Les marges continentales passives

of 86 /86
Les marges continentales passives Synthèse Pourquoi les étudier? ETOPO 1 Isabelle Thinon

Embed Size (px)

Transcript of Les marges continentales passives

  • Les marges continentales passivesSynthse

    Pourquoi les tudier?

    ETOPO 1

    Isabelle Thinon

  • I. Thinon BRGM

    Points abords

    > Quest-ce quune marge continentale> Structure et architecture sdimentaire

    Marges continentales passives divergentes non-volcanique Volcanique

    Marges continentales transformantes Marges continentales obliques hyper-obliques

    > Sdimentation sur les marges continentales > Pourquoi tudier les marges> Exemples de mthodes dinvestigations

    2Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Quest-ce quune marge continentale?

    Une bordure de continent

    Une zone de transition entre un continent, constitu de crote continentale et une plaque

    ocanique, constitue de crote ocanique.

    ETOPO 1

    Les marges continentales recouvrent 11%

    de la surface de la Terre.

    12 plaques lithosphriques*

    3 frontires de plaque

    Marges continentales passives divergentes

    Marges continentales transformantes

    Marges continentales actives

    * Plaque lithosphrique: Ensemble rigide form de la crote et de la partie superficielle du manteau suprieur comprise entre la surface et 70-150 km de profondeur. Les plaques reposent sur lasthnosphre, un milieu solide, ductile. Elles sont dlimites par des zones actives ou limites de plaques. Actuellement, il y en a 12.

    Frontire divergenteExtension au niveau de la dorsale

    Frontire transcurrenteGlissement entre plaque le long dun dcrochement ou dune faille transformante

    Frontire convergentezone de subduction

    3Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    O sont-elles ?

    - Ocan atlantique- Ocan Arctique- Ocan Indien occidental- Australie- Antarctique- Mditerrane occidentale : Corse, Sardaigne, Provence (golfe du Lion)

    Golfe du Lion. Source (Ifremer, SHOM)MNT (BRGM)

    Marge continentale passive

    4Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Golfe du Lion. Source (Ifremer, SHOM)MNT (BRGM)

    Marge continentale passive divergente

    5Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Golfe du Lion. Source (Ifremer, SHOM)MNT (BRGM)

    Marge continentale passive divergenteDfinitions et gnralits

    Marge continentale passive (ou stable):

    - Zone de transition entre une masse continentale et la crote ocanique, qui se cre au sein de la mme plaque lithosphrique.

    - Pas dactivit sismique et volcanique.

    - Lieu o la crote continentale samincie (30 -> 0 km)

    - Induite par des contraintes de distension lointaines (~perpendiculaire laxe du rift)

    - Issue dune phase de rifting qui a aboutit la rupture lithosphrique et laccrtion ocanique

    formation de 2 marges continentales passives conjugues.

    Tirs des cours de Barriers

    6Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Morphologie

    - Plateau continentalBathymtrie (0 200 m)Pente trs faible (~0.1)Largeur (5 1500 km)Epaisseur crustale (~30-35 km)

    - Pente continentale (talus)Bathymtrie (200 4000 m)Pente importante (1-5) et largeur variable (10 100 km)Entaille de canyons sous-marins Lieu de lamincissement crustal (30 qq km)

    - Glacis continentalBathymtrie (25005000 m)Accumulation de sdiments au pied de la pente

    - Plaine abyssaleBathymtrie (2500- 5000m)Lieu de la Transition Ocan/Contient (TOC)Socle: crote ocanique; TOC (crote transitionnelle); possible C.C.amincie

    Golfe du Lion. Source (Ifremer, SHOM)MNT (BRGM)

    Marge continentale passive divergente Dfinitions et gnralits

    Carte bathymtrique

    7Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive divergenteDfinitions et gnralits

    Reconstruction cinmatique (Gueguen, 1990)Fermeture du bassin liguro-provenalDaprs Gueguen(1990)

    2 types de marges continentales passives en fonction de la quantit de sdiments dposs- Marges maigres (ex: Marge armoricaine du Golfe de Gascogne)

    - Marges nourries (ex: Marge du Golfe du Lion, Marge du Gabon)

    2 types de marges continentales passives en fonction de la largeur de lamincissement crustal- Marge troite (< 50km): ex: Marge de Provence

    - Marge large (> 100km) : ex: Golfe du Lion

    SO africaine daprs Sranne et Anka (2005)Marge armoricaine daprs Montadert et al. (1979)

    8Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive divergente

    2 types de marges continentales passives en fonction de la structure

    Marges continentales passives non-volcaniques

    Marges continentales passives volcaniques

    Gernigon et al. (2005)

    9Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive divergente non-volcanique

    Gernigon et al. (2005)

    10Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive divergente:

    - C.C. amincie, caractrise par une

    succession de blocs basculs bords par des

    failles normales pendage vers locan.

    - C.O. issue d'une accrtion lente l'axe d'une dorsale.

    - Transition Ocan-Continent (TOC) abrupte

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueStructure - connaissance avant le 21me sicle

    CM16 (Montadert et De Charpal, 1979)Thinon, 1999

    Partie proximalePartie distale

    Rebord de plateau

    Thinon, 1999

    Coupe perpendiculaire la marge des Entres de la Manche (Golfe de Gascogne)11Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Daprs Manatschal, 2010

    Terre-Neuve Ibrie

    tudes gophysiques

    20 km

    Sismique rflexion

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueStructure - connaissance dbut 21me sicle

    Exemple: marges conjugues Ibrie/Terre-Neuve (Atl. N)

    12Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Daprs Manatschal, 2010

    Terre-Neuve Ibrie

    tudes gophysiques

    20 km

    Sismique rflexionMagntisme

    Zones avec anomalies magntiques

    Zone magntiquement calme

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueStructure - connaissance en ce dbut de 21me sicle

    Exemple: marges conjugues Ibrie/Terre-Neuve (Atl. N)

    C.O. C.C.

    TOC

    13Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Terre-Neuve Ibrie

    tudes gophysiques

    Sismique rflexionMagntisme

    Sismique rfraction

    Sismique rfraction

    20 km

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueStructure - connaissance en ce dbut de 21me sicle

    Daprs Manatschal, 2010Vitesse anormale: 7.3 7.6 km/s

    14Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Terre-Neuve Ibrie

    tudes gophysiques

    20 km

    Sismique rflexion

    Sismique rfraction

    Sismique rfraction

    Forages ODP

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueStructure - connaissance en ce dbut de 21me sicle

    Daprs Manatschal, 2010

    Contrainte terrain

    15Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Peron-Pinvidic_2006

    Terre-Neuve Ibrie

    tudes gophysiques

    Sismique rflexionMagntisme

    Sismique rfraction

    Sismique rfraction

    Forages ODP

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueStructure - connaissance en ce dbut de 21me sicle

    Daprs Manatschal, 2010

    TOC

    Contrainte terrain

    16Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Quest ce que la Transition Ocan-Continent (TOC)?

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueStructure - connaissance en ce dbut de 21me sicle

    Peron-pinvidic- 2006

    3 hypothses mises pour dfinir la TOC dune marge continentale passive non-volcanique

    - une crote ocanique accrte au niveau dune dorsale lente trs lente (Sawyer, 1994; Whitmarsh and Sawyer, 1996),

    - une crote continentale tire, amincie, dcoupe et intrudepar des matriaux igns (Whitmarsh et al., 1990a; Whitmarsh and Miles, 1995; Whitmarsh and Sawyer, 1996)

    - un domaine dexposition de manteau suite au fonctionnement dune ou plusieurs structures dextension (Beslier et al., 1996; Krawczyk et al., 1996; Pickup et al., 1996; Discovery 215 Working Group, 1998; Chian et al., 1999; Dean et al., 2000).

    A lheure actuelle, du point de vue gologique, les caractristiques de la TOC se rsument la prsence d'une zone de manteau subcontinental exhum composition variable, recouvert localement par des allochtones d'origine continentale et par des brches tectono-sdimentaires Daprs Peron-pinvidic- 2006

    17Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    La squence sdimentaire est gnralement subdivise en trois catgories (nomenclature classique Prosser (1993)): - Les sdiments prrifts (antrift): dpt avant toute

    dformation lie au rifting. Tout comme la C.C., ils sont faills et basculs durant la phase de rifting.

    - Les sdiments synrifts : dpt au cours du rifting (s.s.), pendant lactivit tectonique dextension. Forment des ventails sdimentaires au pied de la faille bordire.

    - Les sdiments postrifts : premiers sdiments se dposer sur la C.O. Ils recouvrent la marge, en lissant la topographie. Ils sont sub-horizontaux sans aucun paississement ou convergence de rflecteurs. Daprs Peron-pinvidic- 2006

    Exemple dimage sismique (Marge ouest-ibrique)

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueArchitecture sdimentaire zone proximale

    !

    Discordance sdimentaire du breakup ou post-rift =Sparation entre les sdiments pr- et synrift et les sdiments post-rift

    Dfinition initiale: surface de non dpt ou drosion dont le hiatus sdimentaire est significatif. Elle spare des sdiments plus anciens de sdiments plus jeunes (Falvey, 1974; Driscoll et al., 1995),

    Considrer comme limite temporelle et spatiale de la rupture lithosphrique (indicateur de la fin du rifting)

    18Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Nouvelles observations mise en cause des concepts bass sur larchitecture sdimentaire

    Intervalles sdimentaires syn- et post-rifts : Les structures en ventail , interprtes comme squence synrift , non limites au domaine continental, mais galement observes dans la TOC et sur la crote ocanique.

    terme utilis = sdiments syn-tectoniques

    Pour une meilleure caractrisation des diffrentes phases de rifting, distinguer les sdiments "syn-formation de la marge proximale",

    "syn-formation de la marge distale", "syn-basculement des blocs continentaux", syn-exhumation mantellique" (Peron-Pinvidic, 2006)

    Discordance sdimentaire de breakup ou post-rift La rupture continentale nest pas une frontire gographique donne, mais concide avec la mise en place dune large zone transitionnelle (> 160 km). Peron-Pinvidic (2006)

    La discordance sdimentaire de breakup nest pas une limite temporelle mais graduelle (marge ibrique ~ 20 Ma) Peron-Pinvidic(2006)

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueArchitecture sdimentaire zone distale et TOC

    Peron-pinvidic- 2006

    19Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Synthse: Leurs caractristiques

    Marge Iberie-Terre Neuve daprs VanAvendonk et al. (2009); Pron-Pinvidic and Manatschal (2009); Manatschal and Mntener (2009)

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueStructure - connaissance gologique en ce dbut de 21me sicle

    Peu ou pas de magmatisme. Crote ocanique anormalement fine. Crote continentale amincie caractrise par des blocs de socle, bords de failles normales ( regard vers locan).Partie distale caractrise par une crote continentale fortement amincie et une TOCTOC de dimension non ngligeable : caractre ni ocanique ni continental. Crote transitionnelle avec des vitesses sismiques de propagation anormales (6.5 - 7.7 km/s). Prsence de manteau serpentinis.Systme sdimentaire complexe (pre-, syn- et post-rift; dpt de type SAG)Marges distales conjugues asymtriques et complexesEvolution tectonique et magmatique polyphases ; Evolution isostasique et thermique complexes

    Nouvelles observations impliquent des changements importants dans les modles de formation.

    Manteau sub-continental(hrit)

    Manteau enrichi

    Manteau ocanique

    20Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive non-volcanique franaise

    ex: Golfe du Lion / Marge de Sardaigne

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueQuelques exemples

    Coupe de vitesse de propagation [Gailler et al. (2009)]

    Coupe schmatique des marges conjugues (Rsultats de la campagne Sardinia)

    21Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive non-volcanique franaise

    ex: Marge armoricaine (Golfe de Gascogne)

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueQuelques exemples

    Thinon, 1999; Thinon et al., 2003Profil de sismique rflexion interprt

    22Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueQuelques exemples

    Marge fossile (Alpes)

    Observation des structures du rifting et leurs relations avec les sdiments

    Faille de forts pendagesQuand et o?

    Failles de dtachement au toit du socleQuand et comment se forment-elles?

    Exhumation du manteauRelations avec les processus magmatiques?

    Daprs Manatschal, 2010

    23Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive divergente volcanique

    Gernigon et al. (2005)

    24Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive divergente volcaniqueO les trouver?

    Marges continentales passives volcaniques font partie des grandes provinces ignes, qui se caractrisent par des emplacements massive de roches extrusives mafiques et des roches intrusives sur des priodes de temps trs courtes (White & McKenzie, 1989; Menzies et al., 2002).

    Germigon (2005)

    25Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive divergente volcaniqueLeur structure

    Lors de sa formation, activit volcanique importante domine principalement par des magmas tholtiques

    Crote ocanique paisse

    Grand volume de magma mis en place la TOC durant les premiers stades d'accrtion. SDR (seaward-dipping reflector) = rflecteurs sismiques inclins vers le large (SDR ocanique, externe, interne)

    Traps pre-breakup

    Prsence de nombreux sill/dyke intrudant le bassinsdimentaire pre-breakup

    Geoffroy, 2005Coupe schmatique type dune marge volcanique

    White, 1992

    Linedrawing (interprtation de profil sismique)

    26Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive divergente volcaniqueLeur structure

    Geoffroy, 2005Coupe schmatique type dune marge volcanique

    C.C. amincie caractrise par des blocs basculs le long de faille regard vers le continent.

    Les failles qui accommodent l'extension sont en partie syn-magmatiques et sont associes au dveloppement danticlinaux en roll-over, dchelle crustale.

    Prsence dune crote infrieure ayant des vitesses sismiques de propagation anormales (7.1-7.8 km/s), appele LCB [lower crustal bodies] (Planke et al., 1991; Eldholm et al., 2000).

    LCB souvent localis le long de la TOC mais peut stendresous la crote continentale.

    Absence de forte subsidence durant et aprs la BreakupModle de vitesse le long dun profil perpendiculaire la marge

    27Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive divergente volcaniqueLeur structure. Ex: marge de Norvge et du Groenland

    Groenland

    Profil de sismique rflexion, Hopper et al. (2003)

    20 km

    50 km

    modle de vitesse sismique de propagation Hopper et al. (2003)

    SDRPrsence dun corps sous-plaqu de vitesse anormale (7.1-7.4 km/s)Zone damincissement crustal troite

    28Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive divergente volcaniqueLeur structure. Ex: marge de Norvge et du Groenland

    Vring - NorvgePlateau de Rockall

    Plateau de VringSDRPrsence dun corps sous-plaqu de vitesse anormale (7.1-7.4 km/s)Faille normale regard vers le continent.Sill magmatique dans le bassin sdimentaire pr-breakupZone damincissement crustal est large

    29Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive divergente volcaniqueLeur structure. Ex: marge de Norvge et du Groenland

    Groenland

    Modle de vitesse sismique des marges conjugues (groenland/rockall).

    Vring - NorvgePlateau de Rockall

    SDRPrsence dun corps sous-plaqu de vitesse anormale (7.1-7.4 km/s)Failles normales regard vers le continent Marge continentale passive volcanique est asymtrique et complexe

    30Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passiveLeur formation

    31Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Stade initial

    Stade rift : rift actif ou passif

    Cause de lamincissement lithosphrique initial = le rifting formation de rifts (fosss deffondrement)

    Naissance des marges conjugues = le drifting accrtion ocanique

    Stade Marge passive

    Daprs M. Seranne cours MasterI Montpellier

    Mature

    Jeune

    Marge continentale passiveLeur formation

    32Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Mode damincissementDeux phnomnes peuvent tre lorigine de lamincissement initial : Rifting actif ou passif

    Rifting actif : phnomne thermo-mcanique mettant en jeu lapparition dune anomalie thermique (ex: plume mantellique ).Il est dirig par la convection du manteau asthnosphrique chaud qui remonte sous la base de la lithosphre continentale induisant :

    amincissement de la plaque lithosphriqueBombement rgional de la plaque lithosphrique

    Rifting passif : phnomne dynamique mettant en jeu des contraintes surtout horizontales au sein de la lithosphre qui trouvent leur origine aux limites de plaque.

    extension de la crote et du manteau lithosphrique amincissement important au niveau de la remonte du manteau asthnosphrique.

    Note : lasthnosphre remonte de manire passive en rponse lamincissement de la lithosphre.

    Daprs L. Barrier (2009) et Peron-pinvidic (2006)

    (Sengor and Burke, 1978)

    Marge continentale passiveLeur formation : stade rift

    33Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Modifi daprs Ziegler, 1994 et Barriers

    Amincissement symtrique et homogne dans toute la lithosphremarges continentales passives conjugues

    identiquesPhase de subsidence initiale ~ simultane de ltirement

    Amincissement asymtrique dans toute la lithosphre

    La remonte max. du manteau lithosphrique nest pas laplomb de la zone damincissement max. de la crote.

    marges continentales passives conjugues asymtriques

    Amincissement asymtrique dans la crote et symtrique dans le manteau suprieur.

    La CC infrieure et le manteau se dforment ductilement.marges continentales passives conjugues

    asymtriques

    Lieu damincissement max

    Mode damincissement La rponse mcanique de la lithosphre aux contraintes dextension est variable.

    Principalement 2 mcanismes proposs pour expliquer laccommodation de lextension par la lithosphre : cisaillement pur et cisaillement simple.

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueLeur formation : du rift aux marges anciens modles

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive divergente non-volcaniqueLeur formation : du rift aux marges nouveaux modles

    tire

    men

    tAm

    inciss

    emen

    tAc

    crtio

    n oc

    aniq

    ue

    Modlisations numriques et analogiques

    VanAvendonk et al. (2009); Pron-Pinvidic and Manatschal (2009); Manatschal and Mntener (2009)

    Kusznir & Manatschal, 2010?

    35Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale passive divergente volcaniqueLeur formation : du rift aux marges modles

    Les concepts de rifting actif sont appliqus la formation des marges continentales passives volcaniques

    Geoffroy, 2005

    Mod

    e ac

    tif

    Rupture et accrtion ocanique

    Stade de riftVolcanisme +

    Trap

    36Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Golfe du Lion. Source (Ifremer, SHOM)MNT (BRGM)

    Marge continentale transformanteMarge continentale oblique hyper-oblique

    37Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale transformante/obliqueGnralits

    (Loncke, 2011 daprs Patriat)

    25 30% des marges passives sont des marges passives transformantes/obliques

    Ont t trs peu tudi par rapport aux marges divergentes

    Mercier de Lpinay al., 2013

    38Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale transformante/obliqueGnralits

    (Loncke, 2011 daprs Patriat)

    25 30% des marges passives sont des marges passives transformantes/obliques

    Ont t trs peu tudi par rapport aux marges divergentes

    Regain dintrt ces annes cibles importantes pour la prospection ptrolire

    Mercier de Lpinay al., 2013

    39Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale transformanteDfinitions

    - Zone de transition entre une masse continentale et la crote ocanique, qui se cre au sein de la mme plaque lithosphrique

    - Lieu o la crote continentale samincie (30 -> 0 km)

    - Induit par des contraintes de distension obliques parallles la limite sparant les deux masses continentales

    - Localises dans le prolongement danciennes zones de fractures ocaniques : les failles transformantes.

    - Lies aux spcificits et volution des systmes transformants et obliques

    Loncke (Modified from Sage et al., 1997 & 2000)

    Faille transformante:

    - une partie active (faille transformante ocanique)

    - une partie passive (plus de mouvement dcrochant)

    40Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale transformanteFormation

    Scrutton (1979); Mascle et Blarez (1987)

    (Loncke, 2011 daprs Patriat)

    C.C.C.C. amincie

    C.O.

    Marge divergente

    Syn-rift

    Post-rift

    Marge transformante

    M. transformante intra-continentale

    M. transformante active

    M. transformante passive

    M. transformante intra-continentale

    Activit tectonique dcale

    polyphase et diachrone

    Marge transformante

    M. transformante intra-continentale

    M. transformante intra-continentale

    M. transformante intra-continentale

    M. transformante active

    M. transformante passive

    Discordance post-rift

    Discordance post-transform

    Discordance post-transform

    41Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Pente continentale: 200 4000 m

    Pente linaire, troite et raide

    (Marge de Ghana > 10, peut atteindre 20 ou 30)

    Pente rosive

    Marge continentale transformanteCaractristiques

    Carte des pentes : Ex. Cte dIvoire Ghana (Mercier De Lpinay)

    Nombreuses instabilits gravitaires

    Nombreuses sorties de fluides

    42Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale transformanteCaractristiques

    - Ride marginale ou structure analogue => bordure qui pige les sdiments

    - Basculement tardif de la marge vers le large

    Mascle et Basile, 1998Basile, 1990

    Exemple Cte dIvoire -Ghana

    Moulin et al., 2010; 2012.

    43Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    TOC abrupte ; dnivel important du Moho (10-12 km sur une distance de 10km)

    Contrastes importantes entre 2 lithosphres diffrentes (nature, ge, paisseur, rhologie, Thermicit)

    Marge continentale transformanteCaractristiques

    44Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale oblique

    Zone de relais oblique

    Segmentation de la marge

    45Sminaire OSUC 05/11/2013

    Marges obliques Segments transformants au sein dun systme oblique

    Zone de relais oblique

    Bot, Geoffroy et al., 2013

    Obliquit avec la direction du rift Obliquit avec les structures de la marge

    // u // u

    Structures en chelon Sans partitionnement Avec partitionnement

    1

    u

    Notion de rift oblique

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale oblique

    Ex: Golfe dAden

    46Sminaire OSUC 05/11/2013

    Pik et al.; Bellahsen et al., Autin et al. 2013 tectonophysics N607

  • I. Thinon BRGM

    Marge continentale oblique

    Bot, Geoffroy et al., 2013

    Marge jeune

    Drake, 2005

    Michaud et al, 2004

    Ex: Golfe de Californie

    -Accrtion ocanique( partir de ~3.6 Ma (Sud))

    propagation vers le nord en bassins en pull-apartdlimits par des failles transformantes de grande dimension

    - Sur la margeFailles normales fort pendage (N90E N130E);Fonctionnement des failles de Tosco-Abreojos

    47Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Sdimentation des marges continentales

    Une marge continentale est le lieu o les sdiments transitent du continent la plaine abyssale

    Rfrences bibliographiques:Cours de BarrierGuillocheau et al. (2003)Vail et al., 1977 Guillocheau, 1994Nalpas, 2002Homewood et al., 2000Elments de sdimentologie et de Ptrologie sdimentaire univ. de lige http://www2.ulg.ac.be/geolsed/sedim/sedimentologie.htmPeron-pinvidic- 2006

    (daprs Kendall, 2001)

  • I. Thinon BRGM

    Sdimentation des marges continentales

    La sdimentation des marges est en grande partie influence par des facteurs externes tels que le climat, lrosion ou la circulation ocanique.

    Elle est galement directement sous la dpendance de la subsidence de la lithosphre et des structures tectoniques actives ou hrites.

    Transfert de matire et processus agissants sur une marge

    http://www.geosciences.univ-ennes1.fr/spip.php?article441

  • I. Thinon BRGM

    Sdimentation des marges continentalesNature des dpts2 types de sdimentation: dtritique / carbonate

    Erosion

    Transfert

    Dpts

    Sdimentation dtritiqueIssu principalement de lrosion des continents (terrigne) et de squelettes dorganismes vivants (biodtritique).

    Taux de sdimentation ~ 30 cm/Ka

    sauf delta du Mississipi ~ 4 m/Ka)

    Diversit des plates-formes

    variation des facteurs de l'environnement : la morphologie, l'hydrodynamisme, les apports, le climat, ...

    Mais surtout de laccommodation dune marge.

    Sdimentation carbonateIssu de la production biologique de l'ocan (plancton).

    Taux de production trs lev: 1m/Ka

    Diversit des plates-formes

    variation des facteurs de l'environnement : la morphologie, l'hydrodynamisme, le chimisme (salinit, oxygnation), la pntration de la lumire.

  • I. Thinon BRGM

    Sdimentation carbonate sur le plateau continental

    Sdimentation des marges continentalesArchitecture des dpts carbonates

    Elments de sdimentologie et de Ptrologie sdimentaire univ. de lige. http://www2.ulg.ac.be/geolsed/sedim/sedimentologie.htm

    On distingue:1. Plateau continental calcaire et plateforme insulaire calcaire : Vastes

    zones daccumulation de dbris/squelettes calcaires d'organismes (plancton).

    Sdimentation au niveau de la plaine abyssale

    Bahamas (Y. Arthus-Bertrand)

    "Grand Trou Bleu" dans l'atoll de Belize2. Les rcifs coralliens se retrouvent sur les

    plateaux continentaux calcaires ou les plates-

    formes insulaires en zone tropicale.

    - Barrire rcifale sur le rebord du plateau

    - Rcifs insulaires ou des atolls

    Loin du continent, particules dtritiques fines et lments planctoniques

    Elments planctoniques : dbris carbonats et siliceux.

    Particules terrignes : argiles d'origine continentale apportes en suspension par les courants ocaniques et poussires transportes par les vents. Dans les hautes latitudes s'ajoutent les matriaux glaciaires apports par les glaces flottantes et les vents

    51Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Sdimentation des marges continentalesArchitecture des dpts dtritiques

    La distribution et larchitecture des sdiments meubles sont fonctions

    des courants, vagues et mares

    du volume dapport des sdiments.

    Zonation fonction de laction de la mare

    zone supratidale, au-dessus du niveau moyen de la mare haute

    zone intertidale = zone de balancement des mares

    zone infratidale, en-dessous du niveau des basses mers.

    Zonation fonction de laction de la houle

    Zonation fonction de laction du courant

    Zonation bathymtrique du plateau

    Elments de sdimentologie et de Ptrologie sdimentaire univ. de lige. http://www2.ulg.ac.be/geolsed/sedim/sedimentologie.htm

    Rides de vagues

    Rides de courant

    Dunes (mgarides)

    Antidunes

    Plans parallles

    15 m 500 m

    Plateau continental interne (Faible bathymtrie - bordure littorale)

    Hydrodynamisme du milieu -> Formes sdimentaires

    52Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Sdimentation des marges continentalesArchitecture des dpts dtritiques

    stratifications obliques, cres par des courants de direction constante

    Elments de sdimentologie et de Ptrologie sdimentaire univ. de lige. http://www2.ulg.ac.be/geolsed/sedim/sedimentologie.htm

    Stratifications obliques dans un grs du Palozoque infrieur, Kalbarri, Australie

    Formes sdimentaires -> Hydrodynamisme du milieu

    53Sminaire OSUC 05/11/2013

    Plateau continental interne (Faible bathymtrie - bordure littorale)

  • I. Thinon BRGM

    Sdimentation des marges continentalesArchitecture des dpts dtritiques

    54Sminaire OSUC 05/11/2013

    Plateau continental interne (Faible bathymtrie - bordure littorale)

    Proust et al. 2013 geosciences N17La sdimentation littorale lapproche des embouchures

    Dynamique des ctes sableuses .

    Idier et Thibot, 2013 (Gosciences N17)

  • I. Thinon BRGM

    Sdimentation des marges continentales Erosion/incision

    Prsence de rseaux de valles incises sur le plateau au large de fleuves actuels (ex: palo-Loire).

    Ces palo-valles sont gnralement combles par des sdiments rcents.

    Marqueurs des baisses du niveau marins successifs associs aux variations glacio-eustatiques du Quaternaire

    Proust et al., 2010

    Erosion et incision sur le plateau continental

    Thinon et al. 2008

    55Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Sdimentation dtritique : pente continentale/glacis/plaine abyssaleDpts turbiditiques

    Elments de sdimentologie et de Ptrologie sdimentaire univ. de lige.

    Sdimentation des marges continentalesArchitecture des dpts dtritiques

    1. Glissement de terrain mobilise une grande masse de sdiment: Structures de slumps (sdiment peu dstructur)

    2. Debris flow: coulement plastique o les particules sont supportes par une matrice.

    Dbris de toute taille. Mal classs.

    3. Ecoulement mixte: des sdiments rods sont incorpors la masse glisse. La densit et la vitesse augmentent;

    4. Courant de turbidit se dveloppe (fluide o les particules sont maintenues en suspension par la turbulence seule). Ils ont un grand pouvoir de dplacement (vitesse de 25 100 km/h f(pente); une grande extension des dpts (> 200.000 km2); et un grand pouvoir de transport (> 200 km3 sdiment).

    Dpt de turbidites: dpts dont le mode de transport est un courant de turbidit.

    Sdiments plutt fins.

    Granoclasses.

    Epaisseur variant de quelques cm 1 mtre;

    56Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Sdimentation dtritique : pente continentale/glacis/plaine abyssaleDpts turbiditiques

    selon Shanmugam, 1997

    Elments de sdimentologie et de Ptrologie sdimentaire univ. de lige.

    squence idale de turbidite de moyenne densit ("sq. de Bouma").Terme A (le + grossier) = chenaux de turbidites; Termes B-D = lobe proximal, Terme E =le lobe distal.

    Sdimentation des marges continentalesArchitecture des dpts dtritiques

    Classes de turbidites = f(granulomtrie et loignement par rapport la source des sdiments)

    57Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Sdimentation des marges continentalesArchitecture des dpts dtritiques sur le plateau continental

    Diversit des plates-formes :

    variation des facteurs de l'environnement : la morphologie, l'hydrodynamisme, les apports, le climat, ...

    Mais surtout de laccommodation dune marge.

    Duvail (2008)

    58Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    F(x,t)F(t)

    F(x,t)

    Laccommodation (A) = volume disponible entre le niveau marin et le fond du bassin. Il dpend de 3 facteurs.

    Le flux sdimentaire (S) : quantit de sdiments dposs en fonction du temps.

    Le niveau eustatique ou niveau moyen des mers. Oscillations traduisent des interactions entre des phnomnes tectoniques et/ou climatiques (priodes glaciaires et interglaciaires).

    La subsidence, enfoncement progressif de la marge

    Ces trois facteurs agissent ensemble, mais cest le facteur le plus variable (souvent le niveau eustatique) qui contrle laccommodation dune marge continentale

    Guillocheau et al. (2003)Cours de Barrier

    Sdimentation des marges continentalesArchitecture des dpts sur le plateau continental

    Plus le flux est lev, plus laccommodation diminue

    Plus le niveau eustatique est lev, plus laccommodation augmente

    Plus la vitesse denfoncement est leve, plus laccommodation augmente

    59Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Architecture stratigraphique Fonction de lespace disponible pour laccumulation des sdiments et du volume de ces sdiments (flux sdimentaire). Il faut comparer le rapport A/S

    Sdimentation des marges continentalesArchitecture des dpts dtritiques sur le plateau continental

    A > SAccumulation de dpts de plus en plus prs du continent;Ligne de rivage recule

    A = SLespace disponible est aussitt rempli par les sdiments.Ligne de rivage ne varie pasA < SAccumulation de dpts en progression vers le largeLigne de rivage avance vers le bassin

    A = 0Le bassin se comble petit petit.Ligne de rivage avance vers le bassin

    S > lespace disponibleLigne de rivage avance vers le bassinErosion

    60Sminaire OSUC 05/11/2013Homewood et al. (1999)

  • I. Thinon BRGM

    Sdimentation des marges continentalesArchitecture des dpts dtritiques sur le plateau continental

    Squences sismiques (Vail et al., 1977)

    Le cycle de variation du niveau marin relatif peut tre reconstitu par lanalyse des gomtries des squences sismiques.

    Schmatisation de concepts de la stratigraphie squentielle http://www2.ulg.ac.be/geolsed/sedim/compl_sedim.htm#STRATIGRAPHIESEQUENTIELLE

    La notion daccommodation est un apport majeur des concepts de

    La stratigraphie squentielle Mthode pour accder aux relations gomtriques et chronologiques lintrieur densemble sdimentaire

    Dveloppe partir des mthodes de stratigraphie sismique et des concepts du modle dExon (Vail et al. 1977)Principe: Les sries sdimentaires sorganisent en une succession logique de squences de dpt essentiellement contrles par les

    fluctuations du niveau relatif marin (eustatisme + tectonique). Les squences de dpt sont bases sur les discordances

    (diachrones) lies la chute du niveau marin (disc. rgressives). Entre 2 discontinuits, la sdimentation est suppose continue.

    Stratigraphie gntique (Galloway, 1989, Homewood et al., 1992): Notion de squence stratigraphique gntique dfinie entre 2 surfaces de transgression maximum. Les squences de dpt caractrisent

    des cycles davance et de recul de la ligne de rivage. Se rapprochent des lignes temps.

  • I. Thinon BRGM

    Exemple de squences sismiques (Brsil) Pino-Morna, 1998

    Sdimentation des marges continentalesArchitecture des dpts sur le plateau continental

    Stratigraphie squentielle Reconstitution de lvolution des paysages passs (4D)

  • I. Thinon BRGM

    Pourquoi tudier les marges continentales ?

  • I. Thinon BRGM

    Pourquoi tudier les marges ? Rpondre aux besoins socitauxQuelques exemples .

    Les plateaux continentaux (domaine ctier/littoral) Amnagement du littoral

    Dveloppement des infrastructures : tunnel sous la Manche, ponts, ports,

    Ressources minrales: granulats,

    Energies renouvelables (oliennes/hydroliennes/,stockage nergtique, gothermie, ..)

    milieu fragile

    Impacts environnementaux (pollution),

    zones submersibles (tsunamis, houles, temptes),

    rosion du littoral

    volution du climat (lvation du niveau marin 50cm 1m pour 2100)

    Les pentes continentales Risques (avalanches, tsunamis)

    Les marges (plateau domaines profonds)Ressources minrales et nergtiques: Ptrole, Gaz mthane, Hydrates de gaz; nodules polymtalliques (Mg, Ni, Cu, Co), encroutement cobaltifres, ..)

    Granulats marins

    EolienGothermie

    Tunnel sous la Manche

    Pont

    Tsunamis

    Port

    Zone protge

    Plateforme ptrolire

    64Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Pourquoi tudier les marges ? Rpondre aux besoins socitaux Les ressources nergtiques fossiles

    Comprendre la formation des gisements de ptrole et de gaz, leur pigeComment repre t-on un gisement ptrolier potentiel ?

    http://www.planete-energies.com/fr/les-sources-d-energie/le-petrole-et-le-gaz-3.html

    65Sminaire OSUC 05/11/2013

    Plateforme ptrolire

    Recherche de nouveaux sites, piges,

    Amlioration des outils dexploration, dextraction, de transport,

  • I. Thinon BRGM

    Pourquoi tudier les marges ?

    Rpondre aux besoins socitaux Les ressources minralesmatire premire pour industrie de la constructionLes granulats marins (Augris et Simplet, 2013 Geosciences N17)

    66Sminaire OSUC 05/11/2013

    Granulats marins = sables siliceux et calcaires, et algues calcaires (marl). Les granulats siliceux secteur du btiment et travaux publics (BTP).

    Les granulats calcaires agriculture (amendement des sols) et traitement des eaux.

    Les rserves exploitables se limitent ~2% du volume inventori des ressources

    Quelques chiffres

    Consommation de granulats (379 Mt en 2011)

    Dcroissance des granulats alluvionnaires (31% 2011) remplace par les granulats concasss et recycls.

    Intrt croissant port aux ressources en granulats marins reprsente 2% de la production (30milliards m3 disponibles entre 10 et 50m)

    Quantit annuelle de matriaux autorise lexploitation (arrt prfectoral) en 2013 10,5 millions m3

    Exploration

    Exploitation (rgie par le code minier)Impact temporaire ou permanent sur le milieu marin

    Drague aspirante

    Titres miniers en cours et demands

  • I. Thinon BRGM

    Pourquoi tudier les marges ? Rpondre aux besoins socitaux Les ressources minrales

    Position et fertilit des districts aurifres en fonction de langle de la plaque en subduction (plan de Benioff). Billa et al. (2004).

    Guillou-Frottier et al. -2012 Godynamique et ressources minrales. Gosciences n15 Ressources minrales PDF tlchargeable sur le site BRGM

    Subduction ocanique: le type de subduction

    dtermine la nature du magma typologie des gisements associs

    A grandes chelles, les zones faible pendage de la plaque plongeante sous les Andes correspondent aux zones aurifres les plus fertiles.

    Rifting: Apport thermique et failles favorisent les minralisations. Le rifting (Tanzanie) associ des ruptions de laves carbonatitiques, pauvres en silice et riches en terres rares, phosphore, niobium, uranium, thorium, etc.

    Gense et environnement de dpt des formations de fer rubanes (BIF)

    Sdimentation (godynamique non implique)Roches sdimentaires dorigine chimiqueEx: Formations de fer rubanes formes lors du passage du fer ferreux (soluble) ltat ferrique (insoluble), lie loxydation progressive des ocans. (principaux gisements de fer dAfrique ).

    67Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Pourquoi tudier les marges ?

    Rpondre aux besoins socitaux Les nergies marines renouvelables

    Les nergies marines renouvelables - EMR (De Roeck, 2013 Geosciences N17)

    68Sminaire OSUC 05/11/2013

    Exploration Exploitation, Installation et dsinstallationEx: parcs offshore dolienne

    Diversit

    Les mareso Installation dans estuaire (ex: usine

    marmotrice de la Rance)o PB: Forte anthropisation du milieu marin

    Energie hydrocintiqueo Hydroliennes (hlices et turbines) dans les

    zones de forts courants de mareo Ex: Raz blanchard,

    La houle, les vagues (stade peu avanc)

    Lolien (seule exploite de faon industrielle)o Parc olien (100 oliennes; 2GW + 1GW)o Fondation gravitaire ou fixe au solo Trs offshore: oliennes flottantes

    Lnergie thermique (ETM)o Pompage de leau de mer grandes

    profondeurs (lectricit ou climatisation) et en surface (chauffage urbain)

    Bonne connaissance gologique

    Haute technologie- Captage dnergie

    - Transport

    - stockage

  • I. Thinon BRGM

    Pourquoi tudier les marges ?

    Article 76 de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (Montego Bay, 1982) fixe les critres qui permettent un tat ctier de revendiquer un plateau continental et den fixer les limites.

    Ces critres sont bass sur la morphologie, la bathymtrie et la gologie.

    Critres de slection 60 milles du pied de pente ; une distance de 100 milles de l'isobathe 2500 m. Epaisseur de la couverture sdimentaire (= au

    centime au moins de la distance entre le point considr et le pied de pente) ;

    une distance de 350 milles des lignes de base partir desquelles la largeur de la mer territoriale est mesure

    Extension du plateau continental juridique franaisLe domaine maritime sous juridiction franaise (11 M km2) constituent la Zone Economique Exclusive (ZEE) et le plateau continental de la France

    Projet EXTRAPLAC : http://www.extraplac.fr/Ce programme a ralis et dpos les dossiers auprs des Nations Unies avant le 13 Mai 2009 pour tre examins par la Commission des Limites du Plateau Continental. Il devrait permettre la France daugmenter son domaine maritime de plus de 1.5 Million de km2

    69Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Mthodes dinvestigations

    Prlvements (nature et datation) Carottages (roches et sdiments) Forages

    Moyens gophysiques (gomtrie, proprit physique du milieu,) Gravimtrie/Magntisme

    Imagerie acoustique

    Sismique rflexion

    Sismique rfraction

    Observation terre (marges fossiles )

    C. Jackson Virtual Seismic Atlashttp://see-atlas.leeds.ac.uk:8080/homePages/generic.jsp?resourceId=090000648000f239

  • I. Thinon BRGM

    Mthodes dinvestigationsAcquisition de donnes

    TETHYSII (INSU) 25mNavires hauturiers, ctiers

    Positionnement plus prcis : DGPS, GPS

    Forte volution des technologies dacquisition et dans leur traitement

    Marion Dusfresne II (IPEV) - 120m

    Pourquoi-Pas? (Ifremer/SHOM) 107m

    Haliotis (Ifremer)- 10m

    71Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Sondes (SHOM)

    Bathymtrie MNT 50MSources: sondes hydrographiques (SHOM)

    Bathymtrie MNT 5MSources: SMF petit fond

    Lev multifaisceaux SMF (grand/petit-fond) + imagerie acoustiqueSondes hydrographiques ou Lev monofaisceau

    Mosaque Imagerie acoustiqueSources: SMF petit fond

    Mthodes dinvestigationsDonnes de base : bathymtrie (Topographie et morphologie du fond marin)

    Guennoc et al. 2008 Guennoc et al. 2008

    Guennoc et al. 2008

    72Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Mthodes dinvestigationsDonnes de base : bathymtrie (Topographie et morphologie du fond marin)

    Quelques exemples

    73Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Mthodes dinvestigationsDonnes de base : bathymtrie (Topographie et morphologie du fond marin)

    Quelques exemples

    http://www.dorsetwildlifetrust.org.uk/doris_map

    74Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Bathymtrie MNT 50MSources: sondes hydrographiques (SHOM)

    Bathymtrie MNT 5MSources: SMF petit fond

    Mthodes dinvestigationsDonnes de base : bathymtrie (Topographie et morphologie du fond marin)Laser aroport (LIDAR) : Altimtrie continue terre-mer

    Fournir un modle altimtrique prcis, continu terre-mer pour toutes les applications littorales

    Litto 3D (SHOM): Golfe du Morbihan

    www.shom.fr/litto3d.htmwww.ign.fr

    Emprise du rfrentiel terre : altitude 10 m et au moins 2 km partir du trait de cte mer : isobathe 10 m (tendu 20 / 30 m dans certaines zones)

    Sur terre / Lev LIDAR topographique prcision verticale meilleure que20 cm (95%) rsolution mtrique filtr du sursol

    En mer/ Lev LIDAR bathymtrique prcision verticale meilleure que50 cm (95%) rsolution 5 m

    75Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Mthodes dinvestigationsApproche gophysique : imagerie acoustique

    Lev de sonar latral :

    Fournir des cartes de rflectivit acoustique du fond-marin

    Cartographie des sdiments (structures sdimentaires, signature acoustique (facis), zone de roches)

    Montre parfois la structuration des zones rocheuses.

    (Pluquet, 2005)

    Epaves et blocs rocheux (Pluquet, 2005) Structure sdimentaire + herbier (Pluquet, 2005)

    Structuration des micaschistes (Thinon, 2010)

    76Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Mthodes dinvestigationsApproche gophysique: proprit physique du sous-sol

    Gravimtrie

    Mesure le champ de pesanteur qui permet de dterminer des anomalies de densit dans le sous sol.

    Fournir des cartes danomalie gravimtrique (anomalie de Bouguer)

    Magntisme

    Mesure le champ magntique ambiant = champ magntique terrestre + champ magntique gnr par les roches du sous-sol (fonction susceptibilit).

    Fournir des cartes danomalie magntique

    Gailler et al., 2013Thinon et al., 2010

    77Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Mthodes dinvestigationsApproche gophysique: Gomtrie des formations du sous-sol

    Sismique rflexion

    Source Flte sismique multitrace

    Gomtrie du sous-sol (2D 3D)

    Flte sismique monotracesflte sismique multitrace (6 96 -traces)

    Exemple de profil sismique rflexion haute rsolution (BRGM)

    3D

    2D

    78Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Mthodes dinvestigationsApproche gophysique: Gomtrie des formations du sous-sol

    Sismique rflexionPuissance de la source utilise est fonction de lobjet gologique visualiser

    Profondeur Puissance Rsolution

    Canon air 80 210 bars

    Seul ou en batterie(ex: Matriel Ifremer)

    Compresseur (ex: matriel INSU)

    Sparker(tinceleur)(50 1000 J ; 30 200 brins

    BoomerSeistec

    79Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Mthodes dinvestigationsApproche gophysique: Gomtrie des formations du sous-sol

    ECORS

    2250 m

    Exemple de diffrentes rsolutions sismique Ex: Marge du Golfe du Lion

    Imag

    erie

    de

    bass

    e

    trs

    haut

    e r

    solu

    tion

    des

    obje

    ts g

    olo

    giqu

    es

    750 m

    Sismique ptrolire75 m

    Sismique Haute rsolutionBRGM-Univ. Montpellier (2008)

    7.5 m

    Sismique Trs Haute rsolutionUniv. Caen Tessier B.

    Baie du Mont St-Michel

    80Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Mthodes dinvestigationsApproche gophysique: Gomtrie des formations du sous-sol

    Profil de sismique rflexion Boomer trait (BRGM, I. Thinon)Adaptation filtre de Houle sousSU (Mary & Chaumillon, 2004)

    ~ 7 m

    Traitement

    81Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Mthodes dinvestigationsApproche gophysique: Gomtrie des formations du sous-sol

    Duvail (2008)

    Interprtation

    82Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Mthodes dinvestigationsApproche gophysique: sismique rfraction

    Loi de vitesse de propagation sismique

    Modle de vitesse sismique le long dun profil

    83Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Mthodes dinvestigationsApproche gologique: contrle terrain

    Prlvements bennesPhotos-vidos

    Carottier sdiments (INSU)~ 3-5 m

    Carottier roche

    Photo I. Thinon BRGM

    84Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Mthodes dinvestigationsApproche gologique: contrle terrain

    Sous-marins ou engins ROV Forages (IODP, DSDP, ODP, ptroliers)

    Carottier gant sdiment < 60 m de long ; z < 5000mLe Calypso (Marion Dufresne II, IPEV)

    Photo I. Thinon BRGM

    Photo Ifremer

    Photo WEB

    85Sminaire OSUC 05/11/2013

  • I. Thinon BRGM

    Merci pour votre attention

    [email protected]