Marché fin marocain

download Marché fin marocain

If you can't read please download the document

  • date post

    21-May-2015
  • Category

    Documents

  • view

    1.085
  • download

    3

Embed Size (px)

Transcript of Marché fin marocain

  • 1. Lefficience des marchs financiers des pays mergents : lexemple de la bourse de CasablancaKhalid BAKIR Universit dOrlansLaboratoire dEconomie dOrlansFacult de Droit, dEconomie et de GestionE-Mail : bakir.khalid@caramail.comRsum : Les marchs financiers des pays mergents dAsie, dAmrique Latine et dEuropede lEst ont suscit une littrature importante, destine comprendre leurs fonctionnements,leurs organisations et leurs perspectives futures. Toutefois, peu dtudes ont t consacres aumarch financier marocain. Cest la raison pour laquelle ce travail a pour objectif principaldanalyser lefficience informationnelle de la bourse de Casablanca. Nous avons montr quele march boursier marocain na pas encore atteint le stade de maturit des pays dvelopps.En effet, bien que les autorits publiques aient entrepris dimportantes rformes delibralisation financire, cela na pas entran une amlioration significative de lefficience dece march. Je tiens remercier tout particulirement le Professeur Georges Gallais-Hamonno pour ses lectures attentivesainsi que pour ses conseils. Toutes erreurs ou omissions restantes me sont pleinement imputables.

2. 1 - IntroductionA linstar de nombreux pays en dveloppement, le Maroc cherche accder auxmarchs financiers globaliss et intgrer une dynamique de croissance qui caractrise lesdragons asiatiques et les pays dAmrique Latine. Pour ce faire, ds 1983, il adopte un plandajustement structurel qui vise le rtablissement des quilibres macro-conomiquesnotamment le dficit budgtaire, ainsi que le dveloppement dune conomie de marchlibrale et comptitive. De ce fait, quatre sries de moyens sont mises en uvre : la baisse desdpenses publiques, la libralisation de lconomie (les programmes de privatisations, larforme du systme bancaire et financier), la libralisation du commerce extrieur (lasuppression des interdictions dimportation, la rduction des droits de douanes) et lincitation linvestissement national et tranger.Le lancement des programmes de libralisation, notamment les oprations deprivatisations, ncessite la mise en place pralable dun ensemble de rformes dans le sens dela modernisation et de la dynamisation du march boursier marocain. Les rformes sontinities par les textes de la loi de 1993 et compltes en 1997. Ces derniers modifientprofondment les rles et les modalits dintervention des diffrents acteurs du marchfinancier et mettent en place un certain nombre de principes fondamentaux :- La cration de la Socit de la Bourse des Valeurs de Casablanca (SBVC), comme socitprive gestionnaire de la bourse de Casablanca ;- La cration du Conseil Dontologique des Valeurs Mobilires (CDVM) en tant quautoritde contrle des transactions et de protection des pargnants ;- Linstitution des socits de bourse dotes du monopole des transactions sur les valeursmobilires au Maroc ;- Linstitution de lAssociation Professionnelle des Socits de Bourse (APSB) pour veiller aurespect par ses membres (les socits de bourse) de la rglementation en vigueur ;- La cration des Organismes de Placement Collectif des Valeurs Mobilires (OPCVM) pourorienter lpargne vers le march boursier ;- Linstitution de lAssociation des Socits de Gestion et Fonds dInvestissements Marocains(AFSIM) pour amliorer et dvelopper les services lis aux produits et aux placements delpargne quoffrent les OPCVM.- Linstitution du dpositaire central (MAROCLEAR) pour amliorer les procdures dednouement des transactions ;Ces rformes ont pour objectif de dynamiser le march des valeurs mobilires et defaire passer le Maroc dune conomie dendettement une conomie de march plus saine etplus viable. Nous pouvons conclure que cest un pari russi puisque le Maroc est considr,depuis le milieu des annes 90, par la communaut financire internationale1, comme tantun pays mergent.En comparant les modes de cotation sur le plan international, on constate quil existedeux grands types dorganisation de march : les marchs dirigs par les ordres et les marchsdirigs par les prix. Dans le systme dirig par les ordres, ce sont les ordres introduits sur lemarch par les participants qui dterminent les cours auxquels les actifs doivent trechangs. Lorganisation des changes rsulte donc de la confrontation gnrale des ordres1 Le 3 novembre 1996, la Socit Financire Internationale (SFI) intgre le Maroc dans sa liste des paysmergents. 2 3. des clients par lintermdiaire des socits de bourse. Dans le systme dirig par les prix, lemarch est dit dcentralis puisque chaque teneur de march market-maker proposeses propres conditions de prix dachat et de vente. Ce sont donc les prix proposs par lesteneurs de march qui suscitent lintroduction des ordres de la clientle et entranent leschanges de titres. La bourse de Casablanca a adopt le systme dun march dirig par les ordres. Pourcomprendre son fonctionnement, nous analysons brivement sa structure, son systme decotation, son degr dautomatisation, ses procdures dchanges.La modernisation de la Socit de Bourse des Valeurs de Casablanca a entran ledmarrage de son systme de cotation lectronique en mars 1997. Le passage de la cotation la crie la cotation lectronique a eu lieu entre le 4 mars 1997 et le 15 juin 1998.Aujourdhui toutes les valeurs mobilires cotes la bourse de Casablanca sont ngocies surle systme de cotation lectronique partir des stations de ngociation mises la dispositiondes socits de bourse par lautorit de march.La bourse de Casablanca est caractrise par lexistence dune fragmentation de sonmarch boursier : le march central et le march de blocs. Le premier est conu pour laconfrontation des ordres dachat et de vente pour les valeurs mobilires admises la coteofficielle. Le second est caractris par la ngociation directe des valeurs mobilires inscrites la cote de la bourse mais qui portent sur des volumes dchanges importants. Les actions admises la cote officielle de la bourse de Casablanca sont dtermines enfonction de leur liquidit. La dtermination du cours des valeurs les moins liquides se fait parle mcanisme du fixing, alors que celle des valeurs les plus liquides par une cotation encontinu. Le mcanisme du fixing permet, au cours dune sance de bourse, de dterminer uncours quotidien des titres cots en respectant, au mieux, lquilibre de loffre et la demande.Inversement, les valeurs qui connaissent un traitement en continu peuvent avoir plusieurscours durant une sance boursire.Le Maroc est, aujourdhui, dot dune bourse de valeurs fonctionnant selon desstandards reconnus par la communaut financire internationale. Cependant, les rgles defonctionnement et dorganisation ne sont pas les seuls facteurs dterminants dans lattraitdinvestissements locaux et trangers. La recherche, lanalyse et lexploitation delinformation disponible remplissent aussi un rle primordial dans la dcision de placementdes investisseurs. Ces derniers sintressent la pertinence de linformation publique rvlesur le march, linformation prive quils dtiennent, lanticipation des informationsprives dtenues par les autres agents conomiques et la dtermination du degr de rapiditavec lequel le march intgre dans le cours des titres chaque catgorie dinformation.Dans un march financier efficient, lensemble des informations disponibles sur lemarch est instantanment reflt dans le cours des actifs financiers concerns. Aucun actifnest alors sous-valu ou sur-valu, et la recherche dinformations devient inutile puisquelensemble de linformation est dj contenu dans le cours des titres concerns. Lobjectif dece travail est dtudier lefficience informationnelle de la bourse de Casablanca.2 - La base de donnes 3 4. La collecte, le traitement et la prparation des donnes pour les tests empiriques ontt effectus, en grande partie, partir des donnes fournies par la socit de la bourse desvaleurs de Casablanca SBVC . La constitution de notre base de donnes a t une tchetrs difficile raliser et cela pour plusieurs raisons. Parmi celles-ci, nous citons : ltroitessede la place de Casablanca, la faible frquence des cotations sur certains titres et le manquedune banque de donnes comme celle de lAFFI-SBF en France. Le nombre de titres cots au 31 dcembre 2000 est de 53 valeurs. Toutefois, notrechantillon est compos uniquement de 28 valeurs2 pour lesquelles nous disposons dedonnes quotidiennes sur une priode de 5 ans allant de janvier 1996 dcembre 2000. Cettepriode dtude reprsente environ 36 000 donnes en prenant en compte les donnesconcernant lindice gnral de la bourse de Casablanca. Nous disposons galement des datesde paiements et des montants de dividendes pour chaque valeur ainsi que des informationsconcernant les augmentations de capital. Les titres qui composent notre chantillon assure une reprsentativit significative etde lensemble des valeurs marocaines cotes la bourse de Casablanca. Le tableau ci-dessous(tableau 1) prsente lensemble de ces titres ainsi que les secteurs auxquels ils appartiennent. Tableau 1 : Titres composants notre chantillonTitres AbrviationsSecteursAcred ACR FinancementAuto-Hall ATHCommerceBanque Commerciale du Maroc BCMBanqueBanque Marocaine du Commerce ExtrieurBCE BanqueBanque Marocaine du Commerce et de lIndustrieBCIBanqueBanque Nationale pour le Dveloppement Economique BDEBanqueBranoma BNM Agro-alimentaireBrasseries du Maroc SBM BrasserieCarnaud CRN Emballage / ImpressionCrdit du Maroc CDMBanqueCentrale Laitire CLT BrasserieCrdit Immobilier et Htelier CIHBanque / CrditCiment du Maroc CMAConstruction / MatriauxCiorCIOConstruction / MatriauxCosumar CSR Industrie sucrireCompagnie de Transport au Maroc CTM TransportDiac Equipement DIE Financement / CrditDiac Salaf DIS Crdits la consommationCrdit EqdomEQDSocit FinancireGeneral Tire MarocGTMIndustrie pneumatiqueLesieur LES Agro-alimentaireLongometalLGTCommerceONA ONASocit de portefeuilleSamir SAMPtrole et MinesSocit Nationale dInvestissementSNI Socit dinvestissementSofac CrditSOF Financement / CrditSonasidSIDIndustrie MtallurgiqueWafabankWFB Banque2 Les donnes manquantes de notre srie sont remplaces par la mthode du prdcesseu