Les sanctions commerciales visant le travail des enfants ... Avocat (PUCP) au Barreau de Lima, au...

download Les sanctions commerciales visant le travail des enfants ... Avocat (PUCP) au Barreau de Lima, au Pأ©rou

of 51

  • date post

    29-Jul-2020
  • Category

    Documents

  • view

    0
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Les sanctions commerciales visant le travail des enfants ... Avocat (PUCP) au Barreau de Lima, au...

  • Droits d'auteur © Faculté de droit, Section de droit civil, Université d'Ottawa, 2012

    Ce document est protégé par la loi sur le droit d’auteur. L’utilisation des services d’Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d’utilisation que vous pouvez consulter en ligne. https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/

    Cet article est diffusé et préservé par Érudit. Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l’Université de Montréal, l’Université Laval et l’Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. https://www.erudit.org/fr/

    Document généré le 7 oct. 2020 00:31

    Revue générale de droit

    Les sanctions commerciales visant le travail des enfants : sont-elles « nécessaires » au sens de l’article XX du GATT ? Francisco C. Villanueva

    Volume 42, numéro 2, 2012

    URI : https://id.erudit.org/iderudit/1026908ar DOI : https://doi.org/10.7202/1026908ar

    Aller au sommaire du numéro

    Éditeur(s) Éditions Wilson & Lafleur, inc.

    ISSN 0035-3086 (imprimé) 2292-2512 (numérique)

    Découvrir la revue

    Citer cet article Villanueva, F. C. (2012). Les sanctions commerciales visant le travail des enfants : sont-elles « nécessaires » au sens de l’article XX du GATT ? Revue générale de droit, 42 (2), 591–640. https://doi.org/10.7202/1026908ar

    Résumé de l'article Cet article s’insère dans le débat en cours sur l’existence d’une clause sociale implicite dans le cadre de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) et du droit de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). L’article met en évidence les difficultés inhérentes au respect de la condition de « nécessité » des paragraphes (a) et (b) de l’article XX du GATT auxquelles des éventuelles mesures restrictives du commerce visant l'éradication du travail des enfants devraient faire face. À cet effet, l’article s’appuie sur la jurisprudence de l’Organe de règlement des différends de l’OMC et tient compte de la position de l’Organisation internationale du travail (OIT) et du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) à l’égard des sanctions commerciales en matière de lutte contre le travail des enfants. L’analyse est étayée par les résultats d’une étude de cas inédite réalisée par l’auteur en Équateur et portant sur le travail dangereux des enfants dans l’industrie floricole de ce pays et les effets potentiels des sanctions commerciales sur les mineurs exploités.

    https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/ https://www.erudit.org/fr/ https://www.erudit.org/fr/ https://www.erudit.org/fr/revues/rgd/ https://id.erudit.org/iderudit/1026908ar https://doi.org/10.7202/1026908ar https://www.erudit.org/fr/revues/rgd/2012-v42-n2-rgd01542/ https://www.erudit.org/fr/revues/rgd/

  • Les sanctions commerciales visant le t ravai l des enfants :

    sont-elles « nécessaires » au sens de Particle XX du GATT?

    FRANCISCO F. VILLANUEVA Avocat (PUCP) au Barreau de Lima, au Pérou et professeur de droit,

    École des sciences de la gestion, UQAM

    RÉSUMÉ ABSTRACT

    Cet article s'insère dans le débat en cours sur l'existence d'une clause sociale implicite dans le cadre de /'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) et du droit de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). L'article met en évidence les difficultés inhérentes au respect de la condition de « nécessité » des paragraphes (a) et (b) de l'article XX du GATT auxquelles des éventuelles mesures restrictives du commerce visant Véradication du travail des enfants devraient faire face. A cet effet, l'article s'appuie sur la jurisprudence de l'Organe de règlement des différends de l'OMC et tient compte de la position de l'Organisation internationale du travail (OIT) et du Fonds des Nations Unies pour l'enfance

    This article is part of the ongoing debate about the existence of an implicit social clause within the General Agreement on Tariffs and Trade (GATT) and the law of the World Trade Organization (WTO). The article highlights the difficulties of complying with the requirement of "necessity" of Article XX (a) and XX (b) of the GATT] which any trade restrictive measures aimed at eradicating child labor would face. To this end, the article relies on the jurisprudence of the Dispute Settlement Body of the WTO and takes into account the position of the International Labour Organization (ILO) and United Nations Fund for Childhood (UNICEF) on trade sanctions and child labor. The analysis is complemented by the results

    (2012) 42 R.G.D. 591-640

  • 592 Revue générale de droit (2012) 42 R.G.D. 591-640

    (UNICEF) à l'égard des sanctions commerciales en matière de lutte contre le travail des enfants. L'analyse est étayée par les résultats d'une étude de cas inédite réalisée par l'auteur en Equateur et portant sur le travail dangereux des enfants dans l'industrie floricole de ce pays et les effets potentiels des sanctions commerciales sur les mineurs exploités.

    Mots-clés : Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), clause sociale, Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), mesures restrictives du commerce, moralité publique, Organisation internationale du travail (OIT), Organisation mondiale du commerce (OMC), protection de la vie et de la santé humaines, travail dangereux des enfants.

    of a field study conducted by the author in Ecuador on hazardous child labour in the flower industry and the potential effects of trade sanctions on minors.

    Key-words : General Agreement on Tariffs and Trade (GATT), hazardous child labour, International Labour Organization, social clause, protection of life and human life, public morals, trade restrictive measures, United Nations Fund for childhood (UNICEF), World Trade Organization (WTO).

    SOMMAIRE

    Introduction 593

    1. L'article XX du GATT et la lutte contre le travail dangereux des enfants 595

    2. La condition de nécessité de l'article XX (b) du GATT et les mesures restrictives du commerce visant le travail dangereux des enfants 600

    2.1 L'analyse de la condition de nécessité de l'article XX (b)... 600

  • VlLLANUEVA La nécess i té des sanct ions et le travail infantile 593

    2.2 Les mesures restrictives du commerce visant le travail dangereux des enfants et les difficultés découlant du respect de la condition de nécessité de Farticle XX (b) du GATT 609

    2.2.1 Les difficultés découlant de la prise de position de TOIT et de 1TJNICEF 610

    2.2.2 Le cas du travail dangereux des enfants dans le secteur florieole équatorien 613

    3. La condition de nécessité de l'article XX (a) du GATT et les mesures restrictives du commerce visant le travail dangereux des enfants 623

    3.1 L'analyse de la condition de nécessité de l'article XX (a) du GATT 623

    3.2 Les mesures restrictives du commerce visant le travail dangereux des enfants et les difficultés découlant du respect de la condition de nécessité de l'article XX (a) du GATT..... 631

    Conclusion 637

    INTRODUCTION

    1. Il existe, en doctrine, une discussion de longue date sur la reconnaissance d'une clause sociale implicite1 dans le cadre du droit de l'Organisation mondiale du commerce (OMC)2 et,

    1. À la suite de l'échec subi par les partisans de la présence d'une clause sociale explicite dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce lors de la ronde de négociations ayant précédé sa création, un courant d'opinions favorables à la recon- naissance de ce qu'on pourrait appeler une clause sociale implicite à l'intérieur du droit de cette organisation internationale s'est fait jour. Il s'agit de promouvoir une lecture des règles de ce système qui permette le recours à des mesures commerciales restrictives dans le but d'assurer le respect des droits fondamentaux des salariés.

    2. L'OMC a vu le jour le 1er janvier 1995 et découle de l'adoption de VAccord de Marrakech survenue quelques mois plus tôt, soit le 15 avril 1994. Cet accord fonda- teur définit la structure institutionnelle et normative de l'OMC. Du point de vue nor- matif, le système de l'OMC regroupe, outre VAccord de Marrakech, 18 accords (appelés « les accords visés ») et d'autres engagements complémentaires. Du point de vue hiérarchique, VAccord de Marrakech se trouve au sommet du système. Trois accords erga omnes partes, c'est-à-dire dont l'application s'étend à l'ensemble des membres de l'OMC, revêtent d'une importance capitale : l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), VAccord général sur le commerce des services (GATS) et VAccord sur la protection des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (TRIPS).

  • 594 Revue générale de droit (2012) 42 R.G.D. 591-640

    plus précisément, de celui de YAccord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT)3. Cette clause sociale impli- cite permettrait l'adoption de mesures restrictives du com- merce dans le but de protéger les droits fondamentaux des t ravai l leurs sur le plan in ternat ional 4 . Parmi ces droits, reconnus dans la Déclaration de l 'Organisation internatio- nale du travail de 19985, se trouve la protection des enfants contre le travail dangereux. Cette protection est assurée, au sein des normes internationales du travail, par la Convention de l'Organis