MODE D 'EMPLOI

of 37/37
U U n n e e M M é é t t h h o o d d e e d d A A n n a a l l y y s s e e d d e e s s R R i i s s q q u u e e s s d d I I n n c c e e n n d d i i e e e e t t d d e e P P a a n n i i q q u u e e p p a a r r l l a a p p p p r r o o c c h h e e s s y y s s t t é é m m i i q q u u e e , , a a u u c c œ œ u u r r d d e e l l a a d d o o c c t t r r i i n n e e d d é é p p a a r r t t e e m m e e n n t t a a l l e e d d u u n n s s e e r r v v i i c c e e p p r r é é v v e e n n t t i i o o n n M M O O D D E E D D E E M M P P L L O O I I M M A A R R I I P P V VERSION 3 3 . . 1 1 Commandant David GOUZOU Chef du service prévention SERVICE DEPARTEMENTAL D’INCENDIE ET DE SECOURS DE LOT-ET-GARONNE Mise à jour - Janvier 2011 _______________ Service Départemental d’Incendie et de Secours de Lot-et-Garonne
  • date post

    05-Jan-2017
  • Category

    Documents

  • view

    227
  • download

    3

Embed Size (px)

Transcript of MODE D 'EMPLOI

  • UUnnee MMtthhooddee ddAAnnaallyyssee ddeess RRiissqquueess ddIInncceennddiiee eett ddee PPaanniiqquuee ppaarr llaapppprroocchhee

    ssyyssttmmiiqquuee,, aauu ccuurr ddee llaa ddooccttrriinnee ddppaarrtteemmeennttaallee dduunn sseerrvviiccee pprrvveennttiioonn

    MMOODDEE DDEEMMPPLLOOII

    MMAARRIIPP VVEERRSSIIOONN 33..11

    Commandant David GOUZOU Chef du service prvention

    SSEERRVVIICCEE DDEEPPAARRTTEEMMEENNTTAALL DDIINNCCEENNDDIIEE EETT DDEE SSEECCOOUURRSS DDEE LLOOTT--EETT--GGAARROONNNNEE

    Mise jour - Janvier 2011 _______________

    Service Dpartemental dIncendie et

    de Secours de Lot-et-Garonne

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 2

    La complexit ne comprend pas seulement des

    quantits dunits et dinteractions qui dfient nos

    possibilits de calcul ; elle comprend aussi des incertitudes,

    des indterminations, des phnomnes alatoires. La

    complexit dans un sens a toujours affaire avec le hasard.

    Ainsi, la complexit concide avec une part dincertitude,

    soit tenant aux limites de notre entendement, soit inscrite

    dans les phnomnes.

    Edgar MORIN,

    Extrait de louvrage Introduction la pense complexe

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 3

    RREEMMEERRCCIIEEMMEENNTTSS

    Je tiens remercier les personnes dont les noms suivent (et tous ceux qui ne sont pas

    cits) pour leur soutien et leur implication dans ce travail collectif qui permet dexprimenter

    une mthode originale et pragmatique, lchelle dun dpartement :

    Lieutenant-Colonel Philippe MOINEAU, Directeur adjoint du SDIS de Lot-et-Garonne

    Colonel Philippe RIGAUD, Directeur du SDIS de Lot-et-Garonne

    Lieutenant-Colonel Jean-Paul SPIESS, Chef du service prvention de lENSOSP

    Lieutenant-Colonel Jean-Luc QUEYLA, Chef du groupement Grand Avignon du SDIS 84

    Lieutenant-Colonel Henri LAVALLEE, Chef du groupement prvention du SDIS 64

    Lieutenant-Colonel Pierre GUIBERT, Chef du groupement prvention du SDIS 31

    Commandant Didier REMY, Chef du service prvention du SDIS 16

    Commandant Michel THILL, Chef du groupement prvention-prvision du SDIS 47

    Capitaine Alain BARRAU, Chef du service prvention du SDIS 32

    Capitaine Max DUGACHARD, ex-chef du service opration du SDIS 47

    Monsieur le Professeur Jean-Franois BRILHAC, de lUniversit de Haute-Alsace

    Monsieur Jean DOS SANTOS et les enseignants de lIUT de Bordeaux dans les annes

    1992-1994 (le temps permet dapprcier la force dun enseignement)

    Les prventionnistes du SDIS 47 qui ont bien voulu se prter au jeu

    Et plus particulirement, Sbastien BRAHIC, ex-tudiant en DUT hygine et scurit, qui

    a imagin et conu les premires esquisses de MARIP, en 2007

    Sans oublier bien sr, Julien MARIETTAZ, ex-tudiant en Master 2 de gestion des risques,

    qui a permis son dveloppement et son approfondissement, en 2009

    Je leur souhaite maintenant tous les deux, une belle carrire dofficier sapeur-pompier.

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 4

    SSOOMMMMAAIIRREE

    REMERCIEMENTS ................................................................................................................. 3

    SOMMAIRE ........................................................................................................................... 4

    INTRODUCTION ................................................................................................................... 6

    I APPROCHE SYSTEMIQUE DU RISQUE DINCENDIE ET DE PANIQUE DANS

    LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC.............................................................9

    I.1 CONCEPT DANALYSE DE RISQUES ........................................................................ 9

    I.2 CHOIX DE LA METHODE : LAPPROCHE SYSTEMIQUE, LE MODELE MADS - MOSAR............. 10

    I.3 CHOIX DE LA METHODE : APPORT DES CYNDINIQUES ................................................ 11

    I.4 LE CONTEXTE ET LE PROJET DE SERVICE PREVENTION (2009-2011) ............................. 13

    I.5 LE LIEN ENTRE PREVENTION, PREVISION ET OPERATION ............................................. 13

    II PRESENTATION DE LA METHODE MARIP ............................................ 14

    II.1 TRANSPOSITION DU MODELE MADS AUX ERP ...................................................... 14

    II.2 LES ETAPES DE MARIP ................................................................................. 14

    II.3 CE QUE MARIP NEST PAS........................................................................... 15

    II.4 DE LA MARIP A LA MRT, DE LA MRT A LA MARIP ................................................ 16

    III DESCRIPTION DETAILLEE DE LA METHODE MARIP .......................... 18

    III.1 DEFINITION DES OBJECTIFS........................................................................... 18

    III.2 PHASE 1 : IDENTIFICATION DES DANGERS ......................................................... 18

    III.3 PHASE 2 : ANALYSE DES RISQUES EN 5 ETAPES ................................................... 19

    III.3.1 Etape 1 : le sous-systme ECLOSION DU FEU .............................................. 19

    III.3.2 Etape 2 : le sous-systme VACUATION DES PERSONNES ET ACTIONS DU

    PERSONNEL 20

    III.3.3 Etape 3 : le sous-systme DEVELOPPEMENT DU FEU ET DES FUMEES ............. 21

    III.3.4 Etape 4 : le sous-systme PROPAGATION DU FEU ET DES FUMEES................. 22

    III.3.5 Etape 5 : le sous-systme ACTION DES SECOURS EXTERIEURS ..................... 23

    III.4 PHASE 3 : EVALUATION DES RISQUES............................................................... 24

    III.5 PHASE 4 : AJUSTEMENT EVENTUEL .................................................................. 25

    III.6 PHASE 5 : AVIS DE LA COMMISSION................................................................. 25

    III.7 PHASE 6 : MAITRISE DES RISQUES .................................................................. 26

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 5

    III.8 PHASE 7 : GESTION ET MANAGEMENT DES RISQUES .............................................. 27

    IV APPLICATION DE MARIP A QUELQUES EXEMPLES..................................... 27

    IV.1 CAS DUN RISQUE DE NIVEAU 2....................................................................... 27

    IV.2 CAS DUN RISQUE DE NIVEAU 4....................................................................... 31

    V OUTILS ASSOCIES AU FONCTIONNEMENT DE MARIP ................................ 34

    V.1 FICHE COMMISSION...................................................................................... 34

    V.2 LAPPLICATION MARIP.................................................................................. 35

    V.3 LA BOITE A OUTILS DU PREVENTIONNISTE ...................................................... 35

    V.4 BIBLIOTHEQUE DE BARRIERES TYPES................................................................ 35

    V.5 AIDE A LEXPRESSION LITTERALE DE LANALYSE DES RISQUES ..................................... 35

    CONCLUSION ..................................................................................................................... 36

    ANNEXES............................................................................................................................ 37

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 6

    IINNTTRROODDUUCCTTIIOONN

    Tout propritaire ou exploitant dun tablissement recevant du public (ERP) est

    subordonn au respect des rgles de scurit contre l'incendie et la panique, et de

    laccessibilit des personnes mobilit rduite1. Lautorit charge de veiller la bonne

    application de cette rglementation sur le territoire communal est le maire. Le maire sollicite

    lavis pralable de la commission de scurit et d'accessibilit, instance collgiale consultative

    place sous la prsidence du prfet ou du maire, autorits en charge de lapplication de cette

    police, la fois gnrale et spciale.

    Composes de techniciens, d'experts et d'officiers ou sous-officiers sapeurs-pompiers

    titulaires de la qualification PRV22, ces commissions contrlent sur le terrain que les mesures

    dictes par le code de la construction et de l'habitation et le rglement de scurit sont

    respectes. A lissue de ces visites, la commission propose un avis au maire, favorable ou non

    louverture ou la poursuite des activits. Les prventionnistes sont des agents du Service

    Dpartemental dIncendie et de Secours, dont la doctrine dpartementale en matire de

    prvention, incombe au responsable dpartemental de la prvention (qualifi PRV3), au sens

    du Guide National de Rfrence3, sous lautorit du Directeur Dpartemental dIncendie et de

    Secours.

    Le prventionniste est souvent confront deux questions difficiles :

    Quel sera la nature de mon avis, tant entendu que ce dernier emportera certainement

    celui des autres membres de la commission ?

    Comment motiver mon avis et apprcier le niveau de risque objectif de

    ltablissement visit, dune manire qui soit en phase avec la doctrine dpartementale et

    nationale ?

    Le responsable dpartemental de la prvention se pose galement quelques questions :

    Comment harmoniser les pratiques des prventionnistes, lchelle dun dpartement ?

    Comment permettre aux cadres du SDIS (direction, groupements territoriaux, centres

    de secours, ) de comprendre les risques dun tablissement, afin dadapter leurs actions ?

    Quels outils proposer aux prventionnistes et aux membres des commissions de

    scurit pour les aider dans leur mission ?

    1 Articles R123-1 et suivants du code de la construction et de lhabitation 2 Unit de valeur de formation la prvention de niveau 2, ouvrant lemploi de prventionniste 3 GNR Prvention : arrt du 25 janvier 2006

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 7

    Traditionnellement, lavis de la commission sappuie sur la liste exhaustive de

    prescriptions releves par les membres de la commission au regard du respect des textes

    rglementaires : il sagit de lanalyse rglementaire. Toutefois, cette analyse rglementaire

    nest pas suffisante pour apprcier loccurrence et la gravit dun risque et donc son niveau

    dacceptabilit.

    Le fait dtablir une liste exhaustive de non-conformits ou de manquements la

    rglementation ne permet pas, elle seule, de mesurer le niveau de risque : un ERP qui

    compte seulement 2 prescriptions peut prsenter un risque intolrable ; linverse, un autre

    ERP avec 30 prescriptions pourrait tre considr comme non dangereux.

    En suivant lvolution des risques, des techniques et de la rglementation, des cas ont

    dj t rencontrs dERP conformes aux textes qui sappliquent eux, mais prsentant un

    risque inacceptable pour le public et le personnel.

    Sans remettre en cause la ncessit de lanalyse rglementaire, qui est incontournable, il

    apparat aujourdhui indispensable de mettre la disposition des commissions de scurit du

    Lot-et-Garonne une mthode complmentaire danalyse des risques, simple, mais non

    simpliste, permettant de motiver un avis quil soit favorable ou dfavorable, et de rechercher

    les solutions les plus pertinentes aux problmes de scurit constats.

    Il sagit galement de raffirmer, avec prudence et humilit, que le travail des

    commissions de scurit est parfois difficile, compte-tenu du nombre de paramtres

    analyser, et des incertitudes lies aux organisations techniques et humaines examines. En

    situation danalyse des risques, les prventionnistes ragissent parfois de manire diffrente,

    en fonction de leur reprsentation dun systme quils peuvent tre tents dextrapoler : risque

    juridique, risque de perte dautorit,

    Lanalyse stratgique alors effectue de manire plus ou moins consciente, peut parfois

    laisser apparatre une tension qui amne le prventionniste cacher son jeu , en raction

    de survie face ces nombreuses zones dincertitude. Cest pourquoi il serait intressant

    dinitier par la suite une approche rflexive, en prenant en compte les apports de la sociologie

    des organisations et de la psychologie, voire des neurosciences, mais ce nest pas lobjet du

    prsent exercice.

    Loutil ici prsent, propose pour faire face ces difficults : une mthode globale

    danalyse, et un modle dacceptabilit des risques. Cette dmarche sinscrit dans le cadre dun

    projet de service (2009-2011), intgr une politique dpartementale de gestion des risques.

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 8

    Loutil permet galement dtablir un lien fort entre la prvention, la prvision,

    lopration et le retour dexprience, en lien prochainement avec la recherche des causes et

    consquences des incendies.

    Derrire cette proposition baptise MARIP (acronyme pour Mthode dAnalyse des

    Risques dIncendie et de Panique), il existe un paradigme et une conviction fondatrice qui ne

    se cachent pas : il sagit bien de proposer un outil permettant au prventionniste dexprimer

    toute la lgitimit de son expertise au sein de la commission, tout en laissant le soin

    lautorit de police de dcider en tant mieux informe, et enfin lexploitant de comprendre

    et de sapproprier la gestion des risques quil gnre.

    Il sagit galement dune dmarche qui sinscrit dans les principes du dveloppement

    durable, en matire de risque incendie, dans la mesure o labsence daccident ou dincident

    permet de conforter une situation conomique, sociale et environnementale.

    Enfin, il permet de crer ou de dvelopper un lien avec la possibilit de constituer une

    quipe de spcialistes en recherches des causes et consquences dincendie.

    La production des commissions de scurit doit permettre des actions concrtes et

    rapides visant rtablir, maintenir ou conforter le niveau de scurit dun ERP, pour la scurit

    des personnes et des biens.

    Grce cette exprimentation, le SDIS 47 a reu le Prix 2010 de linnovation dcern par

    lENSOSP (Gestion fonctionnelle des SDIS / Management). La mthode est galement

    prsente dans le cursus de formation PRV 3 lENSOSP.

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 9

    II AAPPPPRROOCCHHEE SSYYSSTTEEMMIIQQUUEE DDUU RRIISSQQUUEE DDIINNCCEENNDDIIEE EETT DDEE PPAANNIIQQUUEE

    DDAANNSS LLEESS EETTAABBLLIISSSSEEMMEENNTTSS RREECCEEVVAANNTT DDUU PPUUBBLLIICC

    I.1 Concept danalyse de risques

    Quelques dfinitions sont ncessaires pour ouvrir la rflexion :

    vnement Non Souhait 4: on appelle vnement Non Souhait (ENS), tout

    phnomne susceptible de provoquer, directement ou indirectement, un ou des effets jugs

    nfastes sur un individu, une population, un cosystme, un systme matriel.

    Danger : le terme danger exprime la potentialit dun systme produire un ou

    plusieurs ENS qui ont t identifis plus ou moins objectivement. Ce terme est un concept

    qualitatif qui sapplique ltat dun systme susceptible de produire, par perte de son

    quilibre, un ou plusieurs ENS.

    Analyse : tude faite en vue de discerner les diffrentes parties dun tout, de

    dterminer ou dexpliquer les rapports quelles entretiennent les unes avec les autres.

    Risque : concept quantitatif deux dimensions (trois pour certains auteurs) :

    - Probabilit d'occurrence (a priori) ou frquence (a posteriori) de lENS,

    - La gravit de cet ENS,

    .... et leurs niveaux d'acceptabilit pour un individu, une population ou un cosystme.

    Le risque reprsente la quantification du danger d'un systme.

    Le travail raliser consiste donc :

    - discerner les diffrents facteurs de risque dincendie et de panique affrents un ERP,

    - dterminer et expliquer leurs interactions, consquences,

    - laborer des indicateurs de risque (probabilit, gravit, acceptabilit).

    Or, lanalyse du risque dincendie et de panique dans les tablissements recevant du

    public est un systme complexe puisquil met en interaction quatre thmatiques, inspires du

    code de la construction et de lhabitation, dont le prventionniste doit tenir compte lors de ces

    visites :

    limitation des causes de sinistre (actions de prvention),

    vacuation rapide et en bon ordre des personnes (public, personnel, tiers) ou leur

    vacuation diffre si celle-ci est rendue ncessaire, avec laide du personnel et/ou

    des services de secours,

    limitation du dveloppement et de la propagation du sinistre,

    mesures facilitant lintervention des secours.

    4 Production du groupe MADS (Mthode dAnalyse des Dysfonctionnements des Systmes), IUT Bordeaux-1,

    dpartement HSE, CEA

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 10

    I.2 Choix de la mthode : lapproche systmique, le modle MADS - MOSAR

    Une mthode systmique se dit dune approche scientifique des systmes, abordant le

    problme comme un ensemble dlments en relations mutuelles, thorie qui considre que

    tous les savoirs organiss, notamment en sciences humaines sont susceptibles dtre relis

    entre eux de telle sorte quils constituent un ensemble cohrent. 5

    Lapproche systmique permet ainsi de tenir compte et de mettre en corrlation

    lensemble des thmatiques traites, donc davoir une vision macroscopique du systme

    risque dincendie et de panique . Cette vision met les cibles au centre de lanalyse et

    permet dtablir de manire transversale les vnements Non Souhaits ainsi que leurs

    consquences sur les cibles.

    Plus prcisment, la mthode MARIP sest base sur le modle MADS et la mthode

    MOSAR : Mthode dAnalyse des Dysfonctionnements des Systmes Mthode Organise et

    Systmique dAnalyse de Risques6, dvelopps par le CEA et lIUT de Bordeaux. Cette mthode

    permet dapprhender (identification, valuation, rduction) les ENS dune installation humaine

    et didentifier les moyens de prvention ncessaires pour les neutraliser. Elle sapplique aussi

    bien ds la conception dune installation nouvelle quau diagnostic dune installation existante.

    Elle constitue aussi un outil daide la dcision par les choix quelle met en vidence.

    Cette mthode permet, dans un premier temps, dlaborer les principaux scnarios

    possibles daccidents dans un contexte donn et dvaluer la gravit probable de leurs effets.

    Figure 1 : Figure extraite du portail du risque de lIUT Hygine Scurit Environnement

    http : // portaildurisque.iut.u-bordeaux1.fr

    5 Le grand Larousse en 5 volumes n ISBN 2-03-101330-0 6 La science du danger , par le groupe MADS ; IUT Bordeaux-1, dpartement HSE, CEA

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 11

    I.3 Choix de la mthode : apport des cyndiniques

    Le mot cyndinique vient du grec kindunos (danger). Les cyndiniques regroupent les

    sciences du danger .

    Leur objectif est de rpondre aux questions :

    - Comment identifier le risque ?

    - Comment le mesurer ?

    - Quelles en sont les consquences?

    - Comment le contourner ?

    Le premier concept est celui de situation qui fait l'objet d'une dfinition formelle. Ce

    concept oblige dfinir ce dont on veut parler dans une tude. Ce regard port sur le danger,

    cette perception du danger, peut se faire au stade actuel par rfrence 5 dimensions

    diffrentes :

    1. La dimension des faits de mmoire de l'histoire et des statistiques ;

    2. La dimension des reprsentations et modles labors partir des faits ;

    3. La dimension des objectifs ;

    4. La dimension des normes, lois, rgles ;

    5. La dimension des systmes de valeur.

    Ces 5 dimensions peuvent tre reprsentes sous forme de 5 axes, 5 espaces

    cyndiniques. La conjonction de ces 5 axes est alors reprsente par le produit de ces 5 espaces

    et constitue l'hyperespace du danger :

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 12

    Sept principes ou axiomes composent les cyndiniques :

    - Axiome, dit de relativit , postule que la perception du danger dpend de la situation

    et de lacteur qui la peroit ;

    - Axiome dit de conventionalit : les mesures du risque dpendent de conventions,

    daccords, de rgles, de contrats entre les acteurs ;

    - Axiome dit de finalits contradictoires entre les acteurs, sous tendues par des enjeux

    (conomiques, politiques, idologiques ) ;

    - Axiome dit dambigut , nonce, logiquement, quil est difficile de dcomposer

    clairement le regard en cinq dimensions (rfrence lhyperespace du danger) ;

    - Axiome de la transformation considre lvolution brutale, lors des accidents, du

    contenu des cinq dimensions et par consquent la rduction des ambiguts (axiome 4) ;

    - Axiome de la crise pose la dsorganisation des rseaux dacteurs pris dans la

    situation ;

    - Axiome, dit de nocivit postule que toute action sur la situation est la fois rductrice

    et cratrice de danger.

    Lanalyse cyndinique consiste valuer entre les diffrents regards ports sur les

    rseaux et dterminer :

    - Les lacunes dhyperespace ou despace ;

    - Les disjonctions ou les dgnrescences ;

    - Les blocages ou les dissonances ;

    - Les actions.

    Une fois ces dficits systmiques cyndinognes mis en vidence, il devient alors possible

    dimaginer des mesures barrires.

    Cette reprsentation spatiale est un outil de plus, pour permettre aux

    prventionnistes, par exemple, de reprer les diffrences de perception du risque qui existent

    parfois entre les acteurs.

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 13

    I.4 Le contexte et le projet de service prvention (2009-2011)

    Le conseil dadministration du SDIS 47 (CASDIS) a approuv, par une dlibration en

    date du 24 octobre 2008 (cf. annexes), un programme dpartemental de prvention des

    risques, prsent sous la forme dun projet de service (2009-2011) labor par le Groupement

    Prvention-Prvision, aprs une large concertation.

    Compte-tenu du nombre important dtablissements sous avis dfavorable de la

    commission de scurit, la thmatique de lanalyse des risques a fait partie des sujets retenus.

    La commission consultative dpartementale de scurit et daccessibilit a approuv le

    principe dlaboration dune mthode danalyse des risques, lors de ses runions annuelles

    2008 et 2009 (cf. annexes). Ce projet a galement t prsent en collge plnier des chefs

    de service, la prfecture.

    I.5 Le lien entre prvention, prvision et opration

    Au del du risque incendie/panique, les missions du SDIS, telles quelles sont dfinies par

    larticle L1424-2 du Code gnral des collectivits territoriales, ont pour but de faire face aux

    risques du dpartement.

    Cette gestion des risques stablit quatre niveaux :

    - La prvention, pour viter la ralisation du risque et limiter la gravit de ses

    consquences ;

    - La prvision, pour organiser la rponse oprationnelle avant la ralisation du risque ;

    - Lintervention, ds quil est fait appel nos services ;

    - Lexploitation du retour dexprience, pour dvelopper les connaissances et les

    comptences des agents dans les trois domaines prcits.

    La prvention des risques constitue donc un des lments de lanalyse et de la

    couverture des risques, au cur du Schma Dpartemental dAnalyse et de Couverture des

    Risques (SDACR). Elle a vocation reprsenter un enjeu important de la politique dun

    ltablissement tel que le SDIS. Le risque zro nexistant pas, les missions de prvention et

    oprationnelles tendent vers la recherche dun risque acceptable .

    La ralisation dactions de prvention contribue une meilleure organisation

    oprationnelle, au sein dune dynamique vertueuse, relie lexploitation permanente du

    retour dexprience. En particulier, la ralisation dactions de prvention cibles doit pouvoir

    permettre une diminution du nombre et de la gravit de certaines interventions.

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 14

    IIII PPRREESSEENNTTAATTIIOONN DDEE LLAA MMEETTHHOODDEE MMAARRIIPP

    II.1 Transposition du modle MADS aux ERP

    Le systme peut ainsi tre modlis et nous permet didentifier les processus de danger,

    faisant figurer les scnarios daccidents et les consquences prvisibles non souhaites, tout en

    se reprsentant une mme ralit sous des aspects qui peuvent tre trs diffrents

    (Techniques, Organisationnels et Humains) :

    2

    Champ de danger

    Effets du champ de danger

    Systme source

    Sources de flux de danger

    Systme cible

    Effets du flux de danger

    flux de danger

    Transposition du modle MADS aux ERP

    ENS : closion et propagation incendie dans un ERP entranant des victimes

    Structure :

    - Matriaux de construction

    - Matriaux damnagement

    - Dcoration

    - Produits, biens stocks

    - Public

    - Personnel

    - Services de secours

    - Infrastructures

    - Flux thermique

    - Gaz chauds

    - Fumes

    - Vitesse de propagation

    Phnomnes initiateurs :

    Source de chaleur

    - Dysfonctionnement Inst tech

    - Surfaces chaudes

    - Braises, flammes nues

    - Frottement, choc

    - Raction chimique

    Barrires

    - Evacuation (SSI, clairage de scurit, dsenfumage, dgagements, service de scurit interne)

    - Intervention (lutte contre le sinistre, mise en scurit, sauvetage)

    Figure 3 : Figure modlisant le processus de danger rglement de scurit ERP par lapproche MADS

    II.2 Les tapes de MARIP

    Lapproche systmique autorise une prise en compte large de la complexit du systme

    tudi. La mthode MARIP a pour ambition doffrir une approche globale de la gestion des

    risques dincendie et de panique, en lien avec la prvision, lopration et lexploitation du

    retour dexprience, en 7 phases :

    1. Identification des dangers

    2. Analyse des risques en 5 tapes

    3. Evaluation des risques, avec utilisation dun modle

    4. Ajustement ventuel

    5. Avis de la commission

    6. Matrise des risques

    7. Gestion et management des risques

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 15

    A ltape 2, lexercice propos consiste examiner des sous-systmes plus faciles

    apprhender en se reprsentant 5 tapes :

    1. le sous-systme ECLOSION : valuation de la probabilit dclosion et du dbut du

    dveloppement ;

    2. le sous-systme VACUATION DES PERSONNES ET ACTIONS DU PERSONNEL : public,

    personnel, tiers, dispositions actives du personnel pour mettre en uvre les premires

    actions ;

    3. le sous-systme DEVELOPPEMENT DU FEU ET DES FUMEES : dveloppement

    jusquaux premires barrires constructives ;

    4. le sous-systme PROPAGATION DU FEU ET DES FUMEES : dpassement des

    premires barrires, propagation horizontale, verticale, puis aux tiers ;

    5. le sous-systme ACTION DES SECOURS EXTERIEURS : possibilits daction des

    secours extrieurs, scurit du personnel intervenant.

    Les sous-systmes 1 4 peuvent reprsenter un systme feu .

    A partir de chaque sous-systme ou leurs dclinaisons, on peut tudier les vnements

    Non Souhaits qui mettent en vidence des dysfonctionnements susceptibles dengendrer un

    incendie ou un effet de panique.

    Les cinq sous-systmes ont donc t dclins afin de faire ressortir chaque processus de

    danger qui peut tre reprsent dans un tableau selon le tryptique - source, flux, cible

    complt par une partie consquences et barrires.

    II.3 Ce que MARIP nest pas

    Lobjectif est bien de crer une mthode commune danalyse des risques, au sein dune

    approche large de la gestion des risques. Celle-ci doit donc se dcliner sur le terrain et se

    traduire par un outil oprationnel, qui sera prsent dans les pages suivantes.

    Une fiche daide la dcision avait t propose par le SDIS de la Haute-Vienne afin de

    permettre aux membres des commissions de scurit d'arrter leur opinion en fonction de la

    situation de l'tablissement qu'ils visitent 7. Cette grille dvaluation tablie pour 4

    thmatiques (risque dclosion ; risque de dveloppement et propagation de lincendie ;

    vacuation des occupants ; moyens de secours) dtailles dfinissait un degr de conformit

    par rapport aux textes ou niveau de scurit apprci par le SDIS (satisfaisant : 0 point -

    insatisfaisant : 1 point - dangereux ou inacceptable : 3 points). Des coefficients taient

    attribus et la moyenne tait tablie.

    7 Relev des avis rendus le 5 juin 2003 par la sous-commission permanente de la commission centrale de scurit et

    de la commission technique interministrielle des Immeubles de Grande Hauteur.

    Rfrence : relev des avis CCS/CTIIGH n6/2003 du 5 juin 2003

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 16

    Or la commission centrale de scurit a rendu son avis et considre que l'utilisation

    d'une fiche de ce type ne peut tre approuve ni dans son principe, ni dans sa rdaction, car

    elle incite ngliger d'effectuer l'analyse du risque qui doit prcder tout avis donn par la

    commission de scurit sur l'ouverture ou la poursuite de l'exploitation d'un tablissement. .

    MARIP permet une analyse systmique des risques, pralable lavis, et intgre les cas

    dcrits dans la circulaire du 23 avril 20038.

    Par ailleurs, MARIP na aucune vocation rduire la libert danalyse et dexpression des

    prventionnistes et des autres membres des commissions de scurit. Bien au contraire, elle

    offre une mthode de travail et un modle dacceptabilit des risques, en tant quoutil, dans le

    cadre dune doctrine dpartementale, reconnue ncessaire pour la qualit du service rendu.

    Elle ne rend pas un avis automatique , mais elle propose une solution qui doit tre discute

    et dbattue au sein de la collgialit. Lutilisation du modle est facultative.

    MARIP tente de trouver une position quilibre entre des approches plus radicales

    (analytiques, strictement rglementaires, ). Elle propose 4 niveaux de probabilit dclosion,

    et 432 situations cyndiniques (parmi linfinit des cas possibles) modlises en 4 niveaux de

    gravit, soit 16 possibilits de risques (6 acceptables, 10 inacceptables). La matrice permet de

    positionner 4 niveaux de risques (1 4).

    Le recours MARIP nest pas rendu obligatoire au sein du SDIS 47. Il existe par contre

    une obligation danalyser les risques. MARIP est donc bien un outil, une aide, qui sappuie sur

    une mthode et un modle.

    II.4 De la MARIP la MRT, de la MRT la MARIP

    Les sapeurs-pompiers ont compris depuis longtemps que des outils conceptuels taient

    ncessaires pour faire face aux missions oprationnelles. La Mthode de Raisonnement

    Tactique (MRT) enseigne lEcole Nationale Suprieure des Officiers Sapeurs-Pompiers

    (ENSOSP) en est un.

    Le Raisonnement Tactique doit permettre au Commandant des Oprations de Secours

    (COS) dapporter les rponses aux questions suivantes :

    - O ? Par o ?

    - Contre quoi ?

    - Comment ?

    - Avec Quoi ?

    8 Circulaire du ministre de lintrieur relative aux avis rendus par les commissions de scurit

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 17

    Aprs avoir modlis les problmes grer, il peut formuler son Ordre Initial (OI) :

    - Situation, Nous sommes confronts

    - Anticipation Je prvois

    - Objectifs Nous devons

    - Ides de manuvre Je veux que

    - Excution/Sectorisation Vous faites

    - Logistique

    - Commandement

    Il me semble quun rapprochement est vident entre ces deux moments de la gestion des

    risques, situs de part et dautre de laccident.

    Pour les missions de prvention contre les risques dincendie et de panique dans les ERP

    et les IGH, dans le cadre du fonctionnement des commissions de scurit, MARIP propose une

    mthode de raisonnement tactique adapte :

    - Situation = Identification des dangers

    - Anticipation = Analyse et valuation des risques

    - Objectifs = Avis de la commission

    - Ides de manuvre = Matrise des risques

    - Excution, logistique et commandement = Gestion et management des risques

    Cette approche commune, selon les mmes principes et la mme logique, est une source

    de progrs dans notre mission de gestion des risques.

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 18

    IIIIII DDEESSCCRRIIPPTTIIOONN DDEETTAAIILLLLEEEE DDEE LLAA MMEETTHHOODDEE MMAARRIIPP

    III.1 Dfinition des objectifs

    Parmi les documents de rfrences qui constituent le systme documentaire du

    Groupement Prvention-Prvision, une instruction dpartementale (IPP-003) a officialis le

    principe du recours obligatoire lanalyse des risques.

    De plus, cette instruction dfinit des objectifs de prvention et pose les limites entre

    risque acceptable et risque inacceptable. Ces rgles sont spcifiques au fonctionnement de

    la doctrine dpartementale du SDIS 47, mais sont inspires des rgles nationales.

    La dfinition crite et sans ambigut de ces objectifs est indispensable au

    fonctionnement de la mthode.

    Ils sappuient sur les principes fondamentaux de scurit exprims dans le code de la

    construction et de lhabitation :

    - Evacuation (immdiate ou diffre) du public et du personnel de ltablissement et

    protection des personnes occupant des locaux tiers. Il sagit de lobjectif prioritaire ;

    - Protection des biens de ltablissement (avec une notion particulire pour les ERP

    prsentant un intrt collectif : patrimoine, culture, sant, scurit, ) ;

    - Faciliter lintervention des secours (avec une proccupation de scurit pour le

    personnel intervenant) ;

    - La prservation de lenvironnement nest pas un objectif au sens de lapplication de la

    rglementation fixe par le code de la construction et de lhabitation.

    III.2 Phase 1 : Identification des dangers

    Cette premire tape est essentielle.

    Elle permet de faire apparatre les sources de danger.

    Elle commence avant la runion de la commission de scurit :

    - au bureau par la prise de connaissance du fond de dossier ;

    - au moyen dune pr-visite ventuelle ;

    - grce la prparation des documents de visite par le prventionniste.

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 19

    Elle se poursuit pendant les premiers travaux de la runion de la commission de

    scurit :

    - Vrification du respect des prescriptions antrieures ;

    - Examen des documents techniques et organisationnels (registre de scurit, rapports

    de vrification, organisation de la surveillance, exercices dvacuation, ) ;

    - Examen des retours dexpriences (RETEX) ventuels ;

    - Visite complte de ltablissement ;

    - Essais des quipements techniques et de scurit (alarme, dsenfumage, issues de

    secours, ).

    Les lments recueillis sont nots dans le rapport de visite.

    III.3 Phase 2 : Analyse des risques en 5 tapes

    III.3.1 Etape 1 : le sous-systme ECLOSION DU FEU

    Il sagit destimer qualitativement9 la probabilit dclosion dun incendie :

    - Trs peu probable (TPP)

    - Peu probable (PP)

    - Probable (P)

    - Fortement probable (FP)

    La grille suivante constitue une aide la dcision :

    Le prventionniste sappuie donc principalement sur ltat des quipements techniques,

    qui sont souvent lorigine des incendies. La mthode MARIP admet que cette recherche de

    probabilit ne soit quune estimation approximative.

    9 Cf. Annexe I de larrt du 29 septembre 2005 relatif l'valuation et la prise en compte de la probabilit d'occurrence, de la cintique, de l'intensit des effets et de la gravit des consquences des accidents potentiels dans les tudes de dangers des installations classes soumises autorisation.

    Constats lors de la visite

    Non satisfaisant PP P P FP

    Non vrifi AVIS DIFFERE P FP

    Satisfaisant TPP PP PP P

    Absence de facteurs

    aggravants

    Prsence de facteurs

    aggravantsAvis contrleur technique ou

    technicien

    ET

    AP

    E 1

    Evaluation de la probabilit d'closion d'un incendie

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 20

    Nanmoins, il doit examiner galement la prsence ventuelle de facteurs aggravants,

    tels que :

    - La dangerosit de linstallation signale par le contrleur technique ou le technicien

    comptent ;

    - La frquence doccurrence des dparts de feu ;

    - Les caractristiques particulires du public accueilli (malveillance, fumeurs, ) ;

    - Des conditions de fonctionnement particulires pouvant gnrer des dparts de feu,

    Le choix Avis diffr peut tre choisi, en application de la circulaire du 23 avril 2003,

    annexe, lorsque les rapports de vrifications techniques ne sont pas prsents.

    Le choix du niveau de probabilit ne pourra jamais, dans le cadre dune commission de

    scurit, tre objectiv 100%. Par principe, il est admis que la mthode ne permette quune

    raisonnable rduction de lincertitude.

    III.3.2 Etape 2 : le sous-systme VACUATION DES PERSONNES ET ACTIONS

    DU PERSONNEL

    Il sagit dvaluer lefficacit prsume des dispositions existantes permettant

    lvacuation (immdiate ou diffre) du personnel, et les premires actions du personnel,

    avant larrive des secours :

    - Satisfaisant

    - Non satisfaisant

    La grille suivante constitue une aide la dcision :

    Les barrires existantes (techniques, humaines, organisationnelles) sont prise en compte

    dans la modlisation sous-systme. Cette tape, et celle suivante relative au dveloppement,

    doivent tre examines concomitamment.

    Le choix du critre non satisfaisant oriente systmatiquement le prventionniste

    vers un avis dfavorable, car il sagit dun objectif prioritaire (articles R123-4 et 7 du code

    de la construction et de lhabitation).

    Elments permettant

    l'vacuation du public et l'action

    du personnel

    Indice

    ET

    AP

    E 2

    NON SATISFAISANT

    SATISFAISANT

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 21

    III.3.3 Etape 3 : le sous-systme DEVELOPPEMENT DU FEU ET DES FUMEES

    Il sagit dvaluer la dynamique de dveloppement du feu et des fumes, la suite de

    lclosion, en prenant en compte le potentiel calorifique et fumigne du systme examin :

    - Trs faible

    - Faible

    - Fort

    - Trs fort

    La grille suivante constitue une aide la dcision :

    Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barriresPotentiel calorifique ou fumigne trs

    importantFORT TRES FORT TRES FORT

    Potentiel calorif ique ou fumigne

    importantFAIBLE FORT TRES FORT

    Potentiel calorif ique ou fumigne faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Indice de dveloppement de l'incendie et des fumes

    ET

    AP

    E 3

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 22

    III.3.4 Etape 4 : le sous-systme PROPAGATION DU FEU ET DES FUMEES

    Il sagit dvaluer la dynamique de propagation (en trois temps : horizontale, verticale, et

    aux tiers) du feu et des fumes, la suite du dveloppement :

    - Trs faible

    - Faible

    - Fort

    - Trs fort

    La valeur la plus dfavorable des trois est retenue.

    La grille suivante constitue une aide la dcision, et prend en compte la valeur de

    dveloppement dfinie ltape prcdente :

    Dveloppement / Barrires Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barrires

    Trs fort FORT TRES FORT TRES FORT

    Fort FAIBLE FORT TRES FORT

    Faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Trs faible TRES FAIBLE TRES FAIBLE FAIBLE

    Dveloppement / Barrires Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barrires

    Trs fort FORT TRES FORT TRES FORT

    Fort FAIBLE FORT TRES FORT

    Faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Trs faible TRES FAIBLE TRES FAIBLE FAIBLE

    Dveloppement / Barrires Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barrires

    Trs fort FORT TRES FORT TRES FORT

    Fort FAIBLE FORT TRES FORT

    Faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Trs faible TRES FAIBLE TRES FAIBLE FAIBLE

    Indice de propagation verticale de l'incendie et des fumes

    ET

    AP

    E 4

    .2E

    TA

    PE

    4.1

    ET

    AP

    E 4

    .3

    Indice de propagation aux tiers de l'incendie et des fumes

    Indice de propagation horizontale de l'incendie et des fumes

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 23

    III.3.5 Etape 5 : le sous-systme ACTION DES SECOURS EXTERIEURS

    Il sagit dvaluer la capacit prsume daction des secours extrieurs :

    - Satisfaisant

    - Non satisfaisant

    La grille suivante constitue une aide la dcision :

    Les possibilits daccs pour les vhicules de secours, les moyens disposition pour

    assurer la dfense extrieure contre lincendie, la distance du CIS le plus proche, lexistence de

    documents de prvision (consignes, plan ETARE, ), stabilit au feu, dsenfumage sont des

    exemples de paramtres qui peuvent tre pris en compte.

    Elments permettant l'action des

    secours extrieurs

    Indice

    NON SATISFAISANT

    SATISFAISANTET

    AP

    E 5

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 24

    III.4 Phase 3 : Evaluation des risques

    A ce stade de lapplication de la mthode MARIP, un modle ou rfrentiel dacceptabilit

    des risques propose un niveau de gravit, qui associ au niveau de probabilit relev,

    caractrise un risque (de 1 4) :

    Lutilisation de ce modle nest pas obligatoire.

    Il a t cal selon nos propres besoins. Il prsente lavantage certain dtre

    adaptable : il suffit alors de modifier les valeurs dans les cases, en aggravant ou en minorant

    le niveau de gravit dune situation cyndinique donne.

    Le modle propose un niveau de gravit pour des situations reprsentatives de la

    pratique professionnelle des prventionnistes.

    Ensuite, en page suivante, la combinaison dune gravit et dune estimation de

    probabilit fait apparatre une proposition de niveau de risques, de 1 4.

    La mthode permet de croiser 4 niveaux qualitatifs de probabilit et 432 situations

    cyndiniques modlises en 4 niveaux de gravit. Il en ressort 16 possibilits de risques (6

    acceptables, 10 inacceptables).

    Cette matrice est galement adaptable, en changeant les valeurs, selon une doctrine

    dpartementale qui peut tre diffrente de celle qui a t retenue dans le Lot-et-Garonne.

    Trs fort G G TG TG Non satisfaisant

    Trs fort S G TG TG Satisfaisant

    Fort S G G G TG TG Non satisfaisant

    Fort S S S G G TG Satisfaisant

    Faible S S S G G G Non satisfaisant

    Faible A A S G G G Satisfaisant

    Trs faible A A G G Non satisfaisant

    Trs faible A A G G Satisfaisant

    ET

    AP

    E 4

    :

    pro

    pag

    ati

    on

    Faible Fort Trs fort Fort Trs fortTrs faible

    ET

    AP

    E 5

    : A

    cti

    on

    s

    des s

    eco

    urs

    ext

    rieu

    rs

    ETAPE 1 : Evaluation de la probabilit d'closion de l'incendie

    Trs peu probable - Peu probable - Probable - Fortement probable

    ETAPE 2 : Evacuation + actions internes

    Satisfaisant Non satisfaisant

    ETAPE 3 : Dveloppement du feu et

    des fumes

    ETAPE 3 : Dveloppement du feu et

    des fumes

    Trs faible Faible

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 25

    III.5 Phase 4 : Ajustement ventuel

    Le niveau de risques propos par le prventionniste ( partir du modle ou non) est

    ngoci entre les membres de la commission de scurit. Il peut ventuellement tre modul,

    la hausse ou la baisse, en prenant en compte les paramtres qui ne peuvent pas tre

    modliss, tels que le facteur humain ou des conditions particulires dexploitation.

    Le classement en 4 niveaux permet de nuancer lavis, et de le traduire en actions.

    III.6 Phase 5 : Avis de la commission

    - Niveau 1 : Avis favorable avec pas ou peu de propositions de

    prescriptions

    - Niveau 2 : Avis favorable avec propositions de prescriptions

    - Niveau 3 : Avis dfavorable avec proposition de mise en demeure

    - Niveau 4 : Avis dfavorable avec recommandation de fermeture

    administrative totale ou partielle (danger grave et imminent)

    Cette classification sinspire des principes de la vigilance mto, en constitue en cela une

    vigilance scurit pour les ERP dont le maire a la charge dassurer la police administrative.

    Gravit sur les cibles

    Trs peu probable

    Peu probable

    Fortement probable

    Probable

    Pro

    bab

    ilit

    d

    'clo

    sio

    n

    2

    2

    Significatif

    2

    1

    1

    Anodin

    3

    2 3

    4

    3

    3

    Trs grave

    4

    4

    3

    3

    Grave

    3

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 26

    III.7 Phase 6 : Matrise des risques

    A partir de lavis exprim par la commission de scurit, celle-ci doit tre en mesure de

    formuler des prconisations pour matriser les risques identifis, dune manire qui soit

    intelligible et directement oprationnelle pour lautorit de police.

    Les barrires peuvent tre techniques, humaines, ou organisationnelles.

    Dans le cadre de la mthode, ces propositions de mesures de rduction des

    risques sont :

    - Des propositions de prescriptions, un dlai pourra tre fix par lautorit ;

    - Des propositions de prescriptions urgentes (mesures conservatoires) ;

    - Des propositions de prescriptions si nombreuses quelles ncessiteront une organisation

    structure appele plan directeur damlioration de la scurit incendie ;

    - Des propositions de simples recommandations.

    Ensuite, lautorit de police pourra intervenir, par une rponse gradue et adapte aux

    enjeux :

    - Une simple notification des prescriptions et/ou des recommandations (risque de niveau

    1 ou 2), organises ou non en plan directeur. Il appartient lexploitant dy satisfaire

    au plus tt ;

    - Une mise en demeure, assortie dun dlai (risque de niveau 3);

    - Un arrt de fermeture immdiat dans le cas dun danger grave et imminent, ou

    lchance dune mise en demeure reste sans rsultat (risque de niveau 3 ou 4);

    - Une excution doffice dans certains cas encadrs par la rglementation, et aprs mise

    en demeure (risque de niveaux 3 ou 4).

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 27

    III.8 Phase 7 : Gestion et management des risques

    Cette phase se joue aprs lexpression de la dcision de lautorit. La responsabilit de

    grer et manager les risques est partage entre de nombreux acteurs :

    - Lexploitant, le fonctionnaire dsign, ou le responsable unique de scurit ;

    - Lautorit de police (maire, prfet) ;

    - La justice, si elle est saisie ;

    - La commission de scurit, dans le cadre du suivi quelle accorde aux tablissements ;

    - Le SDIS, en sa qualit de conseiller technique ;

    -

    IIVV AAPPPPLLIICCAATTIIOONN DDEE MMAARRIIPP AA QQUUEELLQQUUEESS EEXXEEMMPPLLEESS

    IV.1 Cas dun risque de niveau 2

    Il sagit dun centre commercial class en 1re catgorie, de types M et N.

    En tape 1, lexamen pralable du dossier ne fait pas apparatre de problme particulier.

    Ltablissement est bien suivi, et lexploitant est ractif. La visite complte du site fait

    apparatre quelques anomalies, lies au fonctionnement de ltablissement. Les vrifications

    techniques la charge de lexploitant sont toutes ralises. Des anomalies ont t releves par

    le vrificateur des installations lectriques, pour la partie rglement ERP et pour la partie

    rglement code du travail. La probabilit dclosion est donc value au niveau peu probable.

    Constats lors de la visite

    Non satisfaisant PP P P FP

    Non vrifi AVIS DIFFERE* P FP

    Satisfaisant TPP PP PP P

    ET

    AP

    E 1

    Probabilit d'closion d'un incendie

    Absence de facteurs

    aggravants

    Prsence de facteurs

    aggravantsAvis contrleur technique ou

    technicien

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 28

    En tape 2, il est constat que les issues sont dgages, en nombre suffisant. Le

    personnel est correctement form aux consignes concernant la conduite en cas dincendie. Le

    niveau retenu est donc satisfaisant.

    En tape 3, le potentiel calorifique et fumigne est trs important, les barrires sont

    satisfaisantes.

    Elments permettant

    l'vacuation du public et l'action

    du personnel

    Indice

    ET

    AP

    E 2

    NON SATISFAISANT

    SATISFAISANT

    Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barriresPotentiel calorifique ou fumigne trs

    importantFORT TRES FORT TRES FORT

    Potentiel calorif ique ou fumigne

    importantFAIBLE FORT TRES FORT

    Potentiel calorif ique ou fumigne faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Indice de dveloppement de l'incendie et des fumes

    ET

    AP

    E 3

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 29

    En tape 4, lindice de dveloppement tant fort, la propagation est estime faible, pour

    les 3 critres (horizontal, vertical, aux tiers), car les barrires sont satisfaisantes.

    En tape 5, les possibilits dintervention des secours sont juges satisfaisantes.

    Dveloppement / Barrires Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barrires

    Trs fort FORT TRES FORT TRES FORT

    Fort FAIBLE FORT TRES FORT

    Faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Trs faible TRES FAIBLE TRES FAIBLE FAIBLE

    Dveloppement / Barrires Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barrires

    Trs fort FORT TRES FORT TRES FORT

    Fort FAIBLE FORT TRES FORT

    Faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Trs faible TRES FAIBLE TRES FAIBLE FAIBLE

    Dveloppement / Barrires Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barrires

    Trs fort FORT TRES FORT TRES FORT

    Fort FAIBLE FORT TRES FORT

    Faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Trs faible TRES FAIBLE TRES FAIBLE FAIBLE

    Indice de propagation verticale de l'incendie et des fumes

    ET

    AP

    E 4

    .2E

    TA

    PE

    4.1

    ET

    AP

    E 4

    .3

    Indice de propagation aux tiers de l'incendie et des fumes

    Indice de propagation horizontale de l'incendie et des fumes

    Elments permettant l'action des

    secours extrieurs

    Indice

    NON SATISFAISANT

    SATISFAISANTET

    AP

    E 5

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 30

    La lecture sur la grille se fait en partant du haut, puis en tournant , par la gauche ou

    par la droite, selon que ltape 2 est satisfaisante ou non satisfaisante :

    Il en ressort le niveau de scurit suivant :

    Le niveau de risques a priori est donc de 2 sur 4.

    La commission peut ensuite en dbattre, cest dire corriger ce niveau de risques la

    hausse ou la baisse, en posant des axes damlioration (propositions de prescriptions).

    Si la commission retient le niveau 2, lavis sera favorable avec proposition de

    prescriptions.

    Gravit sur les cibles

    Trs peu probable

    Peu probable

    Fortement probable

    Probable

    Pro

    bab

    ilit

    d

    'clo

    sio

    n

    2

    2

    Significatif

    2

    1

    1

    Anodin

    3

    2 3

    4

    3

    3

    Trs grave

    4

    4

    3

    3

    Grave

    3

    Trs fort G G TG TG Non satisfaisant

    Trs fort S G TG TG Satisfaisant

    Fort S G G G TG TG Non satisfaisant

    Fort S S S G G TG Satisfaisant

    Faible S S S G G G Non satisfaisant

    Faible A A S G G G Satisfaisant

    Trs faible A A G G Non satisfaisant

    Trs faible A A G G Satisfaisant

    ET

    AP

    E 4

    :

    pro

    pag

    ati

    on

    Faible Fort Trs fort Fort Trs fortTrs faible

    ET

    AP

    E 5

    : A

    cti

    on

    s

    des s

    eco

    urs

    ext

    rieu

    rs

    ETAPE 1 : Evaluation de la probabilit d'closion de l'incendie

    Trs peu probable - Peu probable - Probable - Fortement probable

    ETAPE 2 : Evacuation + actions internes

    Satisfaisant Non satisfaisant

    ETAPE 3 : Dveloppement du feu et

    des fumes

    ETAPE 3 : Dveloppement du feu et

    des fumes

    Trs faible Faible

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 31

    IV.2 Cas dun risque de niveau 4

    Il sagit dun htel-restaurant class en 3re catgorie, de types O, N et L.

    En tape 1, lexamen pralable du dossier ne fait pas apparatre de problme particulier.

    Ltablissement est bien suivi, et lexploitant est sensibilis. Ltablissement a connu un dbut

    de feu de chambre en fin daprs-midi, deux ans plus tt, qui a ncessit lvacuation de

    ltablissement. Les chambres ne sont pas non fumeur. La visite complte du site fait

    apparatre quelques anomalies, lies au fonctionnement de ltablissement. Les vrifications

    techniques la charge de lexploitant sont toutes ralises. Des anomalies ont t releves par

    le vrificateur du SSI, pass le matin mme, et sur les installations lectriques et de

    chauffage. Il savre que le SSI est hors service (batteries HS). La probabilit dclosion peut

    tre alors value au niveau probable.

    En tape 2, il est constat que le SSI est HS. Un dbut dincendie, la nuit, risque de ne

    pas tre dtect dans des dlais permettant de garantir une vacuation sre et rapide du

    public. Le niveau retenu est donc non satisfaisant.

    En tape 3, le potentiel calorifique et fumigne est important, les barrires sont pas

    satisfaisantes (SSI HS, dlai de dtection et dalarme augments).

    Constats lors de la visite

    Non satisfaisant PP P P FP

    Non vrifi AVIS DIFFERE* P FP

    Satisfaisant TPP PP PP P

    ET

    AP

    E 1

    Probabilit d'closion d'un incendie

    Absence de facteurs

    aggravants

    Prsence de facteurs

    aggravantsAvis contrleur technique ou

    technicien

    Elments permettant

    l'vacuation du public et l'action

    du personnel

    Indice

    ET

    AP

    E 2

    NON SATISFAISANT

    SATISFAISANT

    Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barriresPotentiel calorifique ou fumigne trs

    importantFORT TRES FORT TRES FORT

    Potentiel calorif ique ou fumigne

    importantFAIBLE FORT TRES FORT

    Potentiel calorif ique ou fumigne faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Indice de dveloppement de l'incendie et des fumes

    ET

    AP

    E 3

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 32

    En tape 4, lindice de dveloppement tant fort, la propagation est estime trs fort,

    pour les 2 premiers critres (horizontal, vertical), car les barrires sont absentes (aucun

    recoupement, escaliers non encloisonns). Le troisime critre est le dveloppement aux tiers,

    risque jug faible, car lisolement est ralis par loignement. Le critre le plus dfavorable est

    retenu : Trs fort.

    En tape 5, les possibilits dintervention des secours sont juges satisfaisantes.

    Dveloppement / Barrires Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barrires

    Trs fort FORT TRES FORT TRES FORT

    Fort FAIBLE FORT TRES FORT

    Faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Trs faible TRES FAIBLE TRES FAIBLE FAIBLE

    Dveloppement / Barrires Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barrires

    Trs fort FORT TRES FORT TRES FORT

    Fort FAIBLE FORT TRES FORT

    Faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Trs faible TRES FAIBLE TRES FAIBLE FAIBLE

    Dveloppement / Barrires Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barrires

    Trs fort FORT TRES FORT TRES FORT

    Fort FAIBLE FORT TRES FORT

    Faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Trs faible TRES FAIBLE TRES FAIBLE FAIBLE

    Indice de propagation verticale de l'incendie et des fumes

    ET

    AP

    E 4

    .2E

    TA

    PE

    4.1

    ET

    AP

    E 4

    .3

    Indice de propagation aux tiers de l'incendie et des fumes

    Indice de propagation horizontale de l'incendie et des fumes

    Elments permettant l'action des

    secours extrieurs

    Indice

    NON SATISFAISANT

    SATISFAISANTET

    AP

    E 5

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 33

    La lecture sur la grille se fait en partant du haut, puis en tournant , par la gauche ou

    par la droite, selon que ltape 2 est satisfaisante ou non satisfaisante :

    Il en ressort le niveau de scurit suivant :

    Le niveau de risques a priori est donc de 4 sur 4.

    La commission peut ensuite en dbattre, cest dire corriger ce niveau de risques ( la

    baisse uniquement, dans ce cas), ou estimer quil existe un danger grave et imminent .

    Si la commission retient un niveau 4, elle formulera un avis dfavorable, avec proposition

    de fermeture partielle de ltablissement (partie htel), le temps que le SSI soit remis en

    service (une surveillance de nuit peut ventuellement tre suggre). Si la commission retient

    un niveau 3, elle formulera un avis dfavorable, avec proposition de mise en demeure de

    rtablir rapidement un niveau de scurit acceptable (SSI, quipements techniques, )

    Gravit sur les cibles

    Trs peu probable

    Peu probable

    Fortement probable

    Probable

    Pro

    bab

    ilit

    d

    'clo

    sio

    n

    2

    2

    Significatif

    2

    1

    1

    Anodin

    3

    2 3

    4

    3

    3

    Trs grave

    4

    4

    3

    3

    Grave

    3

    Trs fort G G TG TG Non satisfaisant

    Trs fort S G TG TG Satisfaisant

    Fort S G G G TG TG Non satisfaisant

    Fort S S S G G TG Satisfaisant

    Faible S S S G G G Non satisfaisant

    Faible A A S G G G Satisfaisant

    Trs faible A A G G Non satisfaisant

    Trs faible A A G G Satisfaisant

    ET

    AP

    E 4

    :

    pro

    pag

    ati

    on

    Faible Fort Trs fort Fort Trs fortTrs faible

    ET

    AP

    E 5

    : A

    cti

    on

    s

    des s

    eco

    urs

    ext

    rieu

    rs

    ETAPE 1 : Evaluation de la probabilit d'closion de l'incendie

    Trs peu probable - Peu probable - Probable - Fortement probable

    ETAPE 2 : Evacuation + actions internes

    Satisfaisant Non satisfaisant

    ETAPE 3 : Dveloppement du feu et

    des fumes

    ETAPE 3 : Dveloppement du feu et

    des fumes

    Trs faible Faible

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 34

    VV OOUUTTIILLSS AASSSSOOCCIIEESS AAUU FFOONNCCTTIIOONNNNEEMMEENNTT DDEE MMAARRIIPP

    V.1 Fiche commission

    Chaque prventionniste dispose dun document recto-verso, plastifi, reprenant tous les

    points de la mthode :

    Constats lors de la visite

    Les 7 phases de MARIP :

    Non satisfaisant PP P P FP

    Non vrifi AVIS DIFFERE P FP

    Satisfaisant TPP PP PP P

    Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barriresPotentiel calorif ique ou fumigne trs

    importantFORT TRES FORT TRES FORT

    Potentiel calorif ique ou fumigne

    importantFAIBLE FORT TRES FORT

    Potentiel calorif ique ou fumigne faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    NOTES :

    Dveloppement / Barrires Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barrires

    Trs fort FORT TRES FORT TRES FORT

    Fort FAIBLE FORT TRES FORT

    Faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Trs faible TRES FAIBLE TRES FAIBLE FAIBLE

    Dveloppement / Barrires Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barrires

    Trs fort FORT TRES FORT TRES FORT

    Fort FAIBLE FORT TRES FORT

    Faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Trs faible TRES FAIBLE TRES FAIBLE FAIBLE

    Dveloppement / Barrires Barrires satisfaisantes Barrires insatisfaisantes Pas de barrires

    Trs fort FORT TRES FORT TRES FORT

    Fort FAIBLE FORT TRES FORT

    Faible TRES FAIBLE FAIBLE FORT

    Trs faible TRES FAIBLE TRES FAIBLE FAIBLE

    Absence de facteurs

    aggravants

    Prsence de facteurs

    aggravantsAvis contrleur technique ou

    technicien

    SATISFAISANT

    Elments permettant

    l'vacuation du public et l'action

    du personnel

    Indice de dveloppement de l'incendie et des fumes

    ET

    AP

    E 1

    Indice

    ET

    AP

    E 2

    ET

    AP

    E 3

    NON SATISFAISANT

    SATISFAISANT

    Evaluation de la probabilit d'closion d'un incendie

    ET

    AP

    E 4

    .1

    Indice

    ET

    AP

    E 4

    .3

    NON SATISFAISANT

    ET

    AP

    E 5

    Indice de propagation aux tiers de l'incendie et des fumes

    Indice de propagation horizontale de l'incendie et des fumes

    Indice de propagation verticale de l'incendie et des fumes

    ET

    AP

    E 4

    .2

    Elments permettant l'action des

    secours extrieurs

    SDIS 47

    Service Prvention

    Trs fort G G TG TG Non satisfaisant

    Trs fort S G TG TG Satisfaisant

    Fort S G G G TG TG Non satisfaisant

    Fort S S S G G TG Satisfaisant

    Faible S S S G G G Non satisfaisant

    Faible A A S G G G Satisfaisant

    Trs faible A A G G Non satisfaisant

    Trs faible A A G G Satisfaisant

    ET

    AP

    E 4

    :

    pro

    pag

    ati

    on

    Faible Fort Trs fort Fort Trs fortTrs faible

    ET

    AP

    E 5

    : A

    cti

    on

    s

    des s

    eco

    urs

    ext

    rieu

    rs

    Trs grave

    4

    4

    3

    3

    Grave

    33

    4

    3

    3

    Pro

    bab

    ilit

    d

    'clo

    sio

    n

    2

    2

    Significatif

    2

    1

    1

    Anodin

    3

    2

    Gravit sur les cibles

    Trs peu probable

    Peu probable

    Fortement probable

    Probable

    ETAPE 1 : Evaluation de la probabilit d'closion de l'incendie

    Trs peu probable - Peu probable - Probable - Fortement probable

    ETAPE 2 : Evacuation + actions internes

    Satisfaisant Non satisfaisant

    ETAPE 3 : Dveloppement du feu et

    des fumes

    ETAPE 3 : Dveloppement du feu et

    des fumes

    Trs faible Faible

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 35

    V.2 Lapplication MARIP

    Lapplication MARIP est un outil informatique, bas sur une feuille de calcul Excel,

    permettant de faire fonctionner le modle plus rapidement, grce un ordinateur ou un simple

    Pocket PC .

    A partir des valeurs rentres dans les 5 tapes, lapplication propose un niveau de

    scurit de 1 4. Cette application est tlchargeable sur le site internet du SDIS 47,

    ladresse : www.sdis47.fr .

    V.3 La Bote outils du prventionniste

    Pour mener bien ses missions, les prventionnistes doivent pouvoir disposer dun

    certain nombre doutils tels que : modles de documents, logiciel prvention, petits fumignes,

    mtre ou tlmtre laser, outil informatique,

    V.4 Bibliothque de barrires types

    En phase 6 de la mthode MARIP, la commission doit proposer des axes damlioration.

    Il appartient aux prventionnistes de suggrer des solutions la commission. Cette

    bibliothque des barrires-types propose quelques solutions reconnues adaptes aux

    principales situations rencontres le plus souvent.

    Cette bibliothque est annexe au prsent mode demploi. Il sagit dun document

    volutif.

    V.5 Aide lexpression littrale de lanalyse des risques

    Lanalyse des risques ralise par le prventionniste et soumise lapprobation des

    membres de la commission, est le rsultat dune approche plurielle : systmique, sociologique,

    conomique, stratgique, parfois psychologique, en un mot, humaine !

    Cet effort dhonntet intellectuelle na de sens que sil est compris par lautorit de

    police et lexploitant, en tant traduit en des termes clairs et simples. Cest pourquoi, la

    mthode MARIP propose galement une aide lexpression littrale de lanalyse des risques.

    Ce document est annex au prsent mode demploi. Il sagit dun document volutif.

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 36

    CCOONNCCLLUUSSIIOONN

    La prvention du risque dincendie et de panique dans les tablissements recevant du

    public est un domaine vaste, complexe qui ncessite une vision transversale de la part du

    prventionniste. De nombreux paramtres entrent en compte lors des visites de scurit et

    doivent tre mis en interaction pour permettre dtablir un diagnostic objectif des risques

    de ltablissement. Ceux qui pratiquent le savent : la tche est dlicate.

    Lapproche systmique, et plus particulirement le modle MADS MOSAR, permet

    dapprhender ce processus complexe sous forme de systmes eux-mmes dcomposables

    en sous-systmes. Cette approche a donc permis de dcrire ce processus sous une forme

    oprationnelle pour les prventionnistes. Les diffrentes parties traites tout au long de ce

    mode demploi continueront dtre dveloppes et approfondies (il sagit dj de la troisime

    version de MARIP).

    Des travaux sont en cours, notamment par le biais de la FNSPF et de lENSOSP, afin de

    slectionner des mthodes communes danalyse de risque, au plan national. La mthode

    MARIP sintgre parfaitement un contexte rglementaire qui engage de plus en plus la

    responsabilit du sapeur-pompier ainsi quau Projet National dIngnierie de la Scurit

    Incendie. Elle sappuie galement sur les piliers du dveloppement durable et peut tisser le lien

    avec une ventuelle quipe de recherche des causes et consquences dincendies.

    Cette thmatique de lanalyse des risques a fait lobjet dune confrence par la

    Commission Prvention FNSPF, lors du 116me Congrs des Sapeurs-Pompiers de France

    Saint-Etienne le 16 octobre 2009. Cette confrence a permis de faire le point sur ltat actuel

    de lanalyse des risques dans les tablissements recevant du public et les mthodes en

    exprimentation. MARIP a t prsente cette occasion.

    La mthode MARIP a t conue pour rpondre une problmatique dpartementale

    spcifique. Il est donc possible quelle ne soit pas adapte tous les SDIS Nanmoins, elle

    constitue une contribution concrte une problmatique partage.

    Il me paraissait utile quelle soit confronte lexamen critique collectif, dans lespoir

    quelle puisse contribuer au dveloppement de la discipline, et la scurit des ERP.

    Lvaluation de lacceptabilit du risque incendie-panique dans un ERP, par une

    commission de scurit runie pendant une dure forcment trop courte, nest pas une science

    exacte. La double approche rglementaire et systmique offre un bon compris, sans perdre de

    vue la prudence et lhumilit indispensables, face toutes ces incertitudes, cette complexit.

    Prvenir et sauver, sauver et prvenir

  • SDIS 47 Service prvention MARIP V3.1 - Janvier 2011 Page 37

    AANNNNEEXXEESS

    ANNEXE I : CIRCULAIRE 23 AVRIL 2003

    ANNEXE II : PROJET DE SERVICE

    (DELIBERATION DU CASDIS DU 24 OCTOBRE 2008)

    ANNEXE III : AVIS CCDSA 2008 ET 2009

    ANNEXE IV : BIBLIOTHEQUE DE BARRIERES TYPES

    (En cours de ralisation)

    ANNEXE V : AIDE A LEXPRESSION LITTERALE DE LANALYSE DES

    RISQUES

    (En cours de ralisation)