livret ionocinese

download livret ionocinese

of 42

  • date post

    08-Feb-2016
  • Category

    Documents

  • view

    64
  • download

    4

Embed Size (px)

Transcript of livret ionocinese

  • LIonocinse,Une nouvelle mdecine douce

    Docteur Jacques Janet

  • - 2 -

    DEFINITION

    Dans le cadre des mdecines douces, celles qui permettent de traiter efficacement les patients sans les exposer d'indsirables effets secondaires, il n'existe actuellement qu'une seule forme d'lectrothrapie, l'ionocinse. Enthrapeutique, ont pourtant t essayes toutes les formes imaginables d'lectricit produites par l'industrie:lectricit statique, courants continus, alternatifs, basses et hautes frquences, courants rectangulaires,triangulaires, sinuso daux, courants induits, sans jamais tenir compte des perturbations que leur applicationpouvait provoquer dans le fonctionnement de cette machine lectrique aussi complexe que dlicate qu'est lecorps humain. Toute l'originalit de lionocinse vient du fait qu'elle respecte ce fonctionnement et agit enharmonie avec lui. Elle reprsente la seule forme d'lectrothrapie non polluante.

    L'ionocinse a t rendue possible par les progrs de l'lectronique. Les premiers Gnrateurs d'ionocinsetaient composs de lampes triodes, puis sont venus les semi-conducteurs.

    L'apparition du microprocesseur, vritable cerveau lectronique, a permis la ralisation d'un appareillagerpondant d'une faon absolument parfaite toutes les conditions d'application de la mthode : le gnrateurd'ionocinse prend en compte en temps rel les ractions de l'organisme et gre en permanence, sansintervention humaine, la conduite du traitement.

    Extrme facilit d'application, large ventail d'indications thrapeutiques, innocuit totale, tels sont les troisavantages de la mthode.

    u Facilit d'application:Des annes d'exprience en milieu mdical, entre les mains de spcialistes, ont permis de mettre au point unappareillage dont la manipulation est d'une extrme simplicit. Les protocoles d'application sont aujourd'hui laporte de tous et ne demandent aucune formation particulire.

    u Indications thrapeutiques nombreuses:Comme nous allons le voir, l'action essentielle de l'ionocinse est son pouvoir de revitalisation. Il peut s'exercerau niveau de n'importe quelle partie du corps. L'ionocinse permet en outre d'administrer en toute scurit denombreux mdicaments et de les rendre efficaces trs faible dose. Ces deux raisons font que, sans tre unepanace, elle peut s'appliquer des affections de nature et de sige trs divers.

    u Parfaite innocuit :Aliments par un transformateur extrieur, les appareils travaillent en basse tension ce qui limine tout risqued'accident d'origine lectrique.

    Il existe deux modalits d'application de l'ionocinse:- domicile: cette forme d'automdication est sans danger en elle-mme. Il est toutefois vident qu'en

    prsence de symptmes svres ou persistants, il est indispensable de prendre l'avis d'un praticien. L'ionocinsepermet, domicile, tous les traitements par application externe : au niveau de la colonne vertbrale, desmembres, du thorax, de l'abdomen, de la tte, du visage avec, en particulier, de multiples possibilits pourl'esthticienne.

    - au cabinet du mdecin: l'ionocinse offre des possibilits supplmentaires. Elle permet, entre les mainsd'un oprateur qualifi, de traiter l'aide de sondes les cavits de l'organisme ou, l'aide d'une oeillre, des'appliquer aux affections oculaires. Il est alors fait appel un Gnrateur plus perfectionn, possdant enmmoire des programmes de traitement complets.Voici un petit exemple pour illustrer ce qui diffrencie l'ionocinse des autres mthodes d'lectrothrapie:

  • - 3 -

    Obs. 1. - Monsieur L... Armand, industriel, g de 70 ans, est un personnage trs irritable. Il se luxe un jour l'paule gauche. Lekinsithrapeute qui la lui remet en place lui fait, pour le soulager, une sance de galvanothrapie. Mais celle-ci, hlas, dclenche une crisede palpitations cardiaques et une violente colre. Il prsente une norme acclration du pouls avec une intense gne respiratoire. Le maladese prcipite mon cabinet.- "Je vais vous faire une sance d'ionocinse", lui dis-je.Voyant l'appareil, les fils, les lectrodes, il ragit violemment:- "Non! pas d'lectricit. Vous allez me tuer!"J'insiste. Le sujet n'est pas facile convaincre. Il finit enfin par accepter. En quelques minutes, il est soulag. Lionocinse venait d'effacer leseffets nocifs de l'lectrothrapie classique.

    Originalit de l'ionocinse.

    Lorganisme humain est une machine lectrique extrmement complexe dont le fonctionnement estinvitablement perturb par les courants d'lectrothrapie classique. Ces perturbations sont faciles constater. Ilsuffit de placer la pointe de la langue entre les deux lectrodes d'une pile pour ressentir un fort picotement. Lapile devrait dlivrer un courant continu et ne produire aucune excitation des terminaisons nerveuses sensitives.Mais les tissus le transforment en un courant trs irrgulier dont chaque variation excite les nerfs et produit cettesensation dsagrable. L'excitation produite provoque en outre des scrtions glandulaires et des contractionsmusculaires.

    Lapplication de courants continus est appele indiffremment ionisation, galvanothrapie ou ionophorse. Elleentrane tous ces phnomnes indsirables, ce qui en limite l'emploi. Ces phnomnes ne sont pas simplementdsagrables, ils peuvent, comme dans l'exemple cit plus haut, provoquer diverses complications.

    Les courants alternatifs, qu'ils soient de basse ou de haute frquence, perturbent les informations quchangententre eux les tissus et les cellules vivantes, la manire des brouillages employs pendant la guerre pour couvrirles missions radiophoniques.

    Si ces methodes sont toujours couramment employes, c'est que peu de praticiens en connaissent lesinconvnients. L'aspect lectronique des phnomnes biologiques est, en effet, trop souvent ignor. Il esthabituel de les interprter comme des ractions chimiques. Ce point de vue n'apporte quune interprtation de lavie trs partielle et trs limite. Serait-il logique, pour expliquer le fonctionnement d'une lampe de poche, de neparler que de la composition chimique de la pile?

    La vie moderne expose l'organisme humain une pollution lectrique croissante. Il est inutile d'y ajouter, enemployant des mthodes d'lectrothrapie imparfaites, des nuisances supplmentaires.

  • - 4 -

    COMMENT EST NEE L'IONOCINESE

    Les inconvnients des mthodes classiques d'lectrothrapie n'avaient pas chapp aux premiersexprimentateurs, mais, jusqu'en 1956, aucun montage autorgulateur n'avait t employ. Ces inconvnientsavaient t signals ds 1930 par le Docteur MORISOT dans un mmoire sur le traitement lectrique desaffections oculaires. Cet ophtalmologiste de Bordeaux arrivait, malgr le caractre rudimentaire des moyensdont il disposait, traiter efficacement la plupart des maladies des yeux.

    Ce sont les ides du Docteur MORISOT qui me conduisirent, en 1956/57 faire raliser les premiers montagesautorguls base de lampes triodes et concevoir des sondes permettant de traiter les affections digestives oude raliser sans douleur la sclrose des hmorro des. Les essais sur l'animal1 , puis en milieu hospitalier, ont trapports la Socit de Gastro-Entrologie du Sud-ouest en dcembre 1957 et dans la thse de mdecine duDocteur J. BERTELOT (Bordeaux 1957).

    En 1959, dans une communication la Socit Nationale de Thrapeutique, furent rapports - grce l'obligeance d'un minent cancrologue, le docteur Ernest HUANT - les premiers rsultats obtenus dans letraitement des cancers.

    Ds 1960, le Docteur Guy-Roland RAGER, cardiologue Bordeaux, s'intressa la mthode. Pour ladiffrencier des autres techniques d'lectrothrapie, il proposa de lui donner le nom d'ionocinse qui futdfinitivement adopt. Spcialiste des maladies du coeur et des vaisseaux, il appliqua avec succs la mthode des affections aussi graves que langine de poitrine, l'infarctus du myocarde ou les artrites oblitrantes desmembres.

    Dans d'autres spcialits, des essais furent pratiqus et des rsultats publis. Parmi les plus remarquables,figurent ceux du Docteur Pierre PLAGES en stomatologie.

    Avec le docteur Jean-Georges MEYNIAC, qui a consacr ce sujet un chapitre de sa thse de mdecine, nousavons rapport en 1968, la Socit des Sciences Physiques et Naturelles de Bordeaux les rsultats favorablesobtenus dans le traitement des maladies de la vsicule biliaire. Les essais pratiqus dans le domaine desmaladies du foie et de la vsicule ont mis en vidence l'action trs rapide de l'ionocinse sur l'hpatite virale.

    Les progrs de l'lectronique ont permis, grce aux travaux de Monsieur Yves DEPLANCHE, d'abandonner leslampes triodes au profit des semi-conducteurs et, plus rcemment encore, la ralisation d'appareils grs par desmicroprocesseurs. La technologie moderne de la mthode a t expose par cet auteur lors du troisime Congrsde Mdecine Holistique, Bordeaux, en 1985.

    Lventail des possibilits thrapeutiques de l'ionocinse s'est ainsi largi progressivement et divers praticiensont commenc l'employer de faon rgulire. Parmi eux, le Docteur Arthur VERNES, savant de rputationmondiale, qui consacra deux articles ce sujet dans "La voix de l'Institut Prophylactique".

    Actuellement se poursuivent toujours des recherches technologiques, exprimentales et cliniques. Des milliersde patients ont t traits par l'ionocinse et la mthode a trs largement fait la preuve de son innocuit totale etde son efficacit sur toutes sortes de maladies.

    1 Essais non traumatisants, soulignons-le.

  • - 5 -

    COMMENT AGIT L'IONOCINESE

    Le traitement par ionocinse consiste placer sur le corps deux appliques conductrices, relies un gnrateurlectrique spcial. Le corps humain devient alors l'un des lments d'un circuit lectrique.

    Le courant ne circule pas travers le corps de la mme manire que dans un fil lectrique. Dans un fil, lecourant rsulte de la migration de particules appeles lectrons. Dans les liquides engnral et, plusspcialement dans les li