Mémorial de l'Internement et de La Déportation - Camp de Royallieu

download Mémorial de l'Internement et de La Déportation - Camp de Royallieu

of 20

  • date post

    05-Aug-2015
  • Category

    Documents

  • view

    85
  • download

    1

Embed Size (px)

description

History - WWII - France

Transcript of Mémorial de l'Internement et de La Déportation - Camp de Royallieu

LIVRET DACCOMPAGNEMENT AU DOSSIER PDAGOGIQUEA destination des enseignants

CHRONOLOGIE DU CAMP DE ROYALLIEU

1913 Mars 1914 Aot 1914- juin 1918 1919-1939 Octobre 1939 Mai 1940 Juin 1940

Construction des casernes Installation du 54me rgiment dinfanterie Hpital militaire temporaire n 16 Caserne militaire Hpital militaire (HOE2 n 7) Evacuation de lhpital militaire. Le camp accueille des rfugis civils Les Allemands rquisitionnent une partie de camp pour y rassembler des prisonniers de guerre franais et anglais (Frontstalag 170 KN 654) Le Frontstalag 170 KN 654 cesse ses activits. Les prisonniers de guerre sont transfrs en Allemagne Le camp de Royallieu devient le Frontstalag 122 destin linternement des ennemis actifs du Reich . Royallieu est alors le seul camp en France sous contrle direct de larme allemande. 28 convois, soit plus de 40000 personnes sont dportes de Royallieu vers les camps nazis Libration de Compigne et du camp de Royallieu Caserne militaire Ouverture du Mmorial de lInternement et de la Dportation

Dcembre 1940 22 juin 1941

27 mars 1942 - 17 Aot 1944 Septembre 1944 1945 - 1997 23 fvrier 2008

RENSEIGNEMENTS PRATIQUESMmorial De linternement Et de la dportation Camp de Royallieu 2 bis avenue des Martyrs de la libert 60200 Compigne Service ducatif : Pascal PETEL Anne LEHODEY tl : +33(0)3 44 96 37 07 fax : + 33(0)3 44 96 37 09 anne.lehodey@memorialcompiegne.fr www.memorial-compiegne.fr

2

LE FRONTSTALAG 122

Vue arienne de la caserne, 1938.

Le camp de Royallieu est lorigine une caserne militaire construite en 1913 dans ce qui tait alors un faubourg situ au sud de Compigne. Pendant la Deuxime Guerre mondiale, il fut utilis par loccupant allemand dabord comme camp de prisonniers de guerre entre juin et dcembre 1940, puis, partir de juin 1941, comme camp dinternement destin aux ennemis actifs du Reich et comme camp de rassemblement et de transit pour les personnes en attente de dportation vers les camps de concentration nazis. En France, le camp de Royallieu est, entre 1941 et 1944, le deuxime en importance aprs le camp de Drancy. Ds son origine, le camp de Royallieu est plac sous ladministration directe de la Wehrmacht et il est le seul dans ce cas en France jusquen juillet 1943, date laquelle les Allemands se chargent galement de la direction du camp de Drancy initialement gr par les autorits et la police franaises. Lhistoire du camp de Royallieu sinscrit au cur de la politique allemande de rpression et de perscution. Essentiellement des politiques et des rsistants, les interns ont dabord t arrts comme otages. Puis, quand la politique de rpression conduite par les Allemands en France se radicalise au dbut de

3

lanne 1942, les dportations lEst commencent. Ce sont des Juifs, dsigns par les Allemands comme Judo-bolcheviks et dports en tant quotages, qui forment les deux premiers convois partis de France depuis la gare de Compigne en mars et juin 1942. Mais au moment o ces derniers quittent Compigne, la mise en uvre de la Solution finale commence en Europe. Cest donc galement aux prmices de lextermination des Juifs de France que participe le camp de Royallieu. En 1943, et plus encore en 1944, le rythme des dparts en dportation sacclre. La dportation se substitue aux excutions massives dotages comme principale mesure de rpression. Ce ne sont plus des Juifs qui partent de Compigne (ceux-ci sont dsormais transfrs vers les camps dextermination, essentiellement depuis Drancy), mais des politiques et surtout des rsistants destins aux travaux forcs dans les camps de concentration du Reich. Au total, 28 grands convois sont partis de Compigne emportant prs de 40 000 personnes vers les camps nazis. La moiti dentre elles nen sont pas revenues.

David Brainin, dpart massif, Compigne, 1942

4

LE PARCOURS HISTORIQUELe parcours historique conu par Christian Delage se prsente sous la forme de frises histories disposes sur les murs des 10 salles et des deux couloirs des deux btiments proposs la visite. Ces frises mlent le rcit historique et les documents reproduits. A ct des lettres, des photos, des dessins et des documents officiels manant des autorits allemandes ou franaises, une large part est accorde aux documents visuels et sonores constitus principalement de films darchives et de rcits de tmoins. Evoquant celui dun intern, le parcours historique se dveloppe en trois temps : - Avant Royallieu qui replace le camp dans son contexte historique : la dfaite, lArmistice, loccupation, les dbuts de la rsistance et la politique de rpression allemande. (Salles 1 5) - Royallieu : linternement, lorganisation du camp et la vie quotidienne des interns (Salles 6 8) - Aprs Royallieu : la dportation vers les camps nazis depuis la gare de Compigne. (Salles 9 et 10)

5

Salle 1 : dun armistice lautreLe parcours historique dbute par la confrontation des deux armistices de 1918 et 1940 avec pour fil conducteur le wagon de Foch, devenu le symbole de la revanche pour les Allemands en 1940. Les deux films projets de part et dautre des murs latraux de la salle permettent une lecture croise des deux armistices dont Compigne a t chaque fois le tmoin privilgi. Cette salle voque galement les origines des casernes de Royallieu et leurs fonctions successives depuis leur construction en 1913 jusquen juin 1940, date laquelle les troupes allemandes arrivent Compigne.

Hitler et la dlgation allemande devant le wagon de larmistice, 22 juin 1940

Salle 2 : Terre de France Cette salle oppose le mythe de la Terre de France et de lunit nationale exalts par Ptain, aux ralits des premires mesures dexclusion et de rpression que le rgime de Vichy met en place ds lautomne 1940. Dun ct, les voyages de Ptain films par les actualits de Vichy sont diffuss sur huit crans de tlvision. Les villes visites apparaissent par des projections lumineuses sur une carte physique de la France, projete au sol. Destins la propagande du rgime et la valorisation de la Rvolution nationale, ces dplacements sont limits la zone sud et ils tentent de faire oublier la ligne de dmarcation et loccupation de la zone nord. De lautre ct, sur une frise murale, figurent les victimes des premires mesures dexclusion et de rpression du rgime de Vichy : les francs-maons et surtout les Juifs quune bande dessine reprsente en agents infectieux de la dingaullite . Sur une autre frise sont voques les premires manifestations de rsistance loccupation et au rgime de Vichy, Paris et Compigne, loccasion de la commmoration de larmistice de 1918.

6

Salle 3 : les droits de loccupant

Dfil de larme allemande sur le parvis du chteau de Compigne (1942).

La carte de France prsente dans cette salle rend compte de la situation relle de la France aprs larmistice du 22 juin 1940 : une France dcoupe en plusieurs zones de statut diffrent, bien loin de la vision idalise quentend promouvoir la propagande de Vichy. Larticle 3 de la convention darmistice dfinit les droits de la puissance occupante en mme temps quelle prfigure la collaboration dEtat entre Vichy et le Reich. Souhaite par Ptain, la collaboration est officialise le 24 octobre 1940 lors de la rencontre du chef de lEtat franais avec Hitler dans la gare de Montoire (Loir-et-Cher). Deux crans voquent lhistoire de cette rencontre vue la fois du ct franais et du ct allemand. Dans les salles suivantes, plusieurs crans reviennent sur ce sujet entre 1941 et 1944. Une frise de cette salle est consacre aux dbuts du camp de Royallieu. En zone occupe, pour rassembler les soldats franais et britanniques capturs lors de loffensive de mai-juin 1940, la Wehrmacht rquisitionne la caserne de Royallieu qui devint le Frontstalag 170 KN 654 plac sous lautorit du commandement militaire allemand. Le 22 juin 1941, aprs linvasion de lUnion Sovitique, des militants communistes y sont interns. Cest cette date que le camp de Royallieu prend lappellation de Frontstalag 122 et quil devient un camp de concentration permanent pour lments ennemis actifs , puis un camp de dtention de police . Les interns sont dsormais des civils de toutes nationalits, en majorit des politiques, dont certains seront dsigns comme otages dans le cadre des mesures de reprsailles.

7

Salle 4 : La politique des otagesCette salle est consacre aux dbuts et lessor de la rsistance et aux mesures de rpression quelle provoque. A partir de lt 1941 les attentats terroristes visant des officiers allemands se multiplient aussi bien Paris quen province. En reprsailles ces attentats la politique allemande de rpression se radicalise et des otages sont fusills. Hitler exige 100 otages fusills pour chaque officier allemand abattu. A plusieurs reprises, des interns sont extraits du camp de Royallieu pour tre fusills dans la fort de Compigne. Au camp, les interns sefforcent dinformer les familles par des petits mots quils font passer clandestinement lextrieur grce la complicit dune dlgue de la Croix-Rouge, Germaine Pourvoyeur. Toutefois, le Commandant militaire en France, Otto von Stlpnagel est soucieux de limiter le nombre des excutions dotages par crainte dune hostilit croissante de la population franaise loccupation allemande. En dcembre 1941, il propose de substituer les dportations lEst, comme mesure de reprsailles, aux excutions massives dotages, proposition que reprendra son compte le Marchal Keitel, chef du haut-commandemant des forces armes allemandes en signant le dcret Nacht und Nebel (Nuit et Brouillard), le 7 dcembre 1941. A partir de 1942 la dportation massive tend se substituer aux excutions dotages comme principale mesure de reprsailles.

La Rsistance se renforce aprs la dcision de Pierre Laval dinstaurer la Relve (envoi de travailleurs volontaires franais en France contre la libration de prisonniers de guerre) et surtout le service du Travail Obligatoire (STO) le 16 fvrier 194