Les Mouches - Théâtre - Académie de .Le théâtre de Jean-Paul Sartre n’a pas bonne presse.

download Les Mouches - Théâtre - Académie de .Le théâtre de Jean-Paul Sartre n’a pas bonne presse.

of 27

  • date post

    02-Nov-2018
  • Category

    Documents

  • view

    220
  • download

    0

Embed Size (px)

Transcript of Les Mouches - Théâtre - Académie de .Le théâtre de Jean-Paul Sartre n’a pas bonne presse.

  • Avant de voir le spectacle : la reprsentation en apptit !

    La rcriture du mythe des Atrides [page 2]

    Linvariant mythique [page 2]

    Les rcritures [page 2]

    Les enjeux de la pice [page 3]

    La dimension historico- politique [page 3]

    La dimension philosophique [page 5]

    Les Mouches lpreuve du plateau [page 11]

    Les virtualits scniques [page 11]

    Lhorizon dattente de la scnographie [page 13]

    Annexes

    Rcriture du mythe des Atrides [page 15]

    Les enjeux de la pice [page 18]

    Les Mouches l'preuve du plateau [page 20]

    n 140 janvier 2012

    ditoLe thtre de Jean-Paul Sartre na pas bonne presse. Qualifi de thtre thse, de thtre bourgeois ou de thtre philosophique, il est rarement considr comme du thtre tout court.

    Sartre affirme pourtant avoir voulu crire du thtre bien avant de sintresser la philosophie.

    Le thtre est la forme la plus approprie aujourdhui pour montrer lhomme en acte [c'est--dire lhomme tout simplement] , crit-il dans un de ses nombreux articles consacrs lanalyse de lesth-tique thtrale.

    Le thtre en effet du moins celui que connat Sartre dans cette premire partie du xxesicle fait exister des personnages dans le cadre dune action (drama). Cest donc tout naturellement quil peut mettre en jeu des situations permettant aux personnages, conformment la philosophie existentia-liste, de se construire et de se dfinir par le libre choix dactions assumes.

    Que pour sengager sur ces chemins de la libert, Sartre ait recours au mythe des Atrides, voil en revanche qui peut paratre paradoxal : Sartre reprend en ralit dans Les Mouches linvariant mythique des tragdies antiques pour mieux le dynamiter de lintrieur.

    Dans la rcriture quil opre, la tragdie de la fatalit se mue en tragdie de la libert .

    Et cest surtout cette rcriture transgressive de la tragdie qui intresse le metteur en scne ric Ferrand : aprs avoir mis en scne en 2009 dans dipe tyran lhistoire ddipe, celui qui ne peut chapper son destin, ric Ferrand, en montant Les Mouches, veut raconter lhistoire dOreste, celui qui entend passer matre de son destin et devenir un homme en assumant un acte librement choisi.

    Quel sens, quelle porte cette libert ont-ils en 2011 ? De quelles liberts disposons-nous aujourdhui ? sinterroge ric Ferrand dans une mise en scne o le plateau en libert, construit vue et progressi-vement par les acteurs, devient lui-mme en quelque sorte une forme-sens existentialiste.

    De rcriture en rcriture (et la ralisation scnique en est une) les lves pourront ainsi mesurer les potentialits interprtatives lies linvariant mythique.

    Retrouvez sur4http://crdp.ac-paris.fr lensemble des dossiers Pice (d)monte

    Les Mouchesde Jean-Paul SartreMise en scne dric Ferrand

    Les dossiers pdagogiques Thtre et Arts du cirque du rseau SCRN en partenariat avec le Thtre Dijon Bourgogne, centre dramatique national. Une collection coordonne par le CRDP de lacadmie de Paris.

    VinCEnt ARbELEt

    Au thtre Dijon bourgognedu 10 au 14 janvier 2012

  • 2

    n 140 janvier 2012

    Avant de voir le spectacle

    La reprsentation en apptit !

    La rcriture du mythe des Atrides

    b Distribuer aux lves largument de la pice tel quil figurait dans le programme du thtre de la Cit (voir ci-dessous et document 1 en annexe), au moment de la cration de la pice (saisons 1942-1943 et 1943-1944). Leur demander didentifier le mythe luvre dans cet argument (voir aussi le rsum dtaill, document 2 en annexe).

    [] Argos. Une ville sombre sous un soleil de feu. Les mouches linfestent, les remords laccablent. Quinze ans plus tt, Clytemnestre, la femme du roi Agamemnon, la assassin avec la complicit dgisthe. gisthe a pris le pou-voir, il a institu des cultes tranges qui main-tiennent ses sujets dans une abjecte humilit. Oreste, fils du roi mort, revient dans sa patrie : il ne songe point venger son pre, il aurait horreur de verser le sang mais il est las de sa vie errante dexil, il voudrait retrouver une place, ft-ce la plus humble, dans sa ville natale. En vain. Sa sur lectre elle-mme le repousse : lusurpateur la rduite au rang desclave, elle se dissimule sa honte sous des rves de vengeance et de haine. Elle ne peut reconnatre en le jeune voyageur, hsitant et timide, doux comme une fille, le librateur quelle attendait. Oreste sen

    ira-t-il ? Reprendra-t-il le chemin de lexil ? Voici quil dcouvre en lui une libert singulire et terrible. il tuera gisthe et Clytemnestre, il dlivrera les gens dArgos et puis, il partira, emmenant avec lui toutes les mouches de la ville : car les mouches taient les rinyes, les desses des remords. Mais elles bourdonneront vainement autour de sa tte. Oreste sait quil est libre, il assume librement son crime, il ne se repentira pas.

    b Si les lves nont pas russi identifier le mythe des Atrides, on leur proposera de faire une recherche leur permettant de commenter le tableau gnalogique de la famille ! (voir document 3 en annexe)

    Linvariant mythique

    Les rcritures1. Eschyle, L'Orestie, in Tragiques grecs, Paris, Gallimard, bibliothque de la Pliade , 1967, trad. Jean Grosjean,

    p.360-365.2. Sophocle, lectre, in Tragiques grecs,

    Paris, Gallimard, bibliothque de la Pliade , 1967.

    3. Euripide, lectre, in Tragdies compltes, Paris, Gallimard, 1962,

    bibliothque de la Pliade , trad. Marie Delcourt-Curvers, p.914-918.

    4. Voir la Pice (d)monte consacre LOrestie mis en scne par Olivier Py.

    5. Cocteau : Orphe en 1927, La Machine infernale en 1934 ; Gide : dipe en 1931 ; Anouilh : Eurydice en 1942 ;

    Giraudoux : Amphitryon 38 en 1929, La guerre de Troie naura pas lieu

    en 1935, etc.

    Au cours d'un festin, Tantale servit aux dieux son fils Plops, qui fut ensuite ressuscit.

    Plops pousa Hippodamie aprs avoir triomph d'namaos, roi d'lide, avec l'aide du cocher Myrtilos, dans une course de chars dont la jeune fille tait l'enjeu.Atre et Thyeste furent des frres ennemis : se disputant leurs pouses : Thyeste sduisit Arop ;Plopia, aprs une relation incestueuse avec son pre Thyeste, dont naquit gisthe, pousa son oncle Atre ; se disputant le pouvoir : quand Atre fut lu roi de Mycnes, il bannit Thyeste, puis, feignant une rconci-liation, l'invita un banquet o il lui servit ses deux enfants, qu'il avait massacrs.

    gisthe rgna avec son pre Thyeste Mycnes avant d'en tre chass par Agamemnon. Pendant l'absence de ce dernier, parti pour le sige de Troie, il sduisit Clytem-nestre et, quand le roi revint, il le fit assassiner.

    lectre et Oreste vengrent le meurtre d'Agamemnon en tuant gisthe et Clytemnestre sept ans aprs. Les dieux, frapps d'horreur, dpchrent Oreste les Erinyes, mais Apollon le dfendit et Athna l'acquitta de son meurtre.lectre protgea galement son frre de la colre de son peuple. Sauv par Iphignie en Tauride, Oreste succda son pre et pousa Hermione. lectre pousa Pylade, cousin et ami d'Oreste.

    ARES ZEUS

    OENAMAOS TANTALE

    PELOPSHIPPODAMIE

    AEROPE

    MENELAS

    HELENE

    CHRYSOTHEMIS IPHIGENIE ORESTE

    HERMIONEfille de Mnlas et Hlne

    PYLADEami dOreste

    ELECTRE

    AGAMEMNON CLYTEMNESTRE EGISTHE

    ATREE TRYESTE PELOPIA

    PLOUTO(nymphe)

    DitiOnS ELLiPSES, 1997

    b Proposer aux lves de faire une lec-ture haute voix de plusieurs extraits de textes (Extrait 1 : Eschyle, Les Chophores1 ; Extrait 2 : Sophocle, lectre2 ; Extrait 3 : Euripide, lectre3 ) traitant aussi de lpi-sode du meurtre de Clytemnestre par Oreste pour leur faire mesurer que cet invariant mythique (dvelopp dans LOdysse dHomre) a fait lobjet de plu-sieurs rcritures travers le temps.

    Dans lAntiquit : Les Chophores (prcd dAga-memnon et suivi des Eumnides, dans la trilogie

    dEschyle, en 458 avant Jsus-Christ)4 ; lectre de Sophocle (en 420 avant Jsus-Christ), lectre dEuripide (en 413 avant Jsus-Christ).Dans lentre-deux-guerres, o se manifeste un vritable engouement5 : la version la plus clbre de rcriture de la lgende de cette famille histoire que sont les Atrides est lectre de Giraudoux en 1937. Cest en tout cas celle qui semble avoir le plus directement ins-pir Sartre lorsquil crit Les Mouches.

  • 2 3

    n 140 janvier 2012

    6 rynies: desses de la vengeance.

    DitiOnS bORDAS

    b partir des fragments de textes suivants, lus haute voix, demander aux lves de reprer les analogies perceptibles entre la pice de Giraudoux et celle de Sartre.

    lectre de Giraudoux

    Voulez-vous partir ! Allez-vous nous laisser ! On dirait des mouches , dit le jardinier aux trois petites filles, les Eumnides, nom pro-pitiatoire pour dsigner les rinyes6 quelles deviennent la fin de la pice (aprs avoir grandi tout au long de la pice). Ce quil est beau, le jardinier sexclame la premire petite fille louverture de la pice. Le destin te montre son derrire, jardinier. Regarde sil grossit ! poursuit la seconde. tout le monde ne peut pas tre comme ta tante Lda, et pondre des ufs. Quelle se casse la gueule la petite lectre , dit le mendiant.

    Les Mouches de Sartre

    Ce ne sont que des mouches viande un peu grasses. il y a quinze ans quune puissante odeur de charogne les attira sur la ville. Depuis lors elles engraissent. Dans quinze ans elles auront atteint la taille de petites grenouilles explique Jupiter Oreste et au pdagogue, qui viennent dentrer dans Argos. Oh ! cest un symbole explique Jupiter en parlant des mouches. Abraxas, galla, galla, ts, ts. Et voyez : les voil [les mouches] qui dgringolent et qui se mettent ramper par terre comme des che-nilles. Par Jupiter ! sexclame Oreste qui ne sait pas quil parle Jupiter lui-mme. Voil mon palais. Cest l quune putain et son maquereau lont assassin explique Oreste au pdagogue. Suppose quun gars de Corinthe, un de ces

    gars qui rient le