage et la pratique de loral dans leurs objectifs. Le programme dtudes en vigueur (MEQ, 1995)1 propose de nou-velles et motivantes activits dquipes qui favorisent le dveloppement de largu-mentation de la 1re la 5e secondaire : discussions, exposs explicatif et critique, dbats. Mme si des manuels scolaires ont dvelopp quelques projets doral partir de ces programmes, les enseignants de franais langue premire du secon-daire prouvent toujours de linconfort devant son enseignement (Perrenoud, 1991 ; de Pietro et Wirthner, 1996 ; Lafontaine, 2001). Ils se sentent dmunis devant limprcision des objectifs des programmes dtudes, le manque de matriel didac-tique concret et linscurit ressentie devant loral, un savoir souvent qualifi de non enseignable (Wirthner, 1991 ; Halt, 1992, Lafontaine ; 2001).

    En dpit de ce malaise pdagogique, nous pouvons constater, dune part, que les enseignants de franais utilisent loral pour raliser plusieurs tches densei-gnement. Il sagit par exemple de la correction orale dexercices divers et dexamens, dinterventions disciplinaires et de rponses aux questions des lves. Dautre

  • 48 Revue des sciences de lducation

    part, nous pouvons galement observer quils enseignent des contenus relatifs loral dans des activits prcises telles que la discussion, lexpos et le dbat (de Pietro et Wirthner, 1996 ; Dolz et Schneuwly 1998 ; Lafontaine, 2001). En fait, les enseignants de franais se retrouvent devant deux possibilits : utiliser loral comme mdium denseignement, cest--dire lutiliser des fi ns autres que son enseigne-ment systmatique, ou le considrer comme un vritable objet dapprentissage, par lenseignement explicite et la mise en pratique dactivits qui obligent les lves sexprimer oralement.

    ProblmatiquePourquoi lenseignement de loral est-il si difficile ? Faut-il laisser parler librement llve ou lobliger le faire un moment prcis ? Faut-il exercer un contrle en dirigeant la discussion (Lahire, 1993) ? Quelles doivent tre les qualits de la langue orale utilise par les lves ?

    Cest lenseignant que revient la tche dorganiser les changes entre lves par exemple lors de dbats et de sassurer de la qualit des situations de com-munication telles que les exposs oraux formels, les jeux de rles, les dbats, les discussions et loral spontan. Toutefois, comme les lves sexpriment frquem-ment dans un langage spontan, susceptible de se rvler pauvre et confus, il devient diffi cile pour lenseignant de savoir comment structurer et amliorer son enseignement (Doutreloux, 1989). Dans le mme ordre dides, Wirthner (1991) affi rme que lenseignement de loral est encore lacunaire, car il manque dindica-tions et dobjectifs mthodologiques prcis. Lazure (1994) souligne cette lacune laquelle les enseignants de franais langue premire sont confronts en prcisant quil y a trs peu dindications sur les critres de progression des apprentissages oraux dans les programmes dtudes. En effet, dans le programme du MEQ de 1995 ne fi gurent ni des renseignements prcis cet gard, ni des stratgies, ni des faons denseigner loral.

    Un indice fl agrant de limprcision de lenseignement de loral se trouve dans le fait que les enseignants ont plutt tendance donner des consignes et des expli-cations sur, par exemple, les lments prosodiques et le non-verbal, et ce, avant mme de prsenter un projet de communication aux lves (Lahire, 1993). Doutreloux (1989) affi rme que :

    [...] 80 % des diffi cults quon attribue loral viennent du fait que nous voulons aborder cette matire avec le mme souci danalyse, de progression mthodique et de contrle que sil sagissait dun champ smantique dapprentissage tel que lcrit ou les math-matiques (p. 23).

    Ce constat rejoint les propos de Schneuwly et ses collgues (1996) ainsi que ceux de de Pietro et Wirthner (1996) qui affi rment que, dans presque tous les pays francophones, loral demeure llment le moins considr dans lenseignement du franais. Si tel est le constat fait en Europe, il est possible daffi rmer quil en est de mme au Qubec (Doutreloux, 1989 ; Lafontaine, 2001). Les facteurs respon-

  • sables de cette situation sont divers : diffi cults objectiver et valuer les perfor-mances des lves ; inconfort des enseignants devant lenseignement et lvaluation de loral ; absence de matriel didactique clair ; utilisation de mthodes densei-gnement intuitives ; manque de prcision au sujet des objectifs gnraux ; diffi cults lies la situation de prsentation de lactivit orale et notamment la raction des pairs et lenvironnement dans lequel se produit lactivit. En somme, que ce soit en Europe ou au Qubec, le constat reste le mme : loral est une des btes noires de lenseignement du franais. Dans le mme ordre dides, ltude de Messier (2004) rvle que seulement quatre universits qubcoises2 offraient, en 2004, un cours complet sur les diffrents volets de lenseignement de loral dans la formation des enseignants de franais du secondaire. Cela dmontre que mme dans les programmes de formation des enseignants, la didactique de loral noccupe pas encore une place trs importante.

    Cependant, il nous semble quelque peu paradoxal que loral demeure le parent pauvre de lenseignement du franais. En effet, plusieurs enseignants et chercheurs sentendent pour affi rmer son importance dans lenseignement de la langue. Comme le prcisent de Pietro et Wirthner dans une recherche non publie sur lenseignement de loral en 6e anne en Suisse romande, des enseignants ne faisant presque pas dactivits doral insistent tout de mme sur lutilit de celles-ci. Cela dmontre bien que la place de loral en classe de franais est toujours ambigu.

    Au sujet des programmes dtudes, nous pouvons dire que le programme du MEQ de 1995 prconise lintgration des pratiques de lecture, dcriture et doral. De plus, il semble que ce soit par le biais de situations de communication signi-fi antes que les lves apprennent mieux matriser leur langue orale (MEQ, 1980, 1995 ; Boisseau et Raffestin, 1986). Afi n de pallier les problmes prcdemment voqus et pour donner loral sa place comme objet denseignement, la Suisse romande a engag une rnovation de lenseignement du franais dans laquelle celui-ci fonctionne par genres. On entend ici par genres divers types de discours oraux qui relvent tant des discours courants (tels que des articles d