Mise en scène et scénographie - comedie- .La Fédération nationale des Caisses d’Epargne est

download Mise en scène et scénographie - comedie- .La Fédération nationale des Caisses d’Epargne est

of 17

  • date post

    11-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    212
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Mise en scène et scénographie - comedie- .La Fédération nationale des Caisses d’Epargne est

  • Pascal RambertMise en scne et scnographie

    Pascal Rambert

  • La Fdration nationale des Caisses dEpargne est mcne du Thtre du Vieux-Colombier

    Costumes Anas Romand

    Lumires Yves Godin

    Musique et sons Alexandre Meyer

    Assistanat la mise en scne Maryse Estier de lAcadmie de laComdie-Franaise

    Assistanat aux costumes Anu Gould

    AvecCcile Brune Mre de lartiste

    Denis Podalyds Invit

    Alexandre Pavloff Frre Amer

    Herv Pierre Interviewer

    Pierre Louis-Calixte le Diable

    Jennifer Decker Iris

    et en alternanceAnas Abidar, Nathan Aznar, Ambre Godin, Jeanne Louis-Calixte lEnfant

    UNE VIEde Pascal Rambert

    Mise en scne et scnographie

    Pascal Rambert 24 mai > 2 juillet 2017dure 1h50

    La Comdie-Franaise remercie M.A.C COSMETICS IChampagne Barons de Rothschild I Baron Philippe de Rothschild SA

    Ralisation du programme Lavant-scne thtre

    Alexandre Pavloff, Denis Podalyds

  • Claude Mathieu Martine Chevallier Vronique Vella

    Michel Favory Thierry Hancisse Anne Kessler Ccile Brune

    Sylvia Berg ric Gnovse

    Coraly Zahonero

    Bruno Raffaelli Alain Lenglet

    Florence Viala Denis Podalyds Alexandre Pavloff

    Franoise Gillard Clotilde de Bayser Jrme Pouly Laurent Stocker

    Guillaume Gallienne Laurent Natrella Michel Vuillermoz Elsa Lepoivre

    Christian Gonon Julie Sicard Loc Corbery Serge Bagdassarian

    Herv Pierre Bakary Sangar Pierre Louis-Calixte Christian Hecq

    Nicolas Lormeau

    LA TROuPE

    SOCITAIRES

    les comdiens de la Troupe prsents dans le spectacle sont indiqus par la cocarde

    Gilles David Stphane Varupenne Suliane Brahim

  • Clment Hervieu-Lger

    Georgia Scalliet

    Nzim Boudjenah

    Jrmy LopezAdeline dHermy

    Danile Lebrun

    Jennifer Decker Elliot Jenicot Laurent Lafitte

    Noam Morgensztern Claire de La Re du Can

    Didier Sandre

    PENSIONNAIRES

    Benjamin Lavernhe

    Pierre Hancisse Sbastien Pouderoux

    Anna Cervinka

    Julien FrisonPauline Clment Dominique Blanc

    COMDIENS DE LACADMIE

    ADMINISTRATEURGNRAL

    ric Ruf

    SOCITAIRESHONORAIRES

    Gisle CasadesusMicheline BoudetJean PiatRobert HirschLudmila MikalMichel AumontGenevive CasileJacques SereysYves GascFranois Beaulieu

    Roland BertinClaire VernetNicolas SilbergSimon EineAlain PralonCatherine SalviatCatherine FerranCatherine SamieCatherine HiegelPierre Vial

    Andrzej Sewerynric RufMuriel Mayette-HoltzGrard Giroudon

    Marina Cappe Tristan Cottin Ji Su Jeong

    Amaranta Kun Pierre Ostoya Magnin Axel Mandron

    Christophe Montenez Rebecca Marder

    Gal Kamilindi

  • 98

    uNE VIE, LA CRATION crite spcialement pour six acteurs de la Troupe et un enfant, lapice se droule dans un studio de radio, le temps dune mission mono-graphique mene par un grand critique dart. LInvit est un artiste derenomme internationale, dont le style confine au figuratif. Les changesavec lInterviewer librent la pense, acceptent les silences. Cette ren-contre est une remonte aux sources de la cration, mais aussi de la viede lInvit et des figures rcurrentes de son uvre, visages, jouissances,fleurs, stylet Les personnes quil voque prennent chair et dialoguentavec lui : la mre envahissante aujourdhui dfunte, le frre ha et hassant,le premier amour femme-matresse peint cent fois, lenfant quil taitou encore le Diable, son meilleur amiEn neuf tableaux, cette tentative de recomposer une vie est aussi unesublimation de la langue, que Pascal Rambert dfend en privilgianttoujours une relation intime avec ceux qui lincarnent : Je ncris passur la vie prive des acteurs, jcris pour leur voix, leur corps, leur nergie,prcise-t-il, ce sont des tres humains, pas des personnages de papier. En prise directe avec le concret, ce thtre nous assure de sa force endveloppant une plasticit du temps, une porosit entre lart et la vie.

    Lauteur et metteur en scneAuteur, metteur en scne de thtre et dopra, ralisateur, chorgraphe,Pascal Rambert dirige durant dix ans le T2G Thtre de Gennevilliersquil a transform en Centre dramatique national de cration contempo-raine. Il est aujourdhui auteur associ au Thtre national de Strasbourgdepuis 2014 et artiste associ au Thtre des Bouffes du Nord Parisdepuis janvier 2017. Une vie marque sa deuxime collaboration avec la Comdie-Franaise,il y a mis en scne en 2005 Le Dbut de lA. avec Alexandre Pavloff etAudrey Bonnet. Parmi ses autres pices de thtre prsentes enFrance, Clture de lamour, crite pour Audrey Bonnet et StanislasNordey, connat aprs le Festival dAvignon 2011 un succs mondial.Pascal Rambert en ralise des adaptations en russe (Thtre dArt deMoscou), en italien (Piccolo Teatro de Milan), en espagnol (Festival Grec Barcelone, Festival de Otoo Madrid), en allemand (Thalia Theater Hambourg), ou encore en anglais New York, en arabe au Caire, en mandarin Pkin, ainsi quen croate, danois et japonais.Il confie la premire lecture de son texte Avignon vie DenisPodalyds, dans la Cour dhonneur du Palais des papes au FestivaldAvignon 2013, et retrouve lacteur la saison suivante au T2G dans lecadre du Festival dAutomne pour Rptition. De mme, il met en scnecette pice dans des versions italienne et espagnole.Aprs Argument en 2016 pour Laurent Poitrenaux et Marie-SophieFerdane, il crit Actrice pour les comdiens du Thtre dArt de Moscou,et en fera la cration franaise en dcembre 2017 au Thtre des Bouffesdu Nord avec notamment Audrey Bonnet et Marina Hands. Il travailleactuellement GHOSTs, qui ouvrira lArt Tapei Festival 2017.Honor en 2016 du prix du Thtre de lAcadmie franaise pour len-semble de son uvre, Pascal Rambert est publi en France auxSolitaires Intempestifs. Viennent dy paratre Une vie, Actrice, Thtre1987-2001 (Le Rveil, John & Mary, De mes propres mains, Race,Le Dbut de lA.). une rdition de Clture de lamour est prvue en juin 2017 dans la collection Classiques contemporains .

  • 1110

    CEST DE L QUE NAISSENT LES PICESEnfant on rve. On se laisse enfermer au Louvre la nuit. Ou dans unmagasin de jouets. On a tout devant soi. Limaginaire se tient debout.Il est nous. On jouera toute la nuit. Ce sera bien. Ce sera la vie.Plus tard on rve. On se laisse enfermer dans la Comdie-Franaise.Tous les acteurs et toutes les actrices sont l la nuit. Cest bien. Cest fantastique. Cest comme a que les choses naissent : dans le rve absoluet rcurrent o lon offre son imaginaire la nuit et toutes les actriceset tous les acteurs de la Comdie-Franaise. Cest un acte damour denuit. On les veut tous. On est dans le magasin de jouets absolu. On lesveut. On veut jouer avec eux. On les veut pour Nol. Jour de lan. On les veut tous les jours. On voudrait les toucher. Dormir contre eux.Les couter dire des textes sans cesse. Ne jamais sarrter. On les veut.On veut crire pour chacun. On voudrait crire pour tous. Leur mettredes mots dans la bouche encore et encore. Ne jamais sendormir. couter.Les faire jouer. Les faire jouer. Cest de l que naissent les pices. Des acteurs. De ce rve nocturne que lon fait chaque soir avant detomber de fatigue. On sendort avec ces voix. On dort avec ces corps.On rcrit avec eux dans notre sommeil. On se donne rendez-vousdans notre sommeil. Cest fantastique. Cest fantastique. On narrtejamais. On recommence. Cest lamour absolu de lart du thtre aveceux. On veut. On les veut tous. Cest comme a que Une vie est ne. Enles voulant tous. En allant les voir tous. En sasseyant et en ressentantlmerveillement. Dans les bouches et les corps. Jai arrt mon enfer-mement dans la Comdie-Franaise la nuit sur six. Dans ma caverne.Dans mon magasin de jouets infini. Cest de cet endroit que naissentles pices : la nuit. Le soir. Assis face eux. Richelieu. Au Vieux-Colombier. Au Studio-tre. Face eux. Plein damour. Les acteursdoivent tre aims. Cest de l que naissent les pices. Cest de l questne Une vie. Rester la nuit enferms. Ensemble. plusieurs. Et voir letemps face soi. Notre vie. Face soi.

    Pascal Rambert, avril 2017

    LCRITURE EN TEMPS RELIl y a eu un moment o jentendais moins, un problme auditif, untrouble somatique je ne sais pas, une allergie thtrale peut-tre ; je medisais, l jentends pas, ce nest pas possible, je ne comprenais rien de cequi se disait sur les plateaux, chez les autres, chez moi aussi, javais desdifficults pour dbrouiller la parole, alors jai demand mes acteursde ralentir, de parler plus lentement. Ce ntait pas une question darti-culation, ou plutt si, ctait exactement a : une articulation de plus trouver dans le corps. Je voulais quon articule, que a passe par larti-culation de la parole, littralement une pratique physique de la langue,et si je trouvais le moyen de voir bouger les articulations de cette parolealors il se pourrait que jentende nouveau, comme un sourd, je medisais, comme un sourdingue qui entend parfaitement ce quon luiraconte parce quil regarde bouger la bouche qui lui fait face. Jai ralentila parole et le corps a suivi, bien sr, les danseurs le savent, on ne bougepas un poignet sans que le corps ne soit entirement emport. Cestpeut-tre ce moment-l que la danse est entre dans mon travail.Je ne travaillais pas sur la lenteur, mais sur larrive des mots, sur larriveet la forme que pouvait prendre un boug , comme pour leur laisserla chance de devenir autre chose, de prendre une autre direction. Entrele dbut dun mot et sa fin, ou entre deux mots, il se pouvait quonentende autre chose, ce pouvait tre une question de liaison qui allaitdvier, qui allait dfier les attentes grammaticales ; je voulais leurredonner le temps de prendre forme, et faire de ce temps lvnementdu spectacle. Je ne fais pas du thtre de fantmes, mes pices ne sontpas hantes, il ny a pas de zones dombre, pas de trappes, de coulisses,pas de hors-champ [].Javais besoin de rcrire les mots dans les bouches des acteurs et deconnatre le trajet des mots dans les corps. Je voulais enten