maladie d'hier & d'aujourd'hui - globe- .& d'aujourd'hui. Tuber Poster n°1 culose ... † les...

download maladie d'hier & d'aujourd'hui - globe- .& d'aujourd'hui. Tuber Poster n°1 culose ... † les élevages

of 13

  • date post

    16-Sep-2018
  • Category

    Documents

  • view

    214
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of maladie d'hier & d'aujourd'hui - globe- .& d'aujourd'hui. Tuber Poster n°1 culose ... † les...

  • Tuberculosemaladie d'hier & d'aujourd'hui

  • TuberculosePoster n1LA TUBERCULOSEQUELQUES POINTS DHISTOIRE Dr Yves MOREAU - Dr Jean-Franois SALUZZOLa tuberculose travers les sicles Peste blanche, grande faucheuse, consomp-tion ou encore phtisie autant de termes qui dsignent cette maladie infectieuse grave qui a frapp lhumanit ds le nolithique avec le dveloppement de lagriculture et le regroupe-

    ment des communauts en villages. Vraisemblablement dorigine bovine, on relve des traces de lsions de cette maladie sur des momies gyptiennes (3000 ansavant J.C), dans la littrature chinoise (2700 avant J.C), en Inde (1200 avant J.C) et plus tard dans le nouveau monde sur une momie

    prcolombienne du VIIIe sicle. Les grandes pidmies europennes et la dissmination plantaire du microbe ont lieu partir du XVIIIme sicle et du XIXme sicle. Au cours de cette priode, un Europen sur quatre mourait de peste blanche.

    Dcouverte du microbe Si les symptmes ont t dcrits par HIPPOCRATE en Grce au Ve sicle avant J.C, plus tard par Jronimo FRASCATOR en Italie en 1546 et par Percival POTT en 1750 en Angleterre (atteintes osseuses). Ce nest quau dbut du XIXe sicle grce Ren LAENNEC que la nature infectieuse et contagieuse de la maladie a sembl vidente. Cela ft confirm par le mdecin militaire Jean-Antoine VILLEMIN en 1865 puis par le vtrinaire Jean-Baptiste CHAUVEAU en 1868. En 1882, le microbiologiste allemand Robert KOCH rsout lnigme vieille de plusieurs millnaires et dmontre que la tuberculose est bien cause par une bactrie baptise plus tard Mycobacterium tuberculosis.

    Dcouverte de la tuberculineHuit ans plus tard en 1890, le mme Robert KOCH dcrit une substance, un extrait glycrin du bacille tuberculeux, appele dabord lymphe de KOCH puis tuberculine capable dempcher la croissance du microbe en culture et sur lanimal. Les essais ultrieurs montrent au contraire chez lhomme notamment linefficacit et mme le danger de ladministration de cette substance des fins curatives. Par contre, on observa que linjection sous-cutane de tuberculine provoquait une raction chez les malades. La tuberculine va tre alors utilise et lest encore chez lhomme et lanimal par voie percutane ou intradermique (voir poster n2).

    Dcouverte du vaccin BCG Le mdecin Albert CALMETTE, disciple de PASTEUR, second par le vtrinaire Camille GUERIN vont ds 1908 attnuer par 230 repiquages successifs sur un milieu contenant de la pomme de terre et de la bile de buf, un bacille tuberculeux dorigine bovine. Cette souche avait perdu son pouvoir pathogne mais conserv sa capacit induire une rponse immunitaire. Elle est ainsi devenue le vaccin BCG (vaccin Bili de CALMETTE et GURIN), utilis sous forme liquide ou lyophilise et avec des voies vaccinales diverses (orale, sous-cutane, intradermique par multipuncture ou scarification). (Voir poster n4)

    Squelette de momie appartenant un prtre d'Amon (1000 av. JC) atteint d'un mal de Pott.

    Culture de B. K sur milieu de "Lwenstein". Bacilles tuberculeux. Dans le tube essai, chaque levure reprsente une colonie forme par la multiplication d'un bacille de Koch prlev sur le malade (coloration de Ziehl montrant les bacilles au microscope).

    Albert CALMETTE(1863-1933)

    Reprsentation de la peste blanche sur le retable de St Jean-Baptiste

    et St Jean l'vangliste.Dtail de l'Apocalypse

    P

    hoto

    Inst

    itut P

    aste

    ur

    M

    use

    de

    Mem

    ling

    Bru

    ges

    - Ph

    oto

    : H. M

    aerte

    ns

    G

    laxo

    D'ap

    rs

    Ellio

    t SM

    ITH

    et M

    arc-

    Arm

    and

    RUFF

    ER in

    Pro

    Md

    ico

    1924

  • TuberculosePoster n2DIAGNOSTIC DE LA TUBERCULOSEPAR INTRADERMO-RACTION

    La prparation de la tuberculineLa tuberculine de KOCH universellement employe tait une concentration au 1/10me de cultures vieillies de bacille de KOCH, filtres et strilises par la chaleur. Les laboratoires ont associ souches humaines et souches vtrinaires cultives puis strilises par la chaleur et le formol et filtres. La conservation est assure par une quantit importante de glycrine. Les tuberculines modernes sont purifies. (Driv protique purifi ou PPD)

    Les usages de la tuberculineLa tuberculine est utilise pour le dpistage de la maladie installe chez lhomme et chez certains animaux et chez lhomme, pour le suivi de la prise vaccinale aprs administration du vaccin BCG. (cf. poster n4).Les cellules immunologiques de lindividu tuberculeux, humain ou animal, sensibilises par ladministration de tuberculine se mobilisent. Cest la raction dhypersensibilit retarde.

    Les principaux tests tuberculiniques La cuti-raction : en 1907, Von PIRQUET observe quune goutte de produit dpose sur une scarification de la peau entraine une raction cutane : une allergie tmoin de linfection bacillaire. Les rsultats sont lus 48 heures plus tard.

    Lintradermo-raction : en 1907, MANTOUX prconise ladministration de tuberculine laide dune seringue munie dune aiguille courte ne dpassant pas le derme. Malgr les difficults dinjection, lintradermo de MANTOUX reste, aujourdhui la mthode de rfrence chez lhomme et est utilise dans le monde entier. Elle est galement largement utilise chez lanimal (cf. poster n3). La percuti-raction de MORO-HAMBURGER utilise une tuberculine plus concentre applique sur la peau du sujet. La percuti-raction a volu vers un dispositif plus moderne, le timbre tuberculinique appliqu sur la peau aprs dsinfection (travaux du Docteur Charles MRIEUX). Pendant plusieurs dizaines dannes le test tuberculinique par multipuncture de lInstitut MRIEUX a t trs largement utilis en France et aux Amriques. Il permettait une administration beaucoup plus aise que linjection intra-dermique de MANTOUX car bien accept par les jeunes enfants.

    Evolution du test : le TB derma testUne collaboration anime par Lyon Biopole a pour objectif la mise au point dun test spcifique, sensible et dapplication facile, essentiellement pour le dpistage de la tuberculose latente.

    Dr Yves MOREAU - Dr Micha ROUMIANTZEFF - Dr Jean-Franois SALUZZO

    Origine du procdEn 1880, Robert KOCH annonait au monde avoir trouv un mdicament capable de soigner la tuberculose. Pendant prs dun an, il refusa de dcrire le produit miracle, et ce nest que sous la pression internationale, quil rvlera la composition de la lymphe de KOCH, qui plus tard deviendra la tuberculine . KOCH prcisait : jai dcrit une substance dont leffet est de rendre les animaux de laboratoire rsistants linoculation du bacille, et dans le cas danimaux dj infects, darrter le processus tuberculeux . Le monde entier tait enthousiaste. LAnglais, Sir Joseph LISTER, ayant rendu visite KOCH affirmait : nous pouvons comparer la lymphe de KOCH la vaccination de PASTEUR contre le charbon, une seule injection entrane une immunit totale contre la maladie . Lquipe pasteurienne adressera un message de flicitations KOCH pour cette grande dcouverte. Les malades qui quittaient la Riviera franaise et son climat rparateur pour se prcipiter Berlin furent fort dus : la tuberculine ne gurissait pas la tuberculose. Chez certains malades, elle provoquait de svres ractions dhypersensibilit. Le prestige du grand savant sera terni. KOCH sera accus de charlatanisme. Toutefois, la tuberculine sera utilise comme ractif pour tablir le diagnostic dune infection par le bacille de la tuberculose. En 1891, KOCH dcida finalement de dcrire son produit : mon nouveau remde contre la tuberculose nest rien dautre quun extrait de bacille dans de la glycrine.

    Robert KOCH( 1843-1910)

    L

    e m

    onde

    illu

    str

    29-

    XII-1

    890

    - Bi

    blio

    thq

    ue d

    es A

    rts D

    cor

    atifs

    . PAR

    IS -

    Pho

    to :

    J.L.

    CHA

    RMET

  • TuberculosePoster n3TUBERCULOSE BOVINE :UN COMBAT EFFICACEDUN DEMI-SICLE

    Pr Jean-Jacques BNET

    La tuberculose bovine due Mycobacterium bovis est transmissible lhomme. Outre l'infection naturelle de l'homme par le bacille bovin le germe humain (M. tuberculosis) semble driver du bacille animal. Cette adapta-tion d'une maladie animale l'homme s'est faite lors de la rvolution agricole lorsque celui-ci a domestiqu les premiers animaux. En 1959, 25 % des levages bovins taient concerns par la maladie. En 2001 la France a t dclare indemne.

    Epidmiologie

    Au sein dune table, un bovin infect conta-mine ses congnres par simple contact et/ou par le matriel dlevage.Lhomme s'est contamin pendant des sicles en consommant du lait cru infect et/ou par contact prolong avec les animaux malades.

    Modalits de lutteEntre 1963 et 2003. La prophylaxie de la tuberculose bovine consistait :A - DPISTER : les levages suspects par une tuberculination annuelle et une inspection cible labattoir, les animaux suspects par une tuberculination annuelle et en cas de positivit par une limi-nation labattoir, lleveur tant indemnis.B - SURVEILLER : les levages indemnes par une tuberculination annuelle pour la dlivrance dune qualification levage indemne de tuberculose.

    Aujourdhui, le combat se poursuit par une surveillance de zone et la matrise des facteurs de risque (mouvements danimaux, traitement UHT du lait).

    Stratgie partenariale d'radicationLradication de la maladie bovine et par consquence de la contamination humaine a t possible par un partenariat sans faille : de lEtat concepteur du programme, des Directions dpartementales des Services Vtrinaires en charge de la mise en place du programme de surveillance et d'radication, de laction locale des vtrinaires sanitaires praticiens ruraux des Groupements de dfense sanitaire de lengagement volontaire des leveurs.

    La surveillance aujourdhui est assure : Toujours par la tuberculination des bovins lors des m