LOTFI BOUCHNAK, Malouf tunisien / Tunisian Maluf

download LOTFI BOUCHNAK, Malouf tunisien / Tunisian Maluf

of 12

  • date post

    08-Jan-2017
  • Category

    Documents

  • view

    221
  • download

    5

Embed Size (px)

Transcript of LOTFI BOUCHNAK, Malouf tunisien / Tunisian Maluf

  • W 260053 INEDIT/Maison des Cultures du Monde 101, Bd Raspail 75006 Paris France tl. 01 45 44 72 30 fax 01 45 44 76 60 www.mcm.asso.fr

    Malouf tunisienLOTFI BOUCHNAK

    Tunisian MalufLOTFI BOUCHNAK

    Couverture CD Bouchnak 30/06/06 12:18 Page 1

  • Collection fonde par Franoise Grnd et dirige par Pierre Bois Enregistr en octobre-novembre 1993 au studio Midophone, Tunis, par Mohsen Matri. Notice, FethiZghonda. Traduction anglaise, Josephine De Linde. Photographies, X (DR). Prmastrisation, FrdricMarin. et OP 1993-2004 Maison des Cultures du Monde.

    INEDIT est une marque dpose de la Maison des Cultures du Monde (direction, Chrif Khaznadar).

    WASLA AL-ASBAcAYN[1] Samaci (pice instrumentale, extraite du patrimoine tunisien)[2] Muwashshah : Bi rashaun tayamani, Je suis meurtri par lindiffrence de mon bien-aim[3] Istikhbr (improvisation) au violon

    Inshd (improvisation vocale) : Ashku al-gharama, Je souffre de la passion[4] Draj : Zalayt bi cishqa, Jai trbuch sur lamour

    Khaff : Ash dhuk ash-shamayil, Que de qualits, il en coule comme du mielKhatm : Hasabuna fadaqqaqu, Ils mont demand des comptes

    WASLA RASD AL-DHL[5] Istikhbr (improvisation) au qnn[6] Muwashshah : Hayara al-afkara badri, Mon esprit est tourment par la beaut clatante de mon

    bien-aim[7] Nawakht : Ya caziz al-husn, toi, la beaut adamantine, aie piti dun cur misrable !

    Dkhul barwal : Qum taraffaq bi al-mushtaq, Viens prendre soin dun assoiff damourBarwal : Laciba al-dhabyu bi caqli, La gazelle sest joue de ma raison

    WASLA AL-SKA[8] Dkhul (instrumental)

    Istikhbr (violon)DkhulInshd (improvisation vocale) : Raqqat bi wasfi jamlika, te dcrire, les mots sont devenus plusdlicats

    [9] Btyh : Bi al-rab al-ladhi farrej cala ayyub, Dieu qui a accord ta misricorde Jacob, rap-proche-moi de mon bien-aimDkhul barwal : Sahab al-cuyun al-hiwara, Ltre aux yeux de bicheBarwal : Allah la yiqtac nasib, Que Dieu me garde jusqu ce que je puisse baiser sa joueBarwal : Ma kana bih wala calayh, Je nai rien reprocher mon bien-aim

  • L a tradition musicale savante de Tunisie estlune des plus riches et des plus vivantesau Maghreb. Le malouf, tymologiquement musique habituelle et, par extension,musique classique dinspiration arabo-anda-louse, constitue lessentiel dun rpertoireconsidr comme hritier de la tradition.Mais le malouf tunisien est aussi une synth-se idale de lart arabo-andalou tel quil sestconstitu en Espagne jusquen 1492, desformes ottomanes introduites en Tunisie partir du XVIe sicle et des enrichissementsque les Tunisiens y ont apport par la suite.Le terme malouf recouvre toutes les formesdu chant traditionnel dexpression savante : la posie classique de type qasida base surla mtrique arabe arudh, le muwashshah : genre post-classique dontla forme enfreint dlibrment les rgles duarudh, le zajal : genre apparent au muwashshahmais utilisant surtout la langue dialectale, le shghul, chant labor marqu par desvariations modales, rythmiques et des voca-lises. Mais la forme principale du malouf est lanba, terme dsignant lorigine la sancede musique et quon peut aujourdhui tra-duire par suite musicale.

    Chaque nba est compose dans un modemusical spcifique dont elle prend le nom :nba rasd al-dhl, nba ramal, etc. Commedes spires successives, les diverses squencesde la nba alternent mouvements lents etlans allgres, chants et intermdes instru-mentaux selon une structure qui fut fixe auXVIIIe sicle par Muhammad al-Rashd. cebey mlomane qui rgna de 1756 1759 etse distingua comme luthiste et violoniste vir-tuose, les musiciens daujourdhui doiventlarrangement des diffrentes parties de lanba et la composition de la majeure partiedes pices instrumentales : ouvertures istifthet msaddar et interludes tshiya et farigha.Les thmes de prdilection des pomes sontlamour, la nature, le vin ainsi que dautressujets ayant trait la vie mondaine. Quoique gnralement interprt par depetits groupes vocaux accompagns par uneformation instrumentale, le takht, le maloufattire de plus en plus de chanteurs solistesqui contribuent ainsi et leur manire prenniser cet art.Cest le cas notamment de Lotfi Bouchnak,enfant prodige du chant classique en Tunisieet dans le monde arabe en gnral. Ce dis-ciple des grands matres de la musique tuni-sienne, Ali Sriti, Saleh Mahdi, Abdelhamid

    3

    Malouf tunisienLOTFI BOUCHNAK

  • Bel Eljia, Mohamed Saada, Mongi Hamza,Khaled Sdiri, Tawfik Dhwiwi est gale-ment un fervent admirateur des grandsartistes de la musique savante gyptienne,Muhammad Osman, Abdulhamouli, SadDarwish, Zakaria AhmadRemarqu ds lge de quinze ans pour sesinterprtations de la musique tunisienne etorientale (muwashshahat, qasid, adwar,improvisations), il devient ensuite pre-mier chanteur soliste La Rachidia et lOrchestre de la Radio Tlvision Tunisienne.Depuis quelques annes, ses concerts quiattirent les mlomanes les plus exigeants, luiont valu une conscration internationale ycompris auprs de grandes institutions cul-turelles telles que les Festivals internatio-naux de Carthage, de Hammamet (Tunisie),de Jerash (Jordanie), lOpra du Caire etlInstitut du Monde Arabe Paris. LotfiBouchnak parcourt le monde arabe etlEurope en vritable ambassadeur de lamusique tunisienne.Lotfi Bouchnak ne se contente pas dunevoix puissante, dun timbre brillant et dunregistre tendu. Il manie les mouvementsmlodiques les plus subtils avec une aisancedconcertante et exprime une sensibilit fleur de peau. Comme on pourra en juger ici,ses improvisations, puises aux sources lesplus authentiques, refltent un got raffinet constituent des moments privilgis o seconjuguent lexaltation et cet tat quasi-extatique que les Arabes appellent le tarab.

    Lensemble qui laccompagne dans cet enre-gistrement runit llite des musiciens tuni-siens tout en se rapprochant des formationstraditionnelles rduites. Il est compos dunviolon accord lorientale (sol, r, sol, r),dune cithare sur table trapzodale qnn,dun luth arabe cd, dune flte oblique enroseau ny, dun petit tambour sur cadre tr,dun tambour-calice darbka, et de petitestimbales naghart, auxquels viennent sad-joindre un violoncelle et une contrebasse.Ce disque prsente trois waslat, ou suitesvocales et instrumentales, dans les modesasbacayn, rasd al-dhl et ska.La premire, la wasla al-asbacayn, commencepar un samaci, pice instrumentale dont laforme, dorigine turque, est base sur unrythme 10 temps. Il est suivi dun muwash-shah intitul Bi rashaun tayamani (Je suismeurtri par lindiffrence de mon bien-aim) probablement compos par SheikhAhmed al-Wafi (1850-1921) comme le lais-sent croire son rythme original (non utilisdans les nbat traditionnelles) et sa structu-re. Ce muwashshah est suivi dun inshd,improvisation vocale fonde sur une qasida,puis de la deuxime partie de la nba al-asbacayn qui comprend un draj (chant lentcompos dans un rythme 6/4), un khaff(chant plus rapide mais toujours 6/4) et unkhatm (final dallure rapide 3/4).La seconde suite, wasla rasd al-dhl, com-prend quatre chants dont le premier, intitu-l Hayara al-afkara badri (Mon esprit est

    4

  • tourment par la beaut clatante de monbien-aim), figure dans une version diffren-te au rpertoire classique oriental. Les troisautres chants sont composs dans lesrythmes nawakht (7/8), dkhul barwal (2/2) etbarwal (2/4).

    La dernire, wasla al-ska, est puise dans lanba al-ska. Introduite par un inshd, elle secompose dun btyh (chant lent compossur un rythme 4/4) et de trois barwal.

    FETHI ZGHONDA

    5

    Lotfi Bouchnak

  • Mohamed Mabrouk, trMohamed Lejmi, nyTaoufik Zghonda, qnnSamir Bicha, contrebasse / double bassMohamed Essghir, darbka, naghartBchir Selmi, violon / violinAbdelhakim Belgaed, cdAbdelkrim Halilou, violoncelle / cello

    Fethi Zghonda,direction artistique / artistic director

  • 8

    WASLA AL-ASBAcAYN[1] Samaci (instrumental, excerpt)[2] Muwashshah : Bi rashaun tayamani, My beloveds indifference wounds me to the heart[3] Istikhbr (improvisation), violin

    Inshd (vocal improvisation) : Ashku al-gharama, I suffer from passion[4] Draj : Zalayt bi cishqa, Love has tripped me up

    Khaff : Ash dhuk ash-shamayil, Virtues flow from him like honeyKhatm : Hasabuna fadaqqaqu, I was required to give a reckoning

    WASLA RASD AL-DHL[5] Istikhbr (improvisation), qnn[6] Muwashshah : Hayara al-afkara badri, My spirit is tormented by the dazzling beauty of my

    beloved [7] Nawakht : Ya caziz al-husn, Oh you of unyielding beauty, take pity on my wretched heart!

    Dkhul barwal : Qum taraffaq bi al-mushtaq, Come, heal this heart thirsting for loveBarwal : Laciba al-dhabyu bi caqli, The gazelle trifles with my sanity/has played havoc with mysanity

    WASLA AL-SKA[8] Dkhul (instrumental)

    Istikhbr, violinDkhulInshd (vocal improvisation) : Raqqat bi wasfi jamlika, In describing you my words havegrown in delicacy

    [9] Btyh : Bi al-rab al-ladhi farrej cala ayyub, Oh God who granted Jacob mercy, bring me closerto my belovedDkhul barwal : Sahab al-cuyun al-hiwara, The doe-eyed beingBarwal : Allah la yiqtac nasib, May God preserve me that I may kiss his cheekBarwal : Ma kana bih wala calayh, My beloved is beyond reproach

  • E rudite Tunisian musical tradition is one ofthe richest and liveliest in the Maghreb.Mlf, etymologically customary musicand by extension, classical music of Arab-Andalusi inspiration, makes up the majorpart of the repertory considered heir to thetradition. But Tunisian mlf is also an idealblending of Arab-Andalusi art established inSpain up until 1492, Ottoman forms intro-duced in Tunisia from the 16th century andrich additions contributed by Tunisianslater.The term mlf covers all forms of traditio-nal learned or scholarly song : classical poetry of the qasida type based onthe Arabic metre arudh, muwashshah : a post-classical genre whoseform deliberately infringes the rules ofarudh, zajal, a ge