ProgrammMÉMOIRES DU JARDIN BOTANIQUE DE MONTRÉAL MEMOIRS OF THE MONTREAL BOTANICAL GARDEN No. 1...

Click here to load reader

  • date post

    08-Aug-2020
  • Category

    Documents

  • view

    1
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of ProgrammMÉMOIRES DU JARDIN BOTANIQUE DE MONTRÉAL MEMOIRS OF THE MONTREAL BOTANICAL GARDEN No. 1...

  • MÉMOIRES D U

    JARDIN BOTANIQU E DE MONTRÉAL

    MEMOIRS O F TH E

    MONTREAL BOTANICAL GARDEN

    No. 1(Édition française )

    ^

    Programme

    d'un jardin botanique idéa l

    par

    Henry TEUSCHE RDirecteur des Services techniques du Jardin botanique de Montréal.

    NOV 4 1957J A R O Î K BCn**»

  • Programme d'u n jardi n botaniqu e idéa lpar

    H. TETJSCHE E

    Directeur des Services techniques duJardin Botanique de Montréal

    L'esquisse qu i sui t a ét é publié e e n 193 3 dan s l a revu e Parks an dRécréation et sou s le titre : «Th e Botanica l Garde n of thé Future» . Ell efut écrite , tou t d'abord , pou r l e seu l bénéfic e d e l'auteur , afi n d e mettr eau ne t dan s so n espri t c e qu e devraien t o u pourraien t êtr e le s objectif sd'un jardin botanique moderne . I l avait été appelé à composer et à réalise rle Jardin Botaniqu e d e Montréal. I l lui semblai t don c que, avan t d'aborde rune entreprise d'un e auss i grande envergure , i l étai t indiqu é d e prévoi rtout c e qu'u n jardi n botaniqu e idéa l pouvai t mettr e à so n programme ,car o n n e peu t guèr e choisi r judicieusement qu e s i l'o n possèd e tou s le séléments d'une question .

    Or, i l se trouva plu s tard qu e l e programme élabor é alor s fu t accept épresque entièremen t e t n e subit qu e des modifications véritablement insi -gnifiantes. Le Jardin Botanique de Montréa l pourr a donc , quan d il ser aterminé, servir d e démonstratio n à l'application pratiqu e de s principe sénoncés ici.

    A la lumière de l'expérience acquise au cours de l'élaboration d u Jardi nBotanique d e Montréal, il est deven u possible d e traiter avec une précisionplus grand e plusieur s partie s importante s d e cett e esquisse . D'ailleurs ,puisque l'articl e origina l es t depui s longtemps épuisé , i l sembl e opportu nd'en fair e un e révisio n e t un e réimpression , non pa s pou r servir d e livret -guide, mais afin d e fourni r de s points d e repère à ceu x qui viendront aprè snous e t qu i devraien t pouvoi r faire mieu x encore.

    Naturellement, u n jardi n botaniqu e es t avan t tou t un e institutio nd'éducation. Depui s que les jardin s botanique s existent — et ce n'es tpas d'hie r — ils on t toujour s d e quelqu e faço n servi l'éducation . Mai sil n'es t pa s douteu x que , pou r justifie r so n existenc e dan s notr e sociét écontemporaine, l e jardin botaniqu e moderne doit élargi r considérablemen tle cham p d e se s activité s éducatives .

  • Autrefois, l e bu t primordia l d'u n jardi n botaniqu e étai t d e servi raux hommes de science et aux étudiants plutô t qu'a u grand public. L'admis-sion d e celui-c i — outre qu'ell e étai t payant e dan s le s jardins botanique seuropéens -— était tou t a u plu s toléré e e t considéré e plutô t comm e un enuisance. Cec i fut mêm e poussé si loin qu e l e nom mêm e de «jardi n bota -nique» es t asse z ma l v u d u public . I l peu t mêm e quelquefoi s êtr e plu sopportun d'engage r l'intérê t d u publi c e n créan t d'abor d u n «Garden -center» qu i pourra se transformer plus tard e n jardin botanique.

    II va d e soi qu'un jardi n botanique doit êtr e l e centre de la recherchebotanique pou r l a régio n où i l se trouve e t êtr e dot é d'u n personne l scien-tifique compétent ; i l es t clair , aussi , qu'i l doi t coopérer étroitemen t ave cles université s locale s e t le s autre s institution s d'enseignement• , e t offri rdes cour s d'instructio n scientifique . Or , j e croi s qu'u n jardi n botaniqu emoderne doi t tou t particulièremen t adopte r l a tactiqu e d e s e servi r l eplus possibl e d e se s moyens , pou r l'éducatio n d u gran d public . C e n'es tpas qu e j e suggèr e d e transforme r tou s le s commi s e t le s mécaniciens e nbotanistes, n i d e nourrir les enfants de noms latins d e plantes . Mais , ave cla concentratio n grandissant e d e l a populatio n dan s le s grande s ville set l'éloignemen t d e la natur e qu e cel a entraîne, i l me sembl e que l e jardinbotanique d e l'avenir a une grav e tâch e à accompli r en aidant l e citadi ndéraciné à retrouve r o ù à conserve r l e lie n salutair e ave c l a natur e dont ,après tout , i l fai t partie . L'homm e moderne , vivan t dan s c e déser t arti -ficiel de pierre qu'on appell e une ville, en est venu d e plus en plus à consi -dérer le s plantes , le s arbres , le s arbuste s e t le s fleur s qu'i l voi t dan s le sparcs publics et l e long de s avenue s comme de purs ornements . I l se plaîtà les voi r mai s ne leu r donn e guèr e qu'un e attentio n distrait e et il estloin d'éprouve r u n sentimen t quelconqu e d'affinit é vis-à-vi s d'eux . I lbrise et détrui t les arbre s de la rout e au capric e du momen t san s songe rà c e qu'il fait. I l n'a pa s de jardin à lui , et souvent i l n'en désir e mêm e pas,car i l l e considèr e seulemen t comm e un e corvé e d e plu s à laquell e i l n edécouvre aucu n sens , o u comm e u n ornemen t coûteu x qu'i l n e peu t s epayer.

    Il en est beaucou p parm i les chef s d'actio n social e qui attribuen t àsa vrai e caus e l a par t d'instabilité , d e mécontentement e t d e tristesse qu iest du e à c e divorce d e plu s e n plu s grav e d e l'homm e d'ave c l a nature .Ils admetten t généralemen t qu e le s parcs publics , le s terrains d e jeu x e tde récréatio n son t u n articl e essentie l à tou t programm e d'urbanisme .Et cependant , y a-t-i l u n par c publi c qu i influenc e l'attitud e d u citadi nvis-à-vis d e la natur e ? Non, parce qu e ces parcs ne contribuen t pa s à sonéducation. Qu'i l me suffis e d e citer le Central Par k à New York, qu i subi tà ce point chaqu e anné e le s ravage s de la destructio n irréfléchi e qu'i l nepeut êtr e maintenu qu'a u pri x de grandes dépenses .

  • Certes, no s pères devaien t dispute r un e existenc e précair e à l a natureet pourtan t il s y connaissaien t bie n leu r place ; tandi s qu e nou s n'avon ssu transpose r dan s notr e vi e modern e e t mécanisé e rie n d e plu s qu e l anotion ma l compris e d e l a dominatio n d e l a natur e pa r l'homme . Cett enotion a ét é graduellemen t encor e plus déformé e quand ell e a donn é nais -sance à l a doctrin e puéril e qu e l'homme , VHomo sapiens, n e faisai t pa spartie d e la nature mais , étai t seulemen t son maître suprême . Cette fauss eorientation d e l'homm e dan s l a natur e es t à l'origin e d e plu s d e mau xsociaux qu e j e n'e n pui s défini r ici . U n changement , un e réorientatio n n epeuvent surveni r qu e par un e éducatio n systématique ; e t cett e éducatio ndoit êtr e s i simpl e e t se s moyen s s i attrayant s e t agréable s qu e l e publicpuisse apprendr e san s s e rendr e compt e qu'o n lu i enseigne . Voil à o ù l ejardin botanique d e l'avenir trouver a u n cham p de travail vast e e t fertile .En fait , ce t aspec t d e l a vi e social e est d'un e tell e importanc e qu e j e m efigure san s pein e un e époqu e o ù aucun e vill e d e quelqu e importanc e n evoudra se trouver san s jardin botanique .

    Après tout, tout e vi e humaine ou animale sur le globe terrestre dépenddirectement o u indirectement d e la vie végétale. Pénétre r plu s avant dan sles pourquo i et le s commen t d e l a vi e végétal e nou s amèn e à découvri rles source s de notr e propr e subsistance . Cel a nou s perme t de sonde r lamystérieuse unit é d e l a nature , o ù rie n n e s e perd , e t o ù nou s trouvon snous-mêmes notr e place . Cel a nou s perme t d'apprendr e qu e le s plante set le s animau x n e son t n i de s adversaire s à mater , n i de s instrument scréés pou r notr e seu l usage , mai s qu'il s fon t partie , comm e nous , d e l anature, qu'il s sont , e n somme , nos frère s et - nos sœur s sous le soleil . Cett econnaissance nou s enseigner a l a toléranc e e t l'amou r de s autre s êtres ,quels qu'il s soient. Et l a tolérance et l'amour , enfant s de la sagesse, engen-drent l e bonheu r e t l e contentement .

    Maintenant, voyon s d e quell e faço n u n jardi n botaniqu e peu t aide rl'homme moderne à deveni r un meilleu r citoye n d u royaume d e la nature ,et par suit e d e la société dont i l fait partie .

    Si l'o n adme t qu e l a politiqu e d'u n jardi n botaniqu e es t avant tou tde stimule r ou d'éveille r la curiosit é du publi c à la vie des plantes , il mesemble qu e l a tâch e n e s e résum e pa s à enseigne r au x gens , mai s qu'ell econsiste plutôt à susciter par une heureuse présentation l e désir d'apprendre.Il fau t nou s rendr e compt e qu e nou s avon s affair e no n seulemen t à de scommençants qui , bie n qu e n e connaissant rien , son t avide s d'apprendre ,mais à un e majorit é d'indifférents . Pour attire r ce s gens-là e t le s retenir ,il nou s fau t considére r tou t particulièremen t deu x point s qu i son t ordi -nairement à la bas e de l'intérê t que peu t crée r la vie végétale . Ce sont :premièrement l a flor e indigèn e de s environ s e t deuxièmement , l e jardi nfloral.

  • GROUPEMENTS GÉOGRAPHIQUE S E T ÉCOLOGIQUE S

    Les professeur s moderne s d e langues s'entenden t généralemen t pou radmettre qu e débuter dans l'enseignement d'un e langu e par l a grammaire,c'est rendr e le sujet indûmen t arid e et difficile . L a grammaire sera maîtriséesans grand effort dè s qu'on aura appris à entendre une langue et qu'on aurasaisi so n esprit. La même chose s'applique à la botanique, o ù l a taxonomie ,qui constitu e l e squelett e d e cett e science , n e saurai t être enseigné e a udébut, sou s peine de dégoûter à jamais la plupart de s étudiants. L a partiela plu s vivant e d e l a botaniqu e n'est-ell e pa s plutô t l'écologie , qu i nou sporte au cœur même de la nature e n nous parlant de s associations végétale set de s facteurs qui les déterminent ?

    Nous sommes assurés de susciter un vi f intérêt, s i nous arrivons, dan sun jardin botanique, à recréer sous leur aspect nature l e t su r des parcellesassez grande s quelques-un s de s type s d e végétatio n le s plu s caractéris -tiques de la région. Nous ne pouvons manquer de fixer la curiosité du publicsi nous savons expliquer ensuite de façon à la fois claire et concise commentces diverse s plante s son t adaptée s au x condition s dan s lesquelle s elle scroissent e t e n quo i elle s dépenden t de s facteurs ambiants . U n ruisseau ,une mare , u n marais , un e prairi e e n fleurs, et diver s type s d'association sforestières, peuplé s d e plante s qu e l'o n rencontr e dan s le s champ s e t le sbois des alentours, attireront forcément l'attention et les explications qu'o ndonnera seron t accueillie s avec joie . L'étiquetage , dan s ces groupes , doi têtre, naturellement , trè s soign é et complet , et comporte r non seulemen tle no m botaniqu e mai s encor e l e no m vulgaire d e chaqu e variété . Nou sn'avons pa s à discute r ici de s autre s information s qu'o n pourrai t encor edonner, par exemple : la traduction du nom latin, l'origine du nom vulgaire,etc.

    Pour élargi r l a porté e d e ce s groupe s écologiques , on peu t ajoute rquelques type s d e végétatio n exotiqu e mai s vivan t dan s de s condition sanalogues à celle s d u pays . Ainsi , de s parcelle s d e forê t e t d e prairi e d el'Europe Centrale , d e l a Sibéri e ou d e l a Mandchouri e présenteraien t u nparallélisme intéressant , tou t e n s e distinguan t pa r leu r compositio nvisiblement différente . O n pourrait , e n outre , présente r dan s leu r habitatnaturel u n gran d nombr e d e plante s américaines , asiatique s o u europé -ennes don t le s forme s horticole s son t aujourd'hu i répandue s dan s tou sles jardins.

    Puisque l a connaissanc e de s condition s sou s lesquelle s viven t le splantes dan s leur s habitats naturel s nou s donn e toujour s le s meilleure sindications pou r leu r culture , o n peu t facilemen t voi r jusqu' à que l pointle jardinage consiste essentiellement dans l'écologie appliquée , et jusqu'oùl'étude d e cett e scienc e peut nou s conduir e dans l'ar t d e jardiner . Nou s

  • apprenons à apprécie r l'effor t nécessair e à l a production d e beaux plant set désiron s connaîtr e par leur s noms les variétés qu i nous intéressent et le sdistinguer le s unes de s autres . I l sembler a tout nature l ensuit e d'étudie rleurs relations et d'accéder ainsi à la taxonomie.

    Il arrive aussi que le citadin s'intéress e à la flore adventive de s terrainsvagues. Il serait alors très instructif d e consacrer une parcelle aux mauvaisesherbes cosmopolite s les plus communes . O n tiendrait artificiellemen t cetteparcelle à l'état rudéral ; l'étiquette de chaque plant e porterai t non seule -ment so n no m mai s encor e son origin e o u s a distributio n géographique ,et peut-êtr e l'histoir e d e so n introductio n a u pays . Cec i constituerai tprobablement l a seul e faço n u n pe u pittoresqu e d e présente r de s plantesen elles-mêmes peu attrayantes. Dans le livret-guide d u jardin, on inclurai tun chapitre sur les moyens les plus simples et les plus efficaces d e combattreles mauvaise s herbe s dan s le s jardins . E t ic i l a référenc e à de s plante saffines qu i ne sont pas , elles , de s mauvaise s herbes mai s de s plante s géné -ralement cultivée s à caus e d e leu r valeu r économiqu e o u ornemental econduirait imperceptiblement à la taxonomie.

    LE JARDI N FLORAL

    II m e sembl e qu'o n devrai t tire r u n meilleu r part i d e l a beaut é d ujardin flora l qu'o n n e fai t généralemen t dan s les jardins botaniques . De scollections considérables et même complètes d'iris, d e pivoines, de chrysan-thèmes, d e glaïeuls, etc. , son t naturellemen t d e la plu s grande importancehorticole e t botanique, mai s l e gran d publi c n e saurai t considére r ce sdéploiements qu'ave c u n étonnemen t mêl é d'appréhension . J e m e sui ssouvent mêl é à de s foule s qu i contemplaien t de s expositions de c e genre.La réaction l a plu s fréquent e étai t l'étonnement , e t no n pa s ce t enchan -tement qu e produi t l e spectacl e d e l a beaut é e t qu i condui t a u dési r d econnaître davantag e e t d e posséde r soi-mêm e d e belle s fleurs . C'étai t l astupéfaction e n somme, de gens peu instruits qui se rendent compte qu'ilsne comprennent rien et ne comprendront jamais rien à un tel spectacle.

    Quelques visiteurs , venu s dan s l'intention d e choisi r quelque s bonne svariétés pour leurs propres jardins, prenaient des notes. Ou bien ils remplis-saient de s pages e t de s pages, incapable s qu'il s étaien t d e décider quellesvariétés ils préféraient, ou encore ils notaient les noms des variétés à grandesfleurs o u à brillan t colori s niais qu i pouvaien t auss i bien êtr e d e culturedifficile o u d e floraison incertaine.

    Il m' a par u bie n éviden t qu e l a présentatio n d'un e grand e collectionde variétés d'un e seule fleur fait plu s de mai qu e d e bien. Si l'on n e consi-dère que l'intérêt du public, on ne devra exhiber qu'un choix des meilleures

  • 8

    variétés e t de s plu s recommandables , e n ayan t soi n d e juxtapose r le scouleurs ave c goût . Naturellement , pou r choisir , i l faudr a constitue rdes collections . Celles-c i seron t cultivée s dan s le s pépinière s o u dan s de schamps d'essa i auxquel s pourron t avoi r accè s le s étudiant s avancés . Amesure qu e ce s collection s auront ét é utilisées , o n pourra e n dispose r o ules diminue r par éliminatio n graduelle . Par la suite , seule s le s nouvelle svariétés qu i voient l e jour chaque année seront cultivée s jusqu'à ce qu'ellesaient prouv é leur valeur .

    Que l a beaut é serv e d'appâ t à l a science , voil à quell e devrai t êtr ela devis e de tou t jardi n botaniqu e et voic i quelque s application s de ceprincipe.

    Le jardin de s plante s vivaces . Ici , To n réaliser a de s combinaisonsattrayantes d e variétés bie n sélectionnée s de plante s vivaces . O n présen -tera auss i de s exemple s d e diver s type s d e bordures , tel s qu e l a bordurede printemps , d'été , d'automn e o u encore la bordur e à floraiso n continue .On illustrera, pa r u n choi x de s plus belles plantes ornementales , les point ssuivants: A , fleur s pou r le s endroit s ombragés : a , résistante s à l a séche -resse, b, exigeant de l'humidité ; B, plante s vivaces , résistan t à la séche -resse en plei n soleil; C, plante s de couverture , soi t à l'ombre , soit sur untalus se c o ù le gazon ne réussi t pas , etc . U n coi n à par t peu t êtr e réserv éaux variétés nouvellemen t introduites .

    Pour obteni r les meilleurs effets , comm e aussi pou r faciliter le s recher-ches, o n songera à crée r une séri e d e jardins individuels contenan t chacu nun ou deux types d e fleurs. En relian t ce s jardins entre eux par de s borduresmixtes, o n pourr a réalise r u n ensembl e harmonieux . O n plantera , pa rexemple: u n jardi n d'iris , u n jardi n d e phlox , u n jardi n d e pivoine s e tde pavots , u n jardi n d e dahlias , u n jardi n d e canna s e t d e glaïeuls , u njardin d'astilbés et de fougères, un jardin de primevères et de violettes, etc .

    Voilà l e pla n qu i a ét é réalis é a u Jardi n Botaniqu e d e Montréa l e tavec de s résultats satisfaisants . O n a mêm e préparé de s couches spécialespour certain s groupe s comm e le s orchidée s rustiques , le s gentiane s e tles graminée s ornementales . Cett e dispositio n a l'avantag e d e permettr eau visiteu r d e trouve r facilemen t l e typ e d e fleu r qu i l'intéress e parti -culièrement e t d e compare r le s variétés qu i s e ressemblent. D'autr e part ,elle constitue une splendide exposition dans chacun des jardins à un momentdonné.

    Aucun d e ces choix, cependant , n e doi t êtr e considér é comm e perma -nent o u définitif . E n effet , le s variétés doiven t êtr e remplacée s dè s qu'o nen trouv e d e plu s belles . I l n e faudr a pa s perdr e d e vu e qu e seule s de sobservations d e plusieurs années permettron t d e connaître l a valeur d'un e

  • 9

    plante, puisqu e les conditions du clima t loca l déterminen t u n choi x parti -culier de s meilleures variétés .

    L'étiquetage d'u n jardi n d'exposition , qu i doi t êtr e soigneusemen tétudié s i l'on espèr e atteindr e l e bu t visé , n'es t pa s u n minc e problème .Les étiquette s doiven t êtr e facile s à lir e e t pourtan t pa s asse z voyante spour nuir e à la beauté de s fleurs. O n pourra peut-être étudie r la possibilit éde supprime r entièremen t le s étiquette s e t d e le s remplace r par u n pla ndes divers groupes où chaque nom figurera à sa place.

    Le jardin de s plante s annuelles . C e jardin no n plus , ne doi t pa sconsister e n de s collection s considérables , e t san s dout e confuses , d'u ngrand nombre de variétés. I l y aura avantage à présenter plutô t de s assem-blages d e couleur s agréable s de quelque s espèces parm i le s plu s belle s etles plus recommandables. L e choix de s variétés , dan s c e jardin, e t l e je udes couleurs varieront d'anné e e n année et o n prendra not e de s combinai -sons les mieux réussies et les plus admirées.

    Le jardi n de s plante s annuelle s s e prêt e admirablemen t a u rôle d evitrine d'étalage pou r attirer les \isiteurs. Au Jardin Botanique de Montréal,par exemple , i l es t plac é devan t l e pavillon d e l'administration e t orient éde telle sort e qu'o n peu t l e voi r d e l a rue . Troi s plantation s successives— printemps, débu t d'ét é e t fi n d'été-automne — offrent u n rich e déploie-ment d e couleur s qu e mêm e le s automobiliste s n e peuven t s'empêche rde remarquer de la rue.

    Les jardins aquatique et palustre . Les bassins de pierre contenantdes lis-d'eau e t autre s plante s aquatique s o u palustres peuvent êtr e élevé sd'environ deu x pied s ou , mieu x encore , le s allée s peuven t êtr e abaissées .De la sort e o n peu t toujour s voir les plantes san s avoi r à s e pencher. Lesjardina e n contre-ba s (sunken gardens) présentent , sou s c e rapport , de sconditions trè s favorables : o n pourra y pratique r de s sentiers don t l'u nsera a u nivea u supérieu r de s bassins, tandi s qu e l'autre, u n pe u plu s bas ,portera le s plante s à l a hauteu r de s yeux . S i l'on donn e à c e jardin un edisposition régulière, qu'on l'encadre de grands conifères e t qu'o n s e servejudicieusement d'iri s japonai s o u de Sibérie , o u d'autre s plante s d e tour -bière ornementale s e n masse s bie n équilibrées , i l ser a auss i attrayan tqu'instructif.

    Le drainag e et l a provisio n d'ea u son t naturellemen t le s facteurs lesplus important s quan d o n dispose des bassins dan s u n ordr e linéaire . Le sdrains doiven t être accessibles , puisque l a terre de s bassins peu t quelque -fois le s obstruer e n dépit d e toutes le s précautions. I l n'es t pa s nécessaire ,cependant, d e pourvoi r chaqu e bassi n d'u n robinet ; i l es t mêm e préfé -rable d e n'e n place r qu'u n seu l a u bou t d e l a rangé e e t d'alimente r le s

  • 10

    bassins a u moyen d'un petit cana l ou d'une gouttière. Ainsi , l'eau pénètre ,sans pression , dan s le s bassins, pa r de s ouvertures individuelles , chacun eétant pourvue d'un e valve pour régle r l e débit. I l fau t qu e l'échappementd'eau soi t ajustabl e dan s chaqu e bassin , d e sort e qu'o n puiss e contrôle rou changer à volonté le niveau.

    On préfèr e souven t l a dispositio n naturell e de s plante s d'habitat shumide e t aquatiqu e dan s u n étang . Mai s cec i présente le s désavantage spratiques suivants . Premièrement , le s plantes d e tourbièr e rare s o u fra -giles — surtout exotique s — ne peuven t y êtr e l'obje t de s même s soin sque dans des bassins. Deuxièmement , le niveau de l'eau n' y es t pas contrô -lable, c e qui es t assurément de nature à nuire à certaines plantes . Troisiè -mement, i l devien t difficil e d e cultive r dans de s baquets le s li s d'ea u pe urustiques qu'i l faut hiverne r à l'intérieur. Quatrièmement, les rats musquéset les tortues manifestent un e préférence désastreuse pour les plantes raresqu'ils rongen t à l a base des tiges. Il s peuven t facilement être éliminé s de sbassins mais difficilement des étangs.

    La rocaille . La plupart des jardins botaniques disposen t leu r rocailleen formations naturelle s et atteignen t souven t de s effet s agréables . Cepen -dant, cett e dispositio n a l e désavantage d e mêler aux variété s réellemen tornementales quantit é d'espèce s qui n'on t qu'u n intérê t botanique . Ildevient alor s difficil e a u profan e d e choisi r pour son jardin les formes qu icréeront l'effe t voulu .

    Ceux parmi les visiteurs qu i on t observ é le s plantes alpine s dan s leurhabitat nature l e t qu i le s recherchent dan s l e jardin son t stupéfié s pa r cemélange hétérogène où l'on ne peut trouver un e espèce que par hasard .

    Il sembl e qu e la meilleur e solutio n es t encor e d'établi r un e cloiso nétanche entre les espèces alpines spontanées — qu'on disposer a pa r groupe-ments naturel s — et le s véritables plante s d e rocaill e (incluant , e n parti -culier, le s plus nouvelles forme s améliorées et les hybrides) qui sont à leurmieux dan s une rocaill e régulière.

    Le plus intéressant ser a d e disposer le s groupe s naturel s — auxquelsle nom de «jardi n alpin » convient mieux que celui de «rocaille»— par ordregéographique: Amérique , Europe , Asie . I l ser a plu s instructi f encore d edisposer su r des mamelons séparé s les flores des diverses chaîne s de monta-gnes d u monde . Les Alpes , le s Pyrénées, le s Balkans, l'Altaï , l'Himalaya ,les montagnes du Japon, celles de l'Amérique du nord-est, les Rocheuses, etc.,se distinguent asse z nettement pa r leu r flore pour qu'i l vaille la pein e d eles représenter séparément. I l n'es t pa s nécessaire , d'autre part , d e tente rune reconstitutio n exact e de s association s végétale s typique s d e chaqu esystème orographique .

  • 11

    II en coûte très che r de construire un gran d jardin alpin, e t cel a n'es tpas possibl e partout , mai s chaqu e jardi n botaniqu e devrai t a u moin sfaire u n effor t pou r donner une imag e auss i exact e que possibl e de la florealpine d e s a propr e région . Un e telle collectio n de plante s alpine s locales— qui serait , dan s chaqu e cas , uniqu e — suffirait à justifie r l'existenc ed'un gran d nombr e d e petits jardin s botaniques .

    Je propos e qu e To n adopt e un e dispositio n ornemental e pou r le splantes de rocaill e proprement dites . Cel a contrastera ave c le jardin alpi net puisque, de toutes façons, les plantes exhibée s ici sont destinées à l'usagede l'homme , i l es t indiqu é d e le s présente r sou s un e form e qu i port e s amarque. Le s contour s irrégulier s e t pittoresques d e la plupar t de s touffe sde plantes alpine s contrastent agréablement avec la ligne droite des lisièresde pierre de s plates-bandes. D'ailleurs, i l est à l a fois plu s facile d'admire rou d'étudie r ce s plantes e t d'e n prendre soi n dan s de s plates-bandes régu -lières que sur des monticules irréguliers .

    Les plantations massive s d e certaines plantes alpine s particulièremen tornementales dan s de s ensembles soigneusemen t étudié s doiven t natu -rellement êtr e e n vedette . Mai s o n songer a auss i à donne r de s exemplesde plantations pou r les murs secs , les sentiers dallés , l a morain e bien cons-truite, e t l'éboulis superficiel .

    L'arboretum présent e le s possibilité s suivante s pou r de s jardin sséparés.

    1. L a roseraie, comme il a été di t plu s haut , n e devrait conteni r qu'u nchoix de s meilleure s variété s rustique s forman t u n ensembl e d e couleursagréables, et non pas une vast e collection .

    Si le s rosé s sauvage s doiven t êtr e incluse s dan s l a roseraie , i l vau tmieux ne choisi r que les espèces les plus ornementales e t reléguer la mass eà une pente rocheuse et chaude de l'arboretum. L a plupart de s rosés sauva -ges demanden t u n espac e considérabl e pou r atteindr e leu r plei n dévelop -pement e t plusieur s son t à leu r mieux s i on le s plante pa r massif s de plu -sieurs plants . S i ce s espèce s son t tassée s su r de s plates-bande s étroites ,elles assument u n aspec t néglig é qu i n e rend justice ni a u jardi n ni à leu rbeauté.

    2. L e jardin printanier offrir a un e collectio n d'arbre s e t arbustes ,et qui peut-être agrémenté e de bulbes, fleurissan t a u printemps,

    3. L e jardin d'automne consister a e n un e collectio n d'arbre s e t d'ar -bustes à fruits décoratifs ou à feuillag e coloré , l'automne . O n pourra peut-être y dispose r aussi des plantes vivace s à floraison tardive e t de s arbustesdont le s baies , l'hiver , serven t d e nourritur e au x oiseaux . O n donnerait ,sur le s étiquettes , les noms des oiseaux en question .

  • 12

    4. L e jardin de s couleurs hivernales compren d un e collectio n d'arbre set d'arbustes dont les branches vivement colorées en hiver sont décoratives .Ceux-ci peuven t êtr e inclu s dan s l e jardin numér o 3 e t associé s avanta -geusement ave c les arbustes à baies persistantes . O u bien, il s peuvent êtr edisposés à par t sur un fon d sombr e d e Taxus cuspidata.

    5. L e jardin des feuillages colorés est une collection d'arbres et d'arbuste sà feuillag e coloré .

    Certains architecte s paysagiste s on t beaucou p décri é c e genr e d eplantes, pa r exempl e l'érable d u Japo n rouge , qu i es t peut-êtr e l e mieuxconnu. L a défaveu r qu'ont pa r suit e encouru e ces variétés depui s quelquetemps es t toutefoi s entièremen t imméritée , puisqu'elle s n e deviennen tindésirables que si on les emploie mal, et surtout s i on les mêle à des variétésvertes normales . Bie n assorties , elle s se prêten t à d e brillant s effet s dif -ficiles à réalise r ave c d'autre s moyens , e t son t susceptible s d e satisfaire l egoût le plus pointilleux. U n jardin botanique, en tout cas , donnera droi t d ecité à ce s variétés puisqu'i l se doit d e montrer les diverses formes e t varia-tions de s plantes . Puisqu e — tout comm e les forme s anormale s mention -nées a u numéro 6 — les variétés à feuillag e color é sont tro p voyante s pou rêtre disséminées au hasard à travers l'arboretum, elles devront être groupéesdans u n jardi n à par t où , sur un fon d sombr e de conifères, elle s paraîtrontaussi attrayante s qu'elle s son t intéressantes .

    6. L e jardin de s variations o u de s anomalies réuni t un e collectio nde variété s pleureuses , fastigiée s e t globuleuses , d'arbre s e t d'arbustes .Ces forme s anormale s paraissen t mieu x s i elle s formen t u n ensembl e àpart qu e s i o n le s distribu e dan s l a collectio n générale o ù elle s nuiron tà l'effe t d e parc nature l qu e l'on aur a cherch é à crée r avec le s types nor -maux. I l devien t plu s facile d e les étudier s i elles demeuren t ensembl e et ,d'ailleurs, o n en obtiendra de s effets saisissant s e t pittoresques .

    7. L a collection de vignes, disposé e sur de s treilli s et de s pergoles peuttrès joliment encadrer l'un de s jardins mentionnés plus haut .

    8. L a collection générale d'arbres e t d'arbustes doi t êtr e disposé e d etelle sort e qu'il soi t facil e d e trouver tout e variété à laquelle on s'intéresse.Toutefois, o n viser a à donne r à l'arboretu m un e apparenc e agréabl e d eparc et on évitera tout ce qui rappelle le verger ou la pépinière.

    Puisqu'il es t nécessaire , pou r l a clarté , e t pou r facilite r l'étude , d egrouper toutes les espèces d'un même genre, il est auss i indiqué d'améliorerl'aspect d e ces groupes en les séparant distinctement pa r de s plantations.Les essence s indigènes, lorsqu'elle s seron t présentes , fourniron t tou tnaturellement l a meilleur e séparation , surtou t s i l'o n s e ser t d'un e de sespèces le s plu s rustique s e t le s plu s décorative s d'u n genr e donn é pou r

  • 13

    encadrer le groupement génériqu e entier . L à o ù l'absence d'une formatio narborescente naturell e empêcherai t u n te l découpage , o n devr a employe rla plantation de fond seulement, qu i remplira en même temp s l'importantefonction d e coupe-vent .

    Une plantation d e ce type aura en outre l'avantage d'ajoute r à l'homo-généité e t a u fini de chaque groupe . San s cela , l'arboretum , pendan t long -temps, paraîtr a à moitié vide , puisqu'o n prendr a fatalemen t plusieur sannées à réuni r toutes les espèces e t variété s qu e l'on cherche , e t puisque ,d'autre part , i l faut laisse r asse z d'espac e pou r qu e l a collectio n en s'aug-mentant n e soi t n i tassé e n i éparpillée , A mesure don c qu e le s collectionss'enrichiront, o n remplacer a graduellemen t ce s plantation s d e fon d pa rdes variété s e t de s espèces nouvelles . J e suggère , pa r exemple , d'entoure rles chênes d'un ridea u e t d'u n fon d d e Quercus borealïs, le s érables, d'Ace rrubrum o u d'A . saccharum, le s aulnes , d'Alnus incana, le s bouleau x d eBetula papyrifera, le s épinettes de Picea glauca, les pins de Pinus resinosa,etc.

    Pour d e grands genres , comme par exempl e ceux que je viens de citer,des subdivisions rendront la disposition plus claire. I l m'a toujour s semblé ,à ce t égard , qu e des subdivisions géographique s (Europe , Asie , Amérique)étaient plu s instructive s qu e de s groupement s basé s su r le s affinités . I ly a quelque s genres , cependant , comm e le s Cotoneaster e t le s Berberisoù le s espèce s d'origin e asiatiqu e son t e n grand e majorité . Dan s ce s casexceptionnels, l a répartitio n selo n l'origin e n'es t plu s suffisant e e t l'o ndoit suivre d'autres principes, par exemple l a répartition d'après les affinités.

    Hors le s groupe s d'u n mêm e genre , qu e j e considèr e nécessaires , j ene voi s aucun e raiso n d'ordonne r le s arbre s e t arbuste s d'u n arboretu mselon l'ordr e taxonomique . I l import e d'abor d qu e chaqu e genr e soi tplanté en un endroi t o ù la plupart d e ses espèces trouveront de s condition sfavorables. S i o n le s plant e dan s l'ordr e systématique , c'es t l e contrair equi s e présentera . S i l'o n s e soucie , comm e j e croi s qu'o n doi t l e faire ,de la disposition esthétique, la succession taxonomique paraîtra encore moinsheureuse.

    Nombre d e petit s genres , n e comportan t qu'un e o u deu x espèce srustiques, peuven t êtr e cultivé s ensembl e puisque, épar s dan s l'arboretum ,ils seraient difficiles à repérer.

    On devrai t encor e constitue r un group e spécia l d'arbre s et d'arbuste sde rusticit é douteuse . S i o n le s conserv e ensemble , i l ser a plu s facil e d eleur donne r l a protectio n e t le s soin s particulier s qu'il s exigen t e t s i u nhiver exceptionnellemen t du r le s abîme , tou t l'arboretu m n'e n ser a pa sdéfiguré.

    8 L 1 0 T H E Q U E

    MHV

  • 14

    Le fruticetum . Réuni r tou s le s arbuste s dan s c e qu'on appell e u nfruticetum pou r n e laisse r dan s l'arboretu m qu e le s arbre s es t raremen tpossible e t encor e plu s raremen t recommandable . De s groupes d'arbuste scréent un e heureus e diversio n dan s l'arboretu m qu i risque , san s eux ,d'être monotone . D'ailleurs , comm e on l' a déj à fai t remarque r a u suje tdes rosés, un espac e considérabl e es t nécessaire au développemen t norma ld'un gran d nombr e d'arbustes . Ains i plusieur s de s innombrable s espèce sde Crataegus qui , malgr é leu r grand e taille , son t d'authentique s arbustes ,de mêm e qu e le s lila s qu i doiven t êtr e abondammen t représenté s dan sun jardi n botanique , exigen t passablemen t d'espace . D'autr e part , i ly a beaucoup d'arbustes, tels que les genêts et la plupart de s Légumineuses,ainsi qu e le s Cotoneaster, le s Chaenomeles, le s Prunus arbustifs , certaine sformes naine s d e Betula e t d e Salix, le s Chenopodiacée s e t le s Rutacée sarbustives, l a plupar t de s Hypericum, de s Tamarix, de s Daphne, quelque sÊléagnacées, le s Composée s arbustive s e t bie n d'autre s qu i son t parti -culièrement sensible s à un bo n drainage . Là où le drainage naturel n e serapas adéqua t au x exigence s de ce s arbustes, o n les groupera à par t su r de scouches spécialemen t préparée s e t drainée s e n profondeur.

    Ceci a ét é fait , pa r exemple , a u Jardi n Botaniqu e d e Montréa l o ùles couches du fruticetum ont ét é disposées en une série de terrasses s'ados-sant à u n rembla i artificie l destin é à cache r la rue . Pou r obteni r u n plu sjoli effet , l a plupar t de s allées on t ét é gazonnée s et, afi n d e briser l a lignemonotone de s longues couches droites, l e jardin-rocaille d'ornement , décri tplus haut , a ét é plac é au centr e mêm e de ce t ensemble . L a rocaille , dan scette position, attir e très heureusement l'attention e t amèn e sans doute aufruticetum de s visiteurs qui n'y seraien t pas venus autrement.

    Il y a encore , dan s u n jardi n botanique , cin q catégorie s d e plante ssusceptibles d'êtr e réunie s dan s de s jardin s séparé s e t qu i susciten t de sproblèmes esthétique s asse z ardus . Ce s plante s doiven t nécessairemen têtre disposée s su r de s plates-bande s régulières , e t l e besoi n d e clarté ,ici, doi t l'emporte r su r l e point d e vue décoratif .

    Le jardin médicinal . S i l'on n'exposai t ic i que le s plantes médici -nales encor e employée s de no s jours , o n n e réussirai t guèr e à intéresse rle public . E t cec i d'autan t moin s qu'i l n'es t pa s recommandable , dan sun jardin public , de donner des instructions détaillée s sur le mode d'emploide ces plantes e t sur leurs effets. I l faut , e n effet , évite r d e mettre entre desmains inexpertes des médicaments qui ne sont pas sans danger pour ceux quivoudraient tenter de s cures sans avoi r consulté le médecin.

    Le Jardi n Botaniqu e d e Montréa l a mi s a u poin t u n proje t destin éà rendr e cett e sectio n no n seulemen t instructiv e mai s attrayante . Ici ,ce jardi n es t divis é e n quatr e parties . L a plu s considérabl e — qui ser t

  • 15

    d'arrière-plan au x autre s — est constitué e pa r le s plantes qu e le s Indien sd'Amérique utilisaien t pou r de s fins médicinales, avan t qu'il s n e vinssen ten contac t ave c le s Blancs . Puisqu e le s Indien s s e servaien t d e l'écorc ede certains arbres , ceux-c i ont ét é disposé s en une sort e de bosquet entou -rant un e clairière , traversé e pa r u n ruissea u qu i aboutit à un peti t étang .Les diver s arbuste s e t herbage s médicinau x de s Indien s son t plantés ,autant que possible , dan s leu r habitat naturel . Cel a nécessit e la présencede certaine s autre s espèces , mais seule s le s plante s médicinale s sont éti -quetées. Une cabane de bois rond et u n totem ajouten t de la couleur localeà l'ensemble . L a second e parti e contrast e fortemen t ave c l a première ,car ell e représent e u n cloîtr e médiéva l o ù son t cultivé s le s simple s que,suivant u n décre t d e Charlemagne , tout jardi n d e monastèr e devai t obli -gatoirement contenir . Un e arcade de pierre, figurant une partie d u cloître,sert d e fond à cett e section; de chaque côté s'élèvent de s murs de pierre àtoit d e tuiles ; l a parti e antérieur e es t fermé e pa r un e grill e d e fer ; e t l ecentre d u jardin est occup é par u n puit s à margell e de pierre. Les plante ssont cultivées sur des plates-bandes régulières, selon la coutume de l'époque.La troisième et la quatrième parties, entourées de haies, contiennent respec-tivement le s plante s médicinale s encor e employées dan s l e commerce ,et celle s d e l a pharmacopé e familiale. Elle s son t groupées selo n l'organ ede la plant e qu i es t employ é (racine, feuille , fleur , graine) ; mais sauf , cett edisposition et le nom de la plante, aucune précision n'est ajoutée.

    Le jardi n médicina l peu t encor e conteni r de s plante s vénéneuse sindigènes o u exotique s contre lesquelle s i l es t bo n d e préveni r l e public.Mais ic i encore cela n e v a pa s san s certaine s précautions . Le s plantes àpoison exercent un attrai t particulier sur certaine s personnes et, si l'on don-ne à leur sujet de trop amples informations, cela entraîn e un dange r indé -niable. O n conçoit , pa r exemple , quelle mauvais e réclam e c e serai t pou run jardin botanique municipal, s'il était révélé au cours d'un procès criminelque l e meurtrie r a conç u l à l e dessei n d'empoisonne r quelqu e membr egênant d e s a famille . L'o n pourrai t peut-êtr e exclur e les plantes suscep -tibles d e causer la mort, mai s même l'herbe-à-la-puce e t l e sumac à vernisdoivent être entouré s d'une clôtur e et porte r un e défens e d e toucher.

    Le jardin économique rassemble les plantes ayan t u n usag e écono-mique. Ici , encore, la disposition l a plus satisfaisante e t la plus instructiv econsistera à groupe r le s plante s selo n l'organ e utilisé : plante s à fruit scomestibles (tomate , piment , aubergine , concombre, melon) ; plantes don tles racines , le s rhizome s ou le s tubercule s peuven t s e consomme r (radis ,betterave, carotte , pomme-de-terre , topinambour , etc.) ; plante s à feuillag ecomestible (plantes-épinard s e t plante s à salade, chou x et plante s condi -mentaires); plante s don t le s jeune s pousse s o u le s pétiole s s e mangen t(asperges, oudo , céleri , rhubarbe , cardon , etc.) ; le s poi s e t le s fèves , le s

  • 16

    céréales. Le s espèce s sauvage s don t dériven t le s variété s horticoles , tel sque le chou marin, la bette, l a carotte, et la laitue sauvages, etc., ne doiventpas être oubliées puisqu'elles permettent d'intéressante s comparaisons.

    Voilà le plan exécuté au Jardin Botanique de Montréal, où l'on a auss iconsacré de s section s au x plante s textiles , oléagineuses , tinctoriale s e taromatiques e t o ù figurent , en plu s des tabacs, le s fourrages e t le s plantesindigènes cultivées par le s Indiens. Chaqu e groupe est inclus dans un peti tjardin séparé, entouré d'une haie. Mai s un itinéraire indiqué par des flèchesconduit l e visiteur à travers toutes les sections sans qu'il ait jamais à revenirsur se s pas . C e jardi n contien t 49 0 variété s d e plante s utiles , disposée ssur de s plates-bande s régulières , e t i l es t parcour u pa r d'innombrable svisiteurs pendan t tout e l a belle saison.

    Les arbre s fruitier s e t le s petit s fruit s peuven t encadre r l e jardi néconomique ou bien — comme il a été fait au Jardin Botanique de Montréal— être disposé s à par t dan s u n peti t verger . I l n'es t ordinairemen t pa spossible et il n'est pas davantage recommandable, dans un jardin botanique,de présente r un e collectio n considérabl e d e variété s d e pommes , poires ,etc., etc . Mai s i l faut, toutefois , que les divers types fruitiers soien t repré -sentés: prunier , cerisier , abricotier , pêcher , sorbier , amélanchier , néflier ,cognassier, châtaignie r e t noyer , noisetier , framboisier , mûrier , gadelier ,groseillier, bleuet , etc . O n pourra présente r un e demi-douzain e ou jusqu'àune douzain e d e variétés de pommiers e t d e pruniers , e n faisant un choi xdes plus rustiques dan s l a région. O n peut fair e grimpe r les vignes sur un epergole, c e qui contribuera grandemen t à l'ornementation de cette sectiondu jardin.

    On créer a u n centr e d'intérê t d'un e grand e valeur éducative , s i l'o nréalise u n jardine t modèle de 50 par 7 5 pieds, planté d e petits fruit s e t d elégumes et destin é à pourvoi r au x besoins d'une famill e d e quatre o u cinqpersonnes. Dan s cett e section , o n n'exposerai t qu e le s variétés le s pluséprouvées de chaque légume et de chaque petit frui t e t ceci dans des propor-tions rigoureuses e t telle s qu e le jardin puisse donne r son plein rendemen tdurant toute la saison de végétation. On songera, de plus, à mettre en lumièrela rotation annuell e des diverses cultures sur les couches.

    Le jardin morphologique o u biologique . L'organisatio n d e cett esection soulève de s problèmes encor e plu s ardu s que celle des deux précé-dentes. O n s e propose, ici , d'illustre r le s fonctions des plantes , c e qui es tcensément d'u n gran d intérê t pou r l e public. Or , j'a i constaté , dan s tou sles jardins botaniques où l'on a fait pareils essais, qu'on n'avait aucunementréussi à éveille r l a curiosit é populaire . I l n' y a pas à espére r que le publicsuivra attentivement le livret-guide e t cherchera à s'y reconnaître parmi desexhibits tro p compliqués, trop détaillé s e t trop complets.

  • 17

    Je n'a i jamai s observ é qu'un e seul e réalisatio n qu i retin t l'intérê tdu public : i l s'agissai t d'un e horlog e d e fleur s qu i démontrai t l a possi -bilité d e dire l'heure par l e moment où s'ouvraient o u se fermaient certaine sfleurs. Le public parcourait le reste de cette section sans y prêter la moindr eattention.

    Il me sembl e plu s que jamai s opportu n de rappele r ici que «Qu itrop embrass e mal étreint, » e t que , peut-être dan s c e jardin plu s que dan sles précédents, on doit se borner rigoureusement à l'essentiel .

    Il n'es t d'ailleur s pa s facil e d e s e limiter a u plu s importan t dan s u nchamp auss i vast e qu e celu i qu i s'éten d devant nou s dan s c e domaine .Aussi dois-j e avoue r que , pou r l'instant , j e n'a i pa s d e solutio n précis e àapporter à ce problème. Il se peut que le public lui-même soit notr e meilleurmaître à ce t égard . I l serai t peut-êtr e possibl e d e développe r c e jardi ngraduellement, e n commençan t pa r u n o u deu x détail s particulièremen tfrappants e t e n e n ajoutan t pe u à pe u d'autres , destiné s à explique r cer -tains problème s biologiques qu i s e posen t l e plu s souven t pou r l e public .Le choi x de ce s problèmes résultera de s demande s d e renseignement s qu ine manqueront pas d'afflue r a u jardin.

    Quoi qu'i l e n soit, e t surtou t s i l'on cherch e à illustre r de façon com -plète les sujets traités, il me semble que ce jardin doit être divisé en sectionsclairement définie s e t étiquetées : assimilation , fécondation , dissémination ,etc., etc .

    Le jardin génétique est, en réalité , un e subdivision du jardin biolo-gique, mais on peut lui faire une place à part si l'on veut . O n démontrera là,sur d u matérie l vivant , le s loi s d e l'hérédit é e t le s principe s qu i guiden tle sélectionneur . O n peu t auss i y présente r certain s hybride s horticole sbien connus, encadrés par leurs parents, et , dans le cas d'hybrides multiples ,par leur s grands-parent s e t arrière-grands-parents . Comm e échantillon sde l'amélioration pa r l a sélection , on exposera des espèces sauvages à côt édes diverses mutations conservée s en culture et n'ayant sub i aucune hybri -dation ave c d'autre s espèces . L e Crataegomespilus constituer a u n exempl eintéressant dan s c e groupe , s i l'hybrid e sexue l (C. grandïflora) es t juxta -posé à l'hybride de greffe (C . Dardari] e t s i leur étrange parenté est claire-ment exposée .

    Le jardi n taxonomique , qu e j e mentionn e e n dernier , suscit e de sdifficultés e t pos e de s problèmes analogue s à ceu x qu'offr e l e jardin biolo -gique. Si l'on doi t cultive r côte-à-côte des plantes adaptée s à des conditionstrès diverses , il faudra manifestement pourvoir à la construction de coucheset mêm e de bassins indépendants . Chaqu e plate-bande doi t être distincte ,

  • 18

    famille pa r famill e e t genr e pa r genre , c e qu i nécessite un e multitud e d esentiers. Mêm e s i l a plupar t de s sentier s son t gazonnés , il s seron t tro papparents; e t puisque l'entretien d e tels sentier s est trè s coûteux , ils serontordinairement recouvert s d e gravie r e t d e l a sort e il s domineron t encoretout le jardin.

    Puisque la grandeur des familles e t de s genres varie considérablement,et puisqu'i l fau t le s groupe r selo n leur s affinités , l a dispositio n régulière,qui paraî t l a seul e convenable , devien t asse z difficile . Toutefois , s i l'o nconsent à restreindr e l e nombr e des espèces à présenter , o n arriver a à lesdisposer régulièrement , peut-êtr e e n séparan t le s famille s pa r de s haie sbasses.

    Faudra-t-il illustre r tou t l e systèm e taxonomiqu e ave c l a majorit éde se s familles e t d e se s genres, en présentan t u n gran d nombre d'espèce sou bie n peut-o n donne r une idé e suffisante d u systèm e d e l a classificationen ne montrant qu e quelque s représentants d e familles alliée s ? Je n e tien sguère à m e prononce r su r c e point . Dan s l a pratique , l e choi x dépendrasans doute de s fonds disponibles, puisque l a réalisation et l'entretien de cesplates-bandes séparées sont très coûteux.

    Le jardin taxonomique, à mon avis, n e devra pas être ouvert au grandpublic, surtou t parc e qu'i l n'intéresser a pa s l a majorit é de s gen s e t auss iparce que cela augmenterait le coût d'entretien. Il devra être entouré d'uneclôture e t o n pourra accorder la permission de le visiter, à certaine s heuresindiquées, à tou s ceu x qu i s e donneron t l a pein e d'e n fair e l a demande .A par t cela , c e jardin sera réserv é aux classe s d'étudiants .

    Un pavillo n pou r le s conférence s pourr a êtr e plac é a u centr e d e c ejardin s i l'on doit y donner des cours d e botanique.

    Cette liste de suggestions sur la disposition des plantes vis e à ordonnerles grandes collection s et à augmente r l'intérê t populair e d u jardi n bota -nique e n réalisan t de s ensembles plaisants . S i longue soit-elle , cependant ,elle n e préten d pa s êtr e complète . O n peut envisage r d'autre s réalisation sencore, selon le climat local , comme par exemple :

    Un jardin d e plantes désertiques o ù l'o n cultiver a de s plante s vivan tdans de s conditions arides et exigean t un so l bien drainé .

    Un jardin d e plantes à feuilles persistantes qui réclamen t un e ombr elégère e t une protection contre le vent.

    Un jardin d e bruyères qui, aux États-Unis , en tout cas , est à son mieuxsur un talu s ensoleillé , irrigué par un e coulé e o u un ruisseau . Le s bruyèresdoivent êtr e plantée s pa r large s lisière s de chaqu e variété, don t émergen tdes massifs de genévriers et d e genêts. D e gro s blocs granitiques ingénieu -sement disposés prêteront a u tout un aspect encor e plus naturel.

  • 19

    Un jardin de rhododendrons e t d'azalées s e trouvera bie n dans un vallonabrité o ù s'accumul e naturellemen t l e terrea u d e feuille s e t qu i reçoi tl'ombrage indirec t d e grand s arbre s planté s à l a parti e supérieur e d e l apente. Lorsqu e d e telle s condition s n e s e trouven t pa s déj à réalisées , u nécran d e conifère s fournir a u n abr i artificiel . Mai s i l ne faudra pa s oublie rque les quatre conditions suivantes sont nécessaire s au plein succès: ombreindirecte surtou t ver s mid i (no n pa s ombr e directe , sou s le s arbres) , so lhumifère acide , beaucou p d'humidité , e t drainag e parfai t (san s oublie rla circulation de l'air) .

    Un jardin de haies. Celui-ci devra être strictement régulie r et n e conte-nir qu e des arbuste s e t arbre s taillés destinés à démontre r quelle s son t le splantes le s plus recommandables pour constituer des haies de tous les typeset de toutes les tailles. I l n'es t pa s nécessaire pour démontre r le rendementde chaqu e arbust e d e le s cultive r tou s e n haie . I l suffir a d e montre r leu rplasticité à la taille en en faisant de s cubes, des pyramides o u des colonnesquadrangulaires. On présenter a en plu s des plante s herbacée s vivace s etmême annuelles (Kochia) qu i font d e belles haies d'été. On voit sans pein equel ensemble charman t constituer a c e jardin d e haie s ave c se s diverse sformes et la gamm e de ses verts .

    Il peu t encor e y avoi r un jardin japonais, mai s il semble que cel a nevaut pa s la peine de construire ici la vague imitation qu'e n peuven t donne rles jardinier s occidentaux . Pou r réalise r c e jardi n convenablement , o ns'assurera le s services d'un jardinie r japonais, qu i a fai t so n apprentissag eau Japon et qui possède à fond les divers symboles qui sont l a clé de l'horti-culture orientale . S i l'o n procèd e ainsi , l'o n obtiendr a un e authentiqu eillustration d u vénérabl e ar t paysage r d e l'Orien t qu i obéi t à de s règle sbien différente s de s nôtres ; cec i n e peu t manque r d'ajoute r considéra -blement à la valeur éducative de n'importe quel jardin botanique. Il paraîttout indiqu é d e situe r c e jardin à proximit é d e l a sectio n asiatiqu e dan sles groupement s géographiques , c e qui n e saurai t qu'ajoute r à l a couleu rlocale. E n contre-partie , o n pourr a peut-êtr e dessine r u n jardi n anglai stypique — par exempl e sur le modèle du jardin en contre-bas d e HamptonCourt Par k (prè s de Londres),— à proximité de l a sectio n européenne , a usein de ces mêmes groupes géographiques. Au Jardin Botanique de Montréal,nous avon s l'intentio n d'éleve r un e caban e à sucr e ave c tou t so n équi -pement afi n d'ajoute r à l'intérêt éducatif de la section canadienne .

    D'autres groupement s d e plante s peuven t s e recommande r pou rsatisfaire à des préoccupations locales . Mentionnons les suivantes:

    Des plante s citée s fréquemmen t dan s l a littérature , mai s don t le sgens n'on t qu'un e asse z vagu e idée , pourraien t êtr e réunie s e n u n peti tjardin trè s intéressant . L'exempl e classiqu e es t l e jardi n «Shakespeare» .On en ferait autant pou r les plantes mentionnée s dan s la Bible .

  • 20

    On formerai t u n autr e group e avec le s plantes don t le s feuilles o u lesfleurs particulièrement symétrique s ou ornementales ont inspir é les artisteset le s décorateurs, surtou t celle s que , san s le s reconnaître , nous voyons sisouvent stylisée s dans le fer forgé et la pierre.

    On pourrai t encor e réuni r de s plantes qu i figuren t souven t su r le sblasons ou qui sont à d'autres titre s étroitement associées à des événementshistoriques.

    Certaines personne s aimeraien t encor e voi r le s fleur s qu i serven td'emblème à de s Etats o u qu i son t particulièremen t aimée s d e certain speuples. E t ains i d e suite .

    OUTILLAGE TECHNIQU E E T ADMINISTRATIO N

    L'esquisse ci-dessu s peu t aide r à formule r les principes générau x quiserviront d e bas e a u fonctionnemen t d'u n jardi n nouveau . Le s principesune foi s définis , i l faudra songe r à élabore r un programm e détaillé. Un te lprogramme doi t naturellemen t comprendr e tou s le s service s technique snécessaires. Il faut les coordonner de telle sorte qu'une coopération efficient esoit assuré e entr e le s diver s département s d u jardi n e t qu e tou t doubl eemploi soi t évité.

    Pour l'élaboratio n d'u n jardi n botaniqu e e t l'organisatio n d e so nadministration, i l nou s faudr a prévoir , entr e autres , le s unités e t l'équi -pement suivants:

    1. Le s édifice s nécessaires , surtou t l e pavillo n d e l'administration ,la chaufferi e e t le s serres.

    2. L a pépinière avec tous ses accessoires.

    3. L e réseau routie r intérieur e t la circulation probable.

    4. L e contrôl e de s visiteur s pa r de s clôture s e t barrière s e t pa r le srèglements qui s'imposent .

    5. L a position de s abris e t chalet s de repos.

    6. L e restaurant o u la salle de thé publics .

    7. Le s terrains d e jeux et de pique-niques.

    8. Le s jardins destinés à l'éducation de s enfants sous la surveillancedes maîtres d'école ou des membres du personnel du jardin.

    9. L'emplacemen t des parcelles d'essai e t d'amélioratio n de s plantes .

    10. Le s conduites d'eau .

    11. Le s égouts .

  • 21

    12. L e drainage artificiel là où il est nécessaire .

    13. L'éclairag e e t l e téléphone.

    14. Le s système s d'enregistremen t e t d'étiquetag e de s plantes .

    15. Le s bibliothèques e t l'herbier , e n autan t qu'il s serven t a u jardin .

    16. L'échang e des grajnes .

    1. Le pavillo n d e l'administration . E n général , i l vau t mieu xpatienter u n pe u pour la construction de ce pavillon e t s e contenter d'un einstallation provisoir e pendant plusieur s année s o u tout a u moin s jusqu' àce que l'orientation e t l e programme d u jardin soien t a u point . Mêm e s'ilest certain , dè s l'origine , qu e le s condition s financière s n e permettron tpas l'érectio n d'un e grand e bâtiss e avan t bie n des années , il vau t mieu xprévoir le s extension s définitive s immédiatemen t afi n d'évite r plu s tar ddes remaniements trop coûteux. On aura don c prévu, avan t de commencer,tous le s aménagement s éventuels , tel s que : bureaux d e l'administration ;bibliothèque, burea u d u bibliothécair e e t salle s d e lecture ; herbie r ave csalle d e montage, sall e d e répartition, magasi n e t sall e d'emballage ; salle sde conférence s e t d e délibérations ; burea u d'informatio n ave c tablea utéléphonique; graineterie; salle d'étiquetage o ù sont composée s et exécutéesles étiquettes de divers types; entrepôts ; sall e à déjeune r et sall e de repospour l e personnel ; log e d u concierge ; studio e t chambre s noire s pou r l aphotographie; laboratoires ; salle s d'expositio n pou r le s spécimen s secs ,etc. I l import e d e décide r à l'avanc e s i l'o n doit donne r de s cour s auxenfants e t au x adultes , o u institue r l'apprentissag e d e jardinier s profes -sionnels, ca r i l faudra encor e prévoir l'espace nécessaire à ces services.

    La chaufferie. Autan t que possible , ell e devr a êtr e caché e à l a vue,quoique asse z rapproché e et d u pavillo n d e l'administratio n e t de s serre spour leu r fourni r l e chauffag e san s nécessite r d e conduites tro p longues .

    Par ailleurs , i l peut deveni r plu s économique d'avoir deu x chaufferie ssi,* pour un e raiso n o u pou r un e autre , i l étai t souhaitabl e d e construir ele^ pavillon d e l'administratio n loi n de s serres . Dan s c e cas , on pourr ainstaller pou r l e pavillon un systèm e d e chauffag e à l'huile , réservan t au xserres le service de la chaufferi e centrale .

    Les serres présenten t u n problèm e crucia l e t compliqu é e t doiven têtre étudiée s ave c l e plu s gran d soi n dan s le s moindres détails . I l n'entr epas dans l e cadre de cet article d e donner à ce sujet des instructions détail -lées bu même de mentionner tous les facteurs qui doivent être pris en consi-dération. Mais , o n ne peut trop insister sur le fait qu e l'élaboration d'uneserre vraimen t bie n conçu e n'es t pa s un e tâch e ordinair e e t qu'i l n e fau tjamais entreprendr e la constructio n d'un ensemble d e serre s san s l e con -cours, ^oû tout a u moin s le s conseil s d'u n spécialiste expérimenté . O n

  • 22

    n'épargnera rien pour s'assure r le s services d u meilleur , ca r ic i plus qu'ail -leurs peut-être, le meilleur sera, à la longue, le plus économique. Les erreursde construction ou d e disposition de s sections des serres peuven t raremen têtre réparée s pa r l a suite e t n e manqueront pas de constituer un handica psérieux et permanent .

    On verr a à construir e avant tou t le s serres o ù se font l a propagatio net l'entretien . O n pourr a leu r adjoindr e une o u deu x serre s spécialemen taménagées pou r le s cour s d'horticultur e de s adulte s e t de s enfants , ains iqu'une serr e pour l'expérimentation e n physiologie végétale et e n amélio-ration de s plantes.

    Sinon au début , e n tous cas par la suite, tout jardin botanique voudr aavoir des serre s d'exposition , spécialemen t construite s pou r recevoi r desfoules d e visiteurs e t pou r leur présente r de s groupements d e plantes à l afois attrayants et instructifs. Puisqu'il est indéniablement de bonne pratiqueque le s serre s d e servic e e t le s serre s d'expositio n puissen t communiquer ,il faudr a toujour s e n prévoi r le s plan s conjointemen t que l qu e soi t l epeu d'étendu e de s premiers développements . L e projet , à l'insta r d e celuidu pavillon de l'administration, peu t facilemen t êtr e tel qu'i l soit réalisabl egraduellement tou t e n fournissan t à chaqu e stag e d e so n développemen tun rendement suffisant .

    Avant d e fair e l e devi s d'u n ensemble de serres , i l fau t savoi r quell esorte de plantes y seront cultivée s o u exposées, ce qui implique qu'un pla ndoit êtr e élabor é pou r l'agencemen t e t l a dispositio n de s plante s dan s le sserres.

    La méthod e l a plu s pratiqu e consister a toujour s à réuni r le s plante sselon le s température s optim a qu'elle s réclament . Puisqu e plusieur s de splus grandes famille s tropicale s ou subtropicales — telles que les orchidées,les cactus , le s fougères , le s aroïdées , le s broméliacée s — ont u n o u deu xcentres d e distributio n bie n définis , o n peu t le s réunir dan s un e o u deu xserres. Ainsi , une serre d'orchidée s chaud e et une plu s tempérée ; de mêmepour le s cactus ; un e serr e d'aroïdées ; un e d e broméliacées , etc . I l fau tordinairement protége r le s cactu s e t le s petite s plante s grasse s pa r u nécran, ca r beaucou p de visiteur s n e peuvent résiste r à l a tentatio n d e le stoucher e t mêm e d e les voler. L à o ù ce t inconvénien t es t à craindre , despanneaux d e verr e poli, — disposés comm e pou r un e vitrine , san s enca -drement — protégeront mieu x le s plante s qu e l e traditionne l e t affreu xréseau d e fi l de fer. Comme l'on t démontr é admirablemen t le s principauxjardins botanique s d u monde , on peu t fair e plusieur s autre s groupement sque ceux énumérés plus haut. L e Jardin Botaniqu e d e Berlin, par exemple,est justemen t fie r d e s a grand e serr e tropical e dan s laquell e — lorsquel'auteur l a vit l a dernière fois — de splendides paysages avaient ét é recons -titués: Asi e tropicale , Amériqu e tropicale , Afriqu e tropicale . D e même ,

  • 23

    sans nécessairemen t le s dispose r e n paysages , o n peu t réuni r le s plante sde l'Afriqu e d u Sud , d u su d de s États-Unis , d e la région méditerranéenne,etc. D e petite s serres , annexée s au x grandes , conviennen t admira -blement à certaine s expositions ; ainsi: un e collectio n de plantes tropicalesdont le s organes manifestent des mouvements visibles; les plantes attrape -mouches; une collection de plantes d e désert particulièrement intéressantes,démontrant le s diverses adaptation s au x condition s sou s lesquelle s elle svivent; une collectio n de plantes tropicales — crotons, caladium s et bégo -nias — qui s e distinguen t pa r l e brillan t colori s d e leu r feuillage , e t ains ide suite . O n consacrer a auss i de s serre s spéciale s au x plante s tropicale set subtropicales d'importance économique et médicinale.

    Dans presqu e tou s le s jardin s botaniques , un e serr e tempéré e es tréservée à un e expositio n continuell e d e plante s e n fleurs qu i fon t l'obje tdu commerc e de s fleuristes : chrysanthèmes , camélias , primevères , ciné -raires, etc. ; d e mêm e pour le s plantes tropicale s aquatique s o u palustres .

    On peu t construir e — par exempl e dans le soubassemen t de la serr eà Victoria regia — une séri e d'aquarium s contenan t un e collectio n d eplantes tropicale s submergée s e t de s poisson s tropicau x facile s à entre -tenir. Cec i es t malheureusemen t rar e dan s le s jardin s botaniques , mai sn'est pourtan t pa s d'exécutio n difficil e n i d'entretie n coûteux , e t vau tassurément l a pein e d'êtr e réalisé.

    II faudra auss i présenter un groupe de plantes vertes vivant bie n dansles salon s o u le s solariums, c e qu i intéress e toujour s vivemen t l e public ^

    II sera très pratique d'avoi r un e petite salle de conférence d'un e capa-cité d'enviro n cen t personnes , e n communicatio n ave c le s serre s d'expo -sition. Lorsqu e de s groupe s doiven t êtr e guidé s à traver s le s serres , o npeut le s assemble r d'abor d dan s cett e sall e pou r leu r donne r quelque sexplications préliminaires, susceptible s d e les préparer à mieux comprendrece qu'ils vont voir . L e soubassement de l'une de s serres pourr a souven t s eprêter trè s bien à cette fin.

    Pour assure r l e plei n succè s dan s l a culture , i l es t désirabl e d'avoi rune serr e d e servic e correspondan t à chaqu e serr e d'expositio n o ù l'o npourra prépare r le s plantes e t le s rapporter aprè s l'exposition . Ainsi , elle srecevront le s soins particulier s qu'i l es t impossibl e d e leur donne r dan s l aserre d'expositio n mêm e et don t elle s ont besoin , surtou t aprè s avoi r étérempotées o u pendan t l a périod e d e repos . Tou t jardi n botaniqu e n edevrait expose r qu e d e beau x spécimen s en bo n éta t d e chaqu e sort e d eplantes. Aussitô t qu'un e plante manifest e des signes de maladie, on devrai tla rapporte r au x serre s d e services o ù o n lu i donner a le s soins nécessaire sà sa guérison et où Ton aura toujours des duplicata en réserve.

  • 24

    Puisqu'il y aura un transport continue l d e plantes des serres de serviceaux serre s d'expositio n e t vice versa, le s deu x ensemble s devraien t êtr eréunis pa r u n passag e couvert .

    Les serres de propagation peuvent communiquer avec les serres d'entre-tien e t le tout doi t êtr e à proximité des pépinières, o ù les plantes -rustiquessont cultivée s e n rangs o u en couches. Plus o n disposer a tou s le s servicesd'une faço n compacte , mieu x pourron t fonctionne r et coopére r le s diver sdépartements e t plu s i l ser a facil e d e contrôle r tout e l'organisation .

    2. L a pépinière , donc , es t l'endroi t tou t désign é pou r le s unité ssuivantes :

    a. Un e séri e d e couche s froides , solidemen t construite s e n béton ,et don t quelques-une s peuven t êtr e munie s d e cable s électrique spour l e chauffage .

    b. U n abr i à claire-voi e pou r l a cultur e d e diverse s plante s ombro -philes.

    c. Un e cave pour remiser le s racines et les plantes.

    d. Un e chambr e froid e pou r l a maturatio n de s graine s e t qu i doi têtre tenue à 32-34 ° F.

    e. U n entrepôt pou r le s sols . I l faudr a d e l a terr e d e bruyère , d usable grossier , d u fumie r d e vach e e t d e cheval , d u terrea u d efeuilles, e t de tourbe. Pour les besoins de la rocaille, il faudra encoredu gravier granitique e t du calcaire pulvérisé. I l fau t au x terreau xplusieurs année s pou r mûrir ; on verra don c à les dispose r e n pilesséparées e t à renouvele r la provisio n chaqu e année .

    f. U n hanga r pou r le s diver s instrument s mécaniques , tel s qu ecamions, pulvérisateur , tracteur , tondeus e à gazon , cultivateu ret bêcheuse mécanique, instruments d'émondag e e t d e taille , etc .On conserver a ici, encore , un e réserv e d'outil s d e jardinage.

    g. U n autoclav e pou r stérilise r le s sols , le s pot s e t le s boîte s pou rles plantes .

    h. U n atelie r d e mécanique immédiatement attenan t à l a chaufferi eou communiquan t avec elle.

    i. U n atelie r pou r l e menuisier , le peintre e t l e vitrier .

    k. Un e chambre d e toilette pour le s ouvriers.

    1. U n burea u pou r le jardinier-chef des serres e t l e jardinier- chef de splantations extérieures .

  • 25

    m. Un e maison de pension pour les jardiniers permanents si la positiondu jardin semble l'indiquer. S i ceci n'est pa s réalisé , i l faudra auxjardiniers une pièce qui serve de salle à manger et où chacun dispo-sera d'un e cas e o ù remiser se s vêtements e t se s outils personnels .

    n. S i une universit é o u de s école s on t besoin , a u cours d e tout e l asaison d e végétation , d e plante s vivantes , i l vau t mieu x prévoi rune plantatio n spécial e d'arbre s e t d'arbuste s qu i seront l e plu ssouvent requis . Ainsi, s i l'on dispos e ces plantes en ceinture autourde l a pépinière , o n n e ser a jamai s oblig é d e défigure r le s plante sde collection.

    Il faudr a accorde r amplemen t d'espac e à l a pépinière , soi t 5 à 1 0acres et mêm e davantage, ca r il importe d'évite r e n tout temps l a conges-tion. Le s plantes ligneuses , e n particulier , doiven t êtr e plantée s e n blocs,comme cel a s e pratiqu e dan s le s pépinière s commerciales , d e sort e qu echaque bloc puisse être transporté e n entier tou s les deux ans. Pendant le spremières années, et tant qu e la pépinière comporter a des collections consi-dérables, i l ser a plu s pratiqu e d e dispose r le s plantes d e chaqu e blo c pa rordre alphabétique, ou tout au moins de réunir les espèces d'un même genre.Ceci implique , a u prim e abord , u n travai l énorme , san s doute , mai s ce teffort initia l es t amplement récompensé plus tard pa r l'économie de tempset de travail .

    Pour le s petite s quantité s d e chaqu e sort e d e plante s qu'o n voudr aordinairement cultive r dan s u n jardi n botanique , l a meilleur e méthod econsiste à empote r le s jeunes plant s aussitô t qu'il s sont prêt s à quitte r l aterrine d e serais . Il s passeron t alor s leu r premie r hive r dan s le s couchesfroides, e t au printemps ils pourront attendre que toutes les autres trans -plantations aien t ét é effectuée s dan s les pépinières, puisqu'i l n' y a aucu nrisque à transplante r des plantes empotée s à n'import e que l moment . Lefait qu e ce s jeunes plants son t e n pot s rendr a finalemen t leu r alignemen talphabétique dan s l a pépinièr e trè s facile .

    La préparatio n méticuleus e d u so l d e l a pépinière , l'établissemen td'un systèm e d'approvisionnemen t e n sols , e t l a constructio n d'un e séri ede couche s froide s devron t toujour s entre r e n premièr e ligne d e compt elorsqu'on construira un jardin botanique nouveau.

    3. L e système routier d'un jardi n botanique, y compris les sentiers ,doit toujours être assez clairement défini pour que chacun puisse s'y retrou -ver grâc e à quelque s indication s simples . Le s chemins comme les sentiersdoivent tous conduire quelque part et il ne doit pas y avoir plus de cheminset d e sentiers qu'i l n'e n fau t pou r rendr e tou s le s points accessibles . L emeilleur systèm e routie r ser a probablemen t toujour s celu i qu i consist e

  • 26

    en plusieur s type s d e chemins , chacun constituan t u n systèm e accessoire .Par exemple, une larg e avenu e peut fair e l e chemi n d e ceintur e o u l'ax ecentral, et constitue r ains i le squelett e du systèm e routier . On articul elà-dessus de s chemin s secondaires , dont quelques-un s peuven t êtr e asse zlarges e t à sens unique afi n d e permettre au x camionnette s e t autre s véhi -cules du jardin d' y circuler . Et enfin , deu x ou trois types de sentiers, qu'o ndistinguerait, pa r exemple , en les bordant de rigoles différentes. De s carte sroutières, exposée s à de s endroit s bie n choisis , e t marquan t l'endroi t o ùl'on s e trouve, faciliteron t encore l'orientation dan s les grands jardins .

    Là où s'ouvrent plusieurs avenues principales, o n peut borde r chacuned'une espèc e différent e d'arbres , c e qu i aider a au x visiteur s à s'orienter .L'on peu t encor e disposer, l e long des artères principales , toute s le s sorte sd'arbres susceptible s d'êtr e planté s e n bordure de s rues e t avenues . Dan sce cas , on obtiendr a peut-êtr e le s meilleur s effet s e n groupan t le s genre s(chênes, tilleuls , frênes , etc. ) et en les disposant pa r 3 à 5 de chaque espèceplutôt qu e d'en faire de véritables avenues .

    La circulatio n automobile , e t singulièremen t l e passage libr e à traver sun jardi n botanique , ren d l e contrôl e de s visiteur s trè s difficile , pou r n epas dir e impossible . Ell e doi t êtr e franchemen t éliminé e d e tou t jardi nbotanique d e moins de 300 ou mêm e 400 acres. Mais , o n aur a soi n de pré-voir de s espace s pou r l e stationnemen t au x abord s d e l'entré e principale .Une permission spéciale de circuler en automobile à travers le jardin pourraexceptionnellement êtr e accordé e à de s bienfaiteurs ou à de s membres d upersonnel. Dan s de s jardins trop grand s pou r êtr e entièremen t parcouru sà pied , o n ne permettr a au x voiture s de circule r qu e su r l e grand chemi net cec i dan s un seu l sens . I l ser a alor s obligatoir e pou r toute s le s voiture sde s'enregistrer à l'entrée e t à la sortie . O n disposera des carrés d e station-nement à proximit é d e chacun e de s section s le s plu s visitée s d u public ,tandis qu e l'on interdira le stationnement dan s les allées.

    4. Contrôl e de s visiteurs . Un e fort e clôture , ceinturan t l e jardin ,est à l a foi s l a meilleur e protectio n contr e l e vandalism e e t l e meilleu rmoyen de contrôler l e public, dans son intérêt même . Le s entrées a u jardi ndoivent êtr e trè s soigneusemen t étudiées . O n s e rappeller a qu e moin selles seront nombreuses , plu s i l ser a facil e d'exerce r l a surveillance . Le sbarrières doiven t êtr e continuellemen t gardées pendan t l e jour e t ferméesà l a tombée de la nuit. L a plupart des jardins botaniques européens exigentun droi t d'entré e — au moin s certain s jour s d e la semaine — tandis qu'il saugmentent l e nombr e de s gardien s le s jour s d'admissio n gratuite . J ecrois qu'ic i en Amérique , aussi , on pourrai t prendr e en sérieus e considé -ration l a perception d'u n léger droi t d'entrée . C e droi t pourrai t êtr e telle -ment insignifian t qu'i l n e saurai t ajoute r au x revenu s d u jardin , mai s i ltendrait à exclure l e type de visiteur qu i ne vient qu e pour flâner ou pour

  • 27

    s'amuser à toutes sorte s d e déprédations. Pou r l a même raison, le s jardinsdevraient fixe r un e limit e minimu m d'âg e — disons quatorz e an s — etobliger les enfants plus jeunes à être accompagnés d'un adult e qu i se porteresponsable d e leur conduite.

    5. Chalet s de repos. Dans un jardin botanique de plusieurs centaine sd'acres en superficie , il faudr a toujour s prévoi r un certai n nombr e depavillons-abris comportan t de s chambres de toilette. Mêm e s'il es t impos-sible d e construir e ce s édicule s a u début , i l faudr a prévoi r leu r empla-cement.

    6. Restauran t publi c o u sall e d e thé . Le s jardin s zoologique scomportent presqu e toujours un restauran t — et mêm e plusieurs — tandisque le s jardins botanique s e n son t malheureusemen t souven t dépourvus .Ceci est probablement un vestige d e l'ancienne coutume de ne pas y invite rle public . L e besoin d'un restauran t s e l'ait cependan t senti r tou t autan tdans u n jardi n botaniqu e qu e dan s tou t autr e gran d par c public . U n te lrestaurant, s'i l es t plac é dan s u n coi n particulièremen t agréable , ser a u npoint d e ralliement pou r le s visiteur s qu i y afflueron t pou r s e rafraîchiraprès avoir fai t l e tour d u jardin.

    7. Terrain s de pique-nique e t terrain s d e jeux . Pe u d e jardin sbotaniques en contiennent; aussi , l a plupart on t à l e déplore r tô t o u tard.Les enfant s seron t toujour s tenté s d e joue r à cache-cach e dan s l e jardi nalpin o u au footbal l dans l'arboretum . S i on le s chasse d'u n endroit , il siront joue r ailleurs e t feron t beaucou p de mal aux plantes où qu'ils aillent .Il es t toujour s difficil e d e régle r cett e situatio n à moin s qu'o n n e puiss ediriger le s enfants ver s de s terrains d e jeux. Le même princip e s'appliqu eaux pique-niques. Les gens, en effet, dan s un grand jardin botanique, passen tla journé e entière. A midi , il s vont s'asseoi r su r l e gazon n'importe o ù e trépandre autou r d'eu x le s journau x e t déchet s divers , comm e c'es t l adéplorable habitud e de s gen s d e l a ville . Encor e ici , c e sera u n problèm eque d e mettr e fi n à cett e habitude , à moin s qu'o n n e cré e un terrai n d epique-nique, ave c bancs e t tables , abri s e t chambre s d e toilette, ea u cou -rante e t peut-êtr e mêm e foyers . U n gran d nombr e d e gen s y afflueron td'eux-mêmes à caus e des commodités qu'on y trouv e e t i l ser a facil e d' yenvoyer les autres .

    8. Jardin s de s enfants . A u cour s de s quelque vingt-cin q dernière sannées, un mouvemen t toujours grandissant a été cré é en vue d'inclur e lejardinage dan s l'enseignemen t scolair e de s science s naturelles . Plusieur sgrandes ville s européenne s ont ains i leur s jardin s d'écoliers : un vast e

  • 28

    champ es t mi s à la dispositio n de s enfants qu i y on t chacu n leur peti t lo tou qu i y travaillen t e n commun , ordinairemen t pa r classes , a u maintie nd'une parcelle . Ces jardins d'écolier s des ville s européenne s son t ordinai -rement encadré s pa r de s exposition s instructive s comm e l a présentatio nécologique de s fleur s sauvage s de s environ s o u u n jol i jardi n floral . Ic iaussi le jardinier cultiv e en quantité le s fleurs qui peuvent servi r aux écolesde la ville pour renseignement d e la botanique o u des arts.

    Un jardi n botaniqu e urbai n devr a toujour s songe r sérieusemen t à l acréation de ces jardins pour les enfants . Lorsqu e l'espace ne manque pas ,une tell e entreprise e n vau t toujour s l a peine . L e Jardi n Botaniqu e d eBrooklyn, pa r exemple , a amplement démontr é qu e c e programm e es tréalisable e n Amérique: il offr e de s cours pratiques e t théoriques no n seule -ment au x enfants-jardiniers mai s aussi au x instituteurs qu i veulent appren -dre Far t d e dirige r les jardin s des enfants.

    Ces jardin s des enfants , si on les inclu t dan s le jardi n botanique ,devront occupe r u n coi n éloign é d e faço n à n e pa s nuir e au x activité sordinaires. Il faudr a don c les pourvoi r indépendammen t de toute s le scommodités, telle s qu'abris, etc., c e dont l e Jardi n Botanique d e Brooklynnous fourni t d'excellent s exemples.

    9. Parcelle s d'amélioratio n e t d'essai . Le s facilité s exception -nelles qu'offren t le s collection s d'u n jardi n botaniqu e pou r l'amélioratio ndes plante s doiven t êtr e utilisée s à leu r plei n rendement . I l y a u n gran dnombre d e stations expérimentale s spécialisée s dans la cultur e e t l'amélio -ration de s plante s économique s (légumes , grains , fruits , e t mêm e arbre sforestiers), niai s i l en est pe u de consacrées aux plantes ornementales . Sanss'en rendr e compte, le public américain s'es t contenté de variétés médiocres.Des plante s auss i connue s qu e le s phlox, le s asters, le s heliopsis e t autre sformes indigène s e n Amérique du Nord, dont été améliorée s e n Europe d'o ùelles nous sont revenues. Sélectionnée s e n vue de l'acclimatation en Europe,elles réussissent moin s bien chez nous que là-bas. I l es t encore d'innombra -bles fleurs indigènes, que nous remarquons à peine en bordure de nos routes,et qu i attendent qu'u n sélectionneu r ai t d e la vision e t dot e nos jardins defleurs américaines d'un e grand e beauté .

    Les parcelle s d'amélioratio n e t d'essa i seron t classées , su r l e plan ,parmi les sections à réserve r pou r les développement s ultérieurs . Il n'es tpas indispensabl e qu'elle s soien t adjacente s à l a pépinière , mai s comm eelles devront y puiser sans cesse , il vaut mieux qu'elles n'en soien t pa s tro péloignées.

    10. Les aqueducs. Si cela est possible, un jardin botanique doi t avoirson propr e aqueduc , aliment é pa r so n propr e puits . Fréquemment , le s

  • 29

    grandes villes désinfectent chimiquemen t leurs réservoirs; or, i l est certai nque, pou r la culture , mieux vaut un e ea u no n traitée . Dan s le s régions oùsévit périodiquemen t la sécheresse et o ù l'on es t expos é à manque r d'eau,mieux vaut que le jardin botanique soit assuré de sa réserve.

    Dans tou t l e jardin, u n systèm e bie n étudi é d e tuyaux , ave c bornes -fontaines et robinets , doi t conduir e l'eau partou t où To n en a besoin . Ilne fau t surtou t pa s oublier l e jardi n alpi n o ù l'o n installera , s i possible ,un systèm e d'arrosag e élev é qu i répandr a l'ea u e n un e fin e vapeur . I lfaudra auss i songer à employer ces dispositifs dan s certaine s sections d e l apépinière. Pa r l e rendemen t qu'o n e n obtien t e t l'économi e de travail , il sauront tô t fai t d e rembourse r l e coû t initia l d e l'installation . Dan s le srégions o ù l'ea u es t «dure » (alcaline) , i l es t trè s importan t d'accumule rdes réserve s d'ea u d e pluie , surtou t pou r le s serres . L'ea u d e plui e peu têtre conduit e directemen t de s gouttière s au x bassin s de s serre s o u êtr emise en réservoir d'où elle sera distribuée sou s pression.

    11. Le système d'égouts es t tout auss i importan t qu e les aqueducset doit aussi être étudié en détail avant l e commencement de la construction.Le bo n fonctionnemen t des égout s es t particulièremen t importan t pou rle drainag e de s chemin s e t de s bassins , pou r le s conduite s de s chalet sd'aisance e t de s autre s bâtiments , san s oublier le s serres . D e même , e tdès le début de la construction, on établira de s raccordements aux fontaines,si importantes dans u n parc où le public a besoin d e se désaltérer, e t qu emalheureusement o n oubli e tro p souven t dan s le s jardin s botaniques .Car, leu r installatio n aprè s cou p obligerai t à défonce r de s chemin s e t àdétruire de s plantations , c e qu i entraînerai t un e dépens e prohibitive .

    Si les conditions du sous-so l suscitent u n problème , cela devra affecte rle choi x de l'emplacemen t des serre s d'expositio n qui exigen t parfoi s unsystème d'égout s spécial .

    12. Drainage artificiel. S i des superficies mal drainées sont comprisesdans l e parc, elle s peuvent quelquefoi s devenir cultivable s grâc e à un sys -tème d e drain s d e grè s aboutissan t à u n drai n principa l qu i communiqueavec l'égoût . Tou s ce s espaces destiné s à êtr e amélioré s pa r l e drainag eartificiel doiven t êtr e repéré s e t marqué s su r l e plan avan t qu e n e soien tfaits les devi s définitifs . Aucu n arbr e ne doi t être plant é à moin s de 40pieds de s drains , ca r se s racines s' y introduiraien t aussitô t e t l e bouche-raient, le privant ains i d e son efficacité. Quelques-uns des jardins spéciauxmentionnés plu s hau t s'accommoderaien t à merveill e d e ce s parcelle sdrainées artificiellement .

    13. Éclairage e t téléphone . I l es t bie n impossibl e d'éclairer tout l ejardin, l a nuit , no n seulement à caus e de la dépens e considérable et d e la

  • 30

    laideur d'un e forê t d e poteaux , mai s encor e parce qu'o n n e peu t espére rd'éclairer chaqu e recoin . U n jardi n botaniqu e doi t êtr e ferm é à l a nui ttombante puisqu'e n l e laissan t ouver t l a nuit , o n n e ferai t qu'invite r le smaraudeurs e t qu e cel a n e pourrai t cause r qu e de s ennuis . I l n' y a qu eles abords d u pavillo n d e l'administratio n qu'i l convienn e d'éclairer lors -qu'on y donue des conférences le soir, ainsi que les chalets de repos et autresbâtisses qui bénéficieron t de l'électricit é les jours sombres . Les raccorde -ments téléphoniques dans les diverses parties du jardin, pa r exempl e au xchalets d'aisanc e e t au x barrières , seront toujour s trè s commode s — s'i lest possibl e d e le s installe r — puisqu'ils permettent d e fair e rapport immé -diatement a u burea u d'administratio n e n ca s d'acciden t o u pou r tout eaffaire urgente . Puisqu e les fils de téléphone et d'éclairag e sont pe u esthé -tiques, ils devraient êtr e placés dans des conduites souterraines. Ic i encore,insistons su r l e fai t qu e ce résea u doi t êtr e prév u avan t l a constructio ndu jardin . I l n' y a pa s d e dout e qu e so n installatio n coûterai t plusieur sfois plus cher une fois les chemins et les plantations finis.

    14. Système d*enregistremen t e t d'étiquetage . O n n e peu ts'exagérer l'importanc e d e l'organisatio n d e filières complètes de s plantescultivées dan s u n jardi n botanique . I l faut , dan s c e but, crée r un dépar -tement spécia l d e l'enregistremen t e t d e l'étiquetag e à l a têt e duque l onplacera e n permanenc e un jardinie r intelligent. Lorsqu e le besoin s'en ferasentir, i l lu i faudr a u n aid e qu'o n obtiendra , surtout e n été, à asse z bo ncompte chez les étudiants e n botanique o u en horticulture .

    La procédur e de l'enregistrement es t à pe u prè s l a suivante . Chaqu elot d e graine s o u d e plante s reç u es t immédiatemen t dot é d'u n numér oqui n e devr a plu s quitter le s étiquettes d e ce s plantes. L a fiche à laquell ece numér o s e réfèr e dan s l'index , doi t mentionne r tou t c e qu'o n sai t d el'histoire d e c e lo t d e plante s e t ce s informations doiven t êtr e tenue s àjour, auss i longtemp s qu'un e d e ce s plantes vi t encore . A cett e fin , le sjardiniers qu i on t l a charg e des plantes devron t fourni r chaqu e anné e u nrapport — chacun dan s s a sectio n — sur le s plante s qu i son t mortes , e nspécifiant, autan t qu e possible , l a caus e d e l a mort . Un e fiche complètepourra s e lire comm e suit :

    Numéro de pépinière: 1586-33.Zone de rusticité: IV .Numéro de jardin: 295.Nom: Malus baccata mandshurica Schneid,

    (arrivé comme: Pyrus baccata mandshurica).Semences reçues de la Station Expérimental e de

    Kirine, Mandchourie . Févr . 1933 .Semé: 20 avril 1933 .

  • 31

    Germé: févr. 1934 .14 plants dan s pépinière, bloc A, rangée 24 , printemps 1936 .5 plants dans group e Malus , printemp s 1938 .3 plants dans jardin printanier, printemps 1938 .2 plants dans pépinière (bordur e à couper) 1938 .1 plant donn é en échange à 1939 .1 plant donn é en échange à 1939 .2 plants dans groupe Malus rongés par le s lapins, remplacé s à mêm e

    stock pépinière , printemps 1939 .

    Il fau t tire r des plans à grand e échell e d e l'arboretum, d e la pinède ,et autre s plantation s arborescente s o ù l'on indiquera la position d e chaquearbre e t so n numér o d'enregistrement . D e mêm e pou r le s plantes herba -cées, on doit posséde r des plans détaillé s de chaque couche à mesure qu'elleest plantée , ave c numér o d'enregistrement , e t toujour s le s teni r à jour .Un inventair e dactylographi é d e la pépinièr e doi t être pris chaque année etconservé e n filière . C'es t l e seu l moye n d e préveni r l a pert e d e registre sque l'o n déplor e dan s l a plupar t de s jardin s botaniques . Est-i l besoi nd'ajouter qu e l'enregistremen t e t l'étiquetag e doiven t fair e l'obje t d e l asurveillance constant e d u directeu r techniqu e d u jardin , e t qu'aucun eétiquette n e doit être mise en plac e sans qu'en aient été contrôlées l'ortho-graphe e t la teneur.

    15. Bibliothèqu e e t herbier . L a bibliothèque , pou r le s besoins dujardin propremen t dit , n' a pa s besoin d'être un e collection d'éditions rare smais doi t surtou t conteni r u n bo n choi x des livres d e référence s indispen -sables a u travail du jardin. Cett e bibliothèqu e horticol e trouve tou t natu -rellement sa plac e dan s le pavillon de l'administration. Ell e pourr a n'êtr eaccessible qu'au x membre s d u personne l e t à de s étudiant s privilégiés .Il e n va d e même pour l'herbie r qui devra , avan t tout , conteni r des spéci -mens complet s (fleurs , fruits , feuilles , rhizomes , racines ) d e toute s le splantes cultivée s dan s l e jardin . O n prendr a soi n qu e l e numér o d'enre -gistrement d e chaqu e spécime n figur e su r l a feuill e d'herbie r afi n qu'o npuisse toujour s référe r au x fiche s d'enregistremen t pou r d e plu s ample sinformations. Puisqu'i l est toujours intéressant de constater à quel moment,après l a plantatio n e t à que l âg e une plant e fleuri t pou r l a premièr e fois ,on devrai t pose r e n principe , dè s l e début , qu'i l fau t fair e de s spécimen sd'herbier d e chaqu e plant e à c e moment-l à e t bie n note r cett e particu -larité su r l'étiquett e d'herbier . O n devrai t toujour s presser , aussi , de sspécimens de s plantule s cultivée s a u jardi n a u stag e o ù apparaissen t le spremières vraies feuilles. I l fau t constate r que de tels spécimens sont bienrares dan s le s herbiers. E t pourtant , il s permettent no n seulemen t d'iden -tifier de s plantes alor s qu'elles sont encor e très jeunes, mais encore de fair edes études comparative s du plu s gra