Mأ‰MOIRES DU JARDIN BOTANIQUE DE MONTRأ‰AL MEMOIRS OF THE MONTREAL BOTANICAL GARDEN No. 1...

download Mأ‰MOIRES DU JARDIN BOTANIQUE DE MONTRأ‰AL MEMOIRS OF THE MONTREAL BOTANICAL GARDEN No. 1 (أ‰dition

of 33

  • date post

    08-Aug-2020
  • Category

    Documents

  • view

    1
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Mأ‰MOIRES DU JARDIN BOTANIQUE DE MONTRأ‰AL MEMOIRS OF THE MONTREAL BOTANICAL GARDEN No. 1...

  • MÉMOIRES D U

    JARDIN BOTANIQU E DE MONTRÉAL

    MEMOIRS O F TH E

    MONTREAL BOTANICAL GARDEN

    No. 1 (Édition française )

    ^

    Programme

    d'un jardin botanique idéa l

    par

    Henry TEUSCHE R Directeur des Services techniques du Jardin botanique de Montréal.

    NOV 4 1957 J A R O Î K BCn**»

  • Programme d'u n jardi n botaniqu e idéa l par

    H. TETJSCHE E

    Directeur des Services techniques du Jardin Botanique de Montréal

    L'esquisse qu i sui t a ét é publié e e n 193 3 dan s l a revu e Parks an d Récréation et sou s le titre : «Th e Botanica l Garde n of thé Future» . Ell e fut écrite , tou t d'abord , pou r l e seu l bénéfic e d e l'auteur , afi n d e mettr e au ne t dan s so n espri t c e qu e devraien t o u pourraien t êtr e le s objectif s d'un jardin botanique moderne . I l avait été appelé à composer et à réalise r le Jardin Botaniqu e d e Montréal. I l lui semblai t don c que, avan t d'aborde r une entreprise d'un e auss i grande envergure , i l étai t indiqu é d e prévoi r tout c e qu'u n jardi n botaniqu e idéa l pouvai t mettr e à so n programme , car o n n e peu t guèr e choisi r judicieusement qu e s i l'o n possèd e tou s le s éléments d'une question .

    Or, i l se trouva plu s tard qu e l e programme élabor é alor s fu t accept é presque entièremen t e t n e subit qu e des modifications véritablement insi - gnifiantes. Le Jardin Botanique de Montréa l pourr a donc , quan d il ser a terminé, servir d e démonstratio n à l'application pratiqu e de s principe s énoncés ici.

    A la lumière de l'expérience acquise au cours de l'élaboration d u Jardi n Botanique d e Montréal, il est deven u possible d e traiter avec une précision plus grand e plusieur s partie s importante s d e cett e esquisse . D'ailleurs , puisque l'articl e origina l es t depui s longtemps épuisé , i l sembl e opportu n d'en fair e un e révisio n e t un e réimpression , non pa s pou r servir d e livret - guide, mais afin d e fourni r de s points d e repère à ceu x qui viendront aprè s nous e t qu i devraien t pouvoi r faire mieu x encore.

    Naturellement, u n jardi n botaniqu e es t avan t tou t un e institutio n d'éducation. Depui s que les jardin s botanique s existent — et ce n'es t pas d'hie r — ils on t toujour s d e quelqu e faço n servi l'éducation . Mai s il n'es t pa s douteu x que , pou r justifie r so n existenc e dan s notr e sociét é contemporaine, l e jardin botaniqu e moderne doit élargi r considérablemen t le cham p d e se s activité s éducatives .

  • Autrefois, l e bu t primordia l d'u n jardi n botaniqu e étai t d e servi r aux hommes de science et aux étudiants plutô t qu'a u grand public. L'admis- sion d e celui-c i — outre qu'ell e étai t payant e dan s le s jardins botanique s européens -— était tou t a u plu s toléré e e t considéré e plutô t comm e un e nuisance. Cec i fut mêm e poussé si loin qu e l e nom mêm e de «jardi n bota - nique» es t asse z ma l v u d u public . I l peu t mêm e quelquefoi s êtr e plu s opportun d'engage r l'intérê t d u publi c e n créan t d'abor d u n «Garden - center» qu i pourra se transformer plus tard e n jardin botanique.

    II va d e soi qu'un jardi n botanique doit êtr e l e centre de la recherche botanique pou r l a régio n où i l se trouve e t êtr e dot é d'u n personne l scien- tifique compétent ; i l es t clair , aussi , qu'i l doi t coopérer étroitemen t ave c les université s locale s e t le s autre s institution s d'enseignement• , e t offri r des cour s d'instructio n scientifique . Or , j e croi s qu'u n jardi n botaniqu e moderne doi t tou t particulièremen t adopte r l a tactiqu e d e s e servi r l e plus possibl e d e se s moyens , pou r l'éducatio n d u gran d public . C e n'es t pas qu e j e suggèr e d e transforme r tou s le s commi s e t le s mécaniciens e n botanistes, n i d e nourrir les enfants de noms latins d e plantes . Mais , ave c la concentratio n grandissant e d e l a populatio n dan s le s grande s ville s et l'éloignemen t d e la natur e qu e cel a entraîne, i l me sembl e que l e jardin botanique d e l'avenir a une grav e tâch e à accompli r en aidant l e citadi n déraciné à retrouve r o ù à conserve r l e lie n salutair e ave c l a natur e dont , après tout , i l fai t partie . L'homm e moderne , vivan t dan s c e déser t arti - ficiel de pierre qu'on appell e une ville, en est venu d e plus en plus à consi - dérer le s plantes , le s arbres , le s arbuste s e t le s fleur s qu'i l voi t dan s le s parcs publics et l e long de s avenue s comme de purs ornements . I l se plaît à les voi r mai s ne leu r donn e guèr e qu'un e attentio n distrait e et il est loin d'éprouve r u n sentimen t quelconqu e d'affinit é vis-à-vi s d'eux . I l brise et détrui t les arbre s de la rout e au capric e du momen t san s songe r à c e qu'il fait. I l n'a pa s de jardin à lui , et souvent i l n'en désir e mêm e pas, car i l l e considèr e seulemen t comm e un e corvé e d e plu s à laquell e i l n e découvre aucu n sens , o u comm e u n ornemen t coûteu x qu'i l n e peu t s e payer.

    Il en est beaucou p parm i les chef s d'actio n social e qui attribuen t à sa vrai e caus e l a par t d'instabilité , d e mécontentement e t d e tristesse qu i est du e à c e divorce d e plu s e n plu s grav e d e l'homm e d'ave c l a nature . Ils admetten t généralemen t qu e le s parcs publics , le s terrains d e jeu x e t de récréatio n son t u n articl e essentie l à tou t programm e d'urbanisme . Et cependant , y a-t-i l u n par c publi c qu i influenc e l'attitud e d u citadi n vis-à-vis d e la natur e ? Non, parce qu e ces parcs ne contribuen t pa s à son éducation. Qu'i l me suffis e d e citer le Central Par k à New York, qu i subi t à ce point chaqu e anné e le s ravage s de la destructio n irréfléchi e qu'i l ne peut êtr e maintenu qu'a u pri x de grandes dépenses .

  • Certes, no s pères devaien t dispute r un e existenc e précair e à l a nature et pourtan t il s y connaissaien t bie n leu r place ; tandi s qu e nou s n'avon s su transpose r dan s notr e vi e modern e e t mécanisé e rie n d e plu s qu e l a notion ma l compris e d e l a dominatio n d e l a natur e pa r l'homme . Cett e notion a ét é graduellemen t encor e plus déformé e quand ell e a donn é nais - sance à l a doctrin e puéril e qu e l'homme , VHomo sapiens, n e faisai t pa s partie d e la nature mais , étai t seulemen t son maître suprême . Cette fauss e orientation d e l'homm e dan s l a natur e es t à l'origin e d e plu s d e mau x sociaux qu e j e n'e n pui s défini r ici . U n changement , un e réorientatio n n e peuvent surveni r qu e par un e éducatio n systématique ; e t cett e éducatio n doit êtr e s i simpl e e t se s moyen s s i attrayant s e t agréable s qu e l e public puisse apprendr e san s s e rendr e compt e qu'o n lu i enseigne . Voil à o ù l e jardin botanique d e l'avenir trouver a u n cham p de travail vast e e t fertile . En fait , ce t aspec t d e l a vi e social e est d'un e tell e importanc e qu e j e m e figure san s pein e un e époqu e o ù aucun e vill e d e quelqu e importanc e n e voudra se trouver san s jardin botanique .

    Après tout, tout e vi e humaine ou animale sur le globe terrestre dépend directement o u indirectement d e la vie végétale. Pénétre r plu s avant dan s les pourquo i et le s commen t d e l a vi e végétal e nou s amèn e à découvri r les source s de notr e propr e subsistance . Cel a nou s perme t de sonde r la mystérieuse unit é d e l a nature , o ù rie n n e s e perd , e t o ù nou s trouvon s nous-mêmes notr e place . Cel a nou s perme t d'apprendr e qu e le s plante s et le s animau x n e son t n i de s adversaire s à mater , n i de s instrument s créés pou r notr e seu l usage , mai s qu'il s fon t partie , comm e nous , d e l a nature, qu'il s sont , e n somme , nos frère s et - nos sœur s sous le soleil . Cett e connaissance nou s enseigner a l a toléranc e e t l'amou r de s autre s êtres , quels qu'il s soient. Et l a tolérance et l'amour , enfant s de la sagesse, engen- drent l e bonheu r e t l e contentement .

    Maintenant, voyon s d e quell e faço n u n jardi n botaniqu e peu t aide r l'homme moderne à deveni r un meilleu r citoye n d u royaume d e la nature , et par suit e d e la société dont i l fait partie .

    Si l'o n adme t qu e l a politiqu e d'u n jardi n botaniqu e es t avant tou t de stimule r ou d'éveille r la curiosit é du publi c à la vie des plantes , il me semble qu e l a tâch e n e s e résum e pa s à enseigne r au x gens , mai s qu'ell e consiste plutôt à susciter par une heureuse présentation l e désir d'apprendre. Il fau t nou s rendr e compt e qu e nou s avon s affair e no n seulemen t à de s commençants qui , bie n qu e n e connaissant rien , son t avide s d'apprendre , mais à un e majorit é d'indifférents . Pour attire r ce s gens-là e t le s retenir , il nou s fau t considére r tou t particulièremen t deu x point s qu i son t ordi - nairement à la bas e de l'intérê t que peu t crée r la vie végétale . Ce sont : premièrement l a flor e indigèn e de s environ s e t deuxièmement , l e jardi n floral.

  • GROUPEMENTS GÉOGRAPHIQUE S E T ÉCOLOGIQUE S

    Les professeur s moderne s d e langues s'entenden t généralemen t pou r admettre qu e débuter dans l'enseignement d'un e langu e par l a grammaire, c'est rendr e le sujet indûmen t arid e et difficile . L a grammaire sera maîtrisée sans grand effort dè s qu'on aura appris à entendre une langue et qu'on aura saisi so n esprit. La