Les champions de la simulation

download Les champions de la simulation

of 48

  • date post

    05-Jan-2017
  • Category

    Documents

  • view

    218
  • download

    5

Embed Size (px)

Transcript of Les champions de la simulation

  • 1

    supplment au numro 3372 du 10 avril 2014. ne peut tre vendu sparment

    www.industrie-techno.com

    www.usinenouvelle.com

    les championsde la

    simulation

  • 2

    Copyright 20132014 COMSOL. COMSOL, COMSOL Multiphysics, Capture the Concept, COMSOL Desktop, and LiveLink are either registered trademarks or trademarks of COMSOL AB.All other trademarks are the property of their respective owners, and COMSOL AB andits subsidiaries and products are not affiliated with, endorsed by, sponsored by, or supported by those trademark owners. For a list of such trademark owners, see www.comsol.com/trademarks

    COMSOLMULTIPHYSICSNos outils de simulationmultiphysique intgrenttous les effets physiques dumonde rel. De ce fait, ilsreproduisent avec prcision le comportement de vosdesigns. Pour en savoir plus sur COMSOLMultiphysics,rendez-vous sur www.comsol.fr/introvideo

    TESTEZ ET OPTIMISEZ VOS DESIGNS AVEC

    ELECTRICALAC/DC ModuleRF ModuleWave Optics ModuleMEMS ModulePlasma ModuleSemiconductor Module

    MECHANICALHeat Transfer ModuleStructural Mechanics ModuleNonlinear Structural Materials ModuleGeomechanics ModuleFatigue ModuleMultibody Dynamics ModuleAcoustics Module

    FLUIDCFD ModuleMixer ModuleMicrofluidics ModuleSubsurface Flow ModulePipe Flow ModuleMolecular Flow Module

    CHEMICALChemical Reaction Engineering ModuleBatteries & Fuel Cells ModuleElectrodeposition ModuleCorrosion ModuleElectrochemistry Module

    MULTIPURPOSEOptimization ModuleMaterial LibraryParticle Tracing Module

    INTERFACINGLiveLink for MATLAB

    LiveLink for Excel

    CAD Import ModuleECAD Import ModuleLiveLink for SolidWorks

    LiveLink for SpaceClaim

    LiveLink for Inventor

    LiveLink for AutoCAD

    LiveLink for Creo ParametricLiveLink for Pro/ENGINEER

    LiveLink for Solid Edge

    File Import for CATIA V5

    Product Suite

    COMSOL Multiphysics

    TESTEZ ET OPTITIMISEZ VOS DESIGNS AVECTIMISEZ VOS DE

    ECHANGEUR DE CHALEUR: Modle dchangeur tube calandrepermettant lchange de chaleur entre eau (tube) et air (calandre).

  • ditorial

    H ypermdiatis, le big data est de toutes lesconfrences, de tous les programmes derecherche ou industriels. En France, cest

    mme la seule technologie qui fasse la fois lobjetdun des 34 plans de la Nouvelle France industrielledArnaudMontebourg, et dune des sept ambitions de lacommission Innovation 2030 dAnne Lauvergeon pourfaire merger des champions nationaux. Srement raison. Selon les chercheurs du CNRS, le big data a biendes applications industrielles. Il passe par la dfinitiondemodles prdictifsmathmatiques issus de donnesrelles, plus fiables que la simulation. Plus fiables, vrai-ment? voir. Car pour linstant, le big data est surtoututilis par les spcialistes dumarketing, qui cherchent donner du sens lavalanche de donnes que lon necollectait pas auparavant. Des donnes numriquesproduites profusion par les internautes et, demain,par des milliards dobjets connects. Do lide denprvoir le comportement.De la simulation donc? Pastout fait. Le big data netient pas compte de la phy-sique, mais des donnes decapteurs, pour extraire descomportements. Ils rempla-cent des modles prconuspar ce que lon observe directement. On rinvente laphysique, senthousiasment les chercheurs. Enfin,presque. Si le big data permet de prdire ce qui vase passer, il nexplique pas pourquoi, reconnaissentnanmoins les spcialistes. Plein de promesses pouridentifier les conditions optimales de fonctionnementdun systme complexe (avion en vol, process indus-triels, circulation de vhicules), le big data ne devraitdonc pas remplacer la simulation. En tout cas, pas cheznos dix champions qui ont fait de cette technologielune des comptences cls de leur succs industriel.Ni dans les laboratoires de recherche les plus perfor-mants dumonde qui sattaquent des programmes derecherche XXL toujours plus ambitieux et gourmandsen ressources de calcul. Enfin, pas tout de suite...

    Si le big data permet de prdire

    ce qui va se passer, il nexplique

    pas pourquoi.

    En attEndantbig data

    aurliebarbaux

    lusinenouvelle i supplmentaun3372 i 10 avril 2014 3

    Prsident-directeur gnral : Christophe CzajkaDirecteur gnral dlgu : Julien ElmalehDirecteur de la rdaction : Thibaut De JaegherDirectrice adjointe de la rdaction : Anne DebrayCoordinatrice ditoriale : Aurlie BarbauxChef ddition : Guillaume DessaixDirection artistique : Eudes BulardOnt particip ce numro : Dorothe Coelho (secrtariatde rdaction) ; Patrick Garcia (maquette) ; Jean-Franois Prevraud(rdacteur) et la rdaction de LUsine NouvelleSupplment de LUsine Nouvelle n 3372du 10 avril 2014 (commission paritaire n 0712T81903)Ne peut tre vendu sparment.Une publication du groupe Gisi, Antony Parc II -10 place du Gnral-de-Gaulle - BP20156 - 92186 Antony Cedex.Directeur de publication : Christophe CzajkaImpression : Roto France Impression 77185 LognesPhoto de couverture : Dassault Aviation

    entretien Philippe Vannier, PDG de Bull.....................................P. 4

    dossier Les champions de la simulation....................................P.6

    Portfolio Ces tonnantes images de la natureen quation..................................................................................P. 22

    Production Passer les process au vert..................................................P. 26

    rechercheDes projets XXL.......................................................................P. 28

    success-storyOptis, lhyper raliste............................................................P. 34

    bureaudtudesComment tirer profit du calcul intensif.....................P. 36

    outilsUne physique, un logiciel...................................................P. 38

    mtiersUne longue chane de comptences...........................P. 41

    sommaire

  • enqutesspcial simulation

    4

    Seul constructeur europen de supercalculateurs,Bull constitue un maillon essentiel de la filirede la simulation en France. Philippe Vannier,son PDG, promet la monte de la puissance decalcul pour rpondre aux besoins de lindustrie.ProPosrecueillis ParThibauTde Jaegher eTridha loukil

    entretien

    lacourselapuissancedecalculestdevantnous

    la France compte des champions dans la simulation.Y a-t-il un talent national particulier dans ce domaine?Peu de pays dans le monde concentrent les talents nces-saires la matrise de lintgralit de la filire de la simula-tion. Ceci passe dabord par la construction de machines decalcul. Ensuite par les logiciels demodlisation, puis par lesutilisateurs. Seuls quatre pays disposent de lensemble de cescomptences: les tats-Unis, le Japon, la Chine et la France.Avec sa capacit dvelopper des composants et les intgrerdans des systmes de calcul, Bull joue un rle essentiel danscet cosystme. Pour tre pertinent dans ce domaine, il estimportant davoir une proximit forte entre constructeursdemachines, diteurs de logiciels et utilisateurs. Cest cetteproximit-l qui fait que vous pouvez progresser. Crer unsupercalculateur seul na pas de sens. Vous le concevez parrapport un usage ou un logiciel de simulation.

    doit-on cette position la qualit de lcole franaise desmaths?Je pense que la France est un pays qui a toujours innov dansla technologie. Et linnovation sans modlisation devientquasiment impossible. Nos capacits dinnovation ontcr un besoin en modlisation, et maintenant les moyensde calcul-simulation crent de linnovation. La boucle sereferme en quelque sorte. Et comme dans notre pays il y aune forte proximit entre concepteurs doutils de simulationet utilisateurs, on a un cercle vertueux dinnovation.

    les usages suivent-ils lamonte de la puissance de calcul?La puissance brutale de calcul na pas dutilit, si ce nest dedire que vous avez la machine la plus puissante au monde.La machine doit tre calibre pour rpondre aux besoinsde lutilisateur linstant T. Actuellement, les besoinsdes utilisateurs augmentent trs vite. Nous poursuivonsla demande en fournissant des machines de plus en pluspuissantes. Dans cette course, nous allons deux fois plusvite que la loi de Moore. Quand on regarde lvolution de lapuissance des supercalculateurs depuis 1993, on constateunemultiplication par un facteur 8 tous les trois ans, contreun facteur 4 pour la loi de Moore dans les processeurs. Lesbesoins de puissance de calcul sont donc l. Il ne faut pasaller plus vite, car vous ne trouverez pas dutilisateurs, maisil faut quand mme tenir le rythme.

    Justement, quels sont les besoins exprims par les utilisateurs?Les besoins diffrent selon quatre grands domaines duti-lisation: lindustrie, les sciences de la Terre, la mdecine,et le traitement dimage. Le ptrole est lun des plus grosconsommateurs de simulation. 10 petaflops, on dcouvredes rservoirs quon souponne tout juste 1 petaflops,maisquon ne sent pas du tout 50 traflops. Or 10 petaflops,cest la machine la plus puissante en 2013, 1 petaflopscelle du CEA en 2010 et 50 traflops la machine du CEAen 2005. Un ou deux forages ptroliers suffisent financerune machine.

    cette volution rapide pousse-t-elle les industriels reporterleur quipement, comme pour les Pc dans le grand public?Il y a une diffrence fondamentale entre les usages personnels pa

    scalguitte

    t

  • 5

    crer un supercalculateur seul na pas de sens.

    vous le concevez par rapport un usage ou

    un logiciel de simulation.

    et professionnels. Avoir un PC deux fois plus puissant nevous servirait rien. Vous nallez pas taper, lire vos e-mails oucouter lamusique deux fois plus vite. Dailleurs, est-ce quevous connaissez la puissance du processeur dans votre iPad?Ce nest pas le sujet. Car la vraie limitation cest vous. Dansles supercalculateurs, si vous donnez un industriel unemachine deux fois plus puissante, il lutilisera. La limitationaujourdhui rside plutt dans la capacit de f