Memoire Fin Original

Click here to load reader

  • date post

    05-Jul-2015
  • Category

    Documents

  • view

    647
  • download

    3

Embed Size (px)

Transcript of Memoire Fin Original

FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES *******

Dpartement de Lettres Modernes*******MEMOIRE DE MAITRISE

Thme:

RELIGION ET MAGIE DANS LETRANGE DESTIN DE WANGRIN OU LES ROUERIES DUN INTERPRETE AFRICAIN DAMADOU HAMPATE BA

Prsent par

Sous la direction du

SERIGNE KHALIFA A. WADE

PROFESSEUR BASSIROU DIENG

Anne universitaire 2009 - 20102

Je ddie ce mmoire

-

Ma mre Ngon Pouye, petite physiquement mais dote dune volont dacier, qui sest battue dans la solitude et Inlassablement pour me donner les moyens de poursuivre mes tudes. QuAllah fasse quelle continue des dizaines danne encore prier pour moi.

-

Mon pre Assane Wade, pour ses conseils et ses prires ; 3

-

Ma femme Seynabou Ndiaye dite Awa Ciss, femme patiente et intelligente, qui sait prodiguer de sages conseils ;

-

Mes enfants.

4

Ils

vont

Au professeur Bassirou DIENG qui ma guid et a su dcupler ma passion pour la recherche.

Au professeur Mamadou BA, qui na mnag aucun effort pour maider dans mes travaux, en me fournissant moult documents, en me prodiguant dimportants conseils.

A tous les professeurs du Dpartement de Lettres Modernes de la Facult des Lettres et Sciences humaines de lUniversit Cheikh Anta Diop de Dakar.

A monsieur Niokhobaye DIOUF, proviseur du lyce de Mbao, qui ma soutenu sans faille, me faisant croire que je peux le faire, ce mmoire. Il est un excellent coach, qui sait pousser son personnel vers lavant, vers lexcellence.

A Aly Bokar Kane, professeur dhistoire et de gographie au lyce de Mbao, pour ses conseils si clairs et son soutien moral.

A Bokar Seck, professeur de lettres modernes au lyce de Mbao, qui je dis : seuls les hommes vraiment gnreux savent partager la plus prcieuse des richesses quest le savoir. Bokar tu fais partie de ceux-l.

5

A mon collgue, compagnon dtudes et ami Idrissa Wattara. Nos destins semblent lis, depuis notre entre lUCAD. Merci pour ta franche collaboration.

INTRODUCTION6

7

La conscience plus ou moins floue de l'existence d'un monde immatriel, au sommet duquel trneraient des divinits, esprits, gnies, a marqu lvolution humaine. Selon le philosophe roumain Mircea Eliade1"toute culture sa naissance est religieuse." Ainsi, l'anciennet du sentiment religieux se confond avec celle de l'humanit. Il se rvle et volue ds l'avnement de l'homo sapiens. On retrouve les manifestations les plus anciennes de cette spiritualit, celle de nos anctres, dans les mythes, lgendes, contes, mais galement sur les peintures rupestres, uvres anonymes qui remontent la nuit des temps. Actuellement, le constat de la multiplicit et de la diversit des religions et croyances est universel et le philosophe Henri Bergson souligne : "On trouve dans le pass, on trouverait mme aujourd'hui des socits humaines qui n'ont ni science, ni art, ni philosophie. Mais il n'y a jamais eu de socit sans religion2". La religion est donc l'une des valeurs les plus rpandues sur terre. C'est cette prgnance du sacr dans la conscience humaine qui explique son incessante reprsentation dans les productions littraires orales et crites de tous les peuples. En effet, chez les Europens, le merveilleux hante de nombreux contes et fables, qui, eux, sont inspirs de lancienne littrature orale aux auteurs inconnus, et ceci explique cela. On peut en citer certaines fables de J. de La Fontaine ( La Mort et le bcheron , le Dragon plusieurs ttes et le Dragon plusieurs queues , etc.), les contes de Charles Perrault (Les Contes de ma mre l'Oye qui est un recueil de huit contes de fes). Le merveilleux et le fantastique s'invitent galement dans la littrature romantique chez Victor Hugo dans sa nouvelle fantastique, Le diable chiffonnier et dans certains de ses pomes comme Les Djinns ; chez Thophile Gautier avec La cafetire ; chez Guy de Maupassant qui a produit plusieurs nouvelles fantastiques dont celle intitule Le Horla ; chez Aloysius Bertrand qui a rdig un recueil de pomes en prose, Gaspard de la Nuit o il voque les circonstances dans lesquelles il aurait rencontr Satan Dijon etc.

1

Cit par Stanislas Deprez dans son ouvrage : Mircea Eliade : La philosophie du sacr, Paris, L'Harmattan, 1999, 160 2 BERGSON, Henri, Les deux sources de la morale et de la religion, Presses Universitaires de France, 1955

8

Dans la littrature latino-amricaine du XXe sicle le surnaturel se retrouve dans les romans du Mexicain Carlos Fuentes comme Terra nostra et Christophe et son uf ; du Prix Nobel de littrature colombien Gabriel Garca Marquez Cent ans de solitude (publi en 1967), etc. Ils ont ainsi illustr le nouveau concept de ralisme magique utilis par la critique littraire et la critique dart depuis 1925 pour rendre compte de productions o des lments perus comme magiques , surnaturels et irrationnels surgissent dans un environnement raliste , reconnaissable. Chez les Anglais, on note des auteurs de rcits fantastiques (nouvelles, romans) tels que Sheridan Le Fanu (Carmilla 1871), Bram Stoker (Dracula1897), .Oscar Wilde (Le Portrait de Dorian Gray, 1891). Cependant le surnaturel tel que reprsent dans la plupart des uvres littraires europennes (franaises et anglaises, en particulier) semble obir une esthtique ludique. L'accent est mis sur le divertissement du lecteur, coup du monde prosaque et matrialiste de tous les jours, il est plong dans un univers onirique qui lui procure des sensations fortes, des montes d'adrnaline. Cela donne lieu des reprsentions, des crations d'tres et de situations hyperboliques, fantasmagoriques : vampires, monstres, cannibalisme, apocalypse, etc. C'est dans cette optique qu'Anatole France3 dit : "Avouons-le : nous avons tous au fond du cur le got du merveilleux. Les plus rflchis dentre nous laiment sans y croire, et ne len aiment pas moins. Oui, nous les sages, nous aimons le merveilleux dun amour dsespr. Nous savons quil nexiste pas". Aux antipodes de toute conception ludique du surnaturel, la littrature ngro-africaine intgre celui-ci en tant que valeur, caractristique des cultures locales, en cela elle rejoint la littrature latino-amricaine avec son ralisme magique . Le magique et le spirituel participent de la vie ngro-africaine au quotidien. C'est pourquoi ils sont prsents dans la plupart des uvres orales et crites africaines : contes, mythes, lgendes, popes, romans, nouvelles et mme dans certains pomes (Birago Diop, Leurres et Lueurs), etc.

3

Cf. FRANCE, Anatole, La Vie littraire, Calmann Lvy, 1892

9

Xavier Garnier4, ayant constat l'omniprsence de cette donne dans les publications romanesques africaines, classe celles-ci selon le mode de prsence du surnaturel, du spirituel dans ces uvres. On peut noter, daprs lui, trois importantes catgories de romans ngro-africains. En premier lieu, le roman raliste irrationnel , appellation contradictoire voire droutante mais qui s'explique selon lui par le fait que si le monde des esprits est une thorie pour l'anthropologue, il est rel pour le romancier (p. 16) et il souligne que la condition sine qua non du roman raliste irrationnel est que le (ou les) narrateur(s) partage(nt) le point de vue traditionnel africain (p. 19). Appartiennent ce genre, les uvres dElechi Amadi et de Chinua Achebe. En deuxime lieu, le roman positiviste qui remet en cause la ralit, lefficacit du magico-religieux. Des auteurs comme Asare Konadu et David Ananou illustrent ce type romanesque. Enfin, le roman spiritualiste o est valoris le travail comme instrument du progrs individuel, la notion de destin y occupe une place centrale, la magie (le sacrifice) est de ce fait employe le plus souvent pour agir sur le destin, l'incliner favorablement par rapport aux intrts du hros. Les uvres dAmadou Kourouma (Les Soleils des indpendances) et d'Ahmadou Hampt B (L'trange destin de Wangrin) entrent dans cette catgorie. La vie et l'uvre de ce dernier sont marques par la spiritualit, inspire de sources diverses : les religions traditionnelles peule et bambara et l'Islam. Traditionaliste, il a recueilli auprs de gardiens de lauthenticit culturelle africaine ces vieux sages placides et dbonnaires parce que remplis ras bord de sciences multiformes hrites des anctres et sans cesse enrichies au contact de lexprience quotidienne et que Hampt B compare si justement de vastes bibliothques dans une clbre formule des contes, lgendes, rcits piques, ayant tous un fond spirituel trs marqu. Parmi lesquels, notons Kaydara5, Njeddo Dewal, mre de la calamit : conte initiatique peul6, La Poigne de poussire, contes et rcits du Mali7 , etc. Amadou H. B a aussi publi, propos de la religion islamique, des ouvrages comme L'Empire peul du Macina8, qui documente sur la vie et l'volution d'une4

GARNIER, Xavier, La magie dans le roman africain, Presses Universitaires de France, Collection critures francophones, 1999 5 BA, Amadou H, Kaydara, Abidjan, Nouvelles Editions africaines-Edicef, 1985, 155 p. 6 BA, Amadou H, Njeddo Dewal, mre de la calamit : conte initiatique peul, Abidjan. Nouvelles Editions africaines-Edicef, 1985, 239 p. 7 BA, Amadou H, La poigne de poussire : contes et rcits du Mali. Nouvelles Editions africaines. 1987.

10

des premires thocraties de l'Afrique de l'ouest ; Vie et enseignement de Thierno Bokar9, qui est une biographie de son matre spirituel musulman et tidjaan 10 ; mais aussi des essais dont le titre est rvlateur de la passion mystique de Hampt B : Aspects de la civilisation africaine : personne, culture, religion11, qui est un ouvrage o il rpond des questions qui lui permettent de dvoiler et dexpliciter sa vision du monde, Jsus vu par un musulman12, etc. Ce got pour le surnaturel voire le mysticisme se retrouve dans ses uvres autobiographiques que sont Amkoullel. L'enfant peul. Mmoires13 et commandant ! : Mmoires II