Magazine Champions de la construction commerciale et industrielle

download Magazine Champions de la construction commerciale et industrielle

of 7

  • date post

    18-Feb-2016
  • Category

    Documents

  • view

    215
  • download

    2

Embed Size (px)

description

Métier: couvreur Protéger les bâtiments et les biens

Transcript of Magazine Champions de la construction commerciale et industrielle

  • LAVACON

    CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION 11

    MTIER : COUVREUR

    Par Suzanne Gagn

    MTIER : COUVREUR

    Ne devient pas couvreur qui veut En effet, dans ce mtier,

    il y a beaucoup dappels et bien peu dlus. Bravant les

    lments, les couvreurs doivent possder une forte rsistance et

    une grande force physique. Ils doivent aussi faire preuve

    de minutie, de dbrouillardise et de crativit pour utiliser

    bon escient la panoplie de matriaux et de mthodes disponibles sur le march

    et assurer la protection des btiments long terme.

    PROTGER les BTIMENTS et les BIENS

    PH

    OTO

    : IS

    TOC

    KP

    HO

    TO P

    AR

    DM

    ITR

    Y K

    ALI

    NO

    VSK

    Y

  • De la survie lesthtisme travers lhistoire, la toiture a toujours t un symbole de la protection des tres humains et de leurs biens, notamment contre les intempries. La toute premire toiture connue de lhomme est une norme peau de mammouth dcouverte en Sibrie et datant denviron 40 000 ans avant Jsus-Christ. Plus tard, les Romains utilisent lardoise, les tuiles et le cuivre puis, vers lan 735, des toitures de chaume apparaissent, suivies environ 300 ans plus tard de toitures de bardeaux de bois. Au XIIe sicle, le roi Jean dAngleterre dcrte que ces matriaux doivent tre remplacs par des tuiles dargile, une loi qui sert de mesure de protection contre les incendies.

    Au fi l du temps, des matriaux de meilleure qualit sont crs, de mme que des mthodes de construction plus fi ables et plus scuritaires. Au cours des 60 dernires annes, dimpor-tantes avances continuent de marquer le domaine.

    Par exemple, dans les annes 1950, la majorit des toitures sont composes de feutre goudronn, appliqu la main sur des pontages de bois ou de bton. Toutefois, le boom de laprs-guerre et la pnurie de main-duvre qualifi e poussent lindustrie chercher des faons damliorer la productivit. On voit alors apparatre des fondoirs aliments au krosne et des grattes gravier mcaniques.

    Aprs la guerre, lacier devient disponible pour le march domestique, et les pontages dacier sont dsormais utiliss pour les btiments commerciaux.

    Des moments clsEn 1953, un gigantesque incendie lusine General Motors de Livonia, au Michigan, cause dcs et blessures et dtruit le btiment. Le cot des dommages slve 800 millions de dollars, soit lune des plus grandes pertes en assurance en Amrique du Nord. Cet incendie mne au resserrement considrable des normes de protection contre lincendie pour les btiments. Cest dailleurs la suite de cette catastrophe que sont mis au point des adhsifs froid et des attaches mcaniques.

    Au cours des annes 1960, certains problmes avec les matriaux bitumineux traditionnels, de mme que les designs architecturaux indits, plus complexes, favorisent la recherche de nouveaux produits plus lgers, plus lastiques et plus tanches. Lasphalte commence alors remplacer le goudron minral par les toitures pente douce.

    En 1965, on introduit le concept de toiture membrane impermable protge, une technique qui est notamment utilise sur le toit vert de la Place Bonaventure. cette poque, on observe aussi lapparition de nouveaux matriaux comme le caoutchouc en feuille, la mousse polyu-rthane vaporise et lasphalte caoutchout.

    Au cours des annes 1970, les membranes de bitume modifi commencent apparatre sur le march, marquant les dbuts de lapplication au chalumeau, puis, dans les annes 1980, les feutres de fi bre de verre gagnent des parts de march.

    MTIER : COUVREUR

    GUY LALONDEDirecteur technique Association des matres couvreurs du Qubec

    PH

    OTO

    : A

    MEQ

    La piste de course Ferrari World, Abou Dhabi, le plus grand parc dattraction couvert jamais rig. Les toitures reprsentent la superfi cie de 7 terrains de football. Soprema a effectu ltanchit des toitures des espaces commerciaux au moyen de SOPRALENE 180 4.0S sur plus de 56 000 mtres carrs

    RICHARD VOYERVice-prsident et directeur gnral Soprema

    PH

    OTO

    : SO

    PR

    EMA

    PH

    OTO

    : W

    WW

    .FER

    RA

    RIW

    OR

    LDA

    BU

    DH

    AB

    I.CO

    M

  • CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION 13

    La multiplication des choixAujourdhui, les matriaux utiliss pour les toitures comprennent lasphalte et le gravier, le cuivre, le cuivre tam, le zinc, lardoise, les membranes lastomres et les membranes liquides, auxquels il faut ajouter les membranes monocouches comme le EPDM, le PVC ou le TPO.

    Un changement notable dans le march rsidentiel et commercial a t ladoption des membranes de type TPO, dit Guy Lalonde, directeur technique lAssociation des matres couvreurs du Qubec. Le TPO est une membrane thermoplastique dont la couleur peut varier, mais qui est souvent utilise dans la construction des toits blancs. Le produit existe depuis environ 25 ans, mais on en voyait peu jusqu assez rcemment.

    On trouve aussi dsormais des matriaux entirement liquides. Ils sont souvent utiliss pour les toits plus complexes et diffi cilement accessibles, comme dans les centres-villes, explique Richard Voyer, vice-prsident et directeur gnral chez Soprema. Personne naime voir une grue stationne pendant des jours sur une rue achalande... On peut donc monter ce produit directement, en barils de 20 litres, et ltendre au rouleau avec les renforcements appropris. Maintenant, nous pouvons aussi souder une membrane directement par-dessus la toiture existante pour en prolonger considrablement la dure de vie, plutt que de refaire une toiture en entier.

    Les dernires annes ont galement t marques par une mcanisation importante des procds. Nous avons par exemple des grues et des chariots lvateurs pour monter nos matriaux, des chariots motoriss qui transportent les dbris ou les rouleaux de membranes, des appareils pour couper les matriaux et des arracheuses mcaniques, alors le travail a beau tre diffi cile physiquement, il lest moins quauparavant, alors quon coupait des toitures la hache ou quon arrachait les membranes la pelle ! , estime Richard Lacombe, prsident, Toitures 4-Saisons.

    MTIER : TUYAUTEUR

    La Maison symphonique, Montral, dote dune toiture de membranes rfl chissantes SOPRASTAR FLAM HD GR sur plus de 38 000 pieds carrs.

    RICHARD LACOMBEPrsidentToitures 4-Saisons

    PH

    OTO

    : C

    HAM

    PIO

    NS

    DE

    LA C

    ON

    STR

    UC

    TIO

    N P

    AR

    DEN

    IS L

    EMEL

    IN

    PH

    OTO

    : SO

    PR

    EMA

  • Il y a 20 ans, tre couvreur se rsumait apprendre deux ou trois systmes trs simples, enchane Marc Brault, prsident, Omer Brault inc. Aujourdhui, on ne pourrait pas numrer tous les systmes et les technologies qui existent ! Apprendre tout a, cest plus exigeant pour les couvreurs, surtout si lon veut quils soient polyvalents.

    Et on ne saurait passer sous silence les nombreux changements apports du ct de la scurit afi n de limiter les risques daccident (chutes, coupures, brlures, maux de dos, lectrocution). Dsormais, la machinerie doit tre hautement scuritaire, et les couvreurs doivent tre pars de garde-corps ou munis dun harnais bien ancr au btiment en tout temps.

    Ce changement a t diffi cile accepter pour ceux qui taient dj dans le mtier depuis longtemps, confi e Jocelyn Hogue, prsident, Toitures Hogue. Ce nest pas facile de shabituer travailler attach puisquon est moins mobile. Par contre, personne ne souhaite assister lenterrement dun de ses collgues ou employs. En plus, la CSST est svre, et les amendes sont trs leves pour ceux qui drogent aux normes de scurit.

    Lenvironnement au premier planPour lavenir, les proccupations environnementales sont importantes ici comme dans bien des domaines

    Selon les variations du cot de lnergie, on pourrait aussi voir apparatre davantage de panneaux solaires sur les toitures, estime Guy Lalonde. On en voit dj beaucoup aux tats-Unis et en Ontario. Si le cot de notre lectricit monte ou que celui des panneaux solaires descend, il pourrait y en avoir plus chez nous. Nous pourrions alors profi ter de lexprience des Amricains et des Ontariens.

    Les fabricants, de leur ct, ont aussi beaucoup de projets dans leurs cartons : Nous travaillons beaucoup au dveloppement de matires premires base de produits naturels ou recycls, dit Richard Voyer. Nous visons diminuer ou supprimer notre dpen-dance au bitume, que nous remplaons de plus en plus souvent par des produits naturels. En Europe, on commence mme remplacer les polyesters traditionnels des armatures par des produits non synthtiques.

    Enfi n, le Conseil national de recherche du Canada mne actuellement des recherches sur un panneau isolant sous vide. Cette technologie nous permettrait daller chercher des rsistances thermiques trs leves, dans des panneaux trs minces, dit Guy Lalonde. Ce serait au moins cinq fois plus performant que lisolant utilis actuellement.

    suivre, donc !

    14 CHAMPIONS DE LA CONSTRUCTION

    MTIER : COUVREUR

    Ce changement a t difficile accepter pour ceux qui

    taient dj dans le mtier depuis longtemps. Ce nest pas facile de shabituer travailler

    attach puisquon est moins mobile. Par contre, personne ne

    souhaite assister lenterrement dun de ses collgues ou

    employs. En plus, la CSST est svre, et les amendes sont trs leves pour ceux qui drogent

    aux normes de scurit.

    Jocelyn Hogue

    JOCELYN HOGUEPrsidentToitures Hogue

    PH

    OTO

    : C

    HAM

    PIO

    NS

    DE

    LA C

    ON

    STR

    UC

    TIO

    N P

    AR

    ALA

    IN L

    AM

    BER

    T

    MARC BRAULTPrsidentOmer Brault inc.

    PH

    OTO

    : A

    NN

    E-SO

    PH

    IE B

    RA

    ULT

    PH