LIENS Code de la Proprit Intellectuelle. articles L 122. ??7 INTRODUCTION La maladie de Parkinson...

download LIENS Code de la Proprit Intellectuelle. articles L 122. ??7 INTRODUCTION La maladie de Parkinson constitue aujourd’hui la deuxime affection neurodgnrative la plus frquente aprs

of 181

  • date post

    25-Mar-2018
  • Category

    Documents

  • view

    216
  • download

    1

Embed Size (px)

Transcript of LIENS Code de la Proprit Intellectuelle. articles L 122. ??7 INTRODUCTION La maladie de Parkinson...

  • AVERTISSEMENT

    Ce document est le fruit d'un long travail approuv par le jury de soutenance et mis disposition de l'ensemble de la communaut universitaire largie. Il est soumis la proprit intellectuelle de l'auteur. Ceci implique une obligation de citation et de rfrencement lors de lutilisation de ce document. D'autre part, toute contrefaon, plagiat, reproduction illicite encourt une poursuite pnale. Contact : ddoc-memoires-contact@univ-lorraine.fr

    LIENS Code de la Proprit Intellectuelle. articles L 122. 4 Code de la Proprit Intellectuelle. articles L 335.2- L 335.10 http://www.cfcopies.com/V2/leg/leg_droi.php http://www.culture.gouv.fr/culture/infos-pratiques/droits/protection.htm

  • UNIVERSITE DE NICE SOPHIA-ANTIPOLIS FACULTE DE MEDECINE ECOLE DORTHOPHONIE

    Mmoire prsent en vue de lobtention du certificat de capacit dorthophoniste

    LES TROUBLES COGNITIFS DU PATIENT

    PARKINSONIEN :

    EVALUATION A PARTIR DUNE BATTERIE DE TESTS

    VALERIE BORDES Ne le 22 aot 1988

    A Toulouse

    Directeur : Dr Philippe BARRES, Neurologue

    NICE - 2011

  • 3

    Je tiens remercier toutes les personnes qui ont contribu de plus ou moins prs

    llaboration de mon mmoire :

    En premier lieu, le docteur Philippe BARRES, pour ses observations toujours

    pertinentes, ainsi que pour son aide et son soutien.

    Monsieur Claude BAUDU, pour sa grande disponibilit et ses conseils aviss.

    Madame VERNOUX-VIVES, pour lintrt port ce mmoire et sa vision

    dorthophoniste.

    Monsieur Laurent LALOUX et Madame Sandrine LELIEVRE, ainsi que toute lquipe

    du centre mmoire de la clinique des Sources, pour leur aide et leurs remarques

    claires.

    Les patients, pour leur gentillesse et leur sens de laccueil.

    Lassociation du GPAM (Groupe des Parkinsoniens des Alpes Maritimes) qui ma si

    gentiment ouvert ses portes.

    Jadresse galement un merci tout particulier ma famille, qui ma soutenue tout au

    long de mon cursus universitaire : merci pour votre patience, pour votre aide et votre

    soutien inconditionnels. Merci tous les quatre davoir toujours t prsents.

    Enfin, je garde une pense pour mes copines de promo et futures collgues : merci

    Audrey, Clmence, et Marion pour leur soutien dans les moments de doutes, leur

    prsence et nos fous rires si nombreux.

  • 4

    SOMMAIRE

    INTRODUCTION

    ASSISES THEORIQUES

    I- LE PROFIL COGNITIF DU PATIENT PARKINSONIEN A- Lefficience globale

    B- Le ralentissement cognitif C- Les troubles des fonctions excutives

    1. Llaboration dun plan daction ou dun concept

    2. Flexibilit cognitive

    3. Rsistance linterfrence

    4. Coordination de laction

    D- Troubles mnsiques

    1. La mmoire de travail

    2. La mmoire pisodique

    3. La mmoire procdurale

    E- Latteinte des fonctions instrumentales

  • 5

    1. Les troubles visuo-spatiaux

    a. Praxies constructives

    b. Attention spatiale

    c. Analyse et synthse visuelles

    2. Les troubles praxiques

    3. Le langage

    F- Le dficit attentionnel II- APPROCHES NEUROPSYCHOLOGIQUES DE CERTAINS PROCESSUS COGNITIFS PERTURBES DANS LA MALADIE DE PARKINSON. A- Les fonctions excutives : cadre conceptuel

    1. Lapproche neuropsychologique classique

    a. Des premires hypothses anatomo-cliniques aux essais de classification

    du contrle excutif

    b. Description et amlioration des modles

    2. Etats des lieux des modles actuels de rfrence

    a. Divers modles en constante volution

    b. Un consensus sur le caractre supramodalitaire du fonctionnement excutif

    c. Les fonctions excutives, une conception unitaire ?

    B- LAPPROCHE DE MIYAKE

    1. Les trois fonctions excutives

    a. Shifting

    b. Mise jour

  • 6

    c. inhibition

    2. Rsultats et discussion

    ETUDE PRATIQUE

    I- Mthodologie

    A- Population

    1. Critre de recrutement

    2. Critre dinclusion

    B- Protocole

    II- Rsultats et analyses

    DISCUSSION

    I- Synthse des rsultats II - Critiques

    CONCLUSION Annexes Bibliographie

  • 7

    INTRODUCTION

    La maladie de Parkinson constitue aujourdhui la deuxime affection

    neurodgnrative la plus frquente aprs la maladie dAlzheimer.

    Le diagnostic est avant tout bas sur le reprage de signes cliniques moteurs.

    Egalement appels triade symptomatique, les trois signes cardinaux de la maladie

    correspondent un tremblement de repos, une akinsie et une hypertonie dite

    extrapyramidale (ou rigidit plastique).

    Au-del de cet aspect moteur, de nombreux autres symptmes, souvent relgus au

    second plan, sarticulent au tableau clinique de cette pathologie, notamment des troubles

    cognitifs.

    Lapparition et lexistence avre de ces derniers au cours de lvolution de la maladie de

    Parkinson ne sest pas impose demble dans les premiers tableaux cliniques dresss.

    Benjamin Ball en 1882 est le premier voquer que dans quelques cas, cest un tat de

    dmence et de demi-stupeur qui prdomine en ajoutant que les troubles psychiques sont

    presque toujours intermittents et qu ils paraissent saggraver paralllement aux troubles

    de la motilit.

    A lheure actuelle, il existe un rel consensus ce sujet dans la littrature, et toutes

    les tudes saccordent rendre compte de la prsence de dficits cognitifs frquents

    atteignant notamment les fonctions visuo-spatiales, mnsiques et excutives.

    Cependant, devant la palette tendue de tests valuant ces fonctions, le thrapeute

    peut vite se trouver dmuni face au choix des preuves mettant au mieux en vidence les

    atteintes cognitives spcifiques la maladie. Lobjet de ce mmoire rside en ce point

    prcis : peut-on mettre au point une batterie de tests utilisable en pratique clinique rendant

    compte des altrations cognitives spcifiques du patient parkinsonien ?

    Dun point de vue thorique et dans un premier temps, un portrait du profil cognitif du

    patient parkinsonien sera dabord dress, recensant les rsultats et les observations des

    diffrentes tudes menes durant ces dernires annes.

    Aprs quoi, les diffrentes approches neuropsychologiques de certains processus

    cognitifs perturbs dans la maladie seront dveloppes. Le cadre conceptuel des fonctions

    excutives sera expos. Parmi les nombreux modles proposs, lapproche de MIYAKE,

    juge particulirement intressante se verra largement dtaille.

    Dun point de vue pratique et dans un second temps, le protocole constitu de la

    batterie de tests exprimentale cense explorer les fonctions cognitives sera prsent.

  • 8

    Soumis un chantillon de parkinsoniens, les rsultats obtenus par les patients

    seront analyss (qualitativement ainsi que quantitativement), et enfin discuts en les

    confrontant aux donnes thoriques rassembles.

  • 9

    Assises

    Thoriques

  • 10

    Cest en 1917 que Sir James Parkinson dcrit pour la premire fois sous le nom de

    The Shaking Palsy (traduction littrale paralysie agitante ) la maladie qui portera son

    nom.

    En France, avec prs de 100 000 personnes atteintes et 8000 nouveaux cas par an, elle

    constitue la deuxime affection neurodgnrative la plus frquente aprs la maladie

    dAlzheimer et touche environ 2% des personnes de plus de 65 ans en Europe. Ce

    pourcentage augmentant avec lge, on peut prvoir quavec le vieillissement de la

    population, les nombres de nouveaux cas ne cesseront daugmenter dans les annes

    futures. Par ailleurs, la maladie toucherait davantage les hommes que les femmes, elle

    apparat classiquement entre 40 et 70 ans mme sil existe des formes juvniles et sniles.

    Au premier plan de la maladie de Parkinson, se distingue une triade symptomatique

    caractristique : une akinsie, une rigidit, ainsi quun tremblement de repos.

    Lakinsie se manifeste par un dficit de linitiative motrice (prdominant sur les mouvements

    automatiques) et par une lenteur et une raret des gestes affectant :

    - lexpression faciale (amimie),

    - les mouvements de la face et des yeux (raret du clignement),

    - lexpression gestuelle au niveau des membres suprieurs,

    - la marche, entranant des difficults au dmarrage avec un pitinement, une marche

    petits pas, des blocages lors dun demi-tour ou du franchissement dun obstacle, ainsi quune

    perte du ballant des bras,

    - lcriture, avec une micrographie en fin de ligne

    - la parole, la voix tant assourdie, dysarthrique, monotone, le dbit verbal irrgulier.

    Lakinsie reprsente donc un symptme trs invalidant car elle limite la plupart des activits

    quotidiennes. De plus, elle entrane pour le sujet parkinsonien lobligation de vouloir et de

    penser chacun de ses gestes et chacune des attitudes posturales quils impliquent,

    requrant une attention de tous les instants.

    Lhypertonie extrapyramidale est caractrise par une raideur du corps ; elle est

    dcrite comme plastique, cireuse, en tuyau de plomb (car le membre reste fix dans la

    position quon vient de lui donner), cdant par petits -coups (phnomne de la roue

    dente), se distinguant du retour lastique de lhypertonie pyramidale.

    Le tremblement, prsent au repos, sattnue lors des mouvements volontaires et

    disparat pendant le sommeil. De frquence faible, il prdomine aux extrmits (geste

    dmiettement aux membres suprieurs, bat la mesure aux membres infrieurs), respecte le

  • 11

    cou et le chef et est